Fact versus Fiction

Selon les alarmistes, les pôles fondent à vue d’oeil n’est-ce pas?
Pourtant, ce que les médias ne vous disent pas, c’est qu’en Antarctique on bat présentement des records de progression du couvert de glace.

‘Day 265 set an all time record, and then day 266 broke that record. Days 265 through 270 are now the 6 highest Antarctic Sea Ice Extent’s of all time! 11 of the top 15 are now 2012. Anyone wonder why NOAA isn’t making a fuss about this?’

Si on utilisait le language habituel des alarmistes, on pourrait dire : « Si la tendance continue, la terre sera couverte de glace d’ici quelques décennnies« .

Sauf que si on veut être réaliste (ce que les alarmistes ne font pas), les « records » de couvert de glace, d’un sens ou dans l’autre titrent « of all time » parce que c’est plus sensationaliste. Dans les faits, nous n’avons des données satellites sur le couvert de glace que depuis 1979, donc les « records » ne sont qu’à l’intérieur de cette période. Dans le passé il y a eu amplement de périodes avec moins de glace et d’autres avec beaucoup plus de glace (mesurable par proxy), selon des cycles naturels qui n’ont rien à voir avec l’activité humaine ou avec le CO2.

N’empêche que ce sont des records réels de progression du couvert de glace, au même titre que les records de fonte qui ont fait les manchettes il y a quelques années. Pourtant, avec vous entendu parler de cette nouvelle dans nos médias? Est-ce que l’émission « Découvertes » à Radio-Canada va couvrir ce sujet?

Non, parce que ça ne cadre pas avec le message de propagande réchauffiste. Une preuve de plus que les média sont totalement biaisés.

Sources:
http://iceagenow.info/2012/09/antarctic-sea-ice-sets-time-record-high/

http://wattsupwiththat.com/2012/09/29/according-to-noaa-data-all-time-antarctic-sea-ice-rxtent-record-was-set-on-sept-22nd-2012/

http://notrickszone.com/2012/10/02/europes-media-goes-completely-deaf-dumb-when-it-comes-to-record-high-antarctic-sea-ice/

Publicités

16 Responses to Fact versus Fiction

  1. Youppi dit :

    juste quelques observations très basiques.

    Ce ne sont pas les zones les plus froides comme l’antarctique qui reçoivent le plus de précipitations neigeuses. Plus l’air est froid moins elle peut contenir d’humidité donc moins la quantité de neige est importante. La moyenne annuelle de cette région est de -30 C. L’Antartique c’est une région qui réchauffe aussi (environ 1 C depuis 50 ans (site BEST)). Donc en se réchauffant cette zone va recevoir plus de neige et c’est ce qui est observé. Cette région est toujours en hiver

    Pour le Groendland c’est plus chaud, plus proche du point de congélation. Cette zone aurait augmentée de température de 3 C depuis 50 ans. Ce qui est en accord avec la diminution du couvert de glace. La saison hivernale se raccourcie.

    Il n’y a pas de contradiction. C’est normale que la fonte de glace se fasse en premier au Groenland, en Artique et ensuite en Antartique avec le réchauffement climatique.

    Ce n’est pas mon avis que ce sont justes des cycles naturels quand on observe partout sur la planète des augmentations de température depuis 50 ans (voir site BEST). Si c’était vrai il y aurait des endroits ou ça refroidis et d’autres qui réchauffent mais ce n’est pas ce qui est observé.

    http://berkeleyearth.lbl.gov/country-list/

  2. zarmagh dit :

    Le problème, c’est que le Canada est au nord…Qu’il neige plus au pôle sud, ma foi, bien content pour les animaux qui en ont besoin là-bas. Mais moi, petit habitant du nord, cela ne me fait ni chaud ni froid. Par contre, je remarque que l’hiver passé il a très peu neigé, que cet été il a très peu plu et que certaine rivière sont à sec, en tous ça, je peu les traverser à pied sec…Ça c’est du concret du nord.

    • crioux dit :

      Il faut faire la différence entre météo et climat. On a eu un bel été, celui d’avant était pourri. Depuis 2 ans les Européens battent des records de froid.

      Il faut toujours regarder les tendance à long (et très long) terme, et non pas des périodes courtes sur moins de 30 ans.

      • Youppi dit :

        pourquoi dire que les européens (lesquels toutes l’europe ?? ou certains pays comme la france (météo) )battent des records de froids et dire qu’il faut regarder la tendance à long terme … sur moins de 30 ans.

        Les Glaces de Vostok c’est de la météo ? ou du climat ? La reconstruction sur des centaines de milliers d’années c’est aussi précis que des milliers de station météo qui prennent des mesures de la température à tous les 15 ou 30 min…. j’en doute raisonnablement.

      • crioux dit :

        Justement pour montrer la différence entre météo et climat. Le climat se mesure sur plusieurs décennies, Qu’il y ai eu réchauffement entre 1970 et 1998 n’est pas significatif. La preuve étant qu’il n’y a plus de réchauffement depuis 1998. Il faut des périodes plus longues pour tirer des conclusions.

        Pour ce qui est des stations météorologiques, il y a eu scandale de manipulation. Ils ont progressivement retiré les stations dans les régions pour ne garder que celles dans les villes, là ou il y a de phénomène d’îlot de chaleur urbain. Ensuite ils ont « ajusté » les données pour les endroits ou il n’y avait plus de stations météorologiques. Ce qui a faussé les données afin de faire croire à un réchauffement plus important que la réalité: 0,30c par décennie au lieu de 0,15c, c’est le double! Certains sont prêts à tout pour continuer de recevoir leurs subventions. Pas de catastrophe imminente, pas de fonds de recherche.

        http://wattsupwiththat.com/2012/07/29/press-release-2/

        Désolé si je poste moins souvent, et que je reporte des billets que je voulais faire, je suis en arrêt de travail pour épycondilite, et c’est difficile de taper avec la main gauche.

  3. Youppi dit :

    Crioux tu dis:

    Justement pour montrer la différence entre météo et climat. Le climat se mesure sur plusieurs décennies, Qu ’il y ai eu réchauffement entre 1970 et 1998 n ’est pas significatif. La preuve étant qu’il n’y a plus de réchauffement depuis 1998. Il faut des périodes plus longues pour tirer des conclusions.

    J’ai fait relire ce dernier paragraphe par ma conjointe et tout les deux on a ri et noté les contradictions.

    Le même site BEST ne vas pas dans le même sens que toi ou A. Watt concernant les ilots de chaleur.

    http://berkeleyearth.org/pdf/uhi-revised-june-26.pdf

    extrait
    « Time series of the Earth’s average land temperature are estimated using the Berkeley Earth methodology applied to the full dataset and the rural subset; the difference of these is consistent with no urban heating effect over the period 1950 to 2010, with a slope of -0.10 +- 0.24 / 100yr (95% confidence). »

    « Parker (2010) concluded that the effect of urban heating on the global trends is minor, HadCRU use a bias error of 0.05 °C per century, NOAA estimate residual urban heating of 0.06 °C per century for the USA and GISS applies a correction to their data of 0.01 oC per century. All are small on the scale of global warming. »

    Je peut comprendre que tu répondes moins souvent c’est jamais intéressant ce type de maux et de devoir taper d’une seule main.

    • crioux dit :

      Contradictions? Qu’est-ce qu’il y a de contradictoire? Je ne fais que pointer le fait qu’il y a constamment des changements et qu’on ne peut pas regarder une courte période et dire que c’est le « climat ». Le réchauffement sur une courte période est aussi peu significatif que la période sans réchauffement depuis 1998.

      Si tu prends une courbe qui par du point zéro, qui grimpe a +10, qui descent à -10, et qui revient a zéro, la moyenne reste zéro.
      Regarde le graphique précédent, qui va jusqu’à 400 000 ans, il y a amplement de variations, et ce bien avant la première civilisation humaine qui ne date que de 5000 ans. Qu’est-ce qui te fait dire que le léger changement actuel est du à l’activité humaine, alors que les milliers de variations précédentes, certaines bien plus importantes que celle que nous avons vécu, seraient naturelles?

      Quant à BEST: tu devrais lire ça:

      http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2011/11/13/best-a-la-hauteur-des-attentes-premiere-partie/

    • André Caloux dit :

      La contradiction, c’est que tu dis qu’il faut plusieurs décennies pour mesurer une variation climatique mais qu’ensuite tu prends une période de seulement 15 ans pour affirmer qu’il n’y a plus de réchauffement.

      • crioux dit :

        Je ne dis pas que les données sont invalides, je dit que les conclusions sont invalides. Je n’ai jamais dit variations climatiques, mais variation des températures.

        Récapitulons. Si on prend comme point de référence la fin de la petite ère glacaire, il y a environ 100 ans
        Au début de cette période, il fait froid, c’est normal on sort d’une période froide. C’est aussi normal que ça se réchauffe pour revenir aux températures qui étaient « normales » avant le petit àge glaciaire (on a pas encore ratrappé l’optimum médiéval). Au début du siècle dernier, il y a une une période chaude jusque dans les années 1930, particulièrement bien documentée au U.S. (Dust bowl years). Puis entre 1940 et 1970 il y a une une période un peu plus froide, au point ou les « experts  » de l’époque prédisaient une ère glaciaire imminente. Puis à partir de 1975 ça se réchauffe, jusqu’en 1998. Et depuis, c’est un plateau.

        N’importe qui pourrait prendre n’importe laquelle de ces périodes et en tirer des conclusions, comme certains l’on fait en 1970 et comme les réchauffistes l’ont fait dans les années 80 et 90. Ils prennent une tendance à court terme et l’extrapolent à long terme.

        Si je suivait le même raisonnement, je dirais que puisqu’il n’y a plus de réchauffement depuis 1998, ça veut dire que le climat ne changera plus jamais. Au contraire, si on regarde les cycles à plus long terme, on peut facilement conclure qu’il va y avoir une période froide. Surtout quand beaucoup de scientifiques font des liens de plus en plus clairs entre température et cycles solaires, et ils prédisent que les cycles 24 et 25 seront faibles, peut-être même aussi faibles que le Maunder minimum, qui par hasard et aussi le moment le plus froid du petit âge glacaire…..

        http://www.politicallyincorrectfacts.com/global_warming/Global_Cooling.htm

        Voici une projection de la température jusque dans les années 2030.

        Un peu catastrophiste pour ses prédictions, mais j’ai choisi ce graphique surtout pour les périodes passées. Les températures sont basées sur des données U.S.

        @André: Le couvert de glace a connu son minima en 2007, depuis il est en progression, autant en Arctique qu’en Antarctique. L’Arctique a repris presque tout ce qu’il a perdu, et l’Antarctique en a gagné.

        Bon c’est assez pour aujourd’hui, repos forcé. Ça m’a pris deux heures à taper ce texte avec la main gauche, j’arrive pas à m’habituer. Bénis soient les ambidextres!

      • André Caloux dit :

        «@André: Le couvert de glace a connu son minima en 2007, depuis il est en progression, autant en Arctique qu’en Antarctique. L’Arctique a repris presque tout ce qu’il a perdu, et l’Antarctique en a gagné. »

        Qu’est-ce que tu racontes ???

      • crioux dit :

        C’est drôle j’ai trouvé le même graphique, mais pas avec le même résultat. La seule différence c’est que le mien est pris au mois d’avril, au moment ou il y a de la glace, et non pas au mois de septembre, le moment où il y en a le moins

        Et j’ai dit « presque » tous repris. Voici:

      • André Caloux dit :

        Ce n’est pas fiable de considérer seulement le mois d’avril parce que c’est dans une période où ça fluctue rapidement. Il faut soit intégrer sur toute l’année, soit prendre les mois où on dans une période de faible fluctuation (maximum ou minimum).

  4. André Caloux dit :

    1) Pendant que l’Antarctique a gagné environ 0,5 million de km2 de couvert de glace, l’Arctique en a perdu 4 millions. Le bilan est donc de 3,5 millions de km2 de glace perdue depuis 1979. En volume c’est encore pire, l’Antarctique en a perdu légèrement et l’Arctique a perdu 14 millions de km3, soit 75% de son volume de glace depuis 1979 !

    2) L’augmentation du couvert en Antarctique est paradoxalement dû à l’augmentation de la température. La fonte de la glace injecte de l’eau douce dans la mer, ce qui augmente le point de fusion de l’eau. Mais évidemment c’est un effet qui n’est que temporaire. Le couvert de glace va se remettre à diminuer éventuellement.

    3) C’est vrai qu’on a très peu de données sur les couvert de glace passés en Antarctique, mais on a des données pour l’Arctique. Et ce que ça nous dit, c’est que le couvert de glace n’a jamais été aussi bas (et de loin) depuis au moins 1500 ans. http://www.nature.com/nature/journal/v479/n7374/full/nature10581.html

  5. Gilles Laplante dit :

    On peut discuter indéfiniment sur le fait qu’il y ait un peu plus ou un peu moins de glace aux pôles ça ne permet pas de déterminer si l’humanité y a une responsabilité quelconque. Tant qu’on ne tient pas compte des variations de l’orbite terrestre, de l’inclinaison de l’axe et des variations des taches solaires, le reste relève de l’hypothétique le plus pur. De toutes façons, on n’a pratiquement pas d’idée de l’implication exacte de ces paramètres dans le climat. Mais c’est tellement plus facile de tout mettre sur le dos de l’humanité quand on ne sait pas. Vous vous souvenez qu’au moyen âge un mettait sur le dos des péchés de l’humanité la pandémie de peste bubonique qui a ravagée l’Europe.

  6. antitribu dit :

    « L’océan Arctique se réchauffe, les icebergs se font plus rares et à certains endroits les phoques trouvent l’eau trop chaude….Les rapports des pêcheurs, chasseurs de phoques et explorateurs pointent tous vers un changement radical des conditions climatiques ».
    ( traduction libre d’un extrait du Washington Post du 2 novembre 1922.)
    Je croyais que le réchauffement climatique était un phénomène récent causé par l’émission de gaz à effet de serre.
    Rien de nouveau sous le soleil !

%d blogueurs aiment cette page :