Le PQ pense à donner le droit de grève aux étudiants

Non mais ça n’a aucun sens! Comment peuvent-ils avoir le droit de « grève »? Ils ne sont pas employés, ils sont CLIENTS. Ils payent pour recevoir un service.
C’est comme si les clients de Mcdo faisaient la grève parce qu’ils trouvaient que le Big Mac coûte trop cher.

S’ils ne sont pas contents, ils peuvent boycotter, mais pas empêcher les autres d’y aller.

source:
http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201211/14/01-4593885-droit-de-greve-pour-les-etudiants-duchesne-interesse.php

Advertisements

16 commentaires pour Le PQ pense à donner le droit de grève aux étudiants

  1. jeanlucproulx dit :

    Je croyais que c’était une blague quand j’ai vu ça!!!

    Honnêtement, j’ai beau être souverainiste, mais il y a quatre ministres de ce gouvernement que je ne suis plus capable de sentir!!! Je ne suis plus capable de sentir le ministre de l’Environnement!!! Je ne suis plus capable de sentir la ministre des Ressources naturelles!!! Je ne suis plus capable de sentir le ministre des Finances!!! Et, je ne suis plus capable de sentir le ministre de l’Enseignement supérieur!!!

    Donc, quelque chose va devoir se produire, parce que je ne suis pas sûr que cette situation tienne pendant deux ans (la durée de vie moyenne d’un gouvernement minoritaire)!!! Je ne crois pas qu’il y aura des élections l’année prochaine!!!

  2. jeanlucproulx dit :

    Et, au risque de me répéter, le PQ aurait dû charmer la droite au lieu de l’extrême-gauche, car des trois ou quatre comtés qu’il aurait perdu sur l’île de Montréal, il en aurait gagné douze dans les régions, surtout dans le 450, en Mauricie, en Estrie et, oui, même à Québec!!!

  3. Simon Leduc dit :

    Ce gouvernement gouverne seulement pour ses petits amis : les syndicats, les enverdeurs et la minorité étudiante. Et les autres, fermez vos gueules et payez bande de caves. C’est cela le message que le PQ envoie aux contribuables. Ce gouvernement doit être renversé lors du vote sur le budget et être remplacé par un gouvernement de coalition PLQ-CAQ. La santé économique de la province en dépend.

    • jeanlucproulx dit :

      Simon, c’est un coup d’État que tu proposes!!! J’étais contre la coalition PLC-NPD-Bloc de 2008 au fédéral pour la même raison!!! Une coalition n’est légitime seulement lorsque le parti qui est arrivé en tête lors de l’élection en fait partie, comme les conservateurs au Royaume-Uni ou les chrétiens-démocrates en Allemagne!!!

      Si le gouvernement est renversé, tu auras de nouvelles élections et ce sera la fin de l’histoire!!!

  4. Bizance dit :

    Très bonne idée. On a donné le droit de grève aux ouvriers pour mettre fin aux violences sur les lignes de piquetage, on doit le donner aux étudiants pour les mêmes raisons.

    Anyway, le droit de grève était reconnu de facto depuis les années 60. Ce n’est que cette année qu’on leur a nié ce droit et ça a donné la plus grande crise sociale depuis des lustres. Le mot «boycott» est ridicule, une nouveauté libérale pour pelleter un problème politique dans la cour du juridique.

    En plus, ça va inciter les petits braillards comme Laurent Proulx à s’impliquer dans leur vie étudiante plutôt que de chiâler contre une décision prise à la suite d’un débat auquel ils n’auront même pas pris la peine de participer.

  5. Bizance dit :

    Les dictionnaires parlent de grèves de la faim et de grèves étudiantes. Le terme boycott est une invention récente effective seulement au Québec dans un but politique précis (en somme, un discours basé sur le langage orwellien).

    Trouvez-moi un article de journal qui parle de «boycott» étudiant avant 2012… Vous n’en trouverez pas, le terme accepté, ne vous en déplaise, est «grève» étudiante.

    Et il est temps d’encadrer cette pratique au niveau juridique pour éviter dans le futur le chaos orchestré par les libéraux au printemps dernier.

    • crioux dit :

      Le fait qu’ils utilisent le terme « grève » ne leur donne pas les droits selon le code du travail, c’est là toute la nuance.

    • Gilles Laplante dit :

      Ce n’est pas parce que des journalistes biaisés utilisent un mot à mauvais escient que ça en fait une règle de sémantique.
      Maintenant qu’on a encore une fois fait dégénérer un peu plus la langue, quel terme utilisera-t’on pour nommer une vraie « grève » de travailleurs?

    • lemoutongris dit :

      l’argument du dictionnaire est faible, surtout si on considère le nombre d’anglicismes « communs » pour lesquels un équivalent français existe

      « Et il est temps d’encadrer cette pratique au niveau juridique pour éviter dans le futur le chaos orchestré par les libéraux au printemps dernier »

      Les étudiants ont L’ENTIÈRE responsabilité des troubles

  6. Bizance dit :

    Allez aux USA, ou en France ou dans n’importe quel autre pays du monde et parlez de «boycott étudiant» pour voir… vous allez faire rire de vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :