Réponse à un article de propagande

Dans un débat internet sur le climat, les activistes réchauffistes qui sont à cours d’arguments se contentent la plupart du temps de traiter leur interlocuteurs de conspirationniste, d’anti-science, d’adepte de la terre plate, d’être payé par les pétrolières, ou alors ils font une recherche internet et ils spamment la discussion avec des liens trouvés, sans les avoir lus, ni compris, et encore moins validés.

La plupart du temps on me cite skepticalsicence, le pire des blogs de propagande, dont l’auteur, John Cook est aussi la source de la frauduleuse « étude » du « 97% des scientifiques ».
Mais récemment on m’a lancé ce torchon, de « Réseau Action Climat », financé par des organismes environnementalistes et globalistes multimillionnaires:
https://reseauactionclimat.org/reponses-climatosceptiques/

Alors je vais démontrer point par point pourquoi il est faux.

Le climat a déjà changé, ce n’est pas grave !

Réponse : Le climat a toujours changé, quel que soit le moteur de ses changements. Or aujourd’hui, la force motrice dominante provient des activités humaines.

Le climat a toujours changé en effet, c’est indéniable. Le problème est qu’ils ne veulent pas regarder pourquoi. Dans le passé le climat a non seulement varié de façon bien plus importante que maintenant, mais aussi selon des cycles réguliers. Il est primordial de comprendre ces cycles avant de dire que le cycle actuel serait notre faute.
Je vais reculer loin dans le passé et progressivement arriver à notre époque, pour démontrer à quel point le climat a toujours varié et surtout de façon bien plus rapide et radicale que le léger réchauffement qu’on a connu au siècle dernier.
Voici donc les températures et taux de CO2 depuis 500 millions d’années. Graphes construits à partir de plusieurs sources, études et proxy.
Le premier a une échelle de temps variable, ce qui permet de voir plus en détail les époques plus récentes, alors que le 2e a une échelle fixe, ce qui fait que les époques récentes sont représentées par un point.

Ce qu’on y voit qui est à retenir:
-Il y a un peu plus de 600 millions d’années (apparait seulement sur le premier graphe), la terre était gelée jusqu’à l’équateur, malgré des taux de CO2 pouvant aller jusqu’à 20 fois le taux actuel. Ces évènements ce sont produit plusieurs fois dans l’histoire de la planete, et sont appelés « snowball earth ». Si le CO2 avait vraiment l’effet de serre puissant qu’on nous dit, la terre n’aurait pas gelé.
-Nous sommes actuellement dans la période la plus froide et la plus pauvre en CO2 depuis 500 millions d’années, qui subit des ères glaciaires a répétition depuis 3 millions d’années.
-A pratiquement aucun endroit sur les graphes il n’y a de corrélation entre hausse de CO2 et hausse de température. La plupart du temps ils évoluent séparément, ou même à l’opposé. Il y a énormement de facteurs qui ont influencé la température durant ces périodes, puissance du soleil. position des continents etc.. Mais le CO2 n’est pas un de ces facteurs.

Rapprochons nous de notre période froide, avec ères glaciaires à répétition depuis environ 3 millions d’années:

Ce qui est important de remarquer :
-Les cycles sont réguliers, environ 100 000 ans d’ère glaciaire, entrecoupé de 10 000 ans de période interglacaire. Cec cycles sont les cycles de Milankovitch (cycles orbitaux et obliquité de la terre)
-Notre période interglaciare à nous, celle à droite, est la moins chaude de toutes
-Notre période interglacaire dure depuis environ 10 000 ans, soit la durée moyenne avant de retourner à la prochaine ère glaciaire.
-Durant tout ce temps, le co2 était très bas, et augmentait légèrement APRES les hausses dramatiques de température à la fin des ères glaciaires. Ensuite il commencait à descendre APRES que la période interglaciaire soit terminée. Les délais entre la hausse de température et la hausse de CO2 qui suivait pouvait aller jusqu’à 800 ans. Le CO2 ne pouvait donc pas être un des facteurs qui influencait la température. Pourtant Al Gore a utilisé ces données dans son film pour faire croire à l’opposé. Il a exagéré l’échelle du CO2 et placé les graphes un au dessus de l’autre et non pas superposés, afin qu’on ne puisse pas voir que la température augmentait AVANT le CO2.
.
-Durant la dernière ère glaciaire le CO2 est descendu tellement bas (180ppm), qu’il est passé tout près du taux à partir duquel toute vie (autre que microbienne) cesse sur terre (150ppm). A partir de 150ppm et moins, les plantes meurent, le phytoplanction meurt, et ensuite tout le reste.
Heureusement, il s’est mis à remonter (naturellement) et ce bien avant les premières civlisation humaines.

Ensuite si on s’appproche de notre interglaciaire actuel.

Ce qui est important de remarquer:
-Le premier graphe inclue la fin de la dernière ère glaciaire, notamment le Younger Dryas. Durant cette période il y a eu des changements radicaux de température, allant jusqu’à 10 degrés en moins de 10 ans. Alors que le réchauffement au 20e siècle (supposément dramatique et notre faute) a été de 1 degré en 100 ans.
-Il est à noter que toutes les périodes chaudes durant l’holocène ont été plus chaudes que la période actuelle.
-Notez aussi que les périodes chaudes correspondent à des périodes prospères pour l’humanité et ont vu naitre les premières grandes civilisations, alors que les périodes froides ont été des périodes de famines, migration et chute des empires.
-Et remarquez aussi comment ces cycles sont réguliers. Ils sont causées par des cycles solaires, un des cycles longs sur lequels chevauchent d’autres cycles plus courts.

Et si on se rapproche jusqu’au 20e siècle, c’est là que ça devient intéressant parce que c’est supposément la partie qui est notre faute, qui est censée être « exceptionnelle ».
Les alarmistes ignorent volontairement tous les cycles et périodes chaudes avant le 20e siècle, parce que ça contredirait leur dogme. Ca démontrerait que les températures actuelles ne sont pas du « jamais vu » et qu’il y a déjà eu des périodes plus chaudes ou qui ont changé plus rapidement, sans CO2 et sans activité humaine.
Habituellement les réchauffistes partent toujours de 1880. Ce qui comme par hasard est juste vers la fin du Little Ice Age qu’on a vu sur les graphes précédents, qui est la période la plus froide des derniers 8000 ans. Il est tout à fait normal que ça se soit réchauffé un peu depuis. Ca serait arrivé même si l’humain n’avait pas existé.
Et durant le 20e siècle, le réchauffement a commencé AVANT que l’humain ne commence à émettre du CO2 de façon significative, et quand on a commencé (vers 1940, le boom industriel d’après guerre) et bien la température est descendue jusqu’en 1975, avant de recommencer à monter jusqu’en 1998.
Donc la température n’a pas suivi le CO2, encore une fois pas de corrélation.


Par contre la corrélation avec les cycles solaires est très forte.


Et maintenant le 21e siècle: la fin du réchauffement. Depuis 1998, il n’y a plus aucun réchauffement significatif. Poutant le CO2 lui continue d’augmenter, en petite partie à cause de L’humain (environ 3% des émissions) mais surtout naturellement. Nous sommes au sommet du cycle, c’est normal que le réchauffement cesse, ensuite le refroidissement va arriver.

Les organismes dont le financement dépend du niveau d’alarmisme, et tous ceux qui politiquement en profitent d’une façon ou une autre ont tenté de diminuer l’importance de ce plateau des températures. Il y a eu manipulation de données (NASA,NOAA), des campagnes médiatiques de « année la plus chaude de l’histoire » (comme si l’histoire commencait uniquement en 1880) ou « décennie la plus chaude de l’histoire », en jouant avec des centièmes de degrés, pour faire oublier le fait qu’il n’y a plus de réchauffement, hormis quelques épisodes temporaires El Nino (pics de réchauffement cycliques, dus à des cycles océaniques)
Voici les données données de température satellitaire les plus précises (graphe interactif): La hausse depuis 20 ans est tellement faible qu’elle est en dessous de la marge d’erreur, et loin en dessous des prédictions alarmistes.
http://www.woodfortrees.org/graph/uah5/from:1998

Donc oui le climat à toujours varié, et de façon bien plus importante que maintenant, et sans aucune corrélation avec le CO2, ni l’activité humaine.

Pourtant ils affirment que la force motrice dominante des variations du climat provient de l’activité humaine. Leur hypothèse simpliste est que l’humain émet du CO2, le CO2 est un gaz à effet de serre, donc l’humain réchauffe la planète. Non seulement jamais ça n’a pu être prouvé malgré tous les milliards dilapidés en recherche dans ce domaine, mais plus la science avance, et plus les observations réelles contredisent l’hypothèse, plus on se rend compte que l’impact de l’humain sur le climat est totalement insignifiant.

Les observations réelles ne correspondent pas à leur modèles informatiques:

Non seulement les émissions humaines de CO2 sont ridiculement infimes comparées aux émissions naturelles (principalement le dégasage des océans et les volcans sous-marins), mais même le total du CO2 dans l’atmosphère reste infime, à 400 parties par millions (ppm).

Et en plus, l’effet de serre du CO2 a été grandement exagéré pour servir un agenda politique. Dans la réalité l’effet de saturation de bande du CO2 fait que passé 400ppm (le taux actuel) l’effet de serre du CO2 devient de plus en plus insignifiant. Même si on pouvait tripler ou quadrupler le CO2, ça n’aurait pas d’impact significatif sur le climat. Par contre ça aurait des effets grandement bénéfiques pour les plantes, l’agriculture et la vie en général.

Donc leur premier point est faux, l’humain n’est pas la force motrice dominante derrière les variations du climat, ni même une force mineure. L’impact de l’humain est insignifiant et celui du CO2 extrèment limité.
La force dominante pour les variations a court termes sont les cycles solaires (cycle de 22 ans) à moyen terme les cycles océaniques (65 ans), à long terme aussi ce sont des cycles solaires plus longs, et à très long terme ce sont les cycles de Milankovitch (cycles orbitaux et d’oblicité (axe de la terre))


« Les températures n’augmentent plus depuis 1998 ! »

Réponse : Comparer les données climatiques par rapport à une seule année n’a pas de solidité statistique. Des périodes de référence plus longues (au moins 30 ans) permettent de mieux appréhender les phénomènes.

Comme j’ai démontré en réponse à la première question, oui il est important de regarder des cycles sur une plus longue période, ce qu’ils refusent de faire, mais il est important de montrer cette courte période depuis 1998 parce qu’elle contredit toutes les prédictions alarmistes qui annoncaient un réchauffement important et rapide. Et effectivement, par définition le climat se défini sur une période de 30 ans pour une région donnée, sauf que nous sommes déjà rendu à 22 ans, ça commence a être significatif. Et il est plus que probable que comme nous sommes au sommet d’un cycle long, donc ce qui suit est un refroidissement. Alors malgré leur espoirs de réchauffement pour pouvouir entretenir leur arnaque, ça n’arrivera pas.

Aussi il est important de noter qu’ils utilisent un graphe manipulé qui a fait disparaitre la période de refroidissement de 1940 à 1975. A l’époque les « experts » disaient qu’on s’en allait vers une ère glaciaire imminente (et que c’était notre faute).
Et effectivement entre 1940 et 1975, alors que l’humnaité commencait a émettre du CO2, la température se refroidissait:

Les alarmistes font une réécriture de l’histoire en essayant de faire disparaitre les traces de ces prédictions erronnées embarassantes.

https://stevengoddard.files.wordpress.com/2013/05/screenhunter_394-may-21-04-37.jpg?w=640&h=334&h=334
Source:https://www.sciencenews.org/view/download/id/37739/name/CHILLING_POSSIBILITIES
Tout comme ils le font maintenant en effacant les données enmbarassantes et en modifiant des données de température passées, comme le scandale de la NASA qui refoidit le passé et réchauffe le présent, afin de donner une tendance à la hausse qui n’est plus là. Ou le NOAA qui a réchauffé les données récentes pour faire disparaitre la « pause », le plateau des température, tout juste avant la conférence sur le climat de Paris. Il était embarassant pour les politiciens de réclamer des taxes carbone et du contrôle de la population alors qu’il n’y avait plus aucun réchauffement, alors ils l’ont fabriqué.
C’est ce qu’ils font ici en utilisant des graphes manipulés.


« Avec l’hiver et le printemps froids que l’on vient de subir, on parle encore de réchauffement climatique !? »

Réponse : Une journée froide, ou une année froide en un lieu donné, n’a rien à voir avec les tendances de long terme (les variations du climat s’évaluent sur au moins 30 ans) qui montrent une hausse des températures à l’échelle planétaire.

Ils disent ça à chaque fois. Quand c’est un record de froid (et il y en a de plus en plus), c’est de la météo, c’est pas important.
Mais à la moindre hausse de température, tous les médias en parlent et que c’est une « preuve » du réchauffement cliamtique..
En plus ils mentent en disant que la tendance actuelle est au réchauffment alors que depuis plus de 20 ans, c’est un plateau.
Un bon exemple de manipulation est le récent article qui a fait le tour des médias qui disait qu’il y avait eu un record de chaleur de 20 degré au pôle sud! Tout les médias en ont parlé et aucun des supposés « Fact Checkers » de facebook ou des grands médias n’ont dit quoique ce soit pour rectifier les faits. Voici où a été pris le « record », un endroit très loin du pôle sud, même si techniquement faisant partie du continent Antarctique, situé à un endroit où il est normal d’avoir des températures semblable en plein été austral et où les données historiques de température ne remontent pas très loin:

(Record qui en passant n’a pas été homologué, parce que les façons utilisées pour prendre la température ne respectaient pas les normes)
C’est aussi ridicule que de dire qu’une température de 30 degrés en été à Toronto était 30 degrés au pôle nord, parce que le pôle nord est au Canada.


« Il faisait plus chaud au Moyen Âge »

Réponse : Les températures moyennes globales sont aujourd’hui plus élevées que celles connues au Moyen-Âge.

Comme j’ai démontré en réponse à la première question, il y a eu plusieurs cycles chauds durant notre période interglacaire, et TOUS ont été plus chauds que le cycle actuel. Nous sommes près des températures du moyen âge, et avec des manipulations de données, ils arrivent à faire croire que les température actuelles sont légèrement plus chaudes, mais les données historiques démontrent le contraire. Par exemple les Vikings ont colonisé le Gröenland (terre verdoyante) et l’est du Canada où ils ont construit des bateaux durant l’optimum médiéval, et ils ont dû abandonner les colonies durant le Little Ice Age. Même aujourd’hui il serait impossible ou très difficile pour les vikings avec les technologies de l’époque de survivre au Gröenland, et l’endroit dans l’est du Canada où il y a des ruines vikings, il n’y a plus aucun arbre qui pousse, climat trop froid et aride.
Et si on recule plus loin lors de l’optimum romain, il faisait plus chaud encore. Aujourd’hui quand les glaciers reculent dans les Alpes, on y retrouve des arbres et des artéfacts romains. Ce qui signifie qu’à l’époque romaine, les arbres poussaient et les romains y circulaient, alors qu’aujourd’hui ce sont des glaciers.

Ce graphe est incomplet, à cause de a limite du proxy, il se termine dans la premiere moitié du 20e siècle. La partie en rouge sur ce graphe est ajoutée par les alarmistes pour essayer de faire croire que les températures d’aujourd’hui sont plus chaudes. Mais cette manipulation est malhonnète. Ils ont ajouté un dataset de température de thermomêtres pris partout dans le monde, à des données de proxy qui viennent de carottes de glace au Gröenland.

Un autre truc qu’ils utilisent souvent c’est de dire que ces températures chaudes n’existaient que pour l’Europe (l’Atlantique nord dans leur article). Pourtant il a été démontré avec des dizaines d’études partout dans le monde que l’optimum médiéval et le Little Ice Age ont été ressentis partout sur le globe (référence en annexe).

Ou alors ils disent que c’est à cause qu’il n’y avait pas beaucoup de volcans. Mais les volcans (en envoyant dans l’atmosphere des particules qui bloquent le soleil) ne refroidissent le climat que pour quelques années, pas des centaines d’années. Cet explication est donc fausse aussi.

Pendant des années les alarmistes ont tenté de faire disparaitre l’optimum médiéval, parce que trop embarassant et contredisant leur dogme. Michael Mann a essayé avec son frauduleux « hockey Stick », et il y a encore quelques brainwashé qui y croient, malgré qu’il éait été démontré comme une gigantesque fraude.
Dans les emails qui ont été coulés, il y a des références à des tentative de faire disparaitre l’optimum médiéval (MWP: Medieval Warm Period)

(5111) Pollack:
But it will be very difficult to make the MWP go away in Greenland.

Climategate

I get the sense that I’m not the only one who would like to deal a mortal blow to the misuse of supposed warm period terms and myths in the literature
-Jonathan Overpeck (Lead Author IPCC)

Ou simplement reconnaitre que la période médiévale a été plus chaude que maintenant:

(5096) Cook:
A growing body of evidence clearly shows [2008] that hydroclimatic variability during the putative MWP (more appropriately and inclusively called the « Medieval Climate Anomaly » or MCA period) was more regionally extreme (mainly in terms of the frequency and duration of megadroughts) than anything we have seen in the 20th century, except perhaps for the Sahel. So in certain ways the MCA period may have been more climatically extreme than in modern times.

Climategate

Alors non les températures actuelles ne sont pas plus élevées qu’à l’époque médiévale, même si elles s’en rapprochent. Et elles sont plus froides que tous les autres cycles chauds depuis la fin de la dernière ère glaciaire aussi. Donc notre cycle chaud n’a rien d’exceptionnel, et est le moins chaud de tous.

« Le Groenland était vert, recouvert d’herbe (lorsqu’il a été découvert par les Vikings il y a 1000 ans) ! »

Réponse : Les carottages sur place montrent que la calotte glaciaire du Groenland existe depuis au moins 400000 ans !

Personne n’a jamais dit que le Gröenland était complètement libre de glace a l’époque médiévale! Mais bien que les périphéries étaient plus dégagées que maintenant, et qu’il faisait assez chaud pour y faire pousser du fourrage et élever des chèvres, pendant 300 ans. Le nom « Gröenland », terre verdoyante était une tentative de marketing pour attirer les colons.
La preuve étant que même aujourd’hui, quand les glaces reculent, on y découvre des artéfacts vikings. Donc les glaces étaient encore plus reculées qu’aujourd’hui au Moyen-âge.


« Il n’y a pas de consensus scientifique sur le réchauffement climatique »

Réponse : 97 % des scientifiques de la planète compétents en matière climatique s’accordent à dire qu’il y a bien un réchauffement climatique et que ce phénomène est d’origine humaine.

Ceci est totalement faux. Jamais il n’y a eu de consensus des scientifiques sur le sujet. Il y a eu quelques études pour essayer de fabriquer ce pseudo consensus. La première est Doran-Zimmerman, un simple sondage de deux questions, envoyés à 10000 scientifiques. Environ 3000 ont répondu. Et parmi ces 3000 répondants, ils ont soigneusement sélectionné seulement 77, dont 75 disaient ce qu’ils voulaient entendre. Pour y arriver ils ont sélectionnés seulement les climatologues qui avaient publié récemment, soit ceux dont le travail dépend du niveau d’alarmisme pour générer des fonds. Donc 97% de 77 scientifiques choisis, et non pas 97% de tous les scientifiques. C’Est ça qu’ils appelent « compétents en matière climatique ».

La deuxième « étude » est encore plus malicieuse, il s’agit de Cook & Al. John Cook est l’auteur du blog de propagande Skepticalscience.com. Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain.
Cette étude à fait le tour de tous les médias et c’est encore aujourd’hui celle qui est cité comme « preuve » du consensus.

Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur papiers avaient été classé comme étant parmis le 97%. Ce qui a éveillé des soupcons sur la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant: 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient reéellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%…

Et comme cette étude a été démontré frauduleuse, il y a eu quelques autres tentatives de fabriquer un consensus artificiel, mais peu crédibles. Et même un ridicule qui dit 100% des scientifiques! Alors que les scientifiques sceptiques sont légions..

Et de toute façon la science ne fonctionne pas par sondage d’opinion, mais avec les faits et les observations. Cette mentalité de consensus
scientifique est digne de l’époque de Galilée ou de Darwin. En réalité un consensus et une affaire de politique, pas de science.
Utiliser ce pseudo-consensus est un argument fallacieux d’appel à l’autorité. Le fait que des Académies et organisations soumise à l’influence politique et dont le financement dépend en quasi-totalité s’y sous soumises, n’est pas un gage de vérité non plus.


« Le GIEC est trop alarmiste, son jugement est biaisé »

Réponse : Les publications officielles du GIEC sont une synthèse des connaissances scientifiques, qui incluent des publications qui font l’unanimité ainsi que celles qui sont contestées.

Le GIEC est un organe de propagande de L’ONU. Le GIEC ne fait aucune recherche et n’emploie aucun scientifique. Le fonctionnement du GIEC est le suivant:
-Des « experts » bénévoles analysent et commentent une série d’études choisies par le GIEC. Ils en font un rapport préléminaire.
-Des bureaucrates et activistes (meme de Greenpeace) reprennent ces commentaires, ignorent ceux qui ne convienent pas à l’agenda, et en font un autre rapport.
-D’autres bureaucrates et représentants des gouvernements prennent le rapport et en font un « résumé pour les décideurs » qui sera utilisé comme référence par les gouvernements pour imposer controles et taxes carbones. Ce résumé pour les décideurs et complètement différent et souvent même en contradiction avec le rapport original. Ce qui a enragé et choqué beaucoup des « experts », au point ou plusieurs ont quitté et même du aller en cours pour faire retirer leur nom de la liste des scientifiques sur le rapport du GIEC.
Voici quelques citations d’experts du GIEC (liste plus exhaustive en annexe):
« Les résumés des politiques du GIEC, rédigés par un petit groupe de leurs agents politiques, contredisent fréquemment le travail des scientifiques qui préparent les évaluations scientifiques. Pire encore, une partie du libellé des parties scientifiques a été modifiée par les décideurs politiques après que les scientifiques ont approuvé les conclusions. »
-Peter Friedman, Climatologue

« The IPCC attracted more people with political rather than academic motives. In AR4, green activists held key positions in the IPCC and they succeeded in excluding or neutralising opposite voices. »
-Dr Richard Tol

« The IPCC global warming model is not supported by the scientific data. »
-Dr Tom Segalstad

« All of my comments were ignored without even a rebuttal. At that point, I concluded that the IPCC Reports were actually intended to be advocacy documents designed to produce particular policy actions, but not as a true and honest assessment of the understanding of the climate system. »
-Dr Roger Pielke

« The IPCC has become too political. Many scientists have not been able to resist the siren call of fame, research funding and meetings in exotic places that awaits them if they are willing to compromise scientific principles and integrity in support of the man-made global-warming doctrine. »
-Dr Johannes Oerlemans

« Some government delegates influencing the IPCC Summary for Policymakers misrepresent or contradict the lead authors. »
-Dr Martin Manning

« I am doing a detailed assessment of the IPCC reports and the Summaries for Policy Makers, identifying the way in which the Summaries have distorted the science. I have found examples of a summary saying precisely the opposite of what the scientists said. »
-Dr Philip Lloyd

Alors NON le GIEC n’est pas une référence crédible et leurs rapports sont biaisés et manipulés pour appuyer un angenda politique


« Les espèces (animales et végétales) vont s’adapter »

Réponse : On assiste déjà à l’extinction d’un grand nombre d’espèces, celles-ci ne pouvant pas s’adapter assez vite à des changements climatiques aussi rapides.

On a démontré clairement plus haut que les changements actuels sont loins d’être « rapides » ou « jamais vu ». Au contraire il y en a eu de multiples qui sont beaucoup plus importants et plus rapides. Alors cette histoire d’extinction ne tient pas la route. En plus l’étude qui a circulé dans les medias à propos d’une 6e extinction de masse est exagérée et a été contredite par des scientifques, mais il est intéressante de noter que l’un des co-auteurs est Paul Ehrlich. Celui-là même qui en 1969 nous disait que l’humanité allait vers l’extinction à cause du refroidissement climatique et la famine, que dès les années 1980 des milliards de gens seraient morts et que dès 2000, l’humanité serait quasiment anéantie. A moins bien sûr qu’on se soumette à une dictature qui allait contrôler les naissances, bannir les moteurs à essence et changer radicalement notre mode de vie. Ça ne vous semble pas familier? Et il y a encore des gens pour le croire aujourd’hui quand il dit que le réchauffement climatique cause la 6e extinction de masse?


« Fixer des limites d’émission de CO2 est suicidaire dans le contexte économique »

Réponse : Le coût d’une action aujourd’hui (tant qu’il est encore temps) est minime, comparé à ce que les changements climatiques nous coûteront à l’avenir si on ne fait rien.

Au contraire, il a été évalué qu’il couterait au minimum 50 fois plus cher de faire des « actions », qui seraient de toute façon futiles parce que l’humain ne peut pas changer le climat, que de simplement s’adapter aux variations du climat, qui sont de toute façon naturelles, comme nos ancêtres l’ont fait depuis des millénaires.

Et même que depuis cette évaluation il y a quelques années, les coûts des actions proposées maintenant pour « combattre le CO2 » augmentent toujours et sont rendu à des niveaux qui dépassent l’entendement, dans les millions de milliards, pour supposément éviter que la température monte de 1 ou 2 degrés d’ici 100 ans.

On a vu au début de ce texte que le CO2 n’est pas responsable des variations du climat, il ne l’a jamais été depuis des centaines de millions d’années, et que le CO2 est la base de la vie sur terre, pas un polluant. Alors oui il est suicidaire au niveau biologique de tenter de limiter le CO2. Et oui il est suicidaire économiquement de limiter toute activité humaine et de dilapider des millions de milliards dans des projets ridicules qui n’auront aucun impact mesurable sur le climat. Ceux qui militent pour ça sont ceux qui profiteraient de cette arnaque financièrement et politiquement.
Il est beaucoup plus probable en regardant les cycles naturels passés, que ce qui suit est un cycle froid, qu’importe ce que les politiciens vont tenter de faire.
Je suis même prêt à parier que quand le refoidissement va s’installer, ils vont dire soit que c’est des « changements climatiques » et que donc c’est encore notre faute et qu’il faut continuer à payer des taxes et donner plus de pouvoir à L’ONU, ou alors que c’est parce que leurs efforts auront porté fruits pour ralentir le réchauffement (même si les émissions de CO2 augmentent toujours) et qu’il faut continuer à payer des taxes et donner plus de pouvoir à L’ONU….


« Le responsable, c’est le Soleil ! »

Réponse : Durant les 35 dernières années, au cours desquelles le climat s’est réchauffé, l’activité du soleil a eu tendance à diminuer.

Cette réponse est malhonnète pour plusieurs raisons:
-Ils ne prennent qu’un des cycles solaire comme référence, le plus court, il y en a d’autres, et des cycles océaniques aussi.
-Ils disent que le cliamt s’est réchauffé depusi 35 ans ,alors que depuis 22 ans ce n’est pas le cas.
-Ils ne prennent pas en compte qu’il y a un délai entre la diminution de l’activité solaire et l’influence sur la température de l’atmosphère. Le soleil réchauffe principalement la terre en réchauffant les océans, qui eux réchauffent ensuite l’atmosphère. Et la masse d’eau retient la chaleur ce qui peut induire un délai de plusieurs années. C’est pour ça que toute les reconstructions de température montrent des réchauffement plus rapides que les refroidissement, particulièrement lors des entrées et sorties d’ère glaciaires.

Voici un exemple avec les cycles océaniques de 65 ans et le cycle long de 230 ans, avec une forte corrélation avec la température (qui elle est aussi influencée par les cycles courts de 11/22 ans). En se basant sur ces cycles on devrait donc entrer dans un cycle froid important d’ici quelques années au plus tard, probablement avant, si ce n’est pas déjà commencé.


« C’est la faute d’El Nino ! »

Réponse : El Niño est un phénomène influant sur la température moyenne globale, mais ce phénomène est éphémère et n’a donc pas d’impact sur la tendance de long terme.

Probablement la seule chose qu’ils ont dit de vrai, à l’exception que jamais j’ai entendu un seul sceptique pense que El Nino est responsable du réchauffement climatique. On sait très bien que les pics El Nino sont des cycles océaniques et n’ont qu’un impact temporaire sur le climat.


« C’est la faute de la chaleur urbaine »

Réponse : Bien que les zones urbaines soient sans conteste plus chaudes que les zones rurales avoisinantes, cela n’a que peu d’effets, voire aucun, sur la tendance au réchauffement global observée.

En effet l’effet d’ilôt de chaleur urbain n’affecte que les villes et les endroits entourés de béton et d’asphalte. Le problème est que maintenant la plupart des stations de prise de données de température sont dans les villes et les aéroports, ce qui fausse à la hausse des données de température.
Et ils le savent bien.

https://i1.wp.com/wattsupwiththat.com/wp-content/uploads/2007/05/Marysville_issues1.jpg?w=480&ssl=1
https://i0.wp.com/wattsupwiththat.com/wp-content/uploads/2016/02/picacho8se-looking-n.jpg?w=640&ssl=1


« Il n’y a pas à s’inquiéter, c’est un phénomène naturel, un cycle »

Réponse : Un cycle naturel répond à un forçage, une force motrice elle même naturelle. Or aucune force motrice connue ne peut expliquer le réchauffement observé, si ce n’est les émissions de gaz à effet de serre provoquées par les activités humaines.

Wow! celle-la mérite le prix Nobel de la stupidité. L’entièreté des réchauffements et refroidissements depuis des millénaires peuvent être expliqués par les cycles naturels (solaires, orbitaux, océaniques). Alors que JAMAIS ces variations n’ont pu être expliquées par l’hypothèse du CO2 ou de « forcages » qui ne sont que des entourloupes qui n’existent que dans les modèles informatiques et qui nont jamais existé dans la réalité. Même les prédictions faites en se basant sur l’hypothèse du CO2 ou des forcages ont toutes été erronées. Donc cette affirmation ne tient absolument à rien.


« C’est la faute de la vapeur d’eau »

Réponse : La vapeur d’eau n’est pas un moteur des changements climatiques ; elle ne fait qu’y réagir, et peut l’amplifier.

Encore une fois une affirmation gratuite que jamais un climatosceptique n’a prononcée. Ce que les climato-sceptiques disent c’est que la quasi-totalité de tous les gaz à effet de serre, c’est la vapeur d’eau. Et que le CO2 lui est en quantité infime, et que donc la vapeur d’eau à plus d’impact que le CO2. Mais l’humain n’a aucune influence sur le taux de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Ce que les sceptiques disent est pour démontrer l’insignifiance du CO2 par rapport à la vapeur d’eau, pas pour mettre la faute des variations de température sur la vapeur d’eau. Ce que les sceptiques disent c’est que les principaux facteurs responsables sont ailleurs que les GES.



Donc en conclusion, l’article produit par des organismes milliardaires et un ramassis de propagande mensongères. Et c’est normal, ils ont avantage à garder cette arnaque en vie le plus longtemps possible, elle leur permet d’accumuler des milliards et propager leur idéologie.


ANNEXES
Dansa le but d’alléger le texte, j’ai placé ici quelques références en appui au texte. Il se peut que j’en ai oublié quelques unes, je vais les ajouter au fur et à mesure.

Global Cooling:

https://www.investorvillage.com/smbd.asp?mb=11227&mn=11275&pt=msg&mid=12812972

https://news.google.com/newspapers?id=lzI_AAAAIBAJ&sjid=PlEMAAAAIBAJ&dq=climate%20expert%20new%20ice%20age%20coming%20hubert%20lamb&pg=4365,2786655

Optimum mediéval et little ice age global:
https://i0.wp.com/www.science-skeptical.de/wp-content/uploads/2009/11/Globe-1250×765-mit-Graphen-und-Linien-JPEG1.jpg?zoom=2
http://pages.science-skeptical.de/MWP/MedievalWarmPeriod.html

How not to measure temperature

How not to measure temperature

How not to measure temperature (or climate change) #96

A propos de John Cook, blogeur auteur the Skepticalscience
John Cook est l’auteur de Cook & al. la frauduleuse étude du « 97% des scientifiques ». Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain.
Cette étude à fait le tour de tous les médias.
Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur papiers avaient été classé comme étant parmis le 97%. Ce qui a éveillé des soupcons sur la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant: 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient reéellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%…

The Cook '97% consensus' paper, exposed by new book for the fraud that it really is

John Cook se photoshoppe en Nazi:
http://www.populartechnology.net/2012/03/truth-about-skeptical-science.html

John Cook a fait du vol d’identitié, personifié un scientifique pour essayer de le discréduiter.
https://motls.blogspot.com/2015/07/identity-theft-thief-of-lubosmotl-turns.html

Comment John Cook et ses amis sur Skepticalscience font la « chasse au sceptiques » et essayent de leurs nuire et de leurs faire perdre leur emplois:
https://www.forbes.com/sites/rogerpielke/2020/02/09/a-climate-blacklist-that-works-it-should-make-her-unhirable-in-academia/#6bdbb3586368

50 to 1:
Même si le changement climatique était causé par l’humain est le CO2 (ce qui n’est pas le cas) ça couterait 50 fois plus cher de tenter de l’empêcher que de simplement s’adapter.

Citations de Paul Ehrlich

« En 1985, il y aura eu assez de morts pour réduire la population de la terre à un niveau acceptable, comme 1,5 milliard »
Une de ses « solutions »:
« L’addition de stérilisant temporaire dans la nourriture de base, ou l’approvisionnement en eau, avec une distribution d’antidote chimiques [pour avoir des enfants] , peut-être par lotterie ».
Et la première ligne de son livre, Population Bomb, sorti en 1968:
« The battle to feed all of humanity is over. In the 1970’s and 1980’s hundreds of millions of people will starve to death in spite of any crash programs embarked upon now. »
(Notez que aujourd’hui Paul Ehrlich dit que l’humain cause le réchauffement et est responsable de la « 6e extinction de masse »… Et il y a encore des gens pour croire cet idiot)

Michael Mann et le Hockey Stick
https://www.manhattancontrarian.com/blog/2019-8-26-michael-mann-hockey-stick-update-now-definitively-proven-to-be-fraud
https://i1.wp.com/principia-scientific.org/wp-content/uploads/2017/07/graphs.jpg?resize=550%2C398

Cycles de Milankovitch

Autres citation d’Expert du GIEC

Citation d’experts ayant travaillé pour GIEC, mais dont le GIEC a ignoré tous leurs commentaires

The IPCC notes that ‘No significant acceleration in the rate of sea level rise during the 20th century has been detected.’ (This did not appear in the IPCC Summary for Policymakers).

-Dr Robert Balling

Rising levels of airborne carbon dioxide don’t cause global temperatures to rise…. temperature changed first and some 700 years later a change in aerial content of carbon dioxide followed.

-Dr. Lucka Bogataj

Little known to the public is the fact that most of the scientists involved with the IPCC do not agree that global warming is occurring. Its findings have been consistently misrepresented and/or politicized with each succeeding report.

-Dr John Christy

Humans have only contributed a few tenths of a degree to warming on Earth. Solar activity is a key driver of climate.

-Dr Rosa Compagnucci

The empirical evidence strongly indicates that the anthropogenic global warming hypothesis is wrong.

-Dr Richard Courtney

I’m not going to just spout off and endorse the IPCC because I don’t have confidence in the process

-Dr Judith Curry

Global temperatures have not been changing as state of the art climate models predicted they would. Not a single mention of satellite temperature observations appears in the (IPCC) Summary for Policymakers.

-Dr Robert Davis

In 1996, the IPCC listed me as one of approximately 3,000 ‘scientists’ who agreed that there was a discernable human influence on climate. I didn’t. There is no evidence to support the hypothesis that runaway catastrophic climate change is due to human activities.

-Dr Willem de Lange

Government decision-makers should have heard by now that the basis for the longstanding claim that carbon dioxide is a major driver of global climate is being questioned; along with it the hitherto assumed need for costly measures to restrict carbon dioxide emissions. If they have not heard, it is because of the din of global warming hysteria that relies on the logical fallacy of ‘argument from ignorance’ and predictions of computer models.

-Dr Chris de Freitas

Much more progress is necessary regarding our current understanding of climate and our abilities to model it.

-Dr Oliver Frauenfeld

Using a flawed eddy diffusion model, the IPCC has grossly underestimated the future oceanic carbon dioxide uptake.

-Dr Peter Dietze

It is time for a reality check. The oceans and coastal zones have been far warmer and colder than is projected in the present scenarios of climate change. I have reviewed the IPCC and more recent scientific literature and believe that there is not a problem with increased acidification, even up to the unlikely levels in the most-used IPCC scenarios.

-Dr John Everett

The IPCC refused to consider the sun’s effect on the Earth’s climate as a topic worthy of investigation. The IPCC conceived its task only as investigating potential human causes of climate change

-Dr Eigil Friis-Christensen

I never fully accepted or denied the anthropogenic global warming (AGW) concept until the furor started after [NASA’s James] Hansen’s wild claims in the late 1980’s. I went to the [scientific] literature to study the basis of the claim, starting at first principles. My studies then led me to believe that the claims were false.

-Dr Lee Gerhard

Climate change is unlikely to be the world’s most important environmental problem of the 21st century. There is no signal in the mortality data to indicate increases in the overall frequencies or severities of extreme weather events, despite large increases in the population at risk.

-Dr Indur Goklany

The (IPCC) climate change statement is an orchestrated litany of lies.

-Dr Vincent Gray

We can expect the climate crisis industry to grow increasingly shrill, and increasingly hostile toward anyone who questions their authority.

-Dr Kenneth Green

Claims such as ‘2,500 of the world’s leading scientists have reached a consensus that human activities are having a significant influence on the climate’ are disingenuous … The actual number of scientists who backed that claim was only a few dozen.

-Dr Mike Hulme

There are many factors which cause climate change. Considering only greenhouse gases is nonsense and harmful. When people know what the truth is they will feel deceived by science and scientists.

-Dr Kiminori Itoh

There is no proven link between human activity and global warming. I think the panic over global warming is totally unjustified. There is no serious threat to the climate.

-Dr Yuri Izrael

Temperature measurements show that the climate model-predicted mid-troposphere hot zone is non-existent. This is more than sufficient to invalidate global climate models and projections made with them.

-Dr Steven Japar

This number (of receding glaciers reported by the IPCC) is not just a little bit wrong, but far out of any order of magnitude … It is so wrong that it is not even worth discussing

-Dr Georg Kaser

I’m not holding my breath for criticism to be taken on board, which underscores a fault in the whole peer review process for the IPCC: there is no chance of a chapter [of the IPCC report] ever being rejected for publication, no matter how flawed it might be.

-Dr Aynsley Kellow

I have carefully analysed adverse impacts of climate change as projected by the IPCC and have discounted these claims as exaggerated and lacking any supporting evidence.

-Dr Madhav Khandekar

The alarmist passages in the (IPCC) Summary for Policymakers have been skewed through an elaborate and sophisticated process of spin-doctoring.

-Dr Hans Labohm

There is no scientific merit to be found in the Executive Summary. The presentation sounds like something put together by Greenpeace activists and their legal department.

-Dr. Andrew Lacis

I cannot in good faith continue to contribute to a process that I view as both being motivated by pre-conceived agendas and being scientifically unsound.

-Dr Chris Landsea

The IPCC process is driven by politics rather than science. It uses summaries to misrepresent what scientists say and exploits public ignorance.

-Dr Richard Lindzen

Surface temperature changes over the past century have been episodic and modest and there has been no net global warming for over a decade now. The case for alarm regarding climate change is grossly overstated.

-Dr Harry Lins

I am doing a detailed assessment of the IPCC reports and the Summaries for Policy Makers, identifying the way in which the Summaries have distorted the science. I have found examples of a summary saying precisely the opposite of what the scientists said.

-Dr Philip Lloyd

Some government delegates influencing the IPCC Summary for Policymakers misrepresent or contradict the lead authors.

-Dr Martin Manning

The many references in the popular media to a ‘consensus of thousands of scientists’ are both a great exaggeration and also misleading.

-Stephen McIntyre

The rates of warming, on multiple time scales have now invalidated the suite of IPCC climate models. No, the science is not settled.

-Dr Patrick Michaels

If you go around the globe, you find no sea level rise anywhere.

-Dr Nils-Axel Morner

The IPCC has become too political. Many scientists have not been able to resist the siren call of fame, research funding and meetings in exotic places that awaits them if they are willing to compromise scientific principles and integrity in support of the man-made global-warming doctrine.

-Dr Johannes Oerlemans

All of my comments were ignored without even a rebuttal. At that point, I concluded that the IPCC Reports were actually intended to be advocacy documents designed to produce particular policy actions, but not as a true and honest assessment of the understanding of the climate system.

-Dr Roger Pielke

It’s nonsense to drastically reduce emissions … predicting about the distant future-100 years can’t be predicted due to uncertainties.

-Dr Jan Pretel

As far as the science being ‘settled,’ I think that is an obscenity. The fact is the science is being distorted by people who are not scientists.

-Dr Paul Reiter

I have an involuntary gag reflex whenever someone says the ‘science is settled’. Anyone who thinks the science is settled on this topic is in fantasia.

-Dr Murray Salby

The IPCC global warming model is not supported by the scientific data.

-Dr Tom Segalstad

Isn’t it remarkable that the Policymakers Summary of the IPCC report avoids mentioning the satellite data altogether, or even the existence of satellites–probably because the data show a (slight) cooling over the last 18 years, in direct contradiction to the calculations from climate models?

-Dr Fred Singer

There is clear cut solar-climate coupling and a very strong natural variability of climate on all historical time scales. Currently I hardly believe anymore that there is any relevant relationship between human CO2 emissions and climate change.

-Dr Hajo Smit

The IPCC is not a scientific organization and was formed to regulate carbon dioxide emissions. Claims of human-cause global warming are only a means to that goal.

-Dr Roy Spencer

The IPCC attracted more people with political rather than academic motives. In AR4, green activists held key positions in the IPCC and they succeeded in excluding or neutralising opposite voices.

-Dr Richard Tol

There is so much of a natural variability in weather it makes it difficult to come to a scientifically valid conclusion that global warming is man made.

-Dr Tom Tripp

The (IPCC) mistakes all appear to have gone in the direction of making it seem like climate change is more serious by overstating the impact. That is worrying. The IPCC needs to look at this trend in the errors and ask why it happened.

-Dr Robert Watson

Most of the extremist views about climate change have little or no scientific basis.

-Dr Gerd-Rainer Weber

The public is not well served by this constant drumbeat of alarms fed by computer models manipulated by advocates.

-Dr David Wojick

I am positively convinced that the anthropogenic global warming theory is wrong.

-Dr Miklos Zagoni

Editors, reviewers and authors of alternative studies, analysis, interpretations, even based on the same data we have at our disposal, have been bullied and subtly blackmailed. By writing these lines… a few of my future studies will not see the light of publication.

-Dr. Eduardo Zorita

Unfortunately, the IPCC climate change documents do not provide an objective assessment of the earth’s temperature trends and associated climate change….As one of the invited expert reviewers for the 2007 IPCC documents, I have pointed out the flawed review process used by the IPCC scientists in one of my letters. I have also pointed out in my letter that an increasing number of scientists are now questioning the hypothesis of Greenhouse gas induced warming of the earth’s surface and suggesting a stronger impact of solar variability and large-scale atmospheric circulation patterns on the observed temperature increase than previously believed.

-Madhav L. Khandekar, UN scientist, retired Environment Canada scientist

One Response to Réponse à un article de propagande

  1. A reblogué ceci sur Daniel Brisson – Parti populaire du Canada Louis-Hébertet a ajouté:
    Tout est là!
    Si vous dites que vous voulez écouter la science, en voici l’occasion!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s