Propagande alarmiste dans les écoles et « grève du climat »

19/09/2019

La propagande et le brainwash dans les écoles atteint son comble avec les marches pour le climat, grèves pour le climat et autres journées pour le climat ou les jeunes ne vont pas à l’école pour protester « pour le climat ». Ils suivent l’exemple de leur mascotte Greta Thunberg, une fillette diagnostioquée Asperger qui a lâché l’école (encouragée par ses parents activistes) et qui clâme avoir des pouvoirs surnaturels, comme voir le CO2 à l’oeil nu dans l’atmosphère.

Là où je travaille, la journée du 27 spetembre, les cours seront suspendus, et les employés son encouragés à participer à des activités « d’information » sur le climat (propagande). On est rendu dans un monde digne de Georges Orwell. Ils ne se rendent même pas compte à quel point ils se font endoctriner par des groupes d’intérets qui utilisent l’environnement comme facade pour leurs agendas politiques et idéologiques.

Voici ce que disent les véritables scientifiques à propos de l’hystérie climatique:

« Malheureusement, l’hystérie du réchauffement climatique, tel que je le vois, est basée sur la politique plus que sur la science »
-Freeman Dyson, physicien, mathématicien, Professor emeritus, Institute for Advanced Study, Princeton. Un des plus grands scientifiques de notre ère.

« Quelle que soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin de regarder, que les solutions sont connues et qu’il n’y a plus lieu à débat, inquiétez-vous! C’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion, mais pas de la science. Là où il n’y a plus de débat, il n’y a plus de science. »
-Vincent Courtillot, géophysicien

“ Ce que nous voyons à la télévision [sur les changements climatiques], c’est de la propagande. C’est de l’alarmisme absurde et ça fait peur aux enfants. C’est une question qui me préoccupe beaucoup. Ce sont des exagérations, de la véhémence et des grossièretés. Ils n’ont pas d’arguments scientifiques sobres et raisonnés. En fait, c’est du n’importe quoi. »
– Judith Curry, professeure au Georgia Tech d’Atlanta. Décorée par l’American Meteorological Society, l’American Geophysical Union, la NASA et la NOAA

“J’ai donné une scéance d’information (à propos des faussetés du réchauffement cliamtique) et trois membres du cabinet environnemental du gouvernement canadien sont venu me voir après et ont dit : « On est d’accord avec vous, mais ça vaut pas le coup de risquer nos jobs de le dire ». Ce qui est en train de se créer est une immense industrie avec des milliards de dollars de l’argent du gouvernement et de jobs qui en dépendent”
– Dr. Tim Ball, Coast-to-Coast, Feb 6, 2007

“Plusieurs scientifiques du climat respectés m’ont dit qu’ils seraient publiquement beaucoup plus sceptiques s’ils n’avaient pas peur de perdre leur financement, lequel est controllé par des organisations « politiquement correctes »
-Peter Friedman, professor mechanical engineering-University of Massachusetts, member of the American Geophysical Union

« Le réchauffement climatique global n’est pas un phénomène anormal. Y voir une responsabilité humaine découle d’une science fausse ».
Battaglia Franco – PhD – Professeur de Physique et Chimie de l’Environnement Université de Modène

« La peur du réchauffement climatique est le pire scandale scientifique de l’histoire. Quand les gens vont se rendre compte de la vérité, ils vont se sentir floués par la science et les scientifiques »
Dr. Kiminori Itoh, award-winning PhD environmental physical chemist, IPCC expert reviewer

“Comme les données de glaciologie et les anneaux de croissance des arbres montrent, les changements climatiques sont des phénomènes naturels qui sont arrivé à de mutiples occcasions dans le passé, autant en magnitude qu’en vitesse comparés aux changements qui sont arrivés dans les décennies récentes”
-Gerhard Lobert, physicien

“Le réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion.”
-Ivar Giaever, Prix Nobel de Physique

« Il y a des gens qui ont juste besoin d’avoir une cause qui est plus grande qu’eux mêmes, alors ils peuvent se sentir vertueux et dire que les autres ne sont pas vertueux.”
-Freeman Dyson, physicien

« Il y a 10 ans, je ne faisait que répéter tel un perroquet ce que le GIEC nous disait. Un jour j’ai commencé à vérifier les données et les faits. Au début j’avais un doute, mais ensuite je suis devenu outré quand j’ai découvert que ce que le GIEC et les médias nous disaient étaient de pures absurdités et n’était même pas supporté par des faits scientifique ou mesures. Depuis ce jour, j’ai honte qu’en tant que scientifique j’ai fait des présentations de leur science sans la vérifier en premier »
-Klaus-Eckart Puls, metéorologue

« Le climat est devenu un sujet complètement artificiel calé sur un calendrier diplomatique et politique ».
-Philippe Verdier – Master en développement durable – Présentateur météo TV – Chef du service météo France Télévision. (licencié après avoir écrit un livre qui dénonce le GIEC)

”Si la planète est à risque, c’est de l’alliance corrompue entre les charlatan « verts, les suceurs de subventions et les politiciens. Ensemble, ils ont créé un monstre qui cause plus de dévastation globale qu’il n’y en a eu en 5000 ans de civilisation.”
– Mark Duchamp, Chairman, World Council for Nature, June 18, 2013

« L’accord de Paris est uniquement pour donner plus de pouvoir à L’ONU et n’a rien à voir avec le climat. »

-John Coleman, météorologue, fondateur du Weather Channel

“Hundreds of billion dollars have been wasted with the attempt of imposing a Anthropogenic Global Warming (AGW) theory that is not supported by physical world evidences…AGW has been forcefully imposed by means of a barrage of scare stories and indoctrination that begins in the elementary school textbooks.”
-Brazilian Geologist Geraldo Luís Lino, who authored the 2009 book ―The Global Warming Fraud: How a Natural Phenomenon Was Converted into a False World Emergency

Et voici ce que les alarmistes (qui sont en majorité des activistes, des artistes et des politiciens) disent:

« Ca n’a pas d’importance ce qui est vrai, ce qui compte c’est ce que les gens croient qui est vrai. »
– Paul Watson, co-founder of Greenpeace

« On doit avoir un support très large, pour capter l’imagination du public on doit alors offrir des scénarios effrayants, faire des déclarations simplifiées et dramatiques, et ne pas faire mention d’aucun doute… Chacun de nous doit décider de la balance entre être effectif et être honnête. »
– Prof. Stephen Schneider, Stanford Professor of Climatology, auteur principal de plusieurs rapports du GIEC

« Nous écrivions des histoires de peur de façon routinière … Nos rapports de presse étaient plus ou moins vrais .. Nous étions là pour fouetter le public dans un frénésie à propos de l’environnement.«
Jim Sibbison, journaliste environnemental, ex-relationiste pour L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA)

« Je crois qu’il est approprié d’avoir une exagération dans la présentation des faits sur combien c’est dangereux, comme une prédisposition pour ouvrir l’audience à écouter ce que sont les solutions, et comment nous sommes pleins d’espoir que nous allons régler cette crise. »
Al Gore, ancien vice-président des U.S., activiste devenu multimilionnaire avec le marché du carbone

« La seule façon pousser la société à vraiment changer est d’appeurer les gens avec une possibilité de catastrophe. »
– Daniel Botkin

Peter Thorne, (Extrait du scandale du Climategate #3066)
« Je pense aussi que la science est manipulée pour la politiser, ce qui n’est pas bon pour nous [scientifiques du climat] et n’est pas très brillant à long terme. »

Et voici ce qui est le plus important à retenir:

Henry-Louis Mencken:
« L’objectif global des pratiques politiques est de garder la population alarmée – et donc voulant être mené vers la sécurité – en la menacant avec toute une série de croques-mitaines, tous imaginaires. »
« L’urgence de sauver l’humanité est presque toujours seulement une fausse facade pour l’urgence de la contrôler. «


En plus, ces jeunes qui pensent tout savoir et qui disent que les « vieux » sont juste des cons qui ne connaissent rien et qui détruisent la planète, sont totalement ignorants du dossier du climat. La majorité ne peuvent même pas répondre à quelques questions de base, voyez cet exemple:

Voici en résumé les questions et réponses:
Quelle est la principale composante de L’air?
Elles hésitent entre oxygène et CO2, pensent que l’azote c’est 7%, mais pas sûres, alors elles y vont avec Oxygène.
FAUX: la principale composante de l’air, et de loin, c’est l’azote, avec près de 80%. L’oxygène est 2e avec environ 20%, l’argon à un peu plus de 1%, la vapeur d’eau à moins de 1% et le reste des gaz sont en quantité infime, comme le CO2 avec 0,04%.
Quel est le principal gaz à effet de serre?
Elle répondent CO2
FAUX:Le principal gaz à effet de serre, et de loin (95% des GES) est la vapeur d’eau. Le cO2 lui, représente seulement 0,117% de tous les GES.
Quel est la part de CO2 dans l’atmosphère en pourcentage?
20%
FAUX: c’est 0,04%, soit 400ppm (partie par millions)

Quel est la part de ce CO2 qui est du à l’activité humaine?
Elles hésitent beaucoup, 15%, 30%, sais pas.
FAUX: C’est seulement 3% qui est du à l’activité humaine, tout le reste des émissions annuelles (97%) est causé par la nature elle-même (dégazage des océans, volcanisme (principalement volcanisme sous-marin) et activité biologique (respiration animale, décomposition organique,etc).

Quelle est l’augmentation du CO2 par an en proportion de L’atmosphère?
2%?
FAUX, L’augmentation n’est pas linéaire, le CO2 fluctue beaucoup, mais l’augmentation depuis qu’on le mesure précisément est d’environ 2ppm par an (donc 0,0002%). Donc deux molécules par million de molécule, une hausse imperceptible. Sans oublier que l’humain n’est responsable que de 3% de ces deux molécules, donc 1,5 centième de molécule par million 🙂
Nous sommes à environ 400ppm actuellement, par comparaison, depuis des centaines de milliers d’années, le CO2 varie d’environ plus ou moins 100ppm à chaque entrée et sortie d’ère glaciaires, mais quand on recule plus loin encore, les taux allaient jusqu’à 2500ppm en moyenne, et même plus de 8000ppm il y a 600 millions d’années, alors que ironiquement la planète était complètement gélée jusqu’à l’équateur.

Et les profs militants ne sont pas mieux, celui-ci, qui est un militant environnementaliste ignore la base et mélange CO2 et couche d’ozone 🙂 :


Aujourd’hui, je ne travaille pas

27/10/2015

Parce que je suis « en grève ». Non pas parce que je l’ai choisi, mais parce que c’est comme ça partout au Québec avec le « front commun » des employés de l’état.
J’étais bien sûr contre cette grève, parce que je considère qu’on a un bon salaire, de bonnes conditions, un fond de pension et surtout une sécurité d’emploi à vie.
Une sécurité d’emploi ce n’est pas rien, selon ce professeur de finance, ça équivaut à majorer d’environ 12% un salaire sécurisé sur au moins 25 ans.
http://quebec.huffingtonpost.ca/guy-charest-/securite-emploi-salaire-minimum-revenu_b_8347728.html?ncid=fcbklnkcahpmg00000009

Ce qui m’irrite au plus haut point, c’est que la CSN, et non pas le syndicat local, a décidé que ceux qui ne viennent pas manifester chacune des 6 journées de grève, n’auront pas droit à la maigre compensation du fond de grève. Il n’est certainement pas question de j’aille faire l’idiot avec des pancartes et chanter « So so so… »
Donc non seulement je me fait couper 6 jours de salaire, je n’aurai donc pas droit au fond de grève, même si je paye mes cotisations sur chacune de mes payes, ce qui est en soit scandaleux. Et le maigre % de salaire qu’ils vont peut-être réussir à avoir, combien de temps ça va me prendre pour compenser la perte de salaire? Même si j’ai un bon salaire, j’ai quand même des paiements à faire, l’hypothèque, l’épicerie, taxes scolaires, etc.

Est-ce qu’il y en a encore pour dire que les syndicats travaillent pour les travailleurs?
Non, ils sont devenu une méga-corporation qui recoit automatiquement notre argent (grâce à la formule Rand), qu’ils utilisent pour faire de la politique, de l’activisme et du lobbying.
Récemment, il y avait une manifestation contre le gouvernement libéral à Montréal. Et bien la CSN, sans demander l’avis de ses membres, a décidé de payer l’autobus, les repas et l’hébergement pour amener des gens des régions manifester à Montréal. Pas seulement les syndiqués, tout le monde qui voulaient embarquer. Oui vous avez bien compris, l’argent des syndiqués qui sert (sans leur permission) à payer des non-syndiqués pour faire de la politique. Ça ne vous rappelle-pas les carrés rouges?

Vivement l’abolition de la formule Rand!


Le PQ pense à donner le droit de grève aux étudiants

14/11/2012

Non mais ça n’a aucun sens! Comment peuvent-ils avoir le droit de « grève »? Ils ne sont pas employés, ils sont CLIENTS. Ils payent pour recevoir un service.
C’est comme si les clients de Mcdo faisaient la grève parce qu’ils trouvaient que le Big Mac coûte trop cher.

S’ils ne sont pas contents, ils peuvent boycotter, mais pas empêcher les autres d’y aller.

source:
http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201211/14/01-4593885-droit-de-greve-pour-les-etudiants-duchesne-interesse.php


Avec un peu de retard….

03/05/2012

Désolé du retard dans mes publications. J’étais à Montréal pour quelques jours, pour aller voir le show de Rammstein. Meilleur show de ma vie!

J’ai continué de commenter la saga du boycott étudiant via Facebook, mais je n’ai pas posté de billet sur mon blog durant ce temps.

Alors pour en revenir avec la situation actuelle, je trouve ridicule la contre-offre de la CLASSE. Il s’agit d’offres qu’ils savent inacceptables, leur but étant de prolonger la crise. C’est ce qu’ils veulent depuis le début, faire le maximum de dégats afin d’attaquer les fondements de notre société, faire une révolte anti-capitaliste, instaurer un état socialiste. Sauf que les étudiants qui votent pour ça (ils restent quand même minoritaires comparés au nombre d’étudiants qui sont contre ou qui ne sont pas en grève) ne se rendent même pas compte qu’ils se font manipuler. Il a été démontré que les grands syndicats et autres organismes gauchistes financent les associations étudiantes et donc utilisent les étudiants pour leur propres intérêts. Il y a longtemps que ça n’a plus rien à voir avec la hausse, puisqu’un économiste a clairement démontré que la proposition gouvernementale était très avatageuse pour les étudiants à faible et moyen revenu. Il n’y a que les riches qui paieraient plus. Il n’y avait donc aucune raison pour les étudiants de refuser l’offre du gouvernement puisqu’elle était à leur avantage et améliorait l’accessibilité. C’est donc qu’ils ne veulent pas gagner, ils veulent avoir raison, tel des enfant-rois.

Intimidation
Non seulement les votes se font à mains levés dans les cégeps et universités sous le joug de la CLASSE, ce qui permet d’identifier les « verts » et les intimider, mais ce qui est aussi totalement scandaleux, ce sont les injonctions qui ne sont pas respectées. Les « rouges » masqués utilisent l’intimidation et le vandalisme pour empêcher les « verts » d’avoir accès à leur cours. On ne peut pas se placer au dessus de la loi et ensuite oser parler de justice et démocratie. Pire encore, des professeurs en position d’autorité, qui n’ont légalement pas le droit de participer et encore moins de bloquer l’accès lors de l’injonction, ont été jusqu’à injurer des étudiants qui voulaient aller à leurs cours. Un tel comportement mérite un congédiement, mais ça n’arrivera pas puisqu’ils ont une convention béton. Imaginez la situation ensuite une fois qu’ils seront tous de retour en classe….

http://m.journaldequebec.com/2012/04/26/un-poids-trop-lourd-pour-sept-des-11-signataires

Où sont-ils, tous ces artistes qui militaient contre l’intimidation il n’y a pas si longtemps? Et bien ils appuient les étudiants qui font de l’intimidation!

Pendant ce temps-là, Marois, au lieu d’appeler au calme, essaye de profiter personnellement de la crise en changeant d’idée presque chaque jour. Pour le gel, contre le gel, annuler la hausse, la remplacer par une autre hausse différente, etc.. Et ça veut diriger le Québec?


Grève étudiante, ça sent la fin.

27/03/2012

Les étudiants sont en train de perdre la bataille dans laquelle ils s’étaient lancés.

Elle était perdue d’avance. Ils ne pouvaient pas gagner parce qu’ils ont l’air de bébés gâtés. Ils payent déjà le moins cher en Amérique du Nord et même après la hause au complet (dans 5 ans) ils vont encore payer moins que la moyenne. Pire encore, ceux qui sont dans la rue, ils ne paieront jamais la hausse totale, à moins qu’ils aient l’intention de passer plus de 5 ans encore sur les banc d’école. Ils disent faire ça « pour les autres »

En plus, oser demander aux contribuables de payer plus d’impôts pour satisfaire les demandes des étudiants n’est pas acceptable quand le contribuable Québécois est déjà le plus taxé en Amérique du Nord. Donc ils se sont mis à dos une bonne partie de la population, tel que le montrent les récents sondages (39 % des Québécois appuient les étudiants, contre 53 %). Et les actions violentes ont permis de se mettre encore plus de monde à dos.

Et leur porte parole prétentieux, qui a lui étudié à l’école privée à grand frais, n’a aucune crédibilité. Quand on lui demandait pourquoi les étudiants manifestaient cagoulés, il répondait qu’il faisait froid. Un vrai futur syndicaliste! Même avec les sondages qui montrent que l’appui baisse, il dit toujours qu’ils sont sur le point de gagner…

Et les étudiants commencent à se rendre compte qu’ils vont devoir être en classe jusque juillet si ça continue trop loin, et aussi perdre leur emploi d’été puisque « non disponibles ». Seul les fils à papa riches peuvent se permettre de payer du loyer plus longtemps et de perdre leur emploi d’été. Les étudiants qui ont vraiment un budget serré, eux ont besoin de ces emplois d’été et c’est eux qui seront pénalisés le plus.

Alors la petite ouverture que Charest à fait en disant qu’il pourrait « peut-être » bonifier les prêts et bourses (les contribuables paient déjà 500 millions en bourses par an) servira aux étudiants qui hésitaient de voter pour le retour en classe, et une fois que ce sera fait les leaders syndic.. heu, étudiants vont tenter de sauver la face en disant qu’ils ont « fait plier le gouvernement ». Pourtant cette proposition de bonification Charest l’avait déjà proposé précédemment.

Donc finalement, ils auront perdus bien plus qu’ils n’auront gagné. Leurs chance d’avoir plus sont très minces, même s’ils continuent la grève. A Long terme, plus ils continuent, moins ils auront l’appui de la population.


Grève étudiante

08/03/2012

Les étudiants font la « grève » et bloquent l’accès au Cégep. Ils étaient un petit groupe et se tenaient serré pour que la caméra de la télévision donne l’impression qu’ils étaient beaucoup.

Surtout, comment peuvent-ils faire la « grève » quand ils ne sont pas employés, salariés, n’ont pas de convention, donc pas syndiqués. Ils sont des CLIENTS. Un client peut décider de boycottter une entreprise ou un service, pas faire la grève.

La définition d’une grève, (selon Wikipédia):

Une action collective consistant en une cessation concertée du travail par les salariés d’une entreprise, d’un secteur économique, d’une catégorie professionnelle ou par extension de toute autre personne productive, souvent à l’initiative de syndicats. Cette action vise à appuyer les revendications des salariés en faisant pression sur les supérieurs hiérarchiques ou l’employeur (chef d’entreprise ou patron), par la perte de production que la cessation de travail entraîne. Il s’agit d’une épreuve de force : le gréviste n’est pas rémunéré alors que l’entreprise ne produit plus et perd de l’argent.

Pourtant le représentant du syndicat des profs a dit qu’ils n’allaient pas franchir une ligne de piquetage, parce que c’est un signe de respect « entre syndicats »

Quand est-ce qu’un gouvernement aura les couilles de refuser aux étudiants un droit de grève puisque c’en est pas une. Ils sont les clients du système, qu’ils manifestent, qu’ils fassent de la propagande, qu’ils boycottent, (ceux qui veulent aller aux cours peuvent y aller), mais ils ne peuvent pas avoir les droits qui viennent avec une grève, comme bloquer l’accès avec une ligne de piquetage.

Aussi avec quel argent ils ont payé un gros camion pour venir mettre une montagne de neige dans l’entrée du Cégep, et qui va payer pour l’enlever après?

mise-à-jour: On me précise que le camion et son chargement a été en partie subventionné par un entrepreneur (je ne sais pas combien ça a coûté par contre), et que les étudiants ont enlevé eux-même la montagne de neige à la pelle.


Grève et manifestation étudiante

11/11/2011


Depuis hier, les étudiants font la grève dans plusieurs cégep et université, et ont participé à une grosse manifestation à Québec et Montréal.

Le but de tout ça? Protester contre le hausse des droits de scolarité. Le gouvernement à décider de les hausser d’environ 300$ par an, pendant 5 ans. Donc dans 5 ans, il en coûtera 1600$ de plus pour étudier.

Pourtant, les droits de scolarité au Québec sont les plus bas au Canada, probablement même en Amérique du nord. Il en coûte environ 2500$ pour étudier au Quévec, alors qu’il en coûte plus de 6000$ en Ontario. Même avec la hausse annoncé, le Québec ne rejoindrais même pas la moyenne Canadienne.

L’argument des étudiant? Ils n’auront plus les moyens d’étudier et devront lâcher leur études… Cet argument est ridicule pour plusieurs raisons:

Premièrement, les statistiques montrent le contraire. Là ou les droits de scolarité sont plus élevés, le taux de diplômation est plus élevé. Simplement parce que quand tu payes pour quelque chose, tu fais plus attention. Quand c’est gratuit, ça n’a pas de valeur et les étudiants professionnels qui trainent sur les banc d’école jusqu’à 35 ans se multiplient.

Deuxièmement leur argument est mauvais parce que les étudiant actuels ne payeront pas 1600$ de plus par an. A moins qu’ils n’aient l’intention d’obtenir leur diplôme en plus de 5 ans. Ils vont payer 300$ de plus la première année, 600$ de plus la 2e etc…

Troisièmement, qui serait assez CAVE pour abandonner ses études en médecine et aller faire carrière chez Wal-Mart, simplement parce que ça coûter un peu plus cher pour étudier? Ils sont prêts à s’endetter pour s’acheter une voiture, un ordinateur et autres gadgets, mais ils ne sont pas prêts à payer pour leur avenir?

Quatrièmement, la majorité des étudiants ont les moyens, ils sont capable de s’acheter plus de choses que j’en ai les moyens moi-même, et ils sont plus souvent au resto et dans les bars que je ne peut me le permettre. Ceux qui sont vraiment démunis reçoivent des bourses, et ils sont probablement ceux qui travaillent le plus et qui sont le plus conscients qu’ils sont en train d’investir pour leur avenir.

Je suis passé par là dans le passé. Les grèves étudiantes n’ont jamais rien donné, prétexte à des partys ou à aller à la chasse. Les associations étudiantes sont des camps d’entrainement pour futurs syndicaleux. Manipulation, intimidation, tout y était. Parfois, les grèves étaient orchestrées par les grands syndicats qui utilisent les étudiants comme pression sur le gouvernement pour servir leurs propres intérêts.

Ce matin, il n’y avait personne au piquet de grève devant le Cégep, la pluie avait fait fuir les étudiants qui sont restés couchés. Pourtant, le cégep est resté fermé par « solidarité ». Ah! ces étudiants, ils vont avoir de l’avenir à la FTQ!


Grèves dans les garderies en milieu familial

28/10/2010

Dans mon temps, et je ne suis pas si vieux que ça, on se faisait garder chez la voisine, et c’était le cas de la plupart des gens de mon âge. La gardienne n’était pas diplômée, ni syndiquée. Elle faisait ça pour arrondir ses fins de mois. On y était bien, et on s’en est bien sortis.

Déjà que l’idée des CPE est ridicule et coûteuse, avec ses gardiennes diplômées, syndiquées et à gros salaire pour une job qui ne devrait même pas demander de diplôme, voilà en plus que les garderies en milieu familial, qui devraient pourtant être des gens qui travaillent à leur compte, sont syndiquées et en plus font la grève. Elles réclament de l’argent au gouvernement!

Fermez-moi ça au plus sacrant, et revenez au garderies privées. Ça couterais moins cher aux contribuables, les CPE étant un gouffre financier, et on cesserait les subventions aux garderies en milieu familial. Revenez comme avant, laissez le libre-marché s’appliquer, il y aura des garderies à divers tarifs, dépendant de ce que les parents veulent payer. Ces frais seraient déductibles d’impôts, comme avant, donc pour la majorité des parents ça coûterait pas plus cher.

Dossier réglé.

Excellente caricature de Ygreck sur le sujet: