Comment manipuler avec les statistiques

« Il y a trois sorte de mensonges, les petits, les gros et les statistiques »

Les médias nous inondent journalièrement de statistiques et de graphiques. Ceux qui travaillent avec les chiffres pourraient vous le dire, il est très facile de manipuler les chiffres, sans réellement les changer, pour leur faire dire ce que vous voulez.

Prenez par exemple ce genre de graphique qui est utilisé par dans les médias:


Ca semble montrer de façon éloquente que le CO2 est un gaz très important et ces données sont utilisées pour manipuler l’opinion publique.

Pourtant, les données ont été manipulées, sans les changer.
Ils ont simplement enlevé le principal Gaz à effet de serre, qui représente 95% de tous ces gaz: la vapeur d’eau:

Pas mal moins effrayant comme ça, puisque la vapeur d’eau est produite de façon tout à fait naturelle à 99,9%, donc rien à voir avec l’activité humaine.

Et pour toute l’atmosphère, quelle est la proportion réelle de CO2?

Voici la composition de notre atmosphère:

Azote 78%, Oxygène 21%, Argon 1%. Tout le reste, y compris les gaz à effet de serre dans les graphiques précédents n’y apparaissent pas. Ils sont considérés des « trace gasses », c’est à dire en quantité infime.

On parle habituellement de ppm (parties par million), mais pour bien comprendre à quel point ces gaz sont infimes, imaginez que l’atmosphère est comprises de 100 000 molécules, donc 78 000 molécules seraient de l’Azote, 21 000 seraient de l’oxygène, 1 000 seraient de l’Argon. Le CO2 serait représenté par environ 39 molécules. Les scénarios catastrophes parlent d’augmentation qui correspondrait à quelques molécules en 100 ans. Et même si ça irait jusqu’à doubler le taux de CO2, ça ne représenterait que 78 molécules sur 100 000. Mais c’est impossible d’en arriver là avec l’augmentation actuelle qui est d’environ 2 ppm par 10 ans, donc 0,2 molécules.

Et pourtant, ce petit nombre de molécules est important pour la vie sur terre. Si le taux serait trop bas, les plantes qui sont la base de la chaine alimentaire meurent. Pas de Co2, pas de plantes, pas de vie sur terre.

Apprenez à penser par vous même, questionnez les idées reçues, vérifiez la validité des informations qu’on vous transmet. Cessez d’être une marionnette dans les mains de gens qui vous manipulent.

Publicités

87 Responses to Comment manipuler avec les statistiques

  1. Serge-Étienne Parent dit :

    Faudrait d’abord savoir ce que ce graphique prétendait présenter. Ça semble être les émissions anthropiques de gaz à effet de serre selon l’effet relatif au CO2, non pas le % d’effet sur le climat.

    Votre graphique montre une contribution de la vapeur d’eau qui me semble exagérée (plus de 95%). Sur Wikipedia, on parle plutôt de 36 à 72%. Mais je n’ai pas les sources exactes.

    Côté pointe de tarte, mon graphique préféré est le suivant 😉

    • crioux dit :

      Fait plus de recherches, partout c’est 95% des gaz à effet de serre est la vapeur d’eau.
      Et ton chiffre ne représente pas non plus le % de la vapeur d’eau dans l’atmosphère puisque c’est entre 3 et 4%. Je ne vois vraiment pas ce qu’il peut représenter.

      Ton graphique est rigolo, et effectivement les pires manipulations viennent dans les sondages, puisque les sondeurs peuvent poser une question en la tordant pour qu’ils puissent interpréter les résultats à l’avantage de la direction qu’ils veulent donner, dépendant de qui a payé pour faire le sondage.

    • crioux dit :

      Aussi, le projet Cloud tend a démonter que les nuages (vapeur d’eau) ont un effet beaucoup plus important que prévu par le GIEC sur le climat.

  2. Gilles Laplante dit :

    Je ne comprend pas qu’il y ait des gens qui accordent une crédibilité à Wikipedia qui est plutôt une source de désinformation surtout dans le domaine scientifique. N’importe qui peut y écrire n’importe quoi.

    • crioux dit :

      Et il y a eu un scandale avec Wikipédia, un employé passait son temps à modifier toutes les pages sur le sujet climatique et les pages des chercheurs sceptiques pour appuyer la théorie réchauffiste,

      En effet à ce qui a trait à des sujets controversé, Wikipédia n’est pas une référence parce que chaque côté peut s’amuser à aller modifier les informations.

  3. crioux dit :

    En complément, voici une image qui faisait partie d’une série de publicités Britannique qui avait été bannie parce que dirigée vers les enfants, était exagéré et utilisait des faits non-confirmés par la science:

    Notez le « Dangerously high levels of CO2 ». Maitenant que vous savez la proportion réelle du CO2, vous pouvez constater que cet argument est faux. Encore une fois, il s’agissait de manipuler par la peur.

  4. Alain Vézina dit :

    Le problème n’est même pas avec l’importance relative (le taux) de la vapeur d’eau dans l’effet de serre. Il est dans le fait de faire croire ou de laisser entendre que l’on ne sait pas identifier la part naturelle et vitale de l’effet de serre. L.effet de serre rend cette planète habitable…l’ EXCÈS de gaz à effet de serre est susceptible de la transformer en fournaise. L’essentiel ici est que l’on ramène au niveau de la surface du carbone que l’on libère par combustion.

    Ce carbone provient de stocks immenses mis hors de la dynamique de la vie sur la biosphère depuis des millions d’années. Ils sont sur la planète certes, mais les écosystèmes avaient depuis trouvé leur équilibre sans ce carbone que l’on libère(ra) «économiquement» en 300 courtes années.

    Par ce fait on changera le cycle de l’eau mais lui fait partie intégralement ou peu s’en faut de la biosphère actuelle. Ainsi toute la vapeur d’eau comme plus important gaz à effet de serre n’est pas étranger à l’équilibre que connaît les civilisations humaines depuis son apparition, bien qu’elles aient connu des fluctuations du climat pour les raisons que les «climatosceptiques» insiste pour continuer de mettre de l’avant.

    Ce qui permet de conclure que la désinformation et la manipulation dénoncée par ce site s’y retrouve singulièrement.

    Complétons par ce lien vers un compte-rendu d’une nouvelle étude de la NASA.

    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3215

    • crioux dit :

      Une étude de la NASA disait que si on DOUBLAIT le taux de CO2 l’augmentation serait de 2 degrés celcius. Et comme je disait, au taux de progression actuel ça prendrait des milliers d’années, et on sait que c’est impossible que le taux continue d’augmenter à long terme parce que les réserves de pétrole et de charbon seront épuisées. Alors cette hypothèse est impossible.

      Et je me répète parce que tu n’as probablement pas lu les billets précédents, mais le taux actuel de CO2 (390ppm) est faible. Depuis plus de 500 millions d’années le taux était presque toujours supérieur à 2000ppm (en noir sur le graphique suivant):


      (aujourd’hui, c’est le point zéro à droite du graphe)
      Il est bon de noter qu’il n’y a pas de lien de cause à effet entre la température et le CO2.

      Selon ce que tu dis, la planète n’était pas « habitable » la plupart du temps, et pourtant la vie était prospère à ces époques ou le CO2 était plus élevé, même plus prospère qu’aujourd’hui, puisque notre époque est une époque froide et pauvre en CO2 et depuis les derniers millions d’années, on subit des ères glaciaires à répétition:

      Voir le billet suivant que j’ai écrit en 2010:
      https://crioux.wordpress.com/2010/11/18/une-autre-menace-ecologiste-exageree/

      • André Caloux dit :

        Oh boy, tu peux bien parler de « manipuler avec les statistiques »… Il y a plusieurs millions d’années la Terre était complètement différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Ça ne veut pas dire grand chose de comparer les concentrations de CO2 avec ceux d’aujourd’hui.

        Pour comparer avec ce qui est comparable, la concentration de CO2 actuelle, 390 ppm est la plus élevée que la Terre ait connue depuis quelque chose comme 1 million d’années:

        http://www.sciencemag.org/content/310/5752/1285.full.pdf

        Et cette concentration est en constante augmentation:

        http://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/

      • Et tu te bases sur quoi pour dire ça? en quoi est-ce que la terre était si différente qu’aujourd’hui?
        Voici un graphique qui montre le refroidissement depuis le paléocène, une période où il faisait environ 10 degrés de plus que maintenant, une des périodes les plus chaudes depuis que la vie est apparue sur terre.

        La vie y était prospère et diversifiée et s’étendait très loin aux pôles.

        Représentation du Palocène

        Ensuite ça s’est mis à se refroidir, ère glaciaires à répétition et glaces aux pôles, jusqu’à aujourd’hui. Vérifiez tant que vous voulez, nous sommes dans une période froide, et durant cette période froide, l’humanité en a profité pour émerger dans une courte période interglaciaire plus chaude de 10 000 ans, qui est visible sur le graphique des glaciations. Cette période dans laquelle nous nous trouvons présentement s’appelle « Interglacial holocène », ce qui implique qu’il y aura une autre ère glaciaire (qui dure en moyenne 100 000 ans) dans un avenir plus ou moins rapproché.


        Cette époque est le tertiaire, on le remarque bien et il correspond à la dernière période en vert sur le graphique du commentaire 15/02/2012 à 13:33

        Si tu dis que mes chiffres ne sont pas bon, prouve-le.

        Jamais je n’ai dit que le CO2 n’était pas présentement en augmentation, ce que je dit c’est que l’humain n’en est pas responsable, vous regardez une très courte période, et la sortez hors contexte. Vous regardez à travers une longue vue et vous manquez la vue d’ensemble. Le CO2 ET la température ont tout deux varié amplement depuis toujours et aussi de façon rapide, même avant que l’humain existe.

        Site de référence, qui est un site sur la paléoclimatologie:
        http://web.me.com/uriarte/Earths_Climate/4._Tertiary_Era.html

      • Maxim Bernard dit :

        En fait, ce n’est pas en doublant le taux de CO2 que la température augmenterait de 2°C, mais en le multipliant par 40 !

        La raison est simple : l’effet du CO2 suit une évolution logarithmique, c’est-à-dire que plus sa concentration est grande, plus il faut en ajouter pour obtenir le même effet. D’ailleurs, il existe une formule pour calculer l’effet de serre en fonction de la concentration de CO2 en ppm :

        Forcing = 2.94 * log2(x) + 233.6

        x : concentration en ppm
        Le résultat quantifie l’effet de serre en W/m2

        Il faut environ 7.84 W/m2 pour que la température augmente de 1°C.

        Notez que d’après cette formule, on peut déduire que sans le CO2, la température moyenne sur Terre ne serait pas de 15°C, mais de 11,7°C.

        http://wattsupwiththat.com/2010/03/08/the-logarithmic-effect-of-carbon-dioxide/

      • André Caloux dit :

        Maxime Bernard, David Archibald est un fumiste. Vas lire les réponses de ton lien sur et tu vas voir que même les lecteurs de WUWT se rendent compte que ce que Archibald dit ne tient pas. Richard Lindzen, que l’on ne peut sûrement pas qualifier de « réchauffiste », et qui a une forte tendance à biaiser ses calculs lui-même, a calculé une augmentation de 1 °C pour un doublement de la concentration de CO2.

      • André Caloux dit :

        Christian, même les sceptiques (ceux qui sont sérieux) reconnaissent sans problème que l’augmentation de CO2 à 390 ppm est due à l’humain.

      • Maxim Bernard dit :

        Richard Lindzen, que l’on ne peut sûrement pas qualifier de “réchauffiste”, et qui a une forte tendance à biaiser ses calculs lui-même, a calculé une augmentation de 1 °C pour un doublement de la concentration de CO2.

        Certes, mais un fait demeure : il n’approuve pas l’idée de l’évolution linéaire de l’effet du CO2.

        Avant d’atteindre les fameux 2°C d’augmentation, c’est certain qu’il va falloir dépasser les 1000 ppm, surtout si l’évolution est logarithmique. D’ici là, les réserves de pétrole, de charbon et de gaz naturel seront à sec.

      • André Caloux dit :

        L’effet logarithmique est bien connu et les modèles climatiques en tiennent tous compte. Ce sont les paramètres utilisés par Archibald qui sont farfelus.

  5. Alain Vézina dit :

    Avec ce que je dis, la seule période qui importe dans le premier tableau que tu mets ci-haut est ce qui correspond au 10 derniers pour-cent de l’ère tertiaire, pas plus. Cette période devraient prendre tout le tableau et être vue en détail.comme le fait mieux le second tableau. Ces deux là ne peuvent être mis en correspondance pour analyse.conjointe. On peut alors dire n’importe quoi de non pertinent.

    • crioux dit :

      Non pertinent? Ben voyons, le premier graphique montre que nous sommes dans une période froide, froide comme il n’y en a eu que 3 fois depuis le précambrien. Il faut remonter à plus de 600-700 millions d’années pour avoir une période plus froide (snowball earth) ou la terre entière était gelé presque jusqu’à l’équateur.

      Le 2e ne fait que détailler la période froide actuelle, qui est si petite qu’elle n’est pas représentée sur le premier graphique.

      Si tu veux un graphique plus détaillé voir le lien suivant Iceage_time-slice.jpg
      Je n’aime pas la présentation de de dernier parce que son échelle est à l’inverse des autres, le point zéro est à gauche au lieu d’à droite.

      Le 2e montre que depuis les derniers 2-3 millions d’années (le graphique montre les derniers 425 000 ans) nous sommes constamment en ère glaciaire, sauf de brèves périodes interglaciaires, comme présentement. Alors l’hystérie environnementaliste de dire que si on augmente le taux de CO2 (que ça se fasse naturellement ou non) on va à la catastrophe est ridicule puisque la planète à presque toujours été plus chaude, avec des taux de CO2 beaucoup plus élevés et que la vie était prospère.

      Je comprend aussi qu’il manque peut-être une donnée à mon billet c’est à dire la proportion de CO2 qui est due à l’activité humaine comparée à celle qui est produite naturellement (respiration animale, volcans etc..)

      Voici:

      Donc si on enlève l’humain complètement de la planète, plus aucun CO2 émit par l’activité humaine, ça ne fait pas une grosse différence.

  6. Alain Vézina dit :

    J’ai fais visiter ton blog par un ami plus au fait que moi la préhistoire longue planétaire. Il m’est revenu avec ces commentaires pour ce texte en particulier:

    «- On ne peut mettre sur le même plan la vapeur d’eau qui est un flux et la CO2 qui est un stock car il reste dans l’atmosphère beaucoup plus longtemps (une centaine d’années).

    – Ce n’est pas parce que le CO2 ou le méthane sont en proportion infime que leur effet de serre n’est pas effectif. C’est de la physique de base et il y a corrélation en taux de CO2 ou de méthane avec des périodes de réchauffement (souvent avec un décalage car le soleil réchauffe d’abord les terres qui dégagent ensuite du méthane, sauf quand le co2 vient du volcanisme ou des émissions anthropiques). Cependant, il est vrai que si l’oxygène augmentait cela refroidirait l’atmosphère (à vérifier quand même).

    – Il est évident qu’on a besoin d’effet de serre et de CO2, ce n’est qu’une question d’équilibre.

    – Les courbes de températures ne me semblent pas conformes, il faudrait vérifier, il semble au contraire qu’on soit à un pic par rapport aux périodes récentes en tout cas.

    – par contre il se pourrait effectivement qu’on entre dans une nouvelle période glaciaire, ce qui change les perspectives à long terme mais pas sur le siècle.

    Il ne me semble pas intéressant de discuter avec ces gens qui manquent de bases scientifiques et picorent des informations partielles. La question, c’est qu’on est devenus responsables du climat à l’anthropocène car la stabilisation des conditions climatiques est devenue vitale, en plus comme en moins. Il y a je crois 95% des climatologues qui confirment le réchauffement actuel, ces gens sont plus compétents que les crétins partisans de théories du complot absurde (alors que tout l’argent est du côté des pétroliers). Le réchauffement récent ne fait pas de doute, ni son caractère anthropique. La stabilisation de ces dernières années est aussi effective. Il reste des inconnus sur le cycle solaire, si on entre dans un minimum de Maunder et dans une nouvelle glaciation bien sûr tout change, au moins à moyen terme. Il ne s’agit pas de défendre un dogme mais pas de discuter avec des gens de mauvaise foi qui n’ont pas de bons arguments.»

    Voilà !

    Ce qui me confirme dans les évaluations que j’apportais, en particulier de voir en détail ton tableau des températures pour la seule période de la fin du tertiaire, au sein duquel nous verrions pour le dernier siècle un réchauffement.

    L’article que je t’ai référé il y a quelques semaines (contre lequel tu as ris) qui suggérait que nous nous battons trop fort contre la prochaine glaciation aurait dû plutôt te satisfaire.

    Tu donnes trop d’importance aux échelles de temps qui n’ont rien à voir avec l’aventure humaine ou plus largement avec la période plus longue de stabilisation des écosystèmes qui ont accueilli cette aventure.

    Cette méthode du déni est fallacieuse aux vues de cette période récente et encore actuelle. Arriverons-nous à nous faire collectivement responsable du climat (que l’on a le pouvoir d’affecter – ce que nous faisons à quelques degrés depuis des siècles) où s’insère notre aventure, là est question de base.

    • Bien sur que l’Effet du méthane par exemple est plus fort en rétention de la chaleur que la vapeur d’eau, mais la quantité minuscule annule cette « multiplication ». Ce que je dis, c’est que d’autre facteurs sont bien plus influents que le CO2 ou le méthane puissent l’être, comme les cycles solaires, cycles océaniques et les cycles de Milankovicth.

      Durant des millions d’années, il ne semble pas y avoir de lien direct. Au pleistocène, il faisait très chaud, et le taux de CO2 était bas.
      La seule corrélation entre le CO2 et le réchauffement constatée est L’INVERSE du discours écologiste. Les carottes de glaces de Vostok montrent une certaine corrélation, mais elle montre que la température monte EN PREMIER, et le CO2 ensuite, quelques fois avec 800 ans de retard. Ce n’est pas le CO2 qui fait monter la température, mais l’inverse. La température monte (par un facteur autre que le CO2), la vie et la biodiversité augmentent, et ensuite le CO2 augmente. Ces carottes de glaces montrent aussi que la température descendait à des moments ou le CO2 augmentait. Ce sont des faits et tu peux envoyer ton ami vérifier.

      Un période glaciaire est effectivement due d’arriver d’ici quelques centaines ou milliers d’années, difficile a prévoir parce que ces cycles glaciaires sont probablement du aux cycles de Milankovitch. Ce ne sera pas la faute de l’humain et on ne pourrait rien y faire.

      A plus court terme, les recherches récentes sur les cycles solaires permettent de penser que le cycle 25 (prochain cycle solaire) sera très faible, comparable au minimum de Dalton, ou peut-être même au minimum de Maunder. La dernière fois que c’est arrivé, ça a donné lieu à la petite ère glaciaire.

      Les graphiques du passé permettent de démontrer une chose importante que certains écologistes aimeraient ignorer. le climat change constamment, avec ou sans l’humain. il me semble que c’est une donnée importante.

      Le déni n’est pas de mon côté, il est du côté de ceux qui disent que l’humain est responsable des changement climatiques, alors que la science montre que les variations climatiques ont toujours eu lieu, et que des expériences comme CLOUD et BEST montrent que le CO2 n’aurait probablement aucun impact sur ces changements, et que les facteurs sont ailleurs.

      • Ca c’était la réponse polie.
        Maintenant si tu veux éviter que les commentaires soient censurés, cesse de traiter les autres de crétins.

        95% des climatologues qui confirment le réchauffement actuel? Tu parles de ceux qui travaillent au GIEC?

        Théorie du complot? Argent du côté des pétrolières?

        Renseigne toi mieux que ça avant d’insulter les autres:

        Côté agissements des pétrolières (lobby), je vous prie de fournir les chiffres si ça vous tente. Je souligne que le lobby pétrolier est un argument peu convaincant, car peu importe le motif (compétition ou se redorer l’image), il se verse plus d’argent des pétrolières vers le camp réchauffiste. Et ce montant restera toujours minime par rapport au réel financement de la recherche: les gouvernements (qui va très majoritairement dans le sens du RCA). Mais de toute façon cette guerre de chiffres ne mène nulle part, car ce qui compte est la qualité et reproductivité des travaux scientifiques.

        Comme le livre de Delingpole est payant (bien que je vous recommande l’investissement), je vous retranscris ici quelques chiffres:

        Nous savons que:

        En 1991, un regroupement de pétrolières a fondé le Information Company for the Environment (ICE), qui a versé 510,000$ dans une campagne pour semer le doute sur le RCA
        Patrick Micheals, du Cato Institute, a déjà reçu 100,000$ par l’Intermountain Rural Electric Association
        Le Heartland Institute a reçu d’ExxonMobil 676,000$ sur une période de plus de 10 ans, lequel a publié une liste de travaux qui contredisent le RCA
        Le Competitive Entreprise Institute (CEI) a reçu un peu plus de 2,000,000$ d’ExxonMobil entre 1998 et 2005 pour avoir collaborer avec Bush afin de discréditer un rapport du EPA (Environmental Protection Agency)

        On obtient un sous-total de 3,286,000$ (Si vous en trouvez d’autres, allez-y)

        Ajoutons maintenant les deux montants exorbitants constamment repris par ceux qui diabolisent les pétrolières:

        Selon Greenpeace (ExxonSecrets), ExxonMobil aurait versé 23,000,000$ à Mercatus Center, American for Prosperity Foundation, Heritage Foundation et Cato Institute, des think thanks conservateurs (et non spécifiquement pour le déni des changements climatiques, mais bon, admettons que ce soit le cas).
        Certains prétendent que Kosh Industries aurait versé 50 millions entre 1997 et 2008 pour des groupes qui nient le RCA.

        Cela fait 73.3 millions. En assumant que ces chiffres soient conservateurs, doublons la mise et disons que 200 millions ont été versé dans le camp des sceptiques depuis 1997 (20 millions/année), un chiffre que les plus virulents défenseurs du RCA n’avancent même pas.

        Maintenant, prenons le financement du camp des carbocentristes:

        70 millions par la Rockefeller Foundation pour une initiative de 5 ans sur le Climate Change Resilience (pour aider les villes à se préparer aux changements climatiques)
        100 millions par ExxonMobil (oui, la même compagnie!) à l’Université de Stanford pour le Global Climate and Energy Project
        En 2011, le gouvernement américain à lui seul investissait 4 milliards…
        La Banque Mondiale estimait en 2008 que l’industrie des échanges de carbone était de 126 milliards
        Le Met Office a reçu 243 millions de pounds pour son programme de prédictions climatiques
        L’Union Européenne a versé entre 1994 et 1998 la somme de 650 millions de pounds pour son programme de recherche et développement technologique dans le domaine de l’environnement et le climatologie

        Et la liste continue…

        Selon Richard North (EU Refenrendum), l’Union Européenne aurait dépensé plus de 100 milliards depuis 1989 (JoNova arrive à 79 milliards pour les États-Unis pendant cette période). Et on ne calcule pas les millions qui vont aux groupes environnementaux pour entretenir le climat de peur…

        À quel camp profite l’argent?

        –Yves Pelletier

  7. Alain Vézina dit :

    Ok ! Je m’excuse d’avoir reporter le mot «crétin» qui n’est pas d’abord le mien. J’aurais du être moins paresseux et adapter cette part du texte.

    Pour le reste, je maintiens. Pas facile de juger de ce que nous pourrions faire au-delà du prochain minimum de Maunder si celui-ci est déjà en route. Dans ces conditions là, il pourrait avoir été vaincu par le surcroît concentré dans le temps de CO2 anthropique, à un point tel que les écosystèmes ne peuvent s’adapter.

    Ton texte sur l’importance de la vapeur d’eau demeure mystificateur, pour les raisons déjà énoncées. Incomplet, car ne considérant pas ce fait en tant que flux permanent, il joue de crédulité avec le lecteur non averti.

    Définitivement, l’humain à créant son environnement pour ses fins affecte le climat. De là à dire que nous arriverons à contrôler la prochaine glaciation d’après les énergies fossiles, je ne franchirai pas ce pas beaucoup trop incertain. .

    • Je ne retrouve plus le texte mais j’ai déjà lu un texte qui expliquait que la « durée de vie » du CO2 dans l’atmosphère est beaucoup plus courte que 100 ans, tout comme la vapeur d’eau.
      Rien ne se perd, rien ne se crée. Le CO2 émit dans l’atmosphère, naturellement ou non n’est pas « créé », il a toujours existé et s’est transformé avec les millions d’années, et va continuer dans le futur. Toute vie sur terre est basé sur le Carbone, les formes de vie utilisent le carbone durant leur vie et le relâchent à leur mort. Les combustibles fossiles sont des matières organiques (charbon: végétal, pétrole: animal) décomposées, du « compost » très très vieux 🙂

      Ca fait partie du cycle naturel, le fait qu’on en retourne une petite partie dans l’atmosphère à une époque où la température et le CO2 sont très bas (390ppm comparé a 1500ppm durant les derniers 250 millions d’années), ça ne fait que nous rapprocher avec la « normale » des autres périodes passées, qui étaient en passant plus prospères et riches qu’aujourd’hui. Dire qu’un réchauffement serait « catastrophique » va à l’encontre de tout ce qu’on sait sur les périodes passées lointaines et même les plus récentes.

      Depuis 10 000 ans, toutes les périodes plus chaudes (optimums) ont été des périodes de prospérité pour la vie et pour l’humanité, alors quel es périodes froides ont été des périodes de famine et de migration.

      • André Caloux dit :

        « Rien ne se perd, rien ne se crée. Le CO2 émit dans l’atmosphère, naturellement ou non n’est pas “créé”, il a toujours existé et s’est transformé avec les millions d’années, et va continuer dans le futur. »

        Euh, bien sûr que le CO2 se crée, voyons. J’imagine que tu t’es mal exprimé.

      • Effectivement, je voulais dire carbone. Les textes mélangent souvent Carbone et CO2. Le CO2 existait s’est transformé en d’autre forme de carbone et revient en CO2 après combustion (incluant respiration qui est une forme de combustion)

  8. Alain Vézina dit :

    Le CO2 anthropique,quoique faible en pourcentage a une grande importance..

    • Si 96% du CO2 émit dans l’atmosphère est naturel, en quoi est-ce que le 3% de CO2 produit par l’activité humaine est différent? Du CO2 c’est du CO2 non?

  9. Alain Vézina dit :

    Il n’est pas différent ! Cette faible part est juste trop importante…auquel il faut ajouter les autres gaz à effet de serre d’origine anthropique, pour lesquels existent des évaluations en équivalent CO2. Mais si l’on a pu passer de 270-280 ppm depuis 1780 (début de l’ère industrielle) à 391 ppm aujourd’hui, cette part est quand même plus grande que tu ne le montre.

  10. Voici un graphique qui explique qu’une bonne partie de cette croissance est d’origine naturelle:

    Le taux actuel de « croissance » est de 2ppm (ou molécules pour suivre l’explication du texte original) par 10 ans. Donc 2ppm par 10 ans, sur 330 ans ça ferait 66ppm de plus, donc on devrait être à 340ppm. On n’est pas si loin sauf que le calcul ne peut pas se faire de façon linéaire parce que l’augmentation ne l’est pas et qu’une partie de ce CO2 est d’origine naturelle. L’activité volcanique y est pour beaucoup.

    L’ère industrielle véritable, c’est à dire le moment où le taux de CO2 « anthropique » à réellement commencé à augmenter c’est 1940, soit le boom d’après guerre. Avant il était négligeable, et donc non-significatif.

    • André Caloux dit :

      Christain, je ne sais pas où tu prends tes chiffres mais la concentration actuelle est de 393 ppm et le taux d’augmentation est de 2 ppm par *année*, pas par dix ans. En plus, le taux d’augmentation est lui-même en croissance.

      http://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/

      • crioux dit :

        C’est possible que ça soit par an, je trouve des sources avec des résultats différents, certaines parlent de 0,6 ppm par an depuis les dernier 60 ans, mais dans un billet précédent je disais effectivement 2ppm par an. Supposons que c’est 2ppm par an, l’argument est que ça ne change pas grand chose au fait que les hydrocarbures vont manquer avant que ça puisse arriver à 780ppm. Ce qui serait quand même encore en dessous de la moyenne des derniers 100 millions d’années.

        Et si ça doublait, même les réchauffistes qui croient à l’effet du CO2 disent que ça ne dépassera pas 2 degrés. Pourquoi est-ce que tu penses que les conférences de l’ONU se donnent cette « limite » de 2 degrés? C’est parce qu’ils savent que même s’ils ne font rien, ils vont atteindre leur objectif et vont pouvoir s’auto-féliciter et justifier l’existence de leurs organismes et toutes les subventions qui vont avec.

    • André Caloux dit :

      En effet, c’est 2 ppm par année présentement et l’augmentation est exponentielle, si tu vas voir le lien que j’ai donné (de vraies mesures fiables, en passant).

      Petit précision, quand on parle du «doublement de la concentration de CO2», le point de référence est la concentration de l’ère pré-industrielle, soit 280 ppm. Ce qui fait que le doublement sera à 560 ppm, ce qui devrait être atteint bien avant la fin du siècle, si on ne fait rien pour réduire les émissions.

      Quant à la «limite» de 2 °C, c’est l’augmentation au-delà de laquelle le climat deviendrait hors contrôle, dû à des effets de rétro-action.

      • Les études démontraient que tout plein de facteurs externes ne sont pas pris en compte dans les modèles informatiques catastrophiques du GIEC (soleil, nuages, volcans), dont beaucoup de facteurs qui ont un effet inverse.

        Un exemple simpliste, un volcan produit beaucoup de CO2, mais l’effet des particules de souffre et de cendre dans l’atmosphère a un effet de bloquer le rayonnement solaire et a donc un effet marqué à la baisse sur les températures.

        Mais c’est plus complexe que ça, dans l’article ils parlent d’un effet provoqué par les plantes quand le Co2 augmente.

        Et le « doubler le CO2 » est a partir du 390 actuel. C’est écrit textuellement dans l’article.

        https://crioux.wordpress.com/2010/12/09/nouvelle-etude-de-la-nasa-qui-contredit-les-scenarios-catastrophes/

      • André Caloux dit :

        J’ai lu l’article et ils se basent sur 350 ppm, et donc 700 ppm doublé. Mais ça ne change pas le fond de la question: les modèles du GIEC considèrent le niveau de CO2 pré-industriel et la température pré-industrielle.

      • Le GIEC utilise un « truc », c’est à dire qu’ils utilisent la température de référence situé tout juste après la petite ère glaciaire, donc la fin d’une période froide. C’est donc normal que ça se réchauffe après.


        Regardez où est situé le « little ice age », comparé à aujourd’hui

        Ensuite ils montrent que le CO2 a augmenté (de façon naturelle et activité humaine) et font un lien de cause à effet entre les deux. Ce qui est incorrect et anti-scientifique.

        La science regarde les faits et tire une conclusion. Les religion verte et le GIEC ont déjà la conclusion et tentent de trouver des faits pour l’appuyer.

      • André Caloux dit :

        Tu es de mauvaise foi. Tout le monde utilise la référence de 1880 parce que c’est à partir de ce moment qu’on a des données fiables.

      • C’est une coincidence que la période la plus froide depuis plus de 1000 ans s’est terminé vers la fin des années 1800 et que c’est à partir de la qu’ils prennent leur référence pour le réchauffement?

      • André Caloux dit :

        La période froide s’est terminée au début du 18e siècle.

      • Le petit âge glaciaire était entre 1550 et 1850 (la partie la plus froide) donc entre le 16e et le 19e siècle.

      • André Caloux dit :

        C’est valide seulement pour l’hémisphère nord, pas pour l’ensemble de la planète.

      • Non, pas du tout. Malgré le fait que les « scientifiques » du GIEC ont tenté de faire disparaitre l’optimum médiéval (Medieval Warm Period ou MWP) et la petite ère glaciaire (puisque ça ne correspond pas au dogme), ils n’ont pas réussi.

        Ils ont tenté de les faire disparaitre avec le « hockey stick » (prouvé comme faux par la suite), ils ont tenté de dire que c’était « local » alors que des données de partout dans le monde montrent des variation climatiques semblables en même temps:

        http://pages.science-skeptical.de/MWP/MedievalWarmPeriod.html

        Les emails du climategate ont montré qu’ils tentent de réécrire l’histoire et faire « disparaitre » ces périodes qui nuisent leur agenda, malgré les preuves historiques (colonies vikings ou
        Tamise gelée
        ):

        “We have to get rid of the Medieval Warm Period”

        Et le dernier truc qu’ils viennent de trouver pour justifier la petite ère glaciaire qui a duré plus de 300 ans, c’est une éruption volcanique qui aurait refroidit l’atmosphère…. Oui les cendres volcaniques peuvent refroidir l’atmosphère, pendant 1 an ou 2, pas 300 ans!

        JAMAIS ils ne vont avouer que l’explication la plus simple est probablement la meilleure: ces variations climatiques correspondent aux cycles solaires presque parfaitement.

        Ils ne le feront pas parce que ça voudrait dire qu’ils ont manipulés la population et les gouvernments, arnaqués des milliards de dollars pour rien. Alors ils vont trouver toutes sortes de trucs pour faire croire que le refroidissement prochain sera causé par le réchauffement causé par le CO2.

      • André Caloux dit :

        Ça fait deux fois que tu me mets ce lien de science-skeptical.de. As-tu seulement pris la peine de la regarder la foutue image ? La résolution est tellement mauvaise qu’on ne peut rien lire dessus. C’est pratique quand on veut faire semblant de prouver quelque chose, non ?

        Si tu veux voir une reconstruction avec des données plus actuelles, tu peux aller voir ça:

        http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/pubs/darrigo2006/darrigo2006.html

        Bonne fin de semaine.

      • Le Hockey stick a été prouvé faux à de maintes reprises…..

      • Maxim Bernard dit :

        @André Caloux,

        Il a été prouvé que l’activité solaire a été plus forte vers 1200 et plus faible durant le Petit âge glaciaire. En principe, le Soleil doit avoir une influence sur les deux hémisphères.

        Ce graphique (http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/pubs/darrigo2006/darrigo2006.html) ne tient pas la route, car il faut attendre 1800 avant d’observer une variation plus forte, comme si le l’activité solaire n’avait pas varié d’intensité durant le dernier millénaire.

      • André Caloux dit :

        « Le Hockey stick a été prouvé faux à de maintes reprises… »

        Arrive en ville, mon gars. Des dizaines de reconstructions de température ont été publiées depuis cette histoire de hockey stick et toutes celles qui sont sérieuses montrent que les températures observées présentement sont plus élevées qu’elles ne l’ont été depuis plus de mille ans facilement.

        « Il a été prouvé que l’activité solaire a été plus forte vers 1200 et plus faible durant le Petit âge glaciaire. »

        Vers 1200 ? Et où est-ce que tu es allé pêcher ça ?

      • Il a été estimé (à défaut d’observations directe) que l’activité solaire était plus forte entre 1000 et 1400, et observé plus faible durant la petite ère glaciaire (observation sporadiques)

        Le hockey stick et ses variantes sont FAUX. C’est de la propagande, une tentative pour réécrire l’histoire pour la faire correspondre au dogme.

        https://crioux.wordpress.com/2010/12/17/pour-mettre-fin-une-fois-pour-toutes-au-graphique-hockey-stick/

      • André Caloux dit :

        « Il a été estimé (à défaut d’observations directe) que l’activité solaire était plus forte entre 1000 et 1400, et observé plus faible durant la petite ère glaciaire (observation sporadiques) »

        Quelles observations sporadiques ?

        « Le hockey stick et ses variantes sont FAUX. C’est de la propagande, une tentative pour réécrire l’histoire pour la faire correspondre au dogme. »

        L’autre article de ton blogue montre les températures en Europe et non les températures globales. Bien essayé mais non, ça ne prouve rien.

      • Sur le graphique posté juste un peu plus haut:

        En rouge, ce sont les observations sporadiques (avec les moyens de l’époque), en bleu les observations régulières avec les moyens modernes

        Quand au graphe dans l’article, oui il s’agit de celui de l’Europe (incluant Groenland) parce que c’est là qu’on a le plus de données, c’est normal. On a moins de données pour la température au Brésil en l’an mil. Mais il a été démontré que ces températures (Optimum médiéval et petite ère glaciaire) se sont produites partout sur le globe, de façon assez similaire. J’ai déjà posté ce graphique aussi.

      • André Caloux dit :

        Je parlais des sources pour l’activité solaire entre 1000 et 1400, pas à partir de 1600.

        « Quand au graphe dans l’article, oui il s’agit de celui de l’Europe (incluant Groenland) parce que c’est là qu’on a le plus de données, c’est normal. On a moins de données pour la température au Brésil en l’an mil. Mais il a été démontré que ces températures (Optimum médiéval et petite ère glaciaire) se sont produites partout sur le globe, de façon assez similaire. J’ai déjà posté ce graphique aussi. »

        Faux ! On n’a pas plus de données sur la température en Europe qu’au Brésil en l’an mille ! Tu penses vraiment qu’ils faisaient des relevés de température au Moyen-Âge ? Toutes les données sur cette époque viennent de reconstructions et toutes (en tout cas la très grande majorité) montrent que ce sont les dernières décennies qui sont les plus chaudes.

      • Soit tu es de mauvaise foi, ou alors tu es carrément mal informé.

        Il y a plusieurs façons de savoir quelle température il faisait à un endroit précis à une époque donnée. Il y a les faits historiques, par exemple, la colonisation du Groenland par les Vikings entre 1000 et 1400 ou la Tamise gelée durant la petite ère glaciaire. C’est très bien documenté.

        Il y a des preuves physiques, par exemple, une forêt fossile datant de quelques millions d’années dans le grand nord du Canada, dont datant d’une période plus chaude d’avant les ères glaciaires répétitives, ou alors des ruines de colonies Vikings sous la glace au Groenland.

        Et il y a les proxies, c’est à dire des indicateurs plus ou moins fiables dont on se sert comme référence. Certains proxies sont plus fiables que d’autres, et il faut en faire une combinaisons de plusieurs pour dégager des conclusion fiables. Par exemple c’est grâce au proxies que l’on peut savoir quelle température il faisait en Amérique du sud bien avant la découverte de l’Amérique.

        Je reposte encore une fois cette horde de graphiques parce qu’il semble évident que tu ne les regarde pas. Oui cette synthèse est lourde et les graphiques sont petits, mais ça montre que partout dans le monde, il y a eu un épisode chaud (Medieval Warm Period: MWP) et un refroidissement (Petite ère glaciaire) partout dans le monde, et en même temps.

        Avec un recherche rapide, j’ai trouvé un graphique qui montre le MWP et la petite ère glaciaire au Japon (attention de bien lire, l’échelle est inversée: plus bas signifie plus chaud)
        http://c3headlines.typepad.com/.a/6a010536b58035970c0120a6fadf93970b-800wi

      • André Caloux dit :

        Bon, il me revient avec son graphique où on ne peut absolument rien lire… Tu te cales, mon homme. Pour l’autre lien que tu donnes, tu remarqueras que les données vont jusqu’en 1990. Qu’est-ce que tu penses qui est arrivé depuis ??

        Tiens voici quelques reconstructions qui montrent encore qu’il fait plus aujourd’hui qu’à l’optimum médiéval.

        http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1468-0459.2010.00399.x/pdf

        http://www.pnas.org/content/105/36/13252.full.pdf+html

        http://www.sciencemag.org/content/326/5957/1256.full.pdf

        http://www.nature.com/nature/journal/v433/n7026/pdf/nature03265.pdf

        https://motherjones.com/files/21_nrcreport.pdf

        http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/pubs/darrigo2006/darrigo2006.html

      • André Caloux dit :

        Correction : « Tiens voici quelques reconstructions qui montrent encore qu’il fait plus chaud aujourd’hui qu’à l’optimum médiéval. »

      • Parmis les liens que tu postes, ça parle de variabilité muticenteniale, ce qui appuie une variabilité naturelle. Une autre est un remake du hockey stick, datant de plusieurs années, une autre semble douteuse juste d’après la provenance qui semble très biaisée.

        Quand à la reconstruction de 2000 ans, il y a des extraits du Climategate 2 qui en parle:

        (3373) Bradley:
        I’m sure you agree the Mann/Jones GRL paper was truly pathetic and should never have been published. I dont want to be associated with that 2000 year reconstruction.

        (3115) Mann:
        By the way, when is Tom C going to formally publish his roughly 1500 year reconstruction??? It would help the cause to be able to refer to that reconstruction as confirming Mann and Jones, etc.

        (2009) Briffa:
        I find myself in the strange position of being very skeptical of the quality of all present reconstructions, yet sounding like a pro greenhouse zealot here!

        (4241) Wilson:
        I thought Id play around with some randomly generated time-series and see if I could reconstruct northern hemisphere temperatures.
        […] The reconstructions clearly show a hockey-stick trend. I guess this is precisely the phenomenon that Macintyre has been going on about.

        Note: Macintyre est celui qui a prouvé qu’on pouvait entrer des données aélatoires dans le modèle informatique truqué par Michael Mann et que ça donnait toujours le « hockey stick ». Il avait dit: c’est comme un cochon, tu lui donnes n’importe quoi à manger mais c’est toujours le même résultat l’autre bout.

      • André Caloux dit :

        «Parmis les liens que tu postes, ça parle de variabilité muticenteniale, ce qui appuie une variabilité naturelle.»

        Et alors ? Ça montre qu’il fait plus chaud aujourd’hui, oui ou non ?

        « Une autre est un remake du hockey stick, datant de plusieurs années »

        Datant de plusieurs années ? Il n’y a rien d’avant 2005 dans ce que je t’ai donné. Pour un gars qui me donne des données datant de 1990, je me garderais une petite gêne…

        « une autre semble douteuse juste d’après la provenance qui semble très biaisée. »

        Provenance très biaisée ?? Tu parles de Mother Jones ? 1) Tu iras voir le site plutôt que de dire n’importe quoi. 2) Le rapport dans le lien que tu n’as même pas pris la peine de regarder a été écrit par le National Academy of Sciences. Ouuh, ça c’est biaisé…

        « Quand à la reconstruction de 2000 ans, il y a des extraits du Climategate 2 qui en parle:

        (3373) Bradley:
        I’m sure you agree the Mann/Jones GRL paper was truly pathetic and should never have been published. I dont want to be associated with that 2000 year reconstruction.

        (3115) Mann:
        By the way, when is Tom C going to formally publish his roughly 1500 year reconstruction??? It would help the cause to be able to refer to that reconstruction as confirming Mann and Jones, etc.

        (2009) Briffa:
        I find myself in the strange position of being very skeptical of the quality of all present reconstructions, yet sounding like a pro greenhouse zealot here!

        (4241) Wilson:
        I thought Id play around with some randomly generated time-series and see if I could reconstruct northern hemisphere temperatures.
        […] The reconstructions clearly show a hockey-stick trend. I guess this is precisely the phenomenon that Macintyre has been going on about. »

        C’est toi qui parlait de « manipuler avec les statistiques »… Tu prends des extraits complètement désordonnés de courriels et tu essaies de leur faire dire quelque chose. Le premier extrait concerne un article en particulier, publié en 2003. Les autres sont complètement sortis de leur contexte.

        « Note: Macintyre est celui qui a prouvé qu’on pouvait entrer des données aélatoires dans le modèle informatique truqué par Michael Mann et que ça donnait toujours le “hockey stick”. Il avait dit: c’est comme un cochon, tu lui donnes n’importe quoi à manger mais c’est toujours le même résultat l’autre bout. »

        Ces « preuves » de Macintyre ont été invalidées.

        1) von Storch et Zorita ont montré que l’argument de centrage de la moyenne invoqué par Macintyre n’affectait que très peu les résultats et n’invalidait pas les résultats de Mann. Voir:

        http://coast.hzg.de/staff/zorita/ABSTRACTS/2005_von_Storch_etal__Comment_on_hockey_stick_GRL.pdf

        2) Il y a bien eu le « Wegman report », présenté à un comité de la chambre des représentants, ainsi qu’un article par le même Wegman, qui confirmaient les affirmations de Macintyre. Mais d’autres se sont rendu compte de plagiat et d’erreurs dans les travaux de Wegman (d’ailleurs, Wegman n’a jamais accepté de divulguer les méthodes statisques qu’il avait utilisé pour ses travaux).

        D’ailleurs, l’article de Wegman a été retiré de la revue « Computational Statistics and Data Analysis » Aussi Wegman vient juste d’être réprimandé à propos de cet article par son université. Voir:

        http://content.usatoday.com/communities/sciencefair/post/2012/02/george-mason-university-reprimands-edward-wegmand-/1?csp=34news#.T1jV7tn6K3O

        Voir aussi cet article pour une critique détaillée de « Wegman report »:

        http://deepclimate.org/2010/11/16/replication-and-due-diligence-wegman-style/

      • crioux dit :

        Est-ce que tu préfères celui-ci?


        Ça montre les différences de température durant l’optimum médiéval, comparé à aujourd’hui.

      • André Caloux dit :

        Ok, c’est quoi les sources de ça, maintenant ?

      • crioux dit :

        C’est écrit dessus!

      • André Caloux dit :

        Euuuuhhhhh, tu niaises ? Où est la liste des publications qui auraient servi à faire ce graphique ?

      • crioux dit :

        C’est quoi le problème c’est écrit dessus! C’est écrit le site web aussi. Un peu plus et tu vas me demander d’aller faire les relevés de température au Groenland! Quelqu’un a pris la peine de mettre les résultats de différentes recherches sur un seul graphique. Tu ne t’attends pas à ce que je refasse le travail juste pour te faire plaisir. Cette recherche a au moins le mérite d’utiliser plusieurs sources, au lieu de seulement une: le GIEC.

        Tu aurais avantage à regarder le vidéo que je viens de mettre en ligne sur la conférence de Lord Monckton, mais si je me fie a tes comemntaires passés, tu ne va même pas l’écouter. C’est contre la religion verte d’écouter des arguments d’hérétiques. Tout comme l’église détruisait des documents qui allaient a l’encontre du dogme, il y a quelques siècles.

        L’engagé lui, il va probablement l’écouter pour essayer de voir s’il peut la démolir. Au moins lui il va l’écouter.

      • André Caloux dit :

        Ok, je suis allé voir ton site et ça ne prouve absolument rien, évidemment. Je dirais même que c’est une fraude.

        On prend un paquet d’études médiocres et on regarde si il y a un point quelque part dans la reconstruction où la température a été plus élevée que la température « actuelle ». Par exemple, une étude sud-africaine (A preliminary 3000-year regional temperature reconstruction for South Africa) qui montre une reconstruction où la température la plus élevée est en 1500 (!). On y compare la température obtenue autour de 800 à 1100 avec la moyenne des températures entre 1961 à 1990. Dans une autre (May-June mean maximum temperature change during 1360-2005 as reconstructed by tree rings of Sabina Tibetica in Zaduo, Qinghai Province), on identifie une période chaude (1438-1455). Euuhh quoi ? Ce n’est même pas dans l’optimum médiéval !

        Donc chaque fois qu’on trouve un moment où on a mesuré une température plus chaude qu’à un certain moment « récemment », on compte ça. Il n’y fait aucune moyenne, aucune normalisation due à l’emplacement des mesures.

      • Bien sûr, si des centaines d’études disent que l’optimum médiéval était plus chaud qu’aujourd’hui ce sont des études « médiocres » Si le GIEC, au centre de multiples scandales de manipulation de données dit le contraire, c’est la vérité.

        Et encore, l’optimum médiéval est moins chaud que l’optimum romain, ou les deux optimums holocène.

        Le but de ces manipulations de données du GIEC et IPCC est d’entretenir le mythe que le réchauffement actuel est anormal et dû à l’activité humaine. Il faut cacher le fait qu’il y a eu des réchauffements plus important que celui d’entre 1970 et 1998 dans le passé, alors qu’il n’y avait pas d’activité humaine et donc moins de CO2, puisque ça prouverais que la théorie est fausse.

        En passant, les « tree rings » est un très mauvais proxy, parce que plusieurs phénomènes viennent influencer la croissance, bien plus que la température. Par exemple la pluviosité, le taux de CO2, etc..
        Il a été démontré que Michael Mann faisait du « cherry picking », en ne choisissant que 12 arbres pour faire son « hockey stick », mettant de côté ceux qui ne montraient pas ce qu’il voulait.

        En passant, ton dernier message a été censuré. C’est pas en m’insultant que tu prouves un point. Au contraire, si t’es rendu aux insultes, c’est que t’a plus d’argument.

        Voici un petit graphique pour te rappeler à quel point il faisait plus chaud dans un passé proche (10 000 ans), et ce n’est rien comparé au passé lointain (65 millions d’années), ou il faisait plus chaud encore.

      • André Caloux dit :

        «Bien sûr, si des centaines d’études disent que l’optimum médiéval était plus chaud qu’aujourd’hui ce sont des études “médiocres” Si le GIEC, au centre de multiples scandales de manipulation de données dit le contraire, c’est la vérité.»

        1) Je t’ai déjà expliqué pourquoi c’est de la fraude ton « co2science.org ».

        2) On s’en fout du GIEC. Je t’ai donné plein de sources qui ne sont pas liées au GIEC. Et surtout des sources sur le climat global.

        «Et encore, l’optimum médiéval est moins chaud que l’optimum romain, ou les deux optimums holocène.»

        Preuve ?

        «Voici un petit graphique pour te rappeler à quel point il faisait plus chaud dans un passé proche (10 000 ans), et ce n’est rien comparé au passé lointain (65 millions d’années), ou il faisait plus chaud encore.»

        Et on recommence… Pour la centième fois, pourrais-tu mettre les sources de tes graphiques que je puisse montrer que c’est de la manipulation…

      • crioux dit :

        C’est écrit dessus! Tu le fais exprès ou quoi?

      • On s’en fout du GIEC?
        Le rapport du GIEC c’est la bible des réchauffistes. Sans le GIEC la VRAIE science travaillerait à expliquer les VRAIES raisons des variations climatiques (Cycles solaires, cycles de Milankovitch), qui ont toujours eu lieu et qui vont continuer d’arriver. Sans le GIEC, il n’y aurait pas cette hystérie climatique et cette phobie du CO2.

        Si tu te fous du GIEC, alors ton argumentation réchauffiste ne tient sur rien du tout. Si au contraire tu te fierais sur le GIEC, ton argumentation serait basée sur un mensonge. Le GIEC c’est pas de la science, c’est de la politique. Plus précisément, une usurpation de la science dans le but d’appuyer une idéologie politique.

      • C’est bien beau vouloir réécrire l’histoire, mais quand la glace fond et qu’on trouve des reste de colonies Viking au Groenland, comment peut-on essayer de dire qu’il fait plus chaud aujourd’hui qu’à l’optimum médiéval? Il ne s’agit pas de statistiques, mais de faits tangibles et appuyés par des documents historiques. Quand les vikings ont colonisé la « terre verdoyante », ils y cultivaient le foin pour leur bétail. Aujourd’hui, tu essayeras d’aller y faire paître du bétail aujourd’hui avec les moyens de l’époque.

        Dans les emails du Climategate, il y était bien écrit qu’ils voulaient faire « disparaitre » l’optimum médiéval et la petite ère glaciaire parce que ça nuisait à leur « cause ». C’est pour ça qu’il travaillent fort à faire des « reconstructions ».

      • André Caloux dit :

        «C’est écrit dessus! Tu le fais exprès ou quoi?»

        Oh boy… Sur ton graphique c’est écrit «after Dansgaard,1969 and Schönwiese, 1995».

        1) 1969 ? Vraiment ??? 1995 ? Pas beaucoup mieux…

        2) Quel article de Dansgaard en 1969, quel article de Schönwiese en 1995 ?

        3) «After…» implique que quelqu’un d’autre a fait ce graphique. Qui ?

      • André Caloux dit :

        «On s’en fout du GIEC?»

        Je t’ai donné plein de références de qualité non liées au GIEC. Alors lâche ton obsession sur le GIEC.

      • André Caloux dit :

        «C’est bien beau vouloir réécrire l’histoire, mais quand la glace fond et qu’on trouve des reste de colonies Viking au Groenland, comment peut-on essayer de dire qu’il fait plus chaud aujourd’hui qu’à l’optimum médiéval?»

        Encore une fois, tu confonds météo locale et climat.

      • Tu veux me faire croire que les températures d’il y a 1000 ans ont changé depuis 1995? Que l’optimum Holocène a disparu? Que la petite ère glaciaire aussi? Ce graphique est valide et il y en a d’autres qui montrent une résultats semblables. Les seuls qui disent le contraire sont ceux du GIEC et l’IPCC.

        Le GIEC essaye de faire du révisionnisme et d’effacer ces périodes plus chaudes, mais la science est là. En 1995, c’était justement avant cette hystérie collective réchauffiste, dans le temps que la science était plus importante que la politique. Avant que Mann fasse ses reconstructions et le « Hockey Stick » pour effacer ce qui contredit le dogme, pour la « cause », tel que décrit dans les emails du climategate.

        Et je t’ai montré plusieurs graphiques qui montrent que l’optimum médiéval et la petite ère glaciaire ont eu lieu partout sur la planète même au Japon!

        Faut être vraiment aveugle pour ne pas le voir. Autant parler à un arbre.

      • André Caloux dit :

        Bon, je vois que tu ne sais plus quoi dire…

        Et à part de ça, c’est quoi ces histoires de ruines Viking découvertes sous la glace ? J’ai cherché un peu et je n’ai rien trouvé là-dessus. Une référence s.t.p.

      • crioux dit :

        Non j’en ai assez! Il y a des limites à ma patience. Je perd mon temps avec quelqu’un de complètement fermé tellement certain qu’il a raison que toutes les preuves du monde ne réussissent pas à ébranler sa foi en la religion verte.

        Pourquoi je ferais les recherche à ta place? De toute façon tout ce que je te démontre tu dis que c’est faux, alors que toi, tu n’as rien démontré du tout! Quand on est aussi endoctriné, la raison ne peut plus rien faire. Tu es un cas désespéré.

        La science ne peut jamais dire que quelque chose est sûr à 100%, elle se remet constamment en question. