« Spotless » sun

16/06/2016


Le soleil n’a plus aucune tache solaire depuis quelques temps, ce qui signifie une diminution de l’activité solaire. Dans le passé les périodes sans taches solaires correspondaient à des périodes froides, très froides, comme le Little Ice Age.

800px-Sunspot_Numbers

sun11cycles

Pourtant les alarmistes vont continuer à faire paniquer le monde avec le « réchauffement causé par l’humain ». Regardez-les bien se débattre pour tenter de trouver des façon tordues de dire que le froid dans les prochaines années, sera encore la faute du réchauffement…

Références:
https://fr.sott.net/article/28377-Plus-aucune-tache-sur-le-Soleil-refroidissement-et-destruction-des-couches-superieures-de-l-atmosphere-terrestre

Solar Cycle Update – spotless


1000 ans de cycles

06/02/2016

1000 years

Voici les variations du climat en amérique du nord depuis 1000 ans (vert) en comparaison avec les cycles solaires (noir).
Il semble que les variations semblent la NORME et non pas l’exception, et que la période actuelle de « réchauffement climatique apocalyptique » n’a rien d’exceptionelle.
Alors pourquoi ça serait notre faute ou la faute du CO2, si ces variations ont toujours eu lieu dans le passé?

Et si on recule plus loin de quelques milliers d’années dans la passé, les températures sont plus élevées que maintenant. Si on retourne encore plus loin (il y a un peu plus de 10000 ans), on tombe dans une ère glaciaire. Et si on retourne encore plus loin, les températures sont beaucoup plus élevées que maintenant pendant des centaines millions d’années. Si on retourne encore plus loin (600 millions d’années), il y a même des périodes où la terre était gelée jusqu’à l’équateur (même si le CO2 était très élevé)

Le climat a toujours varié et va toujours varier, get over it!
Et l’humain n’a rien à y voir.


Des informations qui changent tout sur le débat du climat.

05/10/2015

“Yes, CO2 has an effect, but it’s about a fifth or tenth of what the IPCC says it is. CO2 is not driving the climate; it caused less than 20 per cent of the global warming in the last few decades”.
[…]
“The model architecture was wrong,” he says. “Carbon dioxide causes only minor warming. The climate is largely driven by factors outside our control.”
[…]
There is another problem with the original climate model, which has been around since 1896.
While climate scientists have been predicting since the 1990s that changes in temperature would follow changes in carbon dioxide, the records over the past half million years show that not to be the case.
[…]
He predicts global temperatures, which have plateaued, will begin to cool significantly, beginning between 2017 and 2021. The cooling will be about 0.3C in the 2020s. Some scientists have even forecast a mini ice age in the 2030s.

Source: http://www.perthnow.com.au/news/opinion/miranda-devine-perth-electrical-engineers-discovery-will-change-climate-change-debate/story-fnhocuug-1227555674611


Cycles climatiques

04/02/2015

(traduction libre de « Klima-Zyklen und ihre Extrapolation in die Zukunft » par Dr. Dietrich E. Koelle)

Avec la reconstruction du développement du climat passé par proxy, on y découvre une série de cycles de température qui semblent être inconnus, ou alors ignoré par les scientifiques du climat. Parmi ces cycles, il y en a de très grands, de 150 à 180 millions d’années (voir ic et ici), mais aussi des cycles plus courts et plus importants pour nous:

1000 ans (900-1100) Cycle de Suess Eddy/Hallstaat/Bray +/- 0,65°C
230 ans (230-250) Cycle de DeVries +/- 0,30°C
65 ans (60-65) Cycles océaniques +/- 0,25°C

En principe ces cycles ont un comportement sinusoïdal comme démontré en figure 1. Bob Tisdale a aussi démontré comment l’augmentation de la température dans le cycle de 65 ans de 1975 à 1998 a conduit à l’hypothèse que c’était dû aux émissions de CO2, parce que les deux arrivaient parallèlement. Et certains ont naïvement étendu cette tendance jusque 100 ans dans le futur et formé les bases des modèles climatiques et l’invention de la fameuse « catastrophe climatique »

koelle1
Figure 1: Onde sinusoïdale caractéristique du cycle océanique de 60-65 ans (Source: Bob Tisdale).

Dans cette analyse, nous allons essayer de voir comment le développement de la température pourrait être durant les 700 prochaines années, assumant bien sûr que les cycles climatiques passés vont continuer dans le futur. Ceci ne doit pas être (mal)interprété comme une prédiction du climat futur. Jusqu’à maintenant il n’y a que le GIEC qui prédit que la température va monter de 2 à 5°C d’ici 2100, basé seulement sur la hausse prévue du CO2. Pourtant cette hypothèse n’a pas fonctionné depuis 18 ans parce que les multiples facteurs climatiques naturels n’ont jamais été pris en considération., ou n’ont pas été permis d’être considéré dans les modèles climatiques. Inclus dans ces facteurs sont la couverture nuageuse moyenne (albedo) et l’effet d’isolation résultante (watts par mètre carré) à la surface de la terre, ou la surface de la mer, qui est pour le développement de la température. Ensuite, la figure 2 ci-dessous démontre le cycle de 1000 ans et le cycle de 230 ans, qui ont été reconstruit avec des données proxy. Ils proviennent d’une combinaison de résultats de publications variées dans le domaine de la paléoclimatologie dans les dernières années. Le diagramme des derniers 3200 ans montre de façon distincte un cycle de 1000 ans; les derniers 2000 ans étant en plus confirmés par des documents historiques. En fait ce cycle remonte jusqu’à la fin de la dernière ère glaciaire, i.e. depuis au moins 9000 ans. La raison de ce cycle est encore inconnue aujourd’hui, mais son existence n’est pas remise en question.

La période chaude actuelle n’est pas un « produit anthropique », il s’agit plutôt du résultat naturel d’un cycle répétitif de 1000 ans qu’on peut retracer très loin dans le passé. La période chaude actuelle ne se rapproche même pas des température vues dans les périodes chaudes précédentes, qui ont étés de 1 à 2°C plus chaudes. En outre, il est important de noter que durant les deux derniers optimums de températures il y a 1000 et 2000 ans, le taux de CO2 était à 280ppm (partie par million), alors qu’aujourd’hui il est à 400ppm. Ça indique que les périodes plus chaudes précédentes étaient liées à l’activité solaire naturelle et non pas à une hausse du CO2 parce qu’il n’y a pas eu de hausse du CO2 durant ces phases chaudes.

koelle2
Figure 2: Températures globales depuis 3200 ans qui montre un cycle distinct de 1000 ans chevauché par un cycle de 230 ans.
Notes de traduction: (Jahr = année)
Texte du haut:
Optimum Minoéen, Optimum Romain, Optimum médiéval, période chaude actuelle
Texte du bas:
Migration (celtes), Migration (goths), Famines en Europe

Il est d’importance historique significative le fait que durant l’histoire de l’humanité, les périodes chaudes ont toujours été des périodes de prospérité économique et culturelle. Les périodes plus froides ont toujours mené a des problèmes sérieux, famines et migrations de population massive en Europe. Il est ici indéniablement clair que les affirmations alarmistes que « la terre à la fièvre » faites par des politiciens comme Al Gore sont manifestement absurdes.

Le cycle « idéal » de 1000 ans, est influencé par le cycle de 230 ans, qui lui est influencé par le cycle océanique de 65 ans, tel que démontré en figure 1. Ajouté a ces cycles sont les évènements typiquement non-cycliques comme le ENSO (El Nino Southern Oscillation), les éruptions volcaniques etc. La Figure 3 montre la courbe de température pour les deniers 165 ans, avec le cycle de 230 et l’effet du cycle océanique de 65 ans. La température actuelle fluctue de plus ou moins 0.2°C due aux effets de ENSO, les taches solaires, activités volcaniques etc.

koelle33
Figure 3: Le cycle de 230 ans depuis 165 ans, superposé avec le cycle de 65 ans ainsi que d’autres effets comme les cycles irrégulier ENSO et les éruptions volcaniques majeures.

La hausse de température de 0,6°C durant la période 1975-1998, qui a déclenché toute l’actuelle hystérie climatique, était de la même amplitude que la précédente hausse qui a eu lieu dans la période 1910 à 1940, qui en retour n’avait rien a voir avec le CO2 puisque à ce moment la concentration dans l’atmosphère n’avait augmenté que d’environ 10 ppm (de 297 à 308 ppm). Aussi la hausse de température de 1,5°C depuis 150 à 250 ans n’a rien “d’extraordinaire” ou de “dangereux”, comme on nous le répète dans les médias. Au lieu, il s’agit d’un rétablissement naturel suite à la petite ère glaciaire qui s’était emparée de la planète entre 1400 à 1750. La petite ère glaciaire a non seulement fait geler complètement la Tamise et la mer Baltique, mais a aussi causé des famines sévères en Europe et provoqué une immigration massive vers l’Amérique.

Les chiffres montrent aussi que les 3 cycles ont atteint leur maximum juste après la fin de dernier millénaire. Avec ceci en tête, on se serait attendu à avoir des température plus élevées que durant les périodes chaudes précédentes. Ici peut-être le fait que la température globale est en tendance négative depuis l’optimum holocène joue un rôle. Ce qui signifie que la température globale a baissé de 2°C depuis 8000 ans.

Basé sur des faits historiques, il est possible d’étendre cette tendance dans le futur pour former un possible scénario climatique. La Figure 4 démontre l’extrapolation du cycle de 1000 ans et du cycle de 230 ans selon la tendance attendues. Ajouté à ça les fluctuations du cycle océanique de 65 ans, les impact des évènements ENSO, cycles de taches solaires et éruptions volcaniques, qui résultent en fluctuations additionnelles de quelques dixièmes de degrés – tout comme elle l’ont fait dans le passé..
koelle4
Figure 4: Extrapolation des cycles de 1000 ans et de 230 ans, 700 ans dans le futur.

La Figure 4 démontre le développement réel de la température globale des derniers 1000 ans et sa continuation théorique pour les prochain 700 ans. Il ne s’agit pas d’une prévision, mais plutôt d’un prolongement du possible tracé possible de la tendance actuelle, qui dans la moitié des prochains 100 ans pourraient voir un baisse d’environ 0,3°C et de 2°C en 350 ans – ce qui signifierait des conditions semblables à celles vécues durant le petit âge de glace entre 1450 et 1700. Dans environ 1000 ans, le cycle de 1000 ans sera de nouveau dans sa phase chaude et on pourrait s’attendre à des températures comparables à celles d’aujourd’hui.

Durant les prochains 50 ans, il ne devrait pas y avoir de hausse de température, mais plutôt une légère baisse de température. Dans les décennies avant et après l’an 2300, une dramatique baisse de température pourrait arriver parce que les deux cycles de 1000 ans et de 230 ans vont baisser rapidement et en parallèle.

Références:

1 J.R.Petit et al.: Climate and atmospheric history of the past 420 000 years from the Vostok ice core, Antarctica, Nature Vol.399, June 1999

2 Th.Steuber et al.: Low-latitude seasonality of Cretaceous temperatures in warm and cold episodes, NATURE Vo.437, 27 Oct.2005

3 W.S.Broecker and G.H. Denon: What Drives Glacial Cycles ? Scientific American, Jan.1990

4 H.Kawamura et al.: Antarctic Dome C Temperature Reconstruction, Nature, 23 Aug.2007

5 J.Veizer et al.: Evidence for decoupling of atmospheric CO2 and global climate during the Phanerozoic eon, NATURE Vo.408, 7 Dec.2000

6 K.Kashiwaya et al.: Orbit-related long-term climate cycles revealed in a 12-MYr continental record from Lake Baikal, NATURE Vol410, 1 March 2001

—————


Scientifiques dont les prédictions se réalisent

19/12/2014

Toutes les prédictions des alarmistes réchauffistes sur le climat depuis plus de 20 ans ont été complètement fausses.
Non seulement les prédictions étaient fausses, mais elle se sont toutes trompées dans le même sens. Si c’était des erreurs, il devrait y en avoir dans un sens, dans l’autre, et certaines auraient dues (même par coïncidience), avoir été correctes.
73-models-vs-obs-Roy-Spencer
(les observations réelles sont les points en bas)
Mais elles sont toutes fausses et dans le même sens parce qu’elles sont basées sur une hypothèse qui est fausse.

La plupart des scientifitiques sceptiques disent simplement que les observations actuelles contredisent l’hypothèse, et que donc l’hypothèse du réchauffement par le CO2 et l’activité humaine est fausse. C’est la méthode scientifique. Ils disent que c’est probablement naturel (donc recherchent une nouvelle hypothèse), mais ne vont pas plus loin que ça.

Mais plusieurs scientifiques vont plus loin et ont fait des prédictions basées non pas sur le CO2, mais sur les cycles solaires, et contrairement aux prédictions basées sur l’hyptohèse du CO2, leur prédictions se sont réalisées, ou sont sur le point de l’être.

En voici quelques uns:

John Casey:
http://www.newsmax.com/Newsmax-Tv/John-Casey-climate-change-fraud/2014/12/17/id/613663/?ns_mail_uid=5747352&ns_mail_job=1600200_12182014&s=al&dkt_nbr=w6yyklxr
Je vous recommande fortement cette présentation (50min.)

Don Easterbrook:
http://www.cnsnews.com/news/article/barbara-hollingsworth/climate-scientist-who-got-it-right-predicts-20-more-years-global

Piers Corbyn:
http://malagabay.wordpress.com/2014/05/02/piers-corbyn-long-range-weather-forecast/

David Evans:
http://joannenova.com.au/2014/06/big-news-viii-new-solar-model-predicts-imminent-global-cooling/


L’épreuve des faits

03/12/2014

Normalement en science, il y a une méthode à suivre.
-On émet une hypothèse, une tentative d’explication d’un phénomène.
-Ensuite on la teste, et on compare les observations avec l’hypothèse.
-Si ça correspond, on continue à tester l’hypothèse, et si plusieurs scientifiques répètent toujours les mêmes résultats sans aucune exception, l’hypothèse devient éventuellement une théorie.
-Mais si un seul résultat ou une seule observation contredit l’hypothèse, ça signifie que l’hypothèse est fausse. Alors on la remplace par une autre et on recommence avec une autre hypothèse.

C’est comme ça que la science véritable a toujours fonctionné, jusqu’à l’arrivée de la climatologie politisée. Depuis on se croirait revenu des siècles en arrière à l’époque de Copernic et Gallilée. Aujourd’hui, la science doit se conformer à la politique.
consensus

Les adeptes du dogme quasi-religieux du réchauffement climatique causé par l’humain ne tolèrent aucune hérésie. Les scientifiques qui osent ne pas suivre la marche sont marginalisés, menacés, coupés de leur financnement ou même mis à la porte.
Exemples:
http://www.climatedepot.com/2014/06/12/fired-for-diverging-on-climate-progressive-professors-fellowship-terminated-after-wsj-oped-calling-global-warming-unproved-science/
http://www.theclimategatebook.com/scientist-fired-for-becoming-climate-change-skeptic/
http://www.thecollegefix.com/post/18034/

Pourtant, ceux qui respectent la méthode scientifique voient bien que l’hypothèse du CO2 ne tient pas la route.

Température
Selon l’hypothèse simpliste du réchauffement causé par le CO2 et l’humain, plus il y a de CO2, plus la terre se réchauffe. Et puisque l’humain émet un peu de CO2 (même si c’est très peu comparé à la nature), on est donc responsable des variations climatiques.

Sauf que les observations réelles ne montrent pas ça du tout. Il y a eu une seule période ou le CO2 ET la température ont augmenté en même temps: entre 1975 et 1998. Durant les autres périodes, les deux variaient indépendamment. Depuis 1998, il n’y a plus aucun réchauffement du tout, alors que l’humanité a émit de quart de tout le CO2 émit de toute son histoire. Tous les modèles informatiques basés sur l’hypothèse du CO2 prédisaient une hausse dramatique des températures, alors qu’en fait il n’y a eu aucune hausse depuis 1998.
73-models-vs-obs-Roy-Spencer Les observations contredisent l’hypothèse.

En plus, les alarmistes prennent souvent aussi 1880 comme date référence pour dire qu’il y a eu réchauffement (0,7degré celcius) depuis plus de 100 ans. Ce qui est malhonnête, puisque si on prend la peine de regarder un peu plus loin dans le passé, on voit qu’il y a des cycles de réchauffement et refroidissement, dont plusieurs périodes plus chaudes qu’aujourd’hui, et que 1880 se trouve à être la fin d’une des périodes les plus froides (little ice age), il est donc tout à fait normal qu’il y ait eu un réchauffement depuis 1880.
little-ice-age Ça n’a aucun lien avec le CO2, puisque ce dernier a varié un peu, mais pas en corrélation avec la température, et ça n’a pas de lien non plus avec l’activité humaine, qui était faible ou insignifiante durant cette période, ainsi que durant toutes les autres variations passées. Les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse que l’humain serait responsable s’il y a eu des variations plus importantes dans le passé.

Fonte des pôles
Selon la l’hypothèse du RCA (Réchauffement Climatique Anthropique), comme l’activité humaine était supposée causer une hausse de la température, ça devait nécessairement faire fondre les glaciers et surtout les calottes glaciaires des pôles. Al Gore disait en 2007 qu’en 7 ans (2014) il n’y aurait plus de glaces aux pôles.
AlGoreIceGraphic
La réalité est que non seulement ils n’ont pas fondu tel que prévu, mais l’Antarctique a présentement une couverture de glace record, du jamais vu depuis que nous avons des données satellites (1979).

Et l’Arctique est au même niveau qu’il y a 35 ans, après avoir eu des baisses en 2007 et 2012.
Encore une fois, les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse.

Hausse dramatique du niveau des océans
En retour de la fonte des pôles, le niveau des océans était censé monter de façon de façon catastrophique. Al Gore parlait de 20 pieds en quelques décennies, et L’ONU avait exigé des milliards pour les « réfugiés climatiques », habitants des iles du Pacifique qui devaient avoir disparu sous la mer en 2010 (et qui sont pourtant encore là).
La réalité est que le niveau de la mer monte de quelques millimètres par an, au même rythme depuis la fin de la dernière ère glacaire. Il n’a pas accéléré du tout malgré la hausse du cO2 et malgré les variations de température. Les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse. Il est donc totalement faux de dire que le CO2 ou l’activité humaine ont un effet sur le niveau des océans.

La fin de la neige
Plusieurs experts alarmistes ont dit dans le passé qu’à cause du réchauffement, la neige allait disparaitre et les hivers allaient être doux et pluvieux. Voir ici une entreveue avec David Viner où il affirme « Snowfalls are just a thing of the past« 

David Suzuki avait fait une tournée pan-canadienne pour dire que bientôt, à cause du CO2, nous ne pourrions plus jouer au hockey dehors parce qu’il fera trop chaud pour avoir des patinoires extérieures.
La réalité est que non seulement il n’y a pas eu de réchauffement malgré la hausse du CO2, mais on bat régulièrement des records de froid un peu partout dans le monde depuis quelques années. Le mois de novembre 2014, qui vient de se terminer à battu un record pour ce qui est la de couverture de neige en amérique du nord.
Snowcoverrecord
Les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse.

Changements climatiques
Vers 2008, quand ça faisait 10 ans qu’il n’y avait plus de réchauffement, les alarmsites ont modifié leur discours et changé « réchauffement climatique » pour « changements climatiques ». Ceci est simplement malhonnête et anti-science. Il n’y a aucune base scientifique pour dire que le CO2 peut causer autant chaud, froid, sécheresse ou inondation. Il y a toujours eu des « changements climatiques » depuis des centaines de millions d’années. La température et les taux de CO2 n’ont jamais été stables.
co2_temperature_historical

Événements climatiques extrèmes
Il y a quelques années, l’hypothèse à encore changé. Maintenant ils parlent d’évenements climatiques extrèmes. Selon cette hypothèse, l’augmentation du CO2 causerait des évènements « extrèmes » des tornades et ds ouragans plus fréquents et plus puissants, A la moindre tempête, au moindre ouragan, à la moindre tempête de neige, les alarmistes et les médias disent que c’est une « preuve » du réchauffement climatique.
cartoon-media-gw
Pourtant, les faits démontrent le contraire. Il y a toujours eu des ouragans et des tempètes tout aussi puissants. Les plus puissantes tornades ayant été enregistrées il y a très longtemps, et non pas récemment. Et même depuis une dizaine d’années, contrairement aux prédictions de l’hypothèse réchauffiste, les tornades et les ouragans sont moins fréquent et moins puissants..
http://www.antagoniste.net/2013/11/18/arguing-with-idiots-le-typhon-haiyan/
http://www.nbcnews.com/science/environment/where-are-hurricanes-u-s-goes-9-years-without-category-n259166

