Le marxisme culturel, ou le politiquement correct

Le “politiquement correct” n’est pas une mode mais bien une idéologie, également connue sous le nom de « Marxisme Culturel », mise au point par des Marxistes, en vue de détruire la civilisation occidentale en se servant des frustrations des minorités. Il s’agit d’une idéologie de gauche se cherchant une sorte de prolétariat de substitution autre que la traditionnelle classe ouvrière. Le marxisme culturel se focalise ainsi sur des « opprimés » réels ou supposés, des « victimes » plus ou moins factices, des « exploités » pas forcément exploités.

Historique:
Après le rejet des révolutions hongroises et allemandes de 1918, Lénine a du constater que son régime ne survit que par la terreur. Il fallait donc trouver autre chose! En 1922 il convoque à l’Institut Marx-Engels de Moscou une réunion du Komintern afin que Lukács et Münzenberg puissent exposer officiellement leur stratégie de conquête de l’Occident : au marxisme économique par le soulèvement du prolétariat ils proposaient de substituer le marxisme culturel par la subversion des intellectuels. Le chemin serait long mais la victoire certaine. Willi Münzenberg, grand architecte de la Désinformation sous Lénine puis Staline, convaincu que le Communisme ne pourrait jamais s’implanter si la nature même des peuples de la Chrétienté n’était au préalable radicalement transformée, a défini l’objectif et donné le mode d’emploi du Marxisme Culturel : « Organiser les intellectuels et se servir d’eux pour pourrir la Civilisation Occidentale jusqu’à ce qu’elle pue. Alors seulement, après que toutes ses valeurs eussent été corrompues et la vie rendue impossible, pourrions-nous imposer notre Dictature du Prolétariat. » Des intellectuels marxistes internationaux fondèrent en 1923, l’École de Francfort afin d’étudier les causes de ces échecs. Elle rassemblait des socio-philosophes universitaires tels que Horkheimer, Wiesengrund, Adorno, Marcuse, Benjamin, Fromm, Pollock, Neumann, Wiggersrhaus, suivis par Haberm, Lukacs… assistés par Sigmund Freud.

Constat : Les Peuples rejetaient le marxisme.
Question : Y aurait-il une erreur dans la doctrine?
Réponse : Impossible. L’erreur est dans l’immaturité des peuples.
Conclusion : il faut changer les peuples avant de prendre le pouvoir.

Herbert Marcuse écrit : « C’est le peuple qui n’a pas rempli le rôle que lui avait réservé la théorie révolutionnaire » … « mis devant la possibilité de la révolution, le peuple aura préféré s’en détourner en adhérant profondément aux institutions définissant la civilisation occidentale. » « Qu’une conscience non révolutionnaire – ou plutôt antirévolutionnaire – prévaut dans la majorité de la classe ouvrière, cela saute aux yeux. » Et il continue: « Il faut préférer la dictature des intellectuels au pouvoir d’un peuple encore imparfait. […] Il est nécessaire, pour une société civilisée, que des gens éduqués aient des prérogatives politiques pour combattre les sentiments, les attitudes et les concepts des masses non éduquées. » . Cette doctrine ils l’ont appelé « Marxisme Culturel », ou Déconstructivisme. En Europe comme aux États-Unis les méthodes employées pour détruire le pouvoir occidental sont les mêmes : fragmentation de la société, immigration, communautarisme, métissage, affirmative action, mariage homosexuel, destruction de la famille, de la nation etc. Il était impératif d’infiltrer et de prendre le contrôle des lieux dans lesquels sont dispensées les valeurs, c’est-à-dire, l’école, l’église, la justice, les médias, les partis politiques, les milieux artistiques, … afin d’y détruire les valeurs anciennes et de les utiliser pour dispenser de nouvelles « valeurs ». On pourrait donc façonner la pensée des peuples, promouvoir la fragmentation de la société en minorités, religieuses, raciales, sexuelles, et dresser ces minorités contre la majorité traditionnelle culpabilisée qui n’avait plus d’autre choix que de se taire. Au moindre écart de language, on vous traîne devant les tribunaux, en brandissant jusqu’à plus soif les clichés éculés de l’antisémitisme, de la xénophobie, du racisme, de l’islamophobie, du fascisme, de l’homophobie, du nazisme, etc. Cela se fait toujours au nom de causes nobles, charitables, compassionnelles, antiracistes, droit-de-l’hommistes. Nous en sommes témoins tous les jours.

Un résumé intéressant:

La situation actuelle:
Dans toutes les sociétés, il y a toujours des motifs de mécontentement. Les marxistes exploitent ces mécontentements par la propagande en les amplifiant de façon à attirer de nouveaux fidèles. Le marxisme économique s’était spécialisé dans l’exploitation de la misère ouvrière. Le marxisme culturel a aussi utilisé la démagogie pour se trouver de nouveaux adeptes. Ils ont essayé d’exploiter le ressentiment des noirs américains, l’ostracisme qui frappait les homosexuels, le statut de la femme, les problèmes d’environnement… Dans tous les cas, l’objectif est de se poser en « défenseur des opprimés », pour se donner une image sympathique et en profiter pour détruire les valeurs occidentales, (comme la famille), et les remplacer par d’autres. Les marxistes culturels sont donc des manipulateurs qui exploitent le ressentiment d’autrui pour atteindre leurs objectifs. Derrière chacune de leurs actions, il y a un objectif visant à leur permettre d’instaurer leur socialisme. La lutte pour les droits des homosexuels ou des femmes leur permet de détruire l’institution familiale, cercle important de la transmission des valeurs. La lutte pour l’antiracisme et le métissage et la promotion du multiculturalisme leur permet de détruire l’identité nationale donc la nation, lieu majeur de transmission des valeurs.

La façon d’attirer les moutons c’est de victimiser les minorités et placer tout ce qui représente les valeurs morales traditionnelles comme étant oppressives et démonisé en racisme, antisémitisme, sexisme, homophobie etc..

Extrait du journal du Philosophe marxiste Michel Onfray:

« La destruction du vieux monde autoritaire, patriarcal, catholique, misogyne, phallocrate, antisémite, homophobe, raciste, bourgeois ne fut pas suivie par la construction d’un monde libertaire, laïc, égalitaire, fraternel, solidaire, social…. »

Un tel discours séduit les minorités qui se voient en victimes. Le but du marxisme culturel est de remplacer la révolte du prolétariat par la révolte des minorités, renverser le système en place et préparer la populace à accepter le socialisme.

Yuri Bezmenov, un agent du KGB qui avait fuit l’U.R.S.S. nous exposait il y a 30 ans la propagande communiste et les procédés de manipulation de l’opinion, procédés qui prennent quelques générations à s’implanter, et qui commencent à faire effet maintenant, même si L’U.R.S.S. s’est éfondrée entre temps.


Pour les handicapés de la langue, voici une version sous-titrée francais.

L’environnement
Le mouvement vert est utilisé par les marxistes pour attaquer le capitalisme et promouvoir le collectivisme. On les appelle les melons d’eau, puisqu’ils sont vert écolo à l’extérieur, mais rouge socialiste à l’intérieur.
watermelon

Patrick Moore, fondateur de Greenpeace, a quitté son mouvement quand il a été usurpé par des extrémistes gauchistes.
 » The Cold War was over and the peace movement was largely disbanded. The peace movement had been mainly Western-based and anti-American in its leanings. Many of its members moved into the environmental movement, bringing with them their neo-Marxist, far-left agendas. To a considerable extent the environmental movement was hijacked by political and social activists who learned to use green language to cloak agendas that had more to do with anticapitalism and antiglobalization than with science or ecology.« 
Source: http://www.beattystreetpublishing.com/xcerpt-from-confessions-of-a-greenpeace-dropout/

Quelques exemples de marxisme culturel:

  • Le multiculturalisme de P.E. Trudeau. Trudeau était proche de Castro et n’a jamais caché sa sympathie pour le communisme. Le multiculturalisme qu’il a instauré au Canada est la glorification des minorités au détriment de la majorité. Ces minorités qui ne s’intègrent pas, qui sont protégées par le système (chartes des droits et libertés) et qui graduellement modifient les valeurs occidentales. Son fils ne fait pas mieux, en courtisant ouvertement les minorités islamistes qui sont anti-occident et anti-américaines.
  • La récente levée de bouclier envers le projet de Marois sur les valeurs québécoises et l’idée d’enlever les signes religieux dans les écoles et autres endroits géré par le public publics est un bon exemple de marxisme culturel. Encore une fois la victimisation des minorités contre la majorité. On va voir tout plein de femmes voilées « opprimées » qui viendront brailler qu’elles vont perdre leur emploi si elles refusent de retirer leur voile…
  • La révolte des carrés rouges, pauvres étudiants qui se posent en « victimes » du gouvernement et des forces de l’ordre. La démonisation des forces de l’ordre et la résistance fait partie du marxisme culturel, le but est de discréditer les forces de l’ordre et c’est une sorte de répétition pour la révolution socialiste à venir.
  • Une chinoise qui se plaint de discrimination parce qu’on ne l’a pas servi en chinois dans un McDonald au Canada.
  • Aujourd’hui, 24 Août, a TVA, pour souligner le 50e anniversaire du « I have a dream » de Luther-King, ils ont invité in « spécialiste » de la politique américaine qui est venu dire que le racisme est PIRE aujourd’hui qu’a l’époque de Luther-King. Sérieusement?
  • Le laïcisme radical, qui s’offusque de la prière à la marie de Saguenay, mais qui ne disent pas un mot quand des imams font des discours anti-homosexualité, misogynes ou carrément anti-occident. Attaquer la majorité, mais jamais les minorités.
  • La lutte contre « l’impérialisme américain » vise à détruire le pays qui est devenu le centre idéologique et le bras armé de l’occident. Regardez comment Les Etats-Unis, porte-étendard de la liberté, est victime de démonisation au sein même de la société occidentale qui profite pourtant le plus de cette liberté sociale et économique.
  • Les groupes écologistes, qui combattent le capitalisme et l’industrialisation, sous le couvert de « sauver la planète ». Le capitalisme et l’industrialisation est ce qui à fait le succès de l’occident, augmenté la richesse, le niveau de vie et le confort de l’occident. En fait, les solutions écologistes ont causé plus de dommages environnementaux que les supposées problèmes. Les éoliennes coûtent plus cher en énergie à construire que ce qu’elles vont produire durant leur durée de vie utile… La lutte contre les « pollueurs » vise à ruiner la productivité du capitalisme en le soumettant à des normes coûteuses et à paralyser son développement. Elle vise aussi à promouvoir le collectivisme, puisqu’au nom de la lutte contre la pollution, on vise à supprimer le transport individuel au profit du transport collectif, et limiter la propriété privée au profit de biens « communs ».
  • Etatisme obèse, l’état de plus en plus gros, et les citoyens de plus en plus dépendant de l’état. Quand une entreprise ferme, au lieu de se prendre en main les travailleurs manifestent pour avoir plus de chômage, ou alors que le gouvernement leur « donne » un emploi subventionné.
  • Enseignement du sexe, de l’homosexualité et de la transexualité aux enfants, ça se fait dans les classes du primaire. On leur demande maintenant à un très jeune âge quel sexe ils se sentent intérieurement, s’ils ont des tendances homosexuelles etc.. Certaines écoles ont même des toilettes pour les enfants qui ne se sentent pas du bon sexe biologique. Soit une transgression par rapport à la morale traditionnelle, et une source de clivages (homos et hétéros). L’homosexualité est acceptée ici, contrairement à ailleurs dans le monde comme en Iran, où les homosexuels sont décapité ou pendus. Mais est-ce nécessaire d’avoir les jeux olympique gays, le gay-pride, le village gay, la semaine de lutte contre l’homophobie, les publicités gouvernementales contre l’homophobie, comme si c’était un problème grave ici? Pourquoi ne pas s’occuper plutôt des homosexuels qui risquent la mort dans d’autre pays? Mais non, ça n’arrivera pas parce que la cible est la civilisation occidentale et les valeurs familiales occidentales.
    Poster affiché dans une école primaire publique de Toronto, où l’on voit un homme faire une pipe à un autre homme:
    1297413145749_ORIGINAL
    Est-ce vraiment la place dans une école primaire de parler de sexe et d’homosexualité à des enfants? Pour faire de la propagande oui, puisque c’est l’endroit où se transmettent les valeurs.
  • L’affaire Zimmerman: on fait passer le jeune noir décédé comme une victime d’un acte haineux et raciste. Pourtant presqu’au même moment, un jeune bébé de 13 mois se faisait tirer une balle dans la tête par un jeune noir. Quand c’est un noir qui tue un noir, ou qui tue un blanc, ça passe innaperçu, mais quand c’est un blanc qui tue un noir c’est un scandale de haine et de racisme et les médias en remettent, embellissent les faits et en cachent d’autres, pour que l’histoire soit parfaite.
  • Tout ces mouvements qui défendent les « minorités » ont comme but la destruction de nos valeurs traditionnelles occidentales, moralité, liberté, parce que ces valeurs sont incompatibles avec le communisme, qui requiers un contrôle total sur l’individu, au nom du « bien commun ».
    En plus quand ils perdent le débat des idées, ils n’ont qu’à traiter leurs opposants de racistes, sexistes, pollueurs à la solde des pétrolières, ou n’importe quel autre insulte du genre et clore le débat. Il est impossible de critiquer Obama et ses politiques sans se faire traiter de raciste. Voter pour quelqu’un parce qu’il est noir c’est correct, mais qui oserait dire qu’il a voté pour quelqu’un « parce qu’il est blanc »? Impensable!
    black
    On est loin de Martin Luther-King, qui rêvait que la gens soient jugés pour ce qu’ils sont et par leurs actes, et non pour la couleur de leur peau…
    racist-argument
    racist-argument2

    Pourtant, les pays occidentaux, sont les plus respectueux de l’environnement, les plus libérés et respectueux des droits des minorités. Selon ces illuminés, s’opposer au mariage gay ou se questionner sur la pertinence du « Gay Pride » est plus grave que ce qui se passe en Iran, où les homosexuels sont tout simplement exécutés. Souvent, même quand ces minorités font des gains et atteignent un niveau de respect et d’égalité plus qu’acceptable, la plupart continuent encore et encore, souvent encore plus radicalement d’en demander encore plus. Le but n’est pas d’atteindre le respect pour les minorités, mais de détruire la majorité.

    Tout cela est fait en s’abritant derrière des valeurs nobles mais avec pour objectif de supprimer la liberté individuelle et d’instaurer un totalitarisme « acceptable ». On vous dira toujours que c’est nécessaire pour l’égalité, la solidarité, ou pour « sauver la planète » mais tout n’est que propagande. Derrière ces bonnes intentions se cache une idéologie totalitaire, qui n’en aura rien à foutre des « droits » des minorités ou de l’environnement une fois leur but atteint.

    En terminant, avant de me faire lancer des pierres, non je ne suis pas sexiste, homophobe ou « pollueur ». Une minorité ne doit pas être opprimée, ni ostracisée, on se doit de respecter les minorités. Mais une minorité reste une minorité, et ne doit pas être élevée au rang supérieur, ou passer devant tout le monde parce qu’elle est une minorité. Les minorités se doivent de respecter la majorité et essayer de s’intégrer et de s’accommoder des valeurs de la majorité, et surtout cesser de jouer à la victime, alors qu’elles sont dans les pays les plus libres du monde. Surtout quand on comprend le but derrière cette idéologie…
    Réveillez-vous!

    En complément:

    7 commentaires pour Le marxisme culturel, ou le politiquement correct

    1. Bobjack dit :

      L’histoire de Zimmerman est assez extraordinaire, il est aussi noir que Barrack Obama, les médias de gauches américains avaient pousser le bouchon jusqu’à truquer des enregistrements.
      Lorsqu’il se sont rendu compte que c’était un hispanique, ils se sont mis à l’appeler le White hispanic (dafuq). Cette semaine un noir tue un blanc, son twitter est bourré de commentaires racistes contre les blancs, mais ce n’est pas un crime de haine. Zimmerman, dont l’innocence à été prouvé n’a pas eu droit à une telle prudence des médias.

      Pour le reste je ne pense pas qu’un complot soit nécessaire, l’ensemble de sophisme décrit c’est un ensemble de technique permettant d’obtenir ce que l’ont veut de l’état, ça prend des idiots utiles et dieu sait qu’il y en a à la pelleté, on l’a vu avec les carrés rouge, presque exclusivement composé de fausses matières et de sciences molles. Ce ne dont pas des étudiants en génie que l’ont y voyait mystérieusement.

      Le problème c’est que ces sophismes sont parfois difficile à démonter pour une seule personne surtout lorsqu’on les a appris toutes sa vie. C’est facile de se faire prendre.

      La gauche représente les égoûts intellectuels, nauséabon et difficile à traiter, toute discussion avec ces gens est impossible, ce sera un défi sans précédent dans l’histoire humaine d’éviter la régression car il est possible quasiment à l’infini d’utiliser la haine comme moteur idéologique à la manière de la gauche.

    2. jeanlucproulx dit :

      Ouin ben heu, je suis d’accord avec toi!!!

    3. Thomas N dit :

      Je ne dirais pas que ceux qui veulent des sous-titres en français sont des handicaps linguistiques. Ça, c’est un des grands piliers du multiculturalisme – on parlera tous anglais un jour ! Oh, le rêve ! Je trouve cela honteux de faire honte à ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais. Notre langue française est trop précieuse pour en parler si légèrement.

      En plus, je trouve que la charte des valeurs québécoises n’était pas pour autant un bon exemple du marxisme culturel. Oui, la laïcité radicale n’est pas une solution non plus, après tout, nous sommes historiquement un pays catholique et c’est notre héritage, donc je ne suis pas pour l’enlèvement des signes chrétiens. En tout cas, la charte était mal rédigée, car elle visait clairement à ce qui n’est pas historiquement et culturellement de chez nous.

      Très bon article. Merci.

      / thomas

    4. Félix dit :

      Cette théorie conspirationniste avancée par la droite qu’est le  »marxisme culturel » est, j’en suis désolé, ridicule. En gros, ce que vous dites, c’est que comme le communisme n’a pas réussi à s’installer dans les pays occidentaux par des révolutions économiques, les marxistes auraient pensé à réformer la culture pour instaurer le communisme sur le long-terme.

      C’est non seulement une idée stupide, mais également une idée anti-marxiste. Ces  »marxistes » n’auraient pas compris les fondements les plus importants du matérialisme historique et dialectique, qui vont comme suit: des forces productives découlent les rapports de production, des rapports de productions découlent les institutions, et des institutions découle l’idéologie, qui vient servir à cimenter le tout. La superstructure (institutions + idéologie) est donc le simple produit d’une infrastructure économique (forces productives + rapports de production).

      Voilà la base du marxisme. De là tout découle: Marx a prévu (à tort ou à raison, difficile à dire) un changement dans les forces productives causé par un capitalisme trop radical, qui entraînerait des conditions de vie insoutenables qui mèneraient à la révolution, puis à un renversement de l’idéologie et de la culture bourgeoise, qui n’était là que pour cimenter la structure sociale d’avant; la structure maintenant différente, nul besoin de religion, de famille, de nation, etc. Personnellement, je suis en accord avec les bases du marxisme, je crois que l’idée est bonne et nous permet une vision de l’histoire que nous n’avions pas avant le XIXe, un peu comme la théorie de l’évolution de Darwin.

      Mais qu’on soit d’accord ou pas avec les idées de Marx, il reste que ses idées sont celles dont j’ai parlé plus haut. Ainsi donc, un  »marxiste » qui irait proposer de modifier la superstructure pour, au final, que ça ait un impact sur les infrastructures économiques ferait rire de lui par n’importe quel vrai marxiste, qui lui dirait qu’il n’a tout simplement rien compris à ce que Marx a écrit.

      Vous non plus, d’ailleurs, apparemment. Nul besoin de me remercier de vous aider à vous sortir de théorie conspirationnistes dangereuses – ça me fait plaisir.

      (Au fait, les américains sont allés sur la lune et Barack Obama n’est pas un lézard.)

      • crioux dit :

        Je suis contre les conspirationnistes et je passe mon temps a démolir leur « théories ».
        Le marxisme culturel n’est pas une « conspiration », ce sont les écrits de militants marxistes de l’époque, et la méthode proposée a été appliquée (même si le principal état communiste est tombé entre temps). Et comme ça prend au moins une génération complète a s’implanter, on commence à voir les résultats.

        Vosu n’avez pas lu le texte, ni écouté la vidéo de Bezmenov, ex-KGB qui avait fuit l’URSS.

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :