Antifas, anti-fascistes?

06/09/2017

(Ce texte est une deuxième version d’un billet précédent pour publication ailleurs)

Nos médias nous parlent des antifas comme étant des « anti-racistes » et des « anti-fascistes », et ils parlent de la meute comme étant des racistes et des gens « d’extrême-droite ».

Est-ce le cas?
Bien sûr que non! Depuis quand nos médias biaisés disent la vérité?

Les antifas un groupe de gentils contre protestataires antiracistes? Jamais de la vie! C’est une organisation mondiale, violente, marxiste et anti-liberté d’expression. Ils sont financées par des milliardaires comme Georges Soros (à travers ses multiples organisations comme Open Society Fondations). Soros finance aussi les manifestations anti-Trump et Black Lives Matter. Soros est un globaliste qui souhaite imposer un gouvernement mondial socialiste, dirigé par des « élites » comme lui. Donc pour Soros, toute notion de « Nation » ou de frontières est contradictoire avec son projet. L’union Européenne était un test, on voit le résultat.

Ironiquement, les « antifas » traitent tous les nationalistes ou les patriotes de « facistes », « racistes » et « nazis ». Une fois que l’opposant est identifié comme un « nazi », il est déshumanisé. C’est une stratégie utilisée dans plusieurs guerres passées. Il devient donc légitime de le frapper, le battre et même le tuer. Ici, une meute d’antifas masqués s’en sont pris à un individu, dont le seul crime était d’avoir un drapeau des patriotes. Ils lui ont lancé des briques, frappé avec un bâton et finalement frappé la tête sur un lampadaire. Nos médias n’ont pas montré ça. Sur un autre vidéo de la même scène, on voit un type prendre son drapeau patriote et l’allumer avec un briquet. Selon certains, ce même type aurait été vu souvent auprès de Jaggi Singh lors d’autres manifestations violentes.

On a aussi appris après la manifestation que Singh est payé en partie par des cotisations étudiantes de l’université Concordia.
http://www.iheartradio.ca/cjad/news/concordia-students-help-pay-for-jaggi-singh-s-salary-1.3180646

La meute est un groupe de nationalistes, des gens qui souhaitent une immigration contrôlée et basée sur des critères comme la facilité d’intégration avec les valeurs québécoises. Ils sont entre autres contre l’immigration musulmane, puisque ces derniers s’intègrent très difficilement. L’islam est incompatible avec la démocratie occidentale. Rien à voir avec « l’extrême-droite » ou le racisme.

Je ne suis pas un nationaliste, j’ai même écrit sur les dangers des dérives du nationalisme dans le passé. Mais ce que les antifas font est bien plus dangereux, c’est une révolte pour imposer une dictature socialiste.
Ce que nos médias ne nous montrent presque jamais, c’est aussi que les « antifas » brandissent des drapeaux communistes.
Et les dictatures socialistes/communistes finissent toujours dans le sang. 100 millions de morts c’était pas encore assez?

Historiquement, les antifas ont une origine communiste, c’était un mouvement organisé par les communistes soviétiques. En Allemagne, ils traitaient tout ceux qui n’étaient pas pour le communisme de « fascistes ».
http://www.theepochtimes.com/n3/2282816-the-communist-origins-of-the-antifa-extremist-group/

Alors NON les antifas ne sont pas des « antiracistes » ou « antifascistes », ils sont le bras armé des globalistes, ils sont anti-nationalistes et anti-patriotes, et ils utilisent des méthodes violentes dignes des fascistes.

Et NON la meute ne sont pas des racistes, fascistes ou nazis, ce sont des nationalistes et des patriotes.

Le plus ironique c’est que le nazisme, le fascisme et le communisme sont proches l’un de l’autre, et sont très loin de « l’extrême-droite », contrairement à ce que les gauchistes et les médias essayent de nous faire croire.

Les médias simplifient l’axe idéologique en un seul axe gauche/droite alors qu’en fait il y a deux axes. L’axe économique (traditionellement gauche/droite) qui indique le contrôle du marché par l’état (gauche/colectivisme) versus le libre marché (droite/neolibéralisme). L’autre axe est l’axe social, qui indique le contrôle de la population par l’état (étatisme/fascisme) versus peu ou pas de contrôle de la part de l’état (Anarchisme/libertarianisme).
Dans les deux axes, ce qu’on qualifie de « Gauche » signifie le contrôle, alors que ce qui est de « droite » c’est la liberté.

Alors si on devait tenter de résumer le graphe en un seul axe, il serait le suivant, avec « l’extrême gauche » étant le communisme, le fascisme n’étant pas très loin, et « l’extrême droite » serait le libertarianisme, très loin du communisme et du fascisme.

La définition d’extrême droite utilisée par les médias est fausse. Les nazis n’étaient pas d’extrême droite, ils étaient des nationalistes socialistes (d’où leur nom Nationalsozialismus). La gauche essaye d’étiqueter les nazis à droite pour s’en dissocier, alors qu’ils étaient bien plus près de la gauche.

Mais faut pas trop en demander à nos médias biaisés…

Publicités

Agenda 2030

01/03/2016

L’Agenda 2030 est le nouveau nom de l’agenda 21 des Nations Unies, c’est sensiblement le même projet, mais pour l’an 2030 au lieu du « 21e siècle ». Tout comme pour l’agenda 21, même si la grande majorité des nos gouvernements ont signé ces traités, presque personne n’est au courant.

En gros il s’agit d’un projet socialiste mondial déguisé en projet environnementaliste et en développement « durable », divisé en 17 buts à atteindre.

Ils utilisent la peur du « réchauffement climatique » pour justifier de complètement transformer les sociétés du monde, sous l’égide d’un gouvernement mondial dirigé par L’ONU.

Selon eux, la propriété privée (maison, voiture) entreprises privées (fermes, compagnie minières, etc. ) divertissement (centre de ski etc..) ne sont pas « durables », et tout devrait être propriété de l’état, comme dans les pays communistes. Pour « protéger la planète », ils veulent parquer les gens dans des villes haute densité, et laisser des grands terrains vastes libre de toute occupation humaine.

Exemple de carte où la majorité du territoire serait interdite aux humains (en rouge) ou fortement contrôlée (en jaune). Donc ça implique de déménager de force des millions de gens.

C’est dans ce but que depuis des années les gouvernements exproprient et achètent de plus en plus de terrains, identifient des zones « protégées » où le développement n’est plus permis, et limitent de plus en plus l’accès aux éleveurs de bétail aux pâturages, ce qui cause beaucoup de frictions et même la mort d’un protestataire récemment:
http://www.cbsnews.com/news/rancher-killed-in-oregon-standoff-vowed-to-die-before-going-to-jail-lavoy-finicum/

Et  bien sûr pour réussir à imposer un plan global, il faut détruire le principe de souveraineté des nations, c’est ce qui est en train de se passer en Europe.  L’ONU et l’UE imposent aux pays de prendre des millions de migrants.  Les pays ne sont plus souverains et leur nationalité diluée parmis les millions de migrants qui ne s’intègent pas, exigeant que leur société d’accueil change pour les accomoder, pour ne devenir qu’un ensemble de gens multiculturels sans identité.

Voici les 17 buts que l’ONU veut atteindre d’ici 2030

1) Fin de la pauvreté sous toutes ses formes partout.

Ce que ça veut dire: Mettre tout le monde dépendant du gouvernement. Il ne faut pas que les gens puissent s’aider eux mêmes. Au lieu, les gens  recevront leur allocation pour les services essentiels « gratuits » comme la nourriture et les soins médicaux et ils vont appeler ça « mettre fin à la pauvreté ». Dans le passé les tentatives de faire ça ont fini en dictature communiste et à la distribution égale de la misère.  Sauf qu’a l’époque les gens pouvaient essayer de s’échapper (risquant leur vie) de l’U.R.S.S ou de Cuba, mais une fois que c’est implanté partout, on ne peut plus se sauver nulle part.

2) Mettre fin à la faim, atteindre la sécurité alimentaire et nutrition améliorée et promouvoir l’agriculture renouvelable

Ce que ça veut dire: Nationaliser et prendre le contrôle de la production alimentaire, et limiter la production de viande qui est considéré « non-durable ».

3) Assurer une vie saine et de promouvoir le bien-être pour tous à tous les âges

Ce que ça veut dire: Forcer les traitements médicaux, vaccins et la planification familiale (contraception) à tous. Le but étant de faire diminuer la population. C’est le gouvernement qui va prendre le contrôle de votre santé. Et si vous êtes trop vieux, handicapé ou malade, vous n’avez pas de qualité de vie et exigez trop de ressources, vous n’êtes pas « durable » alors l’euthanasie ne sera pas loin.
ex:  http://nacionalnageografija.com/index.php/weird-world-articles/754-feminist-celeb-we-need-euthanasia-vans-to-drive-around-and-get-rid-of-all-the-old-people

4) Assurer une éducation de qualité inclusive et équitable et promouvoir les possibilités d’apprentissage continu pour tous

Ce que ça veut dire: Endoctriner les jeunes le plus tôt possible, avec une version tordue et politiquement correcte de l’histoire. Une éducation limitée et nivelée par le bas, pour être équitable envers les plus faibles, et inclusives de toutes les idéologies, comme l’islam (common core). Produire des travailleurs obéissants et non pas des penseurs libres.


5) Assurer l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles.

Ce que ça veut dire: Continuer la démolition des valeurs familiales traditionnelles, démoniser les hommes et faire la promotion de l’agenda LGBT. La continuation de l’agenda du politiquement correct (marxisme culturel) déjà bien amorcée.
Il n’est jamais vraiment question d’égalité, mais plutôt de marginaliser et féminiser les hommes, une société féminisée a moins tendance de se révolter contre l’oppression. On le voit en Europe.
12705639_10201461601778400_4218214327254278028_n

6) Assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de solutions sanitaires pour tous

Ce que ça veut dire: Prendre contrôle des sources d’eau et en contrôler la distribution, exigeant qu’on paye pour construire les infrastructures. Déjà le gouvernement a montré que l’eau appartient au gouvernement en mettant en prison un citoyen qui accumulait l’eau de pluie sur son propre terrain.
http://www.naturalnews.com/046359_oregon_rainwater_collection_big_governemnt.html

7) Assurer l’accès à une énergie abordable , fiable, durable et moderne pour tous

Ce que ça veut dire: Taxer et pénaliser les entreprises qui produisent des énergies fossiles et prendre cet argent pour faire survivre artificiellement les énergies vertes qui ne marchent pas, opérés par des amis du gouvernement. Le résultat sera le contraire: une énergie intermittente et dispendieuse: La pauvreté énergétique.
Regardez ce qui s’est passé en Allemagne et en Espagne.  Ils se sont lancés dans les énergies « vertes », et le résultat:  des milliards gaspillés en subventions, compagnies font faillites, tarifs astronomiques, réseau instable et industries qui quittent pour aller ailleurs (donc pertes d’emplois).  Tellement que l’Allemagne est retournée au charbon.

8) Promouvoir une croissance soutenue, inclusive et durable économique, le plein emploi productif et un travail décent pour tous

Ce que ça veut dire: faire disparaitre les petites entreprises indépendantes avec des salaires minimum trop élevés qui vont faire faire faillite à des secteurs entiers de l’économie.
Forcer les employeurs qui restent à embaucher des quotas de minorités et LGBT. Détruire l’économie de libre marché et ne pas émettre de « permis » à ceux qui ne n’obéissent pas au gouvernement.
Le « plein emploi » ca existait aussi sous le régime soviétique.

9) Construire une infrastructure résiliente, promouvoir l’industrialisation inclusive et durable et favoriser l’innovation

Ce que ça veut dire: Endetter les pays envers la banque mondiale, « investir » dans les projets subventionnés comme les éoliennes qui sont des fiascos.

Goal 10) Réduire les inégalités dans et entre les pays
Ils y spécifient : “peut seulement être possible si la richesse est partagée et l’inégalité des revenus est adressée.”

Ce que ça veut dire: Prendre l’argent des « riches », des entrepreneurs et des innovateurs pour la redistribuer aux parasites qui ne veulent pas travailler, ceux qui vivent du travail des autres tout en demandant « l’égalité ». La définition exacte du socialisme.

11) Faire les villes inclusives , sécuritaires, résistantes et durable

Ce que ça veut dire: Forcer les gens à déménager dans des villes haute densité, parqué comme du bétails dans des appartements propriété du gouvernement. Prendre contrôle des fermes et autres ressources naturelles. Le reste deviendra des zones « protégées » où les humains n’ont pas le droit d’aller, tel que démontré sur la carte plus haut.

12) Assurer des modes de consommation et de production durables

Ce que ça veut dire: Imposer des taxes punitives sur tout ce qui n’est pas « durable » et forcer les gens à vivre dans un état de pauvreté énergétique. Utiliser des campagnes de propagande et de dénonciation pour culpabiliser ceux qui utilisent des produits non « durables ». Aussi une gestion de l’économie par l’état, comme dans les dictatures communistes. C’est le gouvernement qui choisi ce qui sera produit et comment il sera produit, pas le marché.

13) Prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique et ses impacts

Ce que ça veut dire: Mettre des quotas de consommation d’énergie de plus en plus bas et criminaliser ceux qui les dépassent. Pénaliser les propriétaires de voitures privées pour forcer les gens à prendre le transport en commun.
Depuis longtemps on sait que cette arnaque réchauffiste politique a comme but l’instauration d’un gouvernement socialiste mondial, avec l’ONU au commandes. L’agenda 21 / agenda 2030 en sont la preuve. Et ils ne s’en cachent même pas: citation de Ottmar Edenhoffer, haut dirigeant du GIEC:
« Nous redistribuons de facto la richesse mondiale par les politiques climatiques… A la base c’est une erreur de discuter des politiques climatiques sans parler des thèmes majeurs de la globalisation… Il faut se libérer de l’illusion que les politiques climatiques internationale sont à propos de l’environnement. Ça n’a presque plus rien à voir avec l’environnement. »

14) Conserver et utiliser durablement les océans , les mers et les ressources marines pour le développement durable

Ce que ça veut dire: Contrôler sévèrement l’exploitation des pêches, faisant monter les prix, et nationaliser toute exploitation des ressources marines, permettant seulement à ceux qui sont dans les faveurs du gouvernement d’accéder à la ressource.

15) Protéger , restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres , la gestion durable des forêts , lutte contre la désertification , et arrêter et inverser la dégradation des terres et de stopper la perte de biodiversité

Ce que ça veut dire: Forcer les gens à quitter les zones rurales et aller vivre dans des villes à haute densité. Empêcher la propriété de terrain privé (ranchs et terre agricoles). Contrôler l’agriculture à travers la bureaucratie gouvernementale.

16) Promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, l’accès à la justice pour tous et bâtir des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux

Ce que ça veut dire: Utiliser l’immigration et les minorités pour détruire le principe de nation (marxisme culturel). Protéger et favoriser les minorités, pénaliser les entreprises qui ne se soumettent pas aux quotas de minorités.

17) Renforcer les moyens de mise en œuvre et de revitalisation du partenariat mondial pour le développement durable

Ce que ça veut dire: Établir des lois, règlements et traités qui passent par dessus les lois nationales. Ce qui permet l’implantation d’un gouvernement par dessus les gouvernements nationaux. Et ce gouvernement sera bien sûr l’ONU. Ils ont déjà commencé avec leurs traités climatiques qui tentent de passer par dessus les gouvernements des pays.

Donc un asservissement total en 2030:
« We commit ourselves to working tirelessly for the full implementation of this Agenda by 2030. »

A aucun endroit dans le document, ils ne parlent des droits des individus, ni des libertés individuelles.

1984 est arrivé, et les idiots vont s’y soumettre en applaudissant.


Pour plus de détails, voir les références suivantes:

https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/transformingourworld/publication

http://www.thenewamerican.com/tech/environment/item/22267-un-agenda-2030-a-recipe-for-global-socialism

http://www.naturalnews.com/051058_2030_Agenda_United_Nations_global_enslavement.html#ixzz40lNBC52s


Dictature tranquillle

13/01/2016

Nous vivons dans une société libre non? Et les Etats-Unis sont le porte étendard de la liberté! Vous croyez?

Pourtant chaque jour on se rend compte à quel point on est en train de sombrer vers la dictature.

Chaque jour on entend parler à quel point les gouvernements veulent toujours de plus en plus de pouvoir, de contrôle des armes, contrôle de ce qu’on mange, boit et ce qu’on a le droit de faire, de posséder ou même de dire.

Aux Etats-Unis, uon homme a été emprisonné parce qu’il récoltait l’eau de pluie, sur son propre terrain, dans des bassins. L’état considère que l’eau de pluie est un bien commun et qu’il n’a pas le droit de la récolter….
http://cnsnews.com/news/article/oregon-man-sentenced-30-days-jail-collecting-rainwater-his-property

Au Québec le gouvernement Couillard tente de rendre criminel de critiquer l’islam..
Un homme de Joliette a recu une mise en demeure de la commission scolaire après avoir critiqué sur les réseau sociaux les devoirs sur l’islam que devaient faire ses enfants
http://www.lejournaldejoliette.ca/actualites/actualites/216389/exclusif-mis-en-demeure-par-la-commission-scolaire-a-cause-de-son-opinion-sur-lislam
Même chose aux USA:
http://www.gatestoneinstitute.org/7176/criminalizing-free-speech

En Floride, il est devenu illégal pour les sans abris d’avoir une couverture.
http://thelibertarianrepublic.com/florida-ordinance-makes-illegal-homeless-use-blankets/

Toujours en Floride, un homme de 90 a été arrêté trois fois pour avoir nourri les sans-abris:

Il est même illégal pour les enfants d’avoir un kiosque de limonade, sans avoir un permis du gouvernement. Certains enfants ont recu une amende de 500$
http://gawker.com/5812875/kids-fined-for-operating-lemonade-stand-without-permit

Le cas de Ted Bundy au USA en 2014 avait fait le tour de la planète quand il avait tenu tête aux forces armées du gouvernement parce qu’il protestait contre les « droits de paturâge » devenu exhorbitants.
http://www.cnn.com/2014/04/10/us/nevada-rancher-rangers-cattle-showdown/
Et un autre groupe en Oregon occupe présentement une réserve faunique pour protester contre l’abus gouvernement, l’acharnement envers certain citoyens et la saisie de terrains.
http://thinkprogress.org/justice/2016/01/03/3735647/malheur-lake-oregon-militia-explainer/

Il est même rendu illégal au Canada et au USA de vivre « off-grid » c’est à dire d’avoir son eau et son électricité de façon autonome, sans dépendre du gouvernement ou d’une compagnie.
http://countercurrentnews.com/2015/06/court-rules-living-off-the-grid-is-illegal/
http://www.collective-evolution.com/2014/03/09/florida-makes-off-grid-living-illegal-mandates-all-homes-must-be-connected-to-an-electricity-grid/
http://www.cantechletter.com/2015/08/should-canadians-have-a-right-to-live-off-the-grid/
Il est même devenu illégal de camper sur votre propre terrain au USA.
http://thefreethoughtproject.com/camping-land-illegal-homesteading-regulated-existence/

Le gouvernement contrôle aussi strictement la production et oblige des fermiers à détruire des quantités incroyable de nourriture.
http://freedomoutpost.com/2014/07/farmer-forced-dump-248-gallons-raw-milk-break-1200-free-range-eggs-michigan-dept-agriculture/

Même vos biens ne vous appartiennent plus. Le gouvernement peut démolir votre maison (et tout son contenu) durant votre absence sans aucun problème.
Elderly veteran comes home from surgery to find his town demolished his house

Et l’obsession du contrôle des armes, même si statistiquement ça n’a aucun utilité, et répété constamment dans les médias au moindre incident. Dans le passé le contrôle des armes a été utilisé pour désarmer la population et faciliter la prise de contrôle, et ensuite est venue la dictature:
http://dailycaller.com/2015/03/30/gun-control-in-the-third-reich/

“The best way to take control over a people and control them utterly is to take a little of their freedom at a time, to erode rights by a thousand tiny and almost imperceptible reductions. In this way, the people will not see those rights and freedoms being removed until past the point at which these changes cannot be reversed.”

— Adolf Hitler

Et je pourrais continuer encore longtemps comme ça. Quelqu’un (dont j’ai oublié le nom) a déjà dit que l’humanité passe par des cycles réguliers de dictature et de liberté. Il semble que nous approchons le prochain cycle: dictature
Et nous sommes trop indolents et paresseux pour se tenir debout et se battre pour la liberté. Beaucoup d’idiots veulent toujours donner de plus en plus de pouvoir au gouvernement, plus de taxes et plus d’impôts, en retour de plus d’intervention du gouvernement dans leur vies. Certains extrémistes souhaitent même ouvertement une dictature socialiste, puisque dans leur tête les gens sont trop idiots pour se gérer eux-même, ça prend un état fort pour leur imposer les « bons choix ». Ils pensaient ça aussi lors des révolutions socialistes/communistes passées. Et jamais ça ne s’est terminé comme ils le pensaient…


COP21 = socialisme mondial

01/12/2015

A la COP21, François Hollande vient de promettre 2 milliards pour l’Afrique, pour l’énergie renouvelable.
http://www.rtl.fr/actu/politique/cop21-francois-hollande-promet-une-aide-de-2-milliards-d-euros-a-l-afrique-d-ici-2020-pour-les-energies-renouvelables-7780697364
Les dirigeants de ces pays émergeants aiment les milliards qui viennent dans leurs poches, mais les habitants n’en veulent pas de cette énergie. Ils veulent de la « VRAIE » énergie.
http://dailycaller.com/2015/10/19/indian-villagers-protest-fake-solar-energy-from-greenpeace-built-microgrid/

Le but à peine caché est que les pays pauvres ne se développent pas, qu’ils restent pauvres, avec des énergies dispendieuses et intermittentes, qui sont incapables de soutenir une industrie.

Michael Oppenheimer, environmentaliste:
« Le seul espoir pour le monde est de s’assurer qu’il n’y a pas un autre United States. On ne peut pas laisser d’autres pays avoir le même nombre de voitures, d’industries que nous avons aux U.S. Nous devons stopper les pays du tiers monde où ils sont. »

Tout cet argent, comme les 2,6 milliards de notre argent que Trudeau vient de lancer dans la pile, ne change absolument rien au climat ou l’environnement. L’ONU demande 100 milliards par an…. Il s’agit de redistribution de la richesse au niveau mondial, du socialisme à l’échelle planétaire. Les pays « riches » qui donnent de l’argent à l’ONU et à des petits pays, la plupart des dictatures et des pays pauvres.
Est-ce que les échecs passés du socialisme ne sont-il pas des exemples à NE PAS reproduire, encore moins au niveau planétaire?
Si on veut aider les pays pauvres, c’est les laisser se développer et s’enrichir, pas les rendre dépendants.

Ottmar Edenhoffer, high level UN-IPCC official:
« Nous redistribuons de facto la richesse mondiale par les politiques climatiques… A la base c’est une erreur de discuter des politiques climatiques sans parler des thèmes majeurs de la globalisation… Il faut se libérer de l’illusion que les politiques climatiques internationale sont à propos de l’environnement. Ça n’a presque plus rien à voir avec l’environnement. »


Dernière année de liberté et démocratie?

07/11/2015

Comme je disais il n’y a pas si longtemps, le monde se divise entre ceux qui veulent contrôler les autres, et ceux qui n’ont pas ce désir.

« The world is divided between the control freaks on one hand and the « live and let live » brigade on the other. »


Behind the green mask

16/11/2013

Présentation de Rosa Koire, auteur de « Behind the Green mask », au sujet de l’Agenda 21 de l’ONU.


Le mouvement vert socialiste

30/10/2013

Le 2e d’une série de billet sur les différentes facades du mouvement vert. Cette branche du mouvement décrit ceux qui utilisent le mouvement environnementaliste comme une couverture pour leur agenda de contrôle et d’imposition d’un gouvernement socialiste mondial. Aussi appelés les melons d’eau: vert écolo à l’extérieur, rouge socialiste à l’intérieur.
Le socialisme mondial signifie que les pays riches en ressources devraient s’appauvrir pour donner aux pays pauvres (à travers un organisme bureaucratique comme l’ONU). Donc les riches vont s’écoeurer de travailler pour les autres et les pauvres n’auront aucun incitatif à essayer de s’en sortir par eux-mêmes. Le communisme a été un échec majeur, mais certains veulent continuer à répéter les même erreurs.

Notez que sans la propagande du réchauffement climatique causé par l’homme, tous ces arguments tombent à l’eau. Ils ne peuvent pas forcer les gens à accepter la pauvreté et la limitation des libertés individuelles s’il n’y a pas une « menace ». Dont on peut comprendre la réticence de ces politiciens (incluant le GIEC et l’ONU) à accepter le fait qu’il n’y a plus de réchauffement depuis 1998. Ils perdent ainsi le principal levier pour l’imposition d’un gouvernement mondial. Comme ils sentent que le réchauffement en tant que menace commence à leur échapper puisqu’on risque d’aller vers une période froide, ils insistent de plus en plus sur « l’urgence » de la situation. Une fois un gouvernement mondial instauré, on ne peut plus revenir en arrière, et ils le savent bien.


Ottmar Edenhoffer, high level UN-IPCC official: « Nous redistribuons de facto la richesse mondaile par les politiques climatiques….A la base c’est une erreur de discuter des politiques climatiques sans parler des thèmes majeurs de la globalisation…Il faut se libérer de l’illusion que les politiques climatiques internationale sont à propos de l’environnement. Ça n’a presque plus rien à voir avec l’environnement. »

Christine Stewart, Ancienne ministre canadienne de l’environnement: “C’est sans importance si la science est fausse, il y a des bénéfice environnementaux collatéraux […] Les changements climatiques offrent une chance d’apporter justice et égalité dans le monde.”

« Agenda 21 » de l’ONU: « l’exécution effective de l’agenda 21 va demander une profonde réorientation the toute la société humaine, contrairement à ce que le monde ait jamais connu, un revirement majeur dans les priorités des gouverenment et des individus, et un redéploiement sans précédent des ressources financières et humaines. Ce revirement va demander que les préoccupations pour les conséquences environnementales de chaque action humaine soit intégrées dans des processus de décisions individuels et collectifs à tous les niveaux »

Gus Hall, ancien leader du Communist Party USA: « La société humaine ne peux pas stopper la destruction de l’environnement sous le capitalisme. Le socialisme est le seule structure qui rend ça possible. »

Peter Berle, Président de National Audubon Society: « Nous rejetons la notion de propriété privée. »

Judi Bari, principal organisateur de Earth First!: « Je crois que si nous ne renversons pas le capitalisme, nous n’avons pas de chances de sauver le monde écologiquement »

Helen Caldicott, membre de Union of Concerned Scientists: « Libre entreprise signifie des riches qui deviennent plus riches. Ils ont la liberté d’exploiter et violer psychologiquement leur camarades…Le Capitalisme détruit la terre. »

Judi Dench, actrice britannique: « Le besoin d’une structure globale de contrôle sous la forme d’une court environnementale mondiale est plus urgente que jamais. »

Club of Rome: « Une conscience aiguë et inquiète évolue à suggérer que des changement fondamentaux devront être entreprise dans l’ordre mondiale et ses structures de pouvoir, dans la distribution de richesse et de revenus. »

Mikhail Gorbachev, ex-leader de l’U.S.S.R.: « L’émergence de « l’environnementalisation » de notre civilisation et le besoin d’action vigoureuses dans l’intérêt de la communauté globale entière aura inévitablement de multiple conséquences. Probablement que la plus importante sera le changement graduel du statut des Nations Unies. Inévitablement il devra assumer une forme de gouvernement mondial. »

Gordon Brown, ancien premier ministre britannique: « Un nouvel ordre mondial est requis pour gérer la crise des changements climatiques. »

Club of Rome: « Maintenant est le temps pour ébaucher un plan maître pour une croissance durable et un développement mondial basé sur la distribution des ressources et un nouveau system économique global. Dans 10 à 20 ans, il sera trop tard. »

Lester Brown, fondateur de Worldwatch Institute, et fondateur de Earth Policy Institute: « Les nations cèdent une portion de leur souverainneté à la communauté internationale et commencent à créer un nouveau système de gouvernance environnementale internationale. »

Dixy Lee Ray, ancien gouverneur démocrate, Etat de Washington: « L’objectif, clairement énoncé par les dirigeants de UNCED (United Nations Conference on Environment and Development), est d’apporter un changment au système actuel de nations indépendantes. Le futur est un gouvernement mondial avec une planification centrale par les Nations Unies, La peur de crises environnementales – vraies ou pas – est prévue apporter la conformité.

Commission on Global Governance (ONU): « Le concept de nation souveraine a été immuable, en effet un principe sacré des relations internationale. C’est un principe qui va céder seulement lentement et à contrecoeur aux nouveaux impératifs de coopération environnementale globale. »

David Shearman, Assesseur des 3e et 4e rapport du GIEC: « Les gouvernements du futur seront basés sur un bureau suprême de la biosphère. Le bureau va comprendre des philosophes/écologistes spécialement entrainés. Ces gardiens vont régner eux-mêmes ou conseiller les gouvernements totalitaires sur les politiques basées sur leur entrainement écologiste et leur sensibilités philosophiques. Ces guardiens seront spécialement entraîné pour cette tâche. »
(The Climate Change Challenge and the Failure of Democracy)

John Holdren, conseiller scientifique du président Obama: “Une campagne massive doit être lancée pour restaurer la haute qualité de l’environnement en amérique du nord et dé-développer les Etats-Unis. Dé-développement signifie mettre notre système économique (spécialement les modèles de consommation) en ligne avec les réalités écologiques et la sutuation des ressources globales. La redistribution de la richesse autant entre qu’a l’intérieur des nations est absolument essentiel, si une vie décente doit être fournie a chaque être humain.« 

Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations-Unies: « Un accord doit inclure une structure de gouvernance globale équitable. Tous les pays doivent avopir une voie sur comment les ressources sont déployées et administrées. »

Robert Muller, ancien assitant au secrétaire général de l’ONU: “A mon avis, après 50 ans de service dans le système des Nations Unies, je perçois l’urgence extrême et neccessité absolue d’un gouverment mondial. Il n’y a pas l’ombre d’un doute que les présents systèmes politiques et économiques ne sont plus appropriés et vont conduire à la fin de l’évolution de la vie sur cette planète. Nous devons donc d’urgence et absolument regarder pour d’autres moyens.”

Jacques Chirac, ancien président de la France: “Pour la première fois, l’humanité institue un humanity is instituting a véritable instrument [Kyoto Protocol] de gouvernance globale,”… »En agissant de concert, en construisant cet instrument sans précédent, le premier composant d’un autentique gouvernement global, nous travaillons pour le dialogue et la paix.”

Earth Charter, organisme environnementaliste: « Un changement radical de la trajectoire actuelle n’est pas une option, mais une nécessité absolue. Des changements fundamentaux économiques, sociaux, et culturels qui s’attaquent aux causes profondes de la pauvreté et la dégradation environnementale sont requis et requis maintenant. »

Hans Joachim Schellnhuber: « Soit le système terrestre subira des transitions de phase majeures résultant de la pression non conmtrolée de l’humain sur la capacité de la nature ou une Grande Transformation vers la durabilité globale devra être initiée en temps voulu. Aucune treansition ou transformation ne sera gérable sans de nouvelles formes de marchés et gouvernance globale.« 

Commission on Global Governance (ONU): « Le régionalisme doit précéder le globalisme. Nous prédisons un saystème de gouvernance transparent à partir des communautés locales, étsee a seamless system of governance from local communities, états individuels, unions régionales, jusqu’à et à travers les Nations Unies. »

Al Gore, ancien vice-président, multi-milionnaire: « Nous sommes proche d’un temps où toute l’humanité va envisager un agenda global qui comprend une sorte de Plan Marshall pour aborder les causes de la pauvreté, de la souffrance et de la destruction environnementale partout sur la terre. »

Barbara Stocking, chef exécutif de Oxfam (UK): « Le financement des pays riches pour aider les pauvres et les vulnérables à s’adapter aux changements climatiques n’est même pas 1% de ce qui est nécessaire. C’est une injustice criante qui doit être adressée à Copenhage en décembre [2009]. »
[Note personelle: Qu’est-ce qui est arrivé aux millions de dollars qui devaient aider les 50 à 200 millions de réfugiés climatiques qui devaient être sous l’eau en 2010 selon l’ONU? http://wattsupwiththat.com/climate-fail-files/ ]

Emma Brindal, Friends of the Earth: “Une réponse au changements climatiques doit avoir en son coeur une redistribuition de la richesse et des ressources.”

Louis Proyect, Columbia University: “La réponse au réchauffement climatique est dans l’abolition de la propriété privée et de la production pour les besoin des humains. Un mode socialiste placerait une priorité énorme dans les énergies alternatives. C’est ce que les socialistes écologistes explorent depuis un certain temps déjà.”

Walden Bello, fondateur de Focus on the Global South: « Qu’importe comment ça sera accompli, une réorganisation complète de la production, consommation et distribution sera le résultat final de la réponse de l’humanité à l’urgence climatique et la crise environnementale. »

James Lovelock: « J’ai le sentiment que le chagement climatique pourrait être un problème aussi sév`;ere qu’une guerre. Il pourrait être necessaire de mettre la démocratie de côté pour un certain temps.”
[Note personelle : il a heureusement changé d’idée depuis]

Club of Rome: « La démocratie n’est pas une panacée. Ca ne peut pas organiser tout et ça n’est pas capabel de reconnaitre ses propres limites. Il faut faire face à ces faits. Aussi sacrilège que ça peut avoir l’air, la démocratie n’est plus bien adaptée pour les tâches devant nous. La complexité et la nature technique de plusieurs des problèmes d’aujourd’hui ne permet pas toujours aux repésentants élus de prendre les décisions compétentes au bon moment. »

Paula Snyder: « L’avarice est l’ennemi – le problème sous-jacent est l’Avarice, et ça conduit à la plupart des problèmes avec le système politique et le system écologique… Je souhaiterais pouvoir faire une redistribuition totale [de la richesse]..Les choses vont changer, elle le doivent. »

Jeffery Sachs, Columbia University, Directeur de The Earth Institute: « Obama est déjà en train de préparer une nouvelle direction historique en réorientant l’économie de consommation privée a investissement publics…les experts du libre marchés déplorent l’intention évidente de Obama et son équipe de « nous dire quelle sorte de voiture conduire ». Pourtant c’est exactement ce qu’ils ont l’intention de faire, et avec raison. Le libre marché est un anachronisme dans une ère de changements climatiques. »

Pentti Linkola, philosophe écologiste finlandais: “Une éco-catastrophe prend place sur terre…..discipline, prohibition, loi et oppression sont la seule solution. » « Et pour ceux qui sont responsables de la présente croissance économique et la compétition”, Linkola explique qu’il seront envoyés dans les montagnes en “ré-education” dans des éco-goulags: “la seule lueur d’espoir repose sur un gouvernement centralisé et le contrôle sans relâche des citoyens.”

Maurice King: La durabilité globable passe par la quête délibérée de la pauvreté, de la consommation réduite des ressources et du contrôle des niveaux de mortalité. « 
[Note personelle: Est-ce qu’il parle de l’euthanasie des vieux, des malades et des handicapés?]”

Et pour terminer:
H.L. Mencken,: « L’objectif global des pratiques politiques est de garder la population alarmée — et donc voulant être mené vers la sécurité — en la menacant avec toute une série de croques-mitaines, tous imaginaires. »

« L’urgence de sauver l’humanité est presque toujours seulement une fausse facade pour l’urgence de la contrôler. «