Le climato-scepticisme expliqué en 3 graphiques

21/12/2017

Il est facile de démontrer que l’hystérie climatique est une fraude anti-science, en utilisant les données climatiques du passé.

Les alarmistes prennent toujours de 1880 comme référence pour démontrer un réchauffement « jamais vu » de toute l’histoire. (Pourtant, par définition, l’histoire ne commence pas en 1880, mais bien à l’invention de l’écriture, il y a environ 5000 ans)

1880, c’est comme par hasard tout juste à la fin du « little ice age », une des périodes les plus froides depuis 8000 ans. Il est donc normal que ça se soit réchauffmé un peu depuis. (0,7 degré en 100 ans)

On remarque aussi qu’il y a eu plusieurs cycles chauds (et froids) avant, et que ces cycles sont tous aussi rapides (sinon plus) que le cycle actuel, qui n’a donc rien d’exceptionnel.

On remarque aussi que les périodes chaudes correspondent à des périodes prospères, qui ont vu naitre les grandes civilisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines, de chute des empires et de migration.

Si on recule plus loin en arrière, on se rend compte que les derniers millénaires font partie d’une courte période entre deux ères glaciaires. Les ères glaciaires sont cycliques depuis plusieurs millions d’années (Cycles de Milankovitch), et sont en moyenne 100 000 ans d’ère glaciaire, avec des périodes interglacaires de 10 000 ans (comme celle dans laquelle nous sommes depuis environ 10 000 ans et donc qui s’achève).
On remarque aussi de la plupart des interglacaires précécents étaient plus chauds.
Il est à noter aussi que la plongée vers une ère glaciaire ou sa sortie sont des différences d’environ 10 degré en un temps très court, pouvant même aller à quelques décennies (ex: Younger Dryas)

(En rouge l’interglacaire actuel qui était représenté par le premier graphique)

(Hansen 2004)

Et si on retourne encore plus loin dans le passé, jusqu’à 500 millions d’années dans le passé lointain (depuis l’explosion de la vie sur terre), on voit très bien que la période actuelle (avec ères glaciaires à répétition) est une période FROIDE et PAUVRE en CO2, comme il y en a rarement eu.

Ce qui est remarquable sur ce graphe c’est qu’on y remarque que les températures ont en moyenne été beaucoup plus chaudes et prospères, que le CO2 était en moyenne 5 fois plus élevé que maintenant, et surtout qu’il n’ont jamais vraiment évolué en corrélation.

On y remarque aussi le maximum thermique Éocène (1), il y a environ 56 millions d’années, une des périodes les plus chaudes depuis 500 millions d’années, qui a été une période très prospère pour la vie et qui a vu apparaitre plusieurs espèces de plantes et de mammifères, alors que le CO2 était en baisse.

On y voit aussi à la fin du Jurassique (2) une péroide où le CO2 monte et la température descent, puis c’est l’inverse qui se produit. Aucune corrélation entre le CO2 et la température.

Et si on regarde au Carbonifère (3), une des périodes où le CO2 ET la température descendent dramatiquement, pour se rendre à des niveaux comparables à aujourd’hui, mais ça a été une période d’extinction massive. La baisse dramatique du CO2 est probablement due à l’apparition massive des plantes à cette époque, qui ont convertit le CO2 atmosphérique en biomasse, mais comme il n’y avait pas d’organismes pour dégrader et digérer les plantes mortes, ça s’est juste accumulé pendant des millions d’années et ça a formé la majorité des dépôts de charbon dans le monde. Jusqu’à ce que le taux de CO2 soit tellement bas que les plantes ont commencé à mourrir.

Et en terminant, une autre période remarquable par sa non-corrélation entre le CO2 et la température à la fin du Permien (4).

(cliquez pour voir en plus grand)

Conclusion:
Il est donc clair que depuis des centaines de millions d’années, le CO2 et la température ne sont pas liés, que les températures plus chaudes sont prospères pour la vie, et que les taux de CO2 passé ont presque toujours été beaucoup plus hauts aussi, sans effets catastrophique. Au contraire, la période actuelle est une période FROIDE et PAUVRE en CO2, et n’a absolument rien d’exceptionnel, ni en vitesse, ni en amplitude.

Il est donc ridicule de penser que les variations actuelles puissent être notre faute (le climat a toujours varié et de beaucoup) ou qu’un réchauffement pourrait être catastrophique, il serait plutôt bénéfique.

La seule réelle catastrophe qui s’en vient, d’ici quelques centaines années au pire, quelques milliers au mieux, ce sera la prochaine ère glaciaire, qui sera réellement la fin de notre civilisation et sera difficile pour toutes les formes de vie sur terre. Et non, on ne pourra rien y faire sauf tenter de s’adapter, quitter les territoires envahis par la glace et déménager toute les populations près de l’équateur, là où l’agriculture sera encore possible.
Mais déménager 7 ou 8 milliards d’habitants vers un territoire limité ne peut pas se faire sans créer des conflits majeurs et des grandes famines. S’il y a une seule chose à craindre au niveau climatique, c’est ça.

Publicités

Vérité qui dérange

04/09/2014

Selon plusieurs études, dont une autre plus récente, la dernière période interglaciaire aurait été bien plus chaude que la période actuelle. Et c’était pourtant dans une période avec moins de CO2, à une époque où les quelques humains vivaient encore en Afrique.

Voici les températures depuis les derniers 450 000 ans selon différentes sources. On y voit les ères glaciaires à répétition selon des cycles réguliers, entrecoupés de courtes périodes interglaciaires. Nous sommes présentement dans la plus récente de ces périodes à droite du graphique, et nous sommes déjà dus pour la prochaine ère glaciaire. Toute les civilisations humaines sont apparues durant cette courte période de 10 000 ans.
ice_age_temperature

On remarque que ces périodes interglaciaires sont très cycliques (voir : Cycles de Milankovitch), mais surtout que la plupart des périodes précédentes étaient plus chaudes. Et que je dis « plus chaudes », je devrais dire « moins froides » puisque avant cette période d’ères glaciaires à répétition, il faisait beaucoup plus chaud et la vie étaient bien plus prospère.

Et durant notre courte période interglaciaire, il y a eu au moins 5 périodes plus chaudes que maintenant, qui ont été des périodes prospères.
temperature_swings_11000_yrs
Le réchauffement climatique actuel qui est la cause de l’hystérie est 0,7 degré sur 100 ans, soit depuis la fin de la petite ère glaciaire (little ice age).
Une fois qu’on voit la vue d’ensemble, on se rend compte que non seulement le réchauffement actuel est insignifiant, mais aussi qu’il y a eu amplement de périodes plus chaudes dans le passé.

Puisque ces périodes de réchauffement se sont produites de façon tout à fait naturelle, il n’y a donc aucune preuve que le léger réchauffement que nous connaissons est n’est pas naturel ou causé par l’humain, ni qu’il n’est pas passager et qu’il n’y aura pas une période plus froide ou une autre ère glaciaire bientôt.

This implies that climate models are unable to fully simulate natural global warming, and the error of the underestimation is about the same as the 0.7C global warming since the end of the Little Ice Age in ~1850. Thus, the possibility that present-day temperatures could be entirely the result of natural processes cannot be ruled out in comparison to the last interglacial period.

Further, during the last interglacial, Greenland temperatures were naturally up to 8C higher and sea levels up to 43 feet higher than today. And, during another interglacial, all of Greenland and West Antarctica melted & sea levels were 79 feet higher. Since this low-CO2 global warming occurred entirely naturally, there is no evidence that global warming during the present interglacial is unnatural or man-made.

Source:
http://hockeyschtick.blogspot.ca/2014/09/new-paper-finds-last-interglacial-was.html


De plus en plus froid

21/12/2013

cold-earth-with-clipping-path

-Le dernier rapport du GIEC avoue du bout des lèvres qu’il n’y a plus de réchauffement de puis plus de 15 ans.
http://www.climatedepot.com/2013/09/24/un-ipcc-ar5-admits-they-have-no-clue-what-caused-the-15-year-pause-in-warming/

-Le couvert de glace arctique est 50% plus grand qu’à pareille date l’an passé.
http://www.cbc.ca/news/technology/arctic-sea-ice-volume-up-50-1.2465952

-L’antarctique bat des records de progression de la banquise depuis des années, du jamais vu depuis qu’on a des données satellites (1979).
NASA Announces New Record Growth Of Antarctic Sea Ice Extent

-En juste une semaine le mois passé, un total de plus de 1000 records de froid et de neige ont été battu aux Etats-Unis.
http://www.climatedepot.com/2013/11/29/nearly-1000-record-low-temperatures-set-as-another-round-of-arctic-air-forecast-to-deep-freeze-the-u-s/

-En juste une semaine en décembre, plus de 2000 records de froid et de neige ont été battus aux Etats-Unis.
Over 2000 cold and snow records set in the USA this past week

-Une tempête de neige qui couvrait plus de 1500 km touché la nouvelle-Angleterre récemment.
http://weather.aol.com/2013/12/12/snowstorm-to-affect-more-than-1-000-miles-from-st-louis-to-bost/

-Quelques régions près de New-York ont reçu 6 pieds de neige il y a quelques jours.
http://iceagenow.info/2013/12/snowburst-5-6-feet-upstate-york/

-Le 7 décembre, Eugene, Oregon a enregistré la plus basse température depuis le 11 décembre 1972.
http://www.registerguard.com/rg/news/local/30840463-75/eugene-streets-quiet-as-area-digs-out-from-snow.html.csp

-L’Europe bat des records de froid chaque hiver depuis 6 ans.
http://www.washingtonpost.com/blogs/capital-weather-gang/wp/2013/03/29/cold-march-sets-records-across-europe/

-Il y a quelques jours 3 pieds de neige ont forcé la fermeture de routes à Jérusalem. La pire tempête de neige depuis 1953.
http://news.yahoo.com/jerusalem-locked-down-fiercest-snowstorm-years-001734704.html

-Une grosse tempête de neige a frappé l’Arabie Saoudite, ce qui est extrêmement rare.
http://english.alarabiya.net/en/life-style/2013/12/14/Mideast-storm-settles-snow-on-Saudi-Arabia-.html

-La tempête de neige récente en Turquie a forcé la fermeture de 900 routes.
http://iceagenow.info/2013/12/heavy-snow-continues-paralyze-turkey-900-roads-closed/

-Le température est descendue si basse que les réfugiés Syrien meurent de froid.
http://knlive.ctvnews.ca/photos-show-brutal-reality-for-syrian-refugees-as-snow-falls-1.1591690

-Le Caire, en Egypte à récemment reçu de la neige, jamais vu depuis plus de 100 ans.
http://knlive.ctvnews.ca/playing-in-cairo-snow-a-first-in-112-years-1.1591526

-Il faisait si froid au Canada que les Jeux d’hiver Arctiques ont été intérieurs.
http://www.cbc.ca/news/canada/north/arctic-winter-games-biathlon-trials-go-indoors-in-30-c-weather-1.2461181

-Selon les données satellites de la NASA, une température record de -93,2 Celcius a été enregistrée en Antarctique en juillet dernier.
NASA Announces New Record Growth Of Antarctic Sea Ice Extent


Faits divers, juste des évènements météo isolés? Ou tendance lourde?

Ça ne ressemble pas du tout aux prédictions alarmistes réchauffistes. Si le CO2 était LA cause du réchauffement, il devrait faire beaucoup plus chaud non? Et pourtant le CO2 continue d’augmenter, mais pas la température. L’humanité a émit de quart de tout le CO2 anthropique dans les 15 dernières années.
C’est sur cette hypothèse que les réchauffistes se basaient, et l’hypothèse a été démolie par les observations réelles. Quand les observations ne correspondent pas avec l’hypothèse, c’est que l’hypothèse est fausse. Alors si c’est pas le CO2, qu’est-ce qui fait varier le climat?


It’s the sun stupid!

Comment peut-on sérieusement imaginer que cette gigantesque réaction nucléaire en continu dans le ciel, notre seule source de chaleur, ne peut pas nous affecter plus que ça?

(Taille de la terre par rapport au soleil)

En plus, les variations climatiques que l’on constate sur terre semblent coïncider avec les variations climatiques sur d’autres planètes, comme Mars. Appuyant la donc l’hypothèse que les cycles d’activité solaire ont un impact sur le climat. Quand les observations correspondent à l’hypothèse¸ ça vient renforcer l’hypothèse.

La relation n’est pas parfaite, parce que même si le soleil serait l’un des principaux facteurs qui affecte le climat, il n’est pas le seul (ex: cycles océaniques, cycle de Milankovitch), mais ce lien est déjà beaucoup plus proche de la réalité observée que la relation température-CO2, qui n’est jamais arrivée, sauf par coïncidence entre 1975 et 1998. Le reste du temps, le lien CO2-température est inexistant, ou alors inverse (c’est la température qui fait monter le CO2, tel que démontré par les carottes de glace de Vostok).

On peut voir dans ce graphique que les dernières périodes de très faible activité (minimum de Maunder et minimum de Dalton) correspondent à des périodes très froides, la mini ère glaciaire (entre 1550 et 1850). Ces périodes froides ont été sources de famines, à cause des mauvaises récoltes.

On remarque aussi les deux périodes utilisées par les alarmistes réchauffistes comme « preuve » de leur hypothèse, soit 1880 à aujourd’hui (partir de la fin de la période la plus froide est foncièrement malhonnête) et 1975 à 1998, (le léger réchauffement récent). Ce sont les deux seules périodes qui correspondent à leur hypothèse.

Les cycles solaires sont numéroté depuis qu’on les étudie. Les scientifiques comptent les cycles les plus courts, les cycles de 11 ans. Chaque 11 ans, le soleil inverse sa polarité (le pôle nord du soleil devient le pôle sud et vice-versa.
On est dans le cycle 24, un des plus faibles depuis 100 ans. Et le cycle 25 promet d’être encore plus faible. Si on est chanceux, on risque de se ramasser avec des températures froides semblables aux années 70 pendant 15 à 45 ans. Si on est malchanceux, on risque une période avec des minimums comme celui de Maunder et d’avoir des températures très basses pendant 200 ans, ayant un impact majeur sur l’agriculture et la demande en énergie. Et le scénario catastrophe (les alarmistes aiment ça les scénarios apocalyptiques), un retour à la prochaine ère glaciaire.

Ce qui est inquiétant, c’est que tout ces scénarios sont plausibles. L’homme commence à peine à étudier les cycles
solaires, et ils ne comprennent pas encore pourquoi le cycle actuel est si faible. Et si le cycle court de 11 ans est le mieux compris, les cycles plus longs sont encore mal compris, simplement par manque de données d’observation. Il est difficile d’étudier des cycles de 200 ans quand on a des données depuis moins de 100 ans. Par contre, les données historiques et par proxy semblent pour le moment appuyer l’hypothèse.

Le premier scénario est le plus plausible. Les cycles climatiques de refroidissement/réchauffement aux 30 ans semblent correspondre aux observations passées. Donc après un réchauffement à la fin de la petite ère glaciaire jusqu’en 1940, puis un refroidissement jusqu’en 1970, puis un réchauffement jusqu’en 1998, et maintenant, un plateau, avec un légère tendance à la baisse depuis 15 ans. Les observations correspondent à la théorie.

Par dessus ces cycles solaires courts, se superposent de plus grands cycles solaires, comme un qui dure quelques centaines d’années, et qui explique l’optimum médiéval, suivi de la petite ère glaciaire et ensuite notre réchauffement actuel. Contrairement à l’hypothèse du CO2, cette hypothèse explique les cycles passés, et aussi malheureusement les cycles à venir, donc un refroidissement.
temperature_swings_11000_yrs

Et le plus inquiétant est le scénario basé sur les cycles des ères glaciaires. Ces cycles sont expliqués en partie par les cycles de Milankovitch
Si on regarde les cycles passés depuis plus de 400 000 ans (graphique suivant), on voit très bien les cycles de 100 000 ans, intercalés de périodes interglaciaires d’environ 10 000 ans. Nous sommes justement à la fin d’une de ces périodes, puisque la dernière ère glaciaire s’est terminée il y a environs 10 000 ans. On est dû pour une autre ère glaciaire de 100 000 ans, ce qui serait catastrophique pour la civilisation humaine et la vie en général.

iceages2


Craignez le froid, pas la chaleur.

Sources:

Solar Cycle #24: On Track to be the Weakest in 100 Years

http://www.skyandtelescope.com/community/skyblog/newsblog/The-Weakest-Solar-Cycle-in-100-Years-216752671.html

Et le livre que je suis en train de lire, « The neglected Sun », version anglaise de « Die Kalte Sonne ».
Highly Controversial German Climate Book To Appear Worldwide In English September 1st


Settled science?

20/08/2013

La vraie science est toujours en train de se remettre en question (sauf en climatologie). La science est une tentative de comprendre la nature. Jamais un vrai scientifique ne vous dirait que quelque chose est prouvé à 100%. La vraie science est faite d’hypothèses qui restent les explications les plus plausibles jusqu’à ce que des observations ou expériences viennent les contredire. Si c’est le cas alors on émet une nouvelle hypothèse.

Il y a 45 ans, les « experts » nous annonçaient une ère glaciaire imminente et que c’était de notre faute. Ca n’est pas arrivé. Les températures descendaient effectivement depuis 1940, mais en 1975, ça s’est mis a remonter.
Couvertures du magazine Time dans les années 1970:
times1
Il y a 25 ans, les « experts » nous annonçaient un réchauffement climatique extrème et que c’était de notre faute. Bien qu’il y ai eu un léger réchauffement entre 1975 et 1998, il n’avait rien de catastrophique, et depuis 1998, il n’y a plus de réchauffement du tout et ça aucun de ces « experts » de l’avait vu venir.
Couvertures du magazine Time dans les années 1990:
times2

Le plus inquiétant est qu’autant pour le refroidissement que le réchauffement, ceux qui veulent profiter de la situation identifient les mêmes causes et prônent les mêmes solutions:
C’est la faute de l’humain, de l’industrialisation, des voitures et de la pollution. Et les solutions sont toujours plus de lois, plus de contrôle, de diminuer le nombre d’humains et révoquer les libertés, allant même jusqu’à suspendre la démocratie.

Voici un extrait d’une texte des années 1970, alors que la « science » de l’époque disait qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente:
pollution_sacrifice_democracy
Source: http://news.google.com/newspapers?id=jjgiAAAAIBAJ&sjid=9KsFAAAAIBAJ&pg=1371,2354081

Ca ressemble étrangement a la propagande réchauffiste actuelle, non?

Beaucoup de gens, quelque soit le domaine, essayent de rendre plus crédible leur position en y accolant l’étiquette « scientifique », comme si ça devenait automatiquement une vérité absolue. Mais quand on comprend comment la science fonctionne, ce n’est pas le cas. En aucun cas ça ne devrait empêcher le questionnement. Le climat est quelque chose de très complexe et encore loin d’être bien compris.

En terminant, je me permet de reposter ma citation favorite de Vincent Courtillot, géophysicien français:

« Quelle que soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin de regarder, que les solutions sont connues et qu’il n’y a plus lieu à débat, inquiétez-vous! C’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion, mais pas de la science. Là où il n’y a plus de débat, il n’y a plus de science. « 


Billets reliés:
Quand la politique veut se mêler de science
Agenda 21
Agendas environnementalistes