Aujourd’hui, je ne travaille pas

27/10/2015

Parce que je suis « en grève ». Non pas parce que je l’ai choisi, mais parce que c’est comme ça partout au Québec avec le « front commun » des employés de l’état.
J’étais bien sûr contre cette grève, parce que je considère qu’on a un bon salaire, de bonnes conditions, un fond de pension et surtout une sécurité d’emploi à vie.
Une sécurité d’emploi ce n’est pas rien, selon ce professeur de finance, ça équivaut à majorer d’environ 12% un salaire sécurisé sur au moins 25 ans.
http://quebec.huffingtonpost.ca/guy-charest-/securite-emploi-salaire-minimum-revenu_b_8347728.html?ncid=fcbklnkcahpmg00000009

Ce qui m’irrite au plus haut point, c’est que la CSN, et non pas le syndicat local, a décidé que ceux qui ne viennent pas manifester chacune des 6 journées de grève, n’auront pas droit à la maigre compensation du fond de grève. Il n’est certainement pas question de j’aille faire l’idiot avec des pancartes et chanter « So so so… »
Donc non seulement je me fait couper 6 jours de salaire, je n’aurai donc pas droit au fond de grève, même si je paye mes cotisations sur chacune de mes payes, ce qui est en soit scandaleux. Et le maigre % de salaire qu’ils vont peut-être réussir à avoir, combien de temps ça va me prendre pour compenser la perte de salaire? Même si j’ai un bon salaire, j’ai quand même des paiements à faire, l’hypothèque, l’épicerie, taxes scolaires, etc.

Est-ce qu’il y en a encore pour dire que les syndicats travaillent pour les travailleurs?
Non, ils sont devenu une méga-corporation qui recoit automatiquement notre argent (grâce à la formule Rand), qu’ils utilisent pour faire de la politique, de l’activisme et du lobbying.
Récemment, il y avait une manifestation contre le gouvernement libéral à Montréal. Et bien la CSN, sans demander l’avis de ses membres, a décidé de payer l’autobus, les repas et l’hébergement pour amener des gens des régions manifester à Montréal. Pas seulement les syndiqués, tout le monde qui voulaient embarquer. Oui vous avez bien compris, l’argent des syndiqués qui sert (sans leur permission) à payer des non-syndiqués pour faire de la politique. Ça ne vous rappelle-pas les carrés rouges?

Vivement l’abolition de la formule Rand!


Eric Duhaime donne son livre gratuitement en ligne

05/10/2015

duhaime
Afin de contrer les syndicats qui utilisent l’argent des syndiqués pour faire campagne pour le NPD et contre les conservateurs, Eric Duhaime avait décidé de donner des copies gratuites de son livre. Les syndicats ont utilisé l’intimidation afin de l’en empêcher. Alors il a décidé de le donner gratuitement en ligne, là où les syndicats ne peuvent pas l’atteindre. Il le fait a ses frais, alors que les syndicats le font avec des millions de l’argent des autres, sans leur permission.

Un très bon livre, que j’avais acheté. A l’époque même le lancement du livre avait dû être fait sous escorte policière, à cause de l’intimidation et des menaces des gauchistes et des syndicats.
http://www.journaldemontreal.com/2013/03/07/lancement-de-livre-sous-escorte-policiere
Fidèles à leur habitudes, les gauchistes veulent interdire ce qu’ils n’aiment pas et utilisent insultes, menaces et censure pour y arriver.

Profitez-en pendant que ça passe!
Lien 1:

Cliquer pour accéder à liberez_nous_des_syndicats.pdf


Lien 2:

Cliquer pour accéder à liberez_nous_des_syndicats.pdf


Coupures et opinion publique

02/04/2015

Toujours le même vieux truc avec les organismes qui dépendent de l’état. Quand ils se vont imposer des coupures, ils coupent là où ça frappe l’imaginaire et où ça risque de faire réagir la population. C’était le cas avec le « costumier » de Radio-Canada, ou alors récemment avec les CPE qui disent qu’ils vont devoir couper dans les repas aux enfants.

Jamais ils ne coupent dans le gras, dans les généreux avantages du personnel cadre, dans les salaires des syndiqués, dans les postes superflus où dans les dépenses futiles. Et quand on dit futile, voici ce qui vient de sortir aujourd’hui:

Un séminaire au Château Frontenac pour 300 cadres du réseau des CPE, ayant pour thème «Se choisir: entre équilibre et turbulence», coûtera plus de 130 000 $ uniquement en frais d’inscription.
« Une série d’ateliers sont au menu, allant de la conférence Sexy, zen et happy à Créez l’effet WOW, en passant par Calmitude & Zénité. Des séances de cardio urbain et de yoga sont offertes aux participants en marge des formations. La seconde journée du colloque se termine en soirée par un bal en blanc dans les salons feutrés du Château Frontenac. »

Source:
http://www.journaldemontreal.com/2015/04/01/cest-le-party-encore


Les verts et l’argent

20/02/2015

Green-money_full

Les verts sont toujours prêt à accepter de l’argent, qu’importe de qui ça vient.

Les environnementalistes contre la cimenterie de Port-Daniel sont financés en partie par Lafarge, une entreprise concurrente… « Environnement Vert-Plus, une organisation écologique gaspésienne, ont bénéficié de l’aide. Environ 10 000 $ ont été utilisés pour les déplacements, et les séjours à Québec de certains participants de même que pour des services comme la sténographie. »
Source:
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201502/19/01-4845750-cimenterie-de-port-daniel-lafarge-soutenait-les-verts.php

Le Film Antifracking « Terre promise » avec Matt Daemon, était financé par les Emirats Arabes Unis, comme la plupart des films anti-fracturation. La fracturation permet la production de gaz et de pétrole de façon importante et les pays producteurs de pétrole et de gaz ne veulent pas de compétition.

Source:
http://dailysignal.com/2012/09/28/matt-damons-anti-fracking-movie-financed-by-oil-rich-arab-nation/

Il y a quelques mois, un journaliste avait voulu tester cette façon de faire auprès de célébrités environnementalistes, et les a approché en se faisant passer pour un riche prince arabe. Il était prêt à leur donner des millions pour produire un film anti-fracturation, à condition que personne ne sache d’où vient l’argent. Il leur précise aussi que son but est d’éviter que les USA ne deviennent indépendants énergétiquement. Les célébrités s’empressent d’accepter l’argent avec le sourire..

Source:
http://www.hollywoodreporter.com/news/cannes-video-hollywood-environmentalists-anti-706051

Et il ne faut pas oublier ce cher David Suzuki, notre gourou vert canadien, qui a été pris la main dans le sac d’argent à plusieurs reprises. Notamment quand il avait fait une campagne contre le saumon d’élevage en Colombie-Britannique.. Il disait qu’il y avait du mercure et des BPC dans ces poissons. Une étude a pourtant ensuite démontré que ces saumons contenaient MOINS de polluants que les saumons sauvages. Il a ensuite été découvert que David Suzuki avait accepté de l’argent de la part de groupes représentant des pêcheurs de saumons de l’Alaska pour monter cette campagne de salissage.

Sources:
http://fairquestions.typepad.com/rethink_campaigns/did-david-suzuki-prevaricate-about-pcbs-in-farmed-salmon.html
http://business.financialpost.com/2011/03/14/suzukis-fish-story/

Pensez-vous que les groupes environnementalistes veulent « sauver la planète »? Non, la majorité y sont pour l’argent, et ils recrutent des moutons naïfs pour faire leur sale boulot. AL Gore et David Suzuki ne sont pas devenu multimillionnaires pour rien.

Et le plus drôle, c’est qu’ils accusent tout ceux qui ne sont pas d’accord avec eux d’être « payés par les pétrolières ». Pour eux c’est un argument massue, ils pensent qu’en semant le doute, ils viennent de gagner le débat. Mais rarement les médias prennent le temps de vérifier qui finance les groupes écolos.

Billets sur le même sujet:
https://crioux.wordpress.com/2014/06/21/les-verts-payes-par-des-interets-pour-attaquer-la-fracturation/
https://crioux.wordpress.com/2013/11/01/paye-par-les-petrolieres/


Manifestations anti-austérité

02/12/2014

Les « anti-austérité » sont des égoïstes.
Ils ne pensent qu’à leur petit bien être, leur retraite dorée, ou les subventions et services « gratuits » dont ils profitent.

Jamais il ne leur vient à l’esprit que le statu-quo signifie endette gravement les générations suivantes, leurs enfants, qui devront vivre avec une dette accablante et qui ne pourront jamais profiter du confort que les manifestants ont actuellement.

Un minimum de rigueur budgétaire maintenant aurait juste comme impact de limiter ce fardeau légué à la prochaine génération. Mais les syndicats (90% des manifestants) s’en foutent, ils veulent garder leurs acquis et se payer le maximum, et mettre ça sur la carte de crédit des enfants du Québec.


Garderies

21/11/2014

Les CPE ont été une erreur. Ce système de garderie d’état, digne de l’époque soviétique a mis les québécois dans le trou.
Les coûts ont explosé, principalement parce que les syndicats sont entrés dans le système, et même réussi à syndiquer des travailleuses autonomes (CPE en milieu famillilal) comme si elles étaient des employés de l’état! N’importe quoi pour avoir plus de cotisations syndicales.
Le résultat, c’est que ça coûte beaucoup plus cher aux québécois, les services sont moindres et il y a souvent des grèves.
http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/200812/11/01-809714-syndicalisation-des-travailleuses-en-milieu-familial-une-facture-salee.php

Sans compter que la plupart des CPE sont de réels centres d’endoctrinement socialiste, féministe, mutlticulturaliste et environnementliste. Les éducatrices voilées, les collations végétalienne, hallal ou kasher, les tournées d’Halloween, avec déguisement « pas épeurants », où ils demandent de l’argent au lieu de bonbons, pour envoyer cet argent à des organismes sociaux (voir un article à ce sujet ici). Les parents n’ont pas vraiment le choix. Ce sont donc les CPE qui élevent leurs enfants selon les valeurs imposées par l’état.

Pourtant, avant ça marchait pas si mal. Il n’y avait pas de problème à trouver des places, les gens payaient plus cher sur le coup, mais les crédits d’impôts ramenaient ça a peu près au même prix que les tarifs de CPE. Sauf pour les plus riches bien sûr qui n’avaient pas droit au crédit d’impôts. Le seul défaut était que vous deviez payer maintenant et ne recevoir le remboursement que plus tard (retour d’impôts). Mais il existait des façon d’avoir des remboursement anticipés.

Maintenant, c’est devenu une patate chaude politique. Ils savent tous que c’est une mauvaise chose, mais aucun politiciens n’ose faire ce qui doit être fait: Mettre la hache dans ce système. Aux dernières élections, un seul parti (le PCQ dont j’étais candidat) avait osé promettre une chose intéressante: donner 100$ par semaine au parents par enfant et les laisser choisir leur garderie, ou même rester à la maison. Ça couterait bien moins cher aux qéuébcois et ça permettrait aux parent de chosiir la garderie qui leur convient, selon leur valeurs.

Le système actuel est typique des programmes socialistes qui nous ont mis collectivement dans le trou, des programmes super généreux qu’on a pas les moyens de se payer. Tout le monde veut que les autres, les « riches », payent pour leur lubies. Le problème c’est qu’il n’y a plus assez de « riches » pour faire vivre tout ceux qui veulent vivre à leur dépens.

etatprovidence

« L’état, c’est cette grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde »
Frédéric Bastiat


Bolduc et les livres

26/08/2014

Au sujet des déclarations du Ministre Bolduc, qui a dit que les écoles pouvaient couper dans les budget de livres:
Au lieu de tomber dans la démagogie populiste, il y a de sérieuses questions à se poser sur les livres dans les écoles.

« Mais le plus désespérant dans cette histoire c’est que tout le monde est passé à côté du vrai débat. Le budget pour l’achat de livres dans les écoles du Québec est de 15 millions de dollars (8,3 millions du ministère et 6,7 millions des commissions scolaires) et personne ne s’est demandé si on en avait pour notre argent. On vit à l’époque du numérique, mais au Québec on parle encore de l’achat de livres papier et de bibliothèques scolaires… Personne n’a parlé de réaliser des économies (et d’acheter encore plus de livres) en passant au format numérique. Personne n’a parlé non plus de se joindre au programme scolaire d’Amazon pour créer des bibliothèques scolaires virtuelles à faible coût.

En fait, si personne n’en a parlé, c’est probablement parce que ce genre de partenariat est actuellement illégal au Québec. Au Québec, la loi interdit formellement aux écoles de négocier des rabais lors de l’achat de livres, interdit d’avoir des économies de volumes ! Mais le ridicule va encore plus loin: une école peut uniquement acheter ses livres d’un libraire avec un permis du gouvernement et qui se trouve dans la région desservie par l’école ! Pour en savoir plus sur ce système complètement fou, je vous invite à aller lire l’excellent texte de Vincent Geloso.

Pour réaliser des économies, et acheter plus de livres, une école en Gaspésie ne peut pas négocier des rabais sur l’achat de livres avec le Costco de Montréal (par exemple). Avec un pareil système communiste, ce n’est pas demain la veille qu’on risque d’annoncer un partenariat avec Amazon pour la création de bibliothèques électroniques.

Au Québec, la loi fait en sorte que les écoles n’achètent pas des livres pour enrichir les enfants, mais plutôt pour enrichir certains libraires. Au Québec, les libraires passent avant les élèves; la priorité des politiciens n’est pas de faire en sorte que les élèves puissent avoir accès au plus grand nombre de livres possible, mais plutôt de garantir un revenu à certains libraires.

Quand Yves Bolduc a déclaré qu’il y avait déjà suffisamment de livres dans les écoles, les gens se sont scandalisés. Pourtant, Yves Bolduc a dit tout haut ce que les 125 députés de l’Assemblée nationale pensent tout bas, puisque la loi actuellement en place a pour effet d’entraver l’achat de livres par les écoles. Pour soutenir l’existence de cette loi, il faut obligatoirement penser qu’il y a déjà suffisamment de livres dans les écoles. Yves Bolduc a simplement été victime de sa franchise.

P.-S. La mise en place de cette loi ridicule, un héritage du PQ, a été pilotée par Denis Vaugeois. Avant et après sa carrière politique, Denis Vaugeois a travaillé dans le monde de l’édition. »

Source: http://www.antagoniste.net/…/25/la-franchise-dyves-bolduc/