Élections complémentaires au Québec

29/11/2016

Il y aura bientôt des élections partielles dans Saint-Jérôme, Marie-Victorin (Longueuil), Verdun et Arthabaska pour élire les successeurs de Pierre Karl Péladeau, Bernard Drainville, Jacques Daoust et feue Sylvie Roy.

Celle dans Arthabaska retient particulièrement mon attention. Celle ou Sylvie Roy avait été élue à l’origine sous la bannière de la CAQ mais qui avait ensuite quitté pour devenir indépendante.

Les électeurs qui avaient soutenu Sylvie Roy ne voteront pas tous automatiquement pour la CAQ après le traitement qu’elle avait reçu. Avant son décès, Sylvie Roy avait soutenu ceux qui souhaitaient éviter que Québec établisse un autre registre des armes d’épaule. On se rappellera qu’ensuite l’Assemblé Nationale a voté à l’unanimité pour établir un inutile et coûteux registre des armes d’épaule, un registre qui avait été abandonné par le fédéral après des milliards de gaspillage de fonds publics.

Et le Candidat du Parti Conservateur du Québec (Equipe Adrien Pouliot) dans ce comté, est Guy Morin, qui était le vice-président du collectif « Tous contre un registre québécois des armes à feu ». On l’avait vu faire face à un feu nourri et groupé quand il était passé à l’émission « Tout le Monde en Parle », la grande messe de la gauche subventionnée, et réussir à s’en tirer pas si mal.

Je crois qu’un candidat comme Guy Morin est exactement ce qu’il faut présentement au Québec. Une voix discordante au discours unanime centre-gauche PLQ-CAQ-PQ-QS. Quand des députés osent voter des lois à l’unanimité, alors qu’il y a beaucoup d’opposition dans la population, ça démontre une flagrante déconnection de la réalité. Ça prend quelqu’un d’un parti de droite, pour défendre les intérêts d’un grand pourcentage de la population qui en a raz-le-bol d’être surtaxé, et d’être gérée par des « élitistes » corrompus qui pensent savoir mieux que la population elle-même ce qui est bon pour eux et leur imposer ces idées.

Ça prend juste un député pour que le Parti conservateur puisse avoir du temps de parole à l’assemblée nationale, avoir le droit de participer aux débats électoraux, et avoir un peu de temps d’antenne et de visibilité dans les médias.

La gauche à eu son Québec solidaire. Il est temps pour la droite d’avoir le Parti Conservateur du Québec.