Le Thorium, l’énergie du futur

Le Thorium est un élément chimique radioactif (Th) qui est 3 à 4 fois plus abondant que l’Uranium dans la crôute terrestre. Découvert en 1828 par un minéralogist Norvégien (Morten Thrane Esmark), il à été nommé en l’honneur de Thor, dieu Nordique du tonnerre.

Le Thorium avait été considéré il y a longtemps comme combustible dans les réacteurs nucléaires, mais l’Uranium avait été préféré parce que les réacteurs à l’uranium produisent du plutonium, qui lui est utilisé pour faire des bombes. Ça permet à certain pays de produire des bombes nucléaire sous le couvert de production d’électricité pacifique. Les sous-produits des réacteurs au Thorium ne peuvent pas être utilisés pour faire des bombes.

Ce qui est intéressant c’est que le Thorium est un sous-produit de l’extraction des « terres rares » (Rare earth magnets), utilisé dans les aimants des moteurs et génératrices électrique (ex: éoliennes). Certains pays (comme l’Inde) qui font l’extraction des terres rares ont commencé il y a des années à stocker ce Thorium, sachant le potentiel énorme de ce combustible nucléaire.

Avantages

  • Tel que mentionné précédemment, un des principaux avantages c’est la quantité de Throrium, qui est plus abondant que l’Uranium
  • Il n’y a pas de réaction en chaine incontrôlée. C’est à dire qu’il faut constamment alimenter la réaction, donc pas de possibilité de meltdown. La réaction est toujours sous contrôle et s’arrête tout seul en cas d’accident..
  • On peut utiliser les réacteurs Canadiens Candu en faisant des modifications mineures pour en faire des réacteurs au Thorium. Malheureusement le PQ a fermé notre dernière centrale nucléaire, nous avons donc perdu notre expertise dans le domaine, qui aurait permis de convertir la centrale nucléaire uranium en centrale au Thorium. Au lieu de devenir les leaders dans cette filière prometteuse, le Québec s’en est retiré.
  • Il est beaucoup moins radioactif que l’Uranium. Il n’est absolument pas dangereux
  • Il y a beaucoup moins de déchets (10 fois moins), ils sont moins dangereux et se dégradent en quelques siècles, versus quelques millénaires pour les déchets d’uranium.
  • Il peut utiliser une partie de ses résidus pour continuer à produire de l’énergie. Un des sous-produits étant de l’Uranium 233, combustible moins dangereux que l’Uranium 238 ou le Plutonium.
  • Il génère plus d’énergie par tonne que l’uranium

Désavantage:

Il ne semble n’y en avoir qu’un: la réaction doit être initié en utilisant une petite quantité d’uranium ou plutonium. Une fois démarré, on peut maintenir la réaction indéfiniment.

Pourquoi n’est-il pas utilisé encore?

Ce n’est qu’une question de temps. Devant le potentiel incroyable de cette source d’énergie, la Norvège fait actuellement des tests, et la Chine et L’inde investissent beaucoup en recherche dans ce domaine. L’Inde semble très avancée et je ne serais pas surpris que le premier réacteur en production sera Hindou.

Pour plus de détail sur le fonctionnement d’un réacteur au Thorium:

http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/combustiblesauthorium.htm


Sources:
http://www.forbes.com/sites/energysource/2012/02/16/the-thing-about-thorium-why-the-better-nuclear-fuel-may-not-get-a-chance/

http://www.businessinsider.com/norway-begins-tests-on-thorium-2012-12

http://www2.cnrs.fr/journal/736.htm

http://www.forbes.com/sites/energysource/2012/02/16/the-thing-about-thorium-why-the-better-nuclear-fuel-may-not-get-a-chance/

http://ca.news.yahoo.com/blogs/geekquinox/thorium-could-prove-greener-alternative-uranium-canada-nuclear-171748665.html

Publicités

14 Responses to Le Thorium, l’énergie du futur

  1. lemoutongris dit :

    tu veux plutôt dire Indien? Ce ne sont pas tous les Indiens qui sont Hindous ;).

    Mais pour le reste : ça explique pourquoi l’uranium était si populaire…

  2. L'engagé dit :

    Très intéressant, mais comment peut-on savoir que notre vieux CANDU, devant être rénové (comme s’il devait être reconstruit, en somme) pouvaient effectivement être transformé? Il semble qu’il faille 6 ans de production avec un réacteur standard couvert de recouvert de plutonium et un deuxième réacteur qui fonctionnera au thorium pour arriver à produite.

    Avec son énorme parc nucléaire, c’est un choix logique pour l’Inde, mais est-ce que ça aurait été un choix logique pour le Québec? Beaucoup d’investissement pour quel rendement? Le Québec n’est pas un pays nucléaire devant renouveler son parc…

    Avez-vous une source pour nous parler de la possibilité pour le Québec? Il me semble que si on avait à payer le même montant qu’au NB, que c’était trop… Alors je n’ose imaginer comment nous aurions pu financer une telle méga-technologie… Pour l’Ontario qui roule plus au nucléaire, ça me semble rassurant, s’ils pouvaient être plus sécuritaires, ils ont plusieurs réacteurs, donc un tel investissement me semble logique, mais pour le Québec, je ne vois pas…

    • crioux dit :

      Je ne dis pas que c’est nécessairement pour le Québec, je parlais en général. Ce que j’ai noté pour le Québec c’est que nous avions une expertise qui est partie. On aurait pu devenir des experts dans la matière et exporter ce savoir. Ça sera quelqu’un d’autre.

      Construire un 2e Candu près du premier et faire la transition aurait été l’occasion idéale.

      • L'engagé dit :

        On parle donc de construire deux centrales , alors que nous avons déjà des surplus? En plus de tous les investissements pour un tel projet expérimental?

        On parle alors de quoi 10 milliards pour deux centrales?
        Tout ça à nos frais… et tous les frais pour développer l’expertise? Et enfin pourquoi? Pour vendre des brevets ou des centrales ailleurs dans le monde alors que c’est SNC qui les construirait sans nécessairement créer de l’emploi au Québec? Ça ne tient pas debout… Je ne dis pas si le Québec avait un énorme parc à remplacer, mais il tire déjà son énergie d’autres filières, il n’y a donc pas de synergie…

        Pour la perte d’expertise, je suis d’accord avec vous, à combien la chiffrez-vous?

        Parizeau a demandé lorsqu’il était au pouvoir ce qui coutait le moins cher, produire un KWH ou l’économiser. On n’a jamais été capable de lui répondre… Il en riait d’ailleurs.

        Donc avec 5 milliard ( ou 6.. si on se fie aux couts au NB) pour la réfection que l’on sauve… si on l’investissait pour «faire le plein des économies d’énergie», est-ce que ça n’est pas un beau moteur de développement économique ça? Il y a plein d’innovation à créer avec ça et ça va profiter à tout le monde…

        Consommateurs, entreprises, même HQ qui pourra évaluer ses surplus, on sera alors en surplus pour une période au delà de 2020…

  3. L'engagé dit :

    Ce qui m’inquiète : «China is already building 26 conventional reactors by 2015, with a further 51 planned, and 120 in the pipeline». Quand on connait le régime et son manque de transparence, c’est plusieurs Fukushima potentiels…

    • crioux dit :

      Les réacteurs de Fukushima ont résisté a un des plus grand tremblement de terre que l’humanité a connu. Le problème venait des génératrices dans dans un autre bâtiment qui étaient nécessaires pour alimenter le système de refroidissement. En plus Fukushima était basé sur une technologie ancienne. Avec des réacteurs Candu ça ne serait pas arrivé. Et avec un réacteur au Thorium, la réaction se serait arrêtée toute seule.

      Je peut comprendre ton inquiétude parce que le système communiste étant très fermé, ils ont tendance à cacher les informations. on a vu le résultat avec Tchernobyl. Mais Fushikama n’est rien du tout comparé a Tchernobyl. Ce dernier est la seule catastrophe majeure réelle, mais sur combien de réacteurs? As-tu une idée de combien il y a de centrales nucléaire en fonction actuellement dans le monde?

      http://www.guardian.co.uk/news/datablog/2011/mar/18/nuclear-reactors-power-stations-world-list-map

      Et contrairement à ce qui est véhiculé par les environnementalistes, il est impossible de remplacer des centrales nucléaire performantes par quelques vire-vents qui marchent 25% du temps.

  4. Bobjack dit :

    Je ne suis pas un gros fan d’éolienne ni du nucléaire, je penses que les gouvernements ont voulu pousser une technologie non mature à sortir avant son temps.

    Je connais assez la physique pour connaitre l’arnaque des éoliennes, mais pour votre culture, puisque vous êtes aussi curieux que moi :D, je voudrait vous montrer un truc intéressant :

    http://www.makanipower.com/

    • crioux dit :

      C’est intéressant, mais je crois que ça souffre des mêmes problèmes que les éoliennes, particulièrement le manque de vent. Au sol, les éoliennes ne fonctionnent que 25% du temps, et doivent avoir des centrales thermiques (qui fonctionnent souvent 24/24) pour compenser. Quand il y a trop de vent, il faut les empêcher de tourner sinon il y a danger de destruction.

      Exemple de ce qui arrive quand les freins lâchent:

      En altitude, il y a plus de vent, mais je doute quand-même de la rentabilité d’une telle technologie comparé au nucléaire ou hydro-électricité.

      Faudrait évaluer aussi les autres problèmes potentiels: qu’arrive-t-il quand il n’y a pas assez, ou trop de vent? Est-ce que ça peut être un problème pour le trafic aérien? Qu’est-ce qui arrive si le câble rompt? Est-ce que ça en prend des milliers pour arriver à produire assez d’énergie? N’y a -t-il pas danger de collision entre eux? Est-ce qu’il faut des gens pour les surveiller tout le temps?

    • crioux dit :

      Ce qui est frustrant avec le nucléaire, c’est qu’ils auraient pu choisir le Thorium dès les années 1940, mais ils ont choisit l’uranium, parce qu’il peuvent produire des armes avec. Ce qui est impossible avec le Thorium. On aurait donc pas eu des catastrophes comme Tchernobyl ou Fushikama et il y aurait moins de déchets.

  5. Bobjack dit :

    J’avais écris une réponse, elle semblait avoir bien passée mais apparemment elle n’est pas ici.

    Bon, donc je résume, les problèmes de couloir aériens et tout ont été pensé. L’appareil peut atterrir à la vertical si jamais mère nature est en spm.

    Mais bon je sais que ça ne peut pas remplacer les centrales vue l’impossibilité de stocker l’énergie pour stabiliser la production.

    Mon point est surtout de démontrer que si une telle technologie fonctionne et qu’elle rempli ses promesses de baisser significativement les coûts de production ça démontrera encore plus à quel point les gouvernement ont gaspillé des ressources dans des technologies couteuse et inadéquates. Cette technologie même avec un budget de 1 trillions de dollars aurait peut-être été impossible à développer il y a 10 ans à peine car les évolutions en électronique nécessaire viennent de domaines complètement différent. (Cellulaire, ordinateur etc…)

    Le nucléaire c’est la même chose, les gouvernements ont dépensé des sommes dans des technologies non rentable et très difficile à démanteler et risquée (loin d’être aussi pire que ce que les environnementeur disent, mais bon, ce sont les risques en cas de guerre qui me font le plus peur). Si elle était apparue 20 ans plus tard au thorium par exemple les bénéfices auraient pu être bien plus grand. Ils ont poussé cette technologie alors que ce n’est pas nécessairement la meilleure ni la plus rentable. Même chose avec les éoliennes.

    • crioux dit :

      Je suis d’accord sauf sur un point. Le nucléairereste la plus rentable et la plus fiable des façons de produire de l’énergie.
      Le coût de production est le plus bas, et l’énergie est produite de façon constante, sans coupures. Même l’hydro-électricité peut avoir des problèmes quand le niveau des barrages est trop bas.

      Le choix de l’Uranium au lieu du Thorium est la principale erreur, mais sachant que l’ennemi peut faire des armes avec l’uranium, ils n’avaient pas le choix d’en faire aussi,

      • MaximeBreton dit :

        Sans oubliez l’argument ultime pour les réchauffiste : avec le nucléaire, zéro émission de gas à effet de serre! 😉

  6. jipebe29 dit :

    En France nous avons fait tourner une centrale expérimentale, Phénix, de puissance 300 MW. Elle a été arrêtée en 200ç pour d’obscures raisons (sans doute des actions des khmers verts, qui ne jurent que par les EnR). Nous avons aussi eu une centrale de plus forte puissance, Superphénix, mais qui est arrivée trop tôt et a eu de gros problèmes de fonctionnement pendant plusieurs années, avant de fonctionner correctement pendant un an. Elle a été arrêtée pour des raisons politiques absurdes.

    Ces centrales utilisent de l’uranium appauvri, dont nous avons des réserves immenses. Nous pourrions de suite construire des mini-centrales 300 MW de type Phénix, mais nos gouvernants, bernés par les khmers verts, dont ils ont une peur bleue, n’y pensent même pas, et je crains que nous ne perdions notre expertise, au bénéfice d’EnR intermittentes, onéreuses et inutiles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :