Manipulation de masse

manipulation2
Les 10 statégies de manipulation de masse et leur utilisation au Québec.
(Attribuées faussement à Noam Chomsky, voici l’original: http://www.syti.net/Manipulations.html )

1) La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes.

Cette stratégie est utilisée présentement par le PQ, qui utilise la charte pour détourner l’attention de son épouvantable bilan économique.

Aussi, Québécor (favorable au PQ) montrait cette « nouvelle » d’une fille qui veut avoir des relations avec 23 hommes pour ses 23 ans, dans son journal de Québec qui occupait le même espace dans le journal que la « Bombe » des révélations sur le « deal » entre le PQ et la FTQ….
http://www.journaldequebec.com/2014/01/21/elle-veut-des-relations-sexuelles–avec-23-gars-pour-ses-23-ans


2) Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter.

Le « problème islamique » à été créé par le PQ, qui a décidé il y a quelques années de favoriser l’immigration francophone. Le résultat a été une augmentation du pourcentage d’immigrant provenant du Mahgreb (Pays musulmans nord africains). Maintenant le PQ y voit un problème qu’il dit vouloir régler avec la charte des « valeurs québécoises ». Quand un gouvernement veut limiter des droits pour des raisons idéologiques, ça n’augure rien de bon. L’histoire nous a montré que ça finit toujours par déraper.

3) La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans.

Si la hausse des droits de scolarité proposée par Charest aurait été sur 10 ans, elle aurait passé comme dans du beurre. Et ce que Marois a proposé en retour est au final moins avantageux pour les étudiants, mais est étalé sur plus longtemps.

4) La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

Les gouvernements continuent de faire des déficits, et de pelleter les problèmes aux gouvernements et générations suivants.


5) S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles ».

Juste à regarder les bulletins de nouvelles suffit à comprendre que les politiciens utilisent beaucoup cette stratégie.

6) Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

La charte, qui mise sur la peur des étrangers, ou alors la peur de l’anglicisation, sont utilisés amplement par les partis nationalistes. Pourtant, les cas de femmes voilées au gouvernement sont très rares, et je n’ai jamais pu trouver UN SEUL CAS de québécois assimilé qui ne parle plus français. Ce sont des faux problèmes, mais en faisant appel à l’émotif au lieu du rationnel, ces problèmes semblent tout a coup réels.

7) Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. (Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »)

L’échec lamentable de notre système d’éducation public parle par lui même. Encore plus avec les multiples réformes qui ne sont qu’échec par dessus échec.
Lire à ce sujet:
http://blogues.journaldemontreal.com/sophiedurocher/societe/secondaire-v-comme-genre/

8) Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

Regardez qui sont les idoles de la masse: Miley Cyrus, Justin Bieber, Jackass, les cervelles vides de show de télé-réalité comme Occupation Double?

Qui admire les personnes intelligentes, cultivées et raffinées?

9) Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action.

Et qui a placé les individus dans cette situation?

10) Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

La psychologie permet non seulement de déterminer comment les gens vont réagir, mais aussi de conditionner leur comportement. Exactement de la même façon que l’ont étudie et manipule le comportement animal. Ces techniques sont utilisées autant en publicité qu’en politique.

dep_tv_cerveau

Publicités

6 Responses to Manipulation de masse

  1. bobclar dit :

    Un psychiatre bien connu disait qu’il n’y a que 20% des gens qui sont psychologiquement et mentalement équilibrés Donc, il reste un 80% qui est incapable de comprendre les choses simples et compliquées sans en faire une interprétation farfelue. Le nœud de la guerre est là. C’est pas pour rien qui la classe dirigeante nous prend pour des enfant de 12 ans. Hitler disait même, une autre époque mais aussi celle d’aujourd’hui, qu’il parlait à la foule comme s’il parlait à des enfants de 14 ans.

    Vous semblez avoir une dent contre le PQ, mais tous les gouvernements font la même chose. Les libéraux de Charest étaient passés maîtres dans la manœuvre. Je suis un souverainiste convaincu, mais je ne trouve pas que le PQ a toujours raison.

    Nous sommes rendus dans une ère de communications ultra rapide, pas toujours efficace. Comme le disait Yvon Deschamps dans ce monologue prémonitoire des années 70 : « On veut pas le croire, on veut le voir.» Dans le monologue, la télé arrivait sur la scène d’accident avant l’accident. Maintenant, avec les chaînes d’information en continu, qui passent en boucle le même événement, abrutissant du même coup les téléspectateurs en leur laissant l’impression que le drame est pire que la réalité. Souvent c’est le 80% qui se laisseront prendre dans ce jeux dangereux de la manipulation, créant un sentiment d’insécurité et d’angoisse chez eux. De ce sentiment, le gouvernement devient souvent le sauveur qui a une solution de tous les problèmes. Plus personne ne veut prendre ses responsabilités et ils les pellettent chez le gouvernement. Le gouvernement doit aussi prendre ses responsabilités envers la population : honnêteté, transparence, gouvernance équitable et justice. Ce n’est pas tout le monde qui a la capacité de l’équilibre. Le gouvernement doit agir pour le bien commun, souvent en tentant de dénouer un nœud gordien.

    En passant, je ne fais pas partie du 20%. J’en suis bien conscient, et ce n’est pas pour me déculpabiliser que je dis ça!

    • crioux dit :

      C’est sûr qu’à la base, je ne suis pas séparatiste, mais difficile de ne pas avoir une dent contre le PQ avec leur épouvantable bilan…. Je crois pouvoir dire sans me tromper qu’il s’agit du pire gouvernement à avoir dirigé le Québec.

      J’ai essayé d’appliquer ces stratégies aux évènements d’actualité au Québec, mais en effet ces stratégies sont utilisées par tous les gouvernements, ici et ailleurs.

      • bobclar dit :

        Il faut tout de même des gouvernements, sinon c’est l’anarchie totale. C’est la meilleure de solutions, tout de même. Tu as beau dire que ce gouvernement du PQ a le pire bilan, ceux qui prétendent avoir un bon bilan ont souvent des squelettes dans le placard.

        Lors de la crise américano-mondiale de 2008, les libéraux ont étiré la sauce jusqu’à sans saveur en se bombant le torse qu’ils avaient réussi à surmonter la crise. Les camouflages ont rebondi chez le PQ minoritaire et BOUM nous en payons les conséquences. Je redis que c’est encore la résolution du nœud gordien. Il faut appliquer le remède qui va faire mal, mais le peuple ne veut pas souffrir. N’importe lequel gouvernement ne voudrait appliquer ce remède sans en subir les effets collatéraux.
        Nous avons une possibilité de nous en sortir, rn bonne partie, avec le pétrole. On voit tout de suite arriver les environmentaleux avec leurs cris de désespoir. Je le redis, personne ne veut souffrir. Avant que le pétrole sorte du sous sol québécois il va passer des lunes et des lunes avec l’immobilisme de ces gens imbus de leur évangile. Ce pétrole est à nous. J’en ai assez de ces gourous qui nous arrivent avec leurs discours sans fin pour toujours montrer un mauvais côté de la chose. C’est là que le gouvernement doit se bouger le derrière. Le bien commun toujours.

      • crioux dit :

        Le meilleur gouvernement est le plus petit possible.

  2. André Martin dit :

    Quelques commentaires…

    1) La stratégie de la distraction

    Le bilan économique est épouvantable partout, pas seulement au Québec. Toutes les économies sont axées sur des croissances débridées, surtout depuis les attaques du WTC. La solution GW Bush: Go out and BUY! La consommation obligatoire et exponentielle. Mon père me disait: « Tu dépenses ce que tu as ». On léguait des avoirs, mais plus maintenant: on lègue quelques avoirs… sur papier… mais surtout des dettes.
    Un problème (montée de l’intégrisme religieux) pour en cacher un autre (l’économie): faux. Les deux sont des problèmes. Dans la vie, les problèmes ne viennent jamais sagement dans l’ordre.

    2) Créer des problèmes, puis offrir des solutions.

    La religion ne peut pas être un droit: les religions sont de phénomènes de manipulation de masse basés uniquement sur des intérêts corporatisés. Si elles ont une certaine valeur historique, elle réside dans exploitation irrationnelle des peurs ancestrales inhérantes à la condition humaine: le seul gain de l’opération est dirigé vers les caisses des corporations religieuses et leur soif de pouvoir (comme n’importe laquelle business). Pour les démocraties, c’est une véritable spoliation de la richesse collective, et essentiellement la plus grosse et la plus ancienne de mémoire d’homme.

    3) La stratégie de la dégradation

    Même commentaire que dans le points 1.

    4) La stratégie du différé

    Même commentaire que dans les points 1 & 3.

    5) S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

    La différence entre un homme (femme) et un enfant: le prix des jouets. Un sexagénaire libidineux sur une plage de Cuba en compagnie d’une indigène de 17 ans répond aux mêmes ressorts biologiques de la reproduction qu’un ado de 17 ans. Plus ça change, plus c’est pareil — sauf pour le pouvoir d’achat et le paiement de factures qui eux augmentent. Tout augmente dans la vie ou PLUS de la même affaire. Il est faux de penser qu’un enfant devient un adulte: un enfant ne fait qu’ajouter des couches (ou des rôles) au fil du temps. Mais sa couche enfantine, proche du cerveau reptilien, est la plus importante.

    6) Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

    TOUT est émotionnel. Le rationnel intervient pour que cet état de fait soit le plus viable possible. La mère de toutes les émotions: la peur. Insécurité financière, affective, identitaire… On passe notre vie à gérer l’insécurité, et ses pathologies associées. Le fond de commerce de la psychologie est l’angoisse (insécurité).

    Par ailleurs,venez vivre dans l’ouest de l’ile (NDG profond): plusieurs unilingues arabes, polonais, etc… salle d’attente de médecins ou des femme voilées enceintes, accompagnées de leur maris tout puissants, et qui regardent le mur derrière moi sans me voir: littéralement, je n’existe pas. Et pourtant, j’étais là avant eux.

    + ou – 7 millions d’américains québécois d’expression française qui occupent une partie du continent nord, et étant entourés de 250 millions autres américains s’exprimant en anglais, ne peuvent pas être en permanence préoccupés de leur survie linguistique et culturelle associée. C’est un simple principe de physique appliquée, ou celui des vases communicants, ou celui de la goutte d’eau francophone dans une mer d’anglophones. Ou tu t’en occupe, ou t’aura plus à t’en occuper rapidement.

    7) Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise.

    On a les politiciens qu’on mérite. L’homme et sa conjointe sont naturellement paresseux, et vivent pleinement le principe du moindre effort (Money for nothing — Dire Strait), Ceux et celles qui ne le sont pas les contrôlent: c’est normal. Ex: le workaolic Steve Jobs a revendu à peu près le même téléphone 5 fois à des gens qui n’avaient rien à dire (demie-joke).

    Élément de réflexion: les chinois trouvent toujours curieux que nos politiciens élus le soit parce qu’ils sont les plus populaires. Chez eux, ce sont les plus compétents. Mais il se vend énormément de Iphones là-bas; au final, c’est pareil.

    8) Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

    Les idoles citées plus haut ne font que répondre à une demande. Les possédants (donc les dirigeants) ne sont que les pushers de cette demande. Une petite fraction de la population se préoccupent de ce qu’ils font sur terre — à part consommer et éventuellement mourir: par ex, ça explique l’existence de certains films, certains livres, essais, etc… dont le Devoir, qui a été sauvé dans le passé, et in extremis, par Pierre Péladeau, le pusher par excellence de calories vides. Ceci prouve simplement que les pushers/possédants ont besoin de d’autres choses que ce qu’ils vendent.

    9) Remplacer la révolte par la culpabilité

    Be happy, be dummy. Ils ne réfléchissent même pas suffisamment pour s’auto-dévaluer. C’est toujours la faute de quelqu’un d’autre, mais les pushers ont aussi une solution: par exemple, les radios poubelles.

    10) Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes.

    Je pense que la science comprend d’une manière générale davantage COMMENT ça marche un être humain et autour, mais pas POURQUOI ça marche comme ça (probablement la conséquence de Dieu et de son type d’humour). Ça explique que l’afflux de connaissance ne change pas fondamentalement les comportement humains. C’est toujours le même contrôle d’une majorité par une majorité. Proportionnellement, pas plus pas moins, mais dans la MANIÈRE ça va plus vite, c’est plus bruyant, plus instantané, les temps de réponses sont raccourcis. Bref, PLUS… mais de la même chose.

  3. L'engagé dit :

    Curieusement, Chomsky a fait un travail remarquable de vulgarisation à propos de la manipulation de masse, il est notamment l’un des intellectuels à avoir encourager les gens à lire directement Edward Bernays, le père des relations publiques, lequel a écrit Propaganda.

    Or, quand j’ai cité ici Chomsky dans le texte (ou encore Howard Zinn) on m’a souvent discrédité parce que je ne faisais que relayer de la propagande de « gauchiste ».

%d blogueurs aiment cette page :