Analyse de la campagne électorale

Maintenant que la campagne électorale est terminée, je suis enfin de retour.

Au niveau national, ça aura été une des pires campagnes qu’on ait vu depuis longtemps. Une campagne de salissage, pas grand chose sur les sujets qui intéressaient vraiment les gens.

Le haut taux de participation démontre que la population est sortie, elle se sentait concerné par l’enjeu de l’élection. Et le résultat a été une raclée au PQ et de ses idées de référendum et de charte.

Aujourd’hui, les péquistes déchirent leurs chemises et parlent de honte, que le Québec a élu des bandits et des voleurs corrompus, mais ils oublient que le PQ l’est tout autant que les libéraux (le DEAL entre Blanchet et la FTQ, Zarkaib qui a fermé les yeux sur la corruption, financement illégal, nominations partisanes, André Boisclair payé à rien faire), alors jouer à la vierge immaculée s’est retourné contre Marois, les gens ne sont pas aveugles.

Les québécois ont choisi le moins pire des deux, en toute conscience. C’est décevant d’avoir a choisir le moins pire au lieu du meilleur, mais c’est notre système électoral qui force les gens a voter « contre », voter stratégiquement, au lieu de voter par conviction. Tant que le PQ sera une menace, on va rester pris avec les libéraux qui semblent être la seule alternative pour ne pas diviser le vote de crainte de laisser passer le PQ.

Le parti libéral n’a donc pas gagné parce qu’il a été le meilleur ou qu’il avait les meilleures idées, le PLQ a gagné par défaut, simplement parce qu’il est aux yeux de la majorité des électeurs la valeur sûre, pour la stabilité en opposition à la crainte d’un autre référendum. Il a donc gagné parce que le PQ s’est auto-torpillé en misant trop sur l’identité (référendum, charte, langue, xénophobie), au lieu de miser sur l’économie et la stabilité. Cette raclée est mémorable, pire même que celle de Boisclair. C’est comme un 3e NON à un référendum, suffisamment pour remettre en question l’existence du PQ. En plus, la remonté de la CAQ et donc d’un certain centre-droite économique donne espoir à ceux qui veulent remettre le Québec sur les rails, même si ça ne sera malheureusement pas cette fois-ci.

Le parti que je représentais, Equipe Adrien Pouliot – Parti conservateur du Québec, un tout petit parti émergeant était tellement inconnu que la majorité des gens n’en avaient jamais entendu parler. Même les sondages ne l’offraient pas comme choix. Notre but était de faire progresser les idées de droite économique, de liberté et de responsabilité individuelle. Depuis un an, la CAQ de Legault s’était distancé de la droite, mais en fin de campagne, Legault s’est repositionné plus à droite et a donc un peu marché dans nos plate-bandes.

Au niveau de mon comté, j’étais sans moyens, sans budget, sans équipe et surtout je travaillais en même temps.
Ma campagne a donc été surtout sur les médias sociaux et les médias locaux à travers entrevues et débats.
Je me présentais dans un comté où les deux vieux partis ont automatiquement 6000 votes chacun dès le départ (les « teindus » qui ne se posent jamais de questions). Il s’agissait d’un comté souvent péquiste, avec un député sortant (ministre des régions) très bien connu, en plus une candidate libérale qui avait été parachutée, sauf qu’elle avait une bonne équipe pour l’aider. Donc un comté pas mal décidé d’avance. Je ne me faisais pas d’illusions, je savais que je n’aurais pas beaucoup de votes, j’espérais 250 votes, mais j’ai terminé bon dernier avec 108 votes.
résultats

Le but n’était pas d’être élu, mais de brasser les idées et faire réaliser aux gens qu’il y a plus de deux partis au Québec. Le message n’a pas encore passé, mais on va continuer à travailler à le faire progresser.

J’ai bien aimé l’expérience, peut-être que j’y serai encore dans 4 ans. Il peut s’en passer des choses d’ici là, comme l’implosion du PQ ou des fusions de partis (à gauche comme à droite), alors à la prochaine fois!

Publicités

3 Responses to Analyse de la campagne électorale

  1. lapin de paque dit :

    aie le petit coco !!

    Dans ma région vous êtes le dernier parti qui laisse encore ces pancartes. Vous entravez ma liberté !

    Une tête d’oeuf sur une pancarte en forme de coco.. pis dans le temps de pâques en plus. On es tu tanné ou pas ?

    108 votes alors que le premier a 10 000 votes c’est juste finir ‘dernier’. « Bon dernier », non mais ce n’est pas bon du tout. C’est très poché comme oeuf 🙂

    • crioux dit :

      Écoute mon petit coco, contrairement aux gros partis, je n’ai pas une équipe de bénévoles qui installent et retirent les pancartes pour moi. La loi nous donne 2 semaines pour les enlever et ça sera fait dans les temps. Je suis tout seul pour les enlever et le territoire est immense. Je travaille à temps plein, je n’ai pas le temps de le faire sur la semaine. J’ai déjà enlevé la majorité. En fin de semaine je vais faire quelques heures de routes pour en enlever 8 autres, et vendredi prochain je vais faire un autre 2 heures de route pour enlever les 4 dernières.
      Si les pancartes te dérangent tant que ça tu peux toujours te proposer pour m’aider 🙂

      Premier et dernier avertissement, si tu veux poster des messages ici, ça prend un minimum de respect envers les autres, sinon tes messages seront effacés.

    • crioux dit :

      Aussi mon cher petit lapin contrarié, je viens de faire 3 heures et demi de route, brulé presqu’un réservoir d’essence au complet, pour enlever TROIS pancartes. Les autres étaient disparues (vadalisée ou arrachées par les grands vents)
      Selon mes notes, il ne me reste que DEUX pancartes à enlever. Alors si tu as encore une pancarte devant chez toi, c’est que tu habites à St- Maxime-du-Mont-Louis, ou alors a l’entrée de Ste-Anne-des-Monts.

      Ironiquement, j’ai croisé 8 pancartes des autres partis qui sont encore là.

%d blogueurs aiment cette page :