Le prochain cycle froid approche

03/01/2018

Publicités

Une autre étude qui démontre que les variations du climat ne sont pas notre faute

14/06/2017

Une autre étude publiée conjointement par l’Université de Rochester, l’Université de l’Alabama et l’Université de Virginie a déterminé que le réchauffement climatique n’était pas dû aux activités humaines, et que le CO2 n’était pas un polluant.
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/joc.1651/full

L’un des auteurs de l’étude, le professeur Fred Singer (Université de Virginie) écrit :
« le réchauffement climatique auquel nous assistons fait simplement partie d’un cycle naturel de réchauffement et refroidissement que l’on observe dans les stalagmites, dans les glaces et dans les sédiments du fond des mers… et qui a été abondamment documenté dans des revues spécialisées. Le mécanisme qui provoque ce cycle fait encore l’objet de débat ; mais est, très certainement, dû à l’activité solaire.»

(…)

«Notre recherche démontre que l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère n’a qu’une influence minime sur les changements climatiques.»


Intéressante conférence de Carl-Otto Weiss

06/11/2015

« The climate change is due to natural cycles »
Prof. Carl-Otto Weiss, Advisor to the European Institute for Climate and Energy; Former President of the National Metrology Institute of Germany, Braunschweig.
International Conference of the Schiller Institute
Paris, 13-14 June 2015

C’est le Pr. Weiss, l’ancien président de l’Institut national de métrologie allemand, qui a présenté son travail sur les relevés de mesures de la température couvrant la plus longue période, pour les cycles climatiques, en Europe centrale.

Ces mesures couvrent une période de 250 ans, rassemblant les données les plus anciennes mesurées par l’homme. Ces données, examinées avec l’analyse de Fourier, montrent que la température se comporte uniquement de manière cyclique. Ceci nous amène à exclure l’impact du CO2 sur la température globale, puisque l’accroissement de CO2 n’a pas été cyclique mais continu.

Une autre analyse montre que le cycle dominant de 200 ans environ, qui a été identifié par l’analyse de Fourier des données sur la température, peut avoir été déterminé par le cycle De Vries/Suess de l’activité solaire. Cependant, étant donné que le dernier cycle a une duré de 200 ans et que les relevés de température ne couvrent que 250 ans, il faut plus de données.

Celles-ci ont été apportées grâce à la série de données la plus étendue dont nous disposons, les mesures indirectes analysées par Buentgen, Christiansen/Ljundquist, qui couvrent une période de 2500 années. Le résultat : les cycles de température sont en phase avec l’activité solaire.


Des informations qui changent tout sur le débat du climat.

05/10/2015

“Yes, CO2 has an effect, but it’s about a fifth or tenth of what the IPCC says it is. CO2 is not driving the climate; it caused less than 20 per cent of the global warming in the last few decades”.
[…]
“The model architecture was wrong,” he says. “Carbon dioxide causes only minor warming. The climate is largely driven by factors outside our control.”
[…]
There is another problem with the original climate model, which has been around since 1896.
While climate scientists have been predicting since the 1990s that changes in temperature would follow changes in carbon dioxide, the records over the past half million years show that not to be the case.
[…]
He predicts global temperatures, which have plateaued, will begin to cool significantly, beginning between 2017 and 2021. The cooling will be about 0.3C in the 2020s. Some scientists have even forecast a mini ice age in the 2030s.

Source: http://www.perthnow.com.au/news/opinion/miranda-devine-perth-electrical-engineers-discovery-will-change-climate-change-debate/story-fnhocuug-1227555674611


Le climat est la somme des cycles naturels

08/09/2015

Si on prend les cycles naturels connus (solaires et océaniques) (qui sont environ 62, 204, et 1040 ans) et qu’on les additionne, on obtient la courbe suivante:
Sum-of-Natural-Cycles
(Les cycles de 11 ans sont ignorés parce qu’ils ont un impact plus limité sur la courbe totale à long terme, on les voit un peu sur les données Hadcrut4 dans le graphe suivant).

Et si on prend le petit bout plus récent que les réchauffistes utilisent tout le temps pour nous dire qu’il y a un réchauffement catastrophique et sans précédent (1880-présent), causé par l’humain et le CO2, qu’on compare les données de Hadcrut4 avec ces cycles, ça donne ceci:
Natural-cycles-and-HADCRUT4

On y voit meme très bien la « pause », qui est le sommet de la somme des cycles positifs, qui vont ensuite tous retomber dans le négatif (période froide).

Qui peut sérieusement encore dire que le CO2 est le responsable, et non pas les cycles naturels? Si les changements sont naturels, les politiciens ne peuvent pas nous taxer (taxes vertes et carbones), et les activistes et les producteurs d’énergie verte ne profiteraient plus de généreuses subventions.

Source:
http://notrickszone.com/2015/05/25/analysis-coinciding-maxima-of-three-natural-cycles-ends-cooling-ahead-as-they-turn-negative/

Complément:
http://notrickszone.com/2015/09/06/huge-implications-study-shows-climate-dominance-of-200-year-solar-cycle-cooling-21st-century/


Scientifiques dont les prédictions se réalisent

19/12/2014

Toutes les prédictions des alarmistes réchauffistes sur le climat depuis plus de 20 ans ont été complètement fausses.
Non seulement les prédictions étaient fausses, mais elle se sont toutes trompées dans le même sens. Si c’était des erreurs, il devrait y en avoir dans un sens, dans l’autre, et certaines auraient dues (même par coïncidience), avoir été correctes.
73-models-vs-obs-Roy-Spencer
(les observations réelles sont les points en bas)
Mais elles sont toutes fausses et dans le même sens parce qu’elles sont basées sur une hypothèse qui est fausse.

La plupart des scientifitiques sceptiques disent simplement que les observations actuelles contredisent l’hypothèse, et que donc l’hypothèse du réchauffement par le CO2 et l’activité humaine est fausse. C’est la méthode scientifique. Ils disent que c’est probablement naturel (donc recherchent une nouvelle hypothèse), mais ne vont pas plus loin que ça.

Mais plusieurs scientifiques vont plus loin et ont fait des prédictions basées non pas sur le CO2, mais sur les cycles solaires, et contrairement aux prédictions basées sur l’hyptohèse du CO2, leur prédictions se sont réalisées, ou sont sur le point de l’être.

En voici quelques uns:

John Casey:
http://www.newsmax.com/Newsmax-Tv/John-Casey-climate-change-fraud/2014/12/17/id/613663/?ns_mail_uid=5747352&ns_mail_job=1600200_12182014&s=al&dkt_nbr=w6yyklxr
Je vous recommande fortement cette présentation (50min.)

Don Easterbrook:
http://www.cnsnews.com/news/article/barbara-hollingsworth/climate-scientist-who-got-it-right-predicts-20-more-years-global

Piers Corbyn:
http://malagabay.wordpress.com/2014/05/02/piers-corbyn-long-range-weather-forecast/

David Evans:
http://joannenova.com.au/2014/06/big-news-viii-new-solar-model-predicts-imminent-global-cooling/


Prédiction d’une période imminente de refroidissement, basée sur le soleil

01/12/2014

Selon un article qui se base sur les cycles solaires, entre 2015 et 2024 (plus probablemnent vers 2017), nous devrions tomber dans une période très froide, comparable aux périodes comme le minimum de Maunder ou le minimum de Dalton.

L’hypothèse de David Evans est la « notch-delay ». Cette hypothèse basée sur les cycles solaires semble démontrer un certain délai entre la faiblesse d’un cycle solaire et son effet sur la température. En appliquant cette hypothèses aux périodes de refroidissement passées, il semble y avoir une corrélation avec les cycles solaire, c’est probablement une des hypothèses les plus promettteuses pour expliquer les variations climatiques.

Selon eux, il y a une une baisse marquée depuis 2004, comparable aux périodes froides passées, et le délai serait entre 10 et 20 ans (mais plus proche de 11)

J’aime aussi la méthode scientifique qui est utilisée (la méthode que les réchauffistes n’utilisent pas):
Durant la prochaine décennie, les changements de température vont valider quelle hypothèse est la meilleure, celle du CO2 ou celle du « notch-delay » solaire.

Voici le critère: une baisse d’au moins 0,1°C (moyenne globale) d’ici 10 ans.

Si ça n’arrive pas, la théorie du « notch-delay » solaire est fausse et on doit l’écarter.

Si ça arrive, alors c’est l’hypothèse du CO2 qui doit être écartée. Ce modèle prévoit une hausse de 0,3°C sur 10 ans. Et puisque depuis 1998 il n’y a plus de réchauffement alors que le CO2 augemente, si d’ici 2024 il y a une baisse des températures, c’est que le CO2 n’a aucun lien avec le réchauffement et cette hypothèse doit être écartée.

C’est comme ça que marche (normalement) la science.

Source:
http://joannenova.com.au/2014/06/big-news-viii-new-solar-model-predicts-imminent-global-cooling/