Mémoire courte

thebigfreeze
(Couverture du Times en 1977)

Les gens ont ma mémoire courte. Dans les années 1970, les « experts climatiques » de l’époque nous annonçaient une ère glaciaire imminente. Depuis les années 40, il y avait effectivement un refroidissement, et ils extrapolaient que ça allait continuer à descendre. La cause selon ces « experts » était l’activité humaine. C’était la catastrophe, la fin de la civilisation, des millions de gens allaient mourir, etc.. La solution à l’époque était de restreindre les droits et libertés des gens pour les forcer à limiter la pollution et remettre tous les pouvoirs entre les main du gouvernement pour « sauver la planète ». Ca allait même jusqu’au contrôle de la population et suggérer de sacrifier la démocratie.


(Source: http://news.google.com/newspapers?id=jjgiAAAAIBAJ&sjid=9KsFAAAAIBAJ&pg=1371,2354081 )

Ça n’a pas marché tout simplement parce que les scientifiques de l’époque étaient plus sceptiques, les médias étaient moins biaisés et surtout parce que dès le milieu des années 70, les températures ont commencé à remonter (jusqu’en 1998)

Il s’agit exactement du même stratagème que maintenant avec le réchauffement climatique. Extrapoler que le réchauffement va continuer de façon exponentielle (alors qu’il a cessé depuis 15 ans), annoncer l’apocalypse et dire que pour « sauver la planète » il faut diminuer notre niveau de vie, diminuer la pollution, viser la pauvreté et remettre tous les pouvoirs entre les mains du gouvernement. Bizarrement ils demandent les mêmes actions pour contrer le réchauffement qu’ils demandaient pour contrer une ère glaciaire. Encore plus ridicule, certains des « experts » qui prédisaient une ère glaciaire en 1970, sont parmi ceux qui annoncent le réchauffement catastrophique aujourd’hui.

À la conférence sur le climat de l’ONU à Cancun, ils y discutaient d’imposer le contrôle de la population, la limite d’un enfant par couple, et même la stérilisation des pauvres, tout comme en 1970.

Ça n’a rien à voir avec la planète, mais plutôt avec la politique et le contrôle. Le choix du CO2 comme cible et identifié comme « polluant » montre bien que les buts sont tout autres, principalement anti-capitaliste et anti-industrialisation. Le CO2 n’est pas un polluant, ils auraient pu choisir d’autres cibles, comme de réels polluants. Le CO2 est un sous produit de toute activité humaine et de toute combustion, même la respiration animale. La contribution humaine au niveau de CO2 reste toutefois insignifiante (environ 3%) comparé à la contribution naturelle (97%) (ex: dégasage des océans et volcans). Encore une fois, le CO2 n’est pas un polluant, il est source de vie sur terre. Le CO2 est à un niveau très bas si on se compare avec les centaines de millions d’années depuis que la vie existe sur terre.
temp-co2
S’il descend plus bas, ça pourrait être la fin de la photosynthèse, et donc de la vie sur terre. Au contraire, si le niveau de CO2 augmente, les plantes augmentent en taille et deviennent plus productives, en retour elle produisent aussi plus d’oxygène. Dans le vidéo suivant, ils comparent deux plantes avec des niveaux de CO2 différents. Actuellement le niveau de CO2 est à 390ppm. Au temps des dinosaures, il était à 1800ppm.

Contrairement aux années 70, cette fois-ci il y a l’ONU qui s’est impliqué directement (avec le GIEC) et même réclamé des pouvoirs de taxation (Kyoto prévoyait beaucoup d’argent envoyé à l’ONU). L’ONU tente de saisir cette opportunité pour s’imposer en tant que gouvernement mondial. (Agenda 21)

Mais tout comme en 1970, le stratagème de prise de contrôle n’a pas fonctionné puisque le réchauffement s’est arrêté en 1998, il y a même un léger refroidissement. Les gens ont commencé graduellement à être plus sceptique du message apocalyptique, surtout depuis que l’Europe connait des hivers avec des températures extrêmement froide depuis quelques années.

La différence cette fois-ci c’est que la machine à propagande est extrêmement puissante, et ils réussissent à garder l’arnaque en vie, malgré les faits scientifiques et l’opinion publique qui jouent de plus en plus contre eux.

Source:
http://wattsupwiththat.com/2013/03/01/global-cooling-compilation/


Billets précédents sur des sujets reliés

9 commentaires pour Mémoire courte

  1. Youppi dit :

    Dans un serre ça marche d’augmenter le niveau de CO2 pour favoriser la croissance des plantes. Mais ça ne veut pas dire que si le CO2 augmente dans l’atmosphère c’est automatiquement favorable à une agriculture prospère (J’aimerais bien avoir des articles scientifiques à caractère agronomique sur le sujet avant de conclure). S’il y a des sécheresses importantes comme au USA l’an passé ce n’est pas très intéressant pour l’agriculture. Je me pose la question à savoir qui voudrait aujourd’hui du climat qu’il y avait dans le temps des dinosaures (favorable pour les dinosaures ne veut pas dire nécessairement favorable pour les humains (7 milliards de plus).

    Dernier point : on triple la concentration CO2 et augmente le rendement de 44 %. Mais si on passe de 400 à 500 ppm c’est probablement marginale comme augmentation de rendement agronomique (moins de 5 %) mais avec des risques plus élevés de changement des conditions climatiques (sécheresse, averse, autres changement). C’est cela le vrai débat

    • crioux dit :

      C’est que tu supposes qu’une augmentation de CO2 aurait une influence sur le climat. Pourtant si on regarde loin dans le passé, le CO2 était beaucoup plus élevé et la planète était prospère et pleine de vie. Le CO2 a un effet bénéfique sur les plantes et la biodiversité, mais pas sur le climat.

      En revanche, tel que démontré maintes et maintes fois, notamment par l’études des carottes de glaces de Vostok, le climat a une influence sur le taux de CO2. Quand la température augmente, le CO2 augmente APRÈS. Simplement à cause du dégasage des oéceans. Une eau plus chaude ne peut pas absorber autant de CO2 et elle relâche donc ce qu’elle a accumulé lors de la dernière période froide. Lors de la prochaine période froide, les océans vont se mettre à absorber plus de CO2 et le taux va diminuer.

      L’humain n’est pas responsable des variations du taux de CO2. 97% des ajouts en CO2 viennent de la nature elle-même. Et c’est un mythe de dire que c’est un circuit fermé en balance parfaite et que l’activité humaine vient le modifier. Les volcans et le dégasage de océans ne sont pas en circuit fermé. Et ça n’explique pas non plus pourquoi le taux de CO2 est si bas maintenant comparé aux autres périodes depuis que la vie sur terre existe.

      http://notrickszone.com/2013/03/02/most-of-the-rise-in-co2-likely-comes-from-natural-sources/

      • Youppi dit :

        tu dis « Le CO2 a un effet bénéfique sur les plantes et la biodiversité, mais pas sur le climat. » c’est en plein ce que je dis… le CO2 cause des impacts négatifs sur le climat .

        Peux tu expliquer simplement comment le dégasage des océans peut prendre 800 ans avant de relarguer le CO2, ça ne m’apparaît pas logique ?

        Dans l’article de notrickzone on voit bien que l’activité humaine est responsable de 8 GT CO2/an qui se rajoute dans l’atmosphère année après année. Je ne comprend pas ton affirmation « l’humain n’est pas responsable des variations du CO2 » c’est la première fois que je lis cela. Je ne pense pas que c’est vrai de dire que 97 % des ajouts en CO2 viennent de la nature elle-même. Si c’était vrai cette affaire là le CO2 aurait varié depuis 1000, 2000, 5000 ans.
        La nature comme tu dis , est-ce les volcans, les océans, les sols? pas précis comme affirmation.

      • crioux dit :

        Tu déforme mes écrits. Ce que je dis c’est que l’humain a un impact tellement négligeable que ça n’a aucun impact sur les variations climatiques. Si demain il y avait une ère glaciaire, l’humain aurait beau brûler tous les combustibles fossiles et pomper plein de CO2, ça ne changerait rien.

        Pour ce qui est du dégazage des océans, c’est pourtant simple et bien documenté. Imagine une salle de bain avec un bain rempli d’eau froide, même si tu montes le chauffage, la température de l’air va augmenter beaucoup plus rapidement que la température de l’eau. As-tu une idée de combien d’énergie ça prend pour réchauffer l’océan d’un seul degré?

        Pour ce qui est de la proportion de CO2 naturelle comparé a l’apport humain, j’ai déjà écrit des billets la dessus il y a plusieurs années. Je ne vais pas recommencer.
        https://crioux.wordpress.com/2010/09/22/combien-de-co2-lhumain-produit-il-juste-en-respirant/

        De toute façon tu vas dire que c’est pas bon, alors fait des propres recherches, c’est bien documenté. Évite les sites de propagandes (d’un côté ou l’autre) et cherches les sites scientifiques.

  2. André Caloux dit :

    C’est un mythe que de dire que l’ensemble des scientifiques prédisaient un refroidissement dans les années 1970. Moins de 10% des articles publiés prévoyaient un réchauffement alors que plus de 60% prévoyaient un réchauffement par l’effet de serre.

    Voir : http://ams.confex.com/ams/pdfpapers/131047.pdf

  3. Youppi dit :

    oui je sais que les océans sont la masse la plus importante de chaleur accumulée. 90 % de la chaleur du réchauffement est dans les océans. Ils occupent 70 % de la surface terrestre. La chaleur accumulée des océans se relargue dans l’atmosphère se qui peut créer des décalages et des plateaux d’évolution de la température atmosphérique. Il y a les courants marins qui agissent sur l’évolution de la température sur les continents qui expliquent que la température n’évolue pas régulierement partout (amérique plus chaude, europe moins de réchauffement). Mais le décalage entre la température des océans et de l’atmosphère n’est pas de 800 ans. plutôt 10-15 ans.

    Je ne pense pas que j’ai déformé ton écrit. Peut-être que ça ne correspondait pas à ta pensé ?

    Je repose ma question : Peux tu expliquer simplement comment le dégasage des océans peut prendre 800 ans avant de relarguer le CO2, ça ne m’apparaît pas logique ?

    Le lien que tu m’as donné parle de la respiration humaine et de son impact, ce qui n’était pas le sujet de ma question.

    • crioux dit :

      Le décalage démontré dans les études varie mais il a été validé et peut aller jusqu’à 800 ans mais c’est un décalage entre la hausse de température et la hausse du CO2. Donc la température monte, et le CO2 augmente APRÈS. C’est exactement ce qui arrive maintenant. La petite ère glaciaire s’est terminée à la fin du 19e siècle, donc la température se réchauffe depuis (retour à la normale) et le CO2 augmente ensuite. Il augmente même encore aujourd’hui alors que la température a cessé d’augmenter et même se refroidit légèrement depuis 1998.

      Quant au billet il parle le l’apport humain en CO2, dont la respiration humaine fait partie. La partie sur la respiration n’était que pour démontrer le ridicule de la chose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :