Citation

“Le plus grand soin d’un bon gouvernement devrait être d’habituer peu à peu les peuples à se passer de lui.”
–Alexis de Tocqueville

26 commentaires pour Citation

  1. C’est une des raisons pourquoi De Toqueville n’est pas populaire chez les syndiqués, les féministes. les immigrés/ « minorités », les réchauffistes et autres varietés de gauchistes.

  2. Robert C. dit :

    La politique de droite ne peut fonctionner que par l’adhésion totale du peuple. Même chose pour la gauche. Ça n’arrivera jamais. Seulement la dictature, qui est la vue d’un seul homme ou d’une frange sociale, mène à une certaine cohésion, qui est temporaire parce qu’imposée au peuple qui n’a aucun droit de regard.

    Tocqueville avait une vue plutôt à droite, mais il erre dans son raisonnement. Il n’aimait pas la démocratie égalitaire du peuple. Pour lui cela semble du gaspillage de ressources. C’est assez proche de la dictature. La ligne est mince.

    La Déclaration d’Indépendance des États-Unis dit que tous les hommes sont égaux. Dans la réalité, les Américains ne l’appliquent pas. Si tu as du talent du va devenir riche, sinon tu croupis dans la médiocrité. Si tu es noir ou blanc, tout change. Alors, tous les hommes sont égaux, oui ou non? Oui dans une certaine mesure, en tant qu’être humains vivants. Intellectuellement ils ne le sont pas. Tous n’ont pas le talent ou la ténacité de prospérer. À partir de là, l’État doit prendre des moyens pour le bien commun. Pas de richesse collective ne mène à rien. C’est à l’État d’y pourvoir en partie, sans dépasser les prérogatives communes.

    Tocqueville vivait au 19e siècle. Au 21e siècle, la population mondiale a grossi presque géométriquement. En politique, il devrait y avoir un vrai gouvernement de véritable centre, ni trop à gauche, ni trop à droite. Mais c’est impossible, il y trop de disparités chez les peuples. Tout le monde ne peut, ni ne doit penser la même chose. C’est le dilemme. Trop ou pas assez de gouvernement, personne n’a de réponses. Ce qui est l’idéal pour les uns, est une abomination pour les autres.

    • crioux dit :

      Seule la liberté permet une réelle égalité. Égalité des droits, égalités des chances.
      Si tu commences à limiter les droits des uns pour aider un autre, ça n’est plus de la liberté, ni de la justice. Ce n’est pas le rôle du gouvernement d’intervenir directement dans l’économie ni dans la vie privée des gens.

      Je vais te donner un exemple bien simple:
      John Logie Baird a invneté la télévision. Il Était sans le sous et cherchait une façon de s’enrichir. Il s’est enfermé et a cherché et finalement inventé la télévision. Même si au départ c’était quelque chose de très rustique et mécanique, ça permettait d’envoyer une image dans une autre pièce.
      http://www.thesun.co.uk/sol/homepage/hold_ye_front_page/science/2682593/em1926em-Scot-who-invented-TV.html

      S’il avait vécu aujourd’hui, le gouvernement l’aurait pris en charge, il n’aurait rien fait, il serait resté chez-lui, avec son chèque du gouvernement payés par les autres, et ironiquement il aurait passé ses journées à regarder la télévision….

      Oui il y aurait des pauvres, des inadaptés, mais c’est là que survient le désir de s’en sortir, et la charité, la compassion et l’entraide. Et ça se fait directement, et non pas à travers le gouvernement qui prend de force l’argent de nos poches, pour la redistribuer (en se gardant une quote).

      Un autre exemple: Haïti, probablement le pays le plus pauvre de la planète. Qu’est-ce qu’on fait pour l’aider? On envoie des milliards, qui finissent dans les poches d’ONG. Le reste devient une sorte de B.S. La solution pour Haïti ne serait-il pas de les aider à se développer, en y investissant dans des entreprises, dans le tourisme, au lieu de leur donner l’équivalent d’un maigre chèque le B.S. qui les garde dans la pauvreté?

      Nos pays riches ne sont pas devenus riches en quêtant la richesse des autres. On ne multiplie pas la richesse en la divisant.

  3. Robert C. dit :

    Ce que je veux dire, c’est qu’il doit y avoir un juste milieu dans tout, incluant le gouvernement. Tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Ton exemple de l’inventeur de la télé est boiteux. Il avait déjà les capacités pour inventer et les faire fructifier. Il les a trouvées et c’est tant mieux. C’est de la détermination.

    Il y a aussi NikolaTesla qui a tout inventé côté électrique. Il est mort dans la misère après s’être fait voler ses inventions en partie par Thomas Edison. Edison n’a rien inventé: il a volé et copié. Tesla était un inventeur, et un chercheur hors pair, mais il n’avait pas les capacités pour les faire fructifier.

    Haïti c’est  »THE problem ». GROS problème. C’est le reliquat de la dictature avec une mentalité de corruption, et de voleur,. généralisée chez les dirigeants. Pas grand chose à faire là.

    J’ai jamais dis que le gouvernement devait tout donner, mais donner une chance aux plus défavorisés, sans tomber dans le BS généralisé. Tu penses qu’il y a trop de gouvernement, d’autres en veulent plus, certains disent qu’il y a assez. Qui a raison? Il ne faut pas tomber dans les idéologies qui ne font que des confrontations inutiles. Avec les confrontations viennent les batailles à n’en plus finir et personnes n’est satisfait. Du point de vue gouvernement, le meilleur exemple est celui du premier gouvernement de René Lévesque. Il y avait de tout, malgré tout ça marchait. Mais ça n’a pas duré très longtemps. La gauche et la droite voulait tout de leur bord.

    • crioux dit :

      « toujours plus de gouvernement », ça a été essayé, et avec de catastrophiques résultats. 91 millions de morts dues au communisme c’est pas rien. Moins il y aura de gouvernement, plus les gens seront libres.

      • BenoitG dit :

        Tant qu’a être dans les analogies tordues et le reductio ad hitlerum, moi je dis que lorsqu’il n’y avait pas de gouvernement, v’là 5000 ans, l’espérance de vie était 35 ans…

      • crioux dit :

        Tu sais très bien que ça n’a aucun rapport. L’augmentation de l’espérance de vie vient de l’amélioration de l’alimentation, de la sécurité (on ne vit plus dans la forêt avec les animaux sauvages) et de la médecine, et non pas d’un type de gouvernement.

      • BenoitG dit :

        Je ne pensais pas que ça soit nécessaire, mais mon commentaire était rempli de sarcasmes…

        Comme tu sais très bien que les morts dans les goulags du communisme n’ont rien à voir avec le type de gouvernement, mais avec la magnitude de ses chefs. Beaucoup de sang a coulé au nom de la liberté. Robespierre en est un exemple…

      • crioux dit :

        Jamais autant qu’au nom du socialisme et de l’étatisme. Plus de 100 millions de morts, c’est pas suffisant?

      • BenoitG dit :

        «L’augmentation de l’espérance de vie vient de l’amélioration de l’alimentation, de la sécurité (on ne vit plus dans la forêt avec les animaux sauvages) et de la médecine, et non pas d’un type de gouvernement.»

        Et l’amélioration de la salubrité, accès à l’eau et améliorations en médecine, ça aurais-tu avoir une place plus importante de l’État par hasard?!?

      • crioux dit :

        Pas du tout, les pays les plus libres ont avancé bien plus que les pays étatistes. Juste voir la différence entre l’Allemagne de l’ouest et l’Allemagne de l’est après la chute du mur…

      • BenoitG dit :

        «Pas du tout, les pays les plus libres ont avancé bien plus que les pays étatistes. Juste voir la différence entre l’Allemagne de l’ouest et l’Allemagne de l’est après la chute du mur…»

        Donc, tu es en train de me dire que dans l’Allemagne de l’Ouest, c’était le privé qui s’occupait des assainissements des eaux, des de la santé et de la récupération des déchets, ainsi que le mise en place des réglementations en lien avec ces trois aspects, c’est ça?

    • crioux dit :

      Moi je suis de ceux qui pensent que le gouvernement devrait en faire le moins possible, et nous laisser notre argent dans nos poches:

  4. Robert C. dit :

    Il faut tout de même pas tomber dans le piège du communisme. J’en veux pas et j’en voudrai jamais. Même le socialisme est délicat. Il coûte cher et c’est inutile. Le juste milieu. Si j’étais pas souverainiste, je serais libéral. Mais mes convictions passent avant la raison. Pourtant , dans le temps de Mulroney je votais pour lui. Mes parents étaient Conservateurs. Mon premier vote à vie est allé à l’Union Nationale de Johnson.

  5. Yvan Corriveau dit :

    Le moins de gouvernement possible? C’est pas bête, mais on a quand même besoin de quelqu’un qui guette le jeu d’en haut.

    Par exemple, l’éducation et la santé sont trop nécessaires pour être gérées par le privé. Dans le cas où c’est le privé qui mène ces départements, on doit déjà avoir les moyens de payer avant d’être malade ou avant d’aller à l’école. On peut toujours s’endetter jusqu’au cou et partir avec dix tours de retard sur tout le monde en espérant remonter avant d’être mort. Vois-tu le paradoxe?

    Le système d’assurance-maladie nous permet de recommencer à contribuer le plus vite possible avec très peu de casse-tête à régler soi-même pendant qu’on est le moins apte à le faire. Pour le système d’éducation, les étudiants pourraient acheter des modules qui seraient remboursés à un taux proportionnel à l’atteinte des objectifs. L’éducation est un domaine qui se prête bien à un mode de notation précis.

    Un autre exemple : face à une compagnie étrangère qui fait du dumping pour envahir un marché, l’action du gouvernement devrait aider à préserver les emplois. Il faudrait aussi un mécanisme pour éviter que des entrepreneurs d’ici soient tentés de se vendre aux étrangers avec les effets de coupes, de délocalisation et d’indifférence qui viennent avec.

    Dernier point, on ne peut pas concurrencer décemment les esclaves d’Asie qui travaillent dans des conditions abjectes pour un salaire de misère. C’est un autre aspect que le gouvernement pourrait superviser.

    Ainsi, je ramène mon commentaire sur ton exemple de la charrette : les paradis fiscaux, les subventions à des compagnies déjà riches à milliards, l’internalisation des profits/ externalisation des coûts et le pillage de nos ressources naturelles vendues une fraction de leur valeur, on les situe où dans le dessin? Dans une autre charrette attelée derrière la première?

    • crioux dit :

      Est-ce qu’il n’y a pas des assurances privée? Les gens peuvent souscrire a hauteur de ce qu’ils veulent avoir comme couverture. ET pour les plus démunis (vraiment les plus démunis), il y a toujours les organismes de charité et les fondations. Dans un système libre, les gens ont plus d’argent dans leur poches et donnent donc plus en charité.

      Quant a ce qui se passe dans les autres pays, il faut aussi penser que nous sommes passés par là avant de devenir un pays riche. Il y a 100 ans, les enfants travaillaient dans les mines en Amérique…
      La Chine d’aujourd’hui commence à toucher à la richesse et se rapproche de notre niveau de vie.

      • Robert C. dit :

        Les assurances privées? Oui, mais elles sont limitées aux gens qui en ont le moyens. Ça coûte cher, très cher, les assurances privées. Tu vas dire que l’Assurance maladie coûte cher, mais elle est moins chère au total que les privées. Et tout le monde en profite. Dans un système libre, trop libre comme tu le voudrais, les assurances privées deviendraient anarchiques avec les coûts qu’elles voudraient imposer comme primes. Elles pourraient, comme aux USA, refuser la couverture si tu as déjà eu une maladie préexistante. Ça, j’en veux pas. Au Canada et au Québec, personne ne va se ruiner pour une hospitalisation, une maladie même préexistante.

        Vouloir la liberté totale mène souvent à l’anarchie. Tout le monde fait ce qu’il veut, sans égards au bien-être des autres. Tu travailles pour l’État, donc tu as une assurance collective et gouvernementale (et ça c’est négocié dans les conventions collectives des syndicats). Tu es un travailleur autonome, tu n’as pas d’assurance collective, tu n’as que l’assurance maladie et hospitalisation gouvernementale. Si tu veux une assurance privée, comme travailleur autonome, elle coûte la peau des fesses. Je ne voudrais pas retourner en arrière et vivre ce que ma mère a vécu avec une dette d’hôpital, dans les années 50, qui lui a collé jusqu’à sa mort. Dette qui aujourd’hui vaudrait dans 60-70 mille $. J’ai déjà été hospitalisé, et lorsque j’ai reçu la facture j’étais bien heureux de ne pas avoir à la payer.

        Pour le démunis, c’est bien beau les charités et les fondations. Mais chacun a son orgueil. Et c’est un stress immense de penser que quelque fondation ou charité pourrait t’aider. T’as assez d’être malade sans penser à ça. Combien mouraient, dans le temps, parce qu’ils ne pouvaient se payer des soins ou des médicaments. Dans les années 60, ça coûtait entre 10 et 20 dollars pour voir un médecin, ce qui équivaut à au moins100$ aujourd’hui, sinon beaucoup plus si tu vas voir un spécialiste. Mon injection pour les yeux coûte 1700$ pour une injection mensuelle, et j’en ai pour au moins encore un an. L’assurance médicament en paie presque l’entièreté. Et tout le monde qui reçoit ce médicament est dans le même cas.

      • crioux dit :

        Si une compagnie n’offre pas de bon services, on est toujours libre d’aller voir ailleurs.
        « Vouloir la liberté totale mène souvent à l’anarchie. « 
        Pas nécessairement. Par contre, vouloir toujours plus d’intervention du gouvernement et de contrôle même souvent à la dictature. Et l’histoire nous l’a montré.

      • crioux dit :

        Pour ce qui est des soins de santé, l’état peut offrir un service minimum, mais si tous ceux qui ont les moyens se payent une assurance privée, ça couterait pas cher a l’état pour offrir des services de base

      • Robert C. dit :

        Penses-tu que si tu as plus d’argent dans tes poches tu vas en donner plus aux organismes de charités, ou bien tu vas le dépenser ailleurs?

        La Chine ? Dans ma jeunesse on achetaient des petits chinois à coups de 25 cents ( au moins 5$ d’aujourd’hui). Faut croire que ça bien profité!

      • crioux dit :

        Les américains sont parmi les économies les plus libres, et ce sont aussi parmi les plus généreux pour les dons de charité. Ici ont est parmi les moins généreux. Pourquoi? parce qu’on se fie sur le gouvernement d’aller prendre l’argent dans les poches des autres pour le distribuer. Le problème avec ça c’est que les organismes de charités sont choisi par le gouvernement, donc sujet au lobbying. Beaucoup se « créent des jobs » avec ça. Ils inventent un organisme de charité , se nomment directeur et demandent des subventions au gouvernement.
        Alors que quand les dons sont faits par les particuliers, ils donnent aux causes qui leur tiennent à coeur, et peuvent juger de la qualité des services de l’organisme. Ils ne donneront pas à des organismes de charité dont le directeur gagne 200 000$ par an et que les bénéficiaire de l’organisme ne recoivent presque rien.. (ex: https://crioux.wordpress.com/2012/12/06/charite/ )

      • BenoitG dit :

        «Si une compagnie n’offre pas de bon services, on est toujours libre d’aller voir ailleurs.»

        Ce n’est pas la compagnie qui rend le service , mais une personne. Donc, si tu n’es pas satisfait du service rendu par un médecin, consultes-en un autre. Même principe s’applique au privé qu’au public. Aucun argument ici…

      • crioux dit :

        Si une « compagnie » décide de na pas couvrir certaines personnes trop à risque, d’autres le feront.

  6. Yvan Corriveau dit :

    La manière dont j’ai agi avec toi depuis qu’on se connaît est très rationnelle : Quand j’ai une impression de condescendance, d’opinions forcées dans les fils de commentaires des lecteurs, d’information tronquée volontairement ou pas, de discours contredisant les faits accumulés dans mon enquête (on n’apprend rien juste en écoutant les paroles de quelqu’un), ou de trollage pur et simple, ma réponse est un miroir construit à partir de cette impression.

    Tu es libre de profiter de ta liberté d’expression comme ça te plaît. Je suis tout aussi libre d’y réagir à ma manière. Tu es quelqu’un qui refuse de se faire régenter par les autres, c’est réciproque. En y réfléchissant, nous semblons être deux faces d’une même médaille.

  7. Robert C. dit :

    «Beaucoup se « créent des jobs » avec ça. Ils inventent un organisme de charité , se nomment directeur et demandent des subventions au gouvernement.»

    C’est vrai et ça arrive souvent Avec des gros salaires pour les dirigeants. J’appelle ça «le lobby de la charité», ou des cro… de carrière. C’est aussi vrai pour les festivals à gogo qu’on voie partout au Québec. Des fortunes se sont créées à même nos taxes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :