Des informations qui changent tout sur le débat du climat.

“Yes, CO2 has an effect, but it’s about a fifth or tenth of what the IPCC says it is. CO2 is not driving the climate; it caused less than 20 per cent of the global warming in the last few decades”.
[…]
“The model architecture was wrong,” he says. “Carbon dioxide causes only minor warming. The climate is largely driven by factors outside our control.”
[…]
There is another problem with the original climate model, which has been around since 1896.
While climate scientists have been predicting since the 1990s that changes in temperature would follow changes in carbon dioxide, the records over the past half million years show that not to be the case.
[…]
He predicts global temperatures, which have plateaued, will begin to cool significantly, beginning between 2017 and 2021. The cooling will be about 0.3C in the 2020s. Some scientists have even forecast a mini ice age in the 2030s.

Source: http://www.perthnow.com.au/news/opinion/miranda-devine-perth-electrical-engineers-discovery-will-change-climate-change-debate/story-fnhocuug-1227555674611

64 commentaires pour Des informations qui changent tout sur le débat du climat.

  1. Après le climategate de Copenhague en voici un autre avant Paris. Comme quoi l’IPCC (GIEC)_ est un organisme alarmiste qui exagère les choses pour plaire aux gouvernements qui le financent et créent des taxes intangibles sur la crédulité du peuple.

     » Comme la majorité des gens, nous aimerons voir un monde meilleur, ce qui se implique ici que nous travaillions à réduire les risques d’un changement climatique potentiellement catastrophique. Pour cela, nous devons avoir des soutiens importants afin de frapper l’imagination du public ce qui suppose bien sûr d’avoir un maximum de couverture médiatique. Pour cela, nous devons proposer des scénarios effrayants, faire des déclarations simples et dramatiques et éviter de mentionner le moindre doute que nous pourrions avoir.  » Stephen Schneider, auteur-coordinateur principal du GIEC et président de l’assemblée de Copenhague.

    Regardez comment on a traité du climategate à Copenhague

  2. Robert C. dit :

    C’est épeurant comment on veut faire taire les septiques. On les jette dans la fosse ( t’as pognes-tu?).

    À chaque fois qu’un reportage télé me parle de catastrophe climatique, de hausse extraordinaire de la température, qu’on me montre des extraits de tempêtes et d’ouragans pour me convertir à la religion réchauffiste, je fais de l’urticaire. Ce que je remarque est qu’il n’y a aucun reportage chez les grandes chaines de télé, ni les chaines payantes, qui nous parle de l’autre côté de la médaille. Même le prestigieux National Geographic est tombé dans le panneau. National Geographic, la chaine télé et la société, est devenue la propriété de Rupert Murdoch récemment. Je suppose et espère qu’il y aura des changements dans la ligne éditoriale.

    http://gizmodo.com/national-geographic-is-now-owned-by-a-climate-denier-1729683793
    http://boingboing.net/2015/09/09/rupert-murdoch-just-bought-nat.html
    http://news.nationalgeographic.com/2015/09/150909-21st-century-fox-media-partnership/

    Que ce soit SRC, TVA, CTV, CBC, ABC, NBC, CBS, Animal Planet, National Geographic, Explora, Ztélé, etc… toutes sont alarmistes à faire brailler les matantes et les mononcles….et les ignorants, et à faire jouir les tenants du réchauffisme.

  3. Denis Mx dit :

    Le scepticisme c’est bien. Mais il faut aussi l’appliquer envers les sceptiques eux-mêmes, qui ont aussi beaucoup à gagner à convaincre la population que nous sommes bernés.
    Ceci dit, il demeure une évidence que l’activité de cette humanité très nombreuse et toujours en croissance transforme l’environnement de toute la planète. Il serait naïf de croire que c’est toujours pour le mieux, ou qu’une divinité est là pour gérer ses effets secondaires, ou encore que nous n’y pouvons rien.
    L’humanité produits beaucoup de rejets, y compris le CO2. Mieux vaut les gérer, ne sachant trop si nos déchets ne finiront pas par nous empoisonner un jour.

    • crioux dit :

      Oui justement. Gérer la pollution véritable, traiter l’eau potable, gérer les déchets etc.. Imaginez si les milliers de milliards gaspillés à combattre le CO2 (qui lui n’est pas un polluant et est même bénéfique pour la vie sur terre) avaient été utilisés pour des problèmes réels au lieu de problèmes imaginaires….

      L’ONU demande 100 milliards par an, la business du climat est rendue à 1500 milliards
      http://www.cnsnews.com/news/article/patrick-goodenough/un-chief-wants-action-100-billion-climate-fund
      http://www.insurancejournal.com/news/national/2015/07/30/377086.htm
      Et ça ne compte pas toutes les compagnies d’énergies vertes et leur subventions, ni les fonds de recherche sur le climat. Tous ces milliers de milliards ne sont-il pas une raison suffisante pour « ajuster » un peu les données à leur avantage?

      Quant au CO2, il est bénéfique. C’est la base de la vie sur terre. Depuis que la vie existe le niveau moyen était 5 fois plus élevé qu’aujourd’hui. Nous sommes dans un période PAUVRE en CO2. Les plantes prolifèrent et requirent moins d’eau si on augmente le CO2 a des niveau proche des niveau moyens depuis des centaines de millions d’années. Le monde serait meilleur avec plus de CO2, les plantes s’en porteraient mieux et l’agriculture serait meilleure.

      Même que les déserts reculent et verdissent grâce a la légère hausse de CO2
      http://www.csiro.au/en/News/News-releases/2013/Deserts-greening-from-rising-CO2
      http://www.thegwpf.org/images/stories/gwpf-reports/mueller-sahel.pdf
      La réponse que je reçois habituellement quand je cite ça c’est que l’humain n’est pas fait pour vivre avec beaucoup de CO2. Ce qui est faux. Dans votre maison ou votre bureau, le taux de CO2 est habituellement 3 fois le taux extérieur (qui est 400ppm). Dans un classe moyenne, le taux monte à 3000ppm. Dans un sous marin, le taux acceptable est 8000ppm. Ca prend 50,000ppm avant d’avoir des effet néfastes pour l’humain.
      Si on brulait tous les combustibles fossiles d’un coup, même ceux qu’on ne peut pas atteindre, on ne se rendrait même pas à 2500ppm. Parce que c’était le taux quand la majorité du charbon et du pétrole s’est formée.
      Le GIEC essaye de vous faire croire que si le taux monte un jour à 450ppm ou même 800ppm, ça sera l’apocalypse, et que donc il faut leur envoyer de l’argent et diminuer votre niveau de vie…
      Ils ne prennent bien sûr pas en considération non plus l’effet de saturation de l’effet de serre du CO2, qui passé 400ppm devient négligeable. ( http://hockeyschtick.blogspot.ca/2010/06/physicist-co2-greenhouse-effect-is.html )

      Voici les taux de CO2 et la température depuis des centaines de millions d’années. Y a-t-il corrélation entre les deux?

      Occupons nous de la pollution RÉELLE et non du CO2.

      • Denis Mx dit :

        Votre discours est très persuasif et pour en faire une appréciation critique me demanderait des recherches considérables. L’autre option est de voir si votre point de vue est corroboré par des milieux qui me sont crédibles.
        Si je vous comprends bien, il ne le serait pas (corroboré) parce que les milieux scientifiques concernés ont été corrompus. Étant moi-même un scientifique, c’est une affirmation qu’il m’est difficile de croire. Un scientifique, deux peut-être, tout un institut même, mais l’ensemble de la communauté?
        L’autre difficulté c’est votre affirmation que le CO2 est en fait bénéfique et qu’il n’est pas en fait un gaz à effet de serre. L’eau aussi est bénéfique, mais peut être un danger en même temps, à titre ce comparaison. Pour ce qui est de l’effet de serre, il y a des graphiques, il me semble, qui montrent une corrélation apparente entre le CO2 et la température. Ils seraient donc tous faux, selon vous.

        Nous serions donc victimes d’une vaste conspiration. C’est une posture téméraire. Vous avez du courage de défendre cette thèse publiquement.

      • crioux dit :

        Pas TOUS les scientifiques, ceux qui en profitent, ceux dont la job dépend du niveau d’alarmisme. Quand un organisme très gros dont le financement dépend du gouvernement, et que le gouvernement à une direction politique réchauffiste, l’organisme n’a pas le choix. Ceux qui osent dire le contraire sont congédiés, les exemples sont nombreux. Souvent les scientifiques doivent attendre d’être à la retraite avant de pouvoir parler. C’est comme ça que fonctionne la politique. L’alarmisme c’est TRÈS payant. Vous dites être un scientifique, dans quel domaine?

        Pour ce qui est du CO2 maintenant, vérifiez ce que j’ai écrit, vous trouverez facilement, ce sont des faits facile à vérifier.

        Rien à voir avec un « conspiration ». Allez voir la définition. Il s’agit d’une situation dont beaucoup de gens et de groupes profitent, alors ils en profitent au maximum.
        -Pour commencer il y a des scientifiques qui recoivent des fonds de recherche du gouvernement, qui lui utilise ces recherches pour alarmer la population, qui une fois alarmée demandera que le gouvernement passe à l’action, qui demandera encore d’autres études etc… Certains ont déjà dévoilé que leur recherche serait toujours financée tant qu’ils parlaient quelque part du réchauffement climatique ou dui CO2, même si ça ne fait aucun sens. Les milliards du gouvernement sont toujours disponibles pour avoir des recherches qu’ils peuvent utiliser, pour leur propre agenda. Plus ils sont alarmistes, plus ils sont financés.
        -Donc, il y a aussi les politiciens, qui peuvent ainsi imposer taxes vertes et carbones, sans que la population ne soit en colère (puisque c’est pour « sauver la planète »), Même chose avec L’ONU qui a trouvé ainsi une façon d’augmenter largement son financement. Dans le prochain traité, ils demandent que les pays « riches » payent 100 milliards par an de plus, pour combattre le « réchauffement », qui lui s’est arrêté tout seul il y a 18 ans…
        -Il y a aussi les socialistes qui profitent de cette situation pour faire avancer leur agenda. Ce sont eux qui chaque fois en profitent pour dire que c’est la faute des corporations ou des pétrolières, et donc du capitalisme.
        -Il y a les néo-malthusiens, qui profitent aussi de la situation pour faire avancer leur agenda de dépopulation. En disant que la terre se réchauffe parce qu’il y a trop d’humains.
        -Il y a les organismes écolos, qui eux en profitent pour remplir leur coffres de dons et de subventions.
        -Il y a les capitalistes verts qui profitent de la situation pour empocher les subvetntions, comme l’industrie éolienne par exemple. Sans subventions, cette industrie disparait. Et comme les millions sont au rendez-vous, les compagnies apparaissent pour profiter de la manne. Al Gore n’esdt pas devenu multi-milionnaire pour rien. Ila invetit dans ces industies, a fait un film apocalyptique remplis de mensonges pour alerter la population. Ensuite il a fait du lobbyiong pour que le gouvernment « investisse » dans les énergies vertes, ce qui a fait montrer dramatiquement ses actions, ensuite il a tout vendu. Il s’est aussi impliqué dans les bourses du carbone, une autre façon de faire de l’argent avec de l’air, littéralement.

        Aucun de ces groupes n’a « inventé » le réchauffement climatique, c’était une hypothèse légitime, avancée il y a plus de 100 ans, qui a été utilisée par des groupes à leur avantage. Sauf que maintenant que l’hypothèse est montrée comme fausse, ils s’y sont trop impliqués et il y a trop d’argent en jeu pour qu’ils abandonnent tout de suite la poule aux oeufs d’or.
        C’est quand même devenu une industrie très payante de 1500 millairds par an. http://www.washingtontimes.com/news/2015/aug/11/climate-change-industry-now-15-trillion-global-bus/

        Pour ce qui est des graphiques en « corrélation » c’est faux, la seule et unique période où il y a corrélation entre une hausse du CO2 et de température, c’est 1975-1998. Avant ou après, il n’y en a pas. Par exemple, depuis 1998, l’humain à émit le tiers de tout le CO2 émit de toute son histoire. Et pourtant la température n’a pas monté du tout, tel que démontré par les mesures satellitaires RSS et UHA:
        http://woodfortrees.org/plot/rss/from:1998/plot/uah/from:1998

        Un autre exemple, prenez ce graphique:

        On y voit la fin de la dernière ère glaciaire (ce qui n’est pas notre faute, ni celle du CO2). Puis on y voit plusieurs périodes chaudes (plus chaudes que la péridoe actuelle) et froides. Tout ça sans changement important du CO2. Ce sont doc des variation naturelles, comment pourrait-il en être autrement, les égyptiens n’avaient pas de centrales thermique au charbon. On peut donc aussi remarquer que la période actuelle n’a rien d’exceptionnelle comparéesu aux périodes précédentes.
        Regardez à droite la période actuelle, elle est précédée d’une période très froide, appelée le « little ice age », qui s’est terminée à la fin du 19e siècle. Maintenant, gardez en mémoire une date: 1880. C’est l’année de référence fétiche pour tous les graphiques réchauffistes. Il partent toujours de cette date, qui est tout juste à la fin du little ice age, une des périodes les plus froides depuis 8000 ans, et disent que c’est notre faute. Ils ignorent deux faits importants: qu’il y a eu amplement de périodes plus chaudes dans le passé, et aussi que l’augemntation du CO2 par l’activité humaine n’a commencé a être significative que depuis 1940 (boom industriel d’après guerre). Et ironiquement entre 1940 et 1975, il y a eu une période froide, qui a même mené certains experts à parler d’une ère glaciaire imminente (Global cooling Scare). Ce qui signifie qu’il n’y a aucun lien direct entre CO2 et température.

        Alors si le CO2 n’a pas pu être le facteur qui a fait varier le climat depuis 8000 ans, c’est quoi?
        Ce sont des cycles naturels, pricipalement solaire et océaniques. Voyez à ce sujet deux billets précédents:
        https://crioux.wordpress.com/2015/02/04/cycles-climatiques/
        https://crioux.wordpress.com/2015/09/08/le-climat-est-la-somme-des-cycles-naturels/
        Cette hypothèse est de plus en plus prise au sérieux par les scientifiques. Elle a l’avantage de correspondre au observations réelles. c.a.d que contrairement aux prédictions basées sur le CO2, qui ont toutes lamentablement échouées, autant a prévoir le futur qu’à expliquer les données passées:

        celles basées sur les cycles solaires arrivent à expliquer les périodes passées (comme le little ice age) et aussi leurs prédictions correpondent aux observations réelles. Et les prédictions basées sur ces cycles parlent de refroidissement pour bientôt. Et quand on voit les records de froids, les records de progression de glaces aux pôles, est-ce que c’est pas déjà commencé, alors que les politiciens osent nous parler de réchauffement pour dans 100 ans?

        Vous dites être scientifique, alors la méthode scientifique ne dicte elle pas que si les observations contredisent l’hypothèse, c’est que l’hypothèse est fausse et doit être abandonnée?

        Bon, il est tard. Allez! dodo!

      • crioux dit :

        Et en passant il y a beaucoup de scientifiques, parmis les plus connus et réputés, même des prix nobel, qui sont du même avis. Mais nos médias les ignorent. Je peux vous en lister des centaines.
        J’aime particulièrement Freeman Dyson, un des plus grands scientifiques de notre ère, que vous connaissez peut-être si c’est votre domaine.
        Voici une de ses citations:


        Unfortunately the global warming hysteria, as I see it, is driven by politics more than by science.

  4. jean-luc dit :

    Pour répondre à Denis Mx : Au premier regard l’approche semble persuasive, mais la construction d’idée de Christian Rioux est cousu de fil blanc digne d’un film de Michael Crichton.

    Mais malheureusement ce n’est pas comme cela qu’on fait de la science : Il n’y a aucune association scientifique (chimiste, physicien, biologiste, ingénieur, climatologue, etc.) nationale ou internationale qui n’appuie pas la théorie du RCA. De plus les revues scientifiques les plus prestigieuses publient nombre d’articles qui font avancer la science du climat. Je ne nie pas qu’il y a des scientifiques qui publient et qui ont des avis en opposition au RCA. Mais la plupart du temps ce sont des retraités qui ont peu évolués dans leurs réflexions ou d’autres à la solde des pétrolières (tels que W. Soon).

    à votre attention je vous suggère un blogue pas mal intéressant qui explique même qu’il n’y a pas eu de pause de la montée de la température atmosphérique depuis les derniers, 10, 20 ou 30 ans. Il y a des informations très claires. par exemple:

    https://tamino.wordpress.com/2015/07/22/nasa-and-noaa/

    Sur chacun des sites de skepticalscience et realclimate, il y a plus d’une vingtaine collaborateurs tous spécialistes de la science du climat avec maitrise ou doctorat dans ce domaine avec une très bonne crédibilité contrairement à ce que prétend M. Rioux qui s’alimentent d’un site dont l’auteur principal est un ancien animateur météo (A. Watts).

    • crioux dit :

      Tu fais un appel à l’autorité. Dire que parce que des organisations souvent proches du gouvernement qui les financent, disent quelque chose, ça doit être absolument vrai et objectif.
      Sauf que bien que la plupart des ces organismes clâment leur appui à cette hypothèse, des voix dissidentes parmis leurs membres existent, et se font étouffer.
      Aussi il semble quasi impossible de trouver des scientifiques reconnus qui s’affichent ouvertement pour le RCA, il ne semble n’y en avoir que quelques uns, alors que les scientifiques climato-sceptiques, il y en a des milliers, et parmis les plus grands et les plus connus, même des prix nobels. Sauf que souvent seuls les plus connus peuvent parler ou alors attendre leur retraite, pour ne pas subir de pression ou perdre leurs contrats.

      Mais la science ne fonctionne pas par consensus ou sondages d’opinion. La science fonctionne avec les faits et les observations. Avez-vous oublié Coppernic et Gallilée?

      La science fonctionne en émettant une hypothèse, (tentative d’explication). Puis en la mettant a l’épreuve. Si les observations vont dans le même sens, on continue à la mettre a l’épreuve. Tant qu’elle n’est pas contredite, l’hypothèse reste valide. Mais quand les faits ou les observations la contredisent, l’hypothèse doit être abandonnée. C’est la base de la méthode scientifique.

      Alors si le CO2 monte mais la que température ne monte pas, ou même baisse. Ca signifie que l’hypothèse du CO2 est fausse. Entre 1880 et 1940, la température a monté beaucoup, sans que le CO2 augmente vraiment. Entre 1940 et 1975, l’humain a commencé a émettre plus de CO2, mais la température a diminué, entre 1975 et 1998, les deux ont monté en même temps (la « preuve » des réchauffistes). Et depuis 1998, il n’y a plus de réchauffement du tout, malgré une hausse importante du CO2 émit par l’humain. Où est la corrélation?
      Et non, la NASA n’est pas une référence sur le climat. son domaine est l’aérospatiale. Et le NOAA a été pris a manipuler les données de température à au moins deux reprises.

      Comme par hasard, les deux sont des organismes gouvernementaux.
      Le RSS et UHA sont des sources indépendantes et les données très précises par satellites ne montrent aucun réchauffement depuis 1998.
      http://woodfortrees.org/plot/rss/from:1998/plot/uah/from:1998

      Et j’aimerais bien avoir ton opinion sur ce graphe.

      Expliquemoi comment il se fait qu’il y ai eu des variations plus importantes que maintenant dans le passé, sans que l’humain ni le CO2 ne puissent en être responsable, et que la période actuelle qui n’a rien d’exceptionnelle, ni pas son amplitude (elle est la moins chaude des 5 périodes chaudes) ni pas sa rapidité, serait nécessairement notre faute? Est-ce qu’il est possible que tout ça ne soient que des cycles naturels? Et que le prochain cycle soit un cycle froid tel que prédit par les modèles basés sur les cycles solaires?
      Et aussi, comment il se fait que toutes les civilisations sont apparues durant les périodes chaudes et prospères et que les périodes froides ont été des périodes de famines et de migration?

      Skepticalscience et realclimate sont parmis les pires blog de propagande. Oui il y a quelques scientifique derrière ça, mais c’est pas parce que quelqu’un a un diplôme qu’il devient automatiquement honnête et impartial. Les scientifiques ce sont des humains comme les autres. Il y en a des bons, des moins bons, des croches, des honnêtes, et aussi certains qui feraient n’importe quoi pour de l’argent ou de la célébrité. Certains le font aussi par idéologie, c’est le cas de John Cook, qui est a prêt à tout, même manipuler les données (le faux 97% Consensus project), parce qu’il est sûr d’avoir raison, même si les données disent le contraire. Quand à Realclimate, ce sont les mêmes scientifiques qui ont été mêlés au scandale du climategate, ceux qui ont manipulé les données et tenté d’effacer les traces de leur magouilles. Alors NON ce ne sont pas des références crédibles.
      Anthony Watts n’est pas seul non plus, il y a beaucoup de scientifiques qui font des « Guest posts » sur son blog.

    • BenoitG dit :

      Alors si le CO2 monte mais la que température ne monte pas, ou même baisse. Ca signifie que l’hypothèse du CO2 est fausse. »

      Non! Un homme de paille, un autre…

      Ça signifie que d’autres facteurs que le CO2 font aussi varier les températures, dont les forces naturelles, dont les volcans et le soleil.

      Ton raisonnement ressemble à celui-ci:
      1. Il y a eu des périodes chaudes dans le passé.
      2. Nous sommes dans une période chaude aujourd’hui.
      3. Des périodes chaudes dans le passé ont été les cycles naturels.
      4. Par conséquent, période chaude d’aujourd’hui est un cycle naturel.

      Ton raisonnement est aussi valide que celui-là:
      1. La pneumonie tue les gens.
      2. Les blessures par balle tuent des gens.
      3. La pneumonie est une maladie survenant naturellement.
      4. Par conséquent, les blessures par balle sont une maladie survenant naturellement.

      C’est ce qu’on appelle un Non sequitur

      Puis cesse ta comparaison avec Galilée ou Copernic. Ces gens ne se battaient pas contre des scientifiques ou la science, mais des dogmes religieux. Rien à voir.

      • crioux dit :

        Non, ce sont des faits et la base du raisonnement scientifique. En plus si on prend en considération que la période chaude actuelle est la moins chaudes des 5, il est encore plus ridicule de penser que l’humain a un impact significatif.

        Et oui la comparaison avec Gallilée est valide. Il est question de science contre contre le politique et l’activisme.

      • BenoitG dit :

        Galilée est convoqué par le Saint-Office et condamné au couvent dominicain Santa-Maria. Rien à voir avec le politique, l’activisme (?), mais bien la religion. CQFD

      • crioux dit :

        A cette époque, la religion et le pouvoir étaient très proches.
        Aujourd’hui le lobbying et le pouvoir sont très proches. C’est la mpême chose.

      • BenoitG dit :

        «A cette époque, la religion et le pouvoir étaient très proches.»

        C’était souvent le cas, oui. Par contre, ça ne s’applique pas pour Galilée. Ce dernier était soutenue par Côme II de Médicis, grand-duc de Toscane, qui l’a protégé au cours de sa carrière. La comparaison avec Galilée est plus qu’imparfaite.

        «Aujourd’hui le lobbying et le pouvoir sont très proches. C’est la mpême chose.»

        Il est clair que les lobbys influencent les politiciens. Mais les revues scientifiques ne sont pas des lobbys. Ce sont des institutions publiant des études scientifiques. De toute façon, il existe des centaines d’organismes publics (et financés) dont les positions sont à l’encontre des programmes des gouvernements. Pourtant, il continue à recevoir leur financement. Prétendre que parce que les «réchauffistes» sont financés par la politique que leur position est biaisée est tout simplement faux. Les contre-exemple sont trop nombreux…

    • BenoitG dit :

      «Tu fais un appel à l’autorité.»

      Tu fais erreur. Je te l’ai déjà dis, mais tu sembles toujours ignorer la définition de ce sophisme.

      Pour ton info:

      – selon Cortecs.org, il s’agit de «invoquer une personnalité faisant ou semblant faire autorité dans le domaine concerné.»

      – selon N. Baillargeon, ça se définit comme lorsque «l’expertise présumée s’avère douteuse ou fragile. Le cas se présente par exemple lorsque le domaine de savoir invoqué ou bien n’existe pas ou n’autorise pas l’assurance avec laquelle sont avancées les affirmations de l’expert. Le deuxième est celui où l’expert a lui-même des intérêts dans ce dont il parle et qu’on peut dès lors raisonnablement penser que ces intérêts biaisent ou plus radicalement commandent son jugement. Le troisième, finalement, survient lorsque l’expert se prononce sur un sujet autre que celui où il dispose d’une expertise légitime.»

      – selon les Sceptiques du Qc, «L’appel à l’autorité est un sophisme lorsque l’autorité mentionnée n’en est pas vraiment une.»

      Donc, invoquer une revue scientifique, dont la spécialité est les sciences climatiques, pour justifier son propos n’est pas un appel à l’autorité. c’est simplement se rapporter à la science, à une expertise légitime.

      Par contre, soulever que des prix Nobel se prononcent contre le RCA, sans spécifier si les récipiendaires des Nobel ont un lien avec la science climatique, c’est bel et bien un appel à l’autorité.

      Arroseur arrosé?

      • crioux dit :

        L’argument d’autorité consiste à invoquer une autorité lors d’une argumentation, en accordant de la valeur à un propos en fonction de son origine plutôt que de son contenu.

        Toi tu fais Google pour essayer d’en trouver une définition qui fait ton affaire.

        Et quand j’ai dit que beaucoup de scientifique, dont des prix Nobel étaient des sceptiques c’était en réponse a des gens qui disent qu’il n’y a pas de scientifiques, qu’ils sont incompétents ou alors qu’il sont payés par les pétrolières…

        Alors pour la DERNIERE FOIS, peux-tu t’en tenir aux arguments, et non pas débattre sur le débat?

  5. Denis Mx dit :

    Ma formation est très loin de cette sphère: mathématiques. Dans le domaine de la climatologie je ne suis qu’un observateur.

    Les intentions manichéennes que vous prêtez à ceux que vous appelez les alarmistes peuvent aussi être portées contre leurs opposants. En particulier, l’industrie du pétrole et les partis de droite, conservateurs et républicains (GOP), ont tout à gagner à ne rien changer de la situation présente. Et on sait qu’ils ne se gênent pas pour mentir quand ça les avantage. Nous savons aussi que certains industriels achètent de la recherche pour contrer les « réchauffistes ». Nous avons vu les mêmes stratégies utilisées dans le domaine du tabac. Donc, cette façon de discréditer la science des uns ou des autres ne peut pas être retenue comme concluante par l’observateur que je suis.

    Pour ce qui est des graphiques qui nous montrent toute l’histoire des températures sur la planète, comme le CO2 n’est qu’un des multiples facteurs de réchauffement, et pas le plus important – l’humidité l’étant davantage – il n’est pas étonnant à mes yeux de ne pas y voir de corrélation. Peut-être perdons-nous notre temps à vouloir contrôler le CO2 et autres gaz à effet de serre, puisque si le soleil se réchauffe ou se refroidit, si un méga volcan projette ses cendres dans l’atmosphère, ou je ne sais pas quel autre phénomène naturel hors de notre contrôle se produit, nous serons peut-être cuits ou congelés de toute façon. Malgré tout je reste convaincu que nous devrions réduire nos émissions de gaz à effet de serre, incluant le CO2 sans exclure les autres. Par simple prudence, gérons nos déchets, et pas seulement ceux dont la réduction ne dérange pas l’industrie du pétrole.

    Pour ce qui est des graphiques montrant une corrélation entre le CO2 et la température, si on cherche des études sur de plus courtes périodes, soit 1,000 ans ou 100,000 par exemple, on en trouve qui en sont impressionnants. La conclusion est que, même si le CO2 n’est pas le seul facteur influençant la température, ni même le plus important, c’est quand même un élément qui, à certaines occasions, a effectivement un lien avec des périodes de réchauffement. Comme c’est un gaz à effet de serre, il est légitime de suggérer le lien de cause à effet, dans certains cas dis-je bien.

    Si la planète se réchauffe pour des raisons hors de notre contrôle, n’en rajoutons pas par notre négligence. Et si bientôt elle se refroidit au contraire, nous aurons alors peut-être encore du pétrole qui nous restera pour nous réchauffer.

    Je vais donc rester prudent, ne pouvant adhérer à un camp ou à l’autre pour le moment. Merci pour cet échange.

    • crioux dit :

      Les graphiques qui montrent une corrélation, vous parlez de ceux qu’à utilisé Al Gore dans son film de propagande?
      Est-ce que vous parlez de celui là?

      C’est pas pour rien que les graphiques somnt présenté séparément. C’est parce qu’il y a un délai entre les deux, la temprature monte en PREMIER, suivi du CO2, des fois avec 800 ans de retard. La hausse du CO2 ne peut donc pas être la cause, mais n’est qu’un effet seondaire. l’utilisation d’échelles bien choisies fait augmenter le semblant de corrélation, alors qu’en fait une variation de quelque ppm est très peu.
      par exemple:

      • Denis Mx dit :

        Le délai pourrait s’expliquer si un réchauffement favorisait en même temps une augmentation du CO2 dans l’atmosphère. Je ne dis pas que c’est le cas. C’est ce genre de raisonnement complexe qui fait en sorte que je crois préférable de laisser débattre les spécialistes de la question. Nous les profanes avons peu de chances de tirer les bonnes conclusions même quand elles semblent découler par évidence des observations.

        Pour ce qui est des sondages qui ne déterminent pas la science, je veux bien. Reste que les consensus d’une communauté scientifique sur un sujet est notre meilleur bouclier contre les élucubrations d’un individu isolé, aussi brillant soit il, ou des tricheries d’un scientifique malhonnête. Ce qui ne nous empêche pas, en observateurs, de soulever des questions.

      • crioux dit :

        Mais même un profane avec un minimum de culture scientifique est capable de lire les papiers scientifiques. On ne peut pas remettre tout entre les mains de quelques uns et justifier de dilapider des milliers de milliards de dollars pour quelque chose qui serait juste un cycle naturel.
        Et ca soulève le point suivant: pourquoi est-ce que les scientifiques sceptiques ont tellement de difficilté à se faire entendre? La Radio-Canada refuse de laiser parler des sceptique sur les ondes. Reynald Du Berger a été bloqué de présenter une conférence sur les changements climatiques dans des cégeps. En France des sceptiques se font insulter et traiter de négationniste (Ceux qui nient l’holocauste des juifs) par des gens qui ne connaissent rien à la science. Même le présentateur météo vedette de France 2 vient d’être congédié parce qu’il a publié un livre climati-sceptique. Ils clâment que la science a parlé, et qu’il ne faut plus débattre du sujet. Alors pour ce qui est de « laisser débattre les scécialistes » faudrait déjà qu’il y ait débat… Si vous saviez les insultes qu’on m’envoie ici et sur les réseaux sociaux, parce que j’ose parler contre le dogme.

        A propos du consensus, avez-vous regardé de quoi il s’agissait, ou alors avez vu simplement pris pour du cash ce qui est rapporté, soit que 97% des scientifiques seraient d’accord avec le réchauffement climatique?

        Ce « consensus » provient de seulement 2 études. La première (Doran-Zimmerman) est un simple sondage de 2 questions. Parmis les 3000 répondants, ils en ont éliminés jusqu’à en avoir seulement 77, dont 75 disaient ce qu’ils voulaient entendnre. Donc 97%.
        La deuxième, (Cook & Al) a été fabrique par John Cook, le blogeur de skepticalscience. Lui et ses amis ont « notés » 12000 études scientfiiques, en ne lisant qu’un court résumé de chacune. Selon eux 97,1% de ces études appuient le réchauffement causé par l’humain. Tous les médias ont bien sur repris cette étude. même Obama l’a retwittée (en ajoutant « and dangerous »):

        Sauf que parmis les études, il y en avait beaucoup qui étaient des scientifiques sceptiques. Eux ont réalisé que leurs études faisaient partie du 97%. Par exemple, un scientifique qui étudiant les cycles solaire et qui disauet que 70% du réchauffement du siècle passé était du au cycles solaires, était classé comme appuyant le réchauffement climatique causé par l’humain, puisque qu’ils spupposaient que le 30% était causé par l’humain.
        Ca a suffit pour semer le doute et ils ont réussi a avoir les données de l’étude et ont fait refaire une étude indépendante et objective (et plus sérieuse) des même 12000 études. Le nouveau résultat était que les 2/3 des études ne prenaient même pas position sur le sujet. Et que seulement 0,5% des études appuyaient réellement le réchauffement causé par l’humain. Mais ça les médias n’en ont pas parlé…

        Vous comprenez pourquoi que je ne reconnait aucunement skepticalscience comme une référence…

      • BenoitG dit :

        Christian, puisque le sujet s’y prête bien, je te repose la question, surtout qu’un mathématicien est maintenant dans la discussion:

        Quel est le coefficient de corrélation (r) entre le CO2 et la température, d’après les données de Vostok, tel qu’illustré dans les graphiques de JNova?

      • crioux dit :

        T’es pas tanné de répéter les mêmes choses tout le temps, même quand je t’ai déjà répondu maintes fois?
        Tout ce que tu fais c’est inonder mon blog de commentaires à la limite des règles, constamment essayer d’attaquer ma crédibilité et dire que mes argument sont faux à l’aide d’articles que tu ramasses sur Google.

      • BenoitG dit :

        Peut-être que si tu répondais clairement à mes questions et que tu soutenais ton argumentation sur des études scientifiques, je n’aurais pas à répéter les mêmes questions. De toute façon, je me répètes aussi souvent que toi, donc je n’ai pas vraiment pitié. Finalement, je dirai que ton argumentation est fausse tant et aussi longtemps que c’est ce que je penserai. J’appelle un chat un chat.

      • crioux dit :

        Je n’ai pas à répondre à tes dizaines de commentaires par jour. J’ai déjà répondu et je n’ai pas a répéter les mêmes choses que tu ne veux pas entendre.

        Et quand moi je me répète, c’est que tu repose toujours les mêmes questions, ou alors quand je parle à quelqu’un d’autre que toi.

    • Denis Mx dit :

      Je vous ai trouvé ici parce que je voulais savoir qui était ce chroniqueur du Devoir. Alors, à mes yeux vous faites, ironiquement, parti de ces média que vous accusez. Si ces média donnent peu de place aux climato-sceptiques, je ne crois pas que ce soit par malice ni qu’il y ait collusion entre eux.

      D’ailleurs la thèse du réchauffement causé par l’homme a pris elle-même bien longtemps avant d’être généralement acceptée par la communauté scientifique. Elle fut examinée avec beaucoup de scepticisme. Et elle est en effet acceptée par la communauté scientifique aujourd’hui. Qu’il y ait des critiques, c’est très bien. En mathématiques, les grands travaux sont révisés par des collègues réputés et indépendants qui peuvent y trouver des erreurs que l’auteur doit corriger, si possible. Faire de la science est ardu et difficile. Les thèses de Einstein n’ont pas immédiatement été acceptées. Ce fut long. Et lorsque l’une d’entre elles amena le développement de la physique quantique, il fut incapable d’accepter ces conclusions, disant, tout athée qu’il était, que Dieu ne jouait pas aux dés. Ainsi va la science. Si les débats d’experts peuvent parfois être intéressants, ils ne se font pas dans les média populaires, d’une part, et demandent une formation pointue pour y contribuer de façon intelligente. Je peux lire le texte d’un climatologue et en comprendre une bonne partie, peut-être, mais je n’oserais prétendre avoir la compétence d’en faire une critique ni même une appréciation.

      Y aurait-il dans les faits qu’une petite minorité de scientifiques qui croient au réchauffement global causé par l’humain, mais soutenus par les gouvernements, incluant les ÉU, et les média qui nous font croire qu’ils constituent la majorité? Tout ceci possiblement dans le but de redistribuer la richesse sur la planète? Est-ce ce genre d’hypothèse qu’il faut soulever pour soutenir l’argument des climato-sceptiques? Convenez que l’échafaudage devient fragile.

      Malgré tout je suis tenté de penser comme vous que la lutte au réchauffement est inutile. Le désir des humains (en général) de toujours avoir plus domine leur crainte des conséquences. Nous ferons trop peu trop tard, si même nous pouvons faire quelque chose à ce sujet. Aussi, à la blague, je me console en me disant qu’on s’évite peut-être une glaciation avec nos gaz à effet de serre.

      • crioux dit :

        Vous vous trompez de personne, je ne suis pas le chroniqueur du Devoir. Il y a plus qu’un chien qui s’apelle fido.

        Et ce n’est pas sur les manipulations politiques que je me base. Je me base sur la science en tout premier lieu, sur les faits, les données et les papiers scientifiques. Les manipulations politiques et les magouilles du GIEC servent à expliquer le « pourquoi ».

        Pour ce qui est de la glaciation, selon les données, les variations naturelles sont tellement plusieurs multitudes de fois plus importantes que le faible, quasi nul impact de l’humain, on ne pourra malheureusement pas empêcher la prochaine glaciation, pas plus que nous sommes responsables des variations actuelles. Ce qui est dommage dans un sens parce que la prochaine ère glaciaire signifiera la fin de notre civilisation. Toute L’europe et une bonne partie de l’amérique du nord sous la glace, et le reste transformé en Tundra sauf à l’équateur. Agriculture quasi impossible.

        Ca c’est une réelle catastrophe, on sait que ça s’en bien pour vrai d’ici 100 ans au plus tôt, ou 1000 ans au plus loin. L’humanité a profité d’un interglacaire exceptionnelement long comparé aux précédents pour se développer, mais il achève (et non c’est pas notre faute non plus):

        Alors que le réchauffement climatique apocalyptique de l’ONU, ça n’arrivera jamais.

        Connaissaez-vous James Lovelock, un scientifique, le père fondateru du mouvement environnementaliste catastrophiste. Il est l’auteur de la théorie de Gaïa. Il avait écrit en 2010 qu’il était trop tard pour sauver la planète. Il avait aussi dit:
        « billions of us will die and the few breeding pairs of people that survive will be in the Arctic where the climate remains tolerable [by the end of the 21st century] »
        Mais en 2012, il a complètement changé d’idée et est maintenant un sceptique. Ce qui lui a valu une pluie d’insulte parmi les disciples de la religion verte.
        Voici ce qU’il disait en 2012:
        « The problem is we don’t know what the climate is doing. We thought we knew 20 years ago. That led to some alarmist books – mine included – because it looked clear-cut, but it hasn’t happened; »

        « The climate is doing its usual tricks. There’s nothing much really happening yet. We were supposed to be halfway toward a frying world now, »

        « The world has not warmed up very much since the millennium. Twelve years [since 1998] is a reasonable time … it [the temperature] has stayed almost constant, whereas it should have been rising – carbon dioxide is rising, no question about that »

      • Denis Mx dit :

        « Vous vous trompez de personne, je ne suis pas le chroniqueur du Devoir. »

        Ah! Voilà! Je n’arrivais pas à concilier le ton du chroniqueur avec le vôtre. J’en connais six qui portent le même nom que le miens pourtant, alors je ne sais pas quel détail m’a fait croire que vous étiez ce journaliste. Désolé.

        Alors bonne chance avec vos démarches sur ce site…

  6. jean-luc dit :

    tes derniers graphiques ne démontrent rien puisque nous n’avons pas l’information sur les autres facteurs pouvant influencer le climat de ces époques (volcans, soleils, etc..) tu fais l’hypothèse que le passé était exactement comme aujourd’hui.

    je me permets de douter qu’avec un proxi tels les carottes de glaces de Vostok nous pouvons faire une interprétation adéquate du climat terrestre globale

    • crioux dit :

      Il y a plusieurs proxy qui sont utilisés, et ils arrivent presque tous avec des résutlats semblables. Et il y a aussi des données historiques qui sont utilisées pour savoir quel était le climat a une époque donnée. Soit des écrits, ou sous simplement des faits comme la colonisation du Groenland par les vikings durant une période chaude (optimum médiéval) et qu’ils ont quitté durant une période froide (little ice age). Ou le fait qu’il y avait la culture de la vigne en Angleterre durant l’optimum médiéval, alors que ca a cessé ensuite.

      Et alors que les modèles basé sur le CO2 sont incapables d’expliquer ce qu’on sait par les proxy et données historiques, les modèles basés sur les cycles solaires sont capables de les expliquer. Par exemple le little ice age, une période de 400 ans très froide, peut être expliquée parce que les cycles solaires étaient faibles durant cette période. Les plus faibles étaient durant les minimums de Maunder et Dalton.

  7. jean-luc dit :

    Les vikings n’ont pas colonisés le Groendland en entier… ce n’est pas un fait historique qui peut appuyer une théorie de refroidissement ou de réchauffement. C’est faux comme argument. Ils ont simplement établies des colonies sur le bord de l’océan à une certaine période parce qu’il était des navigateurs aventuriers. Ils ont nommer ces terres Groenland pour attirer les colons qui viendraient s’y établir. il n’y a pas d’autres raisons… ce n’était pas plus « verts Greenland » que chez eux plus au sud.

    Tu te rends tu compte que tu présentes un graphique indiquant que 0,4 C de différentiel de température fait en sorte que les vikings décides de s’établir et de repartir du Groenland ????????

    Comme argument ça se compare aux arguments des personnes qui cognent à ma porte le samedi matin avec leur revue « réveillez vous ».

    Tu te mérites un « hollande à 4 mains » pour ton dernier point🙂

    • crioux dit :

      J’ai jamais dit qu’ils avaient colonisé le Groenland en entier. Durant l’optimum médiéval, les glaces s’étaient retirées en certain endroits et il y avait assez de terrain pour y faire de l’agriculture et de l’élevage, ce qui n’était plus de cas durant le little ice age.
      Et pas juste au Groenland, à Terre-Neuve aussi.

      Tu te rends compte que tu contredit les données historiques et archéologiques.
      L’optimum médiéval était plus chaud que ça. A son maximum, c’est environ 1C deplus qu’aujourd’hui.
      Et toi tu te rends compte que 0,7 degré en 100 ans (depuis la fin du little ice age), c’est que que les réchauffistes considèrent une catastrophe…

      Et change de ton si tu veux continuer a être publié . Essayer de me comparer à des témoins de jéhovah, c’est pas un argument.

      • jean-luc dit :

        ton précédent graphique laisse sous-entendre qu’il y a un lien de cause à effet entre un différentiel de 0,4 C et entre leurs arrivés et leurs départs de Viking du Groenland c’est cela qui n’a pas d’allure.

        ce qui n’a pas plus de bon sens c’est que tu me resort un graphique sans échelle en réponse et sans référence.

        Il y a plus d’une dizaine de reconstruction depuis MBH 98 qui montre qu’aujourd’hui la température est plus chaude que pendant l’optimum médiéval. C’est cela que la science d’aujourd’hui publie.

        On dirait que tu ne comprends pas pourquoi la science d’aujourd’hui parle d’une limite de 2 C d’augmentation à ne pas dépasser ??

        la réponse ce n’est pas que chez nous ou chez vous il va faire plus chaud, ça n’a rien à voir. c’est parce qu’il y a de très forte chance que le climat global soit dérégler, que la circulation océanique soit complètement changer. qu’une augmentation de 2 C ferait en sorte que tous le pergélisol soit fondu et qu’il émette des quantités très élevés de méthane actuellement emprisonné faisant en sorte d’encore plus perdre le contrôle sur notre climat.

        En passant c’est également faux de dire que les alarmistes considèrent que 0,7 C en 100 ans c’est une catastrophe. Si ça se stabilisait (TMAG) au niveau d’aujourd’hui il n’y aurait pas trop de problème.

        Non le problème ce sont les effets anticipés et celui qui a le mieux résumés cette très forte possibilités est le climatologue D. Archer avec son livre « The Long Thaw ».

        http://press.princeton.edu/titles/8719.html

        lecture que je te recommande de lire.

      • crioux dit :

        Tu parle du Hockey Stick de Michael Mann? C’est une fraude. Ca a été démontré que c’était faux et manipulé. Le but était justement de faire disparaitre l’optimum médiéval. Ca a l’air fou de faire peur au monde en leur disant que la période actuelle est chaude et sans précédent, s’il y a eu des périodes plus chaudes naturellement il n’y a pas si longtemps…

        Le global conveytor belt? Ca aussi ça a été démenti.
        https://www.sciencemag.org/content/314/5802/1064.1.summary

        Et pourquoi est-ce que les alarmistes ne sont pas heureux que la température s’est stabilisée depuis 1998? C’est pas ça qu’ils veulent, parce que si ça serait stabilisé, ils ne pourraient plus nous taxer et nous soutirer de l’argent. Alors ils disent que le réchauffement va bientôt reprndre, mais il ne savent pas quand, ni pourquoi il s’est arrêté.

        Si on est dans les suggestion de lecture, que te conseille ceux-là:
        http://www.amazon.ca/The-Neglected-Sun-Precludes-Catastrophe/dp/1909022241
        http://www.amazon.ca/Cold-Sun-John-L-Casey/dp/1426967918

        L’hypothèse des cycles solaires parle de refroidissement pour bientôt, on verra bien qui a raison. Entre toi et moi qu’est-ce qui serait pire? un retour aux températures chaudes comme à l’époque romaine ou médiévale, ou un refroidissement comme durant le little ice age ou des Dark Ages?

        C’est frustrant que tu sembles prétendre que je suis pas « renseigné » Si je prend la peine de faire un blog qui s’apelle « Science et politique » c’est que je suis au courant de ce que je parle.

  8. jean-luc dit :

    concernant les 97 % de scientifique oeuvrant dans la science du climat ainsi que le 3 % de septique.

    http://www.skepticalscience.com/nsh/?

    il n’y a pas de deux de piques dans ce groupe…

    • crioux dit :

      l’auteur du blog de skepticalscience est celui qui a fabriqué de toute pièce cette fraude. Ce n’est pas une référence.
      Puisque tu ne veux pas lire , peut-être un petit vidéo avec de la musique? Avec des réponses de scientifiques sceptiques qui ont été faussement classé pami les 97%

      • jean-luc dit :

        et toi as-tu été lire les commentaires de chacune des personnes qui sont dans l’animation sur le site skepticalscience ?

        il y en a beaucoup à lire..

      • BenoitG dit :

        Ce que tu ne dis pas Christian, c’est que Richard Tol, qui est clairement un détracteur du 97%, a publié une étude qui prouve quoi? Que le consensus est d’au moins 90% et qu’avec les corrections (rebuttal) apportées par Nuticelli, le chiffre de 97% réapparrait. Mais, mettons même 90%, on est loin du 99,7% tel que tu le prétends?!?

        Source: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421514002821

      • crioux dit :

        Il y a d’autres sondages qui démontrent 36%, d’autre 52% d’appuis a l’hypothèse du RCA. Ce ne sont que des sondages, et la science ne se base pas sur les sondages d’opinion. La science se base sur les faits et les observations.

        Mais ça doit bien faire 10 fois que je te répète ça.

      • BenoitG dit :

        Et que t’ai-je dis sur les sondages du 36% et du 52%? ILS NE COMPARENT PAS LES MÊMES CHOSES. Normal qu’il n’arrive pas aux mêmes résultats. Come on! Et après tu me dis que tu te répètes…

      • BenoitG dit :

        à moins que tu me dises que le sondage de 36% est une étude qui se veut comparative avec le 97%. Si oui, en quoi?

      • crioux dit :

        Sérieusement, le 36% était moins biaisé et plus honnête que le 97%, mais encore une fois, la science ne se base pas sur les sondages d’opinion, mais sur les faits.

      • BenoitG dit :

        Le 36% est peut-être moins biaisé que le 97%, mais il n’a AUCUNEMENT rapport avec le consensus. Il est complètement insignifiant. Puisqu’il est dépourvu de tout intérêt, prétendre qu’il contredit le 97% est frauduleux.

      • BenoitG dit :

        Puisque tu aimes te baser sur les faits, sache qu’il est impossible que les cycles solaires, en baisse depuis 60 ans, réchauffe la troposphère et refroidisse les couches supérieures en MÊME TEMPS. Le «fait» que 1998 fasse en sorte «qu’il n’y a plus de réchauffement selon certaines données» est sans importance.

      • crioux dit :

        Tu sais très bien que c’est faux, je t’ai déjà répondu a de multiples reprises la dessus.

      • BenoitG dit :

        Sais-tu, je vais faire comme toi. Dire que c’est faux, tout simplement, sans en faire la démonstration ou supporter par des études.

      • crioux dit :

        Je t’ai déjà tout fournis les études, c’est juste que je suis fatigué de répéter.

  9. BenoitG dit :

    Tu aimes bien (et souvent) citer le graphique suivant:

    Il y est écrit que ce graphique provient de Dansgaard et Schönwiese. Déconstruisons ce graphique.

    1. Dansgaard étudie les microparticules dans les «ice cores» et pas aux températures.
    2. Dansgaard base ses études sur le Groenland. Il ne peut donc s’agir de reconstruction globale.
    3. Schönwiese étudie plus particulièrement la géoscience, dont les précipitations. Ses recherches portent sur les signaux anthropogéniques des changements climatiques. Ironique, n’est-ce pas?
    4. Voici quelques citations de Schönwiese:
    «he anthropogenic influence already be signifi-cantly visible in the observations, the statistical strat-egy used showed that forcing mechanisms operating on a global scale such as the atmospheric GHG con-centration increase are most significant in the global mean surface air temperature (significance p > 99.9 %), no matter which kind of noise component is used. […] he anthropogenic signal (GHG + SUL) in the global mean temperature is not only clearly visible but also has effected a signifi-cant climate change.»

    Source: Statistical separation of observed global and European climate data into natural and anthropogenic signals. Available from: https://www.researchgate.net/publication/242308058_Statistical_separation_of_observed_global_and_European_climate_data_into_natural_and_anthropogenic_signals [accessed Oct 20, 2015].

    • crioux dit :

      Pour la XXXieme fois, ces températures mesurées au Groenland ont été mesurées ailleurs aussi. Partout dans le monde les effets d’optimum médiéval et du little Ice age ont été ressentis et mesuré a l’aide de proxies.
      http://pages.science-skeptical.de/MWP/MedievalWarmPeriod.html

      • BenoitG dit :

        Admettons que sur ton graphique, le 0 (auj.) représente 1995. Combien de degré la Terre s’est-elle réchauffée depuis?

      • crioux dit :

        Presque zéro.
        voici depuis 1997:

        De toute façon sur un graphique de 11000 ans, 20 ans c’est moins qu’un pixel.

      • BenoitG dit :

        Selon Woodfortrees, l’augmentation depuis 1995 (c’était ça ma question), est d’au moins 0,4°C. Fais une opération mentale et ajoute ce nombre au pixel que ce 20 ans représente. On arrive à la barre du 16°, soit bien au dessus de l’Optimum médiéval.

        http://woodfortrees.org/plot/wti/from:1994

        (C’est ça faire une démonstration)

      • crioux dit :

        Non, ce que tu fais c’est du cherry-picking. 0,15 et non pas 0,40
        http://woodfortrees.org/plot/rss/from:1995

      • BenoitG dit :

        Et je t’ai déjà démontré que ces études sont plutôt nulles. Trois fois plutôt qu’une. Mais puisque je suis bon, en voici une quatrième démonstration que ces études n’invalident en rien la théorie réchauffiste.

        Prenons l’étude de Patterson 1998 9http://pages.science-skeptical.de/MWP/Patterson-1998.html)

        L’auteur du site Internet que tu nous réfères tente de faire accroire que le 20e siècle n,est pas plus chaud par ce graphique (bel et bien tiré de Patterson):

        Par contre, il «omet» de mentionner que le point 20e siècle, situé au-dessus de l’an 2000, ne donne pas la moyenne des T° en 2000, mais bien la moyenne des T° entre 1936 et 1992. Cette moyenne était de 10,9°C, comparativement à 11,1 vers 985. Depuis ce temps, les températures ont augmentée d’au moins 0,5°C.

        Dans l’article, l’auteur mentionne que le minimum d’hiver ont été de 0,4 à 2,7°C plus chaud.

        Source:https://www.researchgate.net/publication/222485296_North_American_continental_seasonality_during_the_last_millennium_High-resolution_analysis_of_sagittal_otoliths

      • crioux dit :

        Encore une fois de cueillette de cerise. N’est-tu pas capable de reconnaitre qu’il y a eu des périodes chaudes et froides, partout sur la planète au même moment? Et que ces périodes ne peuvent pas avoir été influencée par l’humain ni le CO2?
        Un fois accepté ça, et qu’on cherche la cause naturelle, et qu’on trouve que ce sont les cycles solaires. Pourquoi est-ce que la période actuelle, qui n’a rien d’exceptionnelle, serait notre faute ou celle du CO2?
        A ce que je sache, le soleil est encore là.

      • BenoitG dit :

        Tu m’accuses de cherry-picking, alors que le seul indicateur que tu prends est le RSS (qui montre par ailleurs un progression de 0 à 0,3), très drôle!

        Si je voulais faire du cherry-picking, j’aurais choisi ça:
        http://woodfortrees.org/plot/best/from:1995

        ça montre un réchauffement de 0, (au moins)

        Ou celui-là:http://woodfortrees.org/plot/crutem4vgl/from:1995

      • BenoitG dit :

        Très drôle encore. Je défais tes conceptions, à partir d,articles que tu m’as toi-même référé, et je fais du cherry-picking.

        «N’est-tu pas capable de reconnaitre qu’il y a eu des périodes chaudes et froides, partout sur la planète au même moment? Et que ces périodes ne peuvent pas avoir été influencée par l’humain ni le CO2?»

        Ouin pis?

        Le passé n’est pas toujours garant du futur. Ton raisonnement est fallacieux. Les dinosaures ont existé. Existent-ils encore aujourd’hui?

      • crioux dit :

        (facepalm)

      • BenoitG dit :

        « Pourquoi est-ce que la période actuelle, qui n’a rien d’exceptionnelle, serait notre faute ou celle du CO2?»

        Parce que le Soleil ou les volcans ou les cycles océaniques ne sont pas en mesure d’expliquer l’ensemble des phénomènes liés aux changements climatiques.

        Voici un graphique, tiré d’un étude de Nicola Scarfetta. Tu conviendras qu’il est un expert des cycles solaires, non?

        Que vois-tu? un affaiblissement de la force solaire depuis au 50 ans. Pourtant, la Terre, et surtout les océans, continuent de se réchauffer. Comment est-ce possible. Certainement pas le notch-delay (~11 ans, s’il existe)…

        Les faits contredisent ta théorie. POINT

      • crioux dit :

        L’hypothèse des cycles solaires n’est pas basée uniquement sur le cycle de 11 ans, c’est ridicule. Je t’ai pourtant démontré a maintes reprises qu’il y a plusieurs cycles qui se superposent et que c’est la somme de ces cycles qui donnent les variations du climat.

        Retourne lire:
        https://crioux.wordpress.com/2015/09/08/le-climat-est-la-somme-des-cycles-naturels/

        https://crioux.wordpress.com/2015/02/04/cycles-climatiques/

        https://crioux.wordpress.com/2014/12/01/prediction-dune-periode-imminente-de-refroidissement-basee-sur-le-soleil/

        Les faits contredisent l’hypothèse du CO2 et appuient l’hypothèse des cycles solaires, POINT.

      • BenoitG dit :

        «L’hypothèse des cycles solaires n’est pas basée uniquement sur le cycle de 11 ans, c’est ridicule.»

        Les faits sont que le forcing solaire est en baisse. Qu’on parle du très long ou du très court cycle, ça change absolument rien: il baisse. Le sommet, tout cycle confondu, a été atteint vers 1960.

        Ce graphique:
        https://crioux.files.wordpress.com/2015/02/koelle33.gif?w=450&h=260
        est tout simplement faux.
        C’est pour cette raison que je continue à te questionner. Tes explications, que j’ai lues, ne peuvent expliquer l’actuel réchauffement (depuis 1960).

        Même chose pour lui: https://crioux.files.wordpress.com/2015/02/koelle4.gif?w=450&h=249

        Il ne fait pas plus de sens et contredit les données:
        http://woodfortrees.org/plot/sidc-ssn

        Tant qu’à celui-ci: https://i2.wp.com/jonova.s3.amazonaws.com/evans/graphs/prediction/total-solar-irradiance-1.1.gif

        la tendance après 1950 trompe tes lecteurs. La tendance illustrée par les données n’est pas à la hausse, ni même égale depuis 1960, mais à la baisse.

      • crioux dit :

        Donc c’est faux parce que tu le dis..

  10. BenoitG dit :


    Ces deux graphiques, ne peuvent pas représenter la même réalité. Le premier indique que les températures ont rarement dépassées le point de congélation. Le second, parle d’une température moyenne d’environ 15°C, soit 59°F. Lequel est vrai?

    • crioux dit :

      Parce qu’il y en a un des deux qui représente le Groenland. Les tempétaures sont normalement plus basses, mais ce sont les cycles qui importent, parce que ces cycles sont les mêmes ailleurs sur la planète aussi. Mais la qualité des proxy est meilleure avec les glaciers.

      • BenoitG dit :

        Quand tu dis qu’un des 2 montrent le Groenland, tu parles de Dansgaard (2e graphique)? Parce que ces études portent sur cette partie du monde…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :