Résumé de l’escroquerie climatique

A la demande de quelques réchauffistes alarmistes qui ne se donnent pas la peine de lire, j’ai rassemblé en un seul billet la plupart des informations qui définissent l’escroquerie qu’est le réchauffement climatique anthropique. Puisque j’ai écrit tout ça en trois heures, pardonnez les fautes et le style, et c’est certain que tout ne peut pas y être. Ceux qui veulent plus de détails, il y a le reste du blog ou d’autres sources d’information de votre choix.


Y a-t-il réchauffement?

La réponse est : oui et non, dépendant de la période que vous choisissez. Normalement le climat est mesuré sur 30 ans.
Si vous prenez uniquement entre 1970 et 1998, oui il y a un léger réchauffement de quelques dixièmes de degrés. C’est ce qui est la plupart du temps pointé du doigt par les réchauffistes puisque durant cette période le CO2 augmentait aussi. C’est la seule période où les deux augmentent vraiment en même temps.

Si vous prenez depuis la fin de la petite ère glaciaire (qui s’est terminée vers 1880) jusqu’à aujourd’hui oui il y a un réchauffment, malgré plusieurs variations (environ 0.7 degré au total), mais ce réchauffement est dû non pas au CO2, mais à un retour graduel à la normale suivant la fin de la petite ère glaciaire. L’apport humain mesurable en CO2 ne date que depuis 1940 (boom industriel d’après-guerre.)

Même les plus sceptiques ne remettent pas ce réchauffement en cause, il est mesuré et vérifié. Personne ne dit qu’il n’y a pas de réchauffement jusqu’en 1998. Par contre il faut aussi reconnaitre les périodes de refroidissement, et les autres périodes chaudes passées. Certains comme Michael Mann ont tenté de faire disparaitre les périodes chaudes passées comme l’optimum médiéval avec le graphique « Hockey Stick », parce que ça a l’air fou de dire que le réchauffement actuel est « sans précédent » s’il y a eu des périodes plus chaudes dans le passé. Il a été question de cette discussion pour cacher la période médiévale dans les emails du scandale du Climategate. Ensuite, ça a été reconnu comme une fraude quand d’autres scientifiques ont démontré les manipulations dans la méthode utilisée, et maintenant même le GIEC reconnait (sans trop en parler) qu’il y a eu des périodes plus chaudes dans le passé…
La question de fond est de savoir quelles sont les causes de ces variations et de savoir si l’humain a un impact ou s’il s’agit de cycles naturels.

Mais si ces périodes ont connu des légers réchauffement, depuis 1998, le CO2 continue d’augmenter, mais la température ne monte plus du tout, c’est un plateau. Même le GIEC a fini par l’avouer du bout des lèvres dans leur dernier rapport. Tous les modèles informatiques prévoyaient une hausse dramatique des températures, mais ça n’est pas arrivé. Sur le graphique suivant les observations réelles sont les points verts et bleus. Les lignes sont les prédictions des modèles informatiques.
(source Dr. Roy Spencer, climatologue qui à travaillé à la NASA)

Et si on retourne plus loin en arrière, depuis 600 millions d’années, il a presque toujours fait beaucoup plus chaud qu’aujourd’hui: (Nous sommes sur le point zéro)

Notez comment la température et le CO2 changent sans aucune relation directe entre les deux.

Et depuis quelques millions d’années, nous sommes dans une période très froide avec ères glaciaires à répétion.

(La période en rouge représente le dernier 10 000 ans)

Et dans cette période généralement froide, nous sommes actuellement dans une courte période entre deux ères glaciaires, et ces périodes interglaciaires durent en moyenne 10 000 ans. Et justement il y a 10 000 ans que la dernière ère glaciaire s’est terminée. Nous sommes dus pour la prochaine ère glaciaire, qui dure en moyenne 100 000 ans. D’ici quelques centaines d’années au plus tard ça sera arrivé, et probablement plus tôt que tard, on ne le sait pas précisément.
Et une ère glaciaire, c’est pas juste le froid, ça veut dire plusieurs kilomètres de glace par dessus nos têtes. La dernière ère glaciaire couvrait totalement le Canada et presque toute l’Europe.

Ces périodes glaciaires sont cycliques (Voir Cycles de Milankovitch), et n’ont rien à voir avec l’activité humaine.

Il y a d’autres cycles de réchauffement/refroidissement qui se produisent et ceux là sont dus entre autres aux cycles solaires et océaniques. Ce sont ces cycles qui nous influencent à plus court terme. Le cycle solaire 24 a été très fiable et le cycle solaire 25 promet de l’être encore plus, ce qui laisse croire a un refroidissement prochain. Il a été démontré que ces cycles solaires faibles pourraient avoir été responsables du dernier petit âge glacaire (minimum de Maunder et de Dalton).

Les données sont insuffisantes pour pouvoir lier les autres périodes chaudes/froides au même phénomène (il n’y avait pas d’observation des cycles solaires avant l’invetion du télescope), mais leurs cyclicité laisse croire que ça pourrait être le cas.

Juste depuis la fin de la dernière ère glaciaire, il y a eu au moins 5 périodes beaucoup plus chaudes qu’aujourd’hui, ces périodes ont été prospères pour la vie et ont vu naître les premières civilisations humaines. Alors que les périodes froides ont été des périodes de famines et de migrations.
Pendant l’optimum médiéval, les vikings ont colonisé le Gröenland (qui signifie: terre verdoyante) et on cultivait la vigne en Angleterre (prouvé par des documents historiques). Ça a été l’époque faste où on construisait les cathédrales. Ensuite est venue la petite ère glaciaire, les vikings ont quitté le Gröenland, et il n’y a plus eu de vignes en Angleterre. La tamise à Londres était gelée l’hiver pendant cette période froide (ce qui n’est plus le cas maintenant), et les mauvaises récoltes ont causé de grandes famines.

Le CO2 est-il un polluant?

Au niveau politique:
Le CO2 a été identifié comme un gas à effet de serre il y a bien longtemps, et comme toute activité ou presque émets entre autre du CO2, certains ont profité de ce fait pour appuyer leurs agenda politique idéologique ou simplement pour faire de l’argent.

Historiquement, l’hypothèse du réchauffement causé par le CO2 date de 1880, mais ça a réellement commencé en 1979 quand Margaret Thatcher voulait se diminuer le pouvoir des syndicats des mineurs de charbon qui pouvaient paralyser l’état (production d’électricité) avec une grève. Elle voulait favoriser le nucléaire et comme le nucléaire ne produit pas de CO2 elle s’est servie de ce fait pour appuyer sa campagne pro-nucléaire. Elle avait même mit de l’argent sur la table pour qui produirait un rapport diabolisant le CO2.

« Coal-fired power stations emit CO2 but nuclear power stations don’t. Global warming provided an excuse for reducing the UK’s dependence on coal by replacing it with nuclear power. « 

Source: http://www.john-daly.com/history.htm

Extrait vidéo du documentaire « The Great Global Warming Swindle:

Transcription:

Narrator « At the height of the cooling scare in the 70s, Bert Bolin’s theory about global warming seemed absurd. Two things happened to change that. First, temperatures started to rise. And second, the miners went on strike. To Margret Thatcher, energy was a political problem. In the early 70s, the oil crisis had plunged the world into recession and the miners had brought down Ted Heeds conservative government. Mrs. Thatcher was determined that the same would not happen to her. She set out to break their power. »
Margret Thatcher « What we are seeing in this country is the emergence of an organized, revolutionary minority who are prepared to exploit industrial disputes, but whose real aim is the breakdown of law and order and the destruction of democratic parliamentary government. »
Nigel Calder « The politicization of the subject started with Margret Thatcher. »
Lord Lawson of Blaby « She was very concerned, always, and I remember when I was the Secretary of State for Energy, to promote nuclear power long before the issue of climate change came up, because she was concerned about energy security. And she didn’t trust the Middle East, and she didn’t trust the National Union of Mineworkers. So she didn’t trust oil and she didn’t trust coal, so therefore she felt we really had to push ahead with nuclear power. And then when the climate change global warming thing came up, she thought well, this is great, this is another argument because it doesn’t have any carbon dioxide emissions, this is another argument why you should go for nuclear. And that is what she was really, largely saying. It’s been misrepresented since then. »
Nigel Calder « And so she said to the scientists, she went to the Royal Society and said, ‘There’s money on the table for you to prove this stuff.’ So, of course, they went away and did that. »
Philip Stott « Inevitably, the moment politicians put their weight behind something and attach their name to it in some ways, of course, money will flow. That’s the way it goes. And, inevitably research, development, institutions started to bubble up, if you put it that way, which were going to be researching climate, but with a particular emphasis on the relationship between carbon dioxide and temperature. »
Narrator « At the request of Mrs. Thatcher, the UK MET office set up a climate modeling unit which provided the basis for a new international committee called the Intergovernmental Panel on Climate Change, or IPCC. »
Nigel Calder « They came out with the first big report which predicted climatic disaster as a result of global warming. I remember going to the scientific press conference and being amazed by two things. First, the simplicity and eloquence of the message and the vigor with which it was delivered, and secondly the total disregard of all climate science up to that time, including incidentally the role of sun, which had been the subject of a major meeting at the Royal Society just a few months earlier. »

Ensuite plein d’autres groupes se sont ralliés à cette arnaque, voulant profiter de la manne. Plus de détails sur ça un peu plus loin dans le texte.

Au niveau scientifique:
En 2007, la cour suprême des Etats-Unis a statué que le CO2 était un polluant, allant ainsi à l’encontre de la science. Le but était de permettre à l’EPA de contrôler et limiter les émissions de CO2. Quand la politique veux se mêler de science c’est jamais bon (voir: https://crioux.wordpress.com/2013/06/27/quand-la-politique-veut-se-meler-de-la-science/ )
Le CO2 n’est pas un polluant, c’est un gaz nécessaire à la vie sur terre. Sans CO2, ou alors avec un taux trop bas la vie sur terre disparait en commençant par les plantes, base de la chaine alimentaire.
Les plantes ont évolué depuis des centaines de millions d’années avec des taux moyens de 2000 ppm (parties par million). Depuis quelques millions d’années (depuis que nous sommes dans une période d’ères glaciaires à répétition) le taux est plus bas et oscille entre 200 et 400 ppm. Les alarmistes vont essayer de vous faire croire que l’apocalypse va arriver si on dépasse 400ppm. C’est pourtant arrivé et il n’y a pas eu de catastrophe. Ironiquement, il y a quelques décennies ils annoncaient la même chose si on dépassait 350ppm…

Donc depuis quelques millions d’années le taux de CO2 est plus bas que la moyenne des derniers 600 millions d’années, les plantes sont plus petites, les animaux sont plus petits, et fait toute la vie sur terre est en mode « survie ». Si on augmente artificiellement le taux de CO2 (ce que les agriculteurs font dans les serres), les plantent de mettent à pousser plus vite, sont plus résistantes et utilisent moins d’eau….

En fait simplement depuis que le CO2 à légèrement augmenté à 400ppm, les plantes en profitent. Les alarmistes parlaient de désertification, et c’est le contraire qui se produit, la planète est 11% plus verte qu’en 1982:
http://www.sciencedaily.com/releases/2013/05/130531105415.htm
http://www.hngn.com/articles/7242/20130709/rising-carbon-dioxide-levels-causing-desert-greening.htm
Another benefit of increased CO2 – trees use water more efficiently

La durée de vie du CO2 dans l’atmosphère a aussi été grandement exagérée. Les alarmistes parlaient de décennies, voire centaines d’années. Une étude récente parle de 5,4 années, ce qui vient foutre en l’air toutes les prédictions alarmistes.
http://hockeyschtick.blogspot.com.au/2013/08/paper-finds-lifetime-of-co2-in.html

L’étude des carottes glaces de Vostok est l’un des arguments les plus clairs pour démontrer que le CO2 n’est pas ce qui fait varier la température. Ils ont démontré que depuis 400 000 ans, c’est la température qui monte en premier (donc influencé par autre chose) et ENSUITE le CO2 augmente, parfois avec plus de 800 ans de retard. Ensuite la température descend pendant que le CO2 continue de monter, pour ensuite redescendre quelques centaines d’années plus tard. C’est la température qui influence le CO2, et non pas l’inverse.
Par exemple:
Source: http://joannenova.com.au/global-warming-2/ice-core-graph/

En plus, il y a un effet de saturation à l’effet de serre du CO2. Ce qui signifie qu’une petite quantité de CO2 a un effet de serre mesurable, mais a partir d’une certaine niveau, il n’y a plus d’augmentation de l’effet. Le CO2 peut monter 2000ppm sans effet perceptible sur la température.
Support for the saturated greenhouse effect leaves the likelihood of AGW tipping points in the cold

Finalement le CO2 est en quantité infime dans l’atmosphère. 400 ppm ça ne représente que 0,04% de l’atmosphère, alors que par exemple l’oxygène représente 21% (210 000 ppm).
Voici le genre de manipulation que les réchauffistes vont faire.
Voici un graphique qui représente les gaz à effet de serre:

Le problème avec ce graphique, c’est qu’il ont enlevé le principal gaz à effet de serre qui compose 95% de tous les gaz à effet de serre:la vapeur d’eau (nuages)
Voici dont un graphique plus représentatif de la réalité:

Et encore, si on représente toute l’atmosphère, voici ce que ça donne:

Où sont passés les gaz à effet de serre? Ils sont en quantité tellement infime que ça n’apparait même pas. Et surtout, la quantité de CO2 dans l’atmosphère provient à 97% de sources naturelles (dégazage des océans, volcans, respiration animale, etc). L’humain n’est responsable que de 3% du CO2 émit chaque année. Si l’humain disparaitrait demain matin, 97% des émissions de CO2 continueraient d’être émises.
Source: http://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html

A qui ça profite?

Il y a plusieurs groupes qui ont trouvé leur compte dans cette hypothèse réchauffiste.

Il y a bien sûr les scientifiques qui se sont vu offrir de l’argent pour « prouver » que le CO2 était un polluant, à des fins politiques

Des scientifiques en quête de financement qui se sont rendus compte qu’ils pouvaient avoir tout plein d’argent s’ils faisaient n’importe quelle projet d’étude « en lien avec le réchauffement climatique »
Voici un exemple tiré du documentaire « The Great Global Warming Swindle », Nigel Calder, éditeur de magazine scientique y disait

« If I wanted to do research on, shall we say, the squirrels of the Sussex what I would do, and this is anytime from 1990 to 1996, I would write my grant application saying, ‘I want to investigate the nut-gathering behavior of squirrels with special reference to the effects of global warming.’ And that way I get my money. If I forget to mention global warming, I might not get the money. »

Les capitalistes verts, comme Al Gore qui se sont rendu compte qu’ils pouvaient avoir plein de subventions vertes, pour des projets non viables et non rentables (ex: éoliennes). Ou alors vendre des bébelles vertes à plusieurs fois leur valeur habituelle.

Les groupes comme Greenpeace, WWF, Equiterre, ou la fondation Suzuki, qui profitent de subventions et de dons inégalés qui se comptent en centaines de millions depuis le mouvement réchauffiste.

Les socialistes/communistes, qui profitent de cette hystérie du CO2 pour accuser les grosses compagnies et donc le capitalisme de « détruire la planète », pensant que les gens vont revenir au communisme. Et pourtant les gouvernements communistes ont été les pires pollueurs de l’histoire.

Et celui qui en profite le plus, c’est L’ONU, qui tente de s’imposer comme un gouvernement mondial. Donc ils acquirent du pouvoir, permettant de passer des lois et traités qui passent par dessus les lois nationales. En plus ils peuvent imposer des sanctions, des amendes et ils demandent en plus aux pays riches de payer 100 milliards par an, pour redonner en partie aux pays pauvres comme compensation pour les « dommages climatiques » (inexistants), pensez-vous que ces centaines de petits pays pauvres vont voter pour dire que le CO2 n’est pas responsable? L’ONU avait prédit qu’en 2010, il y aurait eu 50 millions de réfugiés climatiques à cause de la hausse du niveau de l’océean. Il y en a eu aucun.

L’ONU utilise sont bras de politique climatique le GIEC pour faire cette propagande réchauffiste, souvent en contradiction avec la science. Le mandat du GIEC dès sa fondation, n’a jamais été de trouver les causes des variations climatique, mais de « conseiller les politiciens sur les répercussions du réchauffement climatique causé par l’homme« . Déjà en 1988, douze ans après que les « experts » pensaient qu’une ère glaciaire était imminente (voir plus bas), ils avaient déjà décidé que l’humain était responsable du réchauffement. Jamais il n’a été question de remettre en cause ce mandat.

Et comment le message alarmiste a-t-il évolué avec les années?
Croyez-le ou non, le message à beaucoup changé avec les années.
-Dans les années 1970, les « experts » avaient constaté un refroidissement des température depuis 1940, et annonçaient une ère glaciaire imminente, causé par la pollution humaine. Les solutions étaient de limiter la population humaine, limiter la pollution atmosphérique, limiter le développement, pour nous sauver du froid et de la famine.
Incroyable mais vrai, voyez les couvertures du magazine Time en 1970:

-A partir de la moitié des années 1970, les températures se sont remises à monter légèrement, alors ils ont changé leur fusil d’épaule et disaient maintenant que la pollution humaine, notamment le CO2 allait causer un réchauffement catastrophique.
Voyez les couvertures du magazine Time dans les années 1990:

-Au début du 21e siècle, alors que le réchauffement était stoppé, ils ont changé le terme « réchauffement climatique » par « changements climatiques ». (Ce changement est documenté dans les emails du scandale du climategate). Avec cette nouvelle formulation, même s’il fait froid, ils pouvaient encore dire que c’est la faute au CO2.

-Quelques années plus tard, se rendant compte que ça avait l’air fou de dire que chaud ou froid c’est toujours la faute au « réchauffement », ils ont ensuite changé pour dire que la « pollution humaine » cause des « évènements climatiques extrèmes ». Donc à partir de ce moment, chaque ourangan, chaque tornade, chaque tempête de neige, chaque évènement météo est devenu une « preuve » du réchauffement climatique. Même si les observations réelles leurs donnent tort (il y a moins d’ouragans et de tornades depuis plusieurs années, il s’agit de cycles) c’est pas ça qui va les arrêter.

-Et la dernière trouvaille, c’est de dire que le CO2 est un polluant. Un polluant?
Et remarquez que tous les articles de journaux qui parlent de CO2 montrent des photos de cheminées d’usines, ou même de centrales nucléaires avec plein de fumée noire ou blanche pour renforcer l’idée que le CO2 est un polluant. Pourtant le CO2 est inodore, incolore et un gaz nécessaire à la vie sur terre, et non pas un polluant. C’est aussi ridicule que de dire que l’oxygène est un polluant.


Si après tout ça vous croyez encore que l’humain a un impact sur le climat, que le CO2 est un polluant, et surtout que ceux qui font la promotion de cette escroquerie veulent « sauver la planète », et bien vous êtes un digne membre de la religion verte.

Citation de Vincent Courtillot, géophysicien:
« Quelle que soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin de regarder, que les solutions sont connues et qu’il n’y a plus lieu à débat, inquiétez-vous! C’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion, mais pas de la science. Là où il n’y a plus de débat, il n’y a plus de science. « 

8 commentaires pour Résumé de l’escroquerie climatique

  1. youppi dit :

    Je me répète, mais ce n’est pas parce que tu utilises des informations à caractère scientifique que ça fait un article ou une informations scientifiques de valeurs. Pour moi c’est indigeste comme informations et très peu crédible.

    Même chose du côté journalistique puisque tu ne présentes qu’un côté de la médaille. Ton angle pour présenter les choses est biaisé.

    Dans le fond, la qualité de l’information t’importe peu en autant que ça crée la controverse.

    • crioux dit :

      Si tu dis que ces informations ne sont pas bonnes prouve-le! Avec des sources AUTRES que les sites de propagandes Skepticalscience et Realclimate.
      Pour un résumé écrit en 3 heures, je trouve que c’est pas pas mal. Y mettre plus de temps je mettrais plus de références, mais ça serait trop long comme texte. Le but était de répondre à un imbécile qui disait que je savais pas de quoi je parlais, et dont les seuls arguments étaient de m’insulter et de fouiller dans ma vie privée (et celle de ma conjointe) pour essayer de m’intimider. Et il n’a toujours pas répondu à ce résumé.

      Essaye de faire mieux que lui.

  2. youppi dit :

    FACILE, TRES FACILE

    C’est le regroupement de tes informations qui est douteuse.

    Quand les experts de l’EPA disent que le CO2 est un polluant. ils ont réfléchies à la question plus que toi. Ils savent déjà que le CO2 est utile pour les plantes, ça n’a pas rapport. Ils savent aussi que 400 ppm de CO2 c’est 400 parties par million. pas besoin de graphique ou figure pour comprendre cela….

    Je continuerai plus tard, mais je ne commenterai pas la partie politique de ton dernier billet, car c’est tellement évident que l’industrie pétrolière a tellement plus d’avantages a retardé l’imposition de contrôle ou de freins à leur industrie que tout les moyens sont bons. Alors !

    • crioux dit :

      C’est pas juste « utile » pour les plantes, c’est la base de la vie sur terre! Toute la vie sur terre est « carbon based » (exception de quelques extrémophiles). Si le taux de CO2 est trop bas, c’est la fin de tout, alors que s’il retourne aux niveaux comme il y a quelques millions d’années, c’est juste plus de prospérité pour toutes les formes de vies. C’est totalement ridicule et anti-science de dire que le CO2 est un polluant.

      Et tu ne peux pas dire que tu ne considères pas le côté « politique », puisque cette arnaque est justement presqu’exclusivement politique.

  3. youppi dit :

    En quoi ce message ne peut-il être publié ?

    il n’y a pas de risque que le niveau de CO2 retourne à un niveau de 200 ppm et moins. (niveau trop bas) comme tu dis. Puisqu’il a passé de 280 à 400 ppm en moins de cent ans.

    Tu parles d’un argument inexistant: si le CO2 est trop bas…
    L’humanité s’est développé avec un taux relativement stable de CO2 entre 200 et 300 ppm depuis des dizaines de milliers d’années. C’est cela la réalité.

    L’humanité ne s’est pas développé avec des taux de CO2 élevé. La vie oui s’est développé avec des taux plus élevé, mais pas la civilisation tel qu’on la connais.

    Ensuite ton point ou tu dis que le CO2 et autres GES sont en faibles proportions c’est vrai. Mais comprend tu ce que ça veux dire 400 ppm ?

    325 mg d’aspirine dans 75 kg ça fait combien en proportion.
75 kg = 75 000 g = 75 000 000 mg

    donc 325 mg dans 75 million de mg ça fait 4,3 ppm et pourtant une petite aspirine peut soigner un mal de tête.

    Donc toutes tes graphiques et bla bla ne prouve strictement rien sur le CO2 comme GES et PRG (pouvoir de réchauffement global).
    Il y a plein de gaz qui sont mesurés en ppb (partie par billion, milliard) et qui ont des effets reconnus sur la santé ou l’environnement. Ton argument de la faible proportion de CO2 ou autres GES n’ayant pas d’effet dans l’atmosphère est tout simplement pas valide. Non scientifiquement appuyé.

    Ça fait deux arguments que tu donnes et ils sont faux. En plus à ton arguments de l’aspect politique, je te répliquerais que le côté business de l’industrie pétrolière pèse pas mal plus fort dans la balance.

    Maintenant une troisième fausseté que tu dis …

    Dire que la science pensais dans les années 1970 que le refroidissement est éminent parce que quelques gros titre du Time ou autres en on fait mention, c’est justement antiscience. Si tu avais cité des auteurs sérieux on pourrais te croire, mais pas des revues généraliste. Dans un cours Universitaire pris en 1984 titré écologie et pollution on ne parlais pas à cette époque de refroidissement mais bien de GES et de réchauffement. Ce n’était pas un des sujets principales mais déjà on abordait le sujet du RCA possible.

    • crioux dit :

      « En quoi ce message ne peut-il être publié ? »

      Tu sais très bien pourquoi ton message précédent n’a pas été publié, puisque tu l’as modifié.

      il n’y a pas de risque que le niveau de CO2 retourne à un niveau de 200 ppm et moins. (niveau trop bas) comme tu dis. Puisqu’il a passé de 280 à 400 ppm en moins de cent ans.

      Alors pourquoi des scientifiques subventionnés travaillent a faire de la « séquestration du CO2 » , pour diminuer le taux de CO2? Je sais très bien qu’ils ne réussiront pas, c’est impossible, mais ça ne les empêche pas de toucher es subventions pour essayer. Mais si jamais il y en a un qui réussirait?

      L’humanité ne s’est pas développé avec des taux de CO2 élevé. La vie oui s’est développé avec des taux plus élevé, mais pas la civilisation tel qu’on la connais.

      L’humain et toute la vie animale peut fonctionner sans problème a des taux approchant le 5000ppm. Dans une salle de classe le taux de CO2 est régulièrement autour de 3000ppm. Alors même si le taux de CO2 triplerait (ce qui est impossible même si on brûlerais tout les combustibles fossiles tout d’un coup), ça donnerais seulement 1200ppm. Le seul impact que ça aurait c’est une amélioration de la productivité des plantes.
      http://www.hngn.com/articles/7242/20130709/rising-carbon-dioxide-levels-causing-desert-greening.htm

      Ensuite ton point ou tu dis que le CO2 et autres GES sont en faibles proportions c’est vrai. Mais comprend tu ce que ça veux dire 400 ppm ?

      Oui très bien, peut-être que c’est toi qui n’a pas bien compris. Ta comparaison avec l’aspirine ne tient pas parce qu’il s’agit d’une molécule très différente du CO2 avec des effets très différents.
      400ppm c’est infime. Doubler, tripler ou quadrupler quelque chose d’infime reste encore infime
      Voir: http://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html

      Donc toutes tes graphiques et bla bla ne prouve strictement rien sur le CO2 comme GES et PRG (pouvoir de réchauffement global).

      Le « bla-bla » est peut-être parce que tu ne l’as pas compris, ou comme tes commentaires passés le montrent tu ne veux simplement pas les regarder.
      Pour qui sait lire un graphique, ils montrent au contraire que le CO2 a un influence quasi nulle sur le climat à cause de la saturation.

      Il y a plein de gaz qui sont mesurés en ppb (partie par billion, milliard) et qui ont des effets reconnus sur la santé ou l’environnement. Ton argument de la faible proportion de CO2 ou autres GES n’ayant pas d’effet dans l’atmosphère est tout simplement pas valide. Non scientifiquement appuyé.

      Non scientifiquement appuyé? Alors montre moi ça…

      Ça fait deux arguments que tu donnes et ils sont faux. En plus à ton arguments de l’aspect politique, je te répliquerais que le côté business de l’industrie pétrolière pèse pas mal plus fort dans la balance.

      Juste parce que toi tu dis que quelques chose est faux ne signifie pas que c’est le cas. Prouve-le. Moi les données que j’ai montrent que le côté vert et politique ont des centaines de fois plus d’argent que le côté des scientifiques climato-réalistes. Et ça va être encore pire avec l’ONU qui demande 100 milliards par année…. Et l’argument de « c’est la faute des pétrolières » est tellement usé à la corde c’en est même plus drôle…

      Dire que la science pensais dans les années 1970 que le refroidissement est éminent parce que quelques gros titre du Time ou autres en on fait mention, c’est justement antiscience. Si tu avais cité des auteurs sérieux on pourrais te croire, mais pas des revues généraliste.

      Encore une fois tu me fais répéter, c’est chaque fois la même chose. Tout est déjà écrit dans ce blog. Fait un minimum d’effort. J’ai pas juste ça à faire répondre à tes questions qui sont toujours les mêmes. Tu n’es pas intéressé par les réponses, tu ne les lis même pas…

  4. Paul Hémique dit :

    Youppi a dit :

    « Dire que la science pensais dans les années 1970 que le refroidissement est éminent parce que quelques gros titre du Time ou autres en on fait mention, c’est justement antiscience. Si tu avais cité des auteurs sérieux on pourrais te croire, mais pas des revues généraliste. Dans un cours Universitaire pris en 1984 titré écologie et pollution on ne parlais pas à cette époque de refroidissement mais bien de GES et de réchauffement. Ce n’était pas un des sujets principales mais déjà on abordait le sujet du RCA possible. »

    1984 dans les années 70, fallait oser…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :