Quelques questions simples à propos du CO2 pour les alarmistes

22/01/2020

Durant des débats sur les réseaux sociaux il m’arrive de tomber sur des climato-alarmistes qui pensent tout savoir et osent me mettre au défi Ca fait 20 ans que je suit ce dossier, j’ai lu des centaines de papiers scientifiques et des dizaiens de livres publié par des scientifiques, j’ai écouté des diozaiens d’heures de conférences par des scientifiques, j’ai vu passer toutes les prédictions alarmistes ou de fin du monde qui on été fausses et j’ai vu passer des dizaines de scandales de manipulation de données. Alors j’ai une petite idée de ce dossier.é

Ces climato-alarmistes à court d’arguments qui m’accusent d’être « payé par les pétrolières » ou alors de « penser que la terre est plate », la plupart du temps leurs arguments se resument à ce qu’ils ont recu comme propagande à l’école, les médias sensationnalistes ou alors Al Gore ou Greta Thunberg.

Souvent je propose de leur poser quelques simples questions à propos du climat pour voir ce qu’ils connaissent vraiment, c’est extrèmement rare qu’il y en a qui acceptent de se prêter à l’exercice.

Hier, il y en a un qui a accepté, j’ai posé quelques questions qui me sont venues à l’esprit. Je suis encore en attente de ses réponses.

Comme c’est lourd comme texte pour Facebook, et peut-être parce que ça pourrait être utile de ne pas avoir a réécrire tout ça plus tard dans le futur, j’ai décidé de reposter ici les questions, et les réponses.

Alors les voici:


1- Quel est le principal Gaz à « effet de serre », et quelle est sa concentration dans l’atmosphère?

Le principal gas à effet de serre c’est la vapeur d’eau, et de loin. La vapeur d’eau c’est 95% de tous les GES. Alors que le CO2 arrive loin derrière avec 3,5% des GES. Si on rapporte ça sur l’atmosphère, la vapeur d’eau représente moins de 1% de l’atmopshère, alors que le CO2 représente 0,04% de l’atmosphère
https://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html

2-De combien la température a monté depuis 20 ans?
Depuis 20 ans (depuis 1998) la température a cessé d’augmenter, c’est un plateau. Il y à bien sûr quelque variations, notemment dues au phénomène cyclique et naturel El Nino, mais l’augmentation reste presque nulle et la hausse est en deça de la marge d’erreur.
Les medias sensationnalistes ne cessent de dire qu’à chaque année c’est la « plus chaude de l’histoire », mais les auteurs de ces « études » tripotent les données et jouent avec les centièmes de degrés pour y arriver (alors que la marge d’erreur est dans les dixièmes). Il disent aussi que c’est la « décennie la plus chaude de l’histoire », ce qui est vrai uniquemnt s’ils commencent l’histoire en 1880. Ce qui est incorrect. L’histoire commence avec l’invention de l’écriture, il y a 5000 ans, et depuis ce temps, il y a eu plusieurs périodes plus chaudes que maintenant, on va le voir plus loin.
Voici les températures depuis 1998, mesurées par satellite, la façon la plus précise de mesurer la température « globale ». On a seulement des données satellites depuis 1979. Les autres méthodes avec des thermomètres sont faussées parce que la majorité des stations météo qui restent sont dans les aéroports dans des villes, entourés de béton et d’asphalte, ce qui fausse les données. Ils « extrapolent » le reste de la planète.
Les grands « pics » sont des El Nino, la hausse de température serait de 0,1 degré depuis 20 ans, ce qui est la marge d’erreur, Donc statistiquement, on doit dire que la hausse est probablement nulle. Pourtant le CO2 lui a augmenté (naturellement), et les émissions humaines de CO2 aussi. Alors pourquoi pas la température?
http://woodfortrees.org/graph/uah5/from:1998
A titre comparatif la température entre 1970 et 2000 a monté d’environ 0,7 degré.

3-De combien le CO2 augmenté depuis 20 ans?
Le CO2 lui durant cette période augmenté d’environ 40ppm (parties par million). En bonne partie naturellement, et en très petite partie du à l’activité humaine (voir réponse 12).
Les hauts et bas sur ce graphe correspondent aux saisons. La station de prise de données est à Hawaii.
http://woodfortrees.org/graph/esrl-co2/from:1998
Depuis 20 ans, il es important de noter que les émissions humaines de CO2 ont beaucoup augmenté (même si elles restent infimes comparées aux émissions naturelles) et pourtant ça n’a pas eu d’effet mesurable sur le climat.

4-De combien la température a monté depuis 100 ans?
C’est la BASE de toute cette hystérie. OUI depuis 100 ans, il y a eu un réchauffement d’environ 1 degré. Mais il est tout a fait NORMAL et NATUREL, puisque ça correspond avec la sortie d’une des périodes les plus froides depuis 8000 ans le « Little Ice Age ».
Et même durant ces 100 ans, la température n’a pas monté en ligne droite, il y a eu des hausses, des diminutions et des plateaux. Et rien n’est en corrélation avec le CO2 ou l’activité humaine.
La hausse a commencé vers la fin du 19e siècle, à ce moment l’activité humaine était insignifiante et n’a donc pas pu être un facteur. pourtant la hausse de température a été significative jusqu’en 1940. Presque 0,5 degré. Puis après 1940, il y a eu un refroidissement jusqu’en 1975, environ 0,3 degré Les « experts » de l’époque nous disaient qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente, et que c’était notre faute.
Pourtant c’est à partir de 1940 que l’industrialisation à commencé et que l’humain a commencé à émettre du CO2 en quantité mesurables. Mais il y avait un refroidissement.
Puis la température a recommencé à augmenter jusqu’en 1998, puis s’est arrêté (plateau). Donc oui depuis 100 ans, il y a un réchauffment d’environ 1 degré, mais il correspond à la sortie d’une période froide, qui corresdpond à des cycles chauids/froids depuis des millénaires.
Données de température HadCrut, pas les plus précises, mais il n’y avait pas de satellites au 19e siècle. Mais on y voit les cycles et le plateau actuel.
http://woodfortrees.org/graph/hadcrut3gl/from:1880

5-Est-ce que le réchauffement du siècle dernier est rapide comparé aux périodes passées?
NON au contraire, il n’a absolument rien d’exceptionnel. Si on le compare aux autres périodes chaudes depuis la fin de la dernière ère glaciaire, les autres ont été tout aussi rapides, et ont toutes été plus chaudes.
Et en passant, les périodes chaudes ont toutes été des périodes de prospérité, qui ont vu naitre les grandes civilisations, alors que les périodes froides ont été des péridoes de famine, migration et chute des empires


6-De combien la température a monté depuis 1000 ans?

Il y avait un piège, il n’y a pas eu de réchauffement. Depuis 1000 ans, la température n’a pas monté du tout, elle est plus froide (voir graphe de la réponse 5). Vous allez bientôt comprendre le truc des réchauffistes, on peut faire dire n’importe quoi en choisissant les intervalles.
Il y a 1000 ans c’était l’optimum médiéval, l’époque de construction des grandes cathédrales, une période chaude où la vigne poussait au Nord de l’Angleterre, où les Vikings ont colonisé le Groënland (Terre verdoyante) et y élevaient des chèvres. Aujourd’hui rien de ça n’est possible.

7-De combien la température a monté depuis 11000 ans?
Encore une fois, une colle. Il y a 11000 ans, nous étions en pleine ère glaciaire, avec des KILOMÈTRES de glace par dessus le Canada. Donc si on prend il y a 11000 ans comme point de référence, aujourd’hui il fait environ 7-10C de plus en moyenne. Alors donc oui si on part d’un des points les plus froid depuis 100 000 ans, et qu’on compare avec un des points chauds, il y a une augmentation, c’est certain. Comme comme prendre la température tôt le matin, puis à midi, et en conclure qu’il va faire très chaud à minuit.

8-De combien la température à monté depuis 50 millions d’années?
Il y a environ 50 millions d’années c’était l’optimum thermique Écocène, la période la plus chaude depuis plus de 500 millions d’années, une période très prospère qui a duré pendant des centaines de milliers d’années. Plusieurs espèces animales et végétales sont apparues durant cette période, notamment le Cocoatier. Et oui il y avait des mammifères à cette époque.
Donc si on compare avec aujourd’hui. il fait environ 10 degré de plus FROID aujourd’hui qu’à cette époque. Et quand c’est arrivé le CO2 était à la baisse depuis presque 100 millions d’années
https://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2013/06/co2_temperature_historical.png?resize=400

9- Et durant tout ce temps, est-ce que le CO2 a été en corrélation avec les température?
Le CO2 n’a pour ainsi dire jamais été en corrélation avec la température, sauf par coincidence pendant de très courtes périodes. Sur de longues péridoes, comme 500 millions d’Années, on le voit bien qu’il n’y a aucune corrélation et même souvent ils évoluent a l’opposé pendant des centaines de millions d’années(voir graphique de réponse 8)

Al Gore a temté de démontrer le contraire dans son film de propagande « An Incionvenient Truth », et de façon magistrale qui semblait sans équivoque. Sauf qu’il a utilisé un truc. Il a utilisé l’étude des carottes de glace de Vostok (qui correspond aux cycles de glaciations depuis quelques centaines de milliers d’années). Voici ce qui a été montré dans le film, averc Al Gore a côté sur une plateforme.

Sauf que ce n’est pas la réalité. Non seulement l’échelle du CO2 a été exagéré pour sembler être au même niveau que la température (en réalité il s’agit de faibles variations de quelques parties par millions alors que l’échelle des température est en degrés), mais le plus important est qu’il a placé les graphes un au dessus de l’autre au lieu de les superposer, parce que la réalité est que cette étude a démontré que les températures augmentent AVANT et le CO2 APRES, des fois avec 800 ans de retard.
L’explication est simple, la hausse de température est causée principalement par les cycles solaires et les cycles de Milankovitch. Cette hausse provoque un réchauffement des océans, qui eux relâchent une partie du CO2 dissout (dégasage des oéceans). L’augmentation du CO2 est donc un effet secondaire mineur du réchauffment et non pas le facteur qui influence le réchauffement. Et le pire de des manipulation que Al Gore a fait est la supposition de réchauffement qui allait suivre la hausse de CO2, c’est un mensonge épouvantable parce que les échelles sont différentes. Alors même si l’hypothèse réchauffiste était vraie, la hausse de température serait à peine quelques pointillés en bleu.

Plus de détails à ce sujet:
http://joannenova.com.au/global-warming-2/ice-core-graph/


10-Quel est le taux moyen de CO2 (en ppm, parties par million) dans l’atmopshère depuis 500 millions d’années, depuis que la vie (autre que microbienne) a commencé sur terre?

Le taux de CO2 depuis 500 millions d’années a toujours (ou presque) été beaucoup plus élevé que maintenant. Nous sommes durant une des rares époques aussi PAUVRE en CO2. le taux actuel est de 400ppm. Depuis environ 3 ou 4 millions d’années il était très bas, à environ 250ppm, et il variait de quelqeus dizaines de ppm en réactions aux entrées et sorties d’ère glaciaires (voir réponse 9), et non pas en tant que facteur qui l’inlufennce.
Le reste du temps, le taux moyen est au moin 5 à 6 fois plus élevé. (2500ppm) Les autres périodes où le taux a été aussi bas que maintenant ont été des périodes d’extinction, comme la la fin du carbonifère, où les plantes sont mortes en masse par manque de CO2, alors qu’elles avaient évolué depuis des millions d’années avec des taux de plus de 5000ppm.
Encore une fois ce graphique en référence:
https://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2013/06/co2_temperature_historical.png?resize=400
Mais aussi celui-ci, parce que les taux de CO2 et la marge d’erreur est affichée, mais surtout que l’échelle du temps est fixe, alors que dans le premier elle variait pour montrer des périodes avec plus de détails. Par exemple dans ce 2e, toute notre période, avec ères glaciaires à répétition n’est qu’un seul point.


11-Quel est le taux actuel de CO2 dans l’atmosphère?

Comme je l’ai dit dans un des réponses précédentes, le taux actuel de CO2 dans l’atmosphere est de 400ppm, soit 0,04% de l’atmosphere.
Si vous pouvez comprendre l’accent australien, voici un politicien Australien qui met en contexte comment ce pourcentage est insignifiant en utilisant des grains de riz.

12-Quelle proportion du CO2 atmosphèrique est due a l’activité humaine?
Comme Malcom Roberts le disait dans le vidéo à la réponse 11, du 400ppm dans l’atmosphère, l’humain n’est repsonsable que de 3% de de 0,04%. 3% de preque rien, ca fait encore pmoins que resque rien.
Voici une façon de le représenter pour bien comprendre:

Certains vont répondre: »Oui mais un petite dose de poison, c’est quand même grave! » Sauf que le CO2 n’est pas un poison, ni un polluant. C’est la base de toute la vie sur terre. Pas de Co2 = pas de vie du tout. Augmentation du CO2 = planète plus verte et augmentation de la biodiversité.

13-A partir de quel taux (ppm) de CO2 est-ce que son effet de serre est « saturé » (saturation de bande) autrement dit à partir de quel taux est-qu’il devient insignfiant?
L’effet de saturation de bande du CO2 réfère à partir de quel taux est-ce que son effet devient insignifiant. C’est de la physique de haut niveau pour essayer de comprendre tout ça.
C’est à environ 400ppm (taux actuel) que son effet devient logarithmique, c’est à dire que même si on doublait ou triplait le taux de CO2, ça n’a pour ainsi dire aucun effet sur le climat.
Mais sans être obligé de comprendre le détail de la physique derrière ça, regarder les observations réelles de température et de CO2 montre que les observations correspondent avec l’hypothèse (méthode scientifique) depuis que le taux à atteint 400pm, la température ne monte pour ainsi dire plus du tout, sauf les quelques cycliques El Nino (qui sont un phénomène du au cycles océaniques, dont rien à voir avec le CO2). A L’opposé l’hypothèse du CO2 qui causerait un réchauffement catastrophique est contredite par les observations puisque le CO2 augmente, mais pas la température depuis 20 ans. La méthode scientifique dicte de scrapper cette hypothèse, mais il y a trop d’argent en jeu et trop de profiteurs pour que ça se fasse maintenant.
Voici quelques références pour tenter de vulgariser le tout.

The Logarithmic Effect of Carbon Dioxide

http://hockeyschtick.blogspot.com/2010/06/physicist-co2-greenhouse-effect-is.html?m=1

14-D’où vient le faux consensus de « 97% des scientifiques » qui est propagé partout dans les médias?
Tous les activistes et les médias clâment haut et fort que tous les scientifiques sont derrière le réchauffement causé par le CO2 et donc causé par l’humain. Il y a un consensus, et donc si t’es pas d’accord c’est parce que tu es « anti-science », un Argument massue pour faire taire toute critique.
Sauf que tout est faux. Tout ceux qui utilisent cette histoire de consensus n’ont jamais été voir d’où ça venait. Ils se contentent de dire que 97% des scientifiques sont d’accord que l’humain cause les changements climatique quand ils sont à court d’arguments,
Regardez par exemple à partir de 3:55: https://www.youtube.com/watch?v=Sl9-tY1oZNw&feature=youtu.be&t=235

Mais ça vient d’ou?
Il n’y a jamais eu de consensus sur le sujet. Cette fausse information qui est répété ad nauseam par les alarmistes vient de seulement deux études qui ont été démontrées comme fausses et manipulées.

La première est Doran-Zimmerman, un simple sondage de deux questions, envoyés à 10000 scientifiques. Environ 3000 ont répondus. Et parmi ces 3000 répondants, ils ont soigneusement sélectionné seulement 77, dont 75 disaient ce qu’ils voulaient entendre. Donc 97% de 77 scientifiques, et non pas 97% de tous les scientifiques.

La deuxième « étude » est encore plus malicieuse, il s’agit de Cook & Al. John Cook est l’auteur du blog de propagande Skepticalscience.com. Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain.
Cette étude à fait le tour de tous les médias et c’est cette pseudo-étude qui est la référence utilisée par les médias et activistes

Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur papiers avaient été classé comme faisant partie du 97%. Ce qui a bien sûr éveillé des soupcons sur la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant: 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient réellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%. Mais ça n’empêche pas les alarmistes de continuer à dire que 97% des scientifiques appuient le Réchauffement climatique Antropique quand ils sont a court d’arguments

Et le pire dans tout ça c’est que la science ne fonctionne pas avec des consensus ou des sondages d’opinion. La méthode scientifique fonctionne en émettant une hypothèse (tentative d’explication) et ensuite en mettant à l’épreuve cette hypothèse. Tant que les observations et expériences ne contredisent pas l’hypothèse, elle continue d’exister, mais quand les observations la contredisent, elle est fausse et est remplacée par une autre, et ce qu’importe le nombre ou la notoriété des scientifiques qui l’appuyaient.

« It doesn’t matter how beautiful your theory is, it doesn’t matter how smart you are. If it doesn’t agree with experiment, it’s wrong. »
-Richard P. Feynman

15-Quel taux de CO2 est idéal et même recommandé dans une serre pour que plantes poussent plus rapidement et requirent moins d’eau?
Comme on l’a vu plus haut, les plantes ont besoin de CO2 et ont évolué depuis des centaines de millions d’années avec des taux beaucoup plus élevé que maintenant, et il à toujours été démontré que plus de CO2 augmente la croissante des plantes et fait qu’elles ont moins besoin d’eau.
Dans les serres, les agriculteurs augmentent artificiellement le taux de CO2 à 1500 ou plus pour augmenter la productivité.
Ici un document gouvermental qui recommande d’augmenter le taux de CO2 dans les serres :
http://www.omafra.gov.on.ca/english/crops/facts/00-077.htm
ou pour ceux qui ne veulent pas se taper de papier scientifique voici un petit video qui démontre clairement pourquoi:

Sans aller jusqu’à 1500ppm ou plus, même une légère augmentation à des effets importants. Par exemple, depuis plus de 30 ans, juste la faible augemntation de quelques dizaines de ppm de CO2 a eu un effet majeur sur la planète, elle verdit et les déserts reculent.
https://www.csiro.au/en/News/News-releases/2013/Deserts-greening-from-rising-CO2

16- Depuis 500 millions d’années que la vie évolue et prospère sur terre, depuis combien de temps il y a des glaces aux pôles?

Comme on l’a vu avec les réponses précécentes, nous sommes dans une ère FROIDE depuis 3 millions d’années, avec des ères glaciaires à répétitions, qui durent en moyenne 100 000 ans, entrecoupées de courte périodes interglaciaires (comme notre période actuelle) qui durent en moyenne 10 000 ans (donc elle s’achève et on va retourenr dans un ère glaciaire d’ici quelques centaines d’années au plus tard, peut-être avant)
Donc, avant notre période, il n’a avait pas de glaces aux pôles à l’année, ou la plupart du temps: pas du tout. Sauf durant quelques rares autrse périodes aussi froide que maintenant.
Par exemple, il a plus de 3 millions d’années, il y avait des forêts dans le grand nord canadien (aucune actuellement) et on y trouve du bois pétrifié et fossiles de chameaux géants qui y vivaient.
Giant ancient camel remains discovered in Canadian Arctic

17- Il y a plus de 600 millions d’années, la terre était gelée jusqu’à l’équateur, à combien étaient extimés les taux de CO2 à cette époque?
Cette condition, qui s’est produite à quelques occasions dans l’histoire de la terre est appelée « Snowball earth ». La terre était gelée jusqu’à l’équateur, ou alors tout près. Pourtant le taux de CO2 estimé était plus de 7000ppm.
Si le taux de CO2 avait un impact important sur le climat, la planète aurait du bouillir! Mais ce n’était pas le cas, il y a beaucoup d’autres facteurs qui ont des effets beaucoup plus importants surle climat que le CO2. Mais les alarmistes les ignorent volontairement.

18- Ca prend combien de ppm de CO2 dans l’atmosphère avant que ca devienne gravement nuisible pour l’humain?
voici un petit tableau des taux de CO2 et leur effet:

150ppm Fin de la vie sur terre
300ppm Taux de CO2 au début de l’ère industrielle
400ppm Taux actuel de CO2
1000ppm Taux normal dans un maison
1500ppm Taux recommandé dans une serre pour augmenter la productivité.
3000ppm Taux normal dans une salle de classe ou un bar
5000ppm Taux à partir duquel quelques personnes sensibles peuvent avoir des maux de tête sur le longues périodes
8000ppm Taux acceptable dans un sous marin
10000ppm Taux qui donne des problèmes de santé sur de longues périodes
40000ppm Taux de CO2 quand vous expirez
50000ppm Taux qui devient dangereux pour l’humain, le corps a de la difficulté à assimiler l’oxygène, et cause éventuellement la mort. Non pas parce que c’est toxique, mais parce que le corps humain n’est pas fait pour vivre dans un environnement avec 50000ppm (5%)

19-Est-ce possible d’obtenir un taux de CO2 supérieur à 5000ppm si on brulait tout les combustibles fossiles et tout les arbres de la planète d’un seul coup?
Toutes les réserves d’énergie fossile ont été formé par des formes de vie qui ont utilisé le CO2 atmosphérique pour vivre, puis sont morts sans se décomposer (pour des raisons que je pourrais expliquer au besoin). Le charbon est composé de plantes mortes et le pétrole de vie marine comme le plancton et algues.
Donc si on pouvait extraire le CO2 de toutes ces réserves, et même de tous les arbres existants sur la planète d’un seul coup, on ne peut pas produire plus de CO2 que celui qui avait été absorbé au départ. Et une grande partie est encore présente dans tout le reste des formes de vie actuelle, dont l’humain, et aussi dans plusieurs formations géologiques, comme le calcaire.
Donc même si on pouvait brûler toutes les réserves d’énergie fossile connues et même celles qu’il n’est pas possible d’exploiter, et tous les arbres de la planète, il est impossible d’atteindre 5000ppm. Et de toute façon tout ce CO2 serait réabsorbé rapidement par les plantes qui restent qui profiteraient de toute cette « bouffe » pour croître rapidement.

20- A partir de quel taux de CO2 est-ce que la vie cesse totalement sur terre?
Comme je l’ai indiqué à la réponse 18 c’est à partir de 150ppm que la vie cesse sur terre. Et on y est passé tout près durant la dernière ère glaciaire, alors que le taux est descendu à 170ppm. Puis naturellement, il s’est heureusement mis à remonter.

Voici en référence une conférence à propos du CO2 de Patrick Moore, écologiste, (ex)co-fondateur de Greenpeace, qu’il a quitté depuis. Je vous recommande la conférence au complet, mais si vous voulez juste la partie sur le CO2, commencez vers 14 minutes.

21-Pourquoi est-ce que les alarmistes prennent toujours 1880 comme date de référence?
Partir toujours de cette date (et retenez bien cette date et vous verrez que c’est 95% du temps la date choisie comme référence) c’est le truc utilisé pour faire apparaitre un réchauffement. Oui c’est vrai qu’il y a un réchauffement d’environ 1 degré depuis 1880. Mais le truc est de choisir les intervalles.
1880, est situé tout juste à la fin du « little Ice Age », une des périodes les plus froides depuis 8000 ans. Cette période froide qui a duré plusieurs centaines d’années a causé des famines et provoqué des migrations de populations. C’est aussi la cause de l’abandon des colonies Vikings au Groënland et en Amérique.
Ce réchauffement suite à une période froide est tout à fait normal et naturel, et n’a rien à voir avec le CO2 ou l’activité humaine. Sinon comment expliquer que les tous les cycles précédents semblables ont été tous aussi rapide, des fois plus rapides, et que tous les cycles chauds précédents ont été plus chauds que el cycle actuel, sans CO2 et sans activité humaine, donc tous naturels. Si l’humain ou le CO2 avaient un impact significatif, alors notre cycle serait hors-norme. Ce n’est pas le cas, il est même le moins chaud de tous.

Notez en passant que toutes les périodes chaudes passées ont donné naissance à des périodes prospères qui ont vu naitre les premières grandes civlisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines,migration et chute des empires. Et que le retour à la prochaine ère glaciaire sera une réelle catastrophe pour toute la vie sur terre, avec des kilomêtres de glace sur les pays comme le Canada et toute l’Europe, et les terres fertiles qui produisent presque toute la nourriture seront transformés en tundra. La chaleur c’est la vie, le froid c’est la mort.

Optionnel 1: De combien la température a augmenté en seulement quelques décennies durant le Younger Dryas, il y a environ 12500 ans (sans variation préalable de CO2)?
Durant cette période, vers la fin de la dernière ère glaciaire, il y a eu des périodes où la température à varié de 10c de quelques décennies seulement, certains parlent même de 10 ans. On est loin de notre 1 degré en 100 ans, qui est donc 100 fois moins rapide.
https://www.ncdc.noaa.gov/abrupt-climate-change/The%20Younger%20Dryas

Optionnel 2: Combien de prédictions faites par les alarmistes depuis 50 ans ont été justes?
Pratiquement AUCUNE des prédictions faites par les alarmistes depuis 50 ans ont été justes. Souvent carrément l’inverse des prédictions est arrivé. Il y a en a des centaines, je ne vais pas toutes les lister ici, mais je vais mettre quelques liens qui en citent beaucoup.
Je me contenterais de quelques unes parmis les plus révélatrices:
A la fin des années 1960, les « experts » disaient qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente (et que c’était notre faute), ils prédisaient aussi qu’à cause du froid, l’agrioulture ne pourrait plus subvenir aux besoins d’une population en augmentation et donc quuon serait presque tous morts rendu à l’an 2000.
Voici par exemple des citations de Paul Ehrlich:
« En 1985, il y aura eu assez de morts pour réduire la population de la terre à un niveau acceptable, comme 1,5 milliard »
Une de ses « solutions »:
« L’addition de stérilisant temporaire dans la nourriture de base, ou l’approvisionnement en eau, avec une distribution d’antidote chimiques [pour avoir des enfants] , peut-être par lotterie ».
Et la première ligne de son livre, Population Bomb, sorti en 1968:
« The battle to feed all of humanity is over. In the 1970’s and 1980’s hundreds of millions of people will starve to death in spite of any crash programs embarked upon now. »
(Notez que aujourd’hui Paul Ehrlich dit que l’humain cause le réchauffement et est responsable de la « 6e extinction de masse »… Et il y a encore des gens pour croire cet idiot)

La catastrophe à propos du trou dans la couche d’ozone n’est pas arrivé non plus (le « trou » existe encore et est pratiquement inchangé. En fait il a toujours existé.)

En 2010, James Lovelock, le père de la théorie de Gaïa et de la religion verte qu’il a contribué à créer, disait qu’il était « trop tard pour sauver la planète ».
Peu de temps avant il disait: « billions of us will die and the few breeding pairs of people that survive will be in the Arctic where the climate remains tolerable [by the end of the 21st century] »
Mais en 2012 il s’est ravisé et s’est rendu compte qu’il s’était trompé. Voici ce qu’il disait en 2012:
« The problem is we don’t know what the climate is doing. We thought we knew 20 years ago. That led to some alarmist books – mine included – because it looked clear-cut, but it hasn’t happened; »
« The world has not warmed up very much since the millennium. Twelve years [since 2000] is a reasonable time … it (the temperature) has stayed almost constant, whereas it should have been rising – carbon dioxide is rising, no question about that »

Plusieurs on dit que la neige ne serait qu’un souvenir au début des années 2000, David Suzuki disait que vers 2010, le patinage extérieur ne serait que rarement possible.
David Veneer disait même en 2000 que « The children won’t know what snow is », une publication qui, comme la plupart des fausses prédictions, est disparue quand elle a été exposée comme fausse.

Tous les alarmistes disaient que les températures allaient drastiquement augmenter dans les années 2000, pourtant il y a une pause depuis 1998, un plateau des températures. Pour essayer de noyer le poisson, depuis 2008, ils appellent ça un « hiatus » un autre mot pour dire une pause, mais cette « pause » continue encore aujourd’hui, depuis plus de 20 ans.
Voici les princiaples prédictions des alarmistes faites vers la fin des années 1990, versus la réalité observée:

Al Gore citait une étude qui disait qu’il n’y aurait plus de glace aux pôles en 2013 (ironiquement entre 2012 et 2013, la courverture de glace a augmenté de 50%)

En 2005 l’ONU disait que la niveau de la mer allait monter et engloutir des iles du pacifiques et ainsi créer 50 millions de « réfugiés climatiques » dès 2010.
Il n’y en a eu aucun, et certaines iles ont même grandi en taille. Comme ils se sont fait prendre avec leur mensonge, ils ont effacé le tout de leur site et republié un autre avec maintenant 2050 comme date limite. Mais grâce à internet, on peut retrouver les traces de leurs prédictions passées qu’ils ont effacé.
https://crioux.wordpress.com/2014/12/15/fool-me-once-shame-on-you-fool-me-twice-shame-on-me/

Vers 2008, alors que ça faisait 10 ans qu’il n’y avait plus aucun réchauffement, ils ont changé le nom pour « changements climatiques » comme ça qu’importe ce qui arrive, chaud ou froid, sécheresse ou inondation, ils ont toujours raison.
Ce changement de terme est trouvé dans les emails climategate, scandale ou des scientifiques ont été pris à falsifier des données.

En 2011, le GIEC disait que les glaciers de l’Hilalaya seraient disparus en 2035, puis ont du se raviser. Ils ont dis qu’ils s’étaient trompé dans leur calcul et que c’est plutôt dans 300 ans,quand tous le monde seront morts et cette stupide prédiction sera oubliée par tous le monde. Surtout qu’il est plus que probable que dans 300 ans, nous soyons dans la prochaine ère glaciaire.
https://wattsupwiththat.com/tag/himalayagate/

Un parc national a enlevé ses pancartes qui disaient que les glaciers seraient disparus en 2020 (puisque l’échéance est passée et les glaciers sont encore là)
https://nypost.com/2020/01/10/the-telling-tale-of-glacier-national-parks-gone-by-2020-signs/

Les alarmistes disent que les glaciers reculent (c’est normal, ils reculent depuis la fin du Little Ice Age), mais certains sont maintenant en progression, contrairement à leur prédictions
https://www.livescience.com/65080-greenland-glacier-growing.html

En voici plein d’autres
https://cei.org/blog/wrong-again-50-years-failed-eco-pocalyptic-predictions

50 years of failed doomsday, eco-pocalyptic predictions; the so-called ‘experts’ are 0-50

Optionnel3: Combien de ppm de CO2 il y a dans l’atmosphère sur Mars, qui est froide, et combien sur Venus qui est brûlante?
L’atmosphere de Mars est du CO2 à 95% et la température moyenne est de MOINS 63C
L’atmosphere de Venus est du CO2 à 96.5% et la température moyenne est de 465C
L’atmopshere de la terre contient 0,04% de CO2 et la température moyenne est 13C
Bien sur il y a plein de facteurs qui influencent la température, le premier étant la distance du soleil, et surtout la pression atmosphérique. La pression atmosphérique est un des principaux facteurs qui influence la température des planètes.
La pression atmsophérique sur Venus est 930 000 Pascal, presque 100 fois celle de la terre qui est environ 100 000 Pascal, et c’est 1500 fois plus que sur Mars où c’est seulement 610 Pascal.
Par exemple Mercure qui est beaucoup plus près du soleil que Vénus, n’a pas d’atmosphère, et est à 430C du côté exposé et -180 du côté sombre. Le CO2 n’a pas d’effet significatif comparé aux autres facteurs, sinon Mars serait plus chaude


Ces réponses mettent en évidence que le CO2 n’a pas l’impact qu’on nous laisse croire, que les variations actuelles n’ont absolument rien d’exceptionelles comparé au passé, ni en amplitude, ni en vitesse, ni en corrélation avec le CO2.


Nouvelle censure Facebook

24/11/2019

Depuis hier, je ne peux plus publier aucun commentaire avec un lien en provenance de mon blog. Aucun.

Les « fact checkers » que j’ai osé critiquer ont décidé que mon blog était contre les « community standards ».
Les fact checkers de Facebook sont pour la plupart des activistes de gauche, climato-alarmiste, comme Adrien Sénécat (décodeurs du Monde) qui se sert de son status de fact checker pour Facebook pour censurer les concurrents concurrent du journal Le Monde et faire disparaitre les idées qui contredisent son idéologie personelle. Pire encore, il utilise les articles publiés sur LeMonde.fr comme « preuve » à l’appui de ses dires…
Donc je ne peux plus alimenter la page Facebook de mon blog avec mes propres articles. Pourtant ce que je dis est vrai et vérifiable, un véritable « fact checker » objectif aurait vu que c’est la vérité.

La liberté d’expression est la base de la démocratie. La censure des idées est le début de la dictature. Le « Book burning » moderne est la censure sur les médias sociaux.

L’extrème gauche totalitaire jubile quand la censure frappe leurs adversaires pro-liberté d’espression, mais ils ne comprennent pas qu’un jour la censure sera dirigée vers eux aussi. Et dans mon cas, dans la majorité de mes publications, il ne s’agit pas d’opinions, mais de faits scientifiques, ce qui est encore plus inquiétant quand on pense que des journalistes activistes décident ce qui est scientifiquement « vrai »
On se croirait dans 1984 avec le ministère de la vérité…

Mise à jour
En fouillant plus loin, voici la définition selon la quelle Facebook me censure:

Nous n’autorisons pas l’utilisation d’informations trompeuses ou incorrectes en vue de recueillir des mentions J’aime, des abonnés ou des partages.

Voici notre définition des contenus indésirables :

• La croissance artificielle de la distribution de contenu pour gagner de l’argent
• Exiger que les gens aiment, partagent ou recommandent un contenu avant de pouvoir le visionner
• L’usurpation d’identité

-Il n’y a aucune information trompeuse ou incorrecte. Seulement « Politiquement incorrecte » parce que certain contenu pourtant véridique semble offenser des gens.
-Je ne fait pas d’argent avec mon blog: zéro cent!
-Personne n’a à payer pour voir mon contenu.,
-Je ne fait aucunement d’usurpation d’identité. Ils veulent avoir quoi? une photocopie de mon baptistère?

Mon blog est un blog citoyen, qui commente la politique et la science, et qui avec les années a pris une tangeante pour dénoncer la pseudo-science et la politicisation de la science.

Difficile d’être plus ironique de la part de Facebook qui censure quelqu’un qui dénonce la pseusdo-science et la politicisation de la science, en disant que c’est du faux contenu….!

Durant des discussions ou débats, je me sert des mes propres écrits sur mon blog comme référence, donc de mes propres articles, écrits et basés sur des faits, avec références a l’appui. Dans un autre cas j’ai fair un traduction en francais d’un article en allemand. Donc oui je me sers de mon blog comme référence. Mais c’est pas du spam, ni du contenu indésirable. Encore moins une façon de faire de l’argent, ni une usdurpation d’identité. Oui, il existe un journaliste du même nom, mais mon blog s’appelait autrefois Blog politique de Christian Rioux, politiquement incorrect, il s’apelle depuis plusieurs années Science et Politique, donc rien à voir avec le journaliste. non plus


Comportement enfantin indigne de Radio-Canada

17/10/2019

Est-ce que c’est le genre de comportement qu’on doit s’attendre de la part d’un média subventionné par nos taxes à coup de 1500 millions par an?
On dirait un enfant du secondaire qui a été mis en charge de la modération. Un enfant activiste socialiste en plus, qui banni allègrement tout ceux qui ne penchent pas assez à gauche, ou qui ont le malheur de ne pas suivre la religion de Greta Thunberg. J’ai subit cette modération ultra biaisé pendant des années, j’ai été banni de la page Facebnook de Radio-Canada pendant 4 ans. Et même banni de la page de Radio-Canada « Mordus de Politique » après UN SEUL commentaire, ou je me suis fait attaquer pour simple délit d’opinion, et c’est moi qui a été banni..

Tous mes commentaires ont toujours respecté la netiquette, et certaines personnes qui m’attaquaient personnellement ne la respectaient évidemment pas, mais eu n’ont jamais été modérés ou bannis.
Voici un récent échange sur la page de Radio-Canada, je vous laisse juger. Je n’ai rien coupé ou modifié, j’ai simplement fait plusieurs captures d’écran que j’ai recollé ensemble.
Ça commence avec quelqu’un qui signale que ses commentaires se font effacer.

Si vous imaginez que j’ai fait un montage, allez-voir l’original avant qu’il ne se fasse effacer:

Il est grand temps de privatiser cette boite de propagande.


« Fact Checkers »

12/10/2019

C’est devenu la nouvelle tendance, les medias se prennent tous pour des « Fact Checkers ». Oui, ça devrait normalement être le travail d’un vrai journaliste, mais les médias d’aujourd’hui ne sont (presque) plus des journalistes. Ils ne sont plus objectifs, ils ne cherchent plus la vérité. Ce sont devenus des activistes qui utilisent leur position pour faire la promotion de leur idéologie personnelle, ou alors de simples perroquets qui répètent ce qu’on leur dit de dire, sans se questionner (ou plutôt sans oser questionner). Souvent ils vont mentir par ommission, c’est à dire ne pas mentionner une nouvelle qui va à l’encontre de leur idéologie, de la ligne éditoriale, ou alors d’un parti qu’ils appuient.

Ca devrait être normal qu’un journaliste puisse aller valider une statitisque ou un fait, et confirmer si c’est vrai ou pas. Pour les médias le sensationnalisme et la peur de ne pas être le premier à publier fait qu’ils ne vont pas valider la véracité de quelque chose, comme une fausse agression (ex: Jussie Smollett), parce que ça leur apporte des quotes d’écoute (ou des clics).

Mais dans le cas de la science, et en particulier du réchauffement climatique, les journalistes se sont fait les majorettes de quelque chose qu’ils ne peuvent pas objectivement valider parce que c’est un dossier très complexe et qu’ils ne sont pas des scientifiques. Alors ils ne font que se fier sur des écrits qui appuient ce qu’ils veulent entendre. Mais ils n’ont pas ce qu’il faut pour valider, ou alors simplement ils ne veulent pas le valider, ils choisissent consciemment de mentir parce que ça va dans le sens de leur idéologie.

« Cela bien sûr, requiers d’avoir beaucoup de couverture médiatique. Alors nous devons offrir des scénario effrayants, faire des affirmations simplifiées et dramatiques, et ne faire que peu de mention de tout doute que nous ayons.«
-Stephen Schneider, environnementaliste Stanford Univ.

Durant le débat des chefs du 10 octobre, tous les politiciens (sauf un) ont parlé toute la soirée d’urgence climatique, de Greta Thunberg, du GIEC. Rien de tout ça n’est de la science. C’est de la politique. Elizabeth May du parti vert à pendant toute la soirée dit qu’il fallait se fier à la science, et disait aux journalistes :
« Est-ce que notre génération a l’autorité morale de mettre fin à notre civilisation durant la vie des nos enfants ».
Un journaliste (un des rares vrai journaliste qui reste) lui demande:
« Est-ce que vous pensez que les sables bitumineux d’Aberta vont mettre fin à la civilisation? »
Elle répond:
« Je ne crois pas que vous comprenez la science »
Ce à quoi il répond:
« J’ai un bac en sciences de l’énergie et en économie de l’énergie »..
Video:

Mais comme ça vient d’un petit media web de « droite » (#TheRebelNews), ça ne passera pas dans les médias mainstream biaisés, parce ça ne correspond pas à leur agenda et/ou leur idéologie de ridiculiser Mme May, le parti vert, ou même remettre en doute « l’urgence climatique ».

C’est là qu’arrivent les « Fact Checkers ». Historiquement, les premiers « Fact Checkers » comme Snopes (un couple dans son sous-sol) servaient à exposer les légendes urbaines. Mais rapidement ils sont entrés dans le domaine de la politique, et sont devenus biaisés de part leur propre idéologie politique.

Aucun des « Fact Checkers » des médias mainstream ne va valider les dires des activistes environnementalistes, même les mensonges les plus gros. Mais ils scrutent à la loupe chacun des dires ou des tweets des partis plus à droite qu’ils disent « extrémistes ». C’est sûr que tous ces médias sont rendus tellement loin à gauche, que quelque chose qui est au centre ou à droite, ça devient « l’extrème droite ».

Par exemple durant le débat, le chef du Parti Populaire du Canada, Maxime Bernier, à été attaqué par François Cardinal du journal La Presse, avec une question extrêmement douteuse et biaisée: On lui a dit directement dans la question à propos de l’environnement, « Niez vous la science? »
Pourtant Maxime Bernier est le seul avec un discours basé sur la science parmi tous les candidats. Dans le passé il avait soulevé que le CO2 n’est pas un polluant, que c’est de la « nourriture pour les plantes », ce qui est vrai. Mais il a été attaqué et ridiculisé par les médias, pour une chose qui est pourtant vraie, mais qui contredit l’agenda politique et médiatique.

[…]les effets non-climatiques du CO2 comme soutien de la faune et des plantes sont énormément bénéfiques, et que la possibilité d’effet négatifs du CO2 sur le climat a été grandement exagérée, et que les bénéfices l’emportent clairement sur les possibles dommages.
-Freeman Dyson

Durant le débat, les « fact Checkers » validaient sur les médias sociaux tout ce qui disaient les politiciens.
Exemple:

Ils remettent en question ce que Maxime Bernier à répondu a propos de la fausse urgence climatique, en disant que justement 500 scientifiques venaient d’envoyer 2 semaines plus tôt une lettre à l’ONU pour demander de cesser avec cette hystérie de l’urgence climatique, ce qui est vrai.
Et le document en question mettait l’emphase sur 6 points:
· “Nature as well as anthropogenic factors cause warming”
· Warming is far slower than predicted
· Climate policy relies on inadequate models
· Carbon dioxide is plant food, the basis of all life on Earth
· Global warming has not increased natural disasters
· Climate policy must respect scientific and economic realities

Source:
https://www.washingtontimes.com/news/2019/sep/29/scientists-tell-un-global-climate-summit-no-emerge/
La lettre en question:
ecd-letter-to-un
La liste des signataires, dont beaucoup sont des scientifiques reputés et experts dans le domaines:
ED-brochureversieNWA4

Ce sont les mêmes journalistes qui s’émeuvent devant Greta Thunberg sans rien valider si ce qu’elle dit est vrai, qui ne valident pas les rapports du GIEC qui sont pourtant remplis de faussetés, qui ne remettent même pas en question cette hystérie que la fin du monde arrive vers 2030 (ce qui correspond avec l’Agenda 2030 de l’ONU). Mais ils osent remettre en question la validité de 500 scientifiques et experts qui ont osé se lever parce qu’ils en avaient assez, et ils l’ont fait en sachant que ça allait leur apporter des problèmes, parce que le lobby politique derrière l’hystérie climatique est aussi celui qui contrôle en bonne partie l’accès aux fonds de recherche… Seuls ceux qui sont à la retraite, et qui donc ne sont pas touchés par ces menaces peuvent s’exprimer librement.

Donc selon les supposés « Fact Checkers » de la Presse Reynald DuBerger, géologue à la retraite connu au Québec pour ses positions climato-réalistes, n’est « pas un scientifique ».
Ils disent aussi que quand Bernier parle du rôle du Soleil sur le climat qui devrait être plus étudié (ce que la majorité des scientifiques appuient), que cette hypothèse a été « invalidée » depuis longtemps par « Le Monde ». « Les décodeurs du monde » sont le Fact Checker du journal « Le Monde » et ça se résume à deux journalistes, dont: Adrien Sénécat activiste gauchiste et réchauffiste, il n’est PAS un scientifique et il n’est PAS objectif. Donc le « Fact Checker » de La Presse ne vérifie rien, et se fie sur un autre « Fact Checker » qui se trouve à être un activiste.

Note: J’ai déjà eu maille à partir avec Adrien Sénécat. Voir ici:
https://crioux.wordpress.com/2019/03/25/censure-facebook-et-fact-checkers/


Les supposés « Fact Checkers » des grands médias sont justes des activistes et des médias qui s’auto-valident entre eux pour se redonner de la crédibilité. Ironiquement une crébibilité qu’ils ont perdu aux yeux de la population à force de publier des Fake News…


La climat a toujours varié

09/10/2019

La climat a toujours varié, et de façon beaucoup plus importante et rapide que le faible réchauffement qu’on a connu au siècle dernier. Examiner les variations passées aide à mieux comprendre et prédire les variations futures.

Par contre tous les modèles basés sur le CO2 ont lamentablement échoué dans leurs prédictions, et sont incapables d’expliquer les variations du passé, pusique le climat a grandement varié (validé par proxy et par données historiques), alors que le CO2 variait peu.

« In just the past 500 years, Greenland warming/cooling temperatures fluctuated back and forth about 40 times, with changes every 25–30 years (27 years on average).

At least three warming events in the past 25,000 years were 20–24 times the magnitude of warming over the past century and four were 6–9 times the magnitude of warming over the past century. The magnitude of the only modern warming that might possibly have been caused by CO2 (1978–98) is insignificant compared to the earlier periods of warming. »
Source:
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780128045886000215

Le cycle de 30 ans (65 ans en moyenne pour un cycle complet) est un cycle connu, basé sur les cycles océaniques, il est a cheval sur d’autres cycles plus longs (cycles solaires) et par dessus il y a les cycles solaires plus courts et plus documentés (11/22 ans), et ensemble ils peuvent expliquer correctement toutes les variations du climat qu’on a connu, sans impliquer le CO2.
Voici les courbes théoriques des cycles de 230 ans et 65 ans avec données de température historiques superposées

Source:
https://crioux.wordpress.com/2015/02/04/cycles-climatiques/

Et voici un autre graphe qui démontre les températures historiques (données provenant de HadCrut, 1880 à 2015), superposées à la somme des cycles naturels connus. Une somme de courbes signifie que quand deux courbes sont à la hausse, la courbe monte, quand deux courbes évoluent à l’opposé elles s’annulent etc.., donc si on fait un total de plusieurs cycles réguliers, certains plus long et certains plus courts, ça donne ça:

Si on veut valider plus loin dans le passé, voici les cycles de 230 ans (DeVries) et 1000 ans (Eddy). Voici donc pour les derniers 3200 ans

Désolé pour le texte en Allemand, traduction:
Texte du haut:
Optimum Minoéen, Optimum Romain, Optimum médiéval, période chaude actuelle
Texte du bas:
Migration (celtes), Migration (goths), Famines en Europe

Et si on regarde les données de proxy et les données historiques, ça donne quelque chose comme ça: (comparez les derniers 3200 ans à droite avec le graphique précédent)

Graphique basé sur les données de W. Daansgard (1984) C.D. Schönwiese (1995) D. Avery (2009), provenant de carottes de glace du site Crete au Gröenland central.

Encore une fois, la correspondance est presque parfaite, et l’hypothèse du CO2 est incapable d’expliquer ces variations

Note: Il y a d’autres cycles plus longs encore, 2400 ans et 9600 ans, mais on commence à peine à les étudier, et leur impact sur le climat est sur le très longues périodes.



Conclusion:
En se fiant sur les données passées, on peut déterminer des cycles réguliers. Ces cycles expliquent facilement les variations du climat actuel, sans aucun besoin de faire intervenir l’activité humaine ou le CO2. Et on peut donc aussi prédire que ce qui s’en vient: c’est un cycle FROID, comparable aux années 1970, puis un réchauffement un peu plus faible comparable aux années 1940, puis un retour vers un cycle plus froid, comme durant le Little Ice Age.
Et quelque part un peu plus loin, il y a le cycle beaucoup plus long qui approche, qui nous ramène à la prochaine ère glaciaire. Alors oubliez le réchauffement, craignez le froid!

Tout ça ne sont que des cycles naturels, l’humain n’a rien à y voir et ne peut rien faire pour y changer quoique ce soit.

Sources:
http://myweb.wwu.edu/dbunny/pdfs/Evid_Based_Climate_Sci/2016_Ev_Based_Climate_Sci_Chap21_Using_climate_cycle_patterns_to_predict_dje.pdf
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3617729/
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780128045886000215

Autres références:

Références:

– J.R.Petit et al.: Climate and atmospheric history of the past 420 000 years from the Vostok ice core, Antarctica, Nature Vol.399, June 1999

– Th.Steuber et al.: Low-latitude seasonality of Cretaceous temperatures in warm and cold episodes, NATURE Vo.437, 27 Oct.2005

– W.S.Broecker and G.H. Denon: What Drives Glacial Cycles ? Scientific American, Jan.1990

– H.Kawamura et al.: Antarctic Dome C Temperature Reconstruction, Nature, 23 Aug.2007

– J.Veizer et al.: Evidence for decoupling of atmospheric CO2 and global climate during the Phanerozoic eon, NATURE Vo.408, 7 Dec.2000


Climat: Mythes et réalités

08/10/2019

Ce résumé des mythes à propos du climat fait suite à une présentation que j’ai fait au groupe de discussion politique « les Politicailleux« .
Nous avons énuméré une liste de mythes et affirmations à propos du climat, et j’ai validé en utilisant des données et faits scientifiques pour démontrer ce qui est vrai, ce qui porte à interprétation et ce qui est juste un mythe. (J’ai mis quelques liens et graphiques, mais il n’y avait pas assez de place pour tout mettre sans alourdir le texte. Ce sont des informations faciles à valider pour qui se donne la peine)
On ne s’est attardé que sur les faits objectifs, pas sur le côté politique, qui lui fera l’objet d’une autre discussion.

Voici les affirmations:


Le climat se réchauffe

OUI, le climat s’est réchauffé, mais tout dépend de l’intervalle choisie, et c’est là que c’est important. Les réchauffistes utilisent toujours 1880 comme date de départ pour montrer le réchauffement
En 1880, on sortait du Little Ice Age, une des périodes les plus froides depuis 8000 ans, il est donc normal que ça se soit réchauffé un peu depuis (environ 1 degré).
Si on regarde à court terme, il n’y a plus de réchauffement depuis 20 ans. Si on recule plus loin en arrière, il faisait plus chaud qu’aujourd’hui il y a 1000 ans (époque médiévale). Il faisait plus froid il y a 10 000 ans (ère glaciaire) et il faisait BEAUCOUP plus chaud il y a plus de 4 millions d’années, avant que ne commence les cycles d’ères glaciaires à répétition.
Donc tout dépend de l’intervalle choisie. Donc OUI si on prend depuis 1880, la tendance générale est à la hausse de 1 degré. Mais si on choisit d’autres intervalles, plus longues ou plus courtes, on arrive avec des tendances différentes. Il est malhonnête de prendre la période depuis le Little ice age et dire que c’est la faute de l’humain, parce que ça fait partie de cycles réguliers connus, et donc ça serait arrivé même sans activité humaine, ni CO2. Si l’humain avait un impact important, le cycle actuel serait beaucoup plus chaud que les cycles passés, alors qu’il est le moins chaud. En conlusion, le climat varie, il a toujours varié. Le fait qu’il varie ne prouve aucun lien avec l’activité humaine ni le CO2.

Voici des données en appui:
Données de Température (par proxy) durant l’interglaciaire actuel. Voyez où se trouve le « little Ice Age » comparé à la période actuelle. Et remarquez comment les autres cycles chauds ont été plus chauds que l’actuel. Et pourtant ils ont été des périodes prospères qui ont vu naitre les premières grandes civlisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines et chute des empires.
Graphique basé sur les données de W. Daansgard (1984) C.D. Schönwiese (1995) D. Avery (2009), provenant de carottes de glace du site Crete au Gröenland central.


Le CO2 augmente

OUI, il a augmenté depuis environ 100 ans. Encore une fois, l’intervalle choisie est importante. Le CO2 aussi a toujours varié dans le passé, mais presque jamais une hausse de CO2 n’a été suivi d’une hausse des températures.
Souvent ils ont varié à l’opposé pendant des millions d’années. Le fait qu’il augmente ne prouve pas que toute l’augmentation est la faute des humains. en fait on va le voir plus loin, l’humain n’est responsable que d’une très petite partie de l’augmentation.


La température augmente avec la hausse du CO2


Donc OUI nous avons eu un réchauffement depuis environ 100 ans, et OUI le CO2 à augmenté durant ce temps, est-ce que la hausse de température pourrait être causée par l’augmentation du CO2? Il semble y avoir un lien de cause à effet, ou alors est-ce juste une coïncidence? « Correlation is not Causation ». Il est loin de faire consensus sur quel réchauffement peut causer une hausse de CO2, les scientifiques ne sont pas d’accord, la plupart disent que ça peut avoir un petit effet, mais que la variabilité naturelle est probablement plus importante. Mais beaucoup insistent sur le fait que dans le passé, le CO2 et la température ont varié, mais pas en corrélation.
Durant les cycles d’ères glaciaires qui se suivent depuis environ 3 millions d’années, c’est plutôt le CO2 qui varie en réaction aux changements de température: la température augmente (sortie d’une ère glaciaire), et le CO2 augmente légèrement ensuite (des fois avec 800 ans de retard). C’est donc la température qui influence en partie le taux de CO2, pas l’inverse. Cette hausse vient en majorité du dégazage des océans. Quand les océans se réchauffent ils libèrent du CO2, et quand ils refroidissent, ils en absorbent.
Ironiquement ce sont ces mêmes données que Al Gore a utilisé dans son film, mais sur son écran les deux graphes étaient placés un par dessus l’autre et l’échelle du CO2 exagérée pour correspondre à la courbe. S’ils avaient été correctement superposés, c’est là qu’on voit que la température augmente AVANT le CO2.

Donc oui actuellement le CO2 augmente, et seulement une petite partie est due à l’activité humaine (3%). Donc même sans l’humain, le CO2 aurait augmenté à peu près autant. Le CO2 et la température ont toujours varié de façon bien plus importante et rapide que le 1 degré et le 150ppm depuis 100 ans.
Et même qu’il y a 600 million d’années, le taux de CO2 était estimé à plus de 8000ppm, 20 fois le taux actuel, et pourtant la terre était gelée jusqu’à l’équateur (Snowball earth). Alors NON le CO2 n’est pas le principal facteur qui contrôle la température. Son effet de serre est négligeable.

Taux de CO2 versus la température depuis des centaines de millions d’années:

Variations de température et CO2 durant les ères glaciaires (CO2 augmente après la température):
http://joannenova.com.au/global-warming-2/ice-core-graph/


Le CO2 est un polluant

NON, le CO2 (Gaz carbonique) n’est pas un polluant, en fait il est la base de la vie sur terre. Pas de CO2 = pas de plantes, ni d’oxygène, donc pas d’animaux non plus. A ne pas confondre avec CO (Monoxyde de carbone) qui est toxique. Confondre CO2, CO ou C, c’est comme confondre l’eau pure (H2O) avec Péroxyde (H2O2) ou hydrogène (H).
Toute vie sur terre existe grâce au CO2. Mais nous sommes dans une des périodes où le CO2 est le plus bas depuis des centaines de millions d’années, tellement bas qu’en fait que durant les dernières ères glaciaires, nous sommes passés tout près du niveau où toute vie sur terre disparait, alors que le taux est passé à environ 180ppm. A 150ppm, toute vie sur terre cesse.
Nous sommes actuellement à 400ppm, mais on est encore très loin du taux moyen, qui était à 2000ppm depuis des centaines de millions d’années et la vie était pourtant prospère durant tout ce temps. Les plantes (et les animaux) ont évolué et prospéré depuis plus de 400 millions d’années avec des taux de CO2 supérieurs à 2000ppm. Les experts recommendent d’augmenter artificiellement le taux de CO2 dans les serres à plus de 1000ppm pour favoriser une croissance des plantes et diminuer la quantité d’eau requise. Pas mal pour un supposé « polluant »!
Et le CO2 n’est pas toxique pour l’humain non plus, à moins de taux extrèmement élevés comme 50000ppm. (Taux impossible à atteindre dans l’astmosphère même si on brûlait tous les combustibles fossiles d’un seul coup)
Pour comparaison:
Le taux à partir duquel les plantes meurent: 150ppm
Le taux actuel atmosphérique est 400ppm.
Taux supposément apocalyptique selon le GIEC: 415ppm
Les plantes croissent rapidement et ont moins besoin d’eau passé 1000ppm.
Le taux normal dans une salle de classe ou un bar c’est 3000ppm.
Le taux acceptable dans un sous-marin c’est 8000ppm.
A 10000ppm, les humains ont des étourdissemenst sur de longues périodes
Et quand vous expirez c’est 40000ppm de CO2.

Voici des données à l’appui:
Document du ministère de l’agriculture de L’Ontario qui recommande d’augmenter le taux de CO2 dans les serres:
http://www.omafra.gov.on.ca/english/crops/facts/00-077.htm

Conférence de Patrcik Moore à propos du CO2:

Patrick Moore: Should We Celebrate Carbon Dioxide?

Vidéo qui compare la croissance des plantes avec plus de CO2:

Variations du taux de CO2 et température depuis des centaines de millions d’années, alors que la vie prospérait sous des taux moyens de 2000ppm et plus:


Les pays industrialisés sont les plus grand émetteurs de CO2


NON, et ce ne sont pas la Chine, ni l’Inde non plus, même s’ils en émettent beaucoup plus que tous les pays industrialisés. La principale source de CO2 (émissions annuelles) et de loin, c’est la nature elle-même. 97% des émissions annuelles de CO2 sont tout à fait naturelles. Toutes les activités humaines au total n’y sont que pour 3% de tout le CO2.
La nature émet du CO2 surtout par le dégazage des océans, le volcanisme (surtout les volcans sous-marins) et toute l’activité biologique. Toutes les émissions humaines sont infimes en comparaison, une comparaison que les alarmistes ne font jamais. Et malgré tout ça, le CO2 reste un gaz en quantité infime dans l’atmosphère: 400ppm (0,04%)

Liens:
https://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html


Le CO2 est le principal « gaz à effet de serre »


NON, Le principal gaz à effet de serre est: la vapeur d’eau. Les GES représentent environ 2% de toute l’atmosphère, et de ce 2% , environ 95% est de la vapeur d’eau. Le CO2 ne représente qu’un peu plus de 3% de tous les GES. Et de cette infime quantité, l’humain n’est responsable que de 3%. Donc en résumé sur 100 000 molécules d’air, le CO2 ne représente que 40 molécules, et l’humain n’est responsable que de 1,2 molécule. Alors que la vapeur d’eau représente entre 1000 et 2000 molécules.


Il y a déjà eu des changements climatiques dans le passé, mais la vitesse des changements est actuellement exceptionnelle

NON, les variations actuelles sont au contraire très loin d’être exceptionelles. Prenons juste par exemple la période du Younger Dryas, vers la fin de la dernière ère glaciaire, il y a environ 12000 ans. C’était un réchauffement de près de 10 degrés en quelques décennies. Et pourtant le taux de CO2 estimé à ce moment était très bas.

Et si on reprend les graphes plus haut à propos des cycles durant l’interglaciaire actuel, la période chaude actuelle est la moins chaude, et n’a pas été plus rapide que les cycles précédents.
Et en terminant, depuis 20 ans, il n’y a plus aucun réchauffement statistiquement significatif. Voici les données d’anomalies de température par satellite depuis 1998:
http://www.woodfortrees.org/plot/uah5/from:1998
Les « pics » sont des El Nino, phenomène naturel et cyclique qui provoque les hausses temporaire de température, mais ça redescent en suite (La Nina), mais si on fait la moyenne, il n’y a plus de hausse depuis plus de 20 ans. Donc aucun réchauffement « exceptionnel ».

Données du passé qui démontrent des variations majeures du climat:
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780128045886000215


La période actuelle est la « plus chaude de l’histoire »

NON, c’est ce que les médias disent depuis plus de 10 ans, ils disent aussi « la décennie la plus chaude de l’histoire ». C’est une façon de camoufler qu’il n’y a plus de hausse, que c’est un plateau depuis 20 ans. Mais ça reste faux. OUI c’est la décennie la plus chaude depuis 1880, mais comme on l’a vu plus haut, 1880 c’est à la sortie d’un cycle froid, c’est normal que ça se soit réchauffé depuis. Il y a eu des cycles plus chaud avant, et par définition l’histoire commence avec l’invention de l’écriture, il y a 5000 ans, pas il y a 100 ans. Donc NON la période actuelle n’est pas la période la plus chaude de l’histoire.


Le réchauffement climatique provoque la désertification

NON, comme on l’a vu plus haut, le CO2 est la base pour la survie des plantes, et plus il y en a mieux elles se portent. Et aussi avec des taux de CO2 plus élevés, elles requièrent moins d’eau.
Et bien grâce aux données satellitaires, le CSIRO et la NASA ont confirmé que la terre verdit depuis quelques décennies, les déserts reculent. Donc pas de désertification.
https://www.csiro.au/en/News/News-releases/2013/Deserts-greening-from-rising-CO2
https://www.nasa.gov/feature/goddard/2016/carbon-dioxide-fertilization-greening-earth


Les pôles fondent, les glaciers reculent et ça fait monter les océans

NON, OUI et NON. Les pôles ne fondent pas. Ils fondent l’été et regèlent l’hiver, des fois plus, des fois moins selon des cycles. Nous n’avons que des données satellitaires que depuis 1979, donc des données récentes seulement et qui commencent vers la fin d’un petit cycle froid entre 1940 et 1970, qui avait donné lieu au « global Cooling Scare » à cette époque. Mais il n’y a pas de recul important des glaces aux pôles. Même que l’Antarctique en gagne plus qu’il n’en perd, et ce qu’il perd est surtout du à de l’activité géothermique (volcan) en dessous de la partie ouest.
Les glaciers eux ont reculé depuis la fin du Little Ice Age, ce qui est normal puisqu’ils avaient progressé beaucoup durant cette péridoe froide, et ils ont reculé durant notre péridoe chaude. Donc oui ils avancent et culent, selon les cycles de température. Quelques preuves : dans les alpes, quand des glaciers ont régressé, ils ont trouvés des restes de forêts et même une ancienne route romaine, ce qui démontre qu’il y a eu des périodes plus chaudes dans le passé où ces glaciers n’étaient pas là .
Pour ce qui est du niveau des mers, il est très peu affecté. Les océans montent globablement de 2mm par an environ, et ce depuis des siècles. Il n’Y a pas eu d’accélération. Le GIEC dit que c’est monté à 3mm par an, mais leur méthodologie pour y arriver est mise en doute par beaucoup de scientifiques. Ca reste des données un peu douteuses parce que par endroits, la hausse est plus importante, et ailleurs ça diminue. Il y a beaucoup de facteurs, comme le post-glacial rebound qui explique ces variations locales. Il y a eu une très grande hausse du niveau des mers à la fin de la dernière glaciation, puis ça s’est stabilisé a 2mm par an (ça fait 20cm par 100 ans) Une hausse tellement infime que nos ancêtres s’y sont adaptés sans même s’en rendre compte. Par exemple, le temple de Cléopâtre construit il y a 1600 ans se trouve aujourd’hui sous presque 20 pieds d’eau.


La taxe carbone permet de diminuer les émissions de CO2

NON, la taxe carbone a déjà été essayée ailleurs. Le principe est de faire payer les industries qui émettent du CO2, donc les « pollueurs ». L’idée magique est d’inciter les industries à moins « polluer » et donner une partie de cet argent en subventions aux énergies « vertes ». Sauf que dans les faits tout continue de fonctionner comme avant, les gens doivent voyager, se chauffer etc.. Les industries font juste passer la facture au consommateur.
Tout ce que ça fait c’est enrichir les gouvernements et les compagnies d’énergies vertes (tant que les subventions durent), faire monter le prix de TOUT et donc appauvrir la population. Aucun effet sur les émissions de CO2, qui de toute façon n’est pas un polluant. Notez aussi que le CO2 n’est pas du « carbone », pas plus que l’eau (H2O) n’est de « l’hydrogène ».


Les évènements météorologiques « extrèmes » sont plus fréquents

NON, les évènements météorologiques dit « extrèmes » ont toujours existé. On peut trouver des données historiques qui relatent des grandes sécheresses, tempêtes, inondations, neige en été, chaleurs en hiver depuis des centaiens d’années. Et ironiquement, contrairement aux prédictions alarmistes, les ourangans sont moins fréquents et moins puissants depuis au moins 10 ans.

Statistiques d’ouragans (J’ai seulement trouvé jusqu’en 2015):

Données historiques sur des évènements météo extrèmes depuis des centaines d’années:
Un exemple:

« En France, de 1030 à 1032, le rythme des saisons semble s’être inversé. Il y eut un froid intense en été, et une chaleur oppressante durant l’hiver. La pluie et le froid sévirent hors saison, et les semailles furent rendues impossibles pendant trois ans.

La misère qui s’ensuivit fut indescriptible.

A cela s’ajouta une grande peur de fin du monde, qui coïncidait avec le 1000e anniversaire de la crucifixion. On compta des milliers de morts dus à la faim et les survivants étaient trop faibles que pour enterrer les cadavres.

Il y eut d’horribles épisodes de cannibalisme, et on vit de la viande humaine proposée sur le marché de Tournus. Dans le malheur qui les frappait, on vit des paysans exhumer des cadavres dans les cimetières afin d’en ronger les os.

Un des pires épisodes qu’on vit et qui démontre l’horreur de cette période eut lieu près de la ville de Macon, dans les bois de Chatanay. Un voyageur et sa femme s’arrêtèrent près d’une cabane qu’on croyait occupée par un saint ermite. A peine en eurent-ils franchi le seuil que la femme découvrit dans un coin de la pièce un amoncellement de crânes. Le couple s’enfuit vers la ville, et une enquête établit que l’ ermite avait tué et dépecé pour les dévorer 48 hommes, femmes et enfants.

L’herbe, les racines et la terre étaient l’ordinaire des classes les plus pauvres pendant ces années terribles, avec comme conséquence que les gens ne ressemblaient plus à des êtres humains. Les estomacs étaient distendus, et tous les os se voyaient derrières la peau, tandis que leur voix devint aigue et haut perchée. Des hordes de loups quittèrent les forêts pour se répandre dans les villes, et attaquaient pour les dévorer les survivants sans défense. Les sols furent détrempés de telle sorte pendant trois ans que toute culture fut interdite. »

Le reste ici:
https://crioux.wordpress.com/2017/05/05/evenements-climatiques-du-passe/


Le GIEC est composé de milliers de scientifiques

Le GIEC est un des bras de l’ONU, il est compôsé de bureaucrates et même d’activistes. La façon dont le GIEC fonctionne c’est sélectionner des études scientifiques, demander à des experts de les évaluer et en faire un rapport. Ensuite ce rapport sera révisé par des bureaucrates pour le rendre « conforme » à l’agenda de L’ONU. Beaucoup de ces experts scientifiques ont été outrés de voir que le 2e rapport était souvent en contradiction avec le premier, et que des erreurs signalées n’étaient pas corrigées. Beaucoup de scientifiques sceptiques aujourd’hui ont déjà été des experts du GIEC et ont claqué la porte. Ensuite les bureaucrates produisent un autre rapport: Le résumé pour les décideurs. Chaque phrase, chaque mot est discuté, analysé et tordu pour devenir « acceptable » à tous avant d’être finalisé. C’est celui qui est remis aux politiciens, et est souvent en contradiction avec le rapport original qui avait été produit par les experts.
« The IPCC does not carry out original research, nor does it monitor climate or related phenomena itself »
Donc NON le GIEC n’est pas un regroupement de scientifiques, et sa mission tel qu’écrit dans leur document de fondation n’a jamais été de valider la science, mais bien de conseiller les politiciens sur les dangers sur réchauffement climatique causé par l’humain. « stabilize greenhouse gas concentrations in the atmosphere at a level that would prevent dangerous anthropogenic (human-induced) interference with the climate system »
Donc déjà en 1989, ils avaient déjà décidé de la conclusion, et rien ne va les faire changer d’idée.

IPCC on wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Intergovernmental_Panel_on_Climate_Change


97% des scientifiques disent que le réchauffement climatique causé par l’humain est réel

NON, ce chiffre provient de deux études, ou plutôt sondages. La première étude est Doran-Zimmerman, un simple sondage de 2 questions envoyé dans un revue scientifique à publication limitée, 10000 exemplaires. Sur les 10000, environ 3000 ont répondu, et parmi ces réponses, ils ont sélectionné 77, dont 75 disaient que le réchauffement climatique était réel (question 1) et la faute de l’humain (question 2). Donc ce consensus est 97% de 77 scientifiques, et non pas 97% de tous les scientifiques. S’ils prenaient toutes les réponses, ça donnait beaucoup moins. Ce consensus était faible en raison de l’échantilonnage limité et surtout parce que le filtrage des réponses portait à interprétation.

La 2e est Cook & al. John Cook n’est pas un scientifique, il est un cartoonist, activiste climatique et auteur du blog Skepticalscience. Plus tard, pour se donner de la crédibilité il a suivi quelques cours de physique.
Pour son « étude » appelée « Consensus project », il a simplement pris 12000 études faites par de réels scientifiques, et lui et ses amis, notaient les études à savoir si elles appuyaient ou pas le réchauffement climatique causé par l’humain, en ne lisant rapidement qu’un court résumé de l’étude. Et selon eux, 97,1% de ces 12000 études appuyaient le réchauffement causé par l’humain. Mais beaucoup de scientifiques sceptiques ce sont rendu comptes que leurs études étaient classées dans le 97%, ce qui soulevait des questions sur la méthodologie. Alors des scientifiques plus objectifs ont refait l’étude et finalement sur les mêmes 12000 papiers, les 2/3 ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% disaient explicitement que le réchauffement était principalement causé par l’activité humaine. On est loin du 97%.
La différence est que si on posait la question objectivement à tous les scientifiques: « Est-ce qu’il y a eu un réchauffement du climat depuis la fin du Little Ice Age (depuis un peu plus de 100 ans) »?
Très probablement 99,9% répondraient: OUI
Mais à la question « Est-ce que l’activité humaine est en cause »? le pourcentage serait certainement très bas.
Mais en bout de ligne, la science ne fonctionne pas par sondages d’opinion. Seuls les faits et les observations comptent.


Il y a urgence climatique, il ne reste que peu de temps pour agir

Il n’y a aucune urgence, il n’y absolument rien qui justifie des mesures drastiques comme proposées par les activistes.
Comme démontré, le CO2 n’est pas un polluant et a des effets bénéfiques, les variations ont toujours eu lieu, les variations actuelles n’ont rien d’exceptionnelles, même les évènements métos ne sont pas plus « extrèmes ». Il n’y a plus aucun réchauffement depuis 20 ans, parce que nous sommes au sommet d’un cycle, donc ce qui suit c’est un cycle froid. Alors cette « Urgence » de changer drastiquement notre niveau de vie pour tenter de « limiter le réchauffement » ne tient pas la route


Voici donc les principaux faits derrière les mythes réchauffistes. La plupart sont faux et contredits par la science. Il reste maitenant la question qui tue:

POURQUOI?

La réponse ? Et bien ça sera dans la prochaine discussion des politicailleux, et j’en ferai un résumé dans un autre billet.


Greta is a fraud

02/10/2019