Une autre étude ridicule

Après les études ridicules comme celle qui disait que le réchauffement climatique allait faire disparaitre les roux, en voici une qui dit que les abeilles sont confuses à cause du réchauffement climatique (qui a pourtant cessé il y a 20 ans)

http://wattsupwiththat.com/2014/11/09/uea-claim-global-warming-distracts-bees-by-making-them-horny/

Les abeilles existent depuis plus de 100 millions d’années (environ l’endroit où la flèche pointe « average global temperature » sur le graphique suivant).
temp-co2
Depuis ce temps, la température a diminué de plus de 10 degrés, avec des hauts et des bas. Et le CO2 est passé de plus de 1500ppm, à environ 300ppm, avant de remonter un peu depuis quelques décennies.
Il y a eu aussi des dizaines d’ère glaciaires depuis quelques millions d’années.
Et depuis la fin de la dernière ère glaciaire, il y a eu plusieurs cycles de réchauffement/refroidissement, avec au moins 5 périodes plus chaudes qu’aujourd’hui.
temperature_swings_11000_yrs
Les abeilles ont prospéré tout ce temps.

Et on a ici des idiots qui disent que les abeilles sont toute mêlées parce que depuis 100 ans, il y a eu une variation de 0,7 degré, (qui est en fait un retour à la normale après la période froide du petit àge glaciaire).
Ces idiots sont du Climate Research Unit, de East Anglia le même établissement qui avait été au centre du scandale du climategate. Il y a encore des gens pour croire la moindre chose qui sort de là?

Publicités

5 Responses to Une autre étude ridicule

  1. maxadell dit :

    Il est vraiment génial votre site, j’ai adoré votre long article sur le marxisme culturel , c’est tellement rare de trouver d’aussi bon texte qui dénonce cette nébuleuse infecte . Bonne continuation .

  2. maxadell dit :

    Pourriez-vous me proposer un livre phare qui dénonce l’imposture du marxisme culturel qui va de l’après seconde guerre mondiale à nos jours en Europe de l’Ouest et aux Etats-unis ?

  3. Robert dit :

    Les hommes ont tendance à oublier que la nature, la faune et la flore s’adaptent aux variations. L’homme aussi s’adapte. Malgré les variations de température, la race humaine existe encore. Les insectes ont une meilleure adaptabilité.

    Aujourd’hui, il serait impensable de construire les îles de l’Expo ’67. On parlerait de fraie des poissons, des grenouilles et de la destruction de la flore aquatique. Les gourous environnementalistes monteraient aux barricades et l’Expo ’67 n’aurait jamais eu lieu. Les poissons et grenouilles se sont adaptés. S’ils ne peuvent le faire là, ils iront ailleurs. Ce qu’ils ont fait.

    Comme petit exemple, les «experts» ont dit que les esturgeons étaient disparus dans le St-Laurent. Malgré les prêches de malheur on peut pêcher de l’esturgeon dans le fleuve au pied de Montréal.

    Suite À l’Expo ’67, les montréalais ont un très beau parc du nom du maire de l’époque: Jean Drapeau.

  4. Robert dit :

    J’ai oublié de mentionner la route 132, construction qui a empiété sur les berges du fleuve sur la rive sud de Montréal. Ça aussi n’aurais pas lieu aujourd’hui. C’est devenu un incontournable. Tout ça avec du remblais provenant, en grande partie pour les îles , des résidus rocheux lors de la construction des premières lignes du métro de Montréal pour 1966. On en parle même plus tellement les îles et la route font partie du paysage. Il y a aussi le creusage de la voie maritime, inaugurée en 1959. Impensable aujourd’hui. Pourtant c’est devenu un important apport économique en Amérique du Nord. La faune et la flore se sont adapté.
    La nature a une facilité d’adaptation que les humains ne peuvent imaginer, parce qu’ils ne voient que le futur immédiat.

    Certains problèmes, comme l’apparition de la moule zébrée, empestent l’environnement causés par le grand nombre de navires venant de toutes les parties du monde. On y trouvera sûrement une solution, mais à assez long terme.

  5. crioux dit :

    En effet, avec les activistes anti-toutte la majorité des infrastructures actuelles ne pourraient plus être construits aujourd’hui.

    Voici une carte satellite de mon patelin natal.
    https://www.google.ca/maps/place/Bonaventure,+QC/@48.0396798,-65.4728523,2693m/data=!3m1!1e3!4m2!3m1!1s0x4c9900e49b13daf5:0x847c9f950e5f2faf

    Remarquez la route (qui date des années 1970) qui passe en plein barachois. Imaginez que nous voudrions faire cela aujourd’hui. Combien d’écolo crieraient à la catastrophe environnementale, comment ça détruirait l’écosystème, et comment ça pourrait potentiellement nuire aux saumons et aux oiseaux.

    Autres vues:

%d blogueurs aiment cette page :