L’anonymat sur internet

Texte de Denise Bombardier:

Dans le discours public, il est de bon ton de faire l’éloge de la transparence. Car tout le monde sait fort bien que c’est dans l’opacité, les zones d’ombre et les cachotteries que se réfugient les corrupteurs, les fourbes et les imposteurs qui sévissent en politique, dans le monde des affaires et dans toute autre activité où des gens sans scrupules peuvent trouver leur profit.

La société répugne à ce que des gens masqués circulent librement sur la place publique. Depuis plusieurs années et encore il y a un mois, l’on a goûté à la médecine que nous ont imposée les commandos masqués dont l’objectif est clairement l’anarchie. Se cacher la figure pour commettre des forfaits est tout simplement méprisable.

Commentateurs anonymes

Que dire alors de tous ces anonymes qui sévissent sur les réseaux sociaux et qui inondent les journaux traditionnels de leurs injures, leurs attaques à la personne et leurs propos haineux?

De plus en plus de journaux et de sites médiatiques refusent de publier ces brûlots signés «J’haïs» ou «Mort de rire» ou «Zorro», mais d’autres, comme Le Journal, continuent de donner la parole à on ne sait qui.

Aucune opinion n’a de valeur si elle n’est pas assumée par celui qui l’exprime. Quels sont les lecteurs qui accepteraient que les chroniqueurs et les blogueurs ne signent pas leurs textes? En fait, depuis quelques années, les responsables des sites et des médias en général ont même changé la pratique qui avait cours dans le passé en ajoutant la photo des auteurs.

Il y a une contradiction fondamentale entre l’exigence de transparence d’une part et l’acceptation, dans les médias sociaux et les médias traditionnels, de textes qui se retrouvent sous couvert d’anonymat parmi d’autres textes signés par les expéditeurs, mais qui sont traités sur un même pied.

Dans la pratique journalistique, le recours à l’anonymat devrait être limité aux cas extrêmes. Des personnes qui, en témoignant à visage découvert, sont susceptibles d’être mises en danger physiquement. Ou alors des personnes vulnérables psychologiquement, mais dont le témoignage peut être essentiel à la mise en accusation de criminels.

Haine

Le déversement de haine qui a cours sur la Toile nous éclabousse tous. Les attaques par des anonymes finissent par avoir une influence sur ceux qui assument leurs commentaires en les signant de leur nom. On ne peut que constater cette dégradation et certains grands journaux à travers la planète refusent désormais les commentaires des lecteurs.

N’oublions pas que la gestion interne de ces sites demande des investissements relativement importants, avec ajout de personnel qui, compte tenu des difficultés économiques de la presse écrite, est quasi impossible à appliquer en vérité.

Je me souviens de l’époque, jurassique aux yeux des plus jeunes, où il m’arrivait de recevoir des lettres anonymes que je m’empressais de jeter à la poubelle. Or j’étais la seule à lire les «gentillesses» qui me concernaient. De nos jours, les anonymes, avec leurs élucubrations trop souvent haineuses et grossières, obtiennent une diffusion sans limites lorsque reprises par les Facebook et autres Twitter, voire YouTube.

Dans le bon vieux temps, les lettres de ce genre étaient déchirées ou jetées au feu. De nos jours, ces écrits partent dans l’infini de la Toile.

De quoi donner le vertige…

Source:
http://www.journaldemontreal.com/2015/05/14/lanonymat

6 commentaires pour L’anonymat sur internet

  1. Antitribu dit :

    Mme Bombardier a droit à son opinion et d’autres ont droit à l’opinion contraire.
    Interdire l’anonymat c’est favoriser les idées qui font consensus au détriment de celles qui sont moins consensuelles.
    Il y a plusieurs façon de contourner ça, comme de choisir un pseudo tout à fait crédible. Je n’arrive pas à voir ce qu’un pseudo enlève à la valeur d’une idée.

  2. Quand une personne n’a même pas le guts de donner son opinion à visage découvert, elle ne mérite pas que son opinion soit connue.

  3. Antitribu dit :

    Je fréquente des sites tenus par des gens intelligents et ouverts d’esprit.
    Pour ces personnes, les idées des participants ont beaucoup plus d’importance que leur nom ou pseudo.

  4. Miki dit :

    Je réalise que l’anonymat peut apporter des idées qui peuvent offusquer certaines personnes. Vous allez peut-être dire que ce n’est pas dans le même conteste, mais bien des artistes et en particulier les écrivants au cours des siècles ont utilisés des pseudos afin de publier leur bouquin ou leur opinion. Certains sont devenus très populaires et ont contribué au développement de cette société à laquelle tous nous appartenons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :