Violence gratuite Antifa a Québec

23/08/2017

Des animaux, qui ont attaqué à la tête un monsieur dont le crime était d’avoir brandi un drapeau patriote. Et ce sont ces idiots que notre premier ministre et nos journalistes biaisés ont choisi de défendre?

Publicités

Manifestation de la meute : sémantique journalistique

21/08/2017

J’ai été très occupé depuis un certain temps et j’ai pas pu m’occuper de ce blog autant que j’aurais voulu, mais ce qui s’est passé hier à Québec était inacceptable.

La meute, un groupe de citoyens nationalistes, inquiets de l’islamisation au Québec et l’afflux de migrants illégaux, avaient annoncé une manifestation. Les médias et les groupes antifas les traitaient d’extrême droite, d’anti-immigrants et surtout de racistes. Ce qui est arrivé on s’en doutait tous, ce sont les « antifas » qui ont été violents, alors que la meute est restée pacifique.

La couverture médiatique était épouvantablement biaisée, ça aussi on s’en doutait.

Mais le principal problème avec la couverture est la sémantique, les définitions et les mots utilisés.
Les médias ont tous traité la meute d’extrême droite, fascistes et de racistes, anti-immigrants d’autres même de suprémacistes. Et ils ont traités les antifas violents de « anti-racistes », pro-migrants. Une journaliste de LCN qui disait que les antifas était là pour « combattre l’intolérance, le racisme et la xénophobie ».

Il serait bon que les journalistes révisent leurs définitions.

Extrême droite: L’axe gauche/droite à toujours été flou, à la base c’est l’axe économique et il est impossible de bien définir les idéologies multiples avec un seul axe. Depuis longtemps c’est plutôt un graphique à deux axes qui est utilisé:

Sur ce graphe, l’extrême droite c’est le néolibéralisme, le libre marché total, le capitalisme pur (en opposition au marché contrôlé par l’état). Et le fascisme n’est pas à droite non plus et ne l’a jamais été. Ce que les médias aiment appeler « l’extrême droite », c’est le fascisme. La meute ne correspond en rien à cette définition.

Si les médias tiennent absolument à ignorer les graphiques complets et se limiter à un seul axe gauche/droite, ça devrait être celui-ci. La gauche est toujours le contrôle (tant au niveau économique que social) alors que la droite est la liberté (tant économique que sociale). Donc le fascisme et le communisme sont l’extrême gauche (collectivisme, étatisme) et l’extrême droite c’est le libertarianisme (liberté).

Trop compliqué encore?

Racisme: Le racisme c’est quand une personne traite une autre race comme étant inférieure. La meute s’inquiète de l’islamisation au Canada (l’islam n’est pas une race) et de l’immigration illégale (pas de celle qui est légale et contrôlée).
La Meute ne peut donc pas être considérée raciste.
Ça oui par contre:

Et ici, de la part d’une dirigeant de Black Lives Matter (Toronto) un groupe violent de gauche, qui dit que les blancs sont une sous-race défectueuse (cliquez pour voir le texte complet):

Mais selon nos médias, seuls les blancs peuvent être racistes….

« Antifas »: Les médias définissent les antifas, comme antifascistes et antiracistes. Ils omettent de montrer les drapeaux communistes qui flottent presque toujours dans leurs rangs. En fait historiquement les premiers « antifas » étaient des soviets. Ils traitent tout ceux qui n’étaient pas des communistes de « fascistes », exactement comme ne font les antifas modernes, qui traitent tout ceux qui ne sont pas d’accord avec eux de fascistes et de racistes.
http://www.theepochtimes.com/n3/2282816-the-communist-origins-of-the-antifa-extremist-group/
« Quand tu veux tuer ton chien, tu dis qu’il a la rage », alors les antifas se justifient en disant vouloir combattre les fascistes, alors ils traitent tout ceux qu’ils n’aiment pas de « fascistes », ainsi ça leur donne le droit moral de les frapper.
Ironiquement, les communistes ont tué 4 fois plus de gens que les nazis (près de 100 millions), mais personne ne s’inquiète que le antifas ont des drapeaux communistes.

Fascisme: Cette idéologie politique a été élaborée par Benito Mussolini au début du 20e siècle, qui prône le corporatisme, le parti unique et le nationalisme ethnique. Ici aussi on est loin de la Meute, qui est du nationalisme « soft ». La Meute ne prône pas un « Québec blanc », mais un Québec où les immigrants sont soigneusement filtrés et doivent s’intégrer à leur société d’accueil.

Voici les définitions très biaisées que Radio-Canada (et la plupart des autres médias) utilise, et bizarrement ils ne parlent que de la droite, les définis comme groupes haineux, et ne définissent pas le terme « extrême droite », utilisé à toute les sauces. Ils ne parlent pas des groupes haineux et violents de gauche non plus:
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1050744/extreme-droite-populisme-neonazisme-guide-lexique


Attentats de Londres

12/06/2017


Élections complémentaires au Québec

29/11/2016

Il y aura bientôt des élections partielles dans Saint-Jérôme, Marie-Victorin (Longueuil), Verdun et Arthabaska pour élire les successeurs de Pierre Karl Péladeau, Bernard Drainville, Jacques Daoust et feue Sylvie Roy.

Celle dans Arthabaska retient particulièrement mon attention. Celle ou Sylvie Roy avait été élue à l’origine sous la bannière de la CAQ mais qui avait ensuite quitté pour devenir indépendante.

Les électeurs qui avaient soutenu Sylvie Roy ne voteront pas tous automatiquement pour la CAQ après le traitement qu’elle avait reçu. Avant son décès, Sylvie Roy avait soutenu ceux qui souhaitaient éviter que Québec établisse un autre registre des armes d’épaule. On se rappellera qu’ensuite l’Assemblé Nationale a voté à l’unanimité pour établir un inutile et coûteux registre des armes d’épaule, un registre qui avait été abandonné par le fédéral après des milliards de gaspillage de fonds publics.

Et le Candidat du Parti Conservateur du Québec (Equipe Adrien Pouliot) dans ce comté, est Guy Morin, qui était le vice-président du collectif « Tous contre un registre québécois des armes à feu ». On l’avait vu faire face à un feu nourri et groupé quand il était passé à l’émission « Tout le Monde en Parle », la grande messe de la gauche subventionnée, et réussir à s’en tirer pas si mal.

Je crois qu’un candidat comme Guy Morin est exactement ce qu’il faut présentement au Québec. Une voix discordante au discours unanime centre-gauche PLQ-CAQ-PQ-QS. Quand des députés osent voter des lois à l’unanimité, alors qu’il y a beaucoup d’opposition dans la population, ça démontre une flagrante déconnection de la réalité. Ça prend quelqu’un d’un parti de droite, pour défendre les intérêts d’un grand pourcentage de la population qui en a raz-le-bol d’être surtaxé, et d’être gérée par des « élitistes » corrompus qui pensent savoir mieux que la population elle-même ce qui est bon pour eux et leur imposer ces idées.

Ça prend juste un député pour que le Parti conservateur puisse avoir du temps de parole à l’assemblée nationale, avoir le droit de participer aux débats électoraux, et avoir un peu de temps d’antenne et de visibilité dans les médias.

La gauche à eu son Québec solidaire. Il est temps pour la droite d’avoir le Parti Conservateur du Québec.


Tuer les homosexuels est la chose à faire selon un Imam en Floride…

12/06/2016

Mais nos politiciens vendus et nos médias pourris disent que la tuerie à Orlando, ça n’a rien à voir avec l’islam…. (publié 2 mois avant la tuerie)


Aujourd’hui, je ne travaille pas

27/10/2015

Parce que je suis « en grève ». Non pas parce que je l’ai choisi, mais parce que c’est comme ça partout au Québec avec le « front commun » des employés de l’état.
J’étais bien sûr contre cette grève, parce que je considère qu’on a un bon salaire, de bonnes conditions, un fond de pension et surtout une sécurité d’emploi à vie.
Une sécurité d’emploi ce n’est pas rien, selon ce professeur de finance, ça équivaut à majorer d’environ 12% un salaire sécurisé sur au moins 25 ans.
http://quebec.huffingtonpost.ca/guy-charest-/securite-emploi-salaire-minimum-revenu_b_8347728.html?ncid=fcbklnkcahpmg00000009

Ce qui m’irrite au plus haut point, c’est que la CSN, et non pas le syndicat local, a décidé que ceux qui ne viennent pas manifester chacune des 6 journées de grève, n’auront pas droit à la maigre compensation du fond de grève. Il n’est certainement pas question de j’aille faire l’idiot avec des pancartes et chanter « So so so… »
Donc non seulement je me fait couper 6 jours de salaire, je n’aurai donc pas droit au fond de grève, même si je paye mes cotisations sur chacune de mes payes, ce qui est en soit scandaleux. Et le maigre % de salaire qu’ils vont peut-être réussir à avoir, combien de temps ça va me prendre pour compenser la perte de salaire? Même si j’ai un bon salaire, j’ai quand même des paiements à faire, l’hypothèque, l’épicerie, taxes scolaires, etc.

Est-ce qu’il y en a encore pour dire que les syndicats travaillent pour les travailleurs?
Non, ils sont devenu une méga-corporation qui recoit automatiquement notre argent (grâce à la formule Rand), qu’ils utilisent pour faire de la politique, de l’activisme et du lobbying.
Récemment, il y avait une manifestation contre le gouvernement libéral à Montréal. Et bien la CSN, sans demander l’avis de ses membres, a décidé de payer l’autobus, les repas et l’hébergement pour amener des gens des régions manifester à Montréal. Pas seulement les syndiqués, tout le monde qui voulaient embarquer. Oui vous avez bien compris, l’argent des syndiqués qui sert (sans leur permission) à payer des non-syndiqués pour faire de la politique. Ça ne vous rappelle-pas les carrés rouges?

Vivement l’abolition de la formule Rand!


Eric Duhaime donne son livre gratuitement en ligne

05/10/2015

duhaime
Afin de contrer les syndicats qui utilisent l’argent des syndiqués pour faire campagne pour le NPD et contre les conservateurs, Eric Duhaime avait décidé de donner des copies gratuites de son livre. Les syndicats ont utilisé l’intimidation afin de l’en empêcher. Alors il a décidé de le donner gratuitement en ligne, là où les syndicats ne peuvent pas l’atteindre. Il le fait a ses frais, alors que les syndicats le font avec des millions de l’argent des autres, sans leur permission.

Un très bon livre, que j’avais acheté. A l’époque même le lancement du livre avait dû être fait sous escorte policière, à cause de l’intimidation et des menaces des gauchistes et des syndicats.
http://www.journaldemontreal.com/2013/03/07/lancement-de-livre-sous-escorte-policiere
Fidèles à leur habitudes, les gauchistes veulent interdire ce qu’ils n’aiment pas et utilisent insultes, menaces et censure pour y arriver.

Profitez-en pendant que ça passe!
Lien 1:
http://libereznousdessyndicats.com/liberez_nous_des_syndicats.pdf
Lien 2:
https://crioux.files.wordpress.com/2015/10/liberez_nous_des_syndicats.pdf