Fil de discussion libre: Loi spéciale

Je n’ai pas encore assez de renseignements sur la loi spéciale pour me faire un avis bien documenté et les informations vont suivre dans les prochaines heures. Je n’aurai pas le temps d’écrire un billet parce que je serai occupé, alors voici un fil de discussion libre sur le sujet, au fur et à mesure que les détails seront publiés.


(en référence à: http://tvanouvelles.ca/lcn/lebuzz/archives/2012/05/20120516-100421.html )

Que pensez-vous de la loi spéciale, trop dure, pas assez dure, aurait-on dû annuler les sessions, forcer le respect des injonctions?

Advertisements

25 commentaires pour Fil de discussion libre: Loi spéciale

  1. Lefevbre Serge dit :

    Il était temps que J. Charest mette ses culottes et fasse un premier ministre de lui. Je suis 100% d’accord avec lui.

  2. clauday dit :

    Quant on ne comprend pas il faut agir . La patience a ses limites.
    Pourriez-vous me donner un exemple depuis quand que les syndicats payent des autobus à des gens qui ne payent pas de côtisation?

  3. G.Levesque dit :

    je suis en arrière du gouvernement à 100%, il est temps que ces jeunes apprennent ce qu`est l`autorité démocratique. Je ne suis pas péquiste, mais je viens de prendre Bernard Landry dire que tous les partis politiques devraient être derrière le gouvernement. Pour une fois, il fait foi de sage.

  4. crioux dit :

    A première vue, ce que je remarque, c’est que le projet de loi spéciale n’impose pas de retour en classe, et n’impose pas les frais de scolarité non plus. Il laisse donc la porte ouverte à la négociation.

    Il ne fait que gérer la crise des session qui ne peuvent plus être données, et au lieu de les annuler les reportent à l’automne.

    Il semble y avoir une clause qui permettra de protéger ceux qui veulent étudier, sans pour autant forcer le retour en classe.

    Donc selon moi, un projet de loi un peu mou, qui est loin d’être la catastrophe annoncée par les groupes gauchistes.

    • Maxim Bernard dit :

      Un peu mou ? Non, il va juste assez loin, mais pas trop.

      Comment le gouvernement pourrait-il forcer le retour en classe ? Obliger les étudiants à se présenter à leurs cours ? Ça serait totalement inutile et irréaliste, comment certains ont-ils pu affirmer une chose pareille ? C’est ce que j’ai entendu à plusieurs reprises dans les médias, même si c’est totalement faux.

      ***
      Je n’en reviens pas de certains arguments gauchistes que j’ai eu l’occasion d’entendre sur le projet de loi. Certains trouvent «égoïstes» les étudiants qui veulent étudier en paix alors que d’autres veulent manifester pour bloquer la hausse. Pour montrer sa bonne foi, il faut donc se rallier à la majorité, exit les libertés individuelles. Le vivre et laisser vivre, ça ne leur dit rien ? Ça me fait penser aux syndicaleux anti-projet de loi 33, l’an dernier, qui forçaient les travailleurs de la construction à quitter leurs lieux de travail. On les entendait frapper sur les murs en criant : «Solidarité ! Sortez !»

      J’ai même entendu dire qu’un gouvernement qui règle ses conflits par la violence, ce n’est pas correct, donc la loi spéciale ne doit pas passer. Et les étudiants qui bloquent les entrées, c’est correct, ça ? Le gouvernement a tout tenté, dont des concessions inimaginables aux associations étudiantes (comme la gratuité pour 60% des étudiants via les bourses). Maintenant que la méthode douce a été un désastre, passons à la méthode forte.

      Un autre gauchiste à qui j’ai parlé m’a dit que la décision de la «grève» a été prise démocratiquement, donc la décision doit être appliquée mur à mur. Donc pour lui, la démocratie, c’est d’opprimer la minorité au nom des intérêts de la majorité. Superbe. Voilà un bel avenir qui se dessine devant nous.

      Des fois, les arguments de gauche me laissent sans voix.

      • Francis dit :

        Il n’y aura jamais de gratuité pour 60% des étudiants avec les bourses. Ça ne montera jamais à plus que quelques petits montants pour 5% des étudiants. Les autres auront des prêts qui engendreront des dettes et les bourses resteront un coup de dés dépendant des appartenances à un groupe ou un autre…
        Quant à la logique gauchiste, c’est vrai, les gens de gauche se disent qu’il faut d’abord se battre pour le grand nombre que pour leur nombril, même si la minorité doit faire quelques concessions, afin d’éviter que ces étudiants qui veulent continuer leur session n’empêchent ceux qui se battent pour les étudiants de demain de se voir dire par le gouvernement que la session continue sans eux et qu’ils doivent rentrer pour ne pas subir un échec. C’est ça la minorité qui opprime la majorité? Ceux qui pensent à la société?
        Parfois les arguments de droite me semblent tellement déconnectés.

      • crioux dit :

        C’est ben beau poster des % appuyés sur rien, mais dans les faits avec le programme amélioré de prêts et boursed qui avait été proposé, les plus démunis et la classe moyenne paierait MOINS CHER que maintenant pour étudier. Donc seuls les plus riches paieraient plus cher que maintenant. (démontré par un fiscaliste) Mais ils ont REFUSÉ cette entente.

        La gauche se drappe de vertue en disant le faire pour les autres, mais quand les « autres » disent que c’est pas ça qu’ils veulent, c’est « ta gueule! ».
        Il s’agit souvent des fils de riches qui sont les plus militants. Les plus pauvres eux connnaissent la vraie valeur du travail et de l’argent. C’est pour ça qu’ils veulent étudier pour améliorer leur sort. Et il ne s’agit pas d’une minorité qui voulaient retourner en classe, dans les fait c’est l’inverse, la majorité des cégeps n’ont pas été en grève, ou l’ont fait peu longtemps. Et ceux qui l’ont été au point de compromettre la session l’ont été par manipulation des règles et intimidation (votes à main levée, intimidation, changement des règles pour éviter éviter de retourner en cours..) Souvent un vote de 200 étudiants sans quorum faisait tomber un établissment de 10000 en grève.

        C’est typiquement gauchiste, une « élite » qui dicte de force aux autres quoi faire, mais c’est pour « leur bien ». Et si ça marche pas à leur goût, ils enfreignent les lois et utilisent la violence. S’il y a des dérapapage, c’est jamais leur faute, c’est toujours celle du supposé « oppresseur » qui les a poussé jusque là.

        Vous allez avoir un surprise aux prochaines élections. La majorité silencieuse en à plein le cul de votre révolution. Nous on a pas le temps de manifester tous les soirs, on travaille pour payer vos prêts et bourses et vos chèque de B.S.

        Si la hausse était vraiment la raison, comme la session est reportée, pourquoi ne pas aller travailler au lieu de manifester ou jouer au playsation? Ils auraient amplement le temps de faire assez d’argent pour compenser la hausse plusieurs fois.

      • Francis dit :

        Wow! Que de préjugés… Je n’adhère et n’en reconnais aucun. Pour la plupart des arguments, j’aurais dit le contraire. Du reste, quand on parle de gauche au Québec, on ne parle pas de communistes ou d’anarchistes, on parle de centre-droit à tendance de gauche ou sociale-démocrate.

        En tous cas, je suppose que cette supposée majorité silencieuse opprimée est vraiment très silencieuse parce qu’avec toute la colère qu’il y a dans la population (et c’est pas que quelques anarchistes dans les rues, mais partie de la population suffisamment large qui a l’impression que le gouvernement n’a pas livré ses promesses et même fait le contraire) contre le gouvernement libéral, s’il gagne encore aux prochaines élections, sans juger de si le gouvernement libéral est un bon ou un mauvais gouvernement, je peux assurer que le moral de la société québécoise n’aura jamais été aussi bas. Ça, ce assez serait difficile de le nier.

      • Maxim Bernard dit :

        La minorité doit faire quelques concessions, afin d’éviter que ces étudiants qui veulent continuer leur session n’empêchent ceux qui se battent pour les étudiants de demain de se voir dire par le gouvernement que la session continue sans eux et qu’ils doivent rentrer pour ne pas subir un échec.

        Ils peuvent très bien manifester tout en allant étudier. C’est possible.

        De toute façon, ceux qui ratent leur session, c’est leur problème. Les autres n’ont pas à être dérangés et être presque forcés à appuyer les revendications. Les élites bien-pensantes (Gabriel Nadeau-Dubois & cie.) n’ont pas à prendre de décisions pour les autres. S’ils veulent faire la grève boycotter leurs cours, qu’ils le fassent si ça leur chante. Mais qu’ils laissent les autres tranquilles. Étudier en paix est un droit.

        Dans un monde idéal, les individus seraient libres d’agir et de penser comme ils le souhaitent, sans nécessairement se plier à la majorité, ni imposer les décisions de la minorité à la majorité. Or, c’est tout le contraire de ce qu’exigent les étudiants revendicateurs : un monde où les droits individuels sont brimés au nom du bien commun.

        C’est ça la minorité qui opprime la majorité? Ceux qui pensent à la société?

        D’abord, dans ce cas-ci (conflit étudiant), la minorité n’opprime pas la majorité. C’est plutôt la majorité qui opprime la minorité. C’est aussi pire.

        De plus, selon le dictionnaire, «opprimer» signifie «accabler par violence, par excès d’autorité.» (source) Les carrés verts sont-ils violents ? Non, ils veulent juste assister à leurs cours.

      • crioux dit :

        @Francis

        quand on parle de gauche au Québec, on ne parle pas de communistes ou d’anarchistes, on parle de centre-droit à tendance de gauche ou sociale-démocrate.

        Qu’est-ce qu’il vous apprennent à l’école? Le seul parti centre-droit qui existait au Québec était l’ADQ. Ceux de droite qui restent sont quasi invisibles (Parti Conservateur Québec et Equipe autonomiste)
        PQ et PLQ sont centre-gauche tous les deux. la seule différence est l’option indépendantiste
        QS est très loin à gauche, quasi communiste.
        CAQ ne se branche pas, mais semble centre-gauche aussi.

        Si jamais le PLQ reste au pouvoir ce sera GRÂCE aux étudiants. La majorité des gens sont contre leur crise d’ado déplacée (reflété dans les sondages) et risquent de voter pour le seul qui leur a tenu tête. Même moi il y a quelques mois je n’aurais pas voté Charest. Si aujourd’hui il y avait des élections je voterais pour. A moins qu’il s’écrase et cède trop lors des négociations

  5. jeanlucproulx dit :

    J’ai de plus en plus l’impression que ça va mal finir cette histoire!!! Dès le début, surtout depuis le fameux discours de Gabriel Nadeau-Dubois, je parlais d’une insurrection marxiste!!! Malheureusement, je crois avoir visé juste!!! Il faut vraiment que je quitte le Québec avant d’être pris dans des manifestations gauchistes, anarchistes, estudiantines et syndicaleuses à la grecque en essayant de m’enfuir!!! Ce peuple est devenu complètement cinglé!!!

    • Maxim Bernard dit :

      Pas besoin de s’inquiéter.

      Ces soulèvements ne sont le fruit que de quelques groupuscules anarcho-communistes, mais à part GND et ses acolytes, peu de gens les appuient.

      Ce n’est pas demain que le gouvernement sera renversé par les anarchistes.

      • clauday dit :

        Peut-être pas si sûr, car les syndicats veulent la tête de Charest à cause de la commission d’enquête sur la construction. Ils sont près à tout et ils ont trouvé des marionnettes qui ont les caméras braquées sur eux, vedettariat du jour au lendemain.
        Il y a Mme PKiss qui veut aller chercher des votes.

  6. Gilles Laplante dit :

    Les québécois en ont ras le bol des manifestations mais quand le gouvernement prend des mesures nécessaires, ils sont contre. On ne peut pas dire que le rationnel fait parti de nos gènes.
    Les gens trouvent que la loi va trop loin et brime nos libertés mais il n’y a pas 10% qui se sont donné la peine d’aller la lire. Le québécois préfère acheter ses opinions mais comme il est trop « cheap » il magasine à rabais. Quand on se donne la peine de s’informer à la source, on se rend compte que la loi ne fait qu’encadrer le droit de manifester. Ceux qui briment le droit des autres sont les manifestants qui interdisent à ceux qui veulent légitimement étudier d’avoir accès à leurs cours.

  7. Francis dit :

    La loi a été condamnée par amnistie internationale comme une menace à la liberté d’association, une ouverture aux arrestations arbitraires (on sait que de simples passants ont déjà été arrêtés…), comme un renversement du système de droit où les leaders sont « coupables jusqu’à preuve du contraire » et une menace pour les manifestants qui peuvent difficilement savoir quand leur manifestation pacifique est illégale.

    • crioux dit :

      Hahaha, Amnistie internaltionale! Un organisme qui a depuis longtemps été infiltré et qui a perdu sa mission d’origine.

      Il y a des gens qui sont exécutés, torturés pour leur opinions et ils ne s’en occupent pas, mais ils veulent dénoncer un gouvernement qui protège ses citoyens contre de violents casseurs qui ne respectent pas les lois….

      • Francis dit :

        À vous entendre, tout groupe qui se soucie des droits humains collectifs est communiste donc tous leurs arguments seraient obsolètes…

        Allez voir CUTV sur internet qui filme en direct les manifestations de nuit, sans interruption (peu importe les opinions et propos des journalistes) et voyez si ce sont tous des casseurs anarchistes qui s’amusent à être délinquants…

        Le gouvernement qui demande aux leaders étudiants de porter le chapeau des casseurs qui s’infiltrent et de dénoncer, n’a jamais déploré les arrestations de passants, l’homme dans son commerce qui s’est fait arrêter violemment, les policiers qui ont détruit la terrasse d’un tenancier parce qu’un client a lancé une chaise. Non, le gouvernement n’a pas ce devoir…

    • Gilles Laplante dit :

      Amnistie internationnale c’est comme l’ONU, contrôlée par des gauchistes qui ont un agenda à passer.

    • Maxim Bernard dit :

      S’il y a «ouverture aux arrestations arbitraires», le problème n’est pas la loi 78, mais sa mauvaise interprétation.

      Il me semble que rien dans la loi 78 n’autorise les policiers à déclarer la manifestation illégale. Lisez le texte de la loi, elle ne prévoit que des amendes aux participants : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=5&file=2012C12F.PDF
      S’ils veulent déclarer une manifestation illégale, ils ont le Code criminel pour leur permettre.

      Si des passants ont été injustement arrêtés, ils n’ont qu’à traîner les policiers devant les tribunaux. Si la loi ne permet pas aux policiers de les arrêter, ils auront gain de cause.

  8. clauday dit :

    Avec le concert de casseroles qui revient chaque soir, alors que les gens veulent profiter du beau temps pour ouvrir les fenêtres. J’ai bien peur que la patience des gens va avoir ses limites et que ça va mal se terminer, si le gouvernement ne trouve pas une solution pour mettre fin à ce cirque de marionnettes.

    • crioux dit :

      Le problème que je vois c’est qu’une casserole devient vite une arme. Lancer ou frapper un policier avec une casserole, c’est voie de fait armée.

      • Maxim Bernard dit :

        Il ne faut pas paranoïer non plus. Si un manifestant s’approche assez près d’un policier pour pouvoir le frapper, il sera arrêté sur-le-champ. De toute façon, d’après ce qu’on a peu entendre dans les médias, la manifestation des casseroles s’est bien déroulée, à part quelques arrestations qui se comptent sur les doigts de la main.

      • crioux dit :

        Effectivement c’est un soulagement de voir que la violence perd du terrain et que les gens sont capables de manifester pacifiquement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :