Signes que quelque chose n’est pas scientifique


what-is-pseudoscience_1

Il y a des gens qui font la promotion de théories ou traitements en disant que c’est « scientifique », mais ça ne l’est pas.
Même si ces théories ou traitement sont répandues partout dans les médias ou sur le net, et même si certaines parties sont véridiques, le reste ne l’est pas. C’est donc important de distinguer la science de la pseudo-science.

Voici quelques signes qui devraient aider à identifier la pseudo-science parce que la distinction n’est pas toujours claire. Plus il y a de signes, plus il est probable que ça ne soit pas de la science.

1- Ca ne peut pas être testé

La pseudoscience est souvent difficile ou alors impossible à tester. Ou alors il y a des excuses pour éviter d’être testé.

Dans certain cas, quand les observations ou les preuves ne supportent pas la théorie, les pseudoscientifiques vont ajouter des conditions à leur théorie pour la rendre impossible à tester de façon empirique.
Par exemple, un médium qui ne peut pas réussir a démontrer ses pouvoirs dans des conditions contrôlées dira que ce sont les « mauvaises ondes » des testeurs sceptiques qui bloquent ses abilités. Cette excuse rend donc les pouvoirs impossibles a tester.

Un autre exemple, depuis quelques années le couvert de glace en Antarctique est en progression. En fait il bat des records de couvert de glace depuis 2 ans, validé avec imagerie satellite. Ça ne correspond pas avec l’hypothèse réchauffiste qui dit que les pôles devraient fondre. La réponse scientifique aurait été de dire que puisque les observations ne correspondent pas à la théorie, c’est que la théorie est fausse.
La réponse pseudoscientifique? C’est la faute au réchauffement si la glace est en progression (ce qui peu être difficilement testé). D’autres disent que la glace est plus mince, affirmation gratuite qui ne correspond pas à l’hypothèse, qui ne peux pas être testée avec les satellites et que ne peut pas être validée en allant mesurer l’épaisseur, puisque personne ne l’a mesurée avant.
(mise à jour 11/2014: une expédition récente avec robot sous-marin démotnre que la gacle est plus épauisse que tout ce qui avait été estimé, démilissant l’hypothèse de la glace mince: http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2847625/Is-Antarctic-sea-ice-THICKER-thought-Underwater-robot-makes-detailed-measurements-polar-cap-ever.html

2- La théorie de base ne change pas en réponses aux observations

La vraie science s’adapte et de met à jour en fonction des nouvelles observations ou nouveaux faits, surtout si ces observations sont en contradiction avec la théorie. Au contraire, la pseudoscience tend à garder ses prétentions initiales et ne fait qu’ignorer ou tenter de démolir les faits et observations.

Par exemple Entre 1975 et 1998, il y a eu un réchauffement, mais depuis plus rien. Pourtant le CO2 lui continue d’augmenter.

La réponse scientifique aurait été de dire que le CO2 n’est donc pas le principal facteur qui influe sur la température. La réponse des pseudoscientifiques? C’est une pause et ça va reprendre. Et sur quoi ils se basent pour dire ça? Rien. Ils ne font que refuser les faits et continuer de croire aveuglément en leur théorie.

3- Les tenants de la théorie évitent la révision par la pairs (peer review) ou autre vérification externe

La révision par les pairs et une vérification par d’autres scientifiques à travers une publication dans un journal scientifique.
Même si ce n’est pas une méthode parfaite, c’est une façon efficace d’éviter les erreurs humaines. Les pseudoscientifiques tendent a éviter d’être soumis à un examen détaillé, ou alors vont essayer d’être validés par des gens qui les appuient déjà.

Par exemple, dans un des rapports du GIEC, il était écrit que les glaces de l’Himalaya seraient fondue d’ici 2035. La seule source du rapport était était une affirmation faite dans un rapport de 2005 du WWF, et cette affirmation venait en retour de remarques faites par un alpiniste/glaciologiste indien dans un magazine en 1999. Ce dernier a démenti avoir fait de telles prédictions, disant qu’il s’agissait de spéculations sans aucun fondement. Pour plus de détails, voir Himalayagate

Pourtant ce document a été révisé par des centaines « d’experts » du GIEC avant d’être publié. Une réelle révision par les pairs aurait évité ce genre d’erreur magistrale.

4- Ils ne regardent que ce qui confirme leur hypothèses

En science, une étude est faite pour tenter de réfuter une hypothèse, et non pas la confirmer. Si l’étude ne réussit pas à réfuter la théorie, ça la rend plus crédible, et d’autre études sont ensuite menée pour la remettre à l’épreuve. C’est comme ça que la science avance.
Un exemple un peu ridicule serait d’émettre l’hypothèse que tous les oiseaux volent. On pourrait reproduire avec succès cette hypothèse en lançant des oiseaux d’un pont, ça risque de marcher souvent, jusqu’au moment de lancer un pingouin ou une autruche…

Normalement les scientifiques cherchent des preuves que leur théorie est fausse, les pseudo-scientifiques ont tendance à chercher des preuves que leur théorie est vraie.

5 -Les tenants de la pseudoscience vont dire que leur théorie est vraie parce qu’il n’y a pas eu de preuves du contraire.

Ils vont dire que c’est de travail des sceptiques de prouver que leur théorie est fausse et que d’ici là, leur théorie doit être considéré comme vraie. Mais en science, le fardeau de la preuve revient à celui qui émet l’hypothèse.

Par exemple, selon les réchauffistes, même s’il n’y a pas de preuves du réchauffement climatique causé par l’homme ou le CO2, il faut continuer à dépenser des milliards dans la lutte au CO2. Selon eux, leur théorie doit être considéré comme vraie jusqu’à preuve du contraire.

6- La prétention défie la science établie

Souvent les pseudoscientifiques vont proclamer avoir découvert quelque chose de radicalement nouveau, qui est en contradiction avec la science établie.

Par exemple dire que le réchauffement climatique cause le refroidissement et la progression de la couverture de glaces aux pôles.

7- Tentative de persuader en utilisant des anecdotes.

Souvent, les pseudoscientifiques vont s’appuyer sur des anecdotes et s’engager dans des histoires personnelles.
Même si ces histoires peuvent servir de point de départ de la démarche scientifique, elle ne peuvent que rarement être utilisées comme des preuves ou des faits. Simplement parce qu’elles sont difficiles à vérifier et peuvent souvent être expliquées autrement.

Par exemple quand quelqu’un vous dit que le réchauffement climatique causé par l’homme est vrai parce que quand il était jeune, il faisait plus froid. Effectivement, selon les données, il faisait plus froid en 1970 qu’aujourd’hui, mais pourtant ce « réchauffement catastrophique » est d’environ 0,7 degré Celcius, une variation minime qui peut être expliquée autrement (ex: cycles naturels).

8- Les prétendants utilisent un jargon scientifiquement inapproprié et embrouillé pour tenter de convaincre.

L’utilisation de jargon scientifique ou hautement technique sont utilisé pour impressionner et faire croire que c’est de la science. Des termes techniques ou scientifiques sont utilisés hors-contexte. Par exemple, affirmer qu’un produit régule le flot des ions dans le corps est une mauvaise utilisation du mot « ion » qui réfère à l’état d’une molécule et non quelque chose qui se promène dans le corps.

Des exemples de ça sont partout, même dans les publicités de shampoing.

9- Il n’y a pas de limite.

En science, les théories sont spécifiques et les traitement ont des limites. Les pseudo-scientifiques eux clâment que leur théorie ou traitement peut s’appliquer à presque tout.

Par exemple un traitement pour une maladie qui dit pouvoir en guérir d’autres qui ont une cause totalement différente.

Ou alors dire que le réchauffement climatique causé par l’homme est la cause des sécheresses autant que les inondations, de la régression des glaces aux pôles autant que leur progression, des canicules autant que des périodes froides.

(Inspiré de: http://www.guilford.com/excerpts/lilienfeld.pdf?viewpdf )

4 commentaires pour Signes que quelque chose n’est pas scientifique

  1. lemoutongris dit :

    4- sans vouloir être bitch, n’est-ce pas ce que les sceptiques font aussi? J’avoue être de cette tranche aussi; je suis plus sceptique face à une étude réchauffiste

    • crioux dit :

      Je ne crois pas. Il n’y pas a une « hypothèse sceptique » à confimer ou infirmer. Ce que la plupart des scientifiques sceptiques disent c’est que la théorie actuelle ne tient pas la route et qu’il y a d’autres explications, comme les cycles solaires, les cycles océaniques etc, et qu’il faudrait mettre les efforts à essayer de mieux comprendre les origines des variations, au lieu de dire :
      « c’est le CO2, gaspillons des milliards pour le combattre ».

      Il n’y a pas un seul scientifique sceptique qui dit que sa théorie, par exemple les cycles solaires, sont à 95% sur d’être la seule et unique cause des variations climatiques.

      En passant le IR5 qui a coulé met en partie la faute du réchauffement sur les cycles solaires. Pour la première fois, ils ne disent pas que c’est juste le CO2. Le GIEC est en train de sombrer, mais il essayent de ralentir la chute, pour pas avoir l’air trop fou. Probablement que beaucoup d’entre eux essayent de se trouver un autre emploi. Gageons qu’il ne mettrons pas ça dans leur C.V.🙂

  2. youppi dit :

    c’est ironique ton dernier article. Si je passais (moi ou n’importe qu’elle étudiant en science) tes articles selon ta grille d’analyse je serais ‘curieux’ de voir le résultat (note de passage ??)

    • crioux dit :

      Mes articles ne sont pas des publications scientifiques, je ne suis pas celui qui émet les hypothèses. Ce sont des billets d’opinion, basés sur des articles scientifiques. Je ne fait que démontrer, avec l’appui d’études scientifiques, faits, données certifiées et démonstrations que l’hypothèse réchauffiste est douteuse, voire frauduleuse, et surtout qu’elle n’a rien de scientifique. Il s’agit uniquement d’idéologie et de politique.

      Voir le billet suivant si tu veux plus de clarification sur les termes utilisés:
      https://crioux.wordpress.com/2013/06/27/quand-la-politique-veut-se-meler-de-la-science/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :