Le climato-scepticisme expliqué en 3 graphiques

21/12/2017

Il est facile de démontrer que l’hystérie climatique est une fraude anti-science, en utilisant les données climatiques du passé.

Les alarmistes prennent toujours de 1880 comme référence pour démontrer un réchauffement « jamais vu » de toute l’histoire. (Pourtant, par définition, l’histoire ne commence pas en 1880, mais bien à l’invention de l’écriture, il y a environ 5000 ans)

1880, c’est comme par hasard tout juste à la fin du « little ice age », une des périodes les plus froides depuis 8000 ans. Il est donc normal que ça se soit réchauffmé un peu depuis. (0,7 degré en 100 ans)

On remarque aussi qu’il y a eu plusieurs cycles chauds (et froids) avant, et que ces cycles sont tous aussi rapides (sinon plus) que le cycle actuel, qui n’a donc rien d’exceptionnel.

On remarque aussi que les périodes chaudes correspondent à des périodes prospères, qui ont vu naitre les grandes civilisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines, de chute des empires et de migration.

Si on recule plus loin en arrière, on se rend compte que les derniers millénaires font partie d’une courte période entre deux ères glaciaires. Les ères glaciaires sont cycliques depuis plusieurs millions d’années (Cycles de Milankovitch), et sont en moyenne 100 000 ans d’ère glaciaire, avec des périodes interglacaires de 10 000 ans (comme celle dans laquelle nous sommes depuis environ 10 000 ans et donc qui s’achève).
On remarque aussi de la plupart des interglacaires précécents étaient plus chauds.
Il est à noter aussi que la plongée vers une ère glaciaire ou sa sortie sont des différences d’environ 10 degré en un temps très court, pouvant même aller à quelques décennies (ex: Younger Dryas)

(En rouge l’interglacaire actuel qui était représenté par le premier graphique)

(Hansen 2004)

Et si on retourne encore plus loin dans le passé, jusqu’à 500 millions d’années dans le passé lointain (depuis l’explosion de la vie sur terre), on voit très bien que la période actuelle (avec ères glaciaires à répétition) est une période FROIDE et PAUVRE en CO2, comme il y en a rarement eu.

Ce qui est remarquable sur ce graphe c’est qu’on y remarque que les températures ont en moyenne été beaucoup plus chaudes et prospères, que le CO2 était en moyenne 5 fois plus élevé que maintenant, et surtout qu’il n’ont jamais vraiment évolué en corrélation.

On y remarque aussi le maximum thermique Éocène (1), il y a environ 56 millions d’années, une des périodes les plus chaudes depuis 500 millions d’années, qui a été une période très prospère pour la vie et qui a vu apparaitre plusieurs espèces de plantes et de mammifères, alors que le CO2 était en baisse.

On y voit aussi à la fin du Jurassique (2) une péroide où le CO2 monte et la température descent, puis c’est l’inverse qui se produit. Aucune corrélation entre le CO2 et la température.

Et si on regarde au Carbonifère (3), une des périodes où le CO2 ET la température descendent dramatiquement, pour se rendre à des niveaux comparables à aujourd’hui, mais ça a été une période d’extinction massive. La baisse dramatique du CO2 est probablement due à l’apparition massive des plantes à cette époque, qui ont convertit le CO2 atmosphérique en biomasse, mais comme il n’y avait pas d’organismes pour dégrader et digérer les plantes mortes, ça s’est juste accumulé pendant des millions d’années et ça a formé la majorité des dépôts de charbon dans le monde. Jusqu’à ce que le taux de CO2 soit tellement bas que les plantes ont commencé à mourrir.

Et en terminant, une autre période remarquable par sa non-corrélation entre le CO2 et la température à la fin du Permien (4).

(cliquez pour voir en plus grand)

Conclusion:
Il est donc clair que depuis des centaines de millions d’années, le CO2 et la température ne sont pas liés, que les températures plus chaudes sont prospères pour la vie, et que les taux de CO2 passé ont presque toujours été beaucoup plus hauts aussi, sans effets catastrophique. Au contraire, la période actuelle est une période FROIDE et PAUVRE en CO2, et n’a absolument rien d’exceptionnel, ni en vitesse, ni en amplitude.

Il est donc ridicule de penser que les variations actuelles puissent être notre faute (le climat a toujours varié et de beaucoup) ou qu’un réchauffement pourrait être catastrophique, il serait plutôt bénéfique.

La seule réelle catastrophe qui s’en vient, d’ici quelques centaines années au pire, quelques milliers au mieux, ce sera la prochaine ère glaciaire, qui sera réellement la fin de notre civilisation et sera difficile pour toutes les formes de vie sur terre. Et non, on ne pourra rien y faire sauf tenter de s’adapter, quitter les territoires envahis par la glace et déménager toute les populations près de l’équateur, là où l’agriculture sera encore possible.
Mais déménager 7 ou 8 milliards d’habitants vers un territoire limité ne peut pas se faire sans créer des conflits majeurs et des grandes famines. S’il y a une seule chose à craindre au niveau climatique, c’est ça.

Publicités

Une autre étude qui démontre que les variations du climat ne sont pas notre faute

14/06/2017

Une autre étude publiée conjointement par l’Université de Rochester, l’Université de l’Alabama et l’Université de Virginie a déterminé que le réchauffement climatique n’était pas dû aux activités humaines, et que le CO2 n’était pas un polluant.
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/joc.1651/full

L’un des auteurs de l’étude, le professeur Fred Singer (Université de Virginie) écrit :
« le réchauffement climatique auquel nous assistons fait simplement partie d’un cycle naturel de réchauffement et refroidissement que l’on observe dans les stalagmites, dans les glaces et dans les sédiments du fond des mers… et qui a été abondamment documenté dans des revues spécialisées. Le mécanisme qui provoque ce cycle fait encore l’objet de débat ; mais est, très certainement, dû à l’activité solaire.»

(…)

«Notre recherche démontre que l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère n’a qu’une influence minime sur les changements climatiques.»


D’autres scientifiques qui dénoncent l’arnaque

05/04/2017

« The great physicist Richard Feynman adds to three other giants of physics, Maxwell, Clausius, and Carnot, who have explained the « greenhouse effect » is solely a consequence of gravity, atmospheric mass, pressure, density, and heat capacities, and is not due to « trapped radiation » from IR-active or ‘greenhouse’ gas concentrations.  »

Source:
http://www.feynmanlectures.caltech.edu/I_40.html
Résumé ici:
http://principia-scientific.org/physicist-richard-feynman-discredits-greenhouse-gas-theory/


Patrick Moore à propos du CO2

29/09/2016


Manipulation médiatique à propos du CO2

11/05/2016

Dans les médias, dès qu’un article parle de CO2, on nous met une photos de cheminée d’usine crachant de la fumée noire (qui sont souvent du dioxyde de souffre ou de la suie, pas du CO2).
Ironiquement, on nous montre aussi souvent des photos de tours aéroréfrigérantes de centrales nucléaires (comme celle qui suit), qui émettent tout simplement de la vapeur d’eau.

Pourtant dans la réalité, le CO2 est incolore, inodore et est la source de la vie sur terre. Oui oui, source de toute vie sur terre. Si le CO2 est trop bas, pas de plantes, et donc aucune autre forme de vie (autre que bactérienne) puisque les plantes sont à la base de toute la chaine alimentaire. Plus le CO2 est élevé, plus les plantes en profitent, sans effet néfaste pour les humains ou les animaux, à moins de taux épouvantablement élevés comme 50000ppm, ce qui est impossible à atteindre dans notre atmosphère même si on brulait tout les combustibles fossiles d’un seul coup. Jamais les taux n’ont été aussi élevé dans le passé et le CO2 a été absorbé par les formes de vies.

Mais il faut quelque chose qui à l’air épeurant et sale pour appuyer leurs articles de propagande.

Aussi depuis plusieurs années, ils ne parlent plus de CO2, mais de Carbone, ce qui n’est pas du tout la même chose. Le carbone est noir, et il a l’air sale, comme le charbon ou le pétrole. Dorénavant, ils parlent d’empreinte carbone, d’émission de carbone, de taxes carbone, etc..
carbone-termico-610x425

Avec cette logique, le CO (toxique) serait-il la même chose que le CO2 (source de vie), ou le H2O (eau) serait-il la même chose que H2O2 (peroxyde d’hydrogène)??

On me dira: « Oui mais l’effet de serre du CO2, on est en train de réchauffer dangereusement la planète et causer la désertification! » »

1- L’effet de serre du CO2 est grandement exagéré, son effet diminue dramatiquement passé 400ppm. (effet de saturation)

2- L’humain émet une quantité infime de CO2 comparé à ce qui est émit par la nature. 97% de tout le CO2 émit annuellement l’est par la nature.

3- Si le CO2(naturel ou anthropique) avait réellement un effet significatif sur le climat, comment expliquer que toutes les données passées disent le contraire? Par exemple, entre le Jurassique et le Crétacé (au environ de 150 Ma), le CO2 a monté jusqu’à 2500ppm, et la température descendu de 5 degrés. Durant le maximum thermique paléocène/éocène (il y a 56 Ma) les températures étaient très élevées, mais le CO2 descendait et était à environ 1000ppm.
co2_temperature_historical
Tout comme le CO2 a monté depuis le déut du siècle, et l’humain a émit le tiers de tout le CO2 émit de toute son histoire depuis ce temps, mais la température ne monte pas (plateau) à l’exception des pics El Nino (cycles naturels) qui sont redescendu tout de suite après.
http://woodfortrees.org/plot/rss/from:1998/plot/uah/from:1998

4- Depuis que le CO2 a augmenté dans le dernier siècle, la planète verdit, les déserts reculent GRÂCE au CO2.

Billets reliés:
https://crioux.wordpress.com/?s=co2


Green planet

27/04/2016

La planète est de plus en plus verte, grâce au CO2. Ça devrait plaire aux environnementalistes, pourtant non ils aiment pas ça. Eux ce qu’ils veulent c’est faire peur au monde pour mieux les manipuler.

“The only way to get our society to truly change is to
frighten people with the possibility of a catastrophe.”

– emeritus professor Daniel Botkin

NASA: Carbon dioxide fertilization greening Earth, study finds

http://www.csiro.au/en/News/News-releases/2013/Deserts-greening-from-rising-CO2

https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2015/09/16/the-greening-of-the-sahel/

http://www.thegwpf.org/images/stories/gwpf-reports/mueller-sahel.pdf


La vérité sur les « changements climatiques »

21/04/2016