Encore de la propagande mensongère à Radio-Canada

Encore de la propagande ridicule de Radio-Canada, un ramassis de faussetés qui démontre que les journalistes ne font pas leur travail, mais ne font que répéter la propagande qu’on leur soumet. En plus, Radio-Canada à déjà indiqué il y a quelques années que jamais ils ne recevraient sur leurs ondes un scientifique sceptique, (voir ici: http://www.ombudsman.cbc.radio-canada.ca/fr/revision-des-plaintes/2015/pourquoi-il-faut-fermer-la-porte-aux-climatosceptiques-les-annees-lumiere/ )
Pire encore, ils invitent une psychiatre pour parler du climat….
Entrevue en question:


Dès le départ, les mensonges fusent, de la vieille propagande des archives de Radio-Canada depuis 30 ans:
« Les changements climatiques vont provoquer des catastrophes naturelles »
« Les Etats-Unis ont été particulièrement touché par des évènements météo extrèmes »

Par exemple, même le GIEC, le bras de propagande climatique de L’ONU, avait avoué qu’il n’y avait pas de lien entre évènements météos « extrèmes » et les changements climatiques:

UN IPCC Report Admits Extreme Weather Events Have Not Increased


Et les évènements météo « extrèmes » ont toujours existé, ce n’est rien de nouveau, exemple:

Anno 1094 : Dans toute l’Europe et en Angleterre, les averses de pluie ne cessèrent pas d octobre à avril. La famine qui s’ensuivit fut telle qu’on ne parvenait pas à enfouir les morts à temps. En France, il s’ensuivit un été très chaud et une sécheresse extraordinaire.
Voir ici : https://crioux.wordpress.com/2017/05/05/evenements-climatiques-du-passe/

Leur vidéo commence avec un Vox Pop (parce que bien sûr les gens dans la rue sont tellement une bonne référence scientifique).
Ensuite la psychiatre commence à nous dire que notre cerveau n’est pas programmé pour réagir et comprendre la menace des « changements climatiques ». Donc on en comprend qu’on est tous des idiots. Elle peut-être une bonne psychiatre, je n’en sais rien, mais qu’est-ce qu’elle connait à la science du climat? Apparemment rien du tout.

Elle nous dit que des gens contestent que c’est un « phénomène réél » et qu’il y a un « consensus scientifique » là dessus… Encore une fois, elle n’a aucune idée de quoi elle parle, elle ne fait que répéter la propagande. Dire « il y a un consensus scientifique » c’est l’argument de ceux qui n’y connaissent rien et qui tentent de clore le débat.
JAMAIS il n’y a eu de consensus à ce sujet. Le fameux « 97% des scientifiques » qu’on entend souvent et qui est cité par les alarmaistes qui ne vont jamais vérifier d’où ça vient, origine de deux « études »:
La première est Doran-Zimmerman, un simple sondage de deux questions, inséré dans une revue à tirage limité, envoyé à 10000 scientifiques. Environ 3000 ont répondu. Et parmi ces 3000 répondants, ils ont soigneusement sélectionné seulement 77, dont 75 disaient ce qu’ils voulaient entendre. Pouy arriver, ils on choisit uniquement les scientifiques du climat qui ont publié sur le sujet depuis un temps donné. Donc 97% de 77 scientifiques, et non pas 97% de tous les scientifiques.

La deuxième « étude » est encore plus malicieuse, il s’agit de Cook & Al. John Cook est l’auteur du blog de propagande Skepticalscience. Il savait que le « consensus » appuyé sur le sondage cité ci-haut était faible, alors il a voulu en fabriquer un, alors il a commencé son plan qu’il a appelé « consensus project ». Lui et ses amis ont « noté » 12000 papiers scientifiques en ne lisant qu’un court résumé de chacun. Ils pouvaient « noter » ainsi des centaines de papiers scientifiques par jour. Leur résultat: Selon eux 97,1% de ces études appuyaient le réchauffement causé par l’humain. Cette étude à fait le tour de tous les médias, et c’est elle qui est cité partout comme étant le « consensus ».

Pourtant, plusieurs scientifiques sceptiques se sont rendus compte que leur propres papiers avaient été classés comme étant parmis le 97%. Ce qui a éveillé des soupcons sur la validité de la méthodologie. Une étude plus sérieuse et objective des mêmes 12000 papiers à donné le résultat suivant:
2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet, et seulement 0,5% appuyaient réellement le réchauffement causé par l’humain. On est très loin du 97%…

Et de toute facon, ça n’existe pas un « consensus scientifique ». La science ne fonctionne pas par sondages d’opinion. Donc c’est un argument fallacieux d’appel à l’autorité.

L’histoire de la science montre que ce sont très souvent des scientifiques qui contestaient le « consensus » qui avaient raison, Ex: Gallilée, Copernic, Einstein, etc. Même plus récemment le consensus était que les continents avaient toujours été au même endroit, ce qui a été démenti en 1960 avec la théorie de la tectonique des plaques. Plus récent encore, l’expansion de l’univers, dont le « consensus » était qu’il allait en ralentissant depuis le Big Bang, et bien juste depuis 1998, on sait qu’il s’accélère. L’appel au consensus est un faux argument, et pourtant c’est sur ça que la plupart des alarmistes s’appuient, sans savoir que c’est faux.

Ensuite ils mettent un vidéo de Trump qui dit « It’s a hoax, it’s a money making machine », parce que bien sûr, Radio-Canada et leur auditoire ont une haine viscérale de Trump, et donc associer les méchants sceptiques à Trump, ça sert à dire qu’ils sont obligatoirement des « idiots » comme Trump. Dans la réalité ce sont des centaines de milliers de scientifiques qui sont les sceptiques, alors que les alarmsites sont principalement des activistes, des artistes et des politiciens. Pourquoi ils n’ont pas mis une citation de scientifique sceptique? Pourquoi pas Ivar Giaever, prix nobel de physique:
“Le réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion.”
ou Freeman Dyson, physicien, et un des plus grands scientifiques de notre ère:
 » L’idée que le réchauffement climatique est le problème le plus important que le monde fait face est un total non-sens et fait beaucoup de dégats. Ca détourne l’attention des gens de problèmes bien plus sérieux. »

Mais n’oubliez pas, selon Radio-Canada ca existe pas des scientifiques sceptiques, puisque « 97% des scientifiques » appuient l’hypothèse réchauffistes. Donc les 3% qui reste ça doit être des gens « payés par les pétrolières »…

Ensuite ils nous disent que notre cerveau nous joue des tours, parce qu’on ne s’inquiete pas assez du « réchauffement climatique » quand on bat des records de froid…. Dans le fond, on nous dit de nous fier à la propagande et aux modèles informatiques qui ont toujours échoué dans leur prédictions depuis 30 ans, mais pas aux observations réelles… Vous trouvez pas ça inquiétant?

Et ensuite, ils essayent de nous passer leur message de pauvreté volontaire, et que si on accepte pas d’embarquer dans cette lubie de vivre pauvremement pour « sauver la planète », et bien c’est parce qu’on comprend rien. Et les gens du vox pop qui ont bien absorbé la propagande disent que c’est la faute aux compagnies et aux pétrolières.

Et là on nous montre les traditionelles cheminées qui crachent de la fumée. Pourtant le CO2 n’est pas un polluant, est un gaz invisible, et est la base de la vie sur terre. Et son effet de serre a été grandement exagéré à des fins politiques. De toutes façons l’impact de l’humanité sur la quantité de CO2 émise annuellement est faible. Juste 3% des émissions annuelles de CO2 sont dues à l’humain, le reste (97%) c’est du à la nature. Et on parle de 3% de quelque chose qui est 0,04% de l’atmosphère. 3% de presque rien, ça fait encore presque rien.

NOTE: Pour ne pas alourdir le texte qui est déjà long, je ne vais pas parler ici des faits prouvés qui démontrent que le CO2 n’a que peu d’impact sur le climat, j’ai déjà amplement écrit à ce sujet.
Je me contenterai de cette citation:
En fait, il y a plus de preuves solides pour les effets bénéfiques du CO2 que des effets négatifs. Alors pourquoi est-ce que le public entend seulement un côté de ce débat? Parce que les médias font un travail médiocre.
-Freeman Dyson

Et là ils nous sortent des titres sensationnalistes comme le « 12 ans pour sauver la planète ». Si vous suivez ce dossier depuis longtemps, ça fait des dizaines de fois qu’un ultimatum comme ça est posé, et qu’une fois qu’il est passé sans que rien n’arrive, c’est simplement repoussé à plus loin. Sauf que celui-ci est différent. Comme par hasard, cet ultimatum correspond exactement à l’an 2030, qui est le plan de l’ONU pour l’Agenda 2030 (anciennement appelé Agenda 21), un plan de gouvernement global socialiste et de contrôle total de la population, déguisé en plan environnementaliste. Plus de détails sur l’agenda 2030, voir ici: https://crioux.wordpress.com/2016/03/01/agenda2030/

Elle dit « Si on est trop apocalyptique dans nos messages, ca augmente le mécanisme de défense des gens ».
Pourtant les médias et les politiciens ne font que ça, on dirait presque un concours de surenchère pour voir qui aura le message les plus apocalyptique et épeurant. Mais c’est de la foutaise, rien de basé sur la science ou les faits, que de la propagande.

Jim Sibbison, journaliste environnemental, ex-relationiste pour L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA): « Nous écrivions des histoires de peur de façon routinière … Nos rapports de presse étaient plus ou moins vrais .. Nous étions là pour fouetter le public dans un frénésie à propos de l’environnement.«

Et là elle nous dit que la solution est de se mobiliser autour d’un projet rassembleur face à une menace. Il me semble avoir déjà lu ça quelque part… :

« Il semblerait que les humains ont besoin d’une motivation commune, à savoir un adversaire commun, d’organiser et d’agir ensemble dans le vide; une telle motivation doit être trouvée pour mettre les nations divisées face à un ennemi extérieur, soit un ennemi réel ou alors un ennemi inventé à cet effet. »
Club de Rome (The first Global revolution)

« Dans la recherche d’un ennemi commun contre lequel nous pouvons nous unir, nous sommes arrivés avec l’idée que la pollution, la menace du réchauffement climatique, les pénuries d’eau, la famine et autres, ferait l’affaire. Dans leur totalité et de leurs interactions ces phénomènes constituent une menace commune qui doit être confrontée à tout le monde ensemble. »
Club of Rome (The first Global revolution)(p. 75).

Ensuite ils nous rapellent le « trou » dans la couche d’ozone, en disant que cette fois c’était une menace claire et imagée, parce qu’il y avait un « trou ». La réalité, il n’y a jamais eu de « trou ». Ce sont juste des zones là où il y a moins d’ozone, et c’est normal que ça arrive juste aux pôles (et non pas là où il y avait l’activité humaine et les émissions du supposé coupable: les CFC) parce que l’ozone se crée et existe pour un court laps de temps quand les rayons UV du soleil affectent les molécules d’oxygène O2 et les transforment en O3 (ozone), mais comme les pôles ont 6 mois de soleil et 6 mois de noirceur, c’est normal qu’il y ait un déséquilibre au pôles. Il a toujours existé, bien avant que les satellites nous le montrent. Le fameux « trou » existe encore aujourd’hui, pratiquement inchangé, mais il n’en parlent plus. Ils ont trouvé une arnaque plus payante: le CO2.

De retour au vidéo, dans le vox pop, les gens disent que les jeunes sont plus conscientisés (moi je dirais plutôt brainwashés) et qu’ils sortent dans les rues pour que ça change. Et oui, on a bien vu ce que ça a donné.

Surtout quand des informations ont coulé comme quoi c’était de grands organismes qui étaient derrière ces manifestations et qu’ils utilisaient les jeunes comme outils de propagande. Même chose avec la jeune Greta Thunberg

Emails reveal how children become pawns of climate alarmism


Un type ici avait posé des questions simples à des jeunes manifgestantes, et elles n’y connaissaient rien. Elles n’ont pas à avoir honte de ne pas connaitre les réponses, la honte devait être sur ceux qui les bourrent de faussetés.

Juste pour le plaisir, voici les vraies réponses:
Composante principale de l’air : Azote 78%, oxygen 21% et CO2 0,04%
Principal gas à effet de serre: Vapeur d’eau, qui varie entre 0,5% et 1% de l’atmosphère. Le CO2 lui est loin derrière à 0,04%
Et de tout ce CO2, l’humain n’est responsable que de 3% de ce 0,04%

Et les profs qui encouragent les étudiants à aller manifester, n’y connaissent rien non plus

Retour au vidéo, la psychiatre de dire que ce genre de mobilisation étudiante pourrait aider les gens à « embarquer ». Jamais il n’est question de science à savoir si les changements climatiques sont réels, causé par qui ou quoi. Pour eux ce qui est important c’est d’embarquer les gens dans le mouvement, en utilisant les émotions, pas les faits. Parce que les faits leur donnent TORT. Il n’y a plus aucun réchauffement statistiquement significatif depuis 20 ans. Aucun. Malgré que le CO2 ait augmenté pendant ce temps. L’effet de « serre  » du CO2 a été grandement exagéré et n’arrive pas à expliquer les variations du climat des derniers 30 ans (ni avant non plus). De plus en plus de scientifiques pensent qu’il s’agit simplement de cycles naturels (cycles océaniques et solaires) et que le cycle qui suit serait un cycle froidm, ce qui d’ailleur non seulement explique les variations passées, mais ça correspond aussi avec les variations actuelles. Ça ce sont des faits, mais ça détruirait leur belle illusion, alors faut pas en parler. N’oubliez pas, Radio-Canada refuse de laisser la parole à des scientfiques qui sont sceptiques du réchauffement climatique causé par l’humain, ils invitent uniquement les alarmistes et les crédules qui relaient la propagande.
Pas juste Radio-Canada bien sûr, la quasi totalité des autres médias aussi:

Les climatosceptiques ont-ils encore leur mot à dire ?

Et ca se termine avec des vidéos d’enfants qui font la grève du climat pour la planète, en bon petits soldats brainwashés

Par qui et dans quel but me direz-vous? A quoi je vous répond, êtes-vous aveugles à ce point?

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :