Quiz de Radio-Canada: Épreuves des faits (v2)

06/07/2020

En 2015, j’avais écrit un article pour dénoncer le biais et les erreurs d’une publication de Radio-Canada.
Article original ici: https://crioux.wordpress.com/2015/11/30/quiz-de-radio-canada-epreuves-des-faits/

Mais récemment je me suis rendu compte qu’entre-temps Radio-Canada avait changé une bonne partie du contenu.
Alors je dois refaire un nouvel article pour refléter les changements.
Alors, voici la nouvelle version:

Radio-Canada aime bien faire des articles intitulés « épreuve des faits ».
Il semble que les faits ne soient pas toujours d’accord avec Radio-Canada.

Ils ont mis en ligne un quiz sur les changements climatiques.
Et bien Radio-Canada fait une piètre performance, puisque les faits ne lui donnent même pas la note de passage.
Allez essayer le quiz ici:
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/special/questionnaires/2015/changements-climatiques/index.html


Et voici ce que les FAITS nous disent:

quiz00


Oui il y a eu un réchauffement d’environ 1 degré depuis 1880. Persone ne mets ça en cause. Mais ça n’a pas été constant. Il y a eu une première hausse entre 1880 et 1940, puis un refroidissement jusqu’en 1975 (les « experts » de l’époque parlaient même d’une ère glaciaire imminente), puis un réchauffement jusqu’en 1998, puis un plateau, jusqu’à aujourd’hui. Ironiquement c’est à partir des années 1940 (le boom industriel d’après querre), que l’humanité a commencé a émmetre du CO2 de façon plus importante et les température étaient à la baisse. Et depuis le début 2000, avec des pays comme la Chine et l’Inde qui s’industrialisent, jamais l’humanité n’a émit autant de CO2 (même si ça reste marginal comparé à la nature) et pourtant les températures n’augmentent plus.

Et il reste impossible d’attribuer ce changement à l’humain ou au CO2. Et partir de 1880, c’est ce que font toujours les activistes et les medias. Parce que s’ils prenaient un intervalle différentes, ca contredirait toute l’histoire du réchauffement causé par l’humain. 1880 c’est tout juste à la fin d’un cycle froid, appelé Little Ice Age. Et avant ce cycle froid il y a eu des cycles plus chauds que le cycle actuel. Alors cette augmentation de 1 degré n’a rien d’exceptionnel, ni de jamais vu. Et les variations précédentes n’ont pas été en corréaltion avec le CO2 non plus.

Je suis généreux et laisse quand même un point à Radio-Canada, parce que techniquement c’est vrai qu’il y a eu réchauffement depuis 1880, même s’il n’a pas été constant et même ils essayent d’impliquer que c’est en lien avec l’activité humaine sans le dire, avec une image de la terre en rouge feu comme si c’était excessif et dangereux.

quiz02

Oui le soleil est le principal responsable des variations du climat. C’est actuellement l’hypothèse la plus crédible chez la majorité des scientifiques. Alors que l’hypothèse du CO2 est en chute libre depuis longtemps. L’hypothèse des cycles solaires explique les variations passées, récentes et a prédit correctement les changements actuels (pause et tendance au refroidissement). Alors que l’hypothèse du CO2 a toujours été incapable d’expliquer les variations passées, récentes et toutes les prédictions basées sur le CO2 on lamentablement échoué.
Prédictions des modèles informatiques basés sur le CO2 versus la réalité des observations:

FAUX! Encore cet argument qui a pourtant été discrédité maintes et maintes fois. Jamais il n’y a eu « 97% des scientifiques » qui appuyaient le réchauffement causé par l’humain. Je vais le répéter: JAMAIS. Ceux qui disent ça répêtent de la propagande sans jamais avoir consulté les études en question, sinon ils ne les citeraient pas.

Il n’y a jamais eu de consensus sur le sujet. Cette fausse information qui est répété ad nauseam par les alarmistes vient de seulement deux études qui ont été démontrées comme fausses et manipulées.

La première est Doran-Zimmerman, un simple sondage de deux questions, envoyés à 10000 scientifiques. Environ 3000 ont répondus. Et parmis ces 3000 répondants, ils en ont soigneusement sélectionné seulement 77, dont 75 disaient ce qu’ils voulaient entendre. Donc 97% de 77 scientifiques, et non pas 97% de tous les scientifiques.

La deuxième « étude » (celle qui est habituellement utilisée) est encore plus malicieuse, il s’agit de Cook & Al. John Cook est l’auteur du blog de propagande Skepticalscience.com. Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain.
Cette étude à fait le tour de tous les médias.

Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur papiers avaient été classé comme étant parmis le 97%. Ce qui a éveillé des soupcons sur la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant: 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient reéellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%…

Mais ça n’empêche pas Radio-Canada et tous les climato-crédules de continuer de dire que 97% des scientifiques appuient le RCA (Réchauffement climatique Antropique)

quiz04

Le réchauffement serait bénéfique pour le Canada. Nous sommes un pays avec un climat nordique. Oui ça permettrait d’augmenter notre production de nourriture, un énorme avantage avec une population croissante. Et non le reste ne serait pas en hausse. Les sécheresses sont des phénomènes météo cycliques. La Californie a déjà eu des sécheresses qui ont duré 200 ans, avant que l’humain ne colonise cet endroit.
http://news.nationalgeographic.com/news/2014/02/140213-california-drought-record-agriculture-pdo-climate/
Les ouragans sont aussi cycliques et nous sommes dans une période très calme avec moins d’ouragans et ils sont aussi moins puissants depuis plus de 10 ans.

Il n’y a eu aucun ouragan qui a frappé la Floride depuis 10 ans (c’était exact quand j’avais écrit cet article en 2015. Depuis il y a eu Hermine, Nert, Irma et Michael. Seuls Irma et Michael étaient de catégorie 4 ou plus. Mais ca reste sous la moyenne).
http://www.weather.com/storms/hurricane/news/florida-hurricane-drought-10-years-2015
L’érosion des berges est naturelle et semble augmentée parce que les humains se construisent au bord de la mer, et souvent sur des falaises de terre ou de sable (côte-Nord) et font des murets ou de l’enrochement pour essayer de prendre du terrain sur la mer. Rien à voir avec le climat.

Disparition d’animaux? Les réchauffistes nous ramènent toujours l’ours polaire. Pourtant la population d’ours polaires et en santé, et ils sont même 5 fois plus nombreux qu’en 1970. Sans oublier que les ours polaires existent depuis très longtemps, et que depuis il y a eu des périodes plus chaudes, et ils ont survécu.

Polar Bear Population


http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2748995/Is-polar-bear-political-weapon-Arctic-creatures-NOT-threatened-climate-change-says-scientist.html

FAUX. Le GIEC est un organisme corrompu dont le but unique est de faire de la propagande au sujet du climat. les réels experts qui participent a valider les informations souvent claqeunt la porte parce qu’ils se rendent comopte que leur écrits sont modifiés ou ignorés avant la publication du rapport. Ce n’a aucune crédibilité.
Et le « rythme » dont ils parlent et bien ça dépond de l’intervalle qu’ils utilisent, parce qu’ils prennent les 20 dernière années et bien la tendance est quasi nulle. D’ailleurs presque toutes les prédictions faites à ce jour et relayées par le GIEC ont toute été fausses et prédisaient des températures bien au delà des observations réelles.
Ils se trompent depuis des décennies parce qu’ils se basent sur une fausse prémisse: que le CO2 est le principal facteur qui affecte que le climat et que les émmissions humaines de CO2 sont en cause. Comme leur prémisse de base est fausse, alors les résultats des modèles informatiques basés sur cette prémisse sont faux aussi.
Et souvent des prédictions basées sur ces modèles ont été faites avec des années précises, et quand le moment est arrivé et bien les prédictions étaient TOUJOURS erronées. Est-ce qu’ils se sont posé des questions sur pourquoi et que peut-être ils avaient tort? Non, ils ont juste remis toujours à des dates plus loin danss l’avenir.
Cette fois ils citent 2030 comme date, et ce n’est pas pour rien. 2030 c’est la date choisie par l’ONU pour imposer leur agenda 2030 (anciennement appelé agenda 21). Un plan de gouvernance globale totalitaire déguisé en programme pour l’environnement. Il ne leur reste que 10 ans pour y arriver, alors c’est pour ça qu’ils redoublent d’efforts et parlent « d’urgence climatique ». Plus de détails sur l’Agenda 2030 ici : https://crioux.wordpress.com/2016/03/01/agenda2030/
Notex que dans le quiz précédent de 2005 ils parlaient de 2 degrés pour 2050. Maintenant ils parlent de 1,5 degré pour dans 10 ans.

Le 1,5 degré dont ils parlent est sorti d’un chapeau, il n’y a aucune étude sérieuse qui prédit ça. Si on voulait réellement tenter d’extrapoler la température dans 10 ans, il est beaucoup plus probable qu’elle soit à la baisse, parce que nous entrons dans un cycle solaire faible (cycle 25), et historiquement, ca a toujours donné des températures plus froides.

Il n’y a pas de fonte dramatique de la banquise. Nous n’avons des données satellitaires que depuis 1979, ce qui est très peu. Et il faut rappeler que entre 1940 et 1975, il y a eu un petit cycle froid, et qu’en suite ça s’est mis a remonter. Il est donc normal qu’il y ait eu une légère tendance au recul, mais elle n’est pas constante.

Il y a eu un recul de la banquise Arctique entre 2007 et 2012, mais depuis c’est remonté et jamais n’est redescendu aussi bas. Et pendant que ca reculait au nord, l’Antarctique battait de record de progression de la banquise.
Il y a moyen de fabriquer une tendance artificielle en choisissant l’intervalle, ce qui est souvent fait dans les medias. Souvent les activistes ou les médias choisissaient une date de progression marquée, et comparaient avec une date de recul comme 2012, laissant croire qu’il s’agissait d’une tendance linéaire. Un peu comme ils font pour la température avec 1880.

Voici un site intéressant avec graphe interactif, vous pouvez choisir les années et voir la couverture de glace. Et comme nous sommes au sommet d’un cycle chaud et qu’il se termine, les années suivantes devraient graduellement avoir des couvertures de glace plus importantes.

Charctic Interactive Sea Ice Graph

Et voici les données de couverture globales (incluant donc les deux pôles) que j’avais posté en 2015. Il faudrait que je retrouve une version plus à jour.

2e point pour Radio-Canada, même s’ils disent que la banquise fond.

Non, aucune place sur terre n’est menacée par la monté des océans à court ou moyen terme. Le niveau des océans augmente au même rythme très lent de 1 à 3 mm par an depuis la fin de la dernière ère glaciaire. Et ce rythme est resté inchangé malgré les variations de CO2 ou de température.
http://tidesandcurrents.noaa.gov/sltrends/sltrends_station.shtml?stnid=8724580

A très long terme, il va y avoir des changements, mais ces changements ont toujours eu lieu. Le palais de cléopâtre est présentement sous la mer. C’est pas notre faute, et il est facile de s’adapter comme nos ancêtres l’ont fait depuis des millénaires sans même s’en rendre compte.
Il faut cesser de penser que le monde est fixe et immuable. Il a toujours changé et il va continuer de changer.

Post-Glacial_Sea_Level

La animaux se sont toujours adaptés aux variations du climat bien plus importantes. Et ceux qui n’ont pas pu ont disparu. Ça s’apelle l’évolution. Les plantes ont évolué pendant des millions d’années avec des taux de moyens CO2 5 fois plus élevés que maintenant, les coraux existent depuis 500 millions d’années et ont passée travers des taux ce CO2 de 7000ppm (400ppm actuellement) et des températures qui ont été jusqu’à 15C plus chaudes que maintenant. Alors vous croyez réellement qu’une variation de 150ppm ou de 1,5 degré ça va les déranger?

En plus ils citent la revue science, mais sans faire de lien vers l’article. Alors je suppose qu’il s’agit de l’article sur la « 6e extinction de masse ». Et bien cette pseudo-étude a été démontrée comme fausse, et écrite par des activistes comme Paul Erhlich qui est un des co-auteurs. Qui est Paul Ehrlich?
Citations de Paul Ehrlich:
En 1968, il écrivait: « En 1985, il y aura eu assez de morts pour réduire la population de la terre à un niveau acceptable, comme 1,5 milliard »
Une de ses « solutions »:
« L’addition de stérilisant temporaire dans la nourriture de base, ou l’approvisionnement en eau, avec une distribution d’antidote chimiques [pour avoir des enfants] , peut-être par lotterie ».
Et la première ligne de son livre, Population Bomb, sorti en 1968:
« The battle to feed all of humanity is over. In the 1970’s and 1980’s hundreds of millions of people will starve to death in spite of any crash programs embarked upon now. »

Effectivement c’est le secteur de la production d’électricité qui émet le plus de CO2. Sauf que le CO2 n’est pas un GES (Gaz à « effet de serre ») significatif et les pourcentages indiqués sont pour les émissions humaines de CO2, qui sont insignifiantes comparées aux émissions naturelles de CO2. Pour les émissions annuelles de CO2, l’humain est responsable de 3% et la naturel 97% (principalement provenant du dégazage des océans). En plus ces pourcentages sont calculés comme si le CO2 était le principl GES, alors que ce n’est pas le cas. C’est la vapeur d’eau qui est (et de très loin) le principal GES.

Alors même si les pourcentages sont faux, et même si ces émission n’ont aucun impact mesurables sur le cliamt, je donne quand même le point à Radio-Canada parce que c’est effectivement la production d’énergie qui est le principal émetteur de CO2, et non pas le transport. Donc une voiture électrique est une fausse solution parce que ça va prendre beaucoup plus de centrales au charbon (principale source de production d’électricité dans le monde) pour les faire marcher.

Leurs chiffres sont différents de ceux du quiz original, et j’ai des doutes puisque entre temps les pays occidentaux ont diminué leurs émissions de CO2 (grâce au gaz naturel qui a remplacé en grande partie le charbon dans beaucoup de pays, comme les USA) et la Chine a augmenté considérablement ses émissions de CO2 et continue de construire des centrales au charbon. Et encore une fois les pourcentages sont uniquement pour les émissions humaine de CO2 qui ne représentent que 3% des émissions totales.
Il est donc ridicule que nous avec nos émissions de CO2 infimes, nous sacrifions notre économie pendant que ces pays vont augmenter les leurs de façon astronomique. Il est aussi anti-humain de vouloir les empêcher de se développer alors que nous l’avons fait pendant des décennies. Beaucoup de politiciens utilisent cet argument du CO2 pour limiter le développement de pays émergeants, en les forçant à utiliser des sources d’énergies « vertes » qui sont peu fiables, très dispendieuses et impossible à utiliser pour développer une industrie. Personne ne peut faire fonctionner une aciérie seulement quand il vente.
Alors oui ils ont un point parce que c’est vrai que les USA ne sont pas les plus grands émetteurs de la planète, mais j’ai l’impression qu’il y a une manipulation pour cacher le fait que les USA ont diminué leurs émissions.

Energy production up and CO2 emissions down thanks to fracking

Oui c’est vrai, il y a beaucoup de gaspillage alimentaire en occident, et effectivement presque TOUTE activité produit du CO2, même respirer. Le CO2 est la base de toute vie alors oui produire de la nourriture implique produire du CO2, directement ou indirectement. Donc cette affirmation est techniquement vraie. Mais le pourcentage est encore faux parce qu’il ne parle que des émission humaines en CO2 (seulement 3% des émissions totales) ni des autres GES donc le CO2 n’est qu’un infime pourcentage.

Ici il y a énormément de confusion et de logique tordue. Ils jouent avec les mots de façon malhonnête. Oui il y a des vagues de froids, il y en a toujours eu, comme il y a toujours eu aussi des vagues de chaleurs aussi, aussi loin qu’on puisse remontere dans les écrits historiques, on peut retrouver les épisodes météo extrèmes, et effectivement c’est de la météo. Les « changements climatiques » ont toujours existés aussi. La définition scientifique du cliamt est une moyenne pour une région donnée sur 30 ans.
Mais c’est faux de dire que les dernières années sont les plus chaudes jamais enregistrées, c’est une manipulation statistique basée sur des données « ajustées ». « Jamais enregistrées » est le truc utilisé pour dire « enregistrées selon un protocole standardisé », mais on sait que les données qui datent d’avant 1950 sont peu précises et même aujourd’hui beaucoup de régions reculées ne sont pas couvertes par ces statistiques, et les données de tempétature y sont « extrapolées ». Il est donc impossible d’avoir des valeurs réelles sur la température globale aussi loin en arrière. Depuis 1979, il y a des mesures de température par satellite, qui sont plus précises et couvrent l’ensemble de la planète, mais seulement depuis 1979, qui était après un cycle froid, et donc c’est normal qu’il y a eu un léger réchauffement. Mais c’est très peu de données. Pour être honnête il aurait fallu dire depuis 1979 ou même au pire depuis 1880, mais même là c’est faux parce que depuis 1979, ce ne sont pas les 3 dernières années qui sont les plus chaudes, mais bien 1998, 2010 et 2016, qui sont des années El Nino, un phénomène cyclique naturel causé par courants océaniques qui provoque des sursauts de températures globales.
Si on ignore ces pics de température qui sont tout à fait naturels, et bien depuis le début du 21e siècle, la tendence est presque nulle.
https://woodfortrees.org/plot/uah5/from:1998

Et on a des données historiques et par proxy qui démontrent facilement que durant l’interglaciaire actuel, il y a eu des périodes beaucoup plus chaudes, que même les interglaciaires précédentes étaient plus chauds que l’interglacaire actuel, et que de toute façon tout ce qui est antécédent au derniers 3 millions d’années depuis 500 millions d’années était BEAUCOUP plus chaud. Donc dire « Les plus chaudes jamais enregistré » est une manipulation statistique.
Je ne vois pas comment donner un point ici parce que la question est malhonnête.

Oui des policitiens sont signé un document, comme ils le font a tout les quelques années dans une grande foire médiatique. Mais il s’agit de politique et manipulation puisque les documents qui leur sont présentés: « Résumé pour les décideurs » est falsifié. Les réels experts qui sont consulté bénévolement ont souvent dénoncé que les information qui ont été approuvés par les scientifiques étaient ignorés, effacées ou même modifées pour dire l’inverse dans le document final.
Ces « Accords » n’ont que pour unique but de redistribuer l’argent des pays riche aux autres pays. Une redistribution de la richesse à travers un socialisme global, qui est justement le plan de l’ONU pour 2030. L’ONU exige 100 milliards par an (payé par les pays « riches ») et bien sur tous les petits pays plus pauvres et même les pays riche comme la Chine et l’Inde (que l’ONU considère « en développement ») votent pour que les pays plus riches leur donnent de plus en plus d’argent. Les pays signent pour se faire une belle image politique, mais presque aucun ne respecte ses engagements. Et ca recommence avec le prochain accord.

« Nous redistribuons de facto la richesse mondiale par les politiques climatiques. A la base c’est une grosse erreur de discuter de politique climatique séparément des thèmes majeurs de globalisation. Il fait se libérer de l’illusion que les politiques climatiques internationales sont à propos de l’environnement. Ca n’a presque plus rien à voir avec l’environnement«
Ottmar Edenhoffer, high level UN-IPCC official

Il ne s’agit pas d’un point d’information sur le climat mais plus un point de propagande. j’hésite, mais je leur donne quand meme un point.

En encore une fois Radio-Canada qui crache sur Harper, comme ils l’ont fait pendant des années. Non seulement ils sont biaisés à gauche et ont toujours critiqué Harper, mais ils n’ont jamais dégéré non plsuque Harper avait imposé 10% de coupures a Radio-Canada. Alors qu’ils encensent Trudeau (le PM le plus corrompu et incompétent de l’histoire du Canada), parce que lui a augmenté de 500 millions par an le budget de Radio-Canada.

Oui Steven Harper à déjà laissé entendre que cette arnaque était une initiative socialiste. Et il a raison. Une partie des activistes climatiques sont des socialistes qui utilisent ça pour combattre le capitalisme. L’ONU utilise cette hypothèse pour justifier son existence en tant que gouvernement mondial pour « sauver la planète ». L’Agenda 21 (renommé recemment Agenda 2030) de l’ONU est un programme pour un gouvernement mondial socialiste.

The urge to save humanity is almost always a false front for the urge to rule.

–H. L. Mencken

http://dailycaller.com/2014/01/15/un-climate-chief-communism-is-best-to-fight-global-warming/

Pas de point parce que le but était de (encore) dénigrer Harper en le faisant passer pour un conspirationniste, alors qu’il a vu clair.

quiz15

Il n’y pas de « trop tard », parce que l’humain ne peut pas changer le climat. Pas plus qu’on ne pourra arrêter la prochaine ère glaciaire quand le temps sera venu.

James Lovelock était le grand prêtre, voire même le pape du mouvement environnementaliste. Celui qui a inspiré toute une génération d’environnemnetalistes et d’extrémistes. En 2010 il disait qu’il était « trop tard pour sauver la planète! »
Il a aussi dit des choses extrêmement alarmistes comme « billions of us will die and the few breeding pairs of people that survive will be in the Arctic where the climate remains tolerable [by the end of the 21st century] », ce qui lui a valu un quasi-culte parmis les environnementalistes. Mais il s’est depuis ravisé, il a donc été excommunié de la religion verte qu’il avait contribué à construire.
Voici ce qu’il disait en 2012:
« Le problème est que nous ne savons pas ce que le climat fait. On pensait le savoir il y a 20 ans. Ce qui a mené à des publications alarmistes – la mienne incluse – parce que ça semblait clair, mais ça n’est pas arrivé«.

« Le monde ne s’est pas vraiment réchauffé depuis de début du millénaire. Douze ans [Note: douze ans en 2012, et ça continue], c’est un temps raisonnable, la température est restée presque constante, alors qu’elle aurait dû augmenter. Pourtant le CO2 augmente lui, ce n’est pas remis en question. »

Si un scientifique extrémiste et alarmiste comme James Lovelock a pu se rendre compte qu’il était dans l’erreur, comme se fait-il que nos politiciens ne s’en rendent pas compte?

Conclusion:
Je ne vois pas comment donner plus de 6/15 à Radio-Canada sur leur propre quiz.
(alors que la première version je leur avait donné 5/15 mais les questiosn étaient différentes)


James Lovelock

12/04/2013

James Lovelock était le grand prêtre, voire même le pape du mouvement environnementaliste. Celui qui a inspiré toute une génération d’environnemnetalistes et d’extrémistes.

Je dis bien « était« . Dans le passé il a dit des choses extrêmement alarmistes comme « billions of us will die and the few breeding pairs of people that survive will be in the Arctic where the climate remains tolerable [by the end of the 21st century] » et en 2010 il disait qu’il était « trop tard pour sauver la planète! », ce qui lui a valu un quasi-culte parmis les environnementalistes. Mais il s’est depuis ravisé, il a donc été excommunié de la religion verte qu’il avait contribué à construire.

En 2012 il a avoué avoir été alarmiste et qu’il avait fait une erreur à propos des changements climatiques.
(J’en avait parlé ici).

Voici quelques citation du « nouveau » James Lovelock, qui sont aux antipodes de ce qu’il disait avant:

A propos du gas naturel et du Fracking:

« Gas is almost a give-away in the US at the moment. They’ve gone for fracking in a big way. This is what makes me very cross with the greens for trying to knock it: the amount of CO2 produced by burning gas in a good turbine gives you 60% efficiency. In a coal-fired power station, it is 30% per unit of fuel. So you get a two-to-one gain there straight away. The next two-to-one gain you get is that methane has only got half its energy in the carbon, the other half is in the hydrogen, so there’s a four-to-one gain in CO2 output from the same amount of electricity by burning methane. Let’s be pragmatic and sensible and get Britain to switch everything to methane. We should be going mad on it. « 

A propos des énergies renouvelables:

« We rushed into renewable energy without any thought. The schemes are largely hopelessly inefficient and unpleasant. I personally can’t stand windmills at any price. Hydro, biomass, solar, etc, have all got great promise, but they’re not available tomorrow, or even in 10 years. »

A propos de la science:

« One thing that being a scientist has taught me is that you can never be certain about anything. You never know the truth. You can only approach it and hope to get a bit nearer to it each time. You iterate towards the truth. You don’t know it. »

« Science is going down the drain terribly fast. It keeps dividing itself up into expertises and these expertises probably don’t know much about the others. I think in order to be a fully rounded person you have to learn to be a pro at one thing, but then you can become a generalist. »

A propos de la religion verte:

« It’s just the way the humans go that if there’s a cause of some sort, a religion starts forming around it. It just so happens that the green religion is now taking over from the Christian religion. I don’t think people have noticed that, but it’s got all the sort of terms that religions use. […] The greens use guilt. That just shows how religious greens are. You can’t win people round by saying they are guilty for putting (carbon dioxide) in the air. »

A propos du Met Office

« I keep contact with the Hadley Centre. They are one of the best climate centres in the world. Something to be proud of. They should be given credit. They are under enormous pressure from government and are not allowed to say what they really think. But there’s some really good scientists there. I like Richard Betts very much and respect him. He couldn’t be a scientist and not discuss the uncertainties [in climate science]. Three cheers for him. »

A propos des changements climatiques:

« The problem is we don’t know what the climate is doing. We thought we knew 20 years ago. That led to some alarmist books – mine included – because it looked clear-cut, but it hasn’t happened; »

« The climate is doing its usual tricks. There’s nothing much really happening yet. We were supposed to be halfway toward a frying world now, »

« The world has not warmed up very much since the millennium. Twelve years [since 1998] is a reasonable time … it (the temperature) has stayed almost constant, whereas it should have been rising – carbon dioxide is rising, no question about that »

Si les plus extrémistes et alarmistes des environnementalistes peuvent changer d’idée à ce point, c’est un indice de plus que le mouvement est en train de s’écraser. Ça sent la fin.


Sources:
http://www.guardian.co.uk/environment/blog/2012/jun/15/james-lovelock-fracking-greens-climate

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2134092/Gaia-scientist-James-Lovelock-I-alarmist-climate-change.html

http://wattsupwiththat.com/2012/04/23/breaking-james-lovelock-back-down-on-climate-alarm/


Révisionnisme environnemental

20/03/2012

Voici ce qui était le « consensus scientifique » en 1990. Ce graphique est tiré du premier rapport du GIEC:
mwp

Créé à partir de données proxy, mais aussi de données historiques et archéologiques, ce graphique montrait très bien qu’il y a eu une période chaude récente nommée Optimum Médiéval, il y a environ 1000 ans. C’est durant cette période un peu plus chaude (environ 1 degré de plus qu’aujourd’hui) que les Vikings ont colonisé le Gröenland (terre verdoyante), et ils ont du s’en retirer 400 ans plus tard quand la petite ère glaciaire est venue.

Voici des études faites partout dans le monde, qui montrent bien une période de réchauffement il y a environ 1000 ans, suivie d’une période froide. (cliquez et bougez la souris sur les plus petits graphiques pour les voir en grand. MWP = Medieval Warm Period, LIA = Little Ice Age)

Mais il y avait un problème. Pour les tenants du réchauffement climatique causé par l’humain, c’est très peu pratique d’avoir une période plus chaude récente alors que l’humain n’avait pas d’impact sur l’environnement à cette période. Surtout quand vous voulez faire passer le message que le réchauffement actuel est « sans précédent ». La petite ère glaciaire était autant embarrassante parce que ça montrait qu’il y a des variations naturelles, sans que l’humain ait quelque chose à y voir. Il fallait donc faire disparaitre ces variations climatiques dérangeantes, pour la « cause ».

C’est donc à ce moment qu’ont commencé les manigances pour réécrire l’histoire. On peut bien manipuler des statistiques, et refaire des graphiques, mais c’est plus difficile de réécrire l’histoire. En plus des données de température des proxies, il y a des écrits, documents historiques, sites archéologiques sur la colonisation viking du Gröenland et même des peintures sur la petite ère glaciaire. Mais c’est pas ce qui allait les arrêter.

Déjà en 1995, certains exprimaient le désir d’effacer cette période gênante:

The existence of the MWP had been recognized in the scientific literature for decades. But now it was a major embarrassment to those maintaining that the 20th century warming was truly anomalous. It had to be « gotten rid of. »

Source: http://epw.senate.gov/hearing_statements.cfm?id=266543

Récemment, des extraits du Climategate 2.0 montrent une volonté de réécrire l’histoire en effaçant l’optimum médiéval:

(5111) Pollack:
But it will be very difficult to make the MWP [Medieval Warm Period] go away in Greenland.

Et aussi qu’ils reconnaissent que cette période était plus « extrême » qu’aujourd’hui:

(5096) Cook:
A growing body of evidence clearly shows [2008] that hydroclimatic variability during the putative MWP (more appropriately and inclusively called the Medieval Climate Anomaly or MCA period) was more regionally extreme (mainly in terms of the frequency and duration of megadroughts) than anything we have seen in the 20th century, except perhaps for the Sahel. So in certain ways the MCA period may have been more climatically extreme than in modern times.

La première tentative a été le graphique « hockey stick » de Michael Mann rendu célèbre par son utilisation dans le Film de Al Gore. Malgré que ce graphique ait été démontré comme faux à maintes reprises (notamment par Mcintyre) et que la méthodologie était loin de respecter les normes scientifiques, il reste que la majorité des extrémistes écolos le considèrent comme vrai parce qu’il a accompli le but de faire disparaitre l’optimum médiéval et la petite ère glaciaire. Il montre donc sans équivoque que le réchauffement actuel est « sans précédents »

Une autre stratégie est de dire que ce réchauffement (l’optimum médiéval) n’a eu lieu que dans une région limitée (le Gröenland) et que ce n’est pas représentatif. Pourtant on a bien vu plus haut que ce réchauffement était global.

Il y a aussi eu des épisodes de gens qui tentent de récrire l’histoire et dénigrer ceux qui s’opposaient au dogme, par exemple par l’intermédiaire de l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

Un rapport révélait qu’un scientifique britannique et un administrateur de Wikipédia (William Connolly) ont réécrit l’histoire du climat, éditant plus de 5000 articles de l’encyclopédie en ligne, pour cacher les traces de l’optimum médiéval puisqu’il s’agissait d’un obstacle majeur pour la propagande du message réchauffiste.
Source: http://www.wnd.com/2009/12/119745/

Starting in February 2003, Connolley set to work on the Wikipedia site. He rewrote Wikipedias articles on global warming, on the greenhouse effect, on the instrumental temperature record, on the urban heat island, on climate models, on global cooling. On Feb. 14, he began to erase the Little Ice Age; on Aug.11, the Medieval Warm Period. In October, he turned his attention to the hockey stick graph. He rewrote articles on the politics of global warming and on the scientists who were skeptical of the band. Richard Lindzen and Fred Singer, two of the worlds most distinguished climate scientists, were among his early targets, followed by others that the band especially hated, such as Willie Soon and Sallie Baliunas of the Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, authorities on the Medieval Warm Period. All told, Connolley created or rewrote 5,428 unique Wikipedia articles. His control over Wikipedia was greater still, however, through the role he obtained at Wikipedia as a website administrator, which allowed him to act with virtual impunity. When Connolley didnt like the subject of a certain article, he removed it more than 500 articles of various descriptions disappeared at his hand. When he disapproved of the arguments that others were making, he often had them barred over 2,000 Wikipedia contributors who ran afoul of him found themselves blocked from making further contributions.

Source: http://fullcomment.nationalpost.com/2010/10/14/lawrence-solomon-global-warming-propagandist-slapped-down/

S’ils ont de la difficulté à cacher une période récente, juste un peu plus chaude qu’aujourd’hui, comment arriveront-ils à cacher les périodes plus anciennes? Plus on recule, plus on trouve des variations importantes du climat, ce qui démontre bien que le climat n’est pas stable et constamment en train de changer.

Les derniers 10 000 ans, juste au sortir de la dernière ère glaciaire. Durant cette courte période, la civilisation humaine s’est développée (à partir de l’holocène, en Mésopotamie):

Si on recule encore plus loin, les derniers 400 000 ans ont été une succession d’ères glaciaires. Coloré en rouge, les derniers 10 000 ans, donc correspondant au graphique précédent.

Et si on recule encore plus loin, comme les derniers 600 millions d’années (depuis que la vie complexe existe sur terre), la période actuelle incluant les graphiques précédents, n’est qu’un minuscule point sur le zéro. On y remarque facilement que presque toujours, il a fait plus beaucoup plus chaud et qu’il y avait aussi plus de CO2 qu’aujourd’hui, mais que les deux ne sont pas en lien direct.

Alors comment continuer de croire que le réchauffement que nous avons connu entre 1975 et 1998 (0,5 degré et qui s’est arrêté depuis) puisse être catastrophique, puisque la vie s’est développée et a prospéré quand il faisait plus chaud? Et surtout comment oser imaginer que l’humain puisse avoir quelque chose à y voir quand dans le passé, de façon tout à fait naturelle, le climat a varié de façon beaucoup plus importante et à de maintes reprises.

Encore une fois posez-vous la question: A qui profite le message de peur?

Si vous n’avez pas encore trouvé, lisez le billet suivant:
https://crioux.wordpress.com/2012/02/07/agendas/


Informations supplémentaires sur l’optimum médiéval


Agendas environnementalistes

07/02/2012

Contrairement à ce que les gens pensent, il n’y a pas qu’une seule philosophie environnementaliste, il y a plusieurs groupes avec des agendas très différents et même complètement opposés. On a souvent tendance à tous les mettre dans le même paquet, mais c’est une erreur.

J’ai tenté d’identifier le plus précisément possible ces groupes, et identifier quels groupes sont opposés ou alliés aux autres. Je sais que le texte est long, mais c’est difficile de mettre autant d’information dans un seul billet.

J’ai regroupés ces gens en cinq groupes, les Capitalistes Verts, Les Powermongers, les Socialistes, les Malthusiens, et les Écologistes.


Capitalistes verts
Le plus facile à identifier est celui des organismes, compagnies et individus dont le but à peine caché est de faire de l’argent avec cette mode. Ils ont avantage à propager le message de peur puisque ça leur profite financièrement.
On y reconnait facilement Al Gore, qui investit dans les compagnies « vertes » et bourses du Carbone, pour ensuite faire des discours catastrophistes et faire du lobbying auprès du gouvernement pour légiférer afin de favoriser et subventionner l’énergie verte, augmentant ainsi la valeur de ses actions. Il n’est pas devenu millionnaire pour rien.
Il y a aussi des gurus écolo, comme David Suzuki qui reçoit 10 millions par an en « dons » de groupes lobbyistes (américains pour la plupart), cet argent est utilisé pour faire pression contre certains projets selon les intérêts cachés du groupe qui paye. Par exemple, il a déjà milité contre le saumon d’élevage disant que ce saumon contenait du mercure, alors qu’en fait les tests ont montré ensuite que les saumons sauvages contenaient plus de mercure que les saumons d’élevages. Qui croyez-vous avait payé Suzuki pour faire cette croisade?

Steven Guilbeault quant à lui profite de généreuses subventions de nos gouvernements pour son organisme Equiterre.

Certains comme Al Gore font aussi la promotion des bourses du carbone. Ce qui n’est rien d’autre qu’un truc pour brasser de l’argent sans rien faire pour l’environnement. Et quand on brasse de l’argent, il y a toujours des « frais » et des gens pour les empocher. Les compagnies qui « polluent » (le CO2 n’est pas un polluant) payent une « taxe carbone » et ceux qui polluent moins recevrait de l’argent. Quand on sait que Al Gore a investi massivement dans les technologies vertes, il s’attend à un retour. Un journaliste l’a aussi déjà questionné sur son empreinte carbone, avec sa gigantesque maison et ses voyages en jet privé, alors il a dit qu’il avait acheté des « crédit carbone », mais après vérification, il les a acheté à une compagnie auquel il était actionnaire, donc il se les achète à lui-même.

Ce groupe inclue aussi toutes les compagnies qui font du « greenwashing« , en faisant croire que leur produits sont verts, alors qu’ils ne le sont pas. Remarquez comment toutes les voitures sont toujours citées comme étant la « plus éco-énergétique » de sa catégorie, même les gros SUV.

Il y a aussi beaucoup de scientifiques qui profitent de cette manne puisque les fonds de recherche « verts » ont explosé passant de dizaines de millions à des milliards en moins de 20 ans, au détriment des autres sciences. Donc il suffit de faire une recherche en lien avec le « réchauffement climatique » ou le CO2, pour avoir de l’argent sans aucun problème. Par exemple, Michael Mann est l’auteur du fameux graphique « hockey stick » utilisé dans le film de Al Gore, graphique qui a été prouvé comme faux par la suite. Malgré ça, il a reçu un demi-million en fond de recherche en 2009

Le but de ces gens n’est pas de « protéger la planète », mais de s’en mettre plein les poches. Le Film de Al Gore n’était qu’un prétexte pour faire peur au gens parce que ça lui profitait financièrement. Ce film était remplis d’erreurs et d’exagérations, voyez: 35 Inconvenient Truths: The errors in Al Gore’s movie

Par exemple, il avait présenté un graphique en prenant soins de séparer suffisamment le CO2 et la température pour qu’on ne voit pas bien le lien entre les deux:

Cliquez sur l’image

En fait les 800 000 ans étudiés dans les glaces de Vostok (utilisé dans le film) montrent que la température augmente AVANT le taux de CO2, ce dernier augmente APRÈS, quelquefois avec quelques centaines d’années de retard. Le CO2 ne peux donc pas être celui qui fait augmenter la température, c’est plutôt l’inverse. La température augmente, le dégazage des océans se produit, la biodiversité augmente, et donc le CO2 augmente.

Il s’agit donc de manipuler les faits scientifiques pour faire peur au gens dans un intérêt financier.

Ces gens sont en opposition avec les Malthusiens et aussi ceux qui y sont dans un but idéologique politique, ces derniers n’y sont pas pour l’argent et ont en horreur le capitalisme vert. Les capitalistes verts ont des affinités avec les vrais écologistes, puisqu’ils doivent s’allier avec eux pour certain projets de développement durables, quoique pour certains capitalistes verts, la vérité et la science sont quelquefois des obstacles à leurs projets. Ils ont aussi des affinités avec les powermongers, puisque pouvoir et argent vont de pair, et les gens qui ont le pouvoir sont ceux qui peuvent leur apporter des opportunités d’affaire, ou de généreuses subventions.


Powermongers
J’ai utilisé le terme Powermonger parce que je n’ai pas encore trouvé d’équivalent en français. Il s’agit d’une personne qui est avide de pouvoir et l’utilise de façon tyrannique.
Dans ce groupe, il y a principalement L’ONU et sa filiale le GIEC. Ils manipulent l’opinion publique par la peur, afin de centraliser les pouvoirs entre leurs mains. Leur but ultime est d’arriver à un gouvernement mondial non élu. Chaque conférence « sur le Climat » est une excuse pour faire la promotion de leurs idées de pouvoir et de contrôle, à travers des taxes, des protocoles (Kyoto) et des lois. Ils ont usurpé la science pour s’en servir à des fins politiques. Il n’y a qu’un petit groupe de scientifiques au GIEC, mais ils disent parler au nom de tous les scientifiques du monde. Ces scientifiques engagé par l’ONU ont le mandat de produire des documents qui appuient le dogme du réchauffement climatique. La conclusion est déjà décidée, ceux qui n’étaient pas d’accord ont du quitter le GIEC.

Beaucoup d’autre groupes moins connus sont derrière ce désir d’un gouvernement mondial, comme le Club de Rome, et le Sierra Club. Quoi de mieux pour manipuler les gens que la peur? Depuis que la peur de l’holocauste nucléaire est disparue depuis l’effondrement de l’U.R.S.S., il fallait trouver une nouvelle menace. Certains groupes voyaient venir la fin de cette menace, et en 1967, ont publié un document nommé « Report from the Iron Mountain on the Possibility and Desirability of Peace » dont voici un extrait.

Le modèle consistant à polluer le milieu ambiant ne paraît pas répondre suffisamment aux exigences d’un contrôle social immédiat, sauf s’il consistait en une accélération arbitraire des tendances actuelles la pollution, ce qui, en revanche, poserait la question de savoir si de telles pratiques pourraient être acceptables politiquement. La question poserait une nouvelle attitude à l’égard de la création d’ennemis fictifs qui demanderait à être encore sérieusement étudiée. ()
La pollution totale du milieu pourrait remplacer la possibilité de destruction en masse par des engins nucléaires en tant que principale menace apparente exercée contre la survie de l’espèce. L’empoisonnement de l’air ainsi que des sources principales de nourriture et d’eau est déjà en bonne voie et, à première vue, pourrait apparaître comme prometteur, vu sous cet angle ; cet empoisonnement constitue une menace contre laquelle on ne peut se défendre qu’en utilisant à fond l’organisation sociale et le pouvoir politique. Mais selon ce qu’on en sait aujourd’hui, il faudra encore attendre la vie dune génération ou d’une génération et demie avant que la pollution du milieu ambiant, si grave quelle soit déjà, devienne suffisamment menaçante, à l’échelle mondiale, pour pouvoir offrir une base possible à une solution de ce genre.
Il est vrai que le taux de pollution pourrait être accru de façon sélective à cette fin ; en fait, la simple modification des programmes actuellement appliqués pour éviter la pollution pourrait accélérer le processus dans une mesure suffisante pour rendre plus rapidement cette menace digne de foi. Mais le problème de la pollution a été si largement exposé au public au cours des dernières années qu’il semble désormais hautement improbable qu’un programme de pollution du milieu, délibérément entrepris, puisse être utilisé d’une manière acceptable à des fins politiques.
Si invraisemblables que puissent paraître les ennemis de remplacement possibles dont nous venons de parler, il nous faut insister sur le fait qu’il en faudra trouver un, d’une ampleur et d’une crédibilité suffisantes, si l’on veut que la transition vers la paix aboutisse un jour sans désintégration sociale. Il est plus que probable, selon nous, qu’une telle menace devra être imaginée, plutôt que créée, partir de situations inconnues.
(Leonard Lewin, Report from the Iron Mountain on the Possibility and Desirability of Peace, New York, the Dial Press, 1967. Traduit en français sous le titre La paix indésirable? Rapport sur l’utilité des guerres, Calmann-Levy, Paris, 1967)

Et voici un autre extrait, publié par le Club de Rome dans son rapport Question de survie (1991), qui entérine l’adoption définitive de cette stratégie :

A la recherche d’un nouvel ennemi qui nous ferait nous unir contre lui, nous en sommes venus à penser que la pollution, la menace du réchauffement de la Terre, la pénurie d’eau, la famine et le reste étaient les bons candidats. Tous ensemble, avec en plus leurs interactions, ces phénomènes constituent effectivement la menace commune qui appelle la solidarité de tous les peuples.

Ces gens n’ont donc rien à foutre de l’environnement, ils sont prêt à polluer volontairement ou créer des menaces imaginaires (réchauffement climatique) afin de mieux asservir les gens. Ils utilisent l’environnement comme une couverture pour leur dessein de contrôle et d’établissement d’un gouvernement mondial. Voir Agenda 21

Dans ce groupe, on peut aussi mettre les politiciens qui se drapent de vert, juste pour avoir le vote des écologistes. Il se foutent eux aussi de l’environnement, c’est le pouvoir qui les intéresse. Nous en avons un exemple frappant au Québec avec Jean Charest qui multiplie les élans verts, comme la loi anti-minoune, ou l’instauration d’une bourse du Carbone.

Il va de soit que ces gens qui ne pensent qu’au contrôle et au pouvoir sont en opposition avec les vrais écologistes qui utilisent la science de façon objective. Ils sont sympathiques aux capitalistes verts, puisque l’argent et le pouvoir vont ensemble et aussi aux socialistes, qui eux aussi veulent un gouvernement centralisateur et contrôlant. Alliés avec des capitalistes et des socialistes? Ça semble bizarre non? Mais comme dans tous les autres cas sur le graphique en étoile, les alliés de l’un sont des ennemis l’un de l’autre.


Socialistes
Certains ont récupéré le discours environnementaliste pour s’en servir comme moyen de combattre le capitalisme. Ils associent l’industrialisation et la pollution aux grandes corporations afin de faire la promotion de leur alternative socialiste/communiste.
On les appelle aussi les « melon d’eau », parce qu’il sont verts à l’extérieur, mais rouges à l’intérieur.

Leur cible favorite est les pétrolières. Dès qu’un « vert » n’a plus d’argument, il va tenter de discréditer son interlocuteur en disant qu’il est payé par les pétrolières. Pourtant, on a bien vu que le gros de l’argent ne se trouve pas là. Juste à voir les milliards qui se brassent à l’ONU, les fonds de recherche et les bourses du Carbone, l’argent que les pétrolières auraient payé pour faire de la contre-propagande semble bien mince en comparaison.

Ils ne veulent pas « sauver la planète », ils veulent combattre l’industrialisation et le capitalisme. Pour eux, le discours environnemental est une couverture. Greenpeace est impliquée dans ce mouvement « anti-tout ». Patrick Moore, un des fondateurs du mouvement Greenpeace s’est retiré quand il s’est rendu compte que l’organisme avait été hijacké par des gauchistes avec des buts idéologiques politiques.

Certains ne s’en cachent même pas, comme ces manifestants au sommet de Copenhague en 2009:

Il va de soit qu’ils sont opposés aux capitalistes verts, mais aussi aux vrais écologistes qui y sont pour l’environnement, non pas la politique. Ils sont des alliés sans le vouloir des powermongers qui veulent instaurer un gouvernement mondial à saveur socialiste. Et aussi aux Malthusiens, qui sont sympathiques à l’idée d’un gouvernement socialiste mondial afin d’en arriver à leur fins de contrôle de la population.


Malthusiens
Le malthusianisme est une philosophie prônant la restriction démographique, inspirée par les travaux de l’économiste britannique Thomas Malthus. Beaucoup d’environnementalistes suivent ses idées telle une religion. Pour eux, l’humain est un cancer de la planète qu’il faut éradiquer. La vie des animaux et même des insectes à plus de valeur qu’une vie humaine selon les plus extrémistes. C’est pourquoi ils attirent beaucoup d’animalistes et de vegans dans leur rangs.

Le plus grand danger pour la planète selon eux est la surpopulation. Par exemple, lors du sommet de Cancun, il y a eu des discussions (que les médias n’ont pas couvert) dirigées par Ted Turner et Bill Gates (deux milliardaires américians) pour imposer une politique de « un couple, un enfant », comme en Chine, afin de « sauver la planète ». (Billet écrit à ce sujet en 2010) Mais de telles mesures ne peuvent être appliqués que dans un état autoritaire. Ce qui est vicieux et qui montre le vrai visage de ces gens, c’est qu’ils proposaient un système où les riches pourraient « acheter » le droit d’avoir des enfants aux pauvres. Notez que Ted Turner a 5 enfants. Il a même été question de stériliser les pauvres pour qu’ils aient droit à l’aide gouvernementale. Leur but est que les riches continuent à prospérer, mais que les que pauvres cessent de se reproduire. C’est une forme d’eugénisme.
Certains veulent aller plus loin que de diminuer la population humaine, certains veulent aller jusqu’à l’éradication complète de la race humaine. (Ex: le cas de James J. Lee) Ils sont dans une religion anti-développement, leur but étant de ramener l’humanité à sa plus simple expression. Tout progrès est un obstacle à leur but. Ils souhaitent ouvertement les guerres, famines et pandémies comme moyens de réduire la population.

Le Prince Phillips, fondateur du WWF (World Wildlife Fund) est un Malthusien, voici une de ses citations:

« Si jamais je suis réincarné, je voudrais revenir en tant que virus mortel, pour contribuer à régler le problème de surpopulation. »

Par exemple, Greenpeace s’est opposé vigoureusement au DDT, insecticide qui a permis de sauver des millions de vies. Avant le DDT des millions de gens mouraient de maladies comme le paludisme et la malaria, transmis par les insectes piqueurs. Le but de Greenpeace n’était pas de sauver la planète contre les méchants produits chimiques, ils préféraient que ces gens meurent puisque ces millions de gens qui vivaient maintenant grâce au DDT faisait de millions de bouches de plus à nourrir, et selon eux étaient un poids supplémentaire sur mère nature. Et autant que ça soit les pauvres dans des pays du tiers-monde qui meurent, plutôt que les riches occidentaux.

Mieux vaut qu’ils meurent plutôt qu’ils ne se reproduisent de façon anarchique.
Fonctionnaire de AID

Le Sierra Club demande l’arrêt de l’utilisation des insecticides, même dans les pays où le DDT a réussi à juguler la malaria. Avec le DDT nous faisons chuter le taux de mortalité dans les pays sous-développés sans avoir considéré la manière dont nous pourrons nourrir ces populations en surnombre.

Mes doutes commencèrent quand le DDT fut introduit dans les circuits civils. En Guyane, en deux ans, la malaria avait presque entièrement disparu, mais le taux de natalité avait doublé. Le principal reproche que je fais au DDT est que, après coup, je constate qu’il a grandement contribué au problème de surpopulation.
-Dr Alexander King, chef du Club de Rome

Le DDT est maintenant banni, sous de fausses raisons, et depuis ce temps le paludisme et la malaria continuent à tuer des millions de gens chaque année.

Article sur ce sujet:
http://www.biofortified.org/2011/03/denialism-at-its-best-%E2%80%9Cgreenpeace-was-never-opposed-to-the-use-of-ddt-for-malaria-control-%E2%80%9D/

Ils sont en opposition au capitalisme vert, puisqu’ils sont contre tout développement. On peut penser qu’ils seraient très sympathique à la perspective d’un gouvernement mondial socialiste, puisque c’est la seule façon pour eux d’imposer des règles strictes de contrôle de la population, mais pour eux un gouvernement mondial ne serait qu’un outil afin d’arriver à leur fins de réduction, ou même d’éradication de masse des humains.


Écologistes
On parle ici de vrais écologistes (l’écologie est une science) qui contrairement à environnementalistes, est un terme qui peut identifier n’importe qui milite pour une cause « verte ». Ils se basent sur la science pour protéger l’environnement, au lieu d’être contre tout développement, ils vont travailler au développement « responsable » et durable, c’est à dire limiter la pollution, tout en développant nos ressources. Toute activité humaine, quelle qu’elle soit a un impact sur l’environnement, leur but est de limiter le plus possible cet impact. Donc travailler au développement et à la progression de l’humanité, et non pas à sa régression.

Beaucoup d’entre eux s’opposent à la théorie du réchauffement par le CO2, parce que la science montre qu’il y a eu amplement de variations climatiques dans le passé sans que le CO2 soit en cause. Ils travaillent à protéger l’environnement contre la pollution (la vraie pollution, pas le CO2), la protection des éco-systèmes et travaillent de concert avec les entreprises pour qu’elles améliorent leur processus. Ce sont les VRAIS écologistes, ceux qui ont à coeur l’environnement, mais sans tomber dans la religion anti-développement et anti-humain.
Le meilleur exemple est Patrick Moore, membre fondateur de Greenpeace, mais il a quitté quand le mouvement a été « hijacké » par des groupes avec des intérêts politiques. Il travaille AVEC les industries, par exemple avec les compagnies qui exploitent les sables bitumineux, afin d’améliorer leur façons de faire pour limiter l’impact sur l’environnement et qu’une fois l’exploitation terminée, que les terrains soient nettoyés, dépollués et replantés.

Il faut cependant noter que certains écologistes font partie d’autres groupes et utilisent leur titre pour faire de la propagande. Ils ne sont plus objectifs et n’utilisent de la science que ce qui peut les appuyer et rejettent le reste.

Les groupes opposés aux vrais écologistes sont surtout les powermongers et ceux qui veulent imposer un gouvernement socialiste, qui sont prêts à manipuler les gens et les informations pour arriver à leur but, ils n’aiment pas les vrais scientifiques avec leurs faits qui contredisent leur plans. Par contre les écologistes sont facilement alliés avec les capitalistes verts, puisqu’on parle ici de développement, donc faire de l’argent, mais tout en respectant l’environnement. Une partie d’entre eux par contre est conscient des problèmes que pourrait éventuellement poser la surpopulation et certains ont une sympathie pour les théories malthusiennes de réduction de la population.


Voici un graphique qui représente les groupes et leurs connections. Ceux qui leur sont sympathiques (de chaque côté), et ceux avec qui ils sont en opposition (qui leur font face)

Et au milieu de cette étoile, il y a la population, qui se fait influencer et manipuler afin de donner leur appui (et leur argent) à ces groupes. Certains deviennent tellement endoctrinés qu’ils deviennent eux-mêmes des outils de propagande, comme les trolls internet qui surfent sur le net en faisant la propagande, ou comme les manifestants « anti-toutte » que l’on voit à chaque fois qu’il y a un projet de développement. Ex: Centrale thermique, barrages, éoliennes, port méthanier, gaz de schiste, pétrole, oléoducs, projets domiciliaires et même les compteurs intelligents. A chaque fois ils utilisent toujours la même méthode, c’est à dire la manipulation par la peur.


Étude américaine de l'EPA sur les gaz de schiste

28/01/2011

Les médias et les écolos nous brandissent cette « nouvelle étude » de l’EPA comme quoi le gaz de schiste/shale serait plus polluant que « prévu ».

Notez que la totalité des sites (médias et sites écolos) qui parlent de cette étude ne font pas de lien vers l’étude originale, et chacun en tire ses propres conclusions, qui souvent diffèrent de ce qui est écrit dans l’étude, certain disent « aussi polluant que le charbon ».

Voici l’article qui est le plus près possible de l’étude originale, et c’est sur cet article , et non pas l’étude originale, que les médias se sont fiées:

http://www.propublica.org/article/natural-gas-and-coal-pollution-gap-in-doubt

L’article est quand même biaisé écolo, mais il reste quand même plus objectif que ce que les médias nous ont rapporté.

Ce que l’étude dit c’est que le gaz de schiste, qui a déjà été louangé par certain écolos comme étant l’énergie fossile la plus « propre », produit plus de méthane que prévu pendant son exploitation. Elle n’est donc pas aussi « verte » que l’on pensait si on considère l’exploitation dans le calcul, mais elle reste toutefois quand même moins polluante que le charbon (soit 25 à 40 % fois moins). Ce dernier étant une des sources d’énergie les plus utilisées dans le monde, remplacer des centrales au charbon par des centrales au gaz c’est donc « écolo ».

Quant aux termes « polluants », les écolos et les médias mélangent gaz à effet de serre et polluant. Le CO2 et le méthane ne sont pas des polluants, l’un est nécessaire à la vie (et vous en produisez aussi en respirant) et l’autre est un résultat de la décomposition organique, donc il y a en constamment partout. Ce n’est pas de la pollution. Et c’est encore plus important de préciser que le CO2 n’est pas un polluant quand on sait maintenant que le rôle du CO2 dans les changements climatiques est de plus en plus contesté.

Mais comment penser que les médias avec leur quête de nouvelles percutantes et les écolos avec leur agenda anti-développement peuvent être objectifs quand ils rapportent une nouvelle…


Histoires de peur et faux prophètes : Partie 2

10/01/2011

Suite du billet précédent. Celui-ci couvre du début du 20e siècle, jusqu’à aujourd’hui.

Au début du 20e siècle
Entre 1920 et 1940, quelques décennies après la mini ère glaciaire, il y a eu une période très chaude où ont été établis en Amérique du Nord des records de chaleurs qui tiennent encore aujourd’hui. Déjà, certains « experts » annonçaient des sécheresses catastrophiques. Mais après 1940, les températures ont commencé à tomber dramatiquement.

Les années 70 à 80
Dans les années 70, puisque la température continuait de descendre depuis 1940, on nous prédisait une ère glaciaire imminente. C’est la panique, les terres agricoles ne pourront plus produire assez de nourriture, on nous prédisait des guerres et la famine pour la majorité de la population du globe.

Voici les prédictions catastrophiques des « experts » des années 70. Certains sont aujourd’hui les mêmes scientifiques qui annoncent le réchauffement. Notez que ces prédictions ont été faites entre 1970 et 1975. (traduction libre)


« Nous avons environ 5 ans pour faire quelque chose » Kenneth Watt

« La civilisation va disparaitre d’ici 15 ou 30 ans si des actions ne sont pas prises immédiatement contre les problèmes auquels fait face l’humanité ». George Wald

« Nous sommes dans une crise environnementale qui menace la survie de cette nation, et celle du monde comme un environnement habitable ». Barry Commoner

« Le taux de mortalité va augmenter jusqu’à ce qu’au moins 100-200 millions de personnes par an vont mourir de faim durant les 10 prochaines années » Ehrlich

« Les démographes sont presque tous d’accord sur les prédictions suivantes : dans 5 ans, les famines majeures vont commencer en Inde; elles vont se propager pour include l’Inde au complet, la Pakistan, la Chine, le Moyen-Orient et l’Afrique. […] Dans 30 ans, probablement avant, l’Amérique du sud et l’Amérique centrale vont exister sous la famine . . . D’ici 30 ans, le monde entier, excepté l’Europe de l’ouest, l’Amérique du Nord et l’Australie, vont être en famine. »
Denis Hayes

« Quand les météorologiques prennent les température moyennes autour du monde, ils se rendent compte que les l’atmosphère s’est refroidi graduellement depuis les trois dernières décennies. Cette tendance ne montre pas d’indication inverse. Les analystes du climat sont de plus en plus appréhensif, parce que les abérrations qu’il étudient peuvent être annonceur d’une autre ère glaciaire ».
Time Magazine

« Il y a des signes de mauvaise augure que les modèles météorologiques de la terre ont commencé à changer dramatiquement et que ces changements vont affecter de façon drastique la production de nourriture, avec des implications politiques sérieuses pour toutes les nations du globe. Le déclin de production de nourriture pourrait débuter bientôt, d’ici 10 ans »
Newsweek

Vers 1975, les températures ont recommencé à monter, mettant fin aux fausses craintes d’ère glaciaire.

Ensuite, on a aussi tenté de faire peur au monde avec les pluies acides. Toutes les forêts allaient mourir et les lacs seraient stériles. Oui, il y avait effectivement un problème de pollution, et la conscientisation a porté fruit en forçant les industries à modifier leurs méthodes, mais les pluies acides existent aussi de façon naturelle, par l’activité volcanique et les éclairs, et en quantité raisonnables, les plantes utilisent l’acide nitrique comme nutriment.

Les années 80
Dans les années 80, on nous prédisait un réchauffement catastrophique, les glaces vont fondre, le niveau de l’océan va monter de 20 pieds, les ours polaires vont mourir, la désertification va s’étendre partout, la planète va mourir! Le tout étant bien sûr dû à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, produit par l’humain. Aux Etats-Unis, le prophète de malheur de la religion verte est Al Gore, et au Québec nous avons Steven Guilbeault. Contrairement aux anciens faux prophètes, ces derniers mettent la faute de n’importe quel évènement météorologique sur les humains au lieu de la volonté divine.

Pourtant, les catastrophes appréhendées ne se sont jamais matérialisées, rien qui ne soit autre chose qu’un évènement météorologique naturel. En fait, comme mentionné précédemment, la température a effectivement baissé entre 1940 et 1975, et augmenté ensuite. L’industrialisation (donc l’apport de CO2) a commencé vers 1940, l’après guerre, et pourtant la température se refroidissait. Depuis 1998, il n’y a plus de réchauffement (même un refroidissement selon certaines études), mais le CO2 continue toujours d’augmenter.
fact

Il n’y a donc pas de lien direct entre le CO2 et la température. Al Gore a tenté de faire ce lien dans son film bourré de mensonges, mais dans la réalité, l’étude des carottes de glaces de Vostok montrent que durant les nombreux changements climatiques qui se sont produits durant les derniers 800000 ans, l’augmentation du CO2 arrive APRÈS l’augmentation des températures, pas avant. La température augmente, la biodiversité augmente, et donc le CO2 aussi. La température fait augmenter le CO2, et non pas l’inverse.
.
Cliquez sur l’image pour la voir en plus grand

Al Gore, dans son film de science-fiction, s’est inspiré de ce graphique, mais à malhonnêtement séparé les deux données sur deux graphiques pour qu’on ne voie pas que le CO2 augmentait APRÈS les températures. Voici le graphique utilisé par Al Gore dans son film:
womack_2
Sans compter que les données utilisées par Al gore avaient été manipulées afin de produire ce Hockey Stick, qui a été démontré comme faux ensuite.

Malgré les démentis des scientifiques et le Climategate, les gens ont continué de croire à l’arnaque réchauffiste propagée par les faux prophètes et le GIEC, mais depuis 1998, le réchauffement a cessé, et le mouvement est en perte de vitesse.
GlobalClimateDisruption-thumb-520x383-446

Remarquez aussi que depuis 2003, les prophètes environnementalistes parlent de « changements climatiques » au lieu de « réchauffement climatique ». En effet ça à l’air fou de dire que c’est la faute du « réchauffement climatique » quand il fait plus froid. Mais c’est pas a qui va arrêter M. Guilbeault. Pour lui, qu’il fasse chaud, froid, qu’il pleuve, qu’il neige, TOUT est la faute des changements climatiques.

cartoon-GW-Causes-Stuff

Le trou dans la couche d’ozone
Une des pires histoires de peur dans les années 80 fut le fameux « trou » dans la couche d’ozone. En fait, il ne s’agit même pas d’un trou, mais bien d’une zone en antarctique où le taux d’ozone varie selon les saisons. Il y a de l’ozone dans ce « trou », juste en plus faible quantité. Mais les graphiques montrés à la télé montraient toujours un trou. On allait tous mourir du cancer de la peau, y compris les animaux. Encore une fois, on a mis tout ça sur le dos des chlorofluorocarbures (CFC), et ils ont été bannis. Il est très possible que les CFC puissent avoir eu un impact, mais le taux d’ozone continue de varier de façon saisonnière et cyclique. Le rôle du soleil dans la fabrication de l’ozone est primordial et c’est pourquoi le « trou » se forme lorsqu’il n’y a pas de lumière solaire (en antarctique, il n’y a presque pas de soleil pendant 6 mois) Durant la période de soleil constant, l’ozone augmente et le « trou » se ferme. C’est pourquoi la carence en Ozone se forme aux pôles et non pas ailleurs. Mais les faux prophètes ne parlaient pas des ces cycles…
http://en.wikipedia.org/wiki/Ozone_depletion:

The role of sunlight in ozone depletion is the reason why the Antarctic ozone depletion is greatest during spring. During winter, even though PSCs are at their most abundant, there is no light over the pole to drive the chemical reactions. During the spring, however, the sun comes out, providing energy to drive photochemical reactions, and melt the polar stratospheric clouds, releasing the trapped compounds. Warming temperatures near the end of spring break up the vortex around mid-December. As warm, ozone-rich air flows in from lower latitudes, the PSCs are destroyed, the ozone depletion process shuts down, and the ozone hole closes

Et le fameux « trou » existe toujours selon la saison, mais on en parle plus. Les prophètes de malheurs ont trouvé d’autres calaminés pour nous faire peur.

Les ours polaires?
polar-bear
Ah! Les pauvres petit-ours polaires!
On a dont essayé de nous faire croire qu’ils allaient tous disparaitre quand la banquise allait fondre à cause du réchauffement climatique. Le problème c’est que la banquise ne fond pas autant que les modèles prédisent, et ne prend pas en compte que les ours ne vivent pas sur la banquise, mais bien sur la terre. La banquise est leur terrain de chasse. Sans la banquise les phoques mettent bas sur la terre et les ours les chassent à cet endroit. Et le détail de plus important, c’est que les ours polaires existent depuis 150000 ans, évolué à partir de l’ours brun durant la dernière ère glaciaire. Il y a 1000 ans, durant l’optimum médiéval, il faisait plus chaud qu’aujourd’hui, il n’y avait plus de banquise et moins de glace au Gröenland, que les vikings avaient colonisé. Pourtant les ours polaires ont survécu. La même chose avec l’optimum Holocène qui a suivi la dernière ère glaciaire, il y a entre 9000 et 6000 ans, qui était encore plus chaud que l’optimum médiéval, et les ours sont toujours là. Alors inquiétez-vous pas pour les ours polaires. Pendant ce temps, des humains meurent sans que personne n’en fasse de cas.
enviropriorities

La surpopulation
Puisque le réchauffement climatique commence à battre de l’aile, le nouveau sujet trouvé pour faire peur au monde c’est la surpopulation. Ce n’est pas un sujet nouveau, dès les années 60, certains scientifiques annonçaient déjà des catastrophes reliées à la surpopulation, qui ne se sont pas encore réalisées non plus.

Les écolos prônent maintenant la dénatalité, allant même jusqu’au terrorisme pour dire au gens de ne plus faire d’enfants et diminuer la population pour limiter le CO2, qui selon eux cause le réchauffement. On nous annonce des famines, la disparition des espèces animales, et des guerres pour le contrôle des ressources. Quoiqu’il y a ait un fait indéniable que la terre ne peut pas supporter une population en croissance à l’infini, il ne faut pas oublier que la population ne continuera pas nécessairement d’augmenter au rythme actuel. De façon naturelle, plus les sociétés sont développées, moins les gens ont d’enfants. Et c’est en supposant qu’il n’y aura pas de guerre, famines, épidémies ou ère glaciaire pour diminuer la population. Les moyens discutés tout récemment au sommet de Cancun par les prophètes de malheur sont inquiétants, allant de la stérilisation des pauvres, à une politique mondiale d’enfant unique, comme en Chine.


Écolo-terrorisme

02/09/2010

J’en avait déjà parlé avant, ce n’était qu’une question de temps. Hier, James J. Lee, un militant environnementaliste a pris des otages dans les bureaux de Discovery Channel et a finalement été abattu par les policiers. Remarquez que nos bons médias écolo-gauchistes et biaisés n’en ont pour ainsi dire pas parlé. Pour se renseigner, il faut regarder les médias américains ou européens. Si au Québec ils finissent par en parler, ils vont soit le défendre, ou alors simplement dire qu’il était désaxé et ne savait pas ce qu’il faisait, et qu’il n’est pas représentatif du mouvement écolo…
Discovery Channel Gunman
Fallait s’y attendre à force de brainwasher les gens que le nature et parfaite et que l’humain est le cancer de la planète. Que l’humain est responsable de tout le mal qui arrive (comme les changements climatiques). Quand une fillette noie un chiot, elle mériterait la mort, mais quand un ours polaire éventre un bébé phoque, c’est correct? Les écolo-religieux voient tout en noir et blanc.

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/09/01/AR2010090103911.html

James J. Lee divided the world into good and bad. According to his writings on a Web site he created, people were bad, especially « parasitic » babies.

Animals and bugs were good, Lee wrote. But war was bad, along with global warming, pollution and international trade.

As for civilization?

The environmental militant who was killed Wednesday at the end of a tense hostage standoff at Discovery Communications headquarters in downtown Silver Spring, termed it « filth. »

Lee, 43, who once threw money to bystanders as a protest along a Silver Spring street and who believed that the world would be better off without people, was shot by police after the almost four-hour standoff. Police have not publicly named Lee, but several local and federal law enforcement sources identified him as the gunman.

Lee held a grudge against Discovery, viewing the network as a purveyor of ideas he considered environmentally destructive and staging protests outside its headquarters, according to authorities and court records. Yet he got little farther than the lobby of the vast complex while the company alerted its thousands of employees and urged them to stay in locked offices and then evacuate using a designated stairwell.

Lee, whose environmental creed was spread across the Internet in manifestoes and blog posts, was killed at 4:48 p.m. after he stalked into the building with a handgun, took three hostages and later pointed his gun at one of them, said Montgomery County Police Chief J. Thomas Manger.

The incident, in the headquarters of the global television corporation just outside Washington, sent hundreds of employees streaming for safety into the afternoon heat without their purses, wallets and other personal items. It snarled traffic and riveted media audiences. Police said Lee had four makeshift explosive devices strapped to his body, and was wielding a gun. He entered the building about 1 p.m.

« We are running out of time to save this planet and the Discovery Channel is a big part of the problem, » he wrote. « Instead of showing successful solutions, their broadcast programs seem to be doing the opposite. »

Many of his notions seem to stem from his reading of author Daniel Quinn’s novel « My Ishmael, » about a telepathic ape who teams with a 12-year-old girl to save the planet.

« Saving the Planet means . . . decreasing the Human population. That means stopping the human race from breeding any more disgusting human babies! »

Lee argued that « nothing is more important » than saving animals: « The Lions, Tigers, Giraffes, Elephants, Froggies, Turtles, Apes, Raccoons, Beetles, Ants, Sharks, Bears, and, of course, the Squirrels. »

« The planet does not need humans. »

Lee was arrested in 2008 while throwing thousands of dollars into the air outside the Discovery building, creating an atmosphere security guards believed was unsafe, according to a report in the Gazette newspaper at the time.

He said the idea was to show that  »money means nothing. Money is trash. » He paid local homeless people to join his protest and hold signs. He gave the loudest people cash bonuses and organized an essay contest, in which he paid $20 for submissions and « periodically awarded an essayist $1,000, » according to a police account.

An Internet video of the money-throwing scene shows cash flying through the air and people chasing it.

The judge in the case, calling the incident « foolish, » sentenced Lee to six months of supervised probation, fined him $500 and warned him he could face up to two months in jail if he went within 500 feet of the building.

Lee, who represented himself in Silver Spring’s District Court, was evaluated by state psychiatrists. Lee said,  »They couldn’t find anything wrong with me. » His probation ended Monday, officials said

http://www.businessinsider.com/james-lee

Pour ceux qui ne parlent pas anglais, voici un article en français (France) puisqu’au Québec, il n’y a rien dans les médias pour le moment:

http://lci.tf1.fr/monde/amerique/2010-09/usa-prise-d-otage-au-siege-de-discovery-channel-6054250.html


Discours catastrophiste!

26/04/2010

« We have about five more years at the outside to do something, » Kenneth Watt

« Civilization will end within 15 or 30 years unless immediate action is taken against problems facing mankind. » George Wald

« We are in an environmental crisis which threatens the survival of this nation, and of the world as a suitable place of human habitation, » Barry Commoner

« Man must stop pollution and conserve his resources, not merely to enhance existence but to save the race from intolerable deterioration and possible extinction. » Time Magazine

“Population will inevitably and completely outstrip whatever small increases in food supplies we make,”

“The death rate will increase until at least 100-200 million people per year will be starving to death during the next ten years.”
Ehrlich

“It is already too late to avoid mass starvation,”

“Demographers agree almost unanimously on the following grim timetable: in 5 years widespread famines will begin in India; these will spread to include all of India, Pakistan, China and the Near East, Africa.

“In 30 years, or conceivably sooner, South and Central America will exist under famine conditions . . . Thirty years from now, the entire world, with the exception of Western Europe, North America, and Australia, will be in famine.”
Denis Hayes

« When meteorologists take an average of temperatures around the globe, they find that the atmosphere has been growing gradually cooler for the past three decades. The trend shows no indication of reversing. Climatological Cassandras are becoming increasingly apprehensive, for the weather aberrations they are studying may be the harbinger of another ice age. » Time Magazine

“There are ominous signs that the Earth’s weather patterns have begun to change dramatically and that these changes may portend a drastic decline in food production – with serious political implications for just about every nation on Earth,” …. “The drop in food output could begin quite soon, perhaps only 10 years from now” – Newsweek


Ça ressemble beaucoup à ce qu’on entend presque chaque jour dans les médias, pourtant ces « prophéties » ont été faites entre 1970 et 1975! Ça en dit beaucoup sur la fiabilité des prédictions de nos écolo-prophètes modernes.


Changements climatiques et cycles naturels

09/03/2010

Depuis toujours, le climat de notre planète change, il n’y a pas si longtemps (10000 ans), il y avait 2 kilomètres de glace au dessus de nos têtes. Tellement que le poids de cette glace à enfoncé la croûte terrestre. A cette époque les grands lacs n’étaient pas connectés entre eux et se vidaient dans le bassin du Mississippi. Ce n’est qu’a la fonte des glaciers que l’apport massif en eau de fonte et le fait que la croûte était encore enfoncée, donc plus basse, que l’eau s’est dirigée vers la vallée du St-Laurent. Ça se serait fait en quelques mois seulement selon certaines études. La croûte terrestre n’a pas fini de se rétablir et le centre et l’est du Canada continuent se remonter à chaque année, alors que la vallée du Mississippi s’enfonce en réaction. Selon un documentaire vu sur Discovery (Naked Science), le nord des grands lacs remonte de 1 pouce par an, alors que le côté sud s’enfonce de 1 pouce par an. D’ici quelques milliers d’années, la baie d’Hudson n’existera plus, et les grands lacs vont couler à nouveau vers le Mississippi. Le centre des États-Unis sera envahi par une mer intérieure. La Nouvelle-Orléans n’existera plus.

Qu’est-ce que les écolos feraient? Ils voudraient construire des barrages pour empêcher l’eau de couler vers les Etats-Unis pour préserver des habitats et le Fleuve St-Laurent? Est-ce qu’ils diraient que c’est encore la faute des humains? Il faut accepter que les changements font partie de cycles solaires, variations orbitales, inclinaison de l’axe de la terre, cycles glaciaires etc.. et que l’humain n’existe que depuis un minuscule fraction de la vie de la terre, pourtant le climat a toujours fluctué. Il y a 600 millions d’années, la terre était gelée jusqu’à l’équateur, parce qu’il n’y avait pas du tout de CO2, ni vapeur d’eau et autres gaz à effet de serre. Il a fallu des milliers d’années d’activité volcanique intense, et des changements dans l’activité solaire afin de réussir à réchauffer la terre.

Depuis des centaines de millions d’années, il y a des cycles glaciaires. La civilisation humaine n’existe que depuis quelques milliers d’années profitant d’une période inter-glaciaire anormalement longue. Normalement, selon les cycles glaciaires réguliers nous sommes dûs pour une ère glaciaire d’ici peu. Donc si au lieu d’un réchauffement, nous nous dirigerions vers une ère glaciaire, (ce qui est très probable selon certains scientifiques), est-ce que les écolos approuveraient la production massive de CO2, puisque selon eux, ça a un impact important sur le climat? Est-ce qu’ils approuveraient le salissage de milliers d’hectares de neige pour qu’elle absorbe la lumière du soleil au lieu de la refléter? NON, et de toute façon ça serait futile, tout comme cette supposée guerre au CO2. Les écolos surestiment l’impact de l’humain sur le climat. Il faut s’adapter au lieu d’essayer de jouer à changer le climat.

De toute façon, dans les cycles glaciaires, les périodes froides sont beaucoup plus longues que les périodes chaudes, et beaucoup plus catastrophiques qu’un réchauffement. Même si les humains pouvaient réchauffer volontairement le climat, ça ne ferait que retarder une ère glaciaire, pas l’empêcher.
Voici un graphique qui montre les cycles glaciaires depuis 500 000 ans.
iceages
Notez que l’activité humaine industrielle est tellement récente et minime qu’elle n’apparait pas sur le graphique. Tout ces changements sont donc d’origine naturelle.

Mise-à-jour: j’ai coloré en rouge sur le graphique la totalité de la civilisation humaine, à partir de l’ancienne Égypte jusqu’à aujourd’hui.


A ceux qui ont peur pour les ours polaires

03/03/2010


Les écolo-religieux tentent de nous faire croire que les ours polaires sont en danger à cause du CO2, que les glaces vont fondre et qu’ils vont se noyer. Pourtant dans un billet précédent, j’avais déjà signalé que les ours polaires ont survécu à la période de réchauffement survenue à l’époque médiévale. A cette époque, les glaces étaient presque complètement disparues.

Voici un article scientifique (http://www.buffalo.edu/news/11011 qui montre bien que les ours polaires se sont adaptés rapidement lors de la dernière période interglaciaire. En plus ça montre que l’espèce est jeune et est apparue il y a environ 150 000 ans, apparentée aux ours bruns. Cette espèce est apparue parce qu’elle s’est adapté aux conditions climatiques lors d’une période glaciaire, il est normal qu’elle se porte moins bien dans les périodes interglaciaires comme laquelle où nous sommes présentement, mais elle s’adapte. Cet espèce va proliférer lors de la prochaine ère glaciaire, alors que nous nous serons dans la merde. C’est la vie, et nous devrons nous adapter.

Si jamais un jour les ours polaires disparaissent, c’est que les conditions ne sont plus favorables à l’espèce, ou alors qu’elle n’aura pas pu s’adapter assez rapidement. Ça s’appelle l’évolution par la sélection naturelle, « survival of the fittest ».

Ça fait pas l’affaire des écolos, mais c’est cette sélection naturelle qui à fait que les mammifères et donc les humains ont remplacé les dinosaures. Il en a été de même durant des millions d’années, des millions d’espèces sont aujourd’hui disparues parce qu’elle n’ont pas pu s’adapter assez rapidement aux changements, parce que, encore une fois, le climat de la planète n’est pas, et n’a jamais été stable. Il change continuellement, ou il se produit aussi des évènements d’extinction de masse (ex: météorite) et les espèces doivent s’adapter ou disparaitre. C’est pour cette raison qu’il n’y a plus de mammouth, et c’est pas la faute de l’humain.