Cycles solaires
Récemment, un organsime appelé Friends of Science a affiché au Québec ce panneau publicitaire:
fos
C’est un panneau qu’ils ont déjà affiché ailleurs au Canada depuis quelques années.
Friends of Science est un regroupement de professeurs et scientifiques à la retraite. Mais au Québec, il est difficile de contester le dogme sans se faire traiter de créationnistes ou d’adeptes de la terre plate. L’hypothèse affichée sur le panneau est l’hypothèse qui est la plus probable selon les dernières études sur le climat. Contrairement à l’hypothèse du CO2, elle a l’avantage de ne pas avoir (encore) été contredite par les observations. Voici plus d’une centaines d’études sur le sujet qui ont été ignorées par le GIEC: http://notrickszone.com/100-papers-sun-drives-climate/

Un organisme obcur dont j’ignorais l’existence, « l’Association des Communicateurs scientifiques du Québec » à répondu vigoureusement, en traitant l’organisme de « ennemis de la science » et on fait une réplique publicitaire que voici:
acs

Pourtant cette réplique est totalement anti-science. Malgré les milliards investis en recherche sur le sujet, jamais il n’a pu être affirmé que les variations climatiques étaient causées par l’humain. Et chaque année qui passe, d’autres observations viennent contredire l’hypothèse.

Conclusion
La méthode scientifique dicte que si une hypothèse est contredite par les observations ou les faits, elle est fausse.

On doit donc conclure que l’hypothèse du réchauffement causé par le CO2 émit par l’humain est fausse et doit donc être écartée et remplacée par une autre plus plausible, comme celle des cycles solaires et océaniques..

Alors pourquoi est-ce que ça n’arrive pas? Pourquoi cette hypothèse qui ne correspond pas à la réalité est-elle encore présente dans les médias et les discours politiques?

Parce qu’il y a trop de groupes qui ont des intérets politiques et financiers, alors ils tentent de garder cette hypothèse
en vie le plus longtemps possible. Dans ce dossier, il ne s’agit plus de science, mais de politique, d’argent et de contrôle.


Prédiction d’une période imminente de refroidissement, basée sur le soleil

01/12/2014

Selon un article qui se base sur les cycles solaires, entre 2015 et 2024 (plus probablemnent vers 2017), nous devrions tomber dans une période très froide, comparable aux périodes comme le minimum de Maunder ou le minimum de Dalton.

L’hypothèse de David Evans est la « notch-delay ». Cette hypothèse basée sur les cycles solaires semble démontrer un certain délai entre la faiblesse d’un cycle solaire et son effet sur la température. En appliquant cette hypothèses aux périodes de refroidissement passées, il semble y avoir une corrélation avec les cycles solaire, c’est probablement une des hypothèses les plus promettteuses pour expliquer les variations climatiques.

Selon eux, il y a une une baisse marquée depuis 2004, comparable aux périodes froides passées, et le délai serait entre 10 et 20 ans (mais plus proche de 11)

J’aime aussi la méthode scientifique qui est utilisée (la méthode que les réchauffistes n’utilisent pas):
Durant la prochaine décennie, les changements de température vont valider quelle hypothèse est la meilleure, celle du CO2 ou celle du « notch-delay » solaire.

Voici le critère: une baisse d’au moins 0,1°C (moyenne globale) d’ici 10 ans.

Si ça n’arrive pas, la théorie du « notch-delay » solaire est fausse et on doit l’écarter.

Si ça arrive, alors c’est l’hypothèse du CO2 qui doit être écartée. Ce modèle prévoit une hausse de 0,3°C sur 10 ans. Et puisque depuis 1998 il n’y a plus de réchauffement alors que le CO2 augemente, si d’ici 2024 il y a une baisse des températures, c’est que le CO2 n’a aucun lien avec le réchauffement et cette hypothèse doit être écartée.

C’est comme ça que marche (normalement) la science.

Source:
http://joannenova.com.au/2014/06/big-news-viii-new-solar-model-predicts-imminent-global-cooling/