Covid19

23/06/2020


The same guy

09/06/2020

Ce vidéo et ces deux photos viennent de la même personne, Daniel Uhlfelder, avocat.

Trouvez l’erreur:



Corona virus: taux de mortalité

04/06/2020

Les chiffres réels:


Le port du masque contre le Corona virus

04/06/2020

L’OMS est les gouvernements ne cessent de changer d’idée avec le port du masque, au début ils disaient qu’il ne fallait pas en porter, plus tard ils pensaient le rendre obligatoire.

Certains endroits le rendent obligatoire, mais selon les VRAIS experts, le port du masque est pratiquement INUTILE pour vous protéger d’un virus. Il est utile pour une personne qui est déjà atteinte, pour éviter de le propager, et pour le personnel soignant qui est en contact rapproché avec des gens malades.

Sinon il ne sert à rien, et pourrait même être pire, puisque les gens passent leur temps avec leur mains au visage pour le réajuster ou le remettre, et donc se contaminer. Même chose avec les gants, il est plus efficace de se laver les mains régulièrement

Ca crée un faux sentiment de sécurité chez les anxieux qui écoutent les medias sensationnalistes qui croient qu’ils vont en mourrir s’ils l’attrappent, alors qu’il est beaucoup moins dangereux que la grippe saisonnière pour les gens de moins de 50 ans, et n’est vraiment dangereux que pour les plus de 70 ans, avec 8% de taux de mortalité

Mais il sert aussi de « virtue signaling », une façon de montrer à tous comment eux ils sont meileurs que ceux qui ne le portent pas, comment eux ils écoutent les consignes. et ils ne se gènent pas pour le faire savoir..
Ici une horde de masqués s’attaquent à une femme dans un magasin de New-York parce qu’elle ne portait pas le masque (qui est inutile si elle n’est pas contaminée).

Et finalement le port du masque, s’il devient obligatoire, devient un outil pour gouvernement totalitaire de voir qui est soumis et qui ne l’est pas, et les soumis vont jusqu’à dénoncer leur voisins. Un homme et sa fille qui jouaient dans un parc à Montréal a recu une amende de 1000$, pendant ce temps les émeutiers saccagaient les rues et les policiers ne disent rien.
Au USA les policiers poursuivent et arrêtent un homme qui faisait du paddleboard tout seul sur l’océan. Et il risque la prison….
https://www.latimes.com/california/story/2020-04-03/paddle-boarder-arrested-in-malibu-after-flouting-coronavirus-closures

Conclusion:
Ce que les gouvernements ont apprit ou confirmé, c’est que s’ils font peur aux gens, ils peuvent faire n’importe quoi et ça va passer. Quand les gens ont peur ils ne réagissent plus logiquement (ils achètent du papier de toilette), et sont prêts à sacrifier leurs libertés en échange d’une promesse de sécurité

« L’objectif global des pratiques politiques est de garder la population alarmée (et donc voulant être mené vers la sécurité) en la menacant avec toute une série de croques-mitaines, la plupart imaginaires. »
-Henry-Louis Mencken


Un autre exemple de Fake News de CNN

09/03/2020

CNN a toujours eu un agenda très biaisé à gauche, et tel que démontré par Veritas Project, CNN à un agenda anti-Trump.

Voici un exemple parmi tant d’autres sur lequel je suis tombé. Et je me suis dis que ça vaudrait la peine d’écrire pourquoi il s’agit (encore) d’une Fake News.

https://www.cnn.com/2019/03/12/us/trump-climate-change-tweet-patrick-moore/index.html

Le titre est déjà très biaisé, disant que Trump « nie la science »…

President Donald Trump escalated his denial of global warming Tuesday, when he took to Twitter to quote a noted climate skeptic who claims that climate change is « fake science. »

« Escaladé sa négation du réchauffement climatique », parce qu’il a cité un scientifique?? Patrick Moore est un scientifique, un écologiste et un activiste en environnement depuis des décennies. Personne, ni Trump, ni Patrick Moore ne « nient » les variations du climat. Ils ne font que répéter ce qu’une très grande partie des scientifiques disent: que l’impact de l’humain n’est pas significatif, et que le CO2 n’est pas un polluant.
En quoi est-ce que ça « nie la science »? C’est plutôt le contraire, ce sont des affirmations basées sur les faits scientifiques

According to Greenpeace, however, Moore is not a co-founder but rather « a paid spokesman for a variety of polluting industries for more than 30 years.
Moore, who is not a climate scientist but who has degrees in forest biology and ecology, played a significant role in Greenpeace Canada for several years early in the organization’s existence, according to Greenpeace’s website, but he did not help found it. « 

According to Greenpeace…. Depuis des décennies, Patrick Moore a toujours été reconnu comme « co-fondateur » de Greenpeace. Ce n’est que depuis 2 ou 3 ans que Greenpeace a tenté de réécrire l’histoire et même changé les informations sur leur site web et Wikipedia. Comme par hasard, c’est quand Patrick Moore a commencé à être plus présent dans les médias et dénoncé Greenpeace. Patrick Moore EST un des co-fondateurs de Greenpeace, c’est un fait. Sauf que le Greenpeace à cette époque était très différent de la corporation multimilionnaire activiste politique de gauche qu’elle est devenue. A l’époque le but de Greenpeace était humaniste, anti-armes nucléaire et anti-chasse aux phoques. Et quand ils ont commencé à devenir une organisation politique anti-science et anti-humain, Patrick Moore a quitté.
Ils disent qu’il n’est pas un « climate scientist ». Très peu de scientifiques sont des « climate scientists », parce que c’est une discipline récente et extrèmement complexe, qui requiers des compétences dans tellement de domaines que très peu peuvent honnêtement prétendre être experts dans tout ces domaines.
Mais comme beaucoup d’autres, il est un scientifique avec suffisamment de connaissances et d’expérience pour comprendre que l’hystérie climatique actuelle ne correspond pas avec la science.
Et est-ce que Al Gore, Di Caprio, Greta Thunberg sont des « climate scientist »? Ils n’ont même pas de base scientifique pour comprendre de quoi ils parlent. Pourquoi personne ne le mentionne?

According to Moore, « there is no climate crisis. »
But according to Trump’s own government’s report from November, « the impacts of climate change are already being felt in communities across the country. »
The National Climate Assessment, which was a collaboration of 13 federal agencies and over 300 leading scientists, found that the US economy could lose hundreds of billions of dollars by the end of the century because of climate change

Non il n’y a pas « d’urgence climatique », je ne vais pas répéter tous ce que j’ai déjà dit sur le sujet ici, mais c’est clairement démontré qu’il n’y a aucune urgence, ni aucune augmentation de n’importe quelle calamité qu’ils ont prédit.

CNN dit que au contraire le gouvernement dit l’inverse. Sauf que le rapport en question est sorti en 2017, produit par des bureaucrates placés par Obama. Il ne s’agit pas de science. C’est le même genre de bullshit produite par le GIEC. Ce n’est pas de science, c’est de la propagande politique. Une des auteurs de ce papier dit:

« The science behind climate change has been understood since the 1850s. We cannot afford to have politically motivated people spin the issue any longer »

Cette phrase est ridicule. Non la « science » du climat n’est pas comprise depuis 1850. Oui, à cette époque il y a eu une hypothèse émise que le CO2 pourrait réchauffer la climat, et c’était considéré bénéfique. Surtout qu’à cette époque le monde venait de subir plusieurs centaines d’années de froid intense (Little Ice Age). Mais cette hypothèse est resté oubliée pendant des décennies. Et les « experts » ont passé des décennies à annoncer réchauffement et/ou refroidissement (Global Cooling dans les années 1970) et se tromper chaque fois, parce qu’ils n’ont toujours pas compris que ce sont simplement des cycles naturels. Dans les années 1980 les politiciens se sont rendus compte qu’ils pouvaient corrompre et utiliser la science pour appuyer leurs agendas politique. Et c’est là que l’hystérie réchauffiste a réellement commencé. Plusieurs autres groupes d’intérets y ont trouvé leur compte aussi, et la machine s’est emballée. Les prédictions sont de plus en plus alarmistes, les articles de journaux de plus en plus sensationnalistes, les fonds de recherche sur le climat de plus en plus généreux, les activistes alarmistes recoivent plus de dons et subventions que jamais, et les gouvernements imposent de plus en plus de taxes et contrôles etc.. Pourtant toutes les prédictions apocalyptiques faites depuis les années 1980 ont toutes été erronées. Il y a de la politique d’impliquée dans ce débat, mais elle est du côté des alarmistes et de tous ceux qui profitent de cette arnaque.

Although Moore is correct that weather and climate occur all over the world, that obvious statement does not in any way counter the facts that climate is changing and that human activities are the cause

Oui le climat change. NON les activités humaines n’en sont pas la cause. Malgré les milliards dilapidés en fonds de recherche sur le climat pour tenter de prouver ce point, JAMAIS ils n’ont réussi à le faire. Même qu’au contraire, malgré les médias de plus en plus biaisés et sensationalistes, malgré les rapport de GIEC de plus en alarmistes, plus le temps passe, plus les observations et les faits qui contredisent l’hypothèse du RCA s’accumulent, plus les prédictions alarmistes sont démontrées erronées, et plus de scandales de manipulation de données sont exposés.

According to a special report last year from the UN’s Intergovernmental Panel on Climate Change, « human activities are estimated to have caused approximately 1.0°C (1.8°F) of global warming above pre-industrial levels (from 1850-1900). »

Ils citent le GIEC (IPCC) une organisation de bureaucrates corrompus dont le but n’est pas de faire de la science, mais bien de fabriquer un rapport pour être utilisé par L’ONU pour exiger des centaines milliards de dollars par an et acquérir de plus en plus de pouvoirs politique. Aucun scientifique ne travaille directement pour le GIEC, seulement des bureaucrates et activistes.
Le réchauffement du siècle dernier est tout à fait NATUREL et NORMAL. Il est un léger réchauffement suite à une période froide appelée Little Ice Age, tout comme plusieurs autres cycles chauds et froids passés. C’est pour cette raison que les réchauffistes prennent toujours 1880 ou 1850 comme référence. Tout autre choix de date ne démontrerait pas de réchauffement significatif.

That report also projected that the planet could reach dangerous levels of warming by 2030, which would include more heat waves, greater sea level rise, worse droughts and rainfall extremes.

Ce même rapport du GIEC (organe de propagande de l’ONU) dit qu’il y aurait un réchauffement « dangereux » d’ici 2030, avec vagues de chaleurs (comme si ça n’avait jamais existé avant) hausse des océans (alors qu’il n’y a toujours aucune accélération mesurée depuis des décennies) et sécheresses et inondations (un ou l’autre ou les deux, comme ça qu’importe ce qui arrive ils ont raison).
Pourquoi 2030? Il y a eu amplement de prédictions passées faites par l’ONU qui ont toutes échouées, mais celle-ci est intéressante et c’est sur celle-là que ce sont basé les extrémistes pour dire que la fin du monde arrive dans 12 ans (2018+12=2030). Parce que ça correpond à l’agenda 2030 de l’ONU (anciennement appellé agenda 21), un plan pour unir l’humanité sous un gouvernement global totalitaire, déguisé en plan pour l’environnement. Plus de détails ici: https://crioux.wordpress.com/2016/03/01/agenda2030/

And although extreme weather has always occurred, the warming climate is worsening many types of extreme weather — and even causing some of it.

Il n’y a aucune preuve, aucun fait, aucune observation qui permet d’affirmer ça. En fait c’est même l’inverse. Par exemple, les ouragans sont moins forts et moins fréquents depuis environs 15 ans

Carbon dioxide is not one of the six elements generally considered the chemical building blocks of life — but its components, carbon and oxygen, are (along with hydrogen, nitrogen, sulfur and phosphorus).

C’est grave d’être aussi ignorant de la science et de la biologie. Le CO2 EST la base de toute vie sur terre. Sans CO2, il n’y a AUCUNE vie sur terre. Même que les premières formes de vie (comme les cyanobactéries) sont apparues alors qu’il y avait plein de CO2, mais pas d’oxygène libre.
Et que aujourd’Hui, si le taux de CO2 devait descendre plus bas que 150 ppm, les plantes meurent, puis les herbivores meurent, puis les autres animaux meurent.

And thanks to ever-increasing emissions of it worldwide, carbon dioxide levels in the atmosphere are higher than at any point in the past 800,000 years.

Cette affirmation est vraie, mais utilisée pour tromper les gens. Depuis 3 millions d’années le CO2 est au niveau le plus bas depuis 500 millions d’années, tellement bas qu’il est passé tous près du niveau d’extinction totale durant la dernière ère glaciaire quand il était a 180ppm, avant de recommencer à remonter tout naturellement.
Presque tout le temps avant ces derniers 3 millions d’années froids et pauvres en CO2, le taux de CO2 moyen était 6 fois plus élevé que maintenant. Et la température était en moyenne environ 8 degrés de plus que maintenant. Et ça a été prospère comme ça pendant des centaines de millions d’années, avec quelques exceptions (extinctions massives, météorites etc.).

Il n’y avait jamais de glaces aux pôles de façon permanente, il y avait même des forêts et des chameaux géants dans le grand nord canadien il y a seulement 4 millions d’années. Aujourd’hui ce n’est qu’un désert glacial.
https://nature.ca/en/about-us/museum-news/news/press-releases/remains-extinct-giant-camel-discovered-high-arctic-canadian

Earth’s temperature is very closely coupled to carbon dioxide, and « even a very small amount of it can have a profound warming impact, » said Michael Mann, a climate scientist and director of the Earth System Science Center at Pennsylvania State University.

Et là ils osent nous sortir Michael Mann! Pour ceux qui ne le savent pas, Michael Mann est l’auteur d’un graphique frauduleux, appelé Hockey Stick. Ce graphique a été manipulé pour faire disparaitre les périodes chaudes et froides passées et faire croire que seulement à partir du 20e siècle, qu’il y avait eu un réchauffement radical, et que donc c’était notre faute. Mais malgré les multiples scientifiques qui ont démontré la fraude, malgré le scandale du Climategate dans lequel Michael Mann avait textuellement expliqué a un collègue comment il avait triché pour arriver à fabriquer ce faux graphique, il n’a jamais été congédié et il a continué à recevoir des millions en fonds de recherche gouvernementaux. Il a même récemment perdu en cour quand le juge lui a ordonné de produire les données et algorithmes utilisées pour produire son « hockey stick » (ce qu’il a toujours refusé de faire depuis 1998). S’il l’avait fait ça aurait exposé hors de tout doute qu’il avait fraudé et là ses employeurs n’auraient pas pu faire semblant de ne rien voir, et il aurait perdu les millions en fonds de recherche, alors il a préféré perdre la face en cour contre Tim Ball qui l’avait accué d’avour fait de la « junk science » avec son graphique.
C’est cette personne, cette honte pour toute la communauté sciencetique, que CNN a choisi d’interroger pour essayer de ridiculiser Donald Trump et Patrick Moore.
En plus ce que Mann dit est faux. Il dit que le CO2 et la température sont liés et qu’une petite variation peu avoir un effet important. On a vu un peu plus haut que depuis 500 millions d’années ce n’est pas le cas, des fois ils évoluent même à l’opposé. Si on retourne plus loin encore dans le passé il y a environ 600 millions d’années, le taux de CO2 dépassait 8000ppm, soit 20 fois le taux actuel (400ppm), et pourtant la terre était complètement gelée jusqu’à l’équateur… Et si on regarde de plus près notre période froide avec ère glaciaires à répétition, et bien le CO2 est très bas, et quand une ère glaciaire se termine (réchauffement drastique), le CO2 augmente APRÈS la température, des fois avec 800 ans de retard. Puis quand l’ère glaciaire revient, le CO2 reste un peu plus élevé pendant des centaines d’années avant de redescendre. La température a donc un léger effet secondaire sur le taux de CO2, pas l’inverse. La raison principale étant le dégasage des océans, quand les océans se réchauffent, ils relâchent du CO2, quand ils se refroidissent ils en absorbent.
http://joannenova.com.au/global-warming-2/ice-core-graph/

Moore’s sentiment that carbon dioxide is essential to life on Earth is correct, but too much of it is certainly not a good thing.

Ils disent que oui Moore a raison que le CO2 est essentiel à la vie, mais que trop d’une bonne chose n’est pas une bonne chose. Et combien est trop?
L’humain à ajouté environ 30ppm de CO2 à l’atmosphère. Tout le reste c’est la nature. Si le CO2 augmentait à 1500ppm (le taux utilisé dans les serres pour augmenter la productivité), ça aurait un bénéfique majeur pour la vie sur terre, et presque qu’aucun effet sur le climat. Pourtant les alarmistes veulent qu’on émette ZERO CO2, ce qui en revient à dire de retourner à l’age de pierre. Mais même si l’humain continuait à émettre du CO2 au rythme actuel, jamais on ne pourrait atteindre 1500ppm. Dépendant des calculs, peut être 600 ou 800ppm au mieux. Alors cette hystérie anti-CO2 est ridicule, et surtout anti-vie. A titre de référence, le taux moyen dans une maison atteint souvent 1000ppm, et dans une salle de classe ou un bar c’est 3000ppm.

Mann had an offer for Moore: « If he wants proof, I’m sure I can raise funds for his one-way trip to Venus. »

Mann dit quoore veux des preuves [que le CO2 a un effet de serre important] il pourrait ramasser des fonds pour l’envoyer sur Venus, aller-simple (donc souhaitant la mort de Moore).
Cette dernière phrase de Mann démontre le ridicule de la chose et à quel point il est malhonnête. Sur vénus, l’atmosphere est a 96,5% de CO2, il fait extrêmement chaud, environ 460 degrés Celsius. C’est plus chaud encore que Mercure, qui est situé tout près du Soleil, et qui n’a aucune atmosphère, avec 420 degrés Celsius.
Selon Mann et selon d’autres pseudo-scientifiques comme Bill Nye ou David Suzuki), c’est donc à cause du CO2 qu’il fait si chaud sur Vénus. Et bien non, c’est à surtout à cause de la pression atmosphérique qui est extrèmement élevée (930 000 Pascal). A titre de comparaison, Mars à 95% de CO2, soit environ la même chose que Venus, mais une pression atsmohpérique très basse (610 Pascal), et il fait -63 degré Celsius.
Et la terre elle est entre les deux, avec 100 000 Pascal, 0,04% de CO2, et 13 degré Celcius de température moyenne. Est-ce vraiment le CO2 qui a le plus d’impact? Non il y a plusieurs facteurs qui sont beaucoup plus importants, et le CO2 est parmis les plus insignifiants.


C’est ça qui arrive quand CNN et autres médias publient des Fake News pour essayer de faire avancer leur agenda politique, au lieu d’informer les gens avec des faits scientifiquement exacts.


Réponse à un article de propagande

25/02/2020

Dans un débat internet sur le climat, les activistes réchauffistes qui sont à cours d’arguments se contentent la plupart du temps de traiter leur interlocuteurs de conspirationniste, d’anti-science, d’adepte de la terre plate, d’être payé par les pétrolières, ou alors ils font une recherche internet et ils spamment la discussion avec des liens trouvés, sans les avoir lus, ni compris, et encore moins validés.

La plupart du temps on me cite skepticalsicence, le pire des blogs de propagande, dont l’auteur, John Cook est aussi la source de la frauduleuse « étude » du « 97% des scientifiques ».
Mais récemment on m’a lancé ce torchon, de « Réseau Action Climat », financé par des organismes environnementalistes et globalistes multimillionnaires:
https://reseauactionclimat.org/reponses-climatosceptiques/

Alors je vais démontrer point par point pourquoi il est faux.

Le climat a déjà changé, ce n’est pas grave !

Réponse : Le climat a toujours changé, quel que soit le moteur de ses changements. Or aujourd’hui, la force motrice dominante provient des activités humaines.

Le climat a toujours changé en effet, c’est indéniable. Le problème est qu’ils ne veulent pas regarder pourquoi. Dans le passé le climat a non seulement varié de façon bien plus importante que maintenant, mais aussi selon des cycles réguliers. Il est primordial de comprendre ces cycles avant de dire que le cycle actuel serait notre faute.
Je vais reculer loin dans le passé et progressivement arriver à notre époque, pour démontrer à quel point le climat a toujours varié et surtout de façon bien plus rapide et radicale que le léger réchauffement qu’on a connu au siècle dernier.
Voici donc les températures et taux de CO2 depuis 500 millions d’années. Graphes construits à partir de plusieurs sources, études et proxy.
Le premier a une échelle de temps variable, ce qui permet de voir plus en détail les époques plus récentes, alors que le 2e a une échelle fixe, ce qui fait que les époques récentes sont représentées par un point.

Ce qu’on y voit qui est à retenir:
-Il y a un peu plus de 600 millions d’années (apparait seulement sur le premier graphe), la terre était gelée jusqu’à l’équateur, malgré des taux de CO2 pouvant aller jusqu’à 20 fois le taux actuel. Ces évènements ce sont produit plusieurs fois dans l’histoire de la planete, et sont appelés « snowball earth ». Si le CO2 avait vraiment l’effet de serre puissant qu’on nous dit, la terre n’aurait pas gelé.
-Nous sommes actuellement dans la période la plus froide et la plus pauvre en CO2 depuis 500 millions d’années, qui subit des ères glaciaires a répétition depuis 3 millions d’années.
-A pratiquement aucun endroit sur les graphes il n’y a de corrélation entre hausse de CO2 et hausse de température. La plupart du temps ils évoluent séparément, ou même à l’opposé. Il y a énormement de facteurs qui ont influencé la température durant ces périodes, puissance du soleil. position des continents etc.. Mais le CO2 n’est pas un de ces facteurs.

Rapprochons nous de notre période froide, avec ères glaciaires à répétition depuis environ 3 millions d’années:

Ce qui est important de remarquer :
-Les cycles sont réguliers, environ 100 000 ans d’ère glaciaire, entrecoupé de 10 000 ans de période interglacaire. Cec cycles sont les cycles de Milankovitch (cycles orbitaux et obliquité de la terre)
-Notre période interglaciare à nous, celle à droite, est la moins chaude de toutes
-Notre période interglacaire dure depuis environ 10 000 ans, soit la durée moyenne avant de retourner à la prochaine ère glaciaire.
-Durant tout ce temps, le co2 était très bas, et augmentait légèrement APRES les hausses dramatiques de température à la fin des ères glaciaires. Ensuite il commencait à descendre APRES que la période interglaciaire soit terminée. Les délais entre la hausse de température et la hausse de CO2 qui suivait pouvait aller jusqu’à 800 ans. Le CO2 ne pouvait donc pas être un des facteurs qui influencait la température. Pourtant Al Gore a utilisé ces données dans son film pour faire croire à l’opposé. Il a exagéré l’échelle du CO2 et placé les graphes un au dessus de l’autre et non pas superposés, afin qu’on ne puisse pas voir que la température augmentait AVANT le CO2.
.
-Durant la dernière ère glaciaire le CO2 est descendu tellement bas (180ppm), qu’il est passé tout près du taux à partir duquel toute vie (autre que microbienne) cesse sur terre (150ppm). A partir de 150ppm et moins, les plantes meurent, le phytoplanction meurt, et ensuite tout le reste.
Heureusement, il s’est mis à remonter (naturellement) et ce bien avant les premières civlisation humaines.

Ensuite si on s’appproche de notre interglaciaire actuel.

Ce qui est important de remarquer:
-Le premier graphe inclue la fin de la dernière ère glaciaire, notamment le Younger Dryas. Durant cette période il y a eu des changements radicaux de température, allant jusqu’à 10 degrés en moins de 10 ans. Alors que le réchauffement au 20e siècle (supposément dramatique et notre faute) a été de 1 degré en 100 ans.
-Il est à noter que toutes les périodes chaudes durant l’holocène ont été plus chaudes que la période actuelle.
-Notez aussi que les périodes chaudes correspondent à des périodes prospères pour l’humanité et ont vu naitre les premières grandes civilisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines, migration et chute des empires.
-Et remarquez aussi comment ces cycles sont réguliers. Ils sont causées par des cycles solaires, un des cycles longs sur lequels chevauchent d’autres cycles plus courts.

Et si on se rapproche jusqu’au 20e siècle, c’est là que ça devient intéressant parce que c’est supposément la partie qui est notre faute, qui est censée être « exceptionnelle ».
Les alarmistes ignorent volontairement tous les cycles et périodes chaudes avant le 20e siècle, parce que ça contredirait leur dogme. Ca démontrerait que les températures actuelles ne sont pas du « jamais vu » et qu’il y a déjà eu des périodes plus chaudes ou qui ont changé plus rapidement, sans CO2 et sans activité humaine.
Habituellement les réchauffistes partent toujours de 1880. Ce qui comme par hasard est juste vers la fin du Little Ice Age qu’on a vu sur les graphes précédents, qui est la période la plus froide des derniers 8000 ans. Il est tout à fait normal que ça se soit réchauffé un peu depuis. Ca serait arrivé même si l’humain n’avait pas existé.
Et durant le 20e siècle, le réchauffement a commencé AVANT que l’humain ne commence à émettre du CO2 de façon significative, et quand on a commencé (vers 1940, le boom industriel d’après guerre) et bien la température est descendue jusqu’en 1975, avant de recommencer à monter jusqu’en 1998.
Donc la température n’a pas suivi le CO2, encore une fois pas de corrélation.


Par contre la corrélation avec les cycles solaires est très forte.


Et maintenant le 21e siècle: la fin du réchauffement. Depuis 1998, il n’y a plus aucun réchauffement significatif. Poutant le CO2 lui continue d’augmenter, en petite partie à cause de L’humain (environ 3% des émissions) mais surtout naturellement. Nous sommes au sommet du cycle, c’est normal que le réchauffement cesse, ensuite le refroidissement va arriver.

Les organismes dont le financement dépend du niveau d’alarmisme, et tous ceux qui politiquement en profitent d’une façon ou une autre ont tenté de diminuer l’importance de ce plateau des températures. Il y a eu manipulation de données (NASA,NOAA), des campagnes médiatiques de « année la plus chaude de l’histoire » (comme si l’histoire commencait uniquement en 1880) ou « décennie la plus chaude de l’histoire », en jouant avec des centièmes de degrés, pour faire oublier le fait qu’il n’y a plus de réchauffement, hormis quelques épisodes temporaires El Nino (pics de réchauffement cycliques, dus à des cycles océaniques)
Voici les données données de température satellitaire les plus précises (graphe interactif): La hausse depuis 20 ans est tellement faible qu’elle est en dessous de la marge d’erreur, et loin en dessous des prédictions alarmistes.
http://www.woodfortrees.org/graph/uah5/from:1998

Donc oui le climat à toujours varié, et de façon bien plus importante que maintenant, et sans aucune corrélation avec le CO2, ni l’activité humaine.

Pourtant ils affirment que la force motrice dominante des variations du climat provient de l’activité humaine. Leur hypothèse simpliste est que l’humain émet du CO2, le CO2 est un gaz à effet de serre, donc l’humain réchauffe la planète. Non seulement jamais ça n’a pu être prouvé malgré tous les milliards dilapidés en recherche dans ce domaine, mais plus la science avance, et plus les observations réelles contredisent l’hypothèse, plus on se rend compte que l’impact de l’humain sur le climat est totalement insignifiant.

Les observations réelles ne correspondent pas à leur modèles informatiques:

Non seulement les émissions humaines de CO2 sont ridiculement infimes comparées aux émissions naturelles (principalement le dégasage des océans et les volcans sous-marins), mais même le total du CO2 dans l’atmosphère reste infime, à 400 parties par millions (ppm).

Et en plus, l’effet de serre du CO2 a été grandement exagéré pour servir un agenda politique. Dans la réalité l’effet de saturation de bande du CO2 fait que passé 400ppm (le taux actuel) l’effet de serre du CO2 devient de plus en plus insignifiant. Même si on pouvait tripler ou quadrupler le CO2, ça n’aurait pas d’impact significatif sur le climat. Par contre ça aurait des effets grandement bénéfiques pour les plantes, l’agriculture et la vie en général.

Donc leur premier point est faux, l’humain n’est pas la force motrice dominante derrière les variations du climat, ni même une force mineure. L’impact de l’humain est insignifiant et celui du CO2 extrèment limité.
La force dominante pour les variations a court termes sont les cycles solaires (cycle de 22 ans) à moyen terme les cycles océaniques (65 ans), à long terme aussi ce sont des cycles solaires plus longs, et à très long terme ce sont les cycles de Milankovitch (cycles orbitaux et d’oblicité (axe de la terre))


« Les températures n’augmentent plus depuis 1998 ! »

Réponse : Comparer les données climatiques par rapport à une seule année n’a pas de solidité statistique. Des périodes de référence plus longues (au moins 30 ans) permettent de mieux appréhender les phénomènes.

Comme j’ai démontré en réponse à la première question, oui il est important de regarder des cycles sur une plus longue période, ce qu’ils refusent de faire, mais il est important de montrer cette courte période depuis 1998 parce qu’elle contredit toutes les prédictions alarmistes qui annoncaient un réchauffement important et rapide. Et effectivement, par définition le climat se défini sur une période de 30 ans pour une région donnée, sauf que nous sommes déjà rendu à 22 ans, ça commence a être significatif. Et il est plus que probable que comme nous sommes au sommet d’un cycle long, donc ce qui suit est un refroidissement. Alors malgré leur espoirs de réchauffement pour pouvouir entretenir leur arnaque, ça n’arrivera pas.

Aussi il est important de noter qu’ils utilisent un graphe manipulé qui a fait disparaitre la période de refroidissement de 1940 à 1975. A l’époque les « experts » disaient qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente (et que c’était notre faute).
Et effectivement entre 1940 et 1975, alors que l’humnaité commencait a émettre du CO2, la température se refroidissait:

Les alarmistes font une réécriture de l’histoire en essayant de faire disparaitre les traces de ces prédictions erronnées embarassantes.

https://stevengoddard.files.wordpress.com/2013/05/screenhunter_394-may-21-04-37.jpg?w=640&h=334&h=334
Source:https://www.sciencenews.org/view/download/id/37739/name/CHILLING_POSSIBILITIES
Tout comme ils le font maintenant en effacant les données enmbarassantes et en modifiant des données de température passées, comme le scandale de la NASA qui refoidit le passé et réchauffe le présent, afin de donner une tendance à la hausse qui n’est plus là. Ou le NOAA qui a réchauffé les données récentes pour faire disparaitre la « pause », le plateau des température, tout juste avant la conférence sur le climat de Paris. Il était embarassant pour les politiciens de réclamer des taxes carbone et du contrôle de la population alors qu’il n’y avait plus aucun réchauffement, alors ils l’ont fabriqué.
C’est ce qu’ils font ici en utilisant des graphes manipulés.


« Avec l’hiver et le printemps froids que l’on vient de subir, on parle encore de réchauffement climatique !? »

Réponse : Une journée froide, ou une année froide en un lieu donné, n’a rien à voir avec les tendances de long terme (les variations du climat s’évaluent sur au moins 30 ans) qui montrent une hausse des températures à l’échelle planétaire.

Ils disent ça à chaque fois. Quand c’est un record de froid (et il y en a de plus en plus), c’est de la météo, c’est pas important.
Mais à la moindre hausse de température, tous les médias en parlent et que c’est une « preuve » du réchauffement cliamtique..
En plus ils mentent en disant que la tendance actuelle est au réchauffment alors que depuis plus de 20 ans, c’est un plateau.
Un bon exemple de manipulation est le récent article qui a fait le tour des médias qui disait qu’il y avait eu un record de chaleur de 20 degré au pôle sud! Tout les médias en ont parlé et aucun des supposés « Fact Checkers » de facebook ou des grands médias n’ont dit quoique ce soit pour rectifier les faits. Voici où a été pris le « record », un endroit très loin du pôle sud, même si techniquement faisant partie du continent Antarctique, situé à un endroit où il est normal d’avoir des températures semblable en plein été austral et où les données historiques de température ne remontent pas très loin:

(Record qui en passant n’a pas été homologué, parce que les façons utilisées pour prendre la température ne respectaient pas les normes)
C’est aussi ridicule que de dire qu’une température de 30 degrés en été à Toronto était 30 degrés au pôle nord, parce que le pôle nord est au Canada.


« Il faisait plus chaud au Moyen Âge »

Réponse : Les températures moyennes globales sont aujourd’hui plus élevées que celles connues au Moyen-Âge.

Comme j’ai démontré en réponse à la première question, il y a eu plusieurs cycles chauds durant notre période interglacaire, et TOUS ont été plus chauds que le cycle actuel. Nous sommes près des températures du moyen âge, et avec des manipulations de données, ils arrivent à faire croire que les température actuelles sont légèrement plus chaudes, mais les données historiques démontrent le contraire. Par exemple les Vikings ont colonisé le Gröenland (terre verdoyante) et l’est du Canada où ils ont construit des bateaux durant l’optimum médiéval, et ils ont dû abandonner les colonies durant le Little Ice Age. Même aujourd’hui il serait impossible ou très difficile pour les vikings avec les technologies de l’époque de survivre au Gröenland, et l’endroit dans l’est du Canada où il y a des ruines vikings, il n’y a plus aucun arbre qui pousse, climat trop froid et aride.
Et si on recule plus loin lors de l’optimum romain, il faisait plus chaud encore. Aujourd’hui quand les glaciers reculent dans les Alpes, on y retrouve des arbres et des artéfacts romains. Ce qui signifie qu’à l’époque romaine, les arbres poussaient et les romains y circulaient, alors qu’aujourd’hui ce sont des glaciers.

Ce graphe est incomplet, à cause de a limite du proxy, il se termine dans la premiere moitié du 20e siècle. La partie en rouge sur ce graphe est ajoutée par les alarmistes pour essayer de faire croire que les températures d’aujourd’hui sont plus chaudes. Mais cette manipulation est malhonnète. Ils ont ajouté un dataset de température de thermomêtres pris partout dans le monde, à des données de proxy qui viennent de carottes de glace au Gröenland.

Un autre truc qu’ils utilisent souvent c’est de dire que ces températures chaudes n’existaient que pour l’Europe (l’Atlantique nord dans leur article). Pourtant il a été démontré avec des dizaines d’études partout dans le monde que l’optimum médiéval et le Little Ice Age ont été ressentis partout sur le globe (référence en annexe).

Ou alors ils disent que c’est à cause qu’il n’y avait pas beaucoup de volcans. Mais les volcans (en envoyant dans l’atmosphere des particules qui bloquent le soleil) ne refroidissent le climat que pour quelques années, pas des centaines d’années. Cet explication est donc fausse aussi.

Pendant des années les alarmistes ont tenté de faire disparaitre l’optimum médiéval, parce que trop embarassant et contredisant leur dogme. Michael Mann a essayé avec son frauduleux « hockey Stick », et il y a encore quelques brainwashé qui y croient, malgré qu’il éait été démontré comme une gigantesque fraude.
Dans les emails qui ont été coulés, il y a des références à des tentative de faire disparaitre l’optimum médiéval (MWP: Medieval Warm Period)

(5111) Pollack:
But it will be very difficult to make the MWP go away in Greenland.

Climategate

I get the sense that I’m not the only one who would like to deal a mortal blow to the misuse of supposed warm period terms and myths in the literature
-Jonathan Overpeck (Lead Author IPCC)

Ou simplement reconnaitre que la période médiévale a été plus chaude que maintenant:

(5096) Cook:
A growing body of evidence clearly shows [2008] that hydroclimatic variability during the putative MWP (more appropriately and inclusively called the « Medieval Climate Anomaly » or MCA period) was more regionally extreme (mainly in terms of the frequency and duration of megadroughts) than anything we have seen in the 20th century, except perhaps for the Sahel. So in certain ways the MCA period may have been more climatically extreme than in modern times.

Climategate

Alors non les températures actuelles ne sont pas plus élevées qu’à l’époque médiévale, même si elles s’en rapprochent. Et elles sont plus froides que tous les autres cycles chauds depuis la fin de la dernière ère glaciaire aussi. Donc notre cycle chaud n’a rien d’exceptionnel, et est le moins chaud de tous.

« Le Groenland était vert, recouvert d’herbe (lorsqu’il a été découvert par les Vikings il y a 1000 ans) ! »

Réponse : Les carottages sur place montrent que la calotte glaciaire du Groenland existe depuis au moins 400000 ans !

Personne n’a jamais dit que le Gröenland était complètement libre de glace a l’époque médiévale! Mais bien que les périphéries étaient plus dégagées que maintenant, et qu’il faisait assez chaud pour y faire pousser du fourrage et élever des chèvres, pendant 300 ans. Le nom « Gröenland », terre verdoyante était une tentative de marketing pour attirer les colons.
La preuve étant que même aujourd’hui, quand les glaces reculent, on y découvre des artéfacts vikings. Donc les glaces étaient encore plus reculées qu’aujourd’hui au Moyen-âge.


« Il n’y a pas de consensus scientifique sur le réchauffement climatique »

Réponse : 97 % des scientifiques de la planète compétents en matière climatique s’accordent à dire qu’il y a bien un réchauffement climatique et que ce phénomène est d’origine humaine.

Ceci est totalement faux. Jamais il n’y a eu de consensus des scientifiques sur le sujet. Il y a eu quelques études pour essayer de fabriquer ce pseudo consensus. La première est Doran-Zimmerman, un simple sondage de deux questions, envoyés à 10000 scientifiques. Environ 3000 ont répondu. Et parmi ces 3000 répondants, ils ont soigneusement sélectionné seulement 77, dont 75 disaient ce qu’ils voulaient entendre. Pour y arriver ils ont sélectionnés seulement les climatologues qui avaient publié récemment, soit ceux dont le travail dépend du niveau d’alarmisme pour générer des fonds. Donc 97% de 77 scientifiques choisis, et non pas 97% de tous les scientifiques. C’Est ça qu’ils appelent « compétents en matière climatique ».

La deuxième « étude » est encore plus malicieuse, il s’agit de Cook & Al. John Cook est l’auteur du blog de propagande Skepticalscience.com. Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain.
Cette étude à fait le tour de tous les médias et c’est encore aujourd’hui celle qui est cité comme « preuve » du consensus.

Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur papiers avaient été classé comme étant parmis le 97%. Ce qui a éveillé des soupcons sur la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant: 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient reéellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%…

Et comme cette étude a été démontré frauduleuse, il y a eu quelques autres tentatives de fabriquer un consensus artificiel, mais peu crédibles. Et même un ridicule qui dit 100% des scientifiques! Alors que les scientifiques sceptiques sont légions..

Et de toute façon la science ne fonctionne pas par sondage d’opinion, mais avec les faits et les observations. Cette mentalité de consensus
scientifique est digne de l’époque de Galilée ou de Darwin. En réalité un consensus et une affaire de politique, pas de science.
Utiliser ce pseudo-consensus est un argument fallacieux d’appel à l’autorité. Le fait que des Académies et organisations soumise à l’influence politique et dont le financement dépend en quasi-totalité s’y sous soumises, n’est pas un gage de vérité non plus.


« Le GIEC est trop alarmiste, son jugement est biaisé »

Réponse : Les publications officielles du GIEC sont une synthèse des connaissances scientifiques, qui incluent des publications qui font l’unanimité ainsi que celles qui sont contestées.

Le GIEC est un organe de propagande de L’ONU. Le GIEC ne fait aucune recherche et n’emploie aucun scientifique. Le fonctionnement du GIEC est le suivant:
-Des « experts » bénévoles analysent et commentent une série d’études choisies par le GIEC. Ils en font un rapport préléminaire.
-Des bureaucrates et activistes (meme de Greenpeace) reprennent ces commentaires, ignorent ceux qui ne convienent pas à l’agenda, et en font un autre rapport.
-D’autres bureaucrates et représentants des gouvernements prennent le rapport et en font un « résumé pour les décideurs » qui sera utilisé comme référence par les gouvernements pour imposer controles et taxes carbones. Ce résumé pour les décideurs et complètement différent et souvent même en contradiction avec le rapport original. Ce qui a enragé et choqué beaucoup des « experts », au point ou plusieurs ont quitté et même du aller en cours pour faire retirer leur nom de la liste des scientifiques sur le rapport du GIEC.
Voici quelques citations d’experts du GIEC (liste plus exhaustive en annexe):
« Les résumés des politiques du GIEC, rédigés par un petit groupe de leurs agents politiques, contredisent fréquemment le travail des scientifiques qui préparent les évaluations scientifiques. Pire encore, une partie du libellé des parties scientifiques a été modifiée par les décideurs politiques après que les scientifiques ont approuvé les conclusions. »
-Peter Friedman, Climatologue

« The IPCC attracted more people with political rather than academic motives. In AR4, green activists held key positions in the IPCC and they succeeded in excluding or neutralising opposite voices. »
-Dr Richard Tol

« The IPCC global warming model is not supported by the scientific data. »
-Dr Tom Segalstad

« All of my comments were ignored without even a rebuttal. At that point, I concluded that the IPCC Reports were actually intended to be advocacy documents designed to produce particular policy actions, but not as a true and honest assessment of the understanding of the climate system. »
-Dr Roger Pielke

« The IPCC has become too political. Many scientists have not been able to resist the siren call of fame, research funding and meetings in exotic places that awaits them if they are willing to compromise scientific principles and integrity in support of the man-made global-warming doctrine. »
-Dr Johannes Oerlemans

« Some government delegates influencing the IPCC Summary for Policymakers misrepresent or contradict the lead authors. »
-Dr Martin Manning

« I am doing a detailed assessment of the IPCC reports and the Summaries for Policy Makers, identifying the way in which the Summaries have distorted the science. I have found examples of a summary saying precisely the opposite of what the scientists said. »
-Dr Philip Lloyd

Alors NON le GIEC n’est pas une référence crédible et leurs rapports sont biaisés et manipulés pour appuyer un angenda politique


« Les espèces (animales et végétales) vont s’adapter »

Réponse : On assiste déjà à l’extinction d’un grand nombre d’espèces, celles-ci ne pouvant pas s’adapter assez vite à des changements climatiques aussi rapides.

On a démontré clairement plus haut que les changements actuels sont loins d’être « rapides » ou « jamais vu ». Au contraire il y en a eu de multiples qui sont beaucoup plus importants et plus rapides. Alors cette histoire d’extinction ne tient pas la route. En plus l’étude qui a circulé dans les medias à propos d’une 6e extinction de masse est exagérée et a été contredite par des scientifques, mais il est intéressante de noter que l’un des co-auteurs est Paul Ehrlich. Celui-là même qui en 1969 nous disait que l’humanité allait vers l’extinction à cause du refroidissement climatique et la famine, que dès les années 1980 des milliards de gens seraient morts et que dès 2000, l’humanité serait quasiment anéantie. A moins bien sûr qu’on se soumette à une dictature qui allait contrôler les naissances, bannir les moteurs à essence et changer radicalement notre mode de vie. Ça ne vous semble pas familier? Et il y a encore des gens pour le croire aujourd’hui quand il dit que le réchauffement climatique cause la 6e extinction de masse?


« Fixer des limites d’émission de CO2 est suicidaire dans le contexte économique »

Réponse : Le coût d’une action aujourd’hui (tant qu’il est encore temps) est minime, comparé à ce que les changements climatiques nous coûteront à l’avenir si on ne fait rien.

Au contraire, il a été évalué qu’il couterait au minimum 50 fois plus cher de faire des « actions », qui seraient de toute façon futiles parce que l’humain ne peut pas changer le climat, que de simplement s’adapter aux variations du climat, qui sont de toute façon naturelles, comme nos ancêtres l’ont fait depuis des millénaires.

Et même que depuis cette évaluation il y a quelques années, les coûts des actions proposées maintenant pour « combattre le CO2 » augmentent toujours et sont rendu à des niveaux qui dépassent l’entendement, dans les millions de milliards, pour supposément éviter que la température monte de 1 ou 2 degrés d’ici 100 ans.

On a vu au début de ce texte que le CO2 n’est pas responsable des variations du climat, il ne l’a jamais été depuis des centaines de millions d’années, et que le CO2 est la base de la vie sur terre, pas un polluant. Alors oui il est suicidaire au niveau biologique de tenter de limiter le CO2. Et oui il est suicidaire économiquement de limiter toute activité humaine et de dilapider des millions de milliards dans des projets ridicules qui n’auront aucun impact mesurable sur le climat. Ceux qui militent pour ça sont ceux qui profiteraient de cette arnaque financièrement et politiquement.
Il est beaucoup plus probable en regardant les cycles naturels passés, que ce qui suit est un cycle froid, qu’importe ce que les politiciens vont tenter de faire.
Je suis même prêt à parier que quand le refoidissement va s’installer, ils vont dire soit que c’est des « changements climatiques » et que donc c’est encore notre faute et qu’il faut continuer à payer des taxes et donner plus de pouvoir à L’ONU, ou alors que c’est parce que leurs efforts auront porté fruits pour ralentir le réchauffement (même si les émissions de CO2 augmentent toujours) et qu’il faut continuer à payer des taxes et donner plus de pouvoir à L’ONU….


« Le responsable, c’est le Soleil ! »

Réponse : Durant les 35 dernières années, au cours desquelles le climat s’est réchauffé, l’activité du soleil a eu tendance à diminuer.

Cette réponse est malhonnète pour plusieurs raisons:
-Ils ne prennent qu’un des cycles solaire comme référence, le plus court, il y en a d’autres, et des cycles océaniques aussi.
-Ils disent que le cliamt s’est réchauffé depusi 35 ans ,alors que depuis 22 ans ce n’est pas le cas.
-Ils ne prennent pas en compte qu’il y a un délai entre la diminution de l’activité solaire et l’influence sur la température de l’atmosphère. Le soleil réchauffe principalement la terre en réchauffant les océans, qui eux réchauffent ensuite l’atmosphère. Et la masse d’eau retient la chaleur ce qui peut induire un délai de plusieurs années. C’est pour ça que toute les reconstructions de température montrent des réchauffement plus rapides que les refroidissement, particulièrement lors des entrées et sorties d’ère glaciaires.

Voici un exemple avec les cycles océaniques de 65 ans et le cycle long de 230 ans, avec une forte corrélation avec la température (qui elle est aussi influencée par les cycles courts de 11/22 ans). En se basant sur ces cycles on devrait donc entrer dans un cycle froid important d’ici quelques années au plus tard, probablement avant, si ce n’est pas déjà commencé.


« C’est la faute d’El Nino ! »

Réponse : El Niño est un phénomène influant sur la température moyenne globale, mais ce phénomène est éphémère et n’a donc pas d’impact sur la tendance de long terme.

Probablement la seule chose qu’ils ont dit de vrai, à l’exception que jamais j’ai entendu un seul sceptique pense que El Nino est responsable du réchauffement climatique. On sait très bien que les pics El Nino sont des cycles océaniques et n’ont qu’un impact temporaire sur le climat.


« C’est la faute de la chaleur urbaine »

Réponse : Bien que les zones urbaines soient sans conteste plus chaudes que les zones rurales avoisinantes, cela n’a que peu d’effets, voire aucun, sur la tendance au réchauffement global observée.

En effet l’effet d’ilôt de chaleur urbain n’affecte que les villes et les endroits entourés de béton et d’asphalte. Le problème est que maintenant la plupart des stations de prise de données de température sont dans les villes et les aéroports, ce qui fausse à la hausse des données de température.
Et ils le savent bien.

https://i1.wp.com/wattsupwiththat.com/wp-content/uploads/2007/05/Marysville_issues1.jpg?w=480&ssl=1
https://i0.wp.com/wattsupwiththat.com/wp-content/uploads/2016/02/picacho8se-looking-n.jpg?w=640&ssl=1


« Il n’y a pas à s’inquiéter, c’est un phénomène naturel, un cycle »

Réponse : Un cycle naturel répond à un forçage, une force motrice elle même naturelle. Or aucune force motrice connue ne peut expliquer le réchauffement observé, si ce n’est les émissions de gaz à effet de serre provoquées par les activités humaines.

Wow! celle-la mérite le prix Nobel de la stupidité. L’entièreté des réchauffements et refroidissements depuis des millénaires peuvent être expliqués par les cycles naturels (solaires, orbitaux, océaniques). Alors que JAMAIS ces variations n’ont pu être expliquées par l’hypothèse du CO2 ou de « forcages » qui ne sont que des entourloupes qui n’existent que dans les modèles informatiques et qui nont jamais existé dans la réalité. Même les prédictions faites en se basant sur l’hypothèse du CO2 ou des forcages ont toutes été erronées. Donc cette affirmation ne tient absolument à rien.


« C’est la faute de la vapeur d’eau »

Réponse : La vapeur d’eau n’est pas un moteur des changements climatiques ; elle ne fait qu’y réagir, et peut l’amplifier.

Encore une fois une affirmation gratuite que jamais un climatosceptique n’a prononcée. Ce que les climato-sceptiques disent c’est que la quasi-totalité de tous les gaz à effet de serre, c’est la vapeur d’eau. Et que le CO2 lui est en quantité infime, et que donc la vapeur d’eau à plus d’impact que le CO2. Mais l’humain n’a aucune influence sur le taux de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Ce que les sceptiques disent est pour démontrer l’insignifiance du CO2 par rapport à la vapeur d’eau, pas pour mettre la faute des variations de température sur la vapeur d’eau. Ce que les sceptiques disent c’est que les principaux facteurs responsables sont ailleurs que les GES.



Donc en conclusion, l’article produit par des organismes milliardaires et un ramassis de propagande mensongères. Et c’est normal, ils ont avantage à garder cette arnaque en vie le plus longtemps possible, elle leur permet d’accumuler des milliards et propager leur idéologie.


ANNEXES
Dansa le but d’alléger le texte, j’ai placé ici quelques références en appui au texte. Il se peut que j’en ai oublié quelques unes, je vais les ajouter au fur et à mesure.

Global Cooling:

https://www.investorvillage.com/smbd.asp?mb=11227&mn=11275&pt=msg&mid=12812972

https://news.google.com/newspapers?id=lzI_AAAAIBAJ&sjid=PlEMAAAAIBAJ&dq=climate%20expert%20new%20ice%20age%20coming%20hubert%20lamb&pg=4365,2786655

Optimum mediéval et little ice age global:
https://i0.wp.com/www.science-skeptical.de/wp-content/uploads/2009/11/Globe-1250×765-mit-Graphen-und-Linien-JPEG1.jpg?zoom=2
http://pages.science-skeptical.de/MWP/MedievalWarmPeriod.html

How not to measure temperature

How not to measure temperature

How not to measure temperature (or climate change) #96

A propos de John Cook, blogeur auteur the Skepticalscience
John Cook est l’auteur de Cook & al. la frauduleuse étude du « 97% des scientifiques ». Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain.
Cette étude à fait le tour de tous les médias.
Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur papiers avaient été classé comme étant parmis le 97%. Ce qui a éveillé des soupcons sur la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant: 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient reéellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%…

The Cook '97% consensus' paper, exposed by new book for the fraud that it really is

John Cook se photoshoppe en Nazi:
http://www.populartechnology.net/2012/03/truth-about-skeptical-science.html

John Cook a fait du vol d’identitié, personifié un scientifique pour essayer de le discréduiter.
https://motls.blogspot.com/2015/07/identity-theft-thief-of-lubosmotl-turns.html

Comment John Cook et ses amis sur Skepticalscience font la « chasse au sceptiques » et essayent de leurs nuire et de leurs faire perdre leur emplois:
https://www.forbes.com/sites/rogerpielke/2020/02/09/a-climate-blacklist-that-works-it-should-make-her-unhirable-in-academia/#6bdbb3586368

50 to 1:
Même si le changement climatique était causé par l’humain est le CO2 (ce qui n’est pas le cas) ça couterait 50 fois plus cher de tenter de l’empêcher que de simplement s’adapter.

Citations de Paul Ehrlich

« En 1985, il y aura eu assez de morts pour réduire la population de la terre à un niveau acceptable, comme 1,5 milliard »
Une de ses « solutions »:
« L’addition de stérilisant temporaire dans la nourriture de base, ou l’approvisionnement en eau, avec une distribution d’antidote chimiques [pour avoir des enfants] , peut-être par lotterie ».
Et la première ligne de son livre, Population Bomb, sorti en 1968:
« The battle to feed all of humanity is over. In the 1970’s and 1980’s hundreds of millions of people will starve to death in spite of any crash programs embarked upon now. »
(Notez que aujourd’hui Paul Ehrlich dit que l’humain cause le réchauffement et est responsable de la « 6e extinction de masse »… Et il y a encore des gens pour croire cet idiot)

Michael Mann et le Hockey Stick
https://www.manhattancontrarian.com/blog/2019-8-26-michael-mann-hockey-stick-update-now-definitively-proven-to-be-fraud
https://i1.wp.com/principia-scientific.org/wp-content/uploads/2017/07/graphs.jpg?resize=550%2C398

Cycles de Milankovitch

Autres citation d’Expert du GIEC

Citation d’experts ayant travaillé pour GIEC, mais dont le GIEC a ignoré tous leurs commentaires

The IPCC notes that ‘No significant acceleration in the rate of sea level rise during the 20th century has been detected.’ (This did not appear in the IPCC Summary for Policymakers).

-Dr Robert Balling

Rising levels of airborne carbon dioxide don’t cause global temperatures to rise…. temperature changed first and some 700 years later a change in aerial content of carbon dioxide followed.

-Dr. Lucka Bogataj

Little known to the public is the fact that most of the scientists involved with the IPCC do not agree that global warming is occurring. Its findings have been consistently misrepresented and/or politicized with each succeeding report.

-Dr John Christy

Humans have only contributed a few tenths of a degree to warming on Earth. Solar activity is a key driver of climate.

-Dr Rosa Compagnucci

The empirical evidence strongly indicates that the anthropogenic global warming hypothesis is wrong.

-Dr Richard Courtney

I’m not going to just spout off and endorse the IPCC because I don’t have confidence in the process

-Dr Judith Curry

Global temperatures have not been changing as state of the art climate models predicted they would. Not a single mention of satellite temperature observations appears in the (IPCC) Summary for Policymakers.

-Dr Robert Davis

In 1996, the IPCC listed me as one of approximately 3,000 ‘scientists’ who agreed that there was a discernable human influence on climate. I didn’t. There is no evidence to support the hypothesis that runaway catastrophic climate change is due to human activities.

-Dr Willem de Lange

Government decision-makers should have heard by now that the basis for the longstanding claim that carbon dioxide is a major driver of global climate is being questioned; along with it the hitherto assumed need for costly measures to restrict carbon dioxide emissions. If they have not heard, it is because of the din of global warming hysteria that relies on the logical fallacy of ‘argument from ignorance’ and predictions of computer models.

-Dr Chris de Freitas

Much more progress is necessary regarding our current understanding of climate and our abilities to model it.

-Dr Oliver Frauenfeld

Using a flawed eddy diffusion model, the IPCC has grossly underestimated the future oceanic carbon dioxide uptake.

-Dr Peter Dietze

It is time for a reality check. The oceans and coastal zones have been far warmer and colder than is projected in the present scenarios of climate change. I have reviewed the IPCC and more recent scientific literature and believe that there is not a problem with increased acidification, even up to the unlikely levels in the most-used IPCC scenarios.

-Dr John Everett

The IPCC refused to consider the sun’s effect on the Earth’s climate as a topic worthy of investigation. The IPCC conceived its task only as investigating potential human causes of climate change

-Dr Eigil Friis-Christensen

I never fully accepted or denied the anthropogenic global warming (AGW) concept until the furor started after [NASA’s James] Hansen’s wild claims in the late 1980’s. I went to the [scientific] literature to study the basis of the claim, starting at first principles. My studies then led me to believe that the claims were false.

-Dr Lee Gerhard

Climate change is unlikely to be the world’s most important environmental problem of the 21st century. There is no signal in the mortality data to indicate increases in the overall frequencies or severities of extreme weather events, despite large increases in the population at risk.

-Dr Indur Goklany

The (IPCC) climate change statement is an orchestrated litany of lies.

-Dr Vincent Gray

We can expect the climate crisis industry to grow increasingly shrill, and increasingly hostile toward anyone who questions their authority.

-Dr Kenneth Green

Claims such as ‘2,500 of the world’s leading scientists have reached a consensus that human activities are having a significant influence on the climate’ are disingenuous … The actual number of scientists who backed that claim was only a few dozen.

-Dr Mike Hulme

There are many factors which cause climate change. Considering only greenhouse gases is nonsense and harmful. When people know what the truth is they will feel deceived by science and scientists.

-Dr Kiminori Itoh

There is no proven link between human activity and global warming. I think the panic over global warming is totally unjustified. There is no serious threat to the climate.

-Dr Yuri Izrael

Temperature measurements show that the climate model-predicted mid-troposphere hot zone is non-existent. This is more than sufficient to invalidate global climate models and projections made with them.

-Dr Steven Japar

This number (of receding glaciers reported by the IPCC) is not just a little bit wrong, but far out of any order of magnitude … It is so wrong that it is not even worth discussing

-Dr Georg Kaser

I’m not holding my breath for criticism to be taken on board, which underscores a fault in the whole peer review process for the IPCC: there is no chance of a chapter [of the IPCC report] ever being rejected for publication, no matter how flawed it might be.

-Dr Aynsley Kellow

I have carefully analysed adverse impacts of climate change as projected by the IPCC and have discounted these claims as exaggerated and lacking any supporting evidence.

-Dr Madhav Khandekar

The alarmist passages in the (IPCC) Summary for Policymakers have been skewed through an elaborate and sophisticated process of spin-doctoring.

-Dr Hans Labohm

There is no scientific merit to be found in the Executive Summary. The presentation sounds like something put together by Greenpeace activists and their legal department.

-Dr. Andrew Lacis

I cannot in good faith continue to contribute to a process that I view as both being motivated by pre-conceived agendas and being scientifically unsound.

-Dr Chris Landsea

The IPCC process is driven by politics rather than science. It uses summaries to misrepresent what scientists say and exploits public ignorance.

-Dr Richard Lindzen

Surface temperature changes over the past century have been episodic and modest and there has been no net global warming for over a decade now. The case for alarm regarding climate change is grossly overstated.

-Dr Harry Lins

I am doing a detailed assessment of the IPCC reports and the Summaries for Policy Makers, identifying the way in which the Summaries have distorted the science. I have found examples of a summary saying precisely the opposite of what the scientists said.

-Dr Philip Lloyd

Some government delegates influencing the IPCC Summary for Policymakers misrepresent or contradict the lead authors.

-Dr Martin Manning

The many references in the popular media to a ‘consensus of thousands of scientists’ are both a great exaggeration and also misleading.

-Stephen McIntyre

The rates of warming, on multiple time scales have now invalidated the suite of IPCC climate models. No, the science is not settled.

-Dr Patrick Michaels

If you go around the globe, you find no sea level rise anywhere.

-Dr Nils-Axel Morner

The IPCC has become too political. Many scientists have not been able to resist the siren call of fame, research funding and meetings in exotic places that awaits them if they are willing to compromise scientific principles and integrity in support of the man-made global-warming doctrine.

-Dr Johannes Oerlemans

All of my comments were ignored without even a rebuttal. At that point, I concluded that the IPCC Reports were actually intended to be advocacy documents designed to produce particular policy actions, but not as a true and honest assessment of the understanding of the climate system.

-Dr Roger Pielke

It’s nonsense to drastically reduce emissions … predicting about the distant future-100 years can’t be predicted due to uncertainties.

-Dr Jan Pretel

As far as the science being ‘settled,’ I think that is an obscenity. The fact is the science is being distorted by people who are not scientists.

-Dr Paul Reiter

I have an involuntary gag reflex whenever someone says the ‘science is settled’. Anyone who thinks the science is settled on this topic is in fantasia.

-Dr Murray Salby

The IPCC global warming model is not supported by the scientific data.

-Dr Tom Segalstad

Isn’t it remarkable that the Policymakers Summary of the IPCC report avoids mentioning the satellite data altogether, or even the existence of satellites–probably because the data show a (slight) cooling over the last 18 years, in direct contradiction to the calculations from climate models?

-Dr Fred Singer

There is clear cut solar-climate coupling and a very strong natural variability of climate on all historical time scales. Currently I hardly believe anymore that there is any relevant relationship between human CO2 emissions and climate change.

-Dr Hajo Smit

The IPCC is not a scientific organization and was formed to regulate carbon dioxide emissions. Claims of human-cause global warming are only a means to that goal.

-Dr Roy Spencer

The IPCC attracted more people with political rather than academic motives. In AR4, green activists held key positions in the IPCC and they succeeded in excluding or neutralising opposite voices.

-Dr Richard Tol

There is so much of a natural variability in weather it makes it difficult to come to a scientifically valid conclusion that global warming is man made.

-Dr Tom Tripp

The (IPCC) mistakes all appear to have gone in the direction of making it seem like climate change is more serious by overstating the impact. That is worrying. The IPCC needs to look at this trend in the errors and ask why it happened.

-Dr Robert Watson

Most of the extremist views about climate change have little or no scientific basis.

-Dr Gerd-Rainer Weber

The public is not well served by this constant drumbeat of alarms fed by computer models manipulated by advocates.

-Dr David Wojick

I am positively convinced that the anthropogenic global warming theory is wrong.

-Dr Miklos Zagoni

Editors, reviewers and authors of alternative studies, analysis, interpretations, even based on the same data we have at our disposal, have been bullied and subtly blackmailed. By writing these lines… a few of my future studies will not see the light of publication.

-Dr. Eduardo Zorita

Unfortunately, the IPCC climate change documents do not provide an objective assessment of the earth’s temperature trends and associated climate change….As one of the invited expert reviewers for the 2007 IPCC documents, I have pointed out the flawed review process used by the IPCC scientists in one of my letters. I have also pointed out in my letter that an increasing number of scientists are now questioning the hypothesis of Greenhouse gas induced warming of the earth’s surface and suggesting a stronger impact of solar variability and large-scale atmospheric circulation patterns on the observed temperature increase than previously believed.

-Madhav L. Khandekar, UN scientist, retired Environment Canada scientist


Texte de Freeman Dyson

04/02/2020

Les articles sur Internet ont tendance a dispaitre avec le temps, et on perd donc souvent des textes importants comme référence, alors j’ai recopié cec texte de Freeman Dyson, un des plus grands scientifiques de notre ère, le successeur de Einstein selon plusieurs.

Texte de Freeman Dyson Décembre 2015

Misunderstandings, questionable beliefs mar Paris climate talks

Representatives from 196 countries are in Paris to negotiate an agreement about climate change, specifically a reduction in greenhouse gas emissions. But the basic beliefs of the UN’s Intergovernmental Panel on Climate Change, which is organizing the talks, are questionable, and any binding agreement would likely do more harm than good.

The IPCC believes climate change is harmful; that the science of climate change is settled and understood; that climate change is largely due to human activities, particularly the release of carbon dioxide into the atmosphere by industrial societies; and that there is an urgent need to fight climate change by reducing the emissions of carbon dioxide.

The most questionable of these beliefs is the notion that the science of climate change is settled and understood. The biggest of all climate changes have been the ice ages, which have covered half of North America and Europe with kilometer-thick sheets of ice. Ice ages happened repeatedly in the past, and we are about due for another one to start. A new ice age would be a disaster far greater than anything we have to fear from climate warming. There are many theories of ice ages, but no real understanding. So long as we do not understand ice ages, we do not understand climate change
.

Another important thing that we do not understand is the possible effect of the sun on climate. The sun’s magnetic activity is strongly variable, and it appears to be correlated with the earth’s climate. When the sun is magnetically active, climate gets warmer. We do not know how much of the warming is caused by the sun. If the effect of the sun is large, any effort to control climate change by human action is futile.

The environmental movement is a great force for good in the world, an alliance of billions of people determined to protect birds and butterflies and preserve the natural habitats that allow endangered species to survive. The environmental movement is a cause fit to fight for. There are many human activities that threaten the ecology of the planet. The environmental movement has done a great job of educating the public and working to heal the damage we have done to nature. I am a tree-hugger, in love with frogs and forests. But I am horrified to see the environmental movement hijacked by a bunch of climate fanatics, who have captured the attention of the public with scare stories. As a result, the public and the politicians believe that climate change is our most important environmental problem. More urgent and more real problems, such as the over-fishing of the oceans and the destruction of wild-life habitat on land, are neglected, while the environmental activists waste their time and energy ranting about climate change. The Paris meeting is a sad story of good intentions gone awry.

The most important fact in the history of the 21st century is that China and India, with about half of the world’s population, are getting rich. To get rich in the next 50 years, they must burn prodigious quantities of coal and add big quantities of carbon dioxide to the atmosphere. China and India have a simple choice to make. Either they get rich and cause a major increase of atmospheric carbon dioxide. Or they stay poor. I hope they choose to get rich. The choice is theirs and not ours. Whatever we may choose to do will not make much difference. The discussions in Paris will not make much difference. The good news is that the main effect of carbon dioxide on the ecology of the planet has nothing to do with climate. The main effect of carbon dioxide is to make the planet greener, feeding the growth of green plants of all kinds, increasing the fertility of farms and fields and forests.

Freeman Dyson is professor emeritus at the Institute for Advanced Study in Princeton.

Source:
https://www.bostonglobe.com/opinion/2015/12/03/freeman-dyson-misunderstandings-questionable-beliefs-mar-paris-climate-talks/vG3oBrbmcZlv2m22DTNjMP/story.html


Pourquoi on DOIT être climatosceptique

03/02/2020

Au collège où je travaille, il y a un groupe de discussion philosophique, et le sujet de la prochaine discussion:
Faut-il être climatosceptique?
https://www.facebook.com/events/468642084043390/
Alors moi je vais y aller pour expliquer Pourquoi on DOIT être climatosceptique.
Ce texte (document de travail pas completé) est ma préparation pour cet évènement. Le texte est lourd et pas très bien présenté, mais j’ai essayer de cruncher le plus d’information possible. Je ne sais pas comment sera la format non plus, le but n’est pas de faire une présentation, mais bien une discussion.

On DOIT être climatosceptique, parce que nos gouvernements imposent des centaines de milliards de taxes vertes et carbones, dilapident l’argent des contribuables dans des projets coûteux et futiles, et nous imposent toutes sorte de contraintes et de limitations, certains très coûteuses. Mais tout ça est basé sur de la politique et de la propagande, pas la science. Il ne faut jamais laisser les gouvernements usurper la science pour appuyer leur agenda politique, qu’importe le sujet. Alors oui on doit s’assurer que quand ils le font, que ça soit réellement appuyé par des faits, et non par de la science « payée » et politisée.

« Quelle que soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin de regarder, que les solutions sont connues et qu’il n’y a plus lieu à débat, inquiétez-vous! C’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion, mais pas de la science. Là où il n’y a plus de débat, il n’y a plus de science. »

-Vincent Courtillot, géophysicien

L’hypothèse du réchauffement climatique causé par l’humain contredit la science:

Le CO2 n’est pas un poison, ni un polluant, il est la BASE de la vie sur terre. Les plantes ont évolué depuis des centaines de millions d’années avec des taux moyens 5 fois le taux actuel. Les plantes sont en mode survie. Déjà avec la petite hausse continue de CO2 depuis quelques décennies, l’effet bénéfique s’est déjà fait sentir. La NASA et le CSIRO ont confirmé que la terre est plus verte et les déserts reculent depuis quelques décennies.
Référence:
https://www.csiro.au/en/News/News-releases/2013/Deserts-greening-from-rising-CO2

Le taux idéal pour les plantes est au moins 1500ppm. C’est le taux recommandé pour favoriser la croissance dans des serres. Non seulement elles poussent plus vite, mais elles ont moins besoin d’eau.
http://www.omafra.gov.on.ca/english/crops/facts/00-077.htm

Et non 1500ppm n’est pas nuisible pour l’humain, c’est probablement moins que le taux actuel dans cette pièce en ce moment. Le taux habituel pour une salle de classe c’est 3000ppm.

-Le principal gas à effet de serre, et de loin, c’est la vapeur d’eau avec 95% des GES (environ 1% de l’atmosphère), alors que le CO2 arrive très loin derrière avec 0,177% des GES (0,04% de l’atmosphere)

Références:
https://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html

Nous sommes actuellement dans une des périodes les plus FROIDES et PAUVRES en CO2 depuis 4 millions d’années. Le taux de CO2 actuel est 6 fois moins que la moyenne des derniers 500 millions d’années. Nous sommes dans une période avec ères glaciaires à répétition, et qui ne semble pas prêt de se terminer. La dernière fois qu’il a fait encore plus froid, c’était il y a 600 millions d’années, alors que la terre était complètement gelée jusqu’à l’équateur, une condition qui est arrivée à quelques reprises dans le passé très lointain, qu’on appelle « Snowball earth ». Pourtant quand c’est arrivé, il y avait au moins 20 fois plus de CO2 dans l’atmosphère que maintenant, soit plus de 8000ppm, alors qu’aujourd’hui c’est 400ppm. Si le CO2 avait un effet de serre significatif, ça n’aurait pas pu arriver. Il y a beaucoup d’autres facteurs bien plus important que le CO2 qui influencetn la température.

Et voici les ères glaciaires depuis quelques centaines de milliers d’années, remarquez comment la période actuelle est la moins chaude de toutes:

Indiquer l’apparition de l’homo sapiens (300 000 ans) et des ours polaires (130 000 ans).

Le CO2 à un effet de serre limité, qui en plus devient insignifiant passé un certain niveau, soit environ 400ppm (le niveau actuel). (Effet de saturation de bande, logarithmique). Ce qui fait que même si on double ou triple le CO2, l’effet « de serre » devient de plus en plus insignifiant.

https://wattsupwiththat.com/2010/03/08/the-logarithmic-effect-of-carbon-dioxide/

https://wattsupwiththat.wordpress.com/2017/11/19/radiative-heat-transfer-by-co2-or-whats-the-quality-of-your-radiation/

Le CO2 a toujours varié naturellement, tout comme la température, et il n’y a jamais eu de corrélation entre une hausse de CO2 et une hausse de température.
La part de CO2 dans l’atmosphère produite par l’humain est infime (3%) comparée à celle de la nature (97%), et donc l’humain à lui seul ne peut pas expliquer la hausse du CO2 depuis 100 ans. Sans l’humain le taux serait approximativement 390ppm au lieu de 400ppm.

La totalité de la période supposée être une « preuve » du réchauffement causé par l’humain est tout simplement la sortie d’une période froide, appelée le « little Ice Age » qui s’est terminé vers 1880, date fétiche des réchauffistes qui prennent toujours cette date, et ignorent les périodes qui ont précédé.
Pourtant on a des données assez précises sur les températures et le CO2 avant 1880. Et ces données montrent des cycles, et que les cycles chauds passés ont été plus chauds que le cycle actuel. Et l’histoire nous montre aussi que ces cycles chauds ont été des périodes prospères qui ont vu naitre les grandes civilisations, alors que les cycles froids ont été des périodes de famines, migrations et chute des empires.

Le supposé réchauffement catastrophique tiens uniquement à ça, et une supposée corrélation avec le CO2. Mais cette corrélation n’existe pas.
Si on regarde le détail du réchauffement au 20e siècle, il n’y a pas de corrélation entre CO2 et température, par contre il y en a une avec les cycles solaires.

Si on regarde des centaines de milliers d’années dans le passé, la seule façon de trouver une corrélation c’est quand la température monte dramatiquement à la fin d’une ère glaciaire, alors le CO2 monte APRES, des fois avec 800 ans de retard. Puis quand il y a un retour à l’ère glaciaire suivante, le CO2 prend plusieurs centaines d’années avant de redescendre. L’explication connue est que les océans absorbent le CO2 quand ils sont froid, mais ils en libèrent quand ils se réchauffent. Le CO2 ne peut donc pas être le facteur qui influence la température, mais bien plutot un léger effet secondaire.
exemple:

Source:
http://joannenova.com.au/global-warming-2/ice-core-graph/

Al Gore a pourtant utilisé cette même étude (carottes de glace de Vostok) dans son film, mais pour établir une relation totalement inverse. Le truc qu’il a utilisé pour tricher est d’avoir placé les graphes un au dessus de l’autre au lieu de les superposer. L’échelle du CO2 est aussi exagérée, et finalement la température prédite suit l’échelle exagérée du CO2, et non pas l’échelle de la température. Le réchauffement ainsi prédit serait plusieurs dizaines de degrés. C’est de la pure fraude, mais cette propagande est encore passée comme une vérité dans les écoles.

L’hypothèse du réchauffement climatique causé par l’humain est contredite par les observations réelles et les données historiques:

Si l’hypothèse que le CO2 produit par l’humain cause un réchauffement drastique et jamais vu, alors les observations devrait démontrer une hausse importante, en corrélation avec l’augmentation du CO2 anthropique. Mais ça n’existe pas, les températures n’ont jamais augmenté en réponse au CO2, ni naturel, ni produit par l’humain.
Si on regarde depuis 500 millions d’années:

Remarquez particulièrement les périodes numérotées en rouge.
Pas de corrélation entre CO2 et température, et on voit que nous sommes actuellement dans une période froide et pauvre en CO2.
Si on zoome cette période froide avec ères glaciaires à répétition:

On voit que la période actuelle est la moins chaude. Et on peut voir aussi que les ères glaciaires durent en moyenne 100 000 ans et les interglaciaires en moyenne 10 000 ans.
Et le CO2 durant cette période:

Oui il est le plus élevé depuis tout ce temps, en partie à cause de l’humain. Et Heureusement, parce que durant la dernière ère glaciaire, le taux était descendu tellement bas qu’on est passé tout près d’une extinction totale de la vie multicellulaire sur terre, quand le taux est passé sous les 180ppm. La vie cesse totalement quand le CO2 tombe à 150ppm. Heureusement, il s’est mis à remonter (naturellement) bien avant que l’humain n’en émette.
Si on zoome la période interglaciare actuelle:

On voit que la période chaude actuelle est la moins chaude de toutes. Et que les périodes précédentes plus chaudes ont été prospères, alors que les périodes froides ont été difficiles. Il n’y a pas seulement les proxys qui démontrent que ces périodes étaient plus chaudes, les données historiques et archéologiques le montrent aussi. Par exemple dans les alpes, quand les glaciers reculent (ils avaient avancé durant les périodes froides, c’est donc normal qu’ils reculent durant une période chaude, c’est pas notre faute), on découvre des restes de forêts qui datent de milliers d’années, et même une ancienne route romaine, ce qui indique qu’à l’époque romaine, ce glacier n’existait pas.
https://www.climatdeterreur.info/changements-climatiques/les-glaciers-alpins-parlent-du-passe
Même chose avec les Vikings qui avaient colonisé le Groënland (Terre verdoyante) et même Terre-Neuve au Canada durant la période chaude médiévale, mais qui ont du abandonner leurs colonies durant le Little Ice Age. Même aujourd’hui, il serait difficile de faire vivre du bétail au Groënland. Pourtant les Vikings l’ont fait pendant 300 ans, parce qu’il faisait plus chaud.
La culture de la vigne existait même au nord de l’angleterre durant l’optimum médiéval et même la période romaine, mais a cessé durant le Litle Ice Age, trop froid. Ils ont recommencé à faire du vin en Angleterre dans les dernieres décennies. Mais je ne crois pas que ça soit aussi facile que durant les périodes plus chaudes passées.

Pourtant le CO2 n’a pas varié beaucoup durant ces périodes chaudes et froides. Alors pas de corrélation non plus ici.

Hausse du niveau des océans? Aucune accélération. Le niveau de hausse des océans est le même depuis des milliers d’années soit environ 2mm par an. Un niveau tellement infime que nos ancêtres s’y sont adaptés sans même s’en rendre compte.

Aucune acidification des océeans: ils sont alcalins (ph 8,1)

Aucune augmentation dans la puissance et la fréquence des ourangans, ni dans les évenements météo dits « extrèmes, en faits ils sont même moins puissants et moins fréquents depuis plus de 15 ans.

Les pôles n’ont pas fondu, les glaces avancent et reculent selon des cycles. Certaines années comme 2007 et 2012 ont connu des reculs importants, d’autres années des progressions importantes. Il faut noter que nous n’avons des données satellitaires des pôles que depuis 1979, juste à la fin du cycle froid 1940-1975….

Les glaciers ont majoritairement reculé, et c’est normal puisqu’ils avaient progressé durant le Little Ice Age. Certains ont recommencé a progresser depuis quelques années.

Les populations d’ours polaires sont en progression. Il y en a 5 fois plus qu’en 1970. Ca aussi c’est le contraire de ce que les alarmistes prédisaient

Presque tous les modèles informaitques se sont trompés depuis des décennies, alors on ne peut pas se fier sur ces prédictions.

Il y a aussi beaucoup de données historiques qui démontrent que non seulement ces péridoes ont été plus chaudes, mais aussi qu’il y a toujours eu des évènements météorologiques « hors-normes », que les alarmistes appelent « extrèmes » et font comme si ça existait juste depuis quelques années et que c’était notre faute. En voici queques exemples:

Anno 850 à 855 : Pendant ces années, une vague de chaleur accompagnée d’une extrême sécheresse et de famine dans de nombreux pays d’Europe, dont la France, l’ Italie et l’Allemagne. « On pouvait voir des parents manger leurs propres enfants., et des enfants manger leurs parents ».

Anno 1030 – 1032
En France, de 1030 à 1032, le rythme des saisons semble s’être inversé. Il y eut un froid intense en été, et une chaleur oppressante durant l’hiver. La pluie et le froid sévirent hors saison, et les semailles furent rendues impossibles pendant trois ans. La misère qui s’ensuivit fut indescriptible.

A cela s’ajouta une grande peur de fin du monde, qui coïncidait avec le 1000e anniversaire de la crucifixion. On compta des milliers de morts dus à la faim et les survivants étaient trop faibles pour enterrer les cadavres.

Il y eut d’horribles épisodes de cannibalisme, et on vit de la viande humaine proposée sur le marché de Tournus. Dans le malheur qui les frappait, on vit des paysans exhumer des cadavres dans les cimetières afin d’en ronger les os.

Un des pires épisodes qu’on vit et qui démontre l’horreur de cette période eut lieu près de la ville de Macon, dans les bois de Chatanay. Un voyageur et sa femme s’arrêtèrent près d’une cabane qu’on croyait occupée par un saint ermite. A peine en eurent-ils franchi le seuil que la femme découvrit dans un coin de la pièce un amoncellement de crânes. Le couple s’enfuit vers la ville, et une enquête établit que l’ermite avait tué et dépecé pour les dévorer 48 hommes, femmes et enfants.

L’herbe, les racines et la terre étaient l’ordinaire des classes les plus pauvres pendant ces années terribles, avec comme conséquence que les gens ne ressemblaient plus à des êtres humains. Les estomacs étaient distendus, et tous les os se voyaient derrières la peau, tandis que leur voix devint aigue et haut perchée. Des hordes de loups quittèrent les forêts pour se répandre dans les villes, et attaquaient pour les dévorer les survivants sans défense. Les sols furent détrempés de telle sorte pendant trois ans que toute culture fut interdite.

Anno 1288 : Le 05 février, importantes inondations aux Pays-Bas qui font plusieurs milliers de victimes. Eté chaud en France. En été, la chaleur fut excessive en Angleterre. Il y eut une grande mortalité. Les oiseaux mouraient dans les champs. Hiver très doux en Europe orientale. A Noël, les arbres sont en fleur et les enfants se baignent dans les rivières.

Anno 1460 : Inondations dans le bassin de l’Eure. Chaleur et sécheresse en Europe orientale. En Angleterre, l’été est excessivement pluvieux, et les cultures et fruits n’arrivent pas à maturité. Il y a des inondations « telles qu’on n’en a pas vues depuis plusieurs centaines d’années », qui détruisent tout, bâtiments et cultures.

Sauf que dans ce temps-là, il disaient que c’était à cause de Dieu, aujourd’hui on dit que c’est à cause du CO2…

Et en voici toute une collection:
https://crioux.wordpress.com/2017/05/05/evenements-climatiques-du-passe/

Et si on zoome à notre période actuelle à nous, à partir de la fin du Little Ice Age, la période de réchauffement qui est supposé être notre faute, (même si on vient de le voir, ça fait partie de cycles naturels).

Pas de corrélation entre CO2 produit par l’humain et la température, sauf durant une très courte période, par coincidence.
La température a commencé à monter après le little ice age, jusqu’en 1940, alors qu’il n’y avait pourtant pas de CO2 antrophique mesurable. Les émissions humaines mesurables de CO2 ont commencé environ vers 1940, soit le boom industriel d’après guerre. Pourtant entre 1940 et 1970, la température est descendu, au point que les « experts » de l’époque prédisaient une ère glaciaire imminente et que c’était de notre faute…
Puis entre 1975 et 1998 la température est montée, puis elle a cessé d’augmenter depuis 1998. (plateau, appelé pause ou Hiatus par le GIEC).
Les « records » que vous entendez dans les médias sont dans les centièmes de degré, alors que la marge d’erreur est dans les dixièmes, pour essayer de garder l’hystérie en vie.

Les alarmistes vont répondre que oui la température à toujours changé, mais que cette fois-ci c’est notre faute et que c’est plus rapide.
Et bien non, 1 degré en 100 ans depuis la sortie du Little Ice Age, ça n’a absolument rien d’exceptionnel, ca arrive tout le temps. Des variations radicales et rapides il y en a eu amplement dans le passé, par exemple durant le Younger Dryas, où il y a eu des variations de 10 degrés en moins de 10 ans.

Référence:https://www.ncdc.noaa.gov/sites/default/files/styles/full_page_width/public/Years-before-present-Younger-Dryas.jpg?itok=eL0wDCg-

Températures depuis 20 ans (mesurées par satellite):
http://woodfortrees.org/plot/uah5/from:1998
Les « pics » sont des El Nino, un phénomène naturel du aux cycles océaniques. Si on enlève ces pics, on a un plateau des température, avec une variation en deça de la marge d’erreur.

Les modèles informatiques sur lesquels les alarmistes se basent et que les gouvernements utilisent comme justification se sont tous trompé, et tous dans le même sens, ce qui indique un biais énorme. Les points verts et bleus sont les données RÉELLES observées par ballons sondes et satellites, les lignes sont les prédictions.

Il y a beaucoup de fausses informations et de manipulations de données par des groupes qui ont intérêt à ce que l’hypothèse ne soit pas contredite.

Il y a eu des centaines de scandales, le plus important étant le Climategate, qui a été étoufé par les médias et les gouvernements, le « Hockey Stick » et plus récemment le « pausebuster » impliquant le NOAA.

Hockey Stick de Michael Mann:
Si tu veux démonter un réchauffement « jamais vu », mais qu’il y a des températures plus élevées dans le passé, comme par exemple l’optimum médiéval, alors en tant que chercheur dont le job et les fonds de recherche dépendent de l’alarmisme des gouvernements, tu fais quoi? Alors tu fais disparaitre l’optimum médiéval! C’est ce que Michael Mann a fait, et c’est sur son fameux graphe « Hockey Stick » qu’on été basés les discours alarmistes depuis 1998. Le problème c’est qu’il est fraudulueux. Plein de scientifiques se sont rendu compte que ça clochait et ont demandé d’avoir accès au données pour pouvoir valider. Michael Mann a toujours refusé, parce que ça exposerait la fraude et il perdrait les millions de dollars qu’il a recu en fonds de recherche. Mais même sans accéder aux données des gens ont réussi a démontrer que c’était une fraude. Et même plus tard, parmis les emails du scandale du climategate, Michel Mann expliquait les trucs qu’il avait utilisé pour manipuler les données de son graphique. Je ne vais pas entrer ici dans le détail de comment il a fait, c’est disponible ailleurs, voici simplement la différence entre son graphique qui fait dispareaitre l’optimum médiéval et le Little Ice Age, versus les graphiques antérieurs

En passant, Michel Mann vient juste de perdre une poursuite en cour qu’il avait fait contre le climatologue canadien Timm Ball, qui avait dit que son Hockey Stick était du « Junk Science ». Après 8 ans, le juge a demandé à Mann de produire les données de son étude pour qu’elles soient validées. Il a refusé puisque ça prouverait que c’était vraiment du Junk Science. Alors il a perdu sa poursuite en diffamation.

Certains alarmistes essayent de justifier le Hockey Stick et dire que les périodes comme l’optimum Médiéval et le little Ice Age ont juste existé en Europe, mais des données de part dans le monde confirment que ces périodes chaudes et froides ont existé partout.
https://climatism.blog/category/medieval-warm-period/

Exemples de manipulations par le NOAA et la NASA, tout deux dépendants du financement du gouvernement:
Pause Buster: 2 ex-employés du NOAA ont fait une sortie publique pour dénoncer des manipulations de données. Il y avait eu des manipulations pour faire croire à une hausse de température qui n’avait pas lieu, juste à temps pour la conférence sur le Climat de Paris dans le but d’influencer les politiciens et les medias. Donc de la fabrication de preuve pour appuyer l’agenda politique de Paris.
https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-4192182/World-leaders-duped-manipulated-global-warming-data.html
https://realclimatescience.com/2017/02/nasa-noaa-climate-data-is-fake-data/

Données enregistrées versus données « ajustées » par la NASA:

Données enregistrées versus données « ajustées » par le NOAA:

Biais de température induit par les stations météo thermométriques qui étaient situés un peu partout, mais qui sont maintenant en grande majorité situées dans des villes (Effet d’îlot de chaleur urbain) aéroports, entourés de béton, d’asphalte, et même de systèmes d’air climatisé..


Et il y a beaucoup de blogs qui ne sont qu’une facade pour de la propagande.
Par exemple Skepticalscience.com est un site de propagande maintnenu par John Cook, un « cartoonist », qui est aussi celui qui a fait la fausse étude du 97% des scientifiques », un projet qui servait justement à fabriquer une faux consensus pour servir d’argument massue contre les sceptiques. (je peut expliquer le détail de la fraude au besoin) Tout comme Michael Mann, de véritables scientifiques ont exposé la fraude.
Ou Realclimate.com, qui est un site maintnenu par les scientifiques qui ont été exposés pour avoir falsifié des données dans le scandale du Climategate (Michael Mann, etc.), et où ils disent même que ce site sert à faire de la propagande contre les climato-sceptiques.
Deux sites à éviter à tout prix si on veut de l’information objective.

Pourquoi?

Maintenant le plus important: Pourquoi cette arnaque? Pourquoi ces manipulations pour tromper le public, et quand tout ça a commencé?

L’hypothèse du CO2 qui pourait réchauffer l’atmosphère existe depuis plus de 100 ans, mais jamais cette hypothèse n’avait attiré l’attention.
Même que dans les années 1970, les « experts » parlaient « refroidissement » causé par le CO2. Ce n’est que quand des polticiens se sont rendu comptes qu’ils pouvaient utiliser cette hypothèse pour servir leurs agendas politiques qu’on a commencé à en entendre parler. Un des premiers exemple est Margaret Thatcher. Elle avait souvent maille à partir avec le syndicat des mineurs de charbon. Le charbon était la quasi unique source de production d’électricité en Grande-Bretagne à cette époque, alors quand ils faisaient la grève, c’est toute l’alimentation en électricité qui était en jeu, ce qui leur donnait un immense pouvoir. Thatcher cherchait un moyen de contourner ça avec le nucléaire, mais c’était pas très populaire à ce momment là, surtout avec le désastre de Tchernobyl en 1986. Alors avec des conseillers ils en sont venu à utiliser l’hypothèse du CO2 qui réchaufferait l’atmosphère comme excuse pour diminuer la dépendance au charbon (qui produit du CO2) et implanter le nucléaire (qui en produit zéro). Alors ils ont mis de l’argent sur la table pour que des scienfitiques produisent un rapport qui dirait ce qu’ils voulaient entendre, et ils l’ont fait. Par après, elles était devenue climato-sceptique, et a même mis en garde que des gens pourraient utiliser cette hypothèse pour tenter de justifier le socialisme.

L’ONU à suivi avec la même histoire de réchauffement, mais eux utilisaient l’hypothèse pour leur propre agenda de contrôle, la recherche d’un ennemi commun imaginaire pour unir les peuples derrière un gouvernement mondial. Ils sont les pires au niveau de la propagande, avec leur division du GIEC, dont la seule raison d’exister de produire des rapports pour influencer les politiciens, et demander toujours plus d’argent et de pouvoir. Actuellement l’ONU exige 100 milliards par an, et demande que ça monte à 400 milliards.
Le GIEC dit qu’ils se basent sur des scientifiques, mais ce sont des bureaucrates et activistes qui produisent les rapports finaux, souvent en changeant le texte pour arriver à une conclusion opposée de ce que les experts qui ont produit le rapport préléminaire disait. Ce qui en a choqué beaucoup qui ont claqué la porte du GIEC. Ces rapports biaisés servent à influencer les politiciens et la population pour justifier toujours plus de milliards et surtout plus de pouvoir. L’ONU se pose graduellement en tant que gouvernement mondial non-élu, par dessus les gouvernements nationaux élus.
L’ONU à récemment discuté d’utiliser les casques bleus, donc une force armée, contre les gouvernements qui refuseraient de participer à leur actions climatiques.
https://www.theguardian.com/environment/2011/jul/20/un-climate-change-peacekeeping
https://climatechangedispatch.com/un-military-climate-action/

« La nature dysfonctionnelle des sciences du climat n’est pas autre chose qu’un scandale. La science est trop importante pour nos sociétés pour être pervertie comme elle l’a été par la communauté des sciences du climat. L’establishment du changement climatique a activement supprimé les résultats de chercheurs qui ne se plient pas au dogme du GIEC »

-Hans Jelbring, Climatologue et géodynamicien

Les scientifiques dépendent des fonds de recherche, alors quand le gouvernement mets de l’argent sur la table pour avoir une étude favorable, si leur rapport ne produit pas la conclusion voulue, ils n’auront plus accès à des fonds de recherche. C’est comme ça que les gouvernements ont graduellement pris le contrôle de la science en devenant le quasi-unique pourvoyeur de fonds. Les fonds de recherche, particulièrement sur le climat, ont explosé et de chiffrent maintenant en milliards. Ceux qui produisaient des rapports contradictoires à l’agenda politique ont dû se rabattre sur le financement privé pour pouvoir continuer leurs travaux, par exemple ceux qui étudient l’impact des cycles solaire sur le climat. Mais ils se font attaquer par les alamistes en disant qu’ils sont « financés par des corporations », et que donc ils ne seraient pas objectifs. Mais alors en quoi est-ce différent de ceux qui sont financés par le gouvernement?
Dès les années 1950, le président Eisenhower commencait déjà à s’inquiéter du contrôle sur la science par le gouvernement et l’impact que ça aurait:
https://www.acsh.org/news/2017/12/26/eisenhowers-less-famous-warning-government-controlled-science-12219

« Ce n’est pas un secret qu’une bonne partie de la recherche climatique est sujette à l’opinion, que les modèles climatiques sont en désaccord avec les signes des changements futurs (ex: climat humide vs climat aride). Le problème est, seulement les exagérations sensationalistes font le genre d’histoires qui attirent l’attention des politiciens, et des lecteurs. Alors oui, les scientifiques du climat peuvent exagérer, mais dans le monde actuel, c’est la seule façon de s’assurer en retour une action politique et donc du financement fédéral »

-Monika Kopacz, scientifique atmosphérique

« Des milliards de dollars vont dans les poches de ceux qui sont dans le train du réchauffement climatique. Pas de réchauffement climatique, pas d’argent. C’est beaucoup d’argent, il n’y a pas d’erreur. Suivez la piste de l’argent et vous verrez l’histoire « 

-James Spann, American Meteorological Society

« La peur du réchauffement climatique est le pire scandale scientifique de l’histoire. Quand les gens vont se rendre compte de la vérité, ils vont se sentir floués par la science et les scientifiques « 

-Dr. Kiminori Itoh, award-winning PhD environmental physical chemist, IPCC expert reviewer

Il y a aussi d’autres groupes d’intérets qui ont graduellement compris qu’ils avaient avantage à s’appuyer sur cette hypothèse. La peur est le meilleur moyen de manipuler lers gens, et une fois les gens appeurés, il est facile de les contrôler.

Les politiciens ont compris qu’il pouvaient instaurer des taxes « vertes » et carbone sans que les gens se révoltent, pusique c’est pour « sauver la planète », en plus ça leur fait du capital politique et leur donne le vote des « Verts ». Il est plus payant politiquement de se poser en « sauveur de la planète » et dilapider l’argent à tout vent, qu’en disant vouloir balancer le budget pour éviter d’endetter les générations futures.

L’objectif global des pratiques politiques est de garder la population alarmée – et donc voulant être mené vers la sécurité – en la menacant avec toute une série de croques-mitaines, tous imaginaires.

L’urgence de sauver l’humanité est presque toujours seulement une fausse facade pour l’urgence de la contrôler.

-Henry-Louis Mencken

Les organismes environnementalistes aussi se posent en « sauveurs de la planète », ce qui leur apporte des sommes astronomiques en dons et en subventions gopuvernementales. Greenpeace est devenu multimilionnaire, et chaque coup d’éclat leur rapporte des millions. David Suzuki est devenu multi-millionnaire aussi, en jouant au mercenaire de service pour les causes environnementales.

« Ca n’a pas d’importance ce qui est vrai, ce qui compte c’est ce que les gens croient qui est vrai. »

-Paul Watson, co-founder of Greenpeace

Les corporatistes « verts » qui s’enrichissent en allant chercher des subventions gouvernementales pour des projets d’énergie « verte » (et souvent font « faillite » peu de temps après avoir recu la subvention, ex: Solyndra), ou alors simplement des corporations qui vous vendent des produits et services « verts » qui ne le sont très souvent même pas, pour plus cher.
Al Gore entre autres à fait fortune avec la bourse du Carbone, « taxer de l’air » avec l’appui du gouvernement.

Les socialistes/communistes. Après la chute du communisme, ils se sont recyclés dans l’environnementalisme, comme facade pour attaquer le capitalisme. On les apelle aussi souvent les Melons d’eau, verts à l’extérieur, mais rouge communiste à l’intérieur.
Peut importe le fait que les pays communistes actuels soient les plus grands polleurs, ou que les régimes passées comme les soviétiques ont été parmis les pires pollueurs en jetant des déchets nucléaires dans la mer du nord. Pour eux, c’est la faute des corporations et du capitalisme. Et donc leur solution pour « sauver la planète » c’est le socialisme/communisme.

Le principal pillier du journalisme est le sensationnalisme. C’est payant le catastrophisme. Et c’est aussi payant d’être mercenaire pour des organismes qui ont beaucoup d’argent et qui veulent faire passer leur message. Et finalement beaucoup de journalistes, ou de proprétaires de médias en profitent pour faire passer leurs idéologies personelles. Ces journalistes/médias passent leur temps à relayer de la propagande climato-alarmiste, mais aussi attaquer toute publication ou nouvelle climato-sceptique. Ex: Radio-Canada a complètement fermé la porte à tout scientifique ou commentateur climato-sceptique, mais ils recoivent sans problème des gens sans compétence popur parler de climato-alarmisme. Les medias ont aussi attaqué la lettre des 500 scientifiques et experts du climat adressée à l’ONU pour dire qu’il n’y avait pas d’urgence climatique, mais ils ont glorifié une pétition en ligne de 11000 noms, signée par des activistes et des gens sans compétences. Il y avait même Mickey Mouse et Aldus Dumbledore parmis les signataires…. Mais ça ils n’en ont pas parlé. Cette pétition en ligne était juste une action en panique de la part de groupes globalistes pour détruire la crédibilité des 500 scientifiques, et les médias ont été complices. (J’ai mis en annexe une partie du contenu de la lettre des 500, qui est scientifiquemenet irréprochable.)

« Nous écrivions des histoires de peur de façon routinière … Nos rapports de presse étaient plus ou moins vrais .. Nous étions là pour fouetter le public dans un frénésie à propos de l’environnement. « 
-Jim Sibbison, journaliste environnemental, ex-relationiste pour L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA)

Même les néo-malthusiens y trouvent leur compte. Ce sont les plus extrémistes des environnementalistes. Pour eux l’humain est un cancer à exterminer. Donc cette hypothèse de réchauffement leur permet de dire que l’humain met la planète en danger et donc raison de plus pour l’exterminer (ou minimalement diminuer la population hunmaine de 95%). Et en bons eugénistes comme Malthus étaient, ils veulent commencer par limiter le droits d’avoir des enfants aux pauvres et aux « bruns » dans les pays en développement…Ce sont eux qui parlent de surpopulation et de ne pas faire d’enfants pour sauver la planète…

« Une population totale de 250-300 million, un déclin de 95% de la population actuelle, serait idéal. »
-Ted Turner, milliardaire, fondateur de CNN et important donateur à l’ONU, père de 5 enfants.

« L’extinction de l’homo Sapiens signifierait la survie de millions, voire milliards de créature terrestres. Supprimer graduellement la race humaine va résoudre tous les problèmes sur terre – sociaux et environnementaux. »
-Ingrid Newkirk, présidente de PETA

Conclusion

:
Cette histoire de réchauffement causé par l’humain ne tient pas la route, ca contredit la science la plus basique, ca contredit les daonnées de température par prioxy passées, ca contredit les données historiques, et mpême les prdiction faites depusi des décennies basées sur cette hypoth;`se ont toute échoué lamentablement.
Il n’y a pas de « comnspiration », il s’agit d’une situation dont plusieurs groupes d’intérets profitent et donc ils l’entretiennent et tentent de la faire durer le plus longtemps possible, même s’ils ont perdu la bataille de la science. Ils travaillent sur la bataille de l’opinion publique.
On ne doit jamais laisser le gouvernement contrôler la science, et jamais il ne faut accepter sans questionner ce que dit le gouvernement.
Et il est non seulement normal, mais obligatoire d’être sceptique de cette hystérie climatique.

Surtout quand on nous claironne qu’il y a une « urgence » climatique ». Quelle urgence? Il n’y a aucune hausse des température depuis 20 ans, le niveau de hausse des océans est le même depuis des milliers d’années soit environ 2mm par an, aucune acidification des océeans, aucune augmentation dans la puissance et la fréquence des ourangans, ni dans les évenements météo dits « extrèmes, les pôles n’ont pas fondu, les glaciersont majoritairement reculé, et c’est normal, et certains commencent a recommencer a progresser parce quer le climat se refroidit. Les populations d’ours polaires sont en progression. Presque tous les modèles informaitques se sont trompés depuis des décennies, alors on ne peut pas se fier sur ces prédictions.
Je crois que la seule « urgence » est de se dépecher de ramasser des milliards et profiter au maximum de l’arnaque avant qu’elle soit finalement exposée. Les appels à la censure des « négationnistes » ne peut pas retarder l’inévitable: le climat va se refroidir car on entre dans le prochain cycle naturel froid, et l’arnaque sera exposée. Personne ne sera tenu responsable, et les millions de millairds milliards ne seront jamais récupérés.

« Il y a 10 ans, je ne faisait que répéter tel un perroquet ce que le GIEC nous disait. Un jour j’ai commencé à vérifier les données et les faits. Au début j’avais un doute, mais ensuite je suis devenu outré quand j’ai découvert que ce que le GIEC et les médias nous disaient étaient de pures absurdités et n’était même pas supporté par des faits scientifique ou mesures. Depuis ce jour, j’ai honte qu’en tant que scientifique j’ai fait des présentations de leur science sans la vérifier en premier « 
-Klaus-Eckart Puls, metéorologue

« Les gens qui sont supposés être les experts et qui clâment comprendre la science sont précisément ceux qui sont aveugles devant les faits… J’espère que quelque uns d’entre eux feront l’effort d’examiner les faits en détail et voir à quel point ça contredit le dogme dominant, mais je sais que la majorité va rester aveugle. Ca pour moi c’est le mystère central de la science climatique. Ce n’est pas un mystère scientifique, c’est un mystère humain. Comment se fait-il que toute une génération d’experts scientifiques soit aveugle devant des faits si évidents? »
-Freeman Dyson, physicien


Annexe 1:
Extrait de la lettre des 500 scientifiques et experts du climat à l’ONU:

Des facteurs naturels aussi bien qu’anthropiques provoquent un réchauffement

Les archives géologiques révèlent que le climat terrestre varie depuis que la planète existe, avec des phases naturelles froides et chaudes. Le Petit Âge glaciaire n’a pris fin que tout récemment, vers 1850. Il n’est donc pas étonnant que nous vivions aujourd’hui une période de réchauffement.
Le réchauffement est beaucoup plus lent que prévu

Le monde s’est réchauffé à un rythme inférieur à la moitié de ce qui était initialement prévu, et inférieur à la moitié de ce à quoi on pouvait s’attendre en se fondant sur le forçage anthropique net et le déséquilibre radiatif. Cela nous indique que nous sommes bien loin de comprendre le changement climatique.
La politique climatique s’appuie sur des modèles inadéquats

Les modèles climatiques présentent de nombreuses lacunes, et ne sont guère exploitables en tant qu’outils décisionnels. De plus, ils exagèrent probablement les effets des gaz à effet de serre tels que le CO2. Enfin, ils ignorent le fait qu’enrichir l’atmosphère en CO2 est bénéfique.
Le CO2 est l’aliment des plantes, le fondement de toute vie sur Terre

Le CO2 n’est pas un polluant. Il est essentiel à toute la vie sur Terre. La photosynthèse est un bienfait. Davantage de CO2 est une bonne chose pour la nature, cela fait verdir la Terre : le CO2 supplémentaire dans l’air a favorisé un accroissement de la biomasse végétale mondiale. Il est par ailleurs bon pour l’agriculture, accroissant les rendements des récoltes dans le monde entier.
Le réchauffement climatique n’a pas provoqué davantage de catastrophes naturelles

Il n’y a aucune preuve statistique que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses ou autres catastrophes naturelles analogues, ni qu’il les rendrait plus fréquentes. En revanche, les mesures d’atténuation du CO2 sont, elles, aussi dévastatrices que coûteuses. Ainsi, les éoliennes tuent les oiseaux et les chauves-souris, et les plantations d’huile de palme détruisent la biodiversité des forêts tropicales.
L’action politique doit respecter les réalités scientifiques et économiques

Il n’y a pas d’urgence climatique. Il n’y a donc aucune raison de s’affoler et de s’alarmer. Nous nous opposons fermement à la politique néfaste et irréaliste de neutralité carbone proposée pour 2050. En attendant que de meilleures approches voient le jour, ce qui se produira certainement, nous avons amplement le temps de réfléchir et de nous adapter. L’objectif de la politique internationale doit être de fournir une énergie fiable et bon marché, de façon permanente, et dans le monde entier.”


Quelques questions simples à propos du CO2 pour les alarmistes

22/01/2020

Durant des débats sur les réseaux sociaux il m’arrive de tomber sur des climato-alarmistes qui pensent tout savoir et osent me mettre au défi Ca fait 20 ans que je suit ce dossier, j’ai lu des centaines de papiers scientifiques et des dizaiens de livres publié par des scientifiques, j’ai écouté des diozaiens d’heures de conférences par des scientifiques, j’ai vu passer toutes les prédictions alarmistes ou de fin du monde qui on été fausses et j’ai vu passer des dizaines de scandales de manipulation de données. Alors j’ai une petite idée de ce dossier.é

Ces climato-alarmistes à court d’arguments qui m’accusent d’être « payé par les pétrolières » ou alors de « penser que la terre est plate », la plupart du temps leurs arguments se resument à ce qu’ils ont recu comme propagande à l’école, les médias sensationnalistes ou alors Al Gore ou Greta Thunberg.

Souvent je propose de leur poser quelques simples questions à propos du climat pour voir ce qu’ils connaissent vraiment, c’est extrèmement rare qu’il y en a qui acceptent de se prêter à l’exercice.

Hier, il y en a un qui a accepté, j’ai posé quelques questions qui me sont venues à l’esprit. Je suis encore en attente de ses réponses.

Comme c’est lourd comme texte pour Facebook, et peut-être parce que ça pourrait être utile de ne pas avoir a réécrire tout ça plus tard dans le futur, j’ai décidé de reposter ici les questions, et les réponses.

Alors les voici:


1- Quel est le principal Gaz à « effet de serre », et quelle est sa concentration dans l’atmosphère?

Le principal gas à effet de serre c’est la vapeur d’eau, et de loin. La vapeur d’eau c’est 95% de tous les GES. Alors que le CO2 arrive loin derrière avec 3,5% des GES. Si on rapporte ça sur l’atmosphère, la vapeur d’eau représente moins de 1% de l’atmopshère, alors que le CO2 représente 0,04% de l’atmosphère
https://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html

2-De combien la température a monté depuis 20 ans?
Depuis 20 ans (depuis 1998) la température a cessé d’augmenter, c’est un plateau. Il y à bien sûr quelque variations, notemment dues au phénomène cyclique et naturel El Nino, mais l’augmentation reste presque nulle et la hausse est en deça de la marge d’erreur.
Les medias sensationnalistes ne cessent de dire qu’à chaque année c’est la « plus chaude de l’histoire », mais les auteurs de ces « études » tripotent les données et jouent avec les centièmes de degrés pour y arriver (alors que la marge d’erreur est dans les dixièmes). Il disent aussi que c’est la « décennie la plus chaude de l’histoire », ce qui est vrai uniquemnt s’ils commencent l’histoire en 1880. Ce qui est incorrect. L’histoire commence avec l’invention de l’écriture, il y a 5000 ans, et depuis ce temps, il y a eu plusieurs périodes plus chaudes que maintenant, on va le voir plus loin.
Voici les températures depuis 1998, mesurées par satellite, la façon la plus précise de mesurer la température « globale ». On a seulement des données satellites depuis 1979. Les autres méthodes avec des thermomètres sont faussées parce que la majorité des stations météo qui restent sont dans les aéroports dans des villes, entourés de béton et d’asphalte, ce qui fausse les données. Ils « extrapolent » le reste de la planète.
Les grands « pics » sont des El Nino, la hausse de température serait de 0,1 degré depuis 20 ans, ce qui est la marge d’erreur, Donc statistiquement, on doit dire que la hausse est probablement nulle. Pourtant le CO2 lui a augmenté (naturellement), et les émissions humaines de CO2 aussi. Alors pourquoi pas la température?
http://woodfortrees.org/graph/uah5/from:1998
A titre comparatif la température entre 1970 et 2000 a monté d’environ 0,7 degré.

3-De combien le CO2 augmenté depuis 20 ans?
Le CO2 lui durant cette période augmenté d’environ 40ppm (parties par million). En bonne partie naturellement, et en très petite partie du à l’activité humaine (voir réponse 12).
Les hauts et bas sur ce graphe correspondent aux saisons. La station de prise de données est à Hawaii.
http://woodfortrees.org/graph/esrl-co2/from:1998
Depuis 20 ans, il es important de noter que les émissions humaines de CO2 ont beaucoup augmenté (même si elles restent infimes comparées aux émissions naturelles) et pourtant ça n’a pas eu d’effet mesurable sur le climat.

4-De combien la température a monté depuis 100 ans?
C’est la BASE de toute cette hystérie. OUI depuis 100 ans, il y a eu un réchauffement d’environ 1 degré. Mais il est tout a fait NORMAL et NATUREL, puisque ça correspond avec la sortie d’une des périodes les plus froides depuis 8000 ans le « Little Ice Age ».
Et même durant ces 100 ans, la température n’a pas monté en ligne droite, il y a eu des hausses, des diminutions et des plateaux. Et rien n’est en corrélation avec le CO2 ou l’activité humaine.
La hausse a commencé vers la fin du 19e siècle, à ce moment l’activité humaine était insignifiante et n’a donc pas pu être un facteur. pourtant la hausse de température a été significative jusqu’en 1940. Presque 0,5 degré. Puis après 1940, il y a eu un refroidissement jusqu’en 1975, environ 0,3 degré Les « experts » de l’époque nous disaient qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente, et que c’était notre faute.
Pourtant c’est à partir de 1940 que l’industrialisation à commencé et que l’humain a commencé à émettre du CO2 en quantité mesurables. Mais il y avait un refroidissement.
Puis la température a recommencé à augmenter jusqu’en 1998, puis s’est arrêté (plateau). Donc oui depuis 100 ans, il y a un réchauffment d’environ 1 degré, mais il correspond à la sortie d’une période froide, qui corresdpond à des cycles chauids/froids depuis des millénaires.
Données de température HadCrut, pas les plus précises, mais il n’y avait pas de satellites au 19e siècle. Mais on y voit les cycles et le plateau actuel.
http://woodfortrees.org/graph/hadcrut3gl/from:1880

5-Est-ce que le réchauffement du siècle dernier est rapide comparé aux périodes passées?
NON au contraire, il n’a absolument rien d’exceptionnel. Si on le compare aux autres périodes chaudes depuis la fin de la dernière ère glaciaire, les autres ont été tout aussi rapides, et ont toutes été plus chaudes.
Et en passant, les périodes chaudes ont toutes été des périodes de prospérité, qui ont vu naitre les grandes civilisations, alors que les périodes froides ont été des péridoes de famine, migration et chute des empires


6-De combien la température a monté depuis 1000 ans?

Il y avait un piège, il n’y a pas eu de réchauffement. Depuis 1000 ans, la température n’a pas monté du tout, elle est plus froide (voir graphe de la réponse 5). Vous allez bientôt comprendre le truc des réchauffistes, on peut faire dire n’importe quoi en choisissant les intervalles.
Il y a 1000 ans c’était l’optimum médiéval, l’époque de construction des grandes cathédrales, une période chaude où la vigne poussait au Nord de l’Angleterre, où les Vikings ont colonisé le Groënland (Terre verdoyante) et y élevaient des chèvres. Aujourd’hui rien de ça n’est possible.

7-De combien la température a monté depuis 11000 ans?
Encore une fois, une colle. Il y a 11000 ans, nous étions en pleine ère glaciaire, avec des KILOMÈTRES de glace par dessus le Canada. Donc si on prend il y a 11000 ans comme point de référence, aujourd’hui il fait environ 7-10C de plus en moyenne. Alors donc oui si on part d’un des points les plus froid depuis 100 000 ans, et qu’on compare avec un des points chauds, il y a une augmentation, c’est certain. Comme comme prendre la température tôt le matin, puis à midi, et en conclure qu’il va faire très chaud à minuit.

8-De combien la température à monté depuis 50 millions d’années?
Il y a environ 50 millions d’années c’était l’optimum thermique Écocène, la période la plus chaude depuis plus de 500 millions d’années, une période très prospère qui a duré pendant des centaines de milliers d’années. Plusieurs espèces animales et végétales sont apparues durant cette période, notamment le Cocoatier. Et oui il y avait des mammifères à cette époque.
Donc si on compare avec aujourd’hui. il fait environ 10 degré de plus FROID aujourd’hui qu’à cette époque. Et quand c’est arrivé le CO2 était à la baisse depuis presque 100 millions d’années
https://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2013/06/co2_temperature_historical.png?resize=400

9- Et durant tout ce temps, est-ce que le CO2 a été en corrélation avec les température?
Le CO2 n’a pour ainsi dire jamais été en corrélation avec la température, sauf par coincidence pendant de très courtes périodes. Sur de longues péridoes, comme 500 millions d’Années, on le voit bien qu’il n’y a aucune corrélation et même souvent ils évoluent a l’opposé pendant des centaines de millions d’années(voir graphique de réponse 8)

Al Gore a temté de démontrer le contraire dans son film de propagande « An Incionvenient Truth », et de façon magistrale qui semblait sans équivoque. Sauf qu’il a utilisé un truc. Il a utilisé l’étude des carottes de glace de Vostok (qui correspond aux cycles de glaciations depuis quelques centaines de milliers d’années). Voici ce qui a été montré dans le film, averc Al Gore a côté sur une plateforme.

Sauf que ce n’est pas la réalité. Non seulement l’échelle du CO2 a été exagéré pour sembler être au même niveau que la température (en réalité il s’agit de faibles variations de quelques parties par millions alors que l’échelle des température est en degrés), mais le plus important est qu’il a placé les graphes un au dessus de l’autre au lieu de les superposer, parce que la réalité est que cette étude a démontré que les températures augmentent AVANT et le CO2 APRES, des fois avec 800 ans de retard.
L’explication est simple, la hausse de température est causée principalement par les cycles solaires et les cycles de Milankovitch. Cette hausse provoque un réchauffement des océans, qui eux relâchent une partie du CO2 dissout (dégasage des oéceans). L’augmentation du CO2 est donc un effet secondaire mineur du réchauffment et non pas le facteur qui influence le réchauffement. Et le pire de des manipulation que Al Gore a fait est la supposition de réchauffement qui allait suivre la hausse de CO2, c’est un mensonge épouvantable parce que les échelles sont différentes. Alors même si l’hypothèse réchauffiste était vraie, la hausse de température serait à peine quelques pointillés en bleu.

Plus de détails à ce sujet:
http://joannenova.com.au/global-warming-2/ice-core-graph/


10-Quel est le taux moyen de CO2 (en ppm, parties par million) dans l’atmopshère depuis 500 millions d’années, depuis que la vie (autre que microbienne) a commencé sur terre?

Le taux de CO2 depuis 500 millions d’années a toujours (ou presque) été beaucoup plus élevé que maintenant. Nous sommes durant une des rares époques aussi PAUVRE en CO2. le taux actuel est de 400ppm. Depuis environ 3 ou 4 millions d’années il était très bas, à environ 250ppm, et il variait de quelqeus dizaines de ppm en réactions aux entrées et sorties d’ère glaciaires (voir réponse 9), et non pas en tant que facteur qui l’inlufennce.
Le reste du temps, le taux moyen est au moin 5 à 6 fois plus élevé. (2500ppm) Les autres périodes où le taux a été aussi bas que maintenant ont été des périodes d’extinction, comme la la fin du carbonifère, où les plantes sont mortes en masse par manque de CO2, alors qu’elles avaient évolué depuis des millions d’années avec des taux de plus de 5000ppm.
Encore une fois ce graphique en référence:
https://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2013/06/co2_temperature_historical.png?resize=400
Mais aussi celui-ci, parce que les taux de CO2 et la marge d’erreur est affichée, mais surtout que l’échelle du temps est fixe, alors que dans le premier elle variait pour montrer des périodes avec plus de détails. Par exemple dans ce 2e, toute notre période, avec ères glaciaires à répétition n’est qu’un seul point.


11-Quel est le taux actuel de CO2 dans l’atmosphère?

Comme je l’ai dit dans un des réponses précédentes, le taux actuel de CO2 dans l’atmosphere est de 400ppm, soit 0,04% de l’atmosphere.
Si vous pouvez comprendre l’accent australien, voici un politicien Australien qui met en contexte comment ce pourcentage est insignifiant en utilisant des grains de riz.

12-Quelle proportion du CO2 atmosphèrique est due a l’activité humaine?
Comme Malcom Roberts le disait dans le vidéo à la réponse 11, du 400ppm dans l’atmosphère, l’humain n’est repsonsable que de 3% de de 0,04%. 3% de preque rien, ca fait encore pmoins que resque rien.
Voici une façon de le représenter pour bien comprendre:

Certains vont répondre: »Oui mais un petite dose de poison, c’est quand même grave! » Sauf que le CO2 n’est pas un poison, ni un polluant. C’est la base de toute la vie sur terre. Pas de Co2 = pas de vie du tout. Augmentation du CO2 = planète plus verte et augmentation de la biodiversité.

13-A partir de quel taux (ppm) de CO2 est-ce que son effet de serre est « saturé » (saturation de bande) autrement dit à partir de quel taux est-qu’il devient insignfiant?
L’effet de saturation de bande du CO2 réfère à partir de quel taux est-ce que son effet devient insignifiant. C’est de la physique de haut niveau pour essayer de comprendre tout ça.
C’est à environ 400ppm (taux actuel) que son effet devient logarithmique, c’est à dire que même si on doublait ou triplait le taux de CO2, ça n’a pour ainsi dire aucun effet sur le climat.
Mais sans être obligé de comprendre le détail de la physique derrière ça, regarder les observations réelles de température et de CO2 montre que les observations correspondent avec l’hypothèse (méthode scientifique) depuis que le taux à atteint 400pm, la température ne monte pour ainsi dire plus du tout, sauf les quelques cycliques El Nino (qui sont un phénomène du au cycles océaniques, dont rien à voir avec le CO2). A L’opposé l’hypothèse du CO2 qui causerait un réchauffement catastrophique est contredite par les observations puisque le CO2 augmente, mais pas la température depuis 20 ans. La méthode scientifique dicte de scrapper cette hypothèse, mais il y a trop d’argent en jeu et trop de profiteurs pour que ça se fasse maintenant.
Voici quelques références pour tenter de vulgariser le tout.

The Logarithmic Effect of Carbon Dioxide

http://hockeyschtick.blogspot.com/2010/06/physicist-co2-greenhouse-effect-is.html?m=1

14-D’où vient le faux consensus de « 97% des scientifiques » qui est propagé partout dans les médias?
Tous les activistes et les médias clâment haut et fort que tous les scientifiques sont derrière le réchauffement causé par le CO2 et donc causé par l’humain. Il y a un consensus, et donc si t’es pas d’accord c’est parce que tu es « anti-science », un Argument massue pour faire taire toute critique.
Sauf que tout est faux. Tout ceux qui utilisent cette histoire de consensus n’ont jamais été voir d’où ça venait. Ils se contentent de dire que 97% des scientifiques sont d’accord que l’humain cause les changements climatique quand ils sont à court d’arguments,
Regardez par exemple à partir de 3:55: https://www.youtube.com/watch?v=Sl9-tY1oZNw&feature=youtu.be&t=235

Mais ça vient d’ou?
Il n’y a jamais eu de consensus sur le sujet. Cette fausse information qui est répété ad nauseam par les alarmistes vient de seulement deux études qui ont été démontrées comme fausses et manipulées.

La première est Doran-Zimmerman, un simple sondage de deux questions, envoyés à 10000 scientifiques. Environ 3000 ont répondus. Et parmi ces 3000 répondants, ils ont soigneusement sélectionné seulement 77, dont 75 disaient ce qu’ils voulaient entendre. Donc 97% de 77 scientifiques, et non pas 97% de tous les scientifiques.

La deuxième « étude » est encore plus malicieuse, il s’agit de Cook & Al. John Cook est l’auteur du blog de propagande Skepticalscience.com. Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain.
Cette étude à fait le tour de tous les médias et c’est cette pseudo-étude qui est la référence utilisée par les médias et activistes

Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur papiers avaient été classé comme faisant partie du 97%. Ce qui a bien sûr éveillé des soupcons sur la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant: 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient réellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%. Mais ça n’empêche pas les alarmistes de continuer à dire que 97% des scientifiques appuient le Réchauffement climatique Antropique quand ils sont a court d’arguments

Et le pire dans tout ça c’est que la science ne fonctionne pas avec des consensus ou des sondages d’opinion. La méthode scientifique fonctionne en émettant une hypothèse (tentative d’explication) et ensuite en mettant à l’épreuve cette hypothèse. Tant que les observations et expériences ne contredisent pas l’hypothèse, elle continue d’exister, mais quand les observations la contredisent, elle est fausse et est remplacée par une autre, et ce qu’importe le nombre ou la notoriété des scientifiques qui l’appuyaient.

« It doesn’t matter how beautiful your theory is, it doesn’t matter how smart you are. If it doesn’t agree with experiment, it’s wrong. »
-Richard P. Feynman

15-Quel taux de CO2 est idéal et même recommandé dans une serre pour que plantes poussent plus rapidement et requirent moins d’eau?
Comme on l’a vu plus haut, les plantes ont besoin de CO2 et ont évolué depuis des centaines de millions d’années avec des taux beaucoup plus élevé que maintenant, et il à toujours été démontré que plus de CO2 augmente la croissante des plantes et fait qu’elles ont moins besoin d’eau.
Dans les serres, les agriculteurs augmentent artificiellement le taux de CO2 à 1500 ou plus pour augmenter la productivité.
Ici un document gouvermental qui recommande d’augmenter le taux de CO2 dans les serres :
http://www.omafra.gov.on.ca/english/crops/facts/00-077.htm
ou pour ceux qui ne veulent pas se taper de papier scientifique voici un petit video qui démontre clairement pourquoi:

Sans aller jusqu’à 1500ppm ou plus, même une légère augmentation à des effets importants. Par exemple, depuis plus de 30 ans, juste la faible augemntation de quelques dizaines de ppm de CO2 a eu un effet majeur sur la planète, elle verdit et les déserts reculent.
https://www.csiro.au/en/News/News-releases/2013/Deserts-greening-from-rising-CO2

16- Depuis 500 millions d’années que la vie évolue et prospère sur terre, depuis combien de temps il y a des glaces aux pôles?

Comme on l’a vu avec les réponses précécentes, nous sommes dans une ère FROIDE depuis 3 millions d’années, avec des ères glaciaires à répétitions, qui durent en moyenne 100 000 ans, entrecoupées de courte périodes interglaciaires (comme notre période actuelle) qui durent en moyenne 10 000 ans (donc elle s’achève et on va retourenr dans un ère glaciaire d’ici quelques centaines d’années au plus tard, peut-être avant)
Donc, avant notre période, il n’a avait pas de glaces aux pôles à l’année, ou la plupart du temps: pas du tout. Sauf durant quelques rares autrse périodes aussi froide que maintenant.
Par exemple, il a plus de 3 millions d’années, il y avait des forêts dans le grand nord canadien (aucune actuellement) et on y trouve du bois pétrifié et fossiles de chameaux géants qui y vivaient.
Giant ancient camel remains discovered in Canadian Arctic

17- Il y a plus de 600 millions d’années, la terre était gelée jusqu’à l’équateur, à combien étaient extimés les taux de CO2 à cette époque?
Cette condition, qui s’est produite à quelques occasions dans l’histoire de la terre est appelée « Snowball earth ». La terre était gelée jusqu’à l’équateur, ou alors tout près. Pourtant le taux de CO2 estimé était plus de 7000ppm.
Si le taux de CO2 avait un impact important sur le climat, la planète aurait du bouillir! Mais ce n’était pas le cas, il y a beaucoup d’autres facteurs qui ont des effets beaucoup plus importants surle climat que le CO2. Mais les alarmistes les ignorent volontairement.

18- Ca prend combien de ppm de CO2 dans l’atmosphère avant que ca devienne gravement nuisible pour l’humain?
voici un petit tableau des taux de CO2 et leur effet:

150ppm Fin de la vie sur terre
300ppm Taux de CO2 au début de l’ère industrielle
400ppm Taux actuel de CO2
1000ppm Taux normal dans un maison
1500ppm Taux recommandé dans une serre pour augmenter la productivité.
3000ppm Taux normal dans une salle de classe ou un bar
5000ppm Taux à partir duquel quelques personnes sensibles peuvent avoir des maux de tête sur le longues périodes
8000ppm Taux acceptable dans un sous marin
10000ppm Taux qui donne des problèmes de santé sur de longues périodes
40000ppm Taux de CO2 quand vous expirez
50000ppm Taux qui devient dangereux pour l’humain, le corps a de la difficulté à assimiler l’oxygène, et cause éventuellement la mort. Non pas parce que c’est toxique, mais parce que le corps humain n’est pas fait pour vivre dans un environnement avec 50000ppm (5%)

19-Est-ce possible d’obtenir un taux de CO2 supérieur à 5000ppm si on brulait tout les combustibles fossiles et tout les arbres de la planète d’un seul coup?
Toutes les réserves d’énergie fossile ont été formé par des formes de vie qui ont utilisé le CO2 atmosphérique pour vivre, puis sont morts sans se décomposer (pour des raisons que je pourrais expliquer au besoin). Le charbon est composé de plantes mortes et le pétrole de vie marine comme le plancton et algues.
Donc si on pouvait extraire le CO2 de toutes ces réserves, et même de tous les arbres existants sur la planète d’un seul coup, on ne peut pas produire plus de CO2 que celui qui avait été absorbé au départ. Et une grande partie est encore présente dans tout le reste des formes de vie actuelle, dont l’humain, et aussi dans plusieurs formations géologiques, comme le calcaire.
Donc même si on pouvait brûler toutes les réserves d’énergie fossile connues et même celles qu’il n’est pas possible d’exploiter, et tous les arbres de la planète, il est impossible d’atteindre 5000ppm. Et de toute façon tout ce CO2 serait réabsorbé rapidement par les plantes qui restent qui profiteraient de toute cette « bouffe » pour croître rapidement.

20- A partir de quel taux de CO2 est-ce que la vie cesse totalement sur terre?
Comme je l’ai indiqué à la réponse 18 c’est à partir de 150ppm que la vie cesse sur terre. Et on y est passé tout près durant la dernière ère glaciaire, alors que le taux est descendu à 170ppm. Puis naturellement, il s’est heureusement mis à remonter.

Voici en référence une conférence à propos du CO2 de Patrick Moore, écologiste, (ex)co-fondateur de Greenpeace, qu’il a quitté depuis. Je vous recommande la conférence au complet, mais si vous voulez juste la partie sur le CO2, commencez vers 14 minutes.

21-Pourquoi est-ce que les alarmistes prennent toujours 1880 comme date de référence?
Partir toujours de cette date (et retenez bien cette date et vous verrez que c’est 95% du temps la date choisie comme référence) c’est le truc utilisé pour faire apparaitre un réchauffement. Oui c’est vrai qu’il y a un réchauffement d’environ 1 degré depuis 1880. Mais le truc est de choisir les intervalles.
1880, est situé tout juste à la fin du « little Ice Age », une des périodes les plus froides depuis 8000 ans. Cette période froide qui a duré plusieurs centaines d’années a causé des famines et provoqué des migrations de populations. C’est aussi la cause de l’abandon des colonies Vikings au Groënland et en Amérique.
Ce réchauffement suite à une période froide est tout à fait normal et naturel, et n’a rien à voir avec le CO2 ou l’activité humaine. Sinon comment expliquer que les tous les cycles précédents semblables ont été tous aussi rapide, des fois plus rapides, et que tous les cycles chauds précédents ont été plus chauds que el cycle actuel, sans CO2 et sans activité humaine, donc tous naturels. Si l’humain ou le CO2 avaient un impact significatif, alors notre cycle serait hors-norme. Ce n’est pas le cas, il est même le moins chaud de tous.

Notez en passant que toutes les périodes chaudes passées ont donné naissance à des périodes prospères qui ont vu naitre les premières grandes civlisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines,migration et chute des empires. Et que le retour à la prochaine ère glaciaire sera une réelle catastrophe pour toute la vie sur terre, avec des kilomêtres de glace sur les pays comme le Canada et toute l’Europe, et les terres fertiles qui produisent presque toute la nourriture seront transformés en tundra. La chaleur c’est la vie, le froid c’est la mort.

Optionnel 1: De combien la température a augmenté en seulement quelques décennies durant le Younger Dryas, il y a environ 12500 ans (sans variation préalable de CO2)?
Durant cette période, vers la fin de la dernière ère glaciaire, il y a eu des périodes où la température à varié de 10c de quelques décennies seulement, certains parlent même de 10 ans. On est loin de notre 1 degré en 100 ans, qui est donc 100 fois moins rapide.
https://www.ncdc.noaa.gov/abrupt-climate-change/The%20Younger%20Dryas

Optionnel 2: Combien de prédictions faites par les alarmistes depuis 50 ans ont été justes?
Pratiquement AUCUNE des prédictions faites par les alarmistes depuis 50 ans ont été justes. Souvent carrément l’inverse des prédictions est arrivé. Il y a en a des centaines, je ne vais pas toutes les lister ici, mais je vais mettre quelques liens qui en citent beaucoup.
Je me contenterais de quelques unes parmis les plus révélatrices:
A la fin des années 1960, les « experts » disaient qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente (et que c’était notre faute), ils prédisaient aussi qu’à cause du froid, l’agrioulture ne pourrait plus subvenir aux besoins d’une population en augmentation et donc quuon serait presque tous morts rendu à l’an 2000.
Voici par exemple des citations de Paul Ehrlich:
« En 1985, il y aura eu assez de morts pour réduire la population de la terre à un niveau acceptable, comme 1,5 milliard »
Une de ses « solutions »:
« L’addition de stérilisant temporaire dans la nourriture de base, ou l’approvisionnement en eau, avec une distribution d’antidote chimiques [pour avoir des enfants] , peut-être par lotterie ».
Et la première ligne de son livre, Population Bomb, sorti en 1968:
« The battle to feed all of humanity is over. In the 1970’s and 1980’s hundreds of millions of people will starve to death in spite of any crash programs embarked upon now. »
(Notez que aujourd’hui Paul Ehrlich dit que l’humain cause le réchauffement et est responsable de la « 6e extinction de masse »… Et il y a encore des gens pour croire cet idiot)

La catastrophe à propos du trou dans la couche d’ozone n’est pas arrivé non plus (le « trou » existe encore et est pratiquement inchangé. En fait il a toujours existé.)

En 2010, James Lovelock, le père de la théorie de Gaïa et de la religion verte qu’il a contribué à créer, disait qu’il était « trop tard pour sauver la planète ».
Peu de temps avant il disait: « billions of us will die and the few breeding pairs of people that survive will be in the Arctic where the climate remains tolerable [by the end of the 21st century] »
Mais en 2012 il s’est ravisé et s’est rendu compte qu’il s’était trompé. Voici ce qu’il disait en 2012:
« The problem is we don’t know what the climate is doing. We thought we knew 20 years ago. That led to some alarmist books – mine included – because it looked clear-cut, but it hasn’t happened; »
« The world has not warmed up very much since the millennium. Twelve years [since 2000] is a reasonable time … it (the temperature) has stayed almost constant, whereas it should have been rising – carbon dioxide is rising, no question about that »

Plusieurs on dit que la neige ne serait qu’un souvenir au début des années 2000, David Suzuki disait que vers 2010, le patinage extérieur ne serait que rarement possible.
David Veneer disait même en 2000 que « The children won’t know what snow is », une publication qui, comme la plupart des fausses prédictions, est disparue quand elle a été exposée comme fausse.

Tous les alarmistes disaient que les températures allaient drastiquement augmenter dans les années 2000, pourtant il y a une pause depuis 1998, un plateau des températures. Pour essayer de noyer le poisson, depuis 2008, ils appellent ça un « hiatus » un autre mot pour dire une pause, mais cette « pause » continue encore aujourd’hui, depuis plus de 20 ans.
Voici les princiaples prédictions des alarmistes faites vers la fin des années 1990, versus la réalité observée:

Al Gore citait une étude qui disait qu’il n’y aurait plus de glace aux pôles en 2013 (ironiquement entre 2012 et 2013, la courverture de glace a augmenté de 50%)

En 2005 l’ONU disait que la niveau de la mer allait monter et engloutir des iles du pacifiques et ainsi créer 50 millions de « réfugiés climatiques » dès 2010.
Il n’y en a eu aucun, et certaines iles ont même grandi en taille. Comme ils se sont fait prendre avec leur mensonge, ils ont effacé le tout de leur site et republié un autre avec maintenant 2050 comme date limite. Mais grâce à internet, on peut retrouver les traces de leurs prédictions passées qu’ils ont effacé.
https://crioux.wordpress.com/2014/12/15/fool-me-once-shame-on-you-fool-me-twice-shame-on-me/

Vers 2008, alors que ça faisait 10 ans qu’il n’y avait plus aucun réchauffement, ils ont changé le nom pour « changements climatiques » comme ça qu’importe ce qui arrive, chaud ou froid, sécheresse ou inondation, ils ont toujours raison.
Ce changement de terme est trouvé dans les emails climategate, scandale ou des scientifiques ont été pris à falsifier des données.

En 2011, le GIEC disait que les glaciers de l’Hilalaya seraient disparus en 2035, puis ont du se raviser. Ils ont dis qu’ils s’étaient trompé dans leur calcul et que c’est plutôt dans 300 ans,quand tous le monde seront morts et cette stupide prédiction sera oubliée par tous le monde. Surtout qu’il est plus que probable que dans 300 ans, nous soyons dans la prochaine ère glaciaire.
https://wattsupwiththat.com/tag/himalayagate/

Un parc national a enlevé ses pancartes qui disaient que les glaciers seraient disparus en 2020 (puisque l’échéance est passée et les glaciers sont encore là)
https://nypost.com/2020/01/10/the-telling-tale-of-glacier-national-parks-gone-by-2020-signs/

Les alarmistes disent que les glaciers reculent (c’est normal, ils reculent depuis la fin du Little Ice Age), mais certains sont maintenant en progression, contrairement à leur prédictions
https://www.livescience.com/65080-greenland-glacier-growing.html

En voici plein d’autres
https://cei.org/blog/wrong-again-50-years-failed-eco-pocalyptic-predictions

50 years of failed doomsday, eco-pocalyptic predictions; the so-called ‘experts’ are 0-50

Optionnel3: Combien de ppm de CO2 il y a dans l’atmosphère sur Mars, qui est froide, et combien sur Venus qui est brûlante?
L’atmosphere de Mars est du CO2 à 95% et la température moyenne est de MOINS 63C
L’atmosphere de Venus est du CO2 à 96.5% et la température moyenne est de 465C
L’atmopshere de la terre contient 0,04% de CO2 et la température moyenne est 13C
Bien sur il y a plein de facteurs qui influencent la température, le premier étant la distance du soleil, et surtout la pression atmosphérique. La pression atmosphérique est un des principaux facteurs qui influence la température des planètes.
La pression atmsophérique sur Venus est 930 000 Pascal, presque 100 fois celle de la terre qui est environ 100 000 Pascal, et c’est 1500 fois plus que sur Mars où c’est seulement 610 Pascal.
Par exemple Mercure qui est beaucoup plus près du soleil que Vénus, n’a pas d’atmosphère, et est à 430C du côté exposé et -180 du côté sombre. Le CO2 n’a pas d’effet significatif comparé aux autres facteurs, sinon Mars serait plus chaude


Ces réponses mettent en évidence que le CO2 n’a pas l’impact qu’on nous laisse croire, que les variations actuelles n’ont absolument rien d’exceptionelles comparé au passé, ni en amplitude, ni en vitesse, ni en corrélation avec le CO2.


« Fact Checkers »

12/10/2019

C’est devenu la nouvelle tendance, les medias se prennent tous pour des « Fact Checkers ». Oui, ça devrait normalement être le travail d’un vrai journaliste, mais les médias d’aujourd’hui ne sont (presque) plus des journalistes. Ils ne sont plus objectifs, ils ne cherchent plus la vérité. Ce sont devenus des activistes qui utilisent leur position pour faire la promotion de leur idéologie personnelle, ou alors de simples perroquets qui répètent ce qu’on leur dit de dire, sans se questionner (ou plutôt sans oser questionner). Souvent ils vont mentir par ommission, c’est à dire ne pas mentionner une nouvelle qui va à l’encontre de leur idéologie, de la ligne éditoriale, ou alors d’un parti qu’ils appuient.

Ca devrait être normal qu’un journaliste puisse aller valider une statitisque ou un fait, et confirmer si c’est vrai ou pas. Pour les médias le sensationnalisme et la peur de ne pas être le premier à publier fait qu’ils ne vont pas valider la véracité de quelque chose, comme une fausse agression (ex: Jussie Smollett), parce que ça leur apporte des quotes d’écoute (ou des clics).

Mais dans le cas de la science, et en particulier du réchauffement climatique, les journalistes se sont fait les majorettes de quelque chose qu’ils ne peuvent pas objectivement valider parce que c’est un dossier très complexe et qu’ils ne sont pas des scientifiques. Alors ils ne font que se fier sur des écrits qui appuient ce qu’ils veulent entendre. Mais ils n’ont pas ce qu’il faut pour valider, ou alors simplement ils ne veulent pas le valider, ils choisissent consciemment de mentir parce que ça va dans le sens de leur idéologie.

« Cela bien sûr, requiers d’avoir beaucoup de couverture médiatique. Alors nous devons offrir des scénario effrayants, faire des affirmations simplifiées et dramatiques, et ne faire que peu de mention de tout doute que nous ayons.«
-Stephen Schneider, environnementaliste Stanford Univ.

Durant le débat des chefs du 10 octobre, tous les politiciens (sauf un) ont parlé toute la soirée d’urgence climatique, de Greta Thunberg, du GIEC. Rien de tout ça n’est de la science. C’est de la politique. Elizabeth May du parti vert à pendant toute la soirée dit qu’il fallait se fier à la science, et disait aux journalistes :
« Est-ce que notre génération a l’autorité morale de mettre fin à notre civilisation durant la vie des nos enfants ».
Un journaliste (un des rares vrai journaliste qui reste) lui demande:
« Est-ce que vous pensez que les sables bitumineux d’Aberta vont mettre fin à la civilisation? »
Elle répond:
« Je ne crois pas que vous comprenez la science »
Ce à quoi il répond:
« J’ai un bac en sciences de l’énergie et en économie de l’énergie »..
Video:

Mais comme ça vient d’un petit media web de « droite » (#TheRebelNews), ça ne passera pas dans les médias mainstream biaisés, parce ça ne correspond pas à leur agenda et/ou leur idéologie de ridiculiser Mme May, le parti vert, ou même remettre en doute « l’urgence climatique ».

C’est là qu’arrivent les « Fact Checkers ». Historiquement, les premiers « Fact Checkers » comme Snopes (un couple dans son sous-sol) servaient à exposer les légendes urbaines. Mais rapidement ils sont entrés dans le domaine de la politique, et sont devenus biaisés de part leur propre idéologie politique.

Aucun des « Fact Checkers » des médias mainstream ne va valider les dires des activistes environnementalistes, même les mensonges les plus gros. Mais ils scrutent à la loupe chacun des dires ou des tweets des partis plus à droite qu’ils disent « extrémistes ». C’est sûr que tous ces médias sont rendus tellement loin à gauche, que quelque chose qui est au centre ou à droite, ça devient « l’extrème droite ».

Par exemple durant le débat, le chef du Parti Populaire du Canada, Maxime Bernier, à été attaqué par François Cardinal du journal La Presse, avec une question extrêmement douteuse et biaisée: On lui a dit directement dans la question à propos de l’environnement, « Niez vous la science? »
Pourtant Maxime Bernier est le seul avec un discours basé sur la science parmi tous les candidats. Dans le passé il avait soulevé que le CO2 n’est pas un polluant, que c’est de la « nourriture pour les plantes », ce qui est vrai. Mais il a été attaqué et ridiculisé par les médias, pour une chose qui est pourtant vraie, mais qui contredit l’agenda politique et médiatique.

[…]les effets non-climatiques du CO2 comme soutien de la faune et des plantes sont énormément bénéfiques, et que la possibilité d’effet négatifs du CO2 sur le climat a été grandement exagérée, et que les bénéfices l’emportent clairement sur les possibles dommages.
-Freeman Dyson

Durant le débat, les « fact Checkers » validaient sur les médias sociaux tout ce qui disaient les politiciens.
Exemple:

Ils remettent en question ce que Maxime Bernier à répondu a propos de la fausse urgence climatique, en disant que justement 500 scientifiques venaient d’envoyer 2 semaines plus tôt une lettre à l’ONU pour demander de cesser avec cette hystérie de l’urgence climatique, ce qui est vrai.
Et le document en question mettait l’emphase sur 6 points:
· “Nature as well as anthropogenic factors cause warming”
· Warming is far slower than predicted
· Climate policy relies on inadequate models
· Carbon dioxide is plant food, the basis of all life on Earth
· Global warming has not increased natural disasters
· Climate policy must respect scientific and economic realities

Source:
https://www.washingtontimes.com/news/2019/sep/29/scientists-tell-un-global-climate-summit-no-emerge/
La lettre en question:
ecd-letter-to-un
La liste des signataires, dont beaucoup sont des scientifiques reputés et experts dans le domaines:
ED-brochureversieNWA4

Ce sont les mêmes journalistes qui s’émeuvent devant Greta Thunberg sans rien valider si ce qu’elle dit est vrai, qui ne valident pas les rapports du GIEC qui sont pourtant remplis de faussetés, qui ne remettent même pas en question cette hystérie que la fin du monde arrive vers 2030 (ce qui correspond avec l’Agenda 2030 de l’ONU). Mais ils osent remettre en question la validité de 500 scientifiques et experts qui ont osé se lever parce qu’ils en avaient assez, et ils l’ont fait en sachant que ça allait leur apporter des problèmes, parce que le lobby politique derrière l’hystérie climatique est aussi celui qui contrôle en bonne partie l’accès aux fonds de recherche… Seuls ceux qui sont à la retraite, et qui donc ne sont pas touchés par ces menaces peuvent s’exprimer librement.

Donc selon les supposés « Fact Checkers » de la Presse Reynald DuBerger, géologue à la retraite connu au Québec pour ses positions climato-réalistes, n’est « pas un scientifique ».
Ils disent aussi que quand Bernier parle du rôle du Soleil sur le climat qui devrait être plus étudié (ce que la majorité des scientifiques appuient), que cette hypothèse a été « invalidée » depuis longtemps par « Le Monde ». « Les décodeurs du monde » sont le Fact Checker du journal « Le Monde » et ça se résume à deux journalistes, dont: Adrien Sénécat activiste gauchiste et réchauffiste, il n’est PAS un scientifique et il n’est PAS objectif. Donc le « Fact Checker » de La Presse ne vérifie rien, et se fie sur un autre « Fact Checker » qui se trouve à être un activiste.

Note: J’ai déjà eu maille à partir avec Adrien Sénécat. Voir ici:
https://crioux.wordpress.com/2019/03/25/censure-facebook-et-fact-checkers/


Les supposés « Fact Checkers » des grands médias sont justes des activistes et des médias qui s’auto-valident entre eux pour se redonner de la crédibilité. Ironiquement une crébibilité qu’ils ont perdu aux yeux de la population à force de publier des Fake News…