Texte de Vincent Gray

Traduction libre d’un texte de Vincent Gray, IPCC Expert reviewer:

Il ya deux gaz dans l’atmosphère de la terre sans laquelle les organismes vivants ne pourraient pas exister:

L’oxygène est la plus abondante, 21% en volume, mais sans le dioxyde de carbone, qui est actuellement seulement environ 0,04 pour cent (400 ppm) en volume, à la fois l’oxygène lui-même, et la plupart des organismes vivants sur terre ne pourrait pas exister du tout.

Ceci s’est produit quand la plus complexe des deux cellules vivantes (appelé « eucaryote ») a évolué d’un processus appelé « chloroplaste » il y a environ 3 milliards d’années, qui a utilisé un produit chimique appelé chlorophylle pour capter l’énergie du soleil et de convertir le dioxyde de carbone et l’azote dans une gamme de composés chimiques et les polymères de structure par photosynthèse. Ces substances fournissent toute la nourriture nécessaire par les organismes non dotés d’un organite chloroplastique dans leurs cellules.

Ce processus a également produit tout l’oxygène dans l’atmosphère.

Les proportions relatives de dioxyde de carbone et d’oxygène ont varié très largement au cours des âges géologiques, et on peut voir qu’il n’y a aucune corrélation entre la concentration de dioxyde de carbone et la température à la surface de la terre.

co2_temperature_historical

Durant la dernière partie du Carbonifère, le Permien et la première moitié de la période du Trias, il y a 250 à 320 millions années, la concentration de dioxyde de carbone était la moitié de ce qu’elle est aujourd’hui, mais la température était de 10ºC plus élevée qu’aujourd’hui. L’oxygène dans l’atmosphère a varié de 15 à 35% durant cette période

Du Crétacé à l’Eocène, il y a de 35 à 100 millions, la température montait pendant que le dioxyde de carbone était à la baisse.

La théorie selon laquelle la concentration en dioxyde de carbone est lié à la température de la surface de la terre est donc erroné.

La croissance des plantes dans le carbonifère a provoqué une réduction de l’oxygène atmosphérique et du dioxyde de carbone, formant la base pour de grands dépôts de plantes mortes et autres organismes. Ces débris végétaux sont devenus la base de la tourbe et le charbon, alors que les petits organismes marins sont devenus le pétrole et le gaz naturel, après des millions d’années de chaleur, pression, de changements géologiques, de formations de montagnes, d’érosion, de dépôts de sédiments, d’éruptions volcaniques, de hausses et chutes du niveau de la mer, et du mouvement des continents. Les organismes marins ont utilisé le dioxyde de carbone pour construire des enveloppes et des polypes coralliens et celles-ci sont devenues la base des roches calcaires.

L’idée propagée par le GIEC que l’énergie reçue du soleil est instantanément «équilibré» d’un montant égal retourné à l’espace, implique un monde mort, sans place pour le rôle vital de dioxyde de carbone dans la formation de l’atmosphère actuelle ou pour le développement ou le maintien des organismes vivants, ou leur capacité à stocker de l’énergie ou la libérer.

Augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique causée par le retour dans l’atmosphère de certains gaz qui y étaient autrefois favorisent la croissance des forêts, le rendement des cultures agricoles, les poissons, les mollusques et les polypes coralliens dans l’océan.

Augmentation de dioxyde de carbone est donc tout à fait bénéfique pour «l’environnement» Il n’existe aucune preuve qu’il cause un préjudice.

Et en complément, je me permet de lier cet article qui explique que l’augmentation du CO2 a commencé à « verdir » les zones arides:

http://www.agu.org/news/press/pr_archives/2013/2013-24.shtml

Et ce vidéo qui montre l’effet bénéfique du CO2 sur les plantes:

Il faut comprendre que depuis que les plantes existent sur terre, le taux de CO2 a presque toujours été entre 1500-2000ppm, alors qu’il est aujourd’hui entre 390 et 400ppm. Pour les plantes, une augmentation du taux de CO2 est plus que bénéfique, c’est une question de survie, parce que si le CO2 tombe sous 100ppm, elles meurent et c’est la fin de toute vie évoluée sur terre. En effet puisque les plantes sont la base de la chaine alimentaire, s’il n’y a plus de plantes, il n’y a plus de vie autre que microbienne.

Alors vous commencez peut-être à comprendre le ridicule des efforts de limitation des émissions de CO2 (encore plus quand les humains ne sont responsables que d’une infime partie des émissions comparé à la nature), ou encore les projets de séquestration du CO2, qui veulent volontairement tenter de baisser le niveau de CO2. C’est un véritable crime contre l’humanité et la nature!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :