Que va-t-il arriver quand l’arnaque réchauffiste sera démolie?

09/04/2019

Warming fears are the “worst scientific scandal in the history… When people come to know what the truth is, they will feel deceived by science and scientists.
Kimori Itoh, Ph.D., Industrial Chemistry, IPCC expert reviewer.
Source: https://www.webcitation.org/6J5Ye6AL2

Origine de l’hypothèse:
A l’origine, l’hypothèse du CO2 qui causerait un réchauffement climatique était une hypothèse scientifique parmi d’autres vers la fin du 19e siècle, comme celles qui parlait de l’influence du volcanisme ou des cycles solaires sur le climat, et elle est resté dans l’oubli pendant des décennies. Puis durant les années 1960, on parlait plutôt de refroidissement climatique, causé (bien sûr) par la pollution humaine. Puis vers la moitié des années 1970, on parlait maintenant de réchauffement climatique, causé (bien sûr) par la pollution humaine.

Sauf qu’on sait maintenant que les températures ont monté depuis la fin du « little Ice Age » jusqu’en 1940 (alors que l’activité industrielle, et donc les émission humaines de CO2, était encore basse), puis ont descendu légèrement entre 1940 et 1970 (global cooling), puis ont remonté entre 1970 et 2000. Depuis c’est un plateau (aucune augmentation statistiquement significative, sauf des pics El Nino). Aucun lien possible avec le CO2 émit par l’activité humaine, qui a surtout commencé vers 1940 (boom industriel d’après guerre) et est devenu plus intensif depuis 2000 (industrialisation de la Chine et de l’Inde). Donc aucune corrélation avec le CO2, mais une corrélation presque parfaite avec les cycles naturels océaniques et cycles solaires (qui sont le sujet d’autres billets postés précédemment).

Si c’est naturel, alors pourquoi cette hystérie?
Bien des groupes d’intérets ont flairé la bonne affaire. Que ce soit pour le pouvoir politique, l’argent (taxes et subventions) ou la subversion idéologique. Par exemple, Margaret Thatcher était en conflit ouvert avec le syndicat des mineurs de charbon. Quand ils faisaient la grève, le pays tombait dans le noir parce que l’électricité était presque toute produite par des centrales au charbon. Elle a vu l’opportunité d’utiliser cette histoire de CO2 dont presque personne ne parlait pour pousser l’option nucléaire. Elle a mis de l’argent sur la table pour que des scientifiques produisent un rapport à ce sujet. Ce qu’ils ont bien sûr fait.
(Source: The great global warming Swindle)
Donc des politiciens ont récupéré cette hypothèse (qui était à l’époque une simple hypothèse parmis d’autres) pour appuyer leur agenda politique.

D’autres ont saisi l’opportunité pour s’enrichir, comme Al Gore qui a investit dans les énergies « vertes », puis fait un pseudo-documentaire alarmiste que l’on connait tous: « Inconvenient Truth » et qui est encore présenté dans les écoles malgré qu’il a été démontré par un juge être rempli d’erreurs et de demi-vérités. Les gens paniqués ont ensuite fait pression sur les politiciens pour qu’ils « fassent quelque chose », ce qu’ils ont fait en investissant massivement dans les énergies « vertes », et Al Gore est devenu presque milliardaire en peu de temps. Et il le serait devenu s’il n’y avait pa eu le crash de la bourse du carbone de Chicago, dans laquelle il avait aussi massivement investi.. Alors il est « juste » multi-multi-milionnaire.

Et l’ONU n’étant pas en reste, ils ont fondé vers 1988 le GIEC (IPCC), un organisme de propagande qui sert à dire aux politiciens que le réchauffement existe (jamais il n’est remis en question) et ce qu’ils doivent faire pour le « combattre »: collecter des centaines de milliards en taxes et l’envoyer aux bureaucrates corrompus de l’ONU.

Les organismes environementalistes aussi ont profité de la manne, plus ils font peur au gens avec de la propagande, plus ils recoivent des millions en dons et en subventions. Malgré des débuts humbles, Greenpeace est maintenant multi-milionnaire.

Mêmes les socialistes/communistes en ont profité pour dire que c’était la faute des corporations et du capitalisme, et que donc le communisme était la solution pour « sauver la planète », ignorant volontairement le fait que les pays communistes sont bien plus pollueurs que les pays capitalistes. Il faut être riche pour jouer aux écolos.

Changement de cap
Sauf que depuis 20 ans, l’hypothèse a pris du plomb dans l’aile. Non seulement aucunes des prédictions alarmistes comme quoi la terre devait devenir un désert brûlant n’arrivent pas, mais en plus il n’y avait aucun réchauffement depuis 1998. C’est pour cette raison qu’ils ont changé le nom « réchauffement climatique » en « changements climatiques » en 2008, alors que ça faisait 10 ans qu’il n’y avait plus de réchauffement. Comme ça chaud ou froid, sécheresses ou inondations, qu’importe ce qui arrive, ils peuvent toujours dire qu’ils ont raison. C’est pour les mêmes raisons que James Lovelock, un des plus alarmistes des activistes a complètement changé d’idée en 2012 et est devenu sceptique. Il a été bien sur renié par les adeptes de la religion verte (un autre mouvement formé autour de cette arnaque)

A partir de 2010, plus le temps passe, plus l’hypothèse se fait démolir, mais reste en vie uniquement à cause du support politique.

A partir de ce momment, ils ne peuvent plus dire qu’ils n’étaient pas au courant que c’était une arnaque, les preuves commencent à sortir un peu partout, il y a eu plusieurs scandales de manipulation de données (comme le Climategate) qui ont été étouffés. Mais il y a tellement d’argent en jeu, des centaines de milliers de milliards, que la plupart ont choisi de fermer les yeux et ignorer la science. Dès lors, on est uniquement dans la manipulation de l’opinion publique, et non plus dans la science. Tel que cité dans un des emails du climate gate:

Michael Mann (à Phil Jones) à propos des sceptiques (extrait du Climategate)
“Personellement, j’ai cessé de leur répondre, ils vont avoir editoriaux ici et là, mais la chose importante est d’être sûr qu’il perdent la bataille des relations publiques, c’est à ça que sert le site [Realclimate.com]”

Et la meilleure façon de manipuler les masses est en utilisant la peur. Une fois la peur installée, les faits et la logique ne comptent plus.

Paul Watson, un des fondateurs de Greenpeace, CEO et fondateur de Sea Shepherd: « Ça n’a pas d’importance ce qui est vrai, ce qui est important c’est que que les gens croient qui est vrai »

Aujourd’hui
Depuis quelques années, les médias renchérissent de propagande catastrophiste ridicule presque chaque jour, dans le but de faire peur aux gens. Il n’y a qu’à se rappeler l’hystérie à cause du vidéo un vieil ours polaire amaigri que National Geographic s’est empressé de lier au réchauffement climatique, et qui a été vu par 2,5 milliards de personnes.

Ce qui a été démenti plus tard, c’était juste un ours malade (la population d’ours polaire se porte très bien) , ou même cette semaine, Netflix qui montre des morses qui sautent en bas d’une falaise vers la mort, disant que c’était à cause du réchauffement climatique, alors qu’il a été démontré rapidement qu’ils se sauvaient d’une attaque d’ours polaires.

Jim Sibbison, journaliste environnemental, ex-relationiste pour L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA): « Nous écrivions des histoires de peur de façon routinière … Nos rapports de presse étaient plus ou moins vrais .. Nous étions là pour fouetter le public dans un frénésie à propos de l’environnement.«


On sent la panique, on sent qu’ils ne savent plus quoi faire pour faire taire cette montée de scepticisme. Même Facebook s’est mis à censurer un article de Patrick Moore (scientifique, écologiste, ex-co-fondateur de Greenpeace) parce qu’il dénoncait cette arnaque. Et les médias sociaux sont depuis quelques semaines à censurer tout ce qui est conservateur, nationaliste, climatosceptique, ou qui critique l’islam ou la théorie du genre. Ils ont peur parce que les gens n’écoutent plus la bonne parole des « élites » gauchistes dans leur tour d’ivoire.

Très bientôt, l’arnaque réchauffiste sera exposé comme étant la plus grande fraude de l’histoire de l’humanité. Toutes les prédictions faites sur le CO2 et l’impact de l’humain ont été fausses, simplement parce que les vrais facteurs qui influencent le climat sont naturels: cycles orbitaux, cycles solaires et cycles océaniques. Combinés ensemble, ces cycles nous donnent le climat. Mais ils sont tous naturels, l’humain n’a rien à y voir. Le soleil ammorce un des cycles les plus calmes depuis 200 ans (cycle 25), le refoidissement commence. Ils vont essayer de dire que le froid est quand même la faute du réchauffement, mais les gens commencent à réaliser que c’est une arnaque qui ne sert qu’à contrôler et taxer.
L’opinion publique commence tranquillement à se retourner contre eux, les scientifiques qu’ils essayaient de faire taire commencent à sortir de l’ombre, malgré les tentatives de censure des médias (Radio-Canada refuse tout sceptique sur les ondes) et médias sociaux (Censure sur Facebook, Youtube et Google) qui ont commencé.

Ils sont en mode panique, trop d’argent est en jeu, mais aussi des réputations de gens, de scientifiques, de journalistes, de politiciens et de médias qui se sont investit là dedans à fond. Mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils perdent la bataille. Ca sera un scandale majeur. Mais une fois que ça sera exposé, qu’est-ce qui va arriver?

Conséquences?

Ca ne sera la faute de personne, les politiciens vont mettre la faute sur des scientifiques, dont beaucoup ne faisaient que profiter de la manne et émettaient les conclusions qui leur permettaient d’avoir accès à plus de fonds de recherche. D’ailleurs, ils n’avaient pas vraiment le choix, s’ils publiaient quelque chose qui contredisait l’agenda politique, ils risquaient de perdre leur emploi. C’est arrivé souvent. Un scientifique, pour pouvoir travailler, doit la plupart du temps accéder à des fonds de recherche, et ces fonds de recherche étaient octroyés à ceux qui appuyaient le dogme. Ceux qui ont osé parler contre ont perdu leur
emplois ou l’accès aux fonds de recherche, ont été menacés, insultés et leurs réputations salies.

Personne ne va dire qu’il savait que c’était faux, ils vont tous jouer les vierges offensées et mettre la faute sur d’autres. Personne ne sera tenu responsable. Personne ne va rembourser les millions de millairds qui ont été dilapidés. L’ONU ne va pas rembourser les centaines de milliards (100 milliards par an) qui y a été envoyé pour « combattre le climat », les gouvernements ne vont pas demander d’être remboursé pour les milliards en subventions aux énergies vertes, et ne va pas rembourser les milliards pris dans les poches des citoyens en taxes vertes et carbones. Les organimes environnementalistes ne vont pas rembourser les dons qu’ils ont reçu durant leur campagnes de peur « climatiques ».

Les répercussions vont être majeures.
Puisque ça ne sera la faute de « personne », les citoyens seront en colère contre « la science », même si seulement un faible pourcentage des scientifiques étaient à l’origine de cette arnaque, et ne prendront plus rien au sérieux quand il sera dit que quelque chose est « scientifiquement prouvé ». Le peuple va être en colère contre les gouvernements, même si les politiciens diront qu’ils ont été trompés, alors que la majorité d’entre-eux le savait très bien et en profitait. Même les organismes environnementalistes ne seront pas épargné et vont perdre beaucoup en crédibilité. Les gens seront tellement désabusé, ils ne croiront plus rien et ils risquent malheureusement de se réfugier dans la pseudo-science, la religion, ou des croyances anti-science (anti-vaccins etc.)

La dérive de l’hystérie climatique dans les dernières décennies a deux causes principales:
1- Les politiciens se sont rendu compte que s’appuyer sur la science leur permettait de faire passer n’importe quoi en disant que c’était « scientifiquement prouvé ». Ils pouvaient donc imposer contrôles et taxes sans que le peuple ne se rebelle. (Ce n’est plus le cas depuis les gilets jaunes qui se sont rebellé contre la taxe carbone en France)
2- Le gouvernement est devenu la quasi unique source de financement de la science. Qui contrôle le financement, contrôle souvent la conclusion. Dès que quelqu’un était financé autrement que par le gouvernement, il était dit être « payé par l’industrie » et que donc ses conclusions ne pouvait qu’être fausses. Mais pourquoi ceux qui étaient financés par le gouvernment, qui devaient suivre l’agenda politique eux, n’était-ils pas questionnés sur leur intégrité ou leur conclusion biaisée?

La politique ne doit jamais se mêler de la science, il y a eu des exmples passé qui ont été désastreux, comme au temps ou la religion était le principal pouvoir et pouvait contrôler la science qui la contredisait (Gallilée, Coppernic, etc.) ou même l’état d’Indiana qui avait voulu légiférer et statuer que la valeur de PI serait maintenant 3,2. (Voir : https://en.wikipedia.org/wiki/Indiana_Pi_Bill )

Le financement de la science doit se faire « no strings attached », et inconditionnellement des résultats. Sans quoi on se rapprochoche du Lyssenkisme ( Voir absolument: https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyssenkisme )

La science au service de la politique n’aurait jamais du exister. La science doit être indépandante de l’influence des politiciens. Il est trop tard dans le cas présent et les dommages seront probablement très importants pour la réputation et la crédibilité de la science.

Publicités

Comment la « science » est utilisée pour tromper le public

04/01/2018

(traduction libre et partielle du texte de Gavin Nascimento, Foundateur de aNewKindofHuman.com)

Une étude publiée dans Public Library of Science Journal, a démontré que jusqu’à 72% des scientifiques ont admis que leurs collègues étaient engagés dans des pratiques de recherches doutueuses, et que 14% d’entre eux étaient faisaient carrément de la falsification.

Entre 1977 et 1990 la FDA a trouvé des fautes scientifiques dans 10–20% de toutes les études qu’ils ont vérifié.

Et pire encore; des scientifiques de la firme de biotechnologie Thousand Oaks, on revérifié les résutlats de 53 études repères dans leur champ de recherche (cancer et biologie du sang). Ce qu’ils ont trouvé: seulement 6 des 53 études pouvaient être prouvées valides. Ce qui signifie que 90% étaient en faute, mais ont passé comme des faits pour le public.

En d’autres mots, il y a un tas de bullshit scientifique autour de nous.

Cela devient particulièrement préoccupant lorsque nous considérons que la «science» semble avoir remplacé la religion organisée en tant que nouvelle autorité qui devrait être aveuglément obéie. Les gens en parlent comme si elle était infaillible, et quiconque interroge les grands prêtres de la science est généralement attaqué, dégradé et renvoyé comme hérétique des temps modernes.

Mais la science, comme toute religion, n’est pas un dieu qui ne parle que de la vérité pure. Il est loin d’être infaillible et a constamment besoin d’être mis à jour, amélioré, remis en question, révisé et modifié, pour le simple fait que la science est soumise aux limites étroites de la minuscule perception humaine imparfaite de l’humanité; qui est toujours en croissance et en expansion – et facilement biaisée par des choses comme les préjugés, la fierté et la corruption.

En soi, la science est évidemment inanimée et ne peut faire ni bien ni mal parce qu’elle n’a pas d’esprit propre. Ce n’est pas une personne, nous devons donc cesser de parler de science comme si c’était un super héros. C’est simplement un véhicule qui nécessite un conducteur, et la destination diffère évidemment d’un conducteur à l’autre.

[…]

Aujourd’hui, un certain nombre de pratiques douteuses au nom de la science continuent. Malheureusement, la manipulation (ou l’incompétence) de la science est quelque chose qui ne sera probablement jamais vraiment éliminée de la société parce qu’elle est enracinée dans la faillibilité humaine et la corruption. Cela ne veut pas dire que le concept de science ne sert pas un objectif important, parce que c’est certainement le cas; Personnellement, j’utilise quotidiennement des méthodes et des principes scientifiques dans ma vie, et je me suis même appuyé sur la recherche scientifique pour mettre en évidence la corruption au sein de la communauté scientifique dans ce blog. Mais ceci a été écrit spécifiquement pour nous rappeler à tous que la «science» peut être utilisée pour nous tromper – a été utilisée pour nous tromper – et devrait toujours être remise en question en conséquence. Les scientifiques ont évidemment besoin d’argent pour mener leurs recherches, et les sociétés qui placent les profits matériels au-dessus de la vie humaine en ont beaucoup. La main qui donne habituellement contrôle la main qui prend.

Jusqu’à ce que nous concevions un système qui favorise l’éducation non adultérée, plus que la propagande et l’ignorance; et récompense l’intégrité plus que la volonté de faire n’importe quoi pour «l’argent», ce type de comportement humain pathétique persistera pour des raisons évidentes.

TOUJOURS QUESTIONNER TOUT.

Texte complet ici:
https://anewkindofhuman.com/science-is-used-to-deceive-the-public/


L’épreuve des faits

03/12/2014

Normalement en science, il y a une méthode à suivre.
-On émet une hypothèse, une tentative d’explication d’un phénomène.
-Ensuite on la teste, et on compare les observations avec l’hypothèse.
-Si ça correspond, on continue à tester l’hypothèse, et si plusieurs scientifiques répètent toujours les mêmes résultats sans aucune exception, l’hypothèse devient éventuellement une théorie.
-Mais si un seul résultat ou une seule observation contredit l’hypothèse, ça signifie que l’hypothèse est fausse. Alors on la remplace par une autre et on recommence avec une autre hypothèse.

C’est comme ça que la science véritable a toujours fonctionné, jusqu’à l’arrivée de la climatologie politisée. Depuis on se croirait revenu des siècles en arrière à l’époque de Copernic et Gallilée. Aujourd’hui, la science doit se conformer à la politique.
consensus

Les adeptes du dogme quasi-religieux du réchauffement climatique causé par l’humain ne tolèrent aucune hérésie. Les scientifiques qui osent ne pas suivre la marche sont marginalisés, menacés, coupés de leur financnement ou même mis à la porte.
Exemples:
http://www.climatedepot.com/2014/06/12/fired-for-diverging-on-climate-progressive-professors-fellowship-terminated-after-wsj-oped-calling-global-warming-unproved-science/
http://www.theclimategatebook.com/scientist-fired-for-becoming-climate-change-skeptic/
http://www.thecollegefix.com/post/18034/

Pourtant, ceux qui respectent la méthode scientifique voient bien que l’hypothèse du CO2 ne tient pas la route.

Température
Selon l’hypothèse simpliste du réchauffement causé par le CO2 et l’humain, plus il y a de CO2, plus la terre se réchauffe. Et puisque l’humain émet un peu de CO2 (même si c’est très peu comparé à la nature), on est donc responsable des variations climatiques.

Sauf que les observations réelles ne montrent pas ça du tout. Il y a eu une seule période ou le CO2 ET la température ont augmenté en même temps: entre 1975 et 1998. Durant les autres périodes, les deux variaient indépendamment. Depuis 1998, il n’y a plus aucun réchauffement du tout, alors que l’humanité a émit de quart de tout le CO2 émit de toute son histoire. Tous les modèles informatiques basés sur l’hypothèse du CO2 prédisaient une hausse dramatique des températures, alors qu’en fait il n’y a eu aucune hausse depuis 1998.
73-models-vs-obs-Roy-Spencer Les observations contredisent l’hypothèse.

En plus, les alarmistes prennent souvent aussi 1880 comme date référence pour dire qu’il y a eu réchauffement (0,7degré celcius) depuis plus de 100 ans. Ce qui est malhonnête, puisque si on prend la peine de regarder un peu plus loin dans le passé, on voit qu’il y a des cycles de réchauffement et refroidissement, dont plusieurs périodes plus chaudes qu’aujourd’hui, et que 1880 se trouve à être la fin d’une des périodes les plus froides (little ice age), il est donc tout à fait normal qu’il y ait eu un réchauffement depuis 1880.
little-ice-age Ça n’a aucun lien avec le CO2, puisque ce dernier a varié un peu, mais pas en corrélation avec la température, et ça n’a pas de lien non plus avec l’activité humaine, qui était faible ou insignifiante durant cette période, ainsi que durant toutes les autres variations passées. Les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse que l’humain serait responsable s’il y a eu des variations plus importantes dans le passé.

Fonte des pôles
Selon la l’hypothèse du RCA (Réchauffement Climatique Anthropique), comme l’activité humaine était supposée causer une hausse de la température, ça devait nécessairement faire fondre les glaciers et surtout les calottes glaciaires des pôles. Al Gore disait en 2007 qu’en 7 ans (2014) il n’y aurait plus de glaces aux pôles.
AlGoreIceGraphic
La réalité est que non seulement ils n’ont pas fondu tel que prévu, mais l’Antarctique a présentement une couverture de glace record, du jamais vu depuis que nous avons des données satellites (1979).

Et l’Arctique est au même niveau qu’il y a 35 ans, après avoir eu des baisses en 2007 et 2012.
Encore une fois, les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse.

Hausse dramatique du niveau des océans
En retour de la fonte des pôles, le niveau des océans était censé monter de façon de façon catastrophique. Al Gore parlait de 20 pieds en quelques décennies, et L’ONU avait exigé des milliards pour les « réfugiés climatiques », habitants des iles du Pacifique qui devaient avoir disparu sous la mer en 2010 (et qui sont pourtant encore là).
La réalité est que le niveau de la mer monte de quelques millimètres par an, au même rythme depuis la fin de la dernière ère glacaire. Il n’a pas accéléré du tout malgré la hausse du cO2 et malgré les variations de température. Les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse. Il est donc totalement faux de dire que le CO2 ou l’activité humaine ont un effet sur le niveau des océans.

La fin de la neige
Plusieurs experts alarmistes ont dit dans le passé qu’à cause du réchauffement, la neige allait disparaitre et les hivers allaient être doux et pluvieux. Voir ici une entreveue avec David Viner où il affirme « Snowfalls are just a thing of the past« 

David Suzuki avait fait une tournée pan-canadienne pour dire que bientôt, à cause du CO2, nous ne pourrions plus jouer au hockey dehors parce qu’il fera trop chaud pour avoir des patinoires extérieures.
La réalité est que non seulement il n’y a pas eu de réchauffement malgré la hausse du CO2, mais on bat régulièrement des records de froid un peu partout dans le monde depuis quelques années. Le mois de novembre 2014, qui vient de se terminer à battu un record pour ce qui est la de couverture de neige en amérique du nord.
Snowcoverrecord
Les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse.

Changements climatiques
Vers 2008, quand ça faisait 10 ans qu’il n’y avait plus de réchauffement, les alarmsites ont modifié leur discours et changé « réchauffement climatique » pour « changements climatiques ». Ceci est simplement malhonnête et anti-science. Il n’y a aucune base scientifique pour dire que le CO2 peut causer autant chaud, froid, sécheresse ou inondation. Il y a toujours eu des « changements climatiques » depuis des centaines de millions d’années. La température et les taux de CO2 n’ont jamais été stables.
co2_temperature_historical

Événements climatiques extrèmes
Il y a quelques années, l’hypothèse à encore changé. Maintenant ils parlent d’évenements climatiques extrèmes. Selon cette hypothèse, l’augmentation du CO2 causerait des évènements « extrèmes » des tornades et ds ouragans plus fréquents et plus puissants, A la moindre tempête, au moindre ouragan, à la moindre tempête de neige, les alarmistes et les médias disent que c’est une « preuve » du réchauffement climatique.
cartoon-media-gw
Pourtant, les faits démontrent le contraire. Il y a toujours eu des ouragans et des tempètes tout aussi puissants. Les plus puissantes tornades ayant été enregistrées il y a très longtemps, et non pas récemment. Et même depuis une dizaine d’années, contrairement aux prédictions de l’hypothèse réchauffiste, les tornades et les ouragans sont moins fréquent et moins puissants..
http://www.antagoniste.net/2013/11/18/arguing-with-idiots-le-typhon-haiyan/
http://www.nbcnews.com/science/environment/where-are-hurricanes-u-s-goes-9-years-without-category-n259166

Cycles solaires
Récemment, un organsime appelé Friends of Science a affiché au Québec ce panneau publicitaire:
fos
C’est un panneau qu’ils ont déjà affiché ailleurs au Canada depuis quelques années.
Friends of Science est un regroupement de professeurs et scientifiques à la retraite. Mais au Québec, il est difficile de contester le dogme sans se faire traiter de créationnistes ou d’adeptes de la terre plate. L’hypothèse affichée sur le panneau est l’hypothèse qui est la plus probable selon les dernières études sur le climat. Contrairement à l’hypothèse du CO2, elle a l’avantage de ne pas avoir (encore) été contredite par les observations. Voici plus d’une centaines d’études sur le sujet qui ont été ignorées par le GIEC: http://notrickszone.com/100-papers-sun-drives-climate/

Un organisme obcur dont j’ignorais l’existence, « l’Association des Communicateurs scientifiques du Québec » à répondu vigoureusement, en traitant l’organisme de « ennemis de la science » et on fait une réplique publicitaire que voici:
acs

Pourtant cette réplique est totalement anti-science. Malgré les milliards investis en recherche sur le sujet, jamais il n’a pu être affirmé que les variations climatiques étaient causées par l’humain. Et chaque année qui passe, d’autres observations viennent contredire l’hypothèse.

Conclusion
La méthode scientifique dicte que si une hypothèse est contredite par les observations ou les faits, elle est fausse.

On doit donc conclure que l’hypothèse du réchauffement causé par le CO2 émit par l’humain est fausse et doit donc être écartée et remplacée par une autre plus plausible, comme celle des cycles solaires et océaniques..

Alors pourquoi est-ce que ça n’arrive pas? Pourquoi cette hypothèse qui ne correspond pas à la réalité est-elle encore présente dans les médias et les discours politiques?

Parce qu’il y a trop de groupes qui ont des intérets politiques et financiers, alors ils tentent de garder cette hypothèse
en vie le plus longtemps possible. Dans ce dossier, il ne s’agit plus de science, mais de politique, d’argent et de contrôle.


Settled science?

20/08/2013

La vraie science est toujours en train de se remettre en question (sauf en climatologie). La science est une tentative de comprendre la nature. Jamais un vrai scientifique ne vous dirait que quelque chose est prouvé à 100%. La vraie science est faite d’hypothèses qui restent les explications les plus plausibles jusqu’à ce que des observations ou expériences viennent les contredire. Si c’est le cas alors on émet une nouvelle hypothèse.

Il y a 45 ans, les « experts » nous annonçaient une ère glaciaire imminente et que c’était de notre faute. Ca n’est pas arrivé. Les températures descendaient effectivement depuis 1940, mais en 1975, ça s’est mis a remonter.
Couvertures du magazine Time dans les années 1970:
times1
Il y a 25 ans, les « experts » nous annonçaient un réchauffement climatique extrème et que c’était de notre faute. Bien qu’il y ai eu un léger réchauffement entre 1975 et 1998, il n’avait rien de catastrophique, et depuis 1998, il n’y a plus de réchauffement du tout et ça aucun de ces « experts » de l’avait vu venir.
Couvertures du magazine Time dans les années 1990:
times2

Le plus inquiétant est qu’autant pour le refroidissement que le réchauffement, ceux qui veulent profiter de la situation identifient les mêmes causes et prônent les mêmes solutions:
C’est la faute de l’humain, de l’industrialisation, des voitures et de la pollution. Et les solutions sont toujours plus de lois, plus de contrôle, de diminuer le nombre d’humains et révoquer les libertés, allant même jusqu’à suspendre la démocratie.

Voici un extrait d’une texte des années 1970, alors que la « science » de l’époque disait qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente:
pollution_sacrifice_democracy
Source: http://news.google.com/newspapers?id=jjgiAAAAIBAJ&sjid=9KsFAAAAIBAJ&pg=1371,2354081

Ca ressemble étrangement a la propagande réchauffiste actuelle, non?

Beaucoup de gens, quelque soit le domaine, essayent de rendre plus crédible leur position en y accolant l’étiquette « scientifique », comme si ça devenait automatiquement une vérité absolue. Mais quand on comprend comment la science fonctionne, ce n’est pas le cas. En aucun cas ça ne devrait empêcher le questionnement. Le climat est quelque chose de très complexe et encore loin d’être bien compris.

En terminant, je me permet de reposter ma citation favorite de Vincent Courtillot, géophysicien français:

« Quelle que soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin de regarder, que les solutions sont connues et qu’il n’y a plus lieu à débat, inquiétez-vous! C’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion, mais pas de la science. Là où il n’y a plus de débat, il n’y a plus de science. « 


Billets reliés:
Quand la politique veut se mêler de science
Agenda 21
Agendas environnementalistes


Consensus scientifique

14/03/2012

consensus
Terre plate
Il y a 2000 ans, le consensus scientifique était que la terre était plate. Ceux qui osaient dire le contraire étaient considérés comme des fous.

Géocentrisme
Il y a 500 ans, le consensus scientifique était que la terre était le centre de l’univers (géocentrisme) et que tout le reste, dont le soleil et la lune orbitaient autour de la terre. Quand Copernic émit en 1543 la possibilité que la terre tournait autour du soleil (héliocentrisme), cette théorie fut réfuté autant par l’élite scientifique de l’époque et l’église. Quelques années plus tard, même Galilée a tenté de faire reconnaitre que le soleil était le centre de l’univers, et non la terre, et il a été condamné pour hérésie et a du passer le reste de son existence assigné à résidence.

Evolution
Il y a 250 ans, le consensus scientifique était que les humains descendaient d’Adams et Eve. Quand Darwin a publié la théorie de l’évolution, il a été ridiculisé et ça a pris des années avant qu’on reconnaisse qu’il avait raison. Même aujourd’hui certains créationnistes pensent qu’il a tort.

Plaques tectoniques
Il y a 100 ans, le consensus scientifique était que les continents ont toujours été où ils sont présentement. Dès 1915 des scientifiques ont proposé l’idée que les continents flottent sur le manteau terrestre et se déplacent, mais ce n’est que dans les années 60 que la théorie a finalement été acceptée.

Big Bang
Il y a moins de 100 ans, le consensus scientifique était que tous dans le cosmos était stationnaire et l’avait toujours été. Quand la théorie du Big Bang, donc de la création spontanée de l’univers il y a 13 milliards d’années a été proposée, elle a fait face au scepticisme des scientifiques. Et même après qu’elle fut accepté, une autre idée est venu contredire la première. Si le Big Bang était né d’une explosion, les galaxies devaient donc graduellement ralentir. Certain craignaient même un « Big Crunch », c’est à dire que les galaxies finiraient éventuellement par se rapprocher sous l’effet de la gravité et se reconcentrer en un point central, donc un « Big crunch ». Pourtant en 1998, des scientiques ont découvert que l’univers est en fait en expansion, et que cette expansion s’accélère. A ce jour, il n’ont pas encore pu expliquer pourquoi.

Ere glaciaire
Dans les années 70, le consensus scientifique était que la terre se dirigeait vers une ère glaciaire imminente. Les scientifiques avaient constaté un refroidissement depuis les années 40, et ils pensaient que ça allait continuer. Ils prédisaient donc une ère glaciaire, une diminution de la production de nourriture et donc des famines et la fin de la civilisation. Pourtant vers le milieu des années 70, le climat a recommencé à se réchauffer.

E=MC2
Depuis plusieurs années le consensus scientifique est que selon la théorie de la relativité d’Einstein (E=MC2) rien ne peut aller plus vite que la lumière. Pourtant certains scientifiques pensent avoir trouvé des particules qui briseraient cette limite et un autre prétend avoir trouvé une façon de voyager plus vite que la lumière (voir Alcubierre Drive)

Multivers
Depuis longtemps, le consensus scientifiques est qu’il y a un seul univers, pourtant plusieurs nouvelles théories scientifiques essayent de démontrer que notre univers serait un parmis une infinité d’autres, et certaines parlent même que notre univers serait à l’intérieur d’un trou noir d’un autre univers! On passe de Univers à Multivers.

Voyage dans le temps
Depuis toujours, le consensus scientifique est que voyager dans le temps est impossible. Pourtant certains scientifiques parlent de possibilités théoriques de voyager dans le futur, et certains même dans le passé. Ceux qui étudient ces possibilités le font souvent en silence, de peur de se faire ridiculiser par leur pairs.

Et je pourrais continuer comme ça longtemps.


Un consensus scientifique ça n’existe pas! Les scientifiques sont constamment en train de mettre à l’épreuve une théorie. Chaque tentative qui n’est pas confirmée sert à renforcer la théorie originale, jusqu’à ce qu’on en trouve une qui arrive à la contredire.

C’est comme ça que la vraie science fonctionne normalement, sauf dans un cas: la climatologie. C’est la seule « science » qui refuse d’être mise à l’épreuve, qui refuse toute contestation de la théorie. Qui refuse de regarder quelque possible réponse à la question des variations climatiques autre que le CO2. Ils refusent de considérer les cycles solaires, les cycles de Milankovitch, l’action des rayons cosmique sur la formation des nuages, ou n’importe quelle autre explication.

Ceux qui y travaillent, comme le GIEC et l’IPCC cherchent des arguments pour appuyer la théorie, et mettent de côté ce qui ne correspond pas, et ne cherchent pas à valider si la théorie est bonne. Ce n’est pas ça la méthode scientifique.
climategate-cartoon

Normalement en science, si les observations ne correspondant pas à la théorie, c’est que la théorie n’est pas bonne et il faut en trouver un autre.

En climatologie, si les observations ne correspondent pas, on modifie des données. Exemple d’un des emails extrait du Climategate :

From: Phil Jones

To: ray bradley ,mann@xxxxxxxxx.xxx, mhughes@xxxxxxxxx.xxx
Subject: Diagram for WMO Statement
Date: Tue, 16 Nov 1999 13:31:15 +0000
Cc: k.briffa@xxxxxxxxx.xxx,t.osborn@xxxxxxxxx.xxx

Dear Ray, Mike and Malcolm,
Once Tim’s got a diagram here we’ll send that either later today or
first thing tomorrow.
I’ve just completed Mike’s Nature trick of adding in the real temps to each series for the last 20 years (ie from 1981 onwards) amd from 1961 for Keith’s to hide the decline. Mike’s series got the annual land and marine values while the other two got April-Sept for NH land N of 20N. The latter two are real for 1999, while the estimate for 1999 for NH combined is +0.44C wrt 61-90. The Global estimate for 1999 with data through Oct is +0.35C cf. 0.57 for 1998.

Thanks for the comments, Ray.

Cheers
Phil

Prof. Phil Jones
Climatic Research Unit Telephone +44 (0) 1603 592090
School of Environmental Sciences Fax +44 (0) 1603 507784
University of East Anglia
Norwich Email p.jones@xxxxxxxxx.xxx
NR4 7TJ
UK

Ou alors ils disent c’est pas « significatif » (voir : http://www.dailymail.co.uk/news/article-1250872/Climategate-U-turn-Astonishment-scientist-centre-global-warming-email-row-admits-data-organised.html).
Pourtant, il n’y a plus de réchauffement depuis 1998
, alors que le CO2 continue d’augmenter.

Et quand des scientifiques osent dire que les variations climatiques pourraient être causées par autre chose que le CO2, on les attaque, les insulte, les traite de « négationnistes », les menace ou on manigance pour qu’ils n’aient pas accès à des fonds de recherche.
Bjorn Lomborg doit fermer son think tank climatique, faute de fonds

Un autre scientifique, Richard Lindzen disait que « des pressions s’exerçaient sur ceux qui ne se conformaient pas à ces propos alarmistes et se voyaient marginalisés et privés de crédits de recherche »

eco_torture

Certains ont même reçu des menaces de mort.
http://www.nocarbontax.com.au/2011/06/climate-of-fear-scientists-face-death-threats/

La climatologie n’est plus une science, c’est de la politique, et dans certains cas, une religion. Et dans une religion, les faits n’ont pas d’importance. Ce qui est important c’est la foi en la « cause » et attaquer les hérétiques qui osent contredire le dogme.


Science versus environnementalisme

15/12/2010

La théorie de l’origine humaine du réchauffement climatique est devenue un dogme, une religion. Il n’y a plus rien de scientifique dans ce modèle puisque la méthode scientifique est mise de côté.

Du côté des écologistes, on élimine les observations contraires à la théorie et on refuse toute discussion contradictoire. On traite ceux qui n’embarquent pas dans cette religion de traitres, de négationnistes (ceux qui nient l’holocauste), on dit qu’ils sont payés par les pétrolières, ou on tente de les associer aux créationistes. Cet intégrisme finira, à terme, par porter préjudice à l’écologie autant qu’à la science. Quand la science aura démontré que ce n’est pas le CO2 qui est responsable des changements climatiques, mais bien les cycles naturels, les gens risquent de rejeter la science, et même l’écologie. C’est normal puisque les écolos disent depuis des années utiliser la science pour valider leur théorie, alors que malheureusement c’est faux. Ils utilisent la science oui, mais sélectionnent avec précaution les données qui appuient leur théorie et rejettent les autres. Ce n’est donc pas de la vraie science. La pseudo-science environnementaliste a cessé d’être de la science quand ils ont commencé a manipuler les données pour qu’elles correspondent à la théorie, tel que démontré avec le Climategate.
climategate-cartoon

Robert F. Kennedy Jr. a déjà dit que le scepticisme climatique est une trahison et que les sceptiques doivent être considérés comme des traitres. En 2007, Heidi Cullen, (Weather Channel) a dit que les météorologistes qui sont sceptiques de l’influence humaine sur le climat devraient perdre leur certification. Donc, ne pose pas de questions sinon tu perds ton emploi! Et sans oublier le Climategate et tout les autres scandales qui ont suivi, mais étouffées par les médias.

La VRAIE science dévoile des secrets, elle n’en crée pas. La méthode scientifique se doit d’être ouverte et partager ses résultats avec d’autres pour étudier et contre-vérifier les conclusions. Ce n’est plus ce qui arrive maintenant. Tu dois accepter les résultats, sans voir les donnés ou la méthode utilisée, sinon tu te fait attaquer.

Il y a même eu des menaces de morts envers des scientifiques opposés à ce dogme écologiste.

C’est nuisible aussi pour les vrais écologistes, ceux qui ne croient pas au réchauffement causé par le CO2, mais qui croient à la protection de l’environnement, des éco-systèmes, gestion des déchets, contrer la pollution, etc..

C’est décourageant pour les vrais scientifiques qui ne sont pas des idéalistes écolos, qui prônent l’esprit critique et qui se voient bafoués par les autres scientifiques qui marchent au pas et qui sont financés par les politiciens.

La religion écolo aussi va en prendre un coup aussi car nombreux sont ceux qui ont cru à tous ces nouveaux messies qui les ont convaincus que le monde courrait à sa perte parce que la température moyenne allait augmenter de quelques centièmes de degrés par an.

Les systèmes basés sur le mensonge et la manipulation ne peuvent pas continuer à fonctionner éternellement. Tôt ou tard, la vérité fera surface, et les conséquences de cette manipulation vont avoir des répercussion importantes.

Dans quelques décennies, nos descendants vont trouver leurs ainés ridicules d’avoir cru à une telle ânerie.

A lire:
Les brigades chocs de l’écologie

eco_torture
Climategate
Globalwarmists