Manifestations anti-austérité

02/12/2014

Les « anti-austérité » sont des égoïstes.
Ils ne pensent qu’à leur petit bien être, leur retraite dorée, ou les subventions et services « gratuits » dont ils profitent.

Jamais il ne leur vient à l’esprit que le statu-quo signifie endette gravement les générations suivantes, leurs enfants, qui devront vivre avec une dette accablante et qui ne pourront jamais profiter du confort que les manifestants ont actuellement.

Un minimum de rigueur budgétaire maintenant aurait juste comme impact de limiter ce fardeau légué à la prochaine génération. Mais les syndicats (90% des manifestants) s’en foutent, ils veulent garder leurs acquis et se payer le maximum, et mettre ça sur la carte de crédit des enfants du Québec.


Le B.S. Canadien

21/08/2012


Le Québec à reçu plus de 245 milliards depuis le début de la péréquation. Présentement le paiement au Québec se situe à environ 8 milliards par an. Le Québec en a presque toujours ramassé la moitié de tout ce qui est envoyé aux provinces les plus pauvres. Pourtant on ne cesse de nous dire que le Québec est « riche », alors pourquoi il recoit toujours l’argent des autres provinces, comme un chèque de B.S. canadien? N’avons nous pas de fierté? N’êtes-vous pas tannés de vivre comme des péréquêteux?

Terre-Neuve, les fameux « newfies », une des provinces pauvres il n’y a pas si longtemps, ont commencé à exploiter leurs ressources pétrolières et sont maintenant parmis les provinces riches.

Ce sont les politiciens canadiens qui ont décidé d’en donner plus au Québec parce qu’il chailait tout le temps, mais en retour les québécois réagissent en bébé gâté et envoient chier ceux qui leur donnent cet argent. En plus ils gaspillent cet argent en généreux programmes socialistes au lieu de diminuer leur dette, car nous sommes la province la plus endettée.

Les canadiens commencent à en avoir assez, si le Québec ne devient pas plus mature et ne commence pas à exploiter ses ressources pour payer ses programmes socialistes, c’est le Canada qui risque de foutre le Québec dehors, ou au minimum couper les transferts de péréquation et forcer ainsi le Québec à choisir entre exploiter ses ressources, ou alors couper dans les généreux programmes ( CPE subventionnées, assurance médicament, congés parentaux, procéréation assistée gratuite, frais de scolarité les plus bas au Canada, programmes de prêts et bourses les plus généreux etc..)

Aucun des candidats actuels ne parle de faire le vrai ménage qui s’impose, ce sont tous des candidats de centre-gauche, ou alors extrème gauche (QS). Il n’y a pas un seul candidat des principaux partis qui a comme but de bien gérer les finances et de mettre la dette sous contrôle. Pour éviter d’effayer le vote des verts, ils parlent du bout des lèvres d’exploiter nos ressources, ou alors parlent de moratoire et de redevances tellement élevées que les compagnies iront investir ailleurs. Pourtant, tous promettent de plus en plus de cadeaux et les gens en redemandent.

Le Québec vit dans une bulle et ne se rend même pas compte à quel point le mur s’en vient et personne ne parle de mettre le pied sur le frein.

Le Québec est comme un adolescent qui fait la belle vie avec la carte de crédit de ses parents, et braille pour en avoir toujours de plus en plus de cadeaux. Mais un jour les parents risquent de se tanner et couper la carte de crédit. Le choc n’en sera que plus dur parce que l’adolescent ne se sera pas préparé à faire face à la réalité.

Pourquoi est-ce que le Québec devrait avoir plus que les autres? Nous ne sommes pas spécial. A moins peut-être de le prendre dans le sens des olympiques « spéciaux »

Il y a des jours comme ça ou c’est décourageant de vivre au Québec.