Le prochain cycle froid approche

03/01/2018

Publicités

Excellent texte de Timothy Ball

09/07/2015

(Texte original, j’ai pas eu le temps d’en faire la traduction, désolé)

Four little-known facts about the climate predictions (projections) made by the Intergovernmental Panel On Climate Change (IPCC) completely mislead public understanding of the climate debate. Unfortunately, the misdirection was relatively easy because only 20 percent of the public have even basic science literacy.

1. Political powers limited IPCC research from the start with the definition of climate change given to them by Article I of the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC). It states:

Climate change means a change of climate, which is attributed directly or indirectly to human activity that alters the composition of the global atmosphere and which is in addition to natural climate variability observed over considerable periods of time.

This definition excludes most natural causes, which makes it impossible to determine the human portion.

The IPCC knew this was a problem and ignored it until it became politically threatening. In 2007, they added the following new, vastly different, definition:

Climate change in IPCC usage refers to any change in climate over time, whether due to natural variability or as a result of human activity.

The new definition couldn’t change anything because the Reports were cumulative, that is once they established a pattern they could not change without starting over completely. As a result, the wider definition was placed as a Footnote in the Summary For Policymakers (SPM) for the 2007 Report.

2. The public believes that a CO2 increase results in a temperature increase. It doesn’t, yet it is the fundamental premise to the claims of human induced global warming. In every record of any duration from any period the temperature increases before the CO2. In contradiction to this evidence the IPCC computer models are programmed so that a CO2 increase causes a temperature increase.

3. The projections made by the IPCC and presented as policy recommendations in the Summary For Policymakers (SPM) combine the climate model predictions and economic forecasts. The combination creates three Scenarios. Each assumes that a CO2 increase causes a temperature increase.

However, the amount of CO2 increase is determined by economic development, which yields low, medium, and high projections. The IPCC are wrong for their temperature and CO2 forecasts. Even the lowest projections of both are wrong:

4. The public thinks the IPCC make forecasts. They do not. Initially, they called them predictions. These predictions were so incorrect in the 1990 Report that they changed to calling them projections. This changing terminology is what they did every time the evidence contradicted their claims.

For example, global warming became climate change after CO2 continued to increase but temperatures stopped rising. They did not say they were switching because the predictions were wrong. Instead, they claimed it was because the future depended on what happened if the world continued with “business as usual”. In other words, here is what will happen if you don’t change your ways. This position is the central theme of the Pope’s Encyclical; mend your Earth destroying ways or face the consequences.

The entire IPCC exercise was orchestrated to achieve the specific result of showing that human production of CO2 was causing global warming. The actions taken predetermined the results and in four significant ways created the differences between what the public understands and actual practice.

Thank goodness they could not control nature, which acts independently of their political machinations. This does not mean they have not tried to control nature with chemtrails, iron fertilization of vast tracks of ocean to increase CO2 absorption and many other hair-brained geoengineering schemes. Maybe the Pope should pray to save us from political agendas with no scientific basis.

Source:
http://www.therebel.media/what_you_don_t_know_about_the_climate_change_debate


Refroidissement?

26/03/2015

Ce n’était qu’une question de temps avant que les grands prêtres de la religion réchauffiste finissent par dire que le réchauffement cause le refroidissement. Et oui vous avez bien lu. Michael Mann, (l’auteur du fameux graphique Hockey Stick truqué), co-auteur de cette « étude » dit que le réchauffement cause un ralentissement des courants marins, ce qui finirait pas refroidir la planète. Ce qu’ils ne disent pas c’est qu’il n’y a plus de réchauffement depuis au moins 18 ans, et même une légère tendance au refoidissement. Cette « pause » serait causée selon plusieurs scientifiques par les cycles solaires et océaniques, et non pas par l’humain ou le CO2. Voyant venir cette tendance, certains scientifiques sans scrupules comme Michael Mann se devaient de trouver un truc pour expliquer la fin du réchauffement s’ils voulaient garder leur généreuses subventions.

Source:
http://www.washingtonpost.com/news/energy-environment/wp/2015/03/23/global-warming-is-now-slowing-down-the-circulation-of-the-oceans-with-potentially-dire-consequences/?postshare=6971427140497570

Mais malheureusement pour eux, il y a des vrais scientifiques qui leur ont mis sur le nez que leur hypothèse ne tenait pas la route.

http://www.climatechangedispatch.com/gulf-stream-not-slowing-down-not-going-to-freeze-us-to-death-shock.html

http://wattsupwiththat.com/2015/03/25/nasa-refutes-mann-and-rahmstorf-finds-atlantic-conveyor-belt-not-slowing/

http://www.climatechangedispatch.com/study-observations-refute-claims-that-climate-change-is-slowing-pace-of-gulf-stream.html


Une autre étude ridicule

12/11/2014

Après les études ridicules comme celle qui disait que le réchauffement climatique allait faire disparaitre les roux, en voici une qui dit que les abeilles sont confuses à cause du réchauffement climatique (qui a pourtant cessé il y a 20 ans)

http://wattsupwiththat.com/2014/11/09/uea-claim-global-warming-distracts-bees-by-making-them-horny/

Les abeilles existent depuis plus de 100 millions d’années (environ l’endroit où la flèche pointe « average global temperature » sur le graphique suivant).
temp-co2
Depuis ce temps, la température a diminué de plus de 10 degrés, avec des hauts et des bas. Et le CO2 est passé de plus de 1500ppm, à environ 300ppm, avant de remonter un peu depuis quelques décennies.
Il y a eu aussi des dizaines d’ère glaciaires depuis quelques millions d’années.
Et depuis la fin de la dernière ère glaciaire, il y a eu plusieurs cycles de réchauffement/refroidissement, avec au moins 5 périodes plus chaudes qu’aujourd’hui.
temperature_swings_11000_yrs
Les abeilles ont prospéré tout ce temps.

Et on a ici des idiots qui disent que les abeilles sont toute mêlées parce que depuis 100 ans, il y a eu une variation de 0,7 degré, (qui est en fait un retour à la normale après la période froide du petit àge glaciaire).
Ces idiots sont du Climate Research Unit, de East Anglia le même établissement qui avait été au centre du scandale du climategate. Il y a encore des gens pour croire la moindre chose qui sort de là?


Vous voulez faire 10000$ facile?

09/11/2014

cash32
C’est simple! Il y a 4 ans, Peter Laux, un australien a offert 10,000$ à quiconque pourrait offrir la preuve scientifique que l’activité humaine et donc le CO2 à un impact sur le climat. Cette offre est disponible jusqu’en 2030, il vous reste donc encore 16 ans pour faire votre soumission.

“will pay $10,000 (AUS) for a conclusive argument based on empirical facts that increasing atmospheric CO2 from fossil fuel burning drives global climate warming.”

Bizarrement personne ne l’a encore réclamé. Pourtant ça devrait être facile non? Depuis le temps que les alarmistes nous disent que « science is settled » et que le réchauffement causé par le CO2 est un fait incontestable…

C’est sûr que le fait qu’il n’y a plus aucun réchauffement depuis 1998 malgré que le CO2 augmente (surtout de façon naturelle), qu’il y a eu des périodes plus chaudes dans le passé sans activité humaine ni CO2, que l’antarctique bat des records de progression de couvert de glace et que les pôles refusent de fondre, ça aide pas….

Source:
https://archive.org/details/PeterLauxsStatutoryDeclarationFor10kClimateChallenge


Prédictions alarmistes ratées

17/09/2014

activist2

Dans les années 1970, les « experts » du climat avaient remarqué une tendance constante au refroidissement depuis 1940. Ils disaient que nous allions vers une ère glaciaire imminente, et que c’était la faute de l’activité humaine. Les températures froides allaient causer une diminution radicale de l’agriculture, causant des famines et la fin de la civilisation. Les solutions pour éviter l’ère glaciaire étaient de cesser le développement, cesser d’utiliser les voitures, vivre pauvrement et cesser de faire des enfants pour éviter la surpopulation et les famines. Certains suggérant même d’abandonner la démocratie.

Ca ne s’est pas réalisé, puisqu’à partir du milieu des années 1970, ça a commencé à se réchauffer.

Remarquez comment la période froide correspond à la période où l’humain a commencé à émettre un peu plus de CO2 (activité industrielle) et comment ça n’a pas eu d’impact à la hausse sur le climat.

Voyant cette tendance au réchauffement au début des années 1980, les « experts » du climat prédisent une hausse radicale des températures, et c’était bien sûr encore une fois la faute de l’activité humaine. Les températures allaient nous faire littéralement cuire, causant sécheresses et désertification, les glaces allaient fondre, faisant augmenter de le niveau des mers et nous inonder, les ours polaire allaient disparaitre, etc. Les solutions pour éviter le réchauffement étaient de cesser le développement, cesser d’utiliser les voitures, vivre pauvrement et cesser de faire des enfants, puisque trop d’humains sur terre demande trop de ressources. L’ONU suggère même que le communisme serait la solution.

Sauf que contrairement à tous les modèles informatiques qui prévoyaient une hausse drastique des températures, les observations réelles (les point en bas sur le graphique) ne montrent aucun réchauffement depuis bientôt 20 ans.
73-models-vs-obs-Roy-Spencer
Et en passant, la population d’ours polaires est aujourd’hui cinq fois plus grande que dans les années 1970….

Après 1998, il n’y a plus eu aucun réchauffement. Vers 2008, les « experts » du climat voyaient bien que le réchauffement avait stoppé, ça avait l’air fou de parler de réchauffement catastrophique quand il n’y en avait pas.
Ils ont donc changé « réchauffement climatique » par « changements climatiques » (tel que cité dans les emails du climategate). De cette façon, qu’il fasse chaud, foid, pluie, neige, sécheresse ou inondation, ils pouvaient dire que c’était toujours la faute du CO2 et de l’activité humaine. Les solutions pour éviter les « changements » climatiques étaient de cesser le développement, cesser d’utiliser les voitures, vivre pauvrement et cesser de faire des enfants. A la conférence sur le climat de Cancun, Ted Turner et Bill Gates suggèrent de diminuer la population humaine, et appliquer la politique chinoise de l’enfant unique. Justin Trudeau suggère que la dictature chinoise est mieux pour l’environnement, puisqu’ils peuvent imposer de force les solutions vertes pour « sauver la planète ».

Comment parler de « changements » climatiques, alors qu’il y en a moins qu’avant, que nous sommes dans une période stable?

Il y a quelques années, les « experts » du climat se sont rendu compte qu’il est un peu niais de parler de « changements climatiques », alors que le climat est stable comme il ne l’a jamais été depuis des décennies. Alors ils ont commencé à parler « d’évènements climatiques extrêmes », comme quoi l’activité humaine avait « brisé » le climat. Les solutions étaient toujours les mêmes: cesser le développement, cesser d’utiliser les voitures, vivre pauvrement et cesser de faire des enfants.

GlobalClimateDisruption-thumb-520x383-446

Sauf que les observations réelles montrent que les évènements météos ne sont pas plus extrêmes qu’avant, les données historiques montrent qu’il y en a autant, et on y rapporte des évènements météo plus graves dans le passé. Les données sur les ouragans montrent même que les ouragans sont en fait moins fréquents et moins puissants depuis plusieurs années. Il s’agit de cycles naturels.

En désespoir de cause, les alarmistes qui tentent de garder cette arnaque en vie parlent maintenant de « pollution carbone ».

Sauf que le CO2 n’est pas un polluant, il est (avec l’oxygène et l’eau) la base de la vie sur terre. Dans le passé les taux de CO2 et d’oxygène étaient plus élevés, et la vie y était plus abondante et prospère. Plus le CO2 augmente, plus les plantes en profitent, faisant reculer les déserts. La planète est maintenant 11% plus verte qu’en 1984.

Est-ce qu’il y a une seule de leur prédictions qui s’est révélée vraie? NON, alors pourquoi les gouvernements continuent à imposer des taxes verte et gaspiller des centaines de milliards dans cette arnaque? Parce qu’il ne s’agit plus d’environnement ou de science, mais de politique, d’argent et de contrôle.
Si la réalité était exposée, il y a tout plein de groupes qui ne pourraient plus faire de l’argent, toucher des généreuses subventions et acquérir autant de pouvoir politique.

Les faits que certain ne veulent pas voir montrent une toute autre version que celle rapportée par les alarmistes:

Figure : Corrélation entre les cycles solaires et la température, Selon Dr. Willie Soon, astrophysicien et géophysicien)

Il s’agit de cycles naturels, l’humain n’a que peu ou pas d’impact.
climate disruption


Présentation de Dr Don Easterbrook

14/12/2013

Présentation du Dr Don Easterbrook à un comité du sénat.
Vidéo de 1h30.