Climat: Mythes et réalités

08/10/2019

Ce résumé des mythes à propos du climat fait suite à une présentation que j’ai fait au groupe de discussion politique « les Politicailleux« .
Nous avons énuméré une liste de mythes et affirmations à propos du climat, et j’ai validé en utilisant des données et faits scientifiques pour démontrer ce qui est vrai, ce qui porte à interprétation et ce qui est juste un mythe. (J’ai mis quelques liens et graphiques, mais il n’y avait pas assez de place pour tout mettre sans alourdir le texte. Ce sont des informations faciles à valider pour qui se donne la peine)
On ne s’est attardé que sur les faits objectifs, pas sur le côté politique, qui lui fera l’objet d’une autre discussion.

Voici les affirmations:


Le climat se réchauffe

OUI, le climat s’est réchauffé, mais tout dépend de l’intervalle choisie, et c’est là que c’est important. Les réchauffistes utilisent toujours 1880 comme date de départ pour montrer le réchauffement
En 1880, on sortait du Little Ice Age, une des périodes les plus froides depuis 8000 ans, il est donc normal que ça se soit réchauffé un peu depuis (environ 1 degré).
Si on regarde à court terme, il n’y a plus de réchauffement depuis 20 ans. Si on recule plus loin en arrière, il faisait plus chaud qu’aujourd’hui il y a 1000 ans (époque médiévale). Il faisait plus froid il y a 10 000 ans (ère glaciaire) et il faisait BEAUCOUP plus chaud il y a plus de 4 millions d’années, avant que ne commence les cycles d’ères glaciaires à répétition.
Donc tout dépend de l’intervalle choisie. Donc OUI si on prend depuis 1880, la tendance générale est à la hausse de 1 degré. Mais si on choisit d’autres intervalles, plus longues ou plus courtes, on arrive avec des tendances différentes. Il est malhonnête de prendre la période depuis le Little ice age et dire que c’est la faute de l’humain, parce que ça fait partie de cycles réguliers connus, et donc ça serait arrivé même sans activité humaine, ni CO2. Si l’humain avait un impact important, le cycle actuel serait beaucoup plus chaud que les cycles passés, alors qu’il est le moins chaud. En conlusion, le climat varie, il a toujours varié. Le fait qu’il varie ne prouve aucun lien avec l’activité humaine ni le CO2.

Voici des données en appui:
Données de Température (par proxy) durant l’interglaciaire actuel. Voyez où se trouve le « little Ice Age » comparé à la période actuelle. Et remarquez comment les autres cycles chauds ont été plus chauds que l’actuel. Et pourtant ils ont été des périodes prospères qui ont vu naitre les premières grandes civlisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines et chute des empires.
Graphique basé sur les données de W. Daansgard (1984) C.D. Schönwiese (1995) D. Avery (2009), provenant de carottes de glace du site Crete au Gröenland central.


Le CO2 augmente

OUI, il a augmenté depuis environ 100 ans. Encore une fois, l’intervalle choisie est importante. Le CO2 aussi a toujours varié dans le passé, mais presque jamais une hausse de CO2 n’a été suivi d’une hausse des températures.
Souvent ils ont varié à l’opposé pendant des millions d’années. Le fait qu’il augmente ne prouve pas que toute l’augmentation est la faute des humains. en fait on va le voir plus loin, l’humain n’est responsable que d’une très petite partie de l’augmentation.


La température augmente avec la hausse du CO2


Donc OUI nous avons eu un réchauffement depuis environ 100 ans, et OUI le CO2 à augmenté durant ce temps, est-ce que la hausse de température pourrait être causée par l’augmentation du CO2? Il semble y avoir un lien de cause à effet, ou alors est-ce juste une coïncidence? « Correlation is not Causation ». Il est loin de faire consensus sur quel réchauffement peut causer une hausse de CO2, les scientifiques ne sont pas d’accord, la plupart disent que ça peut avoir un petit effet, mais que la variabilité naturelle est probablement plus importante. Mais beaucoup insistent sur le fait que dans le passé, le CO2 et la température ont varié, mais pas en corrélation.
Durant les cycles d’ères glaciaires qui se suivent depuis environ 3 millions d’années, c’est plutôt le CO2 qui varie en réaction aux changements de température: la température augmente (sortie d’une ère glaciaire), et le CO2 augmente légèrement ensuite (des fois avec 800 ans de retard). C’est donc la température qui influence en partie le taux de CO2, pas l’inverse. Cette hausse vient en majorité du dégazage des océans. Quand les océans se réchauffent ils libèrent du CO2, et quand ils refroidissent, ils en absorbent.
Ironiquement ce sont ces mêmes données que Al Gore a utilisé dans son film, mais sur son écran les deux graphes étaient placés un par dessus l’autre et l’échelle du CO2 exagérée pour correspondre à la courbe. S’ils avaient été correctement superposés, c’est là qu’on voit que la température augmente AVANT le CO2.

Donc oui actuellement le CO2 augmente, et seulement une petite partie est due à l’activité humaine (3%). Donc même sans l’humain, le CO2 aurait augmenté à peu près autant. Le CO2 et la température ont toujours varié de façon bien plus importante et rapide que le 1 degré et le 150ppm depuis 100 ans.
Et même qu’il y a 600 million d’années, le taux de CO2 était estimé à plus de 8000ppm, 20 fois le taux actuel, et pourtant la terre était gelée jusqu’à l’équateur (Snowball earth). Alors NON le CO2 n’est pas le principal facteur qui contrôle la température. Son effet de serre est négligeable.

Taux de CO2 versus la température depuis des centaines de millions d’années:

Variations de température et CO2 durant les ères glaciaires (CO2 augmente après la température):
http://joannenova.com.au/global-warming-2/ice-core-graph/


Le CO2 est un polluant

NON, le CO2 (Gaz carbonique) n’est pas un polluant, en fait il est la base de la vie sur terre. Pas de CO2 = pas de plantes, ni d’oxygène, donc pas d’animaux non plus. A ne pas confondre avec CO (Monoxyde de carbone) qui est toxique. Confondre CO2, CO ou C, c’est comme confondre l’eau pure (H2O) avec Péroxyde (H2O2) ou hydrogène (H).
Toute vie sur terre existe grâce au CO2. Mais nous sommes dans une des périodes où le CO2 est le plus bas depuis des centaines de millions d’années, tellement bas qu’en fait que durant les dernières ères glaciaires, nous sommes passés tout près du niveau où toute vie sur terre disparait, alors que le taux est passé à environ 180ppm. A 150ppm, toute vie sur terre cesse.
Nous sommes actuellement à 400ppm, mais on est encore très loin du taux moyen, qui était à 2000ppm depuis des centaines de millions d’années et la vie était pourtant prospère durant tout ce temps. Les plantes (et les animaux) ont évolué et prospéré depuis plus de 400 millions d’années avec des taux de CO2 supérieurs à 2000ppm. Les experts recommendent d’augmenter artificiellement le taux de CO2 dans les serres à plus de 1000ppm pour favoriser une croissance des plantes et diminuer la quantité d’eau requise. Pas mal pour un supposé « polluant »!
Et le CO2 n’est pas toxique pour l’humain non plus, à moins de taux extrèmement élevés comme 50000ppm. (Taux impossible à atteindre dans l’astmosphère même si on brûlait tous les combustibles fossiles d’un seul coup)
Pour comparaison:
Le taux à partir duquel les plantes meurent: 150ppm
Le taux actuel atmosphérique est 400ppm.
Taux supposément apocalyptique selon le GIEC: 415ppm
Les plantes croissent rapidement et ont moins besoin d’eau passé 1000ppm.
Le taux normal dans une salle de classe ou un bar c’est 3000ppm.
Le taux acceptable dans un sous-marin c’est 8000ppm.
A 10000ppm, les humains ont des étourdissemenst sur de longues périodes
Et quand vous expirez c’est 40000ppm de CO2.

Voici des données à l’appui:
Document du ministère de l’agriculture de L’Ontario qui recommande d’augmenter le taux de CO2 dans les serres:
http://www.omafra.gov.on.ca/english/crops/facts/00-077.htm

Conférence de Patrcik Moore à propos du CO2:

Patrick Moore: Should We Celebrate Carbon Dioxide?

Vidéo qui compare la croissance des plantes avec plus de CO2:

Variations du taux de CO2 et température depuis des centaines de millions d’années, alors que la vie prospérait sous des taux moyens de 2000ppm et plus:


Les pays industrialisés sont les plus grand émetteurs de CO2


NON, et ce ne sont pas la Chine, ni l’Inde non plus, même s’ils en émettent beaucoup plus que tous les pays industrialisés. La principale source de CO2 (émissions annuelles) et de loin, c’est la nature elle-même. 97% des émissions annuelles de CO2 sont tout à fait naturelles. Toutes les activités humaines au total n’y sont que pour 3% de tout le CO2.
La nature émet du CO2 surtout par le dégazage des océans, le volcanisme (surtout les volcans sous-marins) et toute l’activité biologique. Toutes les émissions humaines sont infimes en comparaison, une comparaison que les alarmistes ne font jamais. Et malgré tout ça, le CO2 reste un gaz en quantité infime dans l’atmosphère: 400ppm (0,04%)

Liens:
https://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html


Le CO2 est le principal « gaz à effet de serre »


NON, Le principal gaz à effet de serre est: la vapeur d’eau. Les GES représentent environ 2% de toute l’atmosphère, et de ce 2% , environ 95% est de la vapeur d’eau. Le CO2 ne représente qu’un peu plus de 3% de tous les GES. Et de cette infime quantité, l’humain n’est responsable que de 3%. Donc en résumé sur 100 000 molécules d’air, le CO2 ne représente que 40 molécules, et l’humain n’est responsable que de 1,2 molécule. Alors que la vapeur d’eau représente entre 1000 et 2000 molécules.


Il y a déjà eu des changements climatiques dans le passé, mais la vitesse des changements est actuellement exceptionnelle

NON, les variations actuelles sont au contraire très loin d’être exceptionelles. Prenons juste par exemple la période du Younger Dryas, vers la fin de la dernière ère glaciaire, il y a environ 12000 ans. C’était un réchauffement de près de 10 degrés en quelques décennies. Et pourtant le taux de CO2 estimé à ce moment était très bas.

Et si on reprend les graphes plus haut à propos des cycles durant l’interglaciaire actuel, la période chaude actuelle est la moins chaude, et n’a pas été plus rapide que les cycles précédents.
Et en terminant, depuis 20 ans, il n’y a plus aucun réchauffement statistiquement significatif. Voici les données d’anomalies de température par satellite depuis 1998:
http://www.woodfortrees.org/plot/uah5/from:1998
Les « pics » sont des El Nino, phenomène naturel et cyclique qui provoque les hausses temporaire de température, mais ça redescent en suite (La Nina), mais si on fait la moyenne, il n’y a plus de hausse depuis plus de 20 ans. Donc aucun réchauffement « exceptionnel ».

Données du passé qui démontrent des variations majeures du climat:
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780128045886000215


La période actuelle est la « plus chaude de l’histoire »

NON, c’est ce que les médias disent depuis plus de 10 ans, ils disent aussi « la décennie la plus chaude de l’histoire ». C’est une façon de camoufler qu’il n’y a plus de hausse, que c’est un plateau depuis 20 ans. Mais ça reste faux. OUI c’est la décennie la plus chaude depuis 1880, mais comme on l’a vu plus haut, 1880 c’est à la sortie d’un cycle froid, c’est normal que ça se soit réchauffé depuis. Il y a eu des cycles plus chaud avant, et par définition l’histoire commence avec l’invention de l’écriture, il y a 5000 ans, pas il y a 100 ans. Donc NON la période actuelle n’est pas la période la plus chaude de l’histoire.


Le réchauffement climatique provoque la désertification

NON, comme on l’a vu plus haut, le CO2 est la base pour la survie des plantes, et plus il y en a mieux elles se portent. Et aussi avec des taux de CO2 plus élevés, elles requièrent moins d’eau.
Et bien grâce aux données satellitaires, le CSIRO et la NASA ont confirmé que la terre verdit depuis quelques décennies, les déserts reculent. Donc pas de désertification.
https://www.csiro.au/en/News/News-releases/2013/Deserts-greening-from-rising-CO2
https://www.nasa.gov/feature/goddard/2016/carbon-dioxide-fertilization-greening-earth


Les pôles fondent, les glaciers reculent et ça fait monter les océans

NON, OUI et NON. Les pôles ne fondent pas. Ils fondent l’été et regèlent l’hiver, des fois plus, des fois moins selon des cycles. Nous n’avons que des données satellitaires que depuis 1979, donc des données récentes seulement et qui commencent vers la fin d’un petit cycle froid entre 1940 et 1970, qui avait donné lieu au « global Cooling Scare » à cette époque. Mais il n’y a pas de recul important des glaces aux pôles. Même que l’Antarctique en gagne plus qu’il n’en perd, et ce qu’il perd est surtout du à de l’activité géothermique (volcan) en dessous de la partie ouest.
Les glaciers eux ont reculé depuis la fin du Little Ice Age, ce qui est normal puisqu’ils avaient progressé beaucoup durant cette péridoe froide, et ils ont reculé durant notre péridoe chaude. Donc oui ils avancent et culent, selon les cycles de température. Quelques preuves : dans les alpes, quand des glaciers ont régressé, ils ont trouvés des restes de forêts et même une ancienne route romaine, ce qui démontre qu’il y a eu des périodes plus chaudes dans le passé où ces glaciers n’étaient pas là .
Pour ce qui est du niveau des mers, il est très peu affecté. Les océans montent globablement de 2mm par an environ, et ce depuis des siècles. Il n’Y a pas eu d’accélération. Le GIEC dit que c’est monté à 3mm par an, mais leur méthodologie pour y arriver est mise en doute par beaucoup de scientifiques. Ca reste des données un peu douteuses parce que par endroits, la hausse est plus importante, et ailleurs ça diminue. Il y a beaucoup de facteurs, comme le post-glacial rebound qui explique ces variations locales. Il y a eu une très grande hausse du niveau des mers à la fin de la dernière glaciation, puis ça s’est stabilisé a 2mm par an (ça fait 20cm par 100 ans) Une hausse tellement infime que nos ancêtres s’y sont adaptés sans même s’en rendre compte. Par exemple, le temple de Cléopâtre construit il y a 1600 ans se trouve aujourd’hui sous presque 20 pieds d’eau.


La taxe carbone permet de diminuer les émissions de CO2

NON, la taxe carbone a déjà été essayée ailleurs. Le principe est de faire payer les industries qui émettent du CO2, donc les « pollueurs ». L’idée magique est d’inciter les industries à moins « polluer » et donner une partie de cet argent en subventions aux énergies « vertes ». Sauf que dans les faits tout continue de fonctionner comme avant, les gens doivent voyager, se chauffer etc.. Les industries font juste passer la facture au consommateur.
Tout ce que ça fait c’est enrichir les gouvernements et les compagnies d’énergies vertes (tant que les subventions durent), faire monter le prix de TOUT et donc appauvrir la population. Aucun effet sur les émissions de CO2, qui de toute façon n’est pas un polluant. Notez aussi que le CO2 n’est pas du « carbone », pas plus que l’eau (H2O) n’est de « l’hydrogène ».


Les évènements météorologiques « extrèmes » sont plus fréquents

NON, les évènements météorologiques dit « extrèmes » ont toujours existé. On peut trouver des données historiques qui relatent des grandes sécheresses, tempêtes, inondations, neige en été, chaleurs en hiver depuis des centaiens d’années. Et ironiquement, contrairement aux prédictions alarmistes, les ourangans sont moins fréquents et moins puissants depuis au moins 10 ans.

Statistiques d’ouragans (J’ai seulement trouvé jusqu’en 2015):

Données historiques sur des évènements météo extrèmes depuis des centaines d’années:
Un exemple:

« En France, de 1030 à 1032, le rythme des saisons semble s’être inversé. Il y eut un froid intense en été, et une chaleur oppressante durant l’hiver. La pluie et le froid sévirent hors saison, et les semailles furent rendues impossibles pendant trois ans.

La misère qui s’ensuivit fut indescriptible.

A cela s’ajouta une grande peur de fin du monde, qui coïncidait avec le 1000e anniversaire de la crucifixion. On compta des milliers de morts dus à la faim et les survivants étaient trop faibles que pour enterrer les cadavres.

Il y eut d’horribles épisodes de cannibalisme, et on vit de la viande humaine proposée sur le marché de Tournus. Dans le malheur qui les frappait, on vit des paysans exhumer des cadavres dans les cimetières afin d’en ronger les os.

Un des pires épisodes qu’on vit et qui démontre l’horreur de cette période eut lieu près de la ville de Macon, dans les bois de Chatanay. Un voyageur et sa femme s’arrêtèrent près d’une cabane qu’on croyait occupée par un saint ermite. A peine en eurent-ils franchi le seuil que la femme découvrit dans un coin de la pièce un amoncellement de crânes. Le couple s’enfuit vers la ville, et une enquête établit que l’ ermite avait tué et dépecé pour les dévorer 48 hommes, femmes et enfants.

L’herbe, les racines et la terre étaient l’ordinaire des classes les plus pauvres pendant ces années terribles, avec comme conséquence que les gens ne ressemblaient plus à des êtres humains. Les estomacs étaient distendus, et tous les os se voyaient derrières la peau, tandis que leur voix devint aigue et haut perchée. Des hordes de loups quittèrent les forêts pour se répandre dans les villes, et attaquaient pour les dévorer les survivants sans défense. Les sols furent détrempés de telle sorte pendant trois ans que toute culture fut interdite. »

Le reste ici:
https://crioux.wordpress.com/2017/05/05/evenements-climatiques-du-passe/


Le GIEC est composé de milliers de scientifiques

Le GIEC est un des bras de l’ONU, il est compôsé de bureaucrates et même d’activistes. La façon dont le GIEC fonctionne c’est sélectionner des études scientifiques, demander à des experts de les évaluer et en faire un rapport. Ensuite ce rapport sera révisé par des bureaucrates pour le rendre « conforme » à l’agenda de L’ONU. Beaucoup de ces experts scientifiques ont été outrés de voir que le 2e rapport était souvent en contradiction avec le premier, et que des erreurs signalées n’étaient pas corrigées. Beaucoup de scientifiques sceptiques aujourd’hui ont déjà été des experts du GIEC et ont claqué la porte. Ensuite les bureaucrates produisent un autre rapport: Le résumé pour les décideurs. Chaque phrase, chaque mot est discuté, analysé et tordu pour devenir « acceptable » à tous avant d’être finalisé. C’est celui qui est remis aux politiciens, et est souvent en contradiction avec le rapport original qui avait été produit par les experts.
« The IPCC does not carry out original research, nor does it monitor climate or related phenomena itself »
Donc NON le GIEC n’est pas un regroupement de scientifiques, et sa mission tel qu’écrit dans leur document de fondation n’a jamais été de valider la science, mais bien de conseiller les politiciens sur les dangers sur réchauffement climatique causé par l’humain. « stabilize greenhouse gas concentrations in the atmosphere at a level that would prevent dangerous anthropogenic (human-induced) interference with the climate system »
Donc déjà en 1989, ils avaient déjà décidé de la conclusion, et rien ne va les faire changer d’idée.

IPCC on wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Intergovernmental_Panel_on_Climate_Change


97% des scientifiques disent que le réchauffement climatique causé par l’humain est réel

NON, ce chiffre provient de deux études, ou plutôt sondages. La première étude est Doran-Zimmerman, un simple sondage de 2 questions envoyé dans un revue scientifique à publication limitée, 10000 exemplaires. Sur les 10000, environ 3000 ont répondu, et parmi ces réponses, ils ont sélectionné 77, dont 75 disaient que le réchauffement climatique était réel (question 1) et la faute de l’humain (question 2). Donc ce consensus est 97% de 77 scientifiques, et non pas 97% de tous les scientifiques. S’ils prenaient toutes les réponses, ça donnait beaucoup moins. Ce consensus était faible en raison de l’échantilonnage limité et surtout parce que le filtrage des réponses portait à interprétation.

La 2e est Cook & al. John Cook n’est pas un scientifique, il est un cartoonist, activiste climatique et auteur du blog Skepticalscience. Plus tard, pour se donner de la crédibilité il a suivi quelques cours de physique.
Pour son « étude » appelée « Consensus project », il a simplement pris 12000 études faites par de réels scientifiques, et lui et ses amis, notaient les études à savoir si elles appuyaient ou pas le réchauffement climatique causé par l’humain, en ne lisant rapidement qu’un court résumé de l’étude. Et selon eux, 97,1% de ces 12000 études appuyaient le réchauffement causé par l’humain. Mais beaucoup de scientifiques sceptiques ce sont rendu comptes que leurs études étaient classées dans le 97%, ce qui soulevait des questions sur la méthodologie. Alors des scientifiques plus objectifs ont refait l’étude et finalement sur les mêmes 12000 papiers, les 2/3 ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% disaient explicitement que le réchauffement était principalement causé par l’activité humaine. On est loin du 97%.
La différence est que si on posait la question objectivement à tous les scientifiques: « Est-ce qu’il y a eu un réchauffement du climat depuis la fin du Little Ice Age (depuis un peu plus de 100 ans) »?
Très probablement 99,9% répondraient: OUI
Mais à la question « Est-ce que l’activité humaine est en cause »? le pourcentage serait certainement très bas.
Mais en bout de ligne, la science ne fonctionne pas par sondages d’opinion. Seuls les faits et les observations comptent.


Il y a urgence climatique, il ne reste que peu de temps pour agir

Il n’y a aucune urgence, il n’y absolument rien qui justifie des mesures drastiques comme proposées par les activistes.
Comme démontré, le CO2 n’est pas un polluant et a des effets bénéfiques, les variations ont toujours eu lieu, les variations actuelles n’ont rien d’exceptionnelles, même les évènements métos ne sont pas plus « extrèmes ». Il n’y a plus aucun réchauffement depuis 20 ans, parce que nous sommes au sommet d’un cycle, donc ce qui suit c’est un cycle froid. Alors cette « Urgence » de changer drastiquement notre niveau de vie pour tenter de « limiter le réchauffement » ne tient pas la route


Voici donc les principaux faits derrière les mythes réchauffistes. La plupart sont faux et contredits par la science. Il reste maitenant la question qui tue:

POURQUOI?

La réponse ? Et bien ça sera dans la prochaine discussion des politicailleux, et j’en ferai un résumé dans un autre billet.


Propagande alarmiste dans les écoles et « grève du climat »

19/09/2019

La propagande et le brainwash dans les écoles atteint son comble avec les marches pour le climat, grèves pour le climat et autres journées pour le climat ou les jeunes ne vont pas à l’école pour protester « pour le climat ». Ils suivent l’exemple de leur mascotte Greta Thunberg, une fillette diagnostioquée Asperger qui a lâché l’école (encouragée par ses parents activistes) et qui clâme avoir des pouvoirs surnaturels, comme voir le CO2 à l’oeil nu dans l’atmosphère.

Là où je travaille, la journée du 27 spetembre, les cours seront suspendus, et les employés son encouragés à participer à des activités « d’information » sur le climat (propagande). On est rendu dans un monde digne de Georges Orwell. Ils ne se rendent même pas compte à quel point ils se font endoctriner par des groupes d’intérets qui utilisent l’environnement comme facade pour leurs agendas politiques et idéologiques.

Voici ce que disent les véritables scientifiques à propos de l’hystérie climatique:

« Malheureusement, l’hystérie du réchauffement climatique, tel que je le vois, est basée sur la politique plus que sur la science »
-Freeman Dyson, physicien, mathématicien, Professor emeritus, Institute for Advanced Study, Princeton. Un des plus grands scientifiques de notre ère.

« Quelle que soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin de regarder, que les solutions sont connues et qu’il n’y a plus lieu à débat, inquiétez-vous! C’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion, mais pas de la science. Là où il n’y a plus de débat, il n’y a plus de science. »
-Vincent Courtillot, géophysicien

“ Ce que nous voyons à la télévision [sur les changements climatiques], c’est de la propagande. C’est de l’alarmisme absurde et ça fait peur aux enfants. C’est une question qui me préoccupe beaucoup. Ce sont des exagérations, de la véhémence et des grossièretés. Ils n’ont pas d’arguments scientifiques sobres et raisonnés. En fait, c’est du n’importe quoi. »
– Judith Curry, professeure au Georgia Tech d’Atlanta. Décorée par l’American Meteorological Society, l’American Geophysical Union, la NASA et la NOAA

“J’ai donné une scéance d’information (à propos des faussetés du réchauffement cliamtique) et trois membres du cabinet environnemental du gouvernement canadien sont venu me voir après et ont dit : « On est d’accord avec vous, mais ça vaut pas le coup de risquer nos jobs de le dire ». Ce qui est en train de se créer est une immense industrie avec des milliards de dollars de l’argent du gouvernement et de jobs qui en dépendent”
– Dr. Tim Ball, Coast-to-Coast, Feb 6, 2007

“Plusieurs scientifiques du climat respectés m’ont dit qu’ils seraient publiquement beaucoup plus sceptiques s’ils n’avaient pas peur de perdre leur financement, lequel est controllé par des organisations « politiquement correctes »
-Peter Friedman, professor mechanical engineering-University of Massachusetts, member of the American Geophysical Union

« Le réchauffement climatique global n’est pas un phénomène anormal. Y voir une responsabilité humaine découle d’une science fausse ».
Battaglia Franco – PhD – Professeur de Physique et Chimie de l’Environnement Université de Modène

« La peur du réchauffement climatique est le pire scandale scientifique de l’histoire. Quand les gens vont se rendre compte de la vérité, ils vont se sentir floués par la science et les scientifiques »
Dr. Kiminori Itoh, award-winning PhD environmental physical chemist, IPCC expert reviewer

“Comme les données de glaciologie et les anneaux de croissance des arbres montrent, les changements climatiques sont des phénomènes naturels qui sont arrivé à de mutiples occcasions dans le passé, autant en magnitude qu’en vitesse comparés aux changements qui sont arrivés dans les décennies récentes”
-Gerhard Lobert, physicien

“Le réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion.”
-Ivar Giaever, Prix Nobel de Physique

« Il y a des gens qui ont juste besoin d’avoir une cause qui est plus grande qu’eux mêmes, alors ils peuvent se sentir vertueux et dire que les autres ne sont pas vertueux.”
-Freeman Dyson, physicien

« Il y a 10 ans, je ne faisait que répéter tel un perroquet ce que le GIEC nous disait. Un jour j’ai commencé à vérifier les données et les faits. Au début j’avais un doute, mais ensuite je suis devenu outré quand j’ai découvert que ce que le GIEC et les médias nous disaient étaient de pures absurdités et n’était même pas supporté par des faits scientifique ou mesures. Depuis ce jour, j’ai honte qu’en tant que scientifique j’ai fait des présentations de leur science sans la vérifier en premier »
-Klaus-Eckart Puls, metéorologue

« Le climat est devenu un sujet complètement artificiel calé sur un calendrier diplomatique et politique ».
-Philippe Verdier – Master en développement durable – Présentateur météo TV – Chef du service météo France Télévision. (licencié après avoir écrit un livre qui dénonce le GIEC)

”Si la planète est à risque, c’est de l’alliance corrompue entre les charlatan « verts, les suceurs de subventions et les politiciens. Ensemble, ils ont créé un monstre qui cause plus de dévastation globale qu’il n’y en a eu en 5000 ans de civilisation.”
– Mark Duchamp, Chairman, World Council for Nature, June 18, 2013

« L’accord de Paris est uniquement pour donner plus de pouvoir à L’ONU et n’a rien à voir avec le climat. »

-John Coleman, météorologue, fondateur du Weather Channel

“Hundreds of billion dollars have been wasted with the attempt of imposing a Anthropogenic Global Warming (AGW) theory that is not supported by physical world evidences…AGW has been forcefully imposed by means of a barrage of scare stories and indoctrination that begins in the elementary school textbooks.”
-Brazilian Geologist Geraldo Luís Lino, who authored the 2009 book ―The Global Warming Fraud: How a Natural Phenomenon Was Converted into a False World Emergency

Et voici ce que les alarmistes (qui sont en majorité des activistes, des artistes et des politiciens) disent:

« Ca n’a pas d’importance ce qui est vrai, ce qui compte c’est ce que les gens croient qui est vrai. »
– Paul Watson, co-founder of Greenpeace

« On doit avoir un support très large, pour capter l’imagination du public on doit alors offrir des scénarios effrayants, faire des déclarations simplifiées et dramatiques, et ne pas faire mention d’aucun doute… Chacun de nous doit décider de la balance entre être effectif et être honnête. »
– Prof. Stephen Schneider, Stanford Professor of Climatology, auteur principal de plusieurs rapports du GIEC

« Nous écrivions des histoires de peur de façon routinière … Nos rapports de presse étaient plus ou moins vrais .. Nous étions là pour fouetter le public dans un frénésie à propos de l’environnement.«
Jim Sibbison, journaliste environnemental, ex-relationiste pour L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA)

« Je crois qu’il est approprié d’avoir une exagération dans la présentation des faits sur combien c’est dangereux, comme une prédisposition pour ouvrir l’audience à écouter ce que sont les solutions, et comment nous sommes pleins d’espoir que nous allons régler cette crise. »
Al Gore, ancien vice-président des U.S., activiste devenu multimilionnaire avec le marché du carbone

« La seule façon pousser la société à vraiment changer est d’appeurer les gens avec une possibilité de catastrophe. »
– Daniel Botkin

Peter Thorne, (Extrait du scandale du Climategate #3066)
« Je pense aussi que la science est manipulée pour la politiser, ce qui n’est pas bon pour nous [scientifiques du climat] et n’est pas très brillant à long terme. »

Et voici ce qui est le plus important à retenir:

Henry-Louis Mencken:
« L’objectif global des pratiques politiques est de garder la population alarmée – et donc voulant être mené vers la sécurité – en la menacant avec toute une série de croques-mitaines, tous imaginaires. »
« L’urgence de sauver l’humanité est presque toujours seulement une fausse facade pour l’urgence de la contrôler. «


En plus, ces jeunes qui pensent tout savoir et qui disent que les « vieux » sont juste des cons qui ne connaissent rien et qui détruisent la planète, sont totalement ignorants du dossier du climat. La majorité ne peuvent même pas répondre à quelques questions de base, voyez cet exemple:

Voici en résumé les questions et réponses:
Quelle est la principale composante de L’air?
Elles hésitent entre oxygène et CO2, pensent que l’azote c’est 7%, mais pas sûres, alors elles y vont avec Oxygène.
FAUX: la principale composante de l’air, et de loin, c’est l’azote, avec près de 80%. L’oxygène est 2e avec environ 20%, l’argon à un peu plus de 1%, la vapeur d’eau à moins de 1% et le reste des gaz sont en quantité infime, comme le CO2 avec 0,04%.
Quel est le principal gaz à effet de serre?
Elle répondent CO2
FAUX:Le principal gaz à effet de serre, et de loin (95% des GES) est la vapeur d’eau. Le cO2 lui, représente seulement 0,117% de tous les GES.
Quel est la part de CO2 dans l’atmosphère en pourcentage?
20%
FAUX: c’est 0,04%, soit 400ppm (partie par millions)

Quel est la part de ce CO2 qui est du à l’activité humaine?
Elles hésitent beaucoup, 15%, 30%, sais pas.
FAUX: C’est seulement 3% qui est du à l’activité humaine, tout le reste des émissions annuelles (97%) est causé par la nature elle-même (dégazage des océans, volcanisme (principalement volcanisme sous-marin) et activité biologique (respiration animale, décomposition organique,etc).

Quelle est l’augmentation du CO2 par an en proportion de L’atmosphère?
2%?
FAUX, L’augmentation n’est pas linéaire, le CO2 fluctue beaucoup, mais l’augmentation depuis qu’on le mesure précisément est d’environ 2ppm par an (donc 0,0002%). Donc deux molécules par million de molécule, une hausse imperceptible. Sans oublier que l’humain n’est responsable que de 3% de ces deux molécules, donc 1,5 centième de molécule par million 🙂
Nous sommes à environ 400ppm actuellement, par comparaison, depuis des centaines de milliers d’années, le CO2 varie d’environ plus ou moins 100ppm à chaque entrée et sortie d’ère glaciaires, mais quand on recule plus loin encore, les taux allaient jusqu’à 2500ppm en moyenne, et même plus de 8000ppm il y a 600 millions d’années, alors que ironiquement la planète était complètement gélée jusqu’à l’équateur.

Et les profs militants ne sont pas mieux, celui-ci, qui est un militant environnementaliste ignore la base et mélange CO2 et couche d’ozone 🙂 :


Caricature

21/08/2019


En rappel, version française du documentaire: The Great Global Warming Swindle

12/09/2017


Le réchauffisme est une religion

12/09/2016

En science, les sceptiques sont honorés pour leur perspicacité, tandis que dans une religion, les sceptiques sont étiquetés comme des hérétiques, harcelés, ou sont emprisonnés.

http://www.washingtontimes.com/news/2016/apr/14/bill-nye-open-criminal-charges-jail-time-climate-c/

http://www.nationalpost.com/Jail+politicians+ignore+climate+science+Suzuki/290513/story.html


4000 ans de changements climatiques naturels

23/06/2016

climate-civilization-gisp-chart


3 simples mots

12/12/2015

Plus les réchauffistes alarmistes attendrons pour dire ces trois simples mots : « We Were Wrong! », plus ils vont causer de dommage à la science.
Pas seulement la science climatique, mais la science au complet, ainsi que le mouvement environnementaliste. Les gens ne leur pardonnerons pas d’avoir menti, mais aussi d’avoir monté de tels cirques comme la COP21, et surtout d’avoir taxé les gens à mort en disant que c’était pour « sauver la planète ».

« Warming fears are the worst scientific scandal in history… When people come to know what the truth is, they will feel deceived by science and scientists. »

-UN IPCC Japanese Scientist Dr. Kiminori Itoh, an award-winning PhD environmental physical chemist