Attentats aux enveloppes

06/06/2012

Des enveloppes contenants des substances douteuses ont été envoyées à plusieurs endroits en même temps, à Montréal, Québec et Sherbrooke. Ce qui a mis en branle un protocole de sécurité, incluant la mise en quarantaine des gens présents et la mobilisation d’ambulances qui auraient du être en train de répondre à d’autres appels.

Les endroits ciblées sont:
-Les bureaux de Loto-Québec
-Les bureaux de la Conférence des recteurs
-La tour Quebecor
-L’édifice du réseau TVA
-L’édifice de La Presse
-Le conseil du Patronat
-Radio-Pirate
-Le bureau de Pierre Arcand
-Le bureau de Gerry Sklavounos
-Le bureau de Jean Charest
-Le bureau de Michelle Courchesne
-Le Bureau de Jean-Marc Fournier
-Le bureau de Christine St-Pierre
-Le bureau de Monique Gagnon-Tremblay
-Le bureau de Yves Bolduc

Difficile de ne pas faire de lien avec le conflit étudiant.

Même s’il semble qu’il ne s’agit que de bicarbonate de soude qui a été envoyé, il s’agit quand même d’un acte terroriste.

Le but du terrorisme est d’induire un état de peur et d’insécurité. Les gens qui ont été ciblés sont en droit de craindre un prochain envoi, qui pourrait être plus dangereux. Plusieurs personnes ont toutefois eu « une peur atroce », relate Yannick Ouimet, du SPVM.

Cette crainte de manifestations violentes et d’attentats dans le métro (briques sur les rails et bombes fumigènes) avait déjà commencé à avoir un effet négatif sur le tourisme et sur l’état d’esprit des citoyens. Cette nouvelle attaque ne va qu’empirer les choses.

Qu’importe la cause, qu’elle soit légitime ou pas, la violence et le terrorisme n’ont pas leur place en démocratie.

Il faut mettre un terme à ces menaces, violence, intimidation et maintenant attentats terroristes. On ne peut pas céder devant ça. Le gouvernement devrait rompre les liens avec les étudiants et imposer la hausse originale. Les étudiants ont voulu aller trop loin et ils doivent en payer le prix, qui n’est pas si élevé que ça financièrement. Si les coupables sont arrêtés et qu’ils sont des étudiants, le vrai prix qu’ils doivent payer c’est perdre la face pour avoir utilisé des moyens inacceptables dans leur lutte. Aux prochaines élections, ils vont se le faire douloureusement rappeler. La population ne veut pas d’une révolution communiste, et n’accepte pas la violence, encore moins pour des raisons aussi futiles que 50 cents par jour d’augmentation. On a des problèmes bien plus criants et plus importants que ça au Québec. L’argent serait mieux utilisé pour rembourser notre énorme dette, en santé ou pour aider les personnes âgées, au lieu d’en donner plus à une classe déjà privilégiée: les étudiants.

Ce qui me décourage le plus, c’est de voir sur les réseaux sociaux des centaines de personnes essayer de dire que ce sont les libéraux qui ont organisé ça pour justifier les lois plus sévères. Ils disaient la même chose lors des attentats à la bombe fumigène dans le métro, et pourtant c’était des étudiants ex-membres de la CLASSE, proche de groupes anarchistes qui avaient fait ça. Ca ne les empêche pas de répandre encore leurs théories conspirationnistes qui ne font que montrer à quel point ils sont aveuglés par la haine.

«La haine comme facteur de lutte, la haine intransigeante envers l’ennemi, qui pousse au-delà des limitations naturelles de l’être humain et le transforme en une efficace, violente, sélective et froide machine meurtrière».

-Che Guevara

Les révolutions socialistes commencent avec de belles paroles, mais se terminent dans la violence.


Déja-vu

25/05/2012

Commentaire de l’auteur montréalaise Zhimei Zhang, qui a connnu la révolution culturelle chinoise:

Les carrés rouges lui rappellent les bandeaux rouges des gardes révolutionnaires de l’époque.

Quelques extraits:

-It seems to me that the Quebec student protesters are abusing democracy and freedom, which are the rights of every citizen, not just the protesters. This reminds me so much of the 10 disastrous years of the Cultural Revolution in China (1966 to 1976) when students went amok, ignoring all authorities, infringing on the basic survival rights of people, smashing everything they could put their hands on and shouting with inflated arrogance: “What is law? I am law!” The loss was beyond restitution and the damage irreparable.

-I can’t help but make this comparison because I see so many similarities in the students’ behaviour. The red squares pinned on their chests are for me alarming echoes of the red armbands worn by the Chinese Red Guards, the vanguard of all destruction. Democracy is meaningless if you are depriving other people of their rights while asserting your own. If we start to defy all rules and laws, then we have anarchy.

I was glad that I hadn’t seen any Chinese faces in the marching crowd. I don’t think Chinese parents would encourage their children to participate in such activities. I wouldn’t. It is well known that Quebec’s university tuition fee is the lowest in Canada. It is not even a 10th of Princeton University’s tuition.

Do you know that getting into good universities in China has become a luxury for average families? In addition to paying tuition plus living expenses, a huge burden already for parents, the Chinese have to give handsome bribes to teachers and school authorities to compete with their peers for the limited number of places available. Chinese families feel so blessed to have their children studying in Canada and getting a good education.

I agree with Josh Freed, who said in his weekend column: “We see Quebec’s higher new tuition rates as still being more of a bargain than a burden.”

Why can’t Quebec students see this? Unless there are other political motives behind the movement that cannot be revealed.

http://www.montrealgazette.com/news/Social+unrest+violence+serve+stark+reminders+past+life+China/6667513/story.html


Ca n’a plus rien à voir avec la hausse….

22/05/2012

Dès de départ, des groupes d’intérêts s’étaient greffés à ce mouvement.

L’alliance sociale, soit les grands syndicats étaient là dès le départ. L’alliance sociale fait la guerre au gouvernement Charest depuis son élection en 2003. Ils ont sautés sur l’occasion pour continuer à taper sur le clou. Ils ont largement financé, conseillé, appuyé le mouvement étudiant. Ils n’ont pas digéré que Charest a essayé de réformer les syndicats, et encore moins la loi 33 sur le placement syndical. En plus ça leur permet de détourner l’attention que les grands syndicats sont les principaux visés dans le scandale de la corruption dans la construction.

Les péquistes séparatistes, qui pensent qu’en tapant assez fort sur Charest, ils vont favoriser l’élection de Marois. Mauvaise nouvelle pour vous, personne ne veut de Marois non plus, et elle s’est tirée dans le pied en pensant s’attirer des votes en imposant le port du carré rouge à tous les députés. Elle passe pour une molasse qui aurait cédé à la violence et tout donné aux étudiants.

Le mouvement Occupy, anti-capitaliste, communiste, marxiste, dont le but est de renverser le gouvernement et le remplacer par un gouvernement socialiste. En fait, il s’agit en bonne partie des mêmes personnes qui sont dans les manifs actuelles. Encore une fois, il avait été démontré que les syndicats finançaient ce mouvement. Amir Khadir, de Québec Solitaire, extrême gauche tendance communiste, appuie le mouvement pour ces raisons. Il avait parainné une pétition pour la démission de Jean Charest il n’y a pas si longtemps, avant même la hausse. La CLASSE quand à elle a des liens rapprochés avec l’Union Communiste Libertaire.

Les anarchistes, dont le but est également de renverser le gouvernement, mais pour tomber dans un état sans loi. Ce sont les plus violents et ils profitent de chaque occasion, comme la manifestation annuelle « pour la violence envers les policiers ». Pour eux, la manif c’est un sport extrême, une occasion d’avoir une passe « gratis » pour agresser les policiers sans trop de chances de se faire arrêter.

Les Éco-anarchistes, parmis les moins connus, on en a vu à quelques reprises avec leur drapeau vert et noir. Ce sont des anti-civilisation. Ils souhaitent le retour à l’âge de pierre, pour « sauver la planète ».

Toute la ribambelle des « anti-touttes« . Depuis quelques années, il n’y a pas un manifestation sans qu’on y voit des pancartes anti-Port-méthanier, anti-gaz de schiste, anti-fracturation, anti-pétrole, anti-éoliennes, anti-barrage, donc anti-« toutte ». Ils se servent de ce mouvement pour continuer leur propagande anti-développement.

Ceux qui martèlent chaque jour que le gouvernement est « corrompu » sans aucune preuve. Le seul ministre reconnu corrompu est Tomassi, qui a utilisé une carte de crédit fournie par un ami en retour de faveurs. De là à dire que tout le gouvernement est corrompu….

Les artistes en manque d’attention, qui se greffent à ce mouvement pour avoir l’air « cool » auprès des jeunes (qui sont les plus grands consommateurs de musique et de spectacles), pour faire parler d’eux dans le cas des « has-been » ou bien se faire connaitre pour les moins connus. Ou simplement ils utilisent leur notoriété pour appuyer l’une des causes ci-dessus (séparation, communisme) en démonisant Charest, qui ne les représente pas.

Tout ces gens n’ont pas avantage à ce que le conflit de règle. Durant tout ce temps, ils continuent à avoir de la visibilité. Pendant ce temps ce sont les étudiants qui sont emphêchés d’aller à leur cours qui sont pénalisés.

Si ça avait été un gouvernement péquiste au pouvoir, jamais les syndicats, les séparatistes ou les artistes ne s’en seraient mêlés. D’un autre côté, Marois leur aurait tout donné ce qu’ils veulent.

Maintenant, la nouvelle excuse c’est la loi 78, la loi que Charest a passé pour que les étudiants puissent compléter leurs cours et limiter les débordement et le vandalisme dans les manifestations. Selon eux cette loi est inacceptable et Charest est un dictateur! (certains ne savent pas c’est quoi un dictateur)

Selon Joseph Facal, ex-ministre péquiste, la loi 78 :

« est moins raide que la loi spéciale à l’encontre des infirmières en grève illégale (une vraie grève celle-là) en 1999. Je le sais, j’y étais. »

Et tant qu’à parler d’être « anti-démocratique », que dire des péquistes qui ont forcé les fusions municipales, malgré des référendums populaires qui étaient majoritairement contre?

La loi 78 n’empêche pas les manifestations, elle ne fait que les encadrer, met des pénalités plus sévères à ceux qui font du saccage, encouragent la violence, ou veulent empêcher les étudiants d’aller à leurs cours. On est loin de la dictature, puisque dans la plupart des villes occidentales, des lois semblables, et même plus sévères existent.

La loi 78 oblige notamment tout groupe de plus de 50 manifestants faire connaître leur itinéraire aux policiers huit heures à l’avance, sous peine d’amendes, et n’exige pas l’obtention d’un permis, contrairement à d’autres endroits :

-En France, un permis est nécessaire, les contrevenants encourant une peine de six mois de prison et une amende de 7500 euros (environ 9800 $). A Paris, les manifestants doivent donner 20 jours d’avis;
-A New York, les groupes de plus de 20 personnes doivent obtenir un permis et donner cinq jours d’avis;
-A Londres, l’avis de manifester doit être transmis six jours l’avance;
-A Genève, en Suisse, les manifestants doivent faire part de leurs intentions 30 jours à l’avance;
-A Toronto, les autorités suggèrent de les aviser deux à trois semaines avant une manifestation, mais aucune amende n’est prévue.

Alors la loi 78 n’est pas anti-démocratique, n’est pas si radicale que ça et en plus elle est temporaire, c’est à dire que dans un an, elle ne sera plus en effet.

Pour ceux qui chialent sans avoir lu, voici un lien pour lire ce qu’est vraiment la loi 78


Alors ça n’a plus rien à voir avec la hausse des frais de scolarité, qui sont les plus bas au Canada, (même après la hausse complétée dans 7 ans).

Ça n’a rien à voir avec l’accessibilité non plus, puisque les améliorations aux régimes de prêts et bourses proposées par Charest sont plus avantageuses que le statu-quo pour la classe la plus démunie ET la classe moyenne. Seuls les mieux nantis paieraient plus. De toute façon des études ont démontré qu’ailleurs, là où les frais sont plus élevés, le taux de diplômés est plus élevé aussi, alors c’est un faux débat.

Il s’agit juste d’un exutoire pour toute sortes de groupes qui veulent se faire entendre ou nuire aux libéraux. Si demain une entente était signée, je suis prêt à parier que les manifestations continueraient avec une nouvelle excuse.

Mais le résultat n’est pas celui qu’ils pensent, beaucoup de gens qui ne pensaient pas voter pour Charest aux prochaines élections, y pensent sérieusement, moi compris, parce que c’est le seul qui se tient debout face à la violence et l’anarchisme. Legault a perdu une belle occasion de se faire du capital politique.


Fil de discussion libre: Loi spéciale

16/05/2012

Je n’ai pas encore assez de renseignements sur la loi spéciale pour me faire un avis bien documenté et les informations vont suivre dans les prochaines heures. Je n’aurai pas le temps d’écrire un billet parce que je serai occupé, alors voici un fil de discussion libre sur le sujet, au fur et à mesure que les détails seront publiés.


(en référence à: http://tvanouvelles.ca/lcn/lebuzz/archives/2012/05/20120516-100421.html )

Que pensez-vous de la loi spéciale, trop dure, pas assez dure, aurait-on dû annuler les sessions, forcer le respect des injonctions?


Démission de Line Beauchamp

15/05/2012

A l’annonce de la démission, certains célébraient.

Ce qu’ils n’ont pas compris, c’est que ça signifie un durcissement de la part du gouvernement. Attendez-vous à voir des sessions annulées et des injonctions respectées avec l’appui de la police.

Line Beauchamp était trop conciliante, comme une bonne maman, et les enfants-rois ont abusé. Ils ont voulu aller trop loin et se sont laissé infiltrer par des groupes de pression avec des intérêts autres.

La récréation est terminée. Les étudiants n’ont que deux choix possibles, signer l’entente ou faire face aux conséquences.


Définition de terrorisme

13/05/2012

Les resposables de l’attentat dans le métro seront accusés, entre autres, d’avoir incité à craindre des activités terroristes. C’est un type d’accusation très rarement utilisé, pour lequel les accusés encourent jusqu’à 5 ans de prison. Contrairement à ce qu’on peut penser, c’est l’accusation la moins pire. Les autres accusations auxquelles ils font face peuvent donner jusqu’à 10 ans de prison. La différence, c’est que dans le cas d’accusation de terrorisme, il n’y a pas de sursis possible. Par exemple, si jamais ils recoivent 3 ans, et bien c’est 3 ans ferme.

Ceux qui sont dans le camps des rouges et certains journalistes disent que ces accusations de terrorisme sont exagérées, que ce n’est pas du terrorisme. François Avard, un autre artiste qui nous partage sa « sagesse », ose même comparer cet attentat à de l’action humanitaire… faut le faire.. (source)


Et bien regardons ensemble différentes définitions de terrorisme:

Idéologie, mais surtout ensemble d’actes violents et illégaux commis avec l’objectif de provoquer un climat de terreur au sein de l’opinion publique ou d’ébranler la force d’un gouvernement ou d’un groupe. (Perspectives Monde)

Le terrorisme désigne soit des actes violents – sabotages, attentats, assassinats, prises d’otages… – commis pour des motifs politiques par des individus isolés ou organisés, soit un régime de violence créé et utilisé par un gouvernement qui cherche à conserver le pouvoir face à des ennemis intérieurs ou extérieurs. (Encyclopédie Hachette)

…une politique ayant pour but de frapper de terreur ceux contre laquelle elle est adoptée; l’emploi de méthodes d’intimidation; le fait de terroriser ou la condition d’être terrorisé. » (Oxford English Dictionnary)

L’utilisation ou menace d’utilisation illégale de la force ou de la violence par une personne ou un groupe organisé contre des personnes ou des biens avec l’intention d’intimider ou de forcer des sociétés ou des gouvernements, souvent pour des raisons idéologiques ou politiques. » (American Heritage Dictionary)

Un mode de gouvernement, ou de s’opposer au gouvernement, par l’intimidation (webster dictionnary)

…ensemble des actes de violence, des attentats, des prises d’otage civils qu’une organisation politique commet pour impressionner un pays (le sien ou celui d’un autre) (Petit Robert)

Ensemble d’actes de violence (attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation ou un groupe d’individus, agissant pour son propre compte ou pour celui d’un État, en vue de créer un climat d’insécurité, d’exercer un chantage sur un gouvernement ou une organisation internationale, afin de satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système. (Larousse)

Donc l’acte commis dans le métro correspond bien à la définition de terrorisme. Le but étant de faire peur et d’instituer un climat d’insécurité dans la population, afin d’intimider ou forcer la main d’un du gouvernement.

S’il y avait eu des morts (par exemple, crise d’asthme ou cardiaque à cause de la panique et des gaz), les accusations auraient été plus graves et la sentence aurait été la prison à perpétuité, sans possibilité de libération.

Sur le site du groupe Force étudiante Critique, dont fait partie une des accusées, ils avaient publié un texte menacant envers les médias, et s’étaient dit «très heureux» de l’effet de peur qu’aurait supposément causé leur texte chez les employés d’entreprises de presse. L’auteur ajoute que malgré le ton de son message, il n’appelait pas à la violence. (Source pour la citation)

Notez bien ici le terme « effet de peur« . C’est exactement de ça qu’il vont être accusées. Soyez certain que dorénavant, ce groupe sera surveillé de très près par les services secrets.

Pour une rare fois, je vais féliciter Amir Khadir. Il a dit que ce n’est pas de la désobéissance civile, c’est un acte criminel qui «perturbe la vie de milliers de citoyens» et «sème un climat de peur et d’appréhension».
Selon lui, ce crime «porte atteinte au droit et à la sécurité». Et il «porte aussi gravement atteinte au droit de ceux veulent manifester pacifiquement et à la cause des étudiants». Bien sûr, les autres policitiens aussi disent ça, sauf que dans le cas de Khadir, c’est l’inverse de ce qu’il dit habituellement.

N’empêche, que déjà que la majorité de la population n’appuyait pas les étudiants, et bien avec ça ils vont avoir de moins en moins d’appuis.

p.s.: Au moment d’écrire ce billet, on apprend qu’il y a des négociations en cours, mais sans la CLASSE. Bravo!. C’est la seule façon d’arriver à une entente. La CLASSE est bien trop radicale et infiltrée par des mouvements archo-communistes dont les buts n’ont rien à voir avec la hausse.


Généralisation?

11/05/2012

Depuis le début des manifestations étudiantes, dès qu’il y a des actes de violence, on s’empresse de nous dire que c’est pas les étudiants qui font ça, c’est des « casseurs ». Les plus ridicules comme Amir Kadhir disent que ce sont des agents de la GRC qui le font pour faire mal paraître les étudiants.

Pourtant, ce sont des étudiants qui ont été arrêtés pour voie de faits sur un policer à Victoriaville, et on vient d’apprendre que ceux qui ont placé des bombes fumigènes dans le métro font partie d’un groupe extrémiste radical lié à la CLASSE.

On nous répond que ce sont des cas isolés, que ce ne sont que quelques individus et qu’il ne faut pas généraliser, les étudiants sont presque tous « pacifistes ».

Pourtant, dans les vidéos de Victoriaville, on voit des centaines de manifestants lancer une véritable pluie de bloc de bétons vers les policiers. Quelques individus?!

Et ce sont des même gens qui viennent nous dire que TOUS les politiciens sont des crosseurs, TOUS les libéraux sont corrompus, TOUS les syndicats travaillent avec la Mafia, TOUS les travailleurs de la construction sont des bandits, TOUS les carrés verts sont des libéraux, TOUS les étudiants contre la grèves sont des individualistes égoïstes.

Et vous venez me dire qu’il ne faut pas généraliser?