Marois veut créer deux classes de citoyens

Si elle est élue, Pauline Marois veut interdire aux anglophones, aux autochtones et aux nouveaux arrivants de se présenter aux élections s’ils n’ont pas une «connaissance appropriée» du français.

Selon ce projet de loi [citoyenneté québécoise], les nouveaux arrivants devraient respecter certaines conditions pour l’avoir. Ils devraient avoir une «connaissance appropriée» de la langue française. Cela impliquerait de leur faire passer des tests linguistiques.

Si un immigrant ne respecte pas ces conditions, il serait privé du statut «citoyen québécois». Il lui serait ainsi interdit de financer un parti politique, d’adresser une pétition à l’Assemblée nationale et d’être candidat aux élections québécoises, municipales et scolaires, toujours selon le projet de loi. Notons que le PQ voulait obliger un immigrant à apprendre le français dans un délai de trois ans – l’État paierait ses cours.

«Oui on va représenter le projet de loi», a d’abord indiqué Pauline Marois. Puis elle a avancé de nouvelles règles: «Ce n’est pas pour les nouveaux Québécois, c’est pour tout le monde. Tous les citoyens du Québec qui veulent se faire élire dans une mairie, comme conseiller, comme député, doivent avoir une connaissance du français». Ce critère s’appliquerait également à tous les membres de la communauté anglophone. «Dans le cas d’un anglophone, soit-il de souche, soit-il nouvellement arrivé, la langue commune ici, c’est le français. Y a-t-il quelqu’un qui puisse penser qu’on ne peut pas posséder cette langue?» a-t-elle lancé.

Et ce serait quoi une connaissance appropriée du français? Il faudrait connaître «les rudiments de la langue», être «capable de discuter avec des citoyens, d’expliquer son point de vue, même si parfois il y a un mot de travers». «Moi-même, parfois, mon anglais est déficient, vous le savez. Je crois que je réussis quand même à exprimer généralement assez bien ma pensée, alors on pourra peut-être s’inspirer de mon expérience», a-t-elle affirmé avec une pointe d’humour. Elle a ajouté que la loi canadienne prévoit déjà qu’un nouvel arrivant doit connaître l’une ou l’autre des langues officielles.

Source: http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2012/201208/21/01-4566981-citoyennete-quebecoise-marois-propose-des-regles-plus-strictes.php

C’est pas croyable de lire de telles sottises! Avec des idées comme ça, Marois ne doit pas prendre le pouvoir. On ne peut pas rester neutres devant ça. C’est inacceptable de la part que qulelqu’un veut veut se présenter comme représentante de tous les québécois. Quand on propose d’avoir les « vrais  » citoyens et les « autres », ça risque de mal finir. Dans le passé le nationalisme à quelquefois mené au fascisme.

Le Nationalisme est la croyance que plusieurs choses, donc le territoire, l’ethnie, la langue, la culture et la gouvernance politique devraient tous coïncider. Donc par exemple que tous les gens qui sont ethniquement Brobdingnagien devraint parler le Brobdingnagien, vivre dans un endroit appelé la Brobdingnagie, vivre comme les autres Brobdingnagiens, et avoir leur propre pays dirigé par un gouvernement Brobdingnagien. Ceux qui ne sont pas des Brobdingnagiens devraient quitter ou êtres assimilés, ou alors avoir un pays à eux en faisant sécession de la Brobdingnagie.

(Source: http://expertvoter.org/fascism/what-is-the-diffrence-beetween-fascism-and-nationalism)

Jusque là ça ressemble pas mal au mouvement séparatiste du Québec. Sauf que ça reste une opinion et une croyance.

Le Facisme est une forme extrême et autoritaire de nationalisme, encadrant le nationalisme dans des lois sévères. Quand le nationalisme devient loi, on se rapproche du fascisme.

« Ceux qui ignorent l’histoire sont condamnés à la répéter. » — George Santayana »

11 commentaires pour Marois veut créer deux classes de citoyens

  1. Christian Rioux dit :

    Comme certaines personnes commencaient à s’apercevoir que ça n’avait pas de sens, elle recule un peu, mais je crois que même avec ces quelques ajustements, ça reste tout aussi inacceptable:

    http://www.journaldemontreal.com/2012/08/22/le-pq-rajuste-le-tir

    • Gilles Laplante dit :

      Elle recule en attendant de prendre le pouvoir. Après deviendra peut-être citoyen ceux qui auront la carte du parti ….

  2. clauday dit :

    Ce qui me fait bien rire c’est que le PQ compte s’inspirer des exigences du gouvernement FÉDÉRAL qui mesure la connaissance de l’une des deux langues officielles des immigrants avant de leur accorder la citoyenneté. Est-ce que ceux qui n’ont pas voté Péquisse vont être déportés comme les Acadiens ?

  3. Citoyen Québécois dit :

    LA langue officielle au Québec c’est le Français. Il est simplement normal que tous les citoyens québécois la maîtrisent, de la même façon que les citoyens allemands doivent maîtriser l’Allemand ou les citoyens mexicains, l’Espagnol! Rien de fasciste là-dedans, que du gros bon sens.

    Cesser donc votre démagogie d’opprimés et tenez-vous un peu debout, bande de colonisés!

    • crioux dit :

      La langue officielle ne signifie pas que les minorités n’existent pas et qu’elles doivent disparaitre. Suivant cette logique, les canadiens-francais seraient disparus il y a longtemps.

      Les Québécois anglophones ont participé activement à la fondation de ce pays et de ce qui deviendra ensuite le Québec. Les autochtones aussi. Ils ont des droits autant que vous et moi. Imaginez un autochtone dans le grand nord, il parle innu et anglais, comme la majorité de sa communauté. Pourquoi est-ce qu’il n’aurait pas le droit de se présenter aux élections?

      On ne va pas en faire des citoyens de 2e classe, ce serait totalement inacceptable. Ce genre de discours a mené aux pires horreurs: Apartheid, nazisme, épuration ethnique.
      Et dans presque tous ces cas, ça commençait tranquillement avec un sentiment nationaliste, avant que ça dégénère.

      Mais on sait bien, les séparatistes, ça aime ça créer de la chicane, pour ensuite justifier leur option anglophobe.

    • crioux dit :

      La langue officielle dans les autres provinces est presque partout l’anglais. Est-ce que les minorités francophones devraient êtres assimilées par la force, ou avoir moins de droits?

      • Filou dit :

        Amusant que l’on tourne un pouce en bas à cette intervention. On lui tourne un pouce en haut parce que l’on considère que l’interrogation est toute naturelle et justifiée, mais l’inverse n’est pas vrai: si l’on a quelque chose à commenter sur les droits des minorités francophones canadiennes hors-Québec, il convient non de poucer en bas la personne qui demande, mais de lui répondre et d’apporter un peu d’eau au moulin de la discussion.

        Je profite d’ailleurs de cette aberration d’un désaccord exprimé à l’endroit d’une question pour remettre en doute mes opinions sur le bien-fondé des discussions sur les blogues, où les idiots, quand ils ne soumettent pas des messages débiles qui sont facilement identifiés comme tels par le lectorat, ont malgré tout champ libre d’exprimer leurs opinions (véritables ou aléatoires, selon le sujet traité et l’état d’esprit de l’idiot) par ti-pouces interposés.

        Allez! Ti-pouces en bas pour cette intervention, citoyens québécois! Montrez votre fanatisme à la cause nationaliste!

        (Êtes-vous vraiment fiers du peuple québécois lorsque vous prenez le temps de considérer que des abrutis comme moi en font aussi partie?)

      • Filou dit :

        Le fait est néanmoins que les francophones hors-Québec, à quelques exceptions près, sont «assimilés» (comprendre que leur niveau d’anglais, s’il est bas, a tendance à monter très rapidement). S’ils sont assimilés, cependant, ce n’est pas par la force de la loi, mais bien par la force des choses. Un peu comme la plupart des Québécois anglophones, quoi. Si la minorité considérée forme un îlot de taille respectable (comme en plusieurs endroits en Ontario et au Nouveau-Brunswick, mais aussi en quelques endroits disséminés à travers le Canada pour le français, à Westmount ou en quelques autres endroits au Québec pour l’anglais, et en de nombreuses communautés du Nunavut pour l’inuktitut), l’assimilation n’est habituellement pas aussi complète. Le Canada offre cependant cette possibilité de laisser les gens choisir ce qu’ils désirent pour eux. Marois, elle, désire l’enlever aux Québécois (et avec la bénédiction de beaucoup d’entre eux… je n’en reviens simplement pas…)

        Je songe depuis hier à me mettre au blogage moi aussi. Un blogue strictement non-français, malgré l’amour que j’ai de cette langue, simplement pour faire chier les souverainistes qui veulent enlever aux futures générations leurs possibilités d’apprendre facilement d’autres langues, avec leurs stupides lois apparemment pleines de gros bon sens qui les légitimeront dans leur désir d’enfoncer le français à grands coups de masse dans la tête des gens.

        (N’oubliez pas! Ti-pouce en bas les copains!🙂 )

    • Filou dit :

      Que du gros bon sens, dites-vous, citoyen québécois? Je suis aussi un citoyen québécois, mais par un curieux concours de circonstances, je ne suis pas de votre avis gros-bon-sens-esque.

      Notez cependant que je suis aussi citoyen canadien, tout comme vous d’ailleurs (les impôts que vous payez à Ottawa le prouvent).

      LES langues officielles de mon pays sont le français et l’anglais (avec des minuscules en général, mais je ne vous tiens pas rigueur de ce détail de votre texte, qui glorifie d’ailleurs les langues, grandes réussites dont l’humanité peut sans honte se glorifier). Doit-on affirmer que les Canadiens font preuve de gros sans bon sens en étant une si petite proportion à maîtriser les deux langues officielles? Parlerons-nous alors de la Suisse? D’au moins 90% des pays d’Afrique? Plus près d’ici, dans les limites mêmes de notre province, des autochtones dont les langues, à défaut d’être majoritaires, pourraient avoir des droits d’antécédence sur le français et l’anglais?

      Si l’on prend l’exemple de la France, ils ont tenté de tuer toutes leurs langues régionales et y sont à peu près parvenu, bien qu’il y ait aujourd’hui réémergence d’identités linguistiques régionales. Il est vrai que le Québec aime singer la France. Mais mon opinion, mon opinion de Québécois signalons-le, est que la France fit une erreur en opérant de cette façon. Aussi crois-je que ce n’est pas une bonne idée de tenter d’imposer une langue unique. Ce n’est peut-être pas votre opinion, sans doute pas votre opinion si j’en juge d’après le contenu de votre message, mais elle est néanmoins bien réfléchie de mon côté. Je ne suis pas un braillard, un qui crie à l’oppression pour un oui ou pour un non, mais je crois fermement que la ségrégation linguistique m’inspirerais un bien sombre avenir.

      Vous êtes libre, bien sûr, de chercher à débattre, à défendre, voire à imposer votre vision des choses, mais je la refuserai avec l’obstination de la mule qui a décidée qu’elle ne bougerait pas.

    • Filou dit :

      Ma petite parodie de l’intervention d’un citoyen québécois, pour l’embêter et pour faire sourire les autres:

      LA langue que j’utilise, c’est celle par laquelle mon interlocuteur et moi pouvons optimiser nos échanges. Il est simplement normal que nous accordions nos instruments via une entente tacite qui nous arrange au mieux, de la même façon qu’un huron et un inuit (tous deux québécois) pourraient tenter de discuter en langue des signes ou un enfant et un adulte en une langue simplifiée! Rien de légiféré là-dedans, que du gros bon sens.

      Cessez donc votre démagogie d’oppresseur et soyez donc un peu plus souple, espèce de colon!

  4. Dominique Desjardins dit :

    « […] Je crois que je réussis quand même à exprimer généralement assez bien ma pensée, alors on pourra peut-être s’inspirer de mon expérience»

    Cherchez ce video sur YouTube : Journal midi Pauline Marois parle trés mal anglais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :