Mécénat

Par mécénat, on entend le fait d’aider et peut être par la suite de promouvoir des arts et des lettres par des commandes ou des aides financières privées, que le mécène soit une personne physique ou une personne morale, comme une entreprise.

Ce que Marois fait, c’est dépenser des dizaines de millions, bientôt des centaines, de fonds publics sous formes d’études, comités, groupes de travail, crédits d’impôtsm, etc pour « encourager » le mécénat.

Si on était moins taxés et pris à la gorge, il serait plus facile pour les mécènes de faire des dons. Curieusement le Québec est parmi les plus taxés dans le monde et c’est aussi l’endroit où on fait le moins de dons, que ce soit pour la charité ou le mécénat.

Donner de généreux crédits d’impôt aux mécènes, c’est donner de l’argent à ceux qui en ont encore assez dans leurs poches pour faire des dons, donc ceux qui sont plus riches. Le citoyen moyen qui peine à arriver n’aura pas accès à ces crédits d’impôts.

Un premier don de 5000 $ bénéficiera d’un crédit d’impôt de 25 %. Un autre crédit sera instauré pour les donateurs qui allongent un chèque de plus de 250 000 $.

Des crédits d’impôt plus généreux pour les donateurs, un meilleur appui par l’État et un cours sur l’histoire de l’art font partie des recommandations. Celles-ci ne se traduiront que par une hausse négligeable des dépenses publiques, a indiqué le président du comité,

Hausse négligeable? Pour Marois, quelques centaines de millions c’est de la petite monnaie…

Le document rappelle qu’en matière de dons, le Québécois donne en moyenne (208 $) deux fois moins que le Canadien (446 $). C’est le plus bas niveau au pays.

La canadiens sont beaucoup moins taxées que les québécois, ils leur en reste plus dans les poches. Il est donc plus facile de contribuer aux causes qui leur tiennent à coeur, au lieu de laisser le gouvernement décider à leur place qui sera subventionné (lire :le lobby le plus fort).

En outre, le secteur des arts et de la culture est négligé au Québec. Seulement 3 % des dons y sont dirigés; les sommes vont pour plus de la moitié à deux domaines : la santé et les hôpitaux (32 %) et le secteur religieux (20 %).

On voit les choix que les québécois font (majoritairement la santé) et on voit que ces choix ne sont pas ceux du gouvernement (les zartisses et la culture)

La solution n’est pas toujours plus d’intervention du gouvernement, mais un gouvernement plus petit, qui laisse l’argent dans les poches des citoyens.

Source:
http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201306/11/01-4660201-marois-promet-dencourager-le-mecenat-dans-les-arts.php

Advertisements

10 commentaires pour Mécénat

  1. Gilles Laplante dit :

    « On voit les choix que les québécois font (majoritairement la santé) et on voit que ces choix ne sont pas ceux du gouvernement (les zartisses et la culture) »
    C’est normal. Vous ne serez pas porté à voter pour le PQ si vous obtenez de bons soins à l’hopital sans trop attendre à l’urgence ( de toute façon, à l’exemple du mot grève, le mot urgence a perdu sa signification au Québec ), mais si vous engraissez les zartisses, ils feront de la propagande, qui ne sera pas comtabilisé par le DGE, pour votre réélection.

  2. Joel Germain dit :

    De mémoire, lors de la lecture de l’étude de statcan traitant des dons et du bénévolat au Canada par province, il était clairement mentionné que les plus faibles montants en dons et les heures moins nombreuses de bénévolat était en grande parti du à une participation bcp moindre des québécois à leur religion…

    Les taxes sont p-e une raison, mais elle n’est pas identifiée comme la raison principale par ceux qui ont récolté les chiffres !

    Petite question :

    Vous dites que « Curieusement le Québec est parmi les plus taxés dans le monde et c’est aussi l’endroit où on fait le moins de dons, que ce soit pour la charité ou le mécénat. »

    Avez-vous des statistiques ou quelque chose pour démontrer que le Québec est l’endroit où on fait le moins de dons… dans le monde !??
    Ça sort de votre imagination, vous avez une étude ou c’est simplement une extrapolation extrêmement grossière et biaisante de l’étude canadienne ?

    • crioux dit :

      Je dis que le Québec est parmi les plus taxés au monde, et que les québécois sont parmi les moins généreux quand vient le temps de faire des dons. Je n’ai pas dit les moins généreux au monde, je n’ai pas les stats pour ça. Par contre, au Canada nous sommes les pires:
      http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/12/20111205-123344.html

      J’ai fait une recherche pour savoir quel rang occupait le Canada, mais j’avais des résultats très variés, allant de 3e à 14e dépendant de la méthodologie. Les U.S., moins taxés que nous allaient du 1er au 4e rang.

      Je continue de croire que c’est un facteur majeur. Quand il ne te reste plus d’argent dans les poches, tu ne peux pas être aussi généreux. Et surtout je crois que ce n’est pas le rôle de l’état d’intervenir dans ce domaine.

      • Joel G. dit :

        Ah ok… ça change le sens des choses !

        Il y a une différence entre « l’endroit où on fait le moins de dons » et « parmi les moins généreux ».

        Vous n’aviez p-e pas dit directement « les moins généreux au monde » mais je ne vois pas comment interpréter autrement la tournure de phrase suivante : « Curieusement le Québec est parmi les plus taxés dans le monde et c’est aussi l’endroit où on fait le moins de dons »…

        Mettons ça sur le dos de la phrase tendancieuse involontaire… 😉

        À dire si c’est le rôle de l’état de faire les dons, je suis mitigé car les dons sont fait pour la santé et les hôpitaux, le secteur religieux, les arts et la culture, l’éducation et les bourses universitaires, le loisir et le sport, etc…
        Disons que quand on parle d’éducation et de santé (le tiers des dons québécois sont pour la santé !)… je crois que c’est totalement le rôle de l’état; quand on parle de loisir, de sport et de culture, je soutient aussi que l’état à son rôle à jouer; quand on tombe dans le religieux, là je crois que l’état à pas d’affaire là !

      • crioux dit :

        C’est vrai que ma phrase n’était pas très claire.

        Le mécénat, par définition est un support du privé, et non du public.

    • crioux dit :

      J’aime bien la définition qui y est faite:

      Philanthropie :Action culturelle ou humanitaire qui consiste à faire preuve de générosité et à soutenir des causes de façon désintéressée.

      Quand un gouvernement donne des subventions, c’est rarement de façon désintéressée.

      • Gilles Laplante dit :

        « Quand un gouvernement donne des subventions, c’est rarement de façon désintéressée. »
        Ce n’est jamais de façon désintéressée. C’est toujours pour acheter des votes.

      • lemoutongris dit :

        aussi, le désintéressement n’existe pas, à moins d’être un être sans aucune émotion. TOUTES les actions humaines se font dans le but de gagner un intérêt quelconque

  3. claudettetr dit :

    Lorsque l’on achète des billets de loto Québec, une partie sert à payer le personnel, les installations, une au gouvernement et à nous les miettes. Nos impôts et les taxes, servent à payer nos dirigeants, le personnel, les bâtiments et à nous les miettes mais ce n’est plus le hasard qui décide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :