Le GIEC avouait dans son 3e rapport que le climat est impossible à prédire à long-terme

24/11/2015

“The climate system is a coupled non-linear chaotic system, and therefore the long-term prediction of future climate states is not possible.”
– IPCC TAR Chap 14, Exec Summary

Mais ça ne les empêche pas de continuer à faire des prédictions ridicules, même si toutes leurs prédictions précédentes ont toutes échouées.

Pour plus de détail sur ce qu’est un système chaotique non linéaire couplé:
http://wattsupwiththat.com/2015/11/23/chaos-climate-part-2-chaos-stability/


Le coût réel des politiques énergétiques et leur résultat

11/11/2015

L’industrie du réchauffement climatique coûte 1500 milliards par an (ajouter 100 milliards par an demandé par l’ONU à la conférence de Paris) pour moins de 5 centièmes de degré en 100 ans!

Donc un total de 160 000 000 000 000$ (160 000 milliards) sur 100 ans (si ces montant n’augmentent pas, ce qui serait surprenant d’ici 100 ans) pour une limite du réchauffement de 0,048 degrés. Argent qui fini dans les mains de profiteurs, politiciens et de l’ONU….

Ces valeurs ont été calculées par Björn Lomborg (Auteur de « The skeptical environmentalist » et du film « Cool it!« (Trailer) (Full movie)), La valeur « optimiste » est de 0,048C alors que la valeur « pessimiste » est de 0,17C.
Source:
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1758-5899.12295/full

Le plus ridicule c’est que la variabilité naturelle, les variations climatiques qui ont toujours lieu, sont beaucoup plus importants que le supposé impact humain, et donc rendent cet exercice complètement farfelu et inutile.

Selon des scientifiques qui étudient les cycles solaires, le CO2 n’aurait qu’un impact extrêmement limité et les variations du climat seraient principalement dues aux cycles solaires, et les prédictions faites sur les cycles solaires parlent de refroidissement. Alors cet argent est dilapidé pour rien du tout.

Durant les derniers 3000 ans, il y a eu des variations naturelles de près de 3 degrés. Sans catastrophe, sans apocalypse.

Et on essaye de vous faire peur avec un hypothétique 2 degrés dans 100 ans. D’ici là ceux qui vous auront imposé toutes ces taxes vertes et carbones auront bien profité de vous et seront morts depuis longtemps quand dans les faits, c’est un refroidissement qui aura eu lieu…

Voir à ce sujet:
https://crioux.wordpress.com/2015/02/04/cycles-climatiques/


Comment un environnementaliste gauchiste et végétarien est devenu sceptique

16/10/2015

Un gauchiste, environnementaliste et végétarien, le typique climato-alarmiste non? Et pourtant, celui-ci est devenu sceptique, parce qu’il a pris la peine de se renseigner au lieu d’accepter la propagande. Je vous invite fortement à cliquer sur le lien en bas, et suivre sa réflexion.

Voici un résumé de ce qu’il dit être des points de base de réflexion sur le sujet.

1- La météo n’est pas le climat. Il n’y a aucune étude qui montre un lien concluant entre le réchauffement climatique et l’augmentation de la fréquence des tempêtes, sécheresses, inondations, vagues de froid ou de chaleur.

2- La variabilité naturelle de la météo et du climat est immense. Ce que la majorité des gens appellent « réchauffement climatique » est naturel. La terre se réchauffe, pas rapidement, pas beaucoup, et pas depuis un certain temps. [pas depuis près de 20 ans]

3- Il y a un niveau très élevé d’incertitude a savoir comment le climat fonctionne. Les modèles climatiques sont malhabiles et imprécis, et les prédictions ne sont pas arrivées.

4- La recherche récente montre des fluctuations dans l’énergie provenant du soleil qui est en forte corrélation avec les changements de température de l’atmosphère de la terre, beaucoup mieux que les résultats basés sur le CO2.

5- Le CO2 n’a que peu d’impact. Touts les programmes de décarbonisation qu’on peut faire ne changeront pas grand chose au climat.

6- La « pollution carbone » n’existe pas. Le dioxyde de carbone sort présentement de votre nez; ce n’est pas un poison. Les concentrations en CO2 des ères précédentes étaient plusieurs fois plus élevés qu’elle ne le sont aujourd’hui.

7- Le niveau des mers continuera probablement à monter, naturellement et très lentement. Les chercheurs n’ont trouvé aucun lien entre le CO2 et le niveau de la mer.

8- L’arctique subit des variations naturelles aussi, avec certaines années plus chaudes que d’autres. Le nombre d’ours polaires est la la hausse, pas à la baisse. Principalement à cause de la baisse des permis de chasse.

9- Personne n’a pu montrer le moindre dommage aux récifs de corail ou système marin. Le CO2 additionnel émit par l’humain ne nuit pas aux océans, aux récifs de coraux, ou la vie marine. Les poissons sont en danger à cause des humains, qui les mangent.

10- le GIEC et autres organismes suivent un agenda politique et une campagne de relations publiques, pas une étude scientifique. Il y a énormément de tricherie sous la surface.

Pour en savoir plus sur son cheminement:

http://www.climatecurious.com/


Des informations qui changent tout sur le débat du climat.

05/10/2015

“Yes, CO2 has an effect, but it’s about a fifth or tenth of what the IPCC says it is. CO2 is not driving the climate; it caused less than 20 per cent of the global warming in the last few decades”.
[…]
“The model architecture was wrong,” he says. “Carbon dioxide causes only minor warming. The climate is largely driven by factors outside our control.”
[…]
There is another problem with the original climate model, which has been around since 1896.
While climate scientists have been predicting since the 1990s that changes in temperature would follow changes in carbon dioxide, the records over the past half million years show that not to be the case.
[…]
He predicts global temperatures, which have plateaued, will begin to cool significantly, beginning between 2017 and 2021. The cooling will be about 0.3C in the 2020s. Some scientists have even forecast a mini ice age in the 2030s.

Source: http://www.perthnow.com.au/news/opinion/miranda-devine-perth-electrical-engineers-discovery-will-change-climate-change-debate/story-fnhocuug-1227555674611


2015 année la plus chaude?

17/09/2015

Selon la plupart des médias qui rapportent cette « nouvelle », dont météomédia, 2015 et 2016 vont être des années records de chaleur….

Ils se fient sur les données « ajustées » du NOAA, un organisme gouvernemental qui a été reconnu pour avoir manipulé les données passées en « refroidissant » le passé et en réchauffant le présent, pour rendre le réchauffement climatique plus important qu’il ne l’est. Toute les données utilisés dans cet article viennent du NOAA, donc des données « ajustées » qui viennent de source thermométriques imprécises, alors que les données satellites plus précises les contredisent. Et quand on demane eua NOAA de publier leur méthodologie derrière ces « ajustements », ils refusent..
https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2015/09/17/noaa-refuse-to-publish-methodology-for-temperature-adjustments/
Exemples de manipulation du NOAA:
https://stevengoddard.wordpress.com/2014/06/23/noaanasa-dramatically-altered-us-temperatures-after-the-year-2000/
http://www.telegraph.co.uk/news/earth/environment/globalwarming/11395516/The-fiddling-with-temperature-data-is-the-biggest-science-scandal-ever.html
https://stevengoddard.wordpress.com/2015/09/04/noaanasa-biggest-fraud-in-science-history/
https://stevengoddard.wordpress.com/2015/07/27/mind-blowing-temperature-fraud-at-noaa/

Quand on parle de données thermométique imprécises, c’est parce que les thermomètres ne sont pas répartis partout sur le globe, ils sont surtout dans les pays développées, et quand il y en a ils sont en majorité dans des aéroports, entourés de béton et d’asphalte, ce qui fausse les données.
Exemples:





Donc les données provenant de ces stations météo sont faussées, et c’est sur ça qu’ils se fient pour annoncer ces records.

Ils osent même dire « La tendance au réchauffement est clairement établie depuis le début des années 2000. » »
Pourtant si on prend les données les plus précises disponibles, les données qui proviennent des satellites de la NASA, il n’y a aucun réchauffement depuis plus de 18 ans, et aucune année n’a battu 1998 (une année El Nino) comme année la plus chaude.

Comment font-ils pour arriver à ces « records »?
-Ignorer les données satellites, les plus précises et qui couvrent toute la surface du globe.
-Utiliser uniquement des données thermométriques imprécises qui ne couvrent qu’une faible supercifie de la planète.
-Faire de l’extrapolation pour les endroits qui ne sont pas couvert par les thermomètres.
-Utiliser les données « ajustées » du NOAA.
-Et arriver à un « record » qui se calcule dans les centièmes de degrés, avec une marge d’erreur dans les dixièmes.

En 2014, ils avaient dit que c’était « l’année la plus chaude de l’histoire ». Tous les médias avaient répété cette histoire ad nauseam. Pourtant dès le départ cette phrase est fausse.

Premièrement, l’histoire n’a pas commencé en 1880. Remarquez comment c’est cette date qu’ils prennent toujours comme référence. Comme par hasard, 1880, c’est la fin du « little ice age », une des périodes les plus froides depuis 8000 ans. Il est tout à fait normal qu’il y ait eu un léger réchauffement de 0,7 degré depuis 1880. Et il y a eu au moins 5 périodes plus chaudes qu’aujourd’hui depuis 8000 ans… (qui selon eux ne font pas partie de « l’histoire »)

Deuxièmement, ce « record » de 2014 était tellement improbable et plus faible que la marge d’erreur, que la NASA a fini par se rétracter et dire que les chances étaient seulement de 38% que 2014 ait été la plus chaude. Mais ça, les médias n’en ont pas parlé.
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2915061/Nasa-climate-scientists-said-2014-warmest-year-record-38-sure-right.html

Ils sont en train de faire la même chose avec 2015 et 2016.

Pourquoi ils répanderaient des faussetées?
Il ne s’agit pas de science, mais de politique. A l’approche de la conférence sur le climat de Paris, les politiciens et l’ONU font pression pour que les pays signent un accord contraignant et promettent de donner des centaines de milliards à l’ONU. Alors ils font de la propagande et les médias embarquent. Remarquez comment depuis quelques mois, tous les médias écrivent des article alarmistes à chaque semaine. Meteomédia ne fait pas exception.
Il a même été exposé ici que l’ONU donnerait de l’argent à des médias pour qu’ils propagent des articles alarmistes.
http://www.investigatemagazine.co.nz/Investigate/17255/un-and-oxfam-caught-bribing-journalists-to-write-climate-change-scare-stories/
Mais certain journalistes n’ont pas besoin d’être payés, ils sont tellement convaincus qu’ils ne se gênent même pas pour publier en masse de propagande réchauffiste.

Oui, nous somme une année El Nino, et il est probable que ça cause un petit réchauffement pour cette année. C’est pas certain non plus, El Nino est un phénomène complexe et mal compris. Il y a eu des années El Nino sans aucun réchauffement mesurable. Même si arrive, ça risque d’être seulement pour cette année et redescendre ensuite. Mais la conférence de Paris, c’est cette année. Une fois l’accord signé, même si la température se met à descendre dramatiquement, les pays signataires seront quand même obligés de donner des milliards à l’ONU pour « combattre le réchauffement » qui n’existe plus depuis 18 ans. C’est pas pour rien qu’ils sont si pressé de signer cet accord.

Dans l’article de météomédia, ils tentent de minimiser la signification de la « pause », le fait qu’il n’y a plus de réchauffement depuis 18 ans. Pourtant c’est extrèmement significatif, puisque ça contredit les prédictions basées sur les modèles climatiques. Selon ces modèles, la température aurait du monter en flèche, mais ça n’arrive pas. Ça ne peut signifier qu’une chose: les modèles sont faux. Et c’est pourtant sur les prédictions de ces modèles que l’ONU se base pour demander 100 milliards par an.
http://www.un.org/fr/climatechange/financing.shtml

Voici la différence entre ce que les modèles prédisent, et les observations réelles (points et carrés en bas)

Aussi ils ajoutent
« En moyenne, la température océanique et terrestre devrait augmenter d’environ 0,06 °C par décennie depuis 1880. Mais depuis 1970, cette augmentation moyenne s’accélère et est passée à 0,16 °C par décennie. »

Ils tentent de faire croire indirectement que la hausse de température mesurée serait causée par l’humain, ce qui n’est pas le cas. La hausse depuis 1880 est le simple retour à la normale suite au Little Ice Age, qui est un cycle naturel (cycle solaire), tel que démontré sur le graphique plus haut. Il y a d’autres cycles naturels qui font varier les température, (cycles solaires et océaniques) qui ont fait varier les température durant tout le 20e siecle. Dans les années 30, il y a eu des hautes températures et des sécheresses. Puis de 1940 à 1970, il y a eu un refroidissement. Ensuite de 1975 à 1998, un réchauffement. Et depuis plus rien, un plateau, la « pause » ou le Hiatus » comme le GIEC préfère l’appeler. Si ça avait été la faute de l’activité humaine, c’est depuis 1940 (boom indsutriel d’après guerre) que la température aurait dû monter en flèche, en corrélation avec le CO2 émit par l’humain. Ce n’est pas du tout ça qui est arrivé.

En plus ils disent:
« La conséquence sous-jacente de la hausse constante des températures sur Terre est l’augmentation des phénomènes extrêmes, tels que les épisodes de chaleur intense, de sécheresse, mais aussi de précipitations. »
-Hausse constante? C’est faux, tel que démontré par les données satellites UHA et RSS (voir plus haut)
Augmentation des phénomènes extrèmes? c’est faux aussi, il y a même moins d’ouragans et ils sont plus faibles depuis au moins 10 ans, du jamais vu. Ca fait 10 ans que la Floride n’a pas été touché par un ouragan.
http://www.livescience.com/50704-hurricane-drought.html
-Et ils osent dire dans la même phrase que ça va faire plus de sécheresses, mais aussi plus de pluies?! Et personne n’allume?

Ce sont des cycles naturels tout simplement, il faut s’adapter, comme l’ont fait nos ancêtres depuis des millénaires. L’humain ne contrôle pas le climat, et il ne pourra rien faire contre la période froide qui s’en vient non plus. (Tel que discuté dans les billets précédents)

Ce genre d’article dans les médias, contraire à la science et aux observations fait partie d’un effort de propagande de l’ONU pour faire accepter un éventuel accord de Paris sur le climat. En effet si ce sont juste des cycles naturels, comment l’ONU et les gouvernements pourraient justifier de nous taxer et nous contrôler?

Source:
http://www.meteomedia.com/nouvelles/articles/terre–de-record-en-record-jusquen-2016/57232/


Citations d’experts du GIEC

19/08/2015

Voici 50 citations d’experts qui ont travaillé pour le GIEC. Le GIEC utilise des experts pour reviser leur documents, mais souvent ingnorent les recommandations de ces experts quand ça ne correspond pas à ce qu’ils veulent entendre.

1. Dr Robert Balling: “The IPCC notes that “No significant acceleration in the rate of sea level rise during the 20th century has been detected.” (This did not appear in the IPCC Summary for Policymakers).

2. Dr. Lucka Bogataj: “Rising levels of airborne carbon dioxide don’t cause global temperatures to rise…. temperature changed first and some 700 years later a change in aerial content of carbon dioxide followed.”

3. Dr John Christy: Little known to the public is the fact that most of the scientists involved with the IPCC do not agree that global warming is occurring. Its findings have been consistently misrepresented and/or politicized with each succeeding report.”

4. Dr Rosa Compagnucci: “Humans have only contributed a few tenths of a degree to warming on Earth. Solar activity is a key driver of climate.”

5. Dr Richard Courtney:The empirical evidence strongly indicates that the anthropogenic global warming hypothesis is wrong.

6. Dr Judith Curry: “I’m not going to just spout off and endorse the IPCC because I don’t have confidence in the process.”

7. Dr Robert Davis: “Global temperatures have not been changing as state of the art climate models predicted they would. Not a single mention of satellite temperature observations appears in the (IPCC) Summary for Policymakers.”

8. Dr Willem de Lange: In 1996, the IPCC listed me as one of approximately 3,000 “scientists” who agreed that there was a discernable human influence on climate. I didn’t. There is no evidence to support the hypothesis that runaway catastrophic climate change is due to human activities.”

9. Dr Chris de Freitas: “Government decision-makers should have heard by now that the basis for the longstanding claim that carbon dioxide is a major driver of global climate is being questioned; along with it the hitherto assumed need for costly measures to restrict carbon dioxide emissions. If they have not heard, it is because of the din of global warming hysteria that relies on the logical fallacy of ‘argument from ignorance’ and predictions of computer models.”

10. Dr Oliver Frauenfeld: “Much more progress is necessary regarding our current understanding of climate and our abilities to model it.”

11. Dr Peter Dietze: “Using a flawed eddy diffusion model, the IPCC has grossly underestimated the future oceanic carbon dioxide uptake.”

12. Dr John Everett: “It is time for a reality check. The oceans and coastal zones have been far warmer and colder than is projected in the present scenarios of climate change. I have reviewed the IPCC and more recent scientific literature and believe that there is not a problem with increased acidification, even up to the unlikely levels in the most-used IPCC scenarios.”

13. Dr Eigil Friis-Christensen:The IPCC refused to consider the sun’s effect on the Earth’s climate as a topic worthy of investigation. The IPCC conceived its task only as investigating potential human causes of climate change.”

14. Dr Lee Gerhard: “I never fully accepted or denied the anthropogenic global warming (AGW) concept until the furor started after [NASA’s James] Hansen’s wild claims in the late 1980’s. I went to the [scientific] literature to study the basis of the claim, starting at first principles. My studies then led me to believe that the claims were false.”

15. Dr Indur Goklany: “Climate change is unlikely to be the world’s most important environmental problem of the 21st century. There is no signal in the mortality data to indicate increases in the overall frequencies or severities of extreme weather events, despite large increases in the population at risk.”

16. Dr Vincent Gray: “The (IPCC) climate change statement is an orchestrated litany of lies.”

17. Dr Kenneth Green: “We can expect the climate crisis industry to grow increasingly shrill, and increasingly hostile toward anyone who questions their authority.”

18. Dr Mike Hulme: “Claims such as ‘2,500 of the world’s leading scientists have reached a consensus that human activities are having a significant influence on the climate’ are disingenuous … The actual number of scientists who backed that claim was “only a few dozen.

19. Dr Kiminori Itoh: “There are many factors which cause climate change. Considering only greenhouse gases is nonsense and harmful. When people know what the truth is they will feel deceived by science and scientists.

20. Dr Yuri Izrael: There is no proven link between human activity and global warming. I think the panic over global warming is totally unjustified. There is no serious threat to the climate.”

21. Dr Steven Japar: “Temperature measurements show that the climate model-predicted mid-troposphere hot zone is non-existent. This is more than sufficient to invalidate global climate models and projections made with them.”

22. Dr Georg Kaser: “This number (of receding glaciers reported by the IPCC) is not just a little bit wrong, but far out of any order of magnitude … It is so wrong that it is not even worth discussing,”

23. Dr Aynsley Kellow: “I’m not holding my breath for criticism to be taken on board, which underscores a fault in the whole peer review process for the IPCC: there is no chance of a chapter [of the IPCC report] ever being rejected for publication, no matter how flawed it might be.”

24. Dr Madhav Khandekar: “I have carefully analysed adverse impacts of climate change as projected by the IPCC and have discounted these claims as exaggerated and lacking any supporting evidence.”

25. Dr Hans Labohm: “The alarmist passages in the (IPCC) Summary for Policymakers have been skewed through an elaborate and sophisticated process of spin-doctoring.”

26. Dr. Andrew Lacis: “There is no scientific merit to be found in the Executive Summary. The presentation sounds like something put together by Greenpeace activists and their legal department.”

27. Dr Chris Landsea: I cannot in good faith continue to contribute to a process that I view as both being motivated by pre-conceived agendas and being scientifically unsound.”

28. Dr Richard Lindzen: The IPCC process is driven by politics rather than science. It uses summaries to misrepresent what scientists say and exploits public ignorance.

29. Dr Harry Lins: “Surface temperature changes over the past century have been episodic and modest and there has been no net global warming for over a decade now. The case for alarm regarding climate change is grossly overstated.”

30. Dr Philip Lloyd: “I am doing a detailed assessment of the IPCC reports and the Summaries for Policy Makers, identifying the way in which the Summaries have distorted the science. I have found examples of a summary saying precisely the opposite of what the scientists said.”

31. Dr Martin Manning: “Some government delegates influencing the IPCC Summary for Policymakers misrepresent or contradict the lead authors.”

32. Stephen McIntyre: “The many references in the popular media to a “consensus of thousands of scientists” are both a great exaggeration and also misleading.”

33. Dr Patrick Michaels: “The rates of warming, on multiple time scales have now invalidated the suite of IPCC climate models. No, the science is not settled.”

34. Dr Nils-Axel Morner: If you go around the globe, you find no sea level rise anywhere.”

35. Dr Johannes Oerlemans: The IPCC has become too political. Many scientists have not been able to resist the siren call of fame, research funding and meetings in exotic places that awaits them if they are willing to compromise scientific principles and integrity in support of the man-made global-warming doctrine.

36. Dr Roger Pielke: “All of my comments were ignored without even a rebuttal. At that point, I concluded that the IPCC Reports were actually intended to be advocacy documents designed to produce particular policy actions, but not as a true and honest assessment of the understanding of the climate system.

37. Dr Jan Pretel: “It’s nonsense to drastically reduce emissions … predicting about the distant future-100 years can’t be predicted due to uncertainties.”

38. Dr Paul Reiter: “As far as the science being ‘settled,’ I think that is an obscenity. The fact is the science is being distorted by people who are not scientists.

39. Dr Murray Salby: I have an involuntary gag reflex whenever someone says the “science is settled. Anyone who thinks the science is settled on this topic is in fantasia.”

40. Dr Tom Segalstad: The IPCC global warming model is not supported by the scientific data.”

41. Dr Fred Singer: “Isn’t it remarkable that the Policymakers Summary of the IPCC report avoids mentioning the satellite data altogether, or even the existence of satellites–probably because the data show a (slight) cooling over the last 18 years, in direct contradiction to the calculations from climate models?

42. Dr Hajo Smit: “There is clear cut solar-climate coupling and a very strong natural variability of climate on all historical time scales. Currently I hardly believe anymore that there is any relevant relationship between human CO2 emissions and climate change.

43. Dr Roy Spencer: The IPCC is not a scientific organization and was formed to regulate carbon dioxide emissions. Claims of human-cause global warming are only a means to that goal.

44. Dr Richard Tol: “The IPCC attracted more people with political rather than academic motives. In AR4, green activists held key positions in the IPCC and they succeeded in excluding or neutralising opposite voices.”

45. Dr Tom Tripp: “There is so much of a natural variability in weather it makes it difficult to come to a scientifically valid conclusion that global warming is man made.”

46. Dr Robert Watson: “The (IPCC) mistakes all appear to have gone in the direction of making it seem like climate change is more serious by overstating the impact. That is worrying. The IPCC needs to look at this trend in the errors and ask why it happened.”

47. Dr Gerd-Rainer Weber: “Most of the extremist views about climate change have little or no scientific basis.”

48. Dr David Wojick: “The public is not well served by this constant drumbeat of alarms fed by computer models manipulated by advocates.”

49. Dr Miklos Zagoni:I am positively convinced that the anthropogenic global warming theory is wrong.”

50. Dr. Eduardo Zorita: “Editors, reviewers and authors of alternative studies, analysis, interpretations, even based on the same data we have at our disposal, have been bullied and subtly blackmailed. By writing these lines… a few of my future studies will not see the light of publication.”

Source:
http://climaterealists.com/index.php?id=8355


Désertification?

05/05/2014

La grande majorité des prédictions réchauffistes prévoyaient une hausse dramatique des températures, une avancée des déserts et des sécheresses.

La hausse de la température n’est pas arrivée, il n’y a plus aucun réchauffement depuis 1998, ça même le GIEC a fini par l’avouer.

Une avancée des déserts? Ça non plus ça n’est pas arrivé, au contraire, la lente hausse du CO2 (dont seulement une infime partie est due à l’humain) provoque un recul des déserts.
La planète est 11% plus verte qu’en 1982 grâce au CO2. Réf: http://www.csiro.au/Portals/Media/Deserts-greening-from-rising-CO2.aspx
Et les déserts reculent. Réf: http://www.thedailybeast.com/articles/2011/08/26/climate-change-is-making-deserts-greener.html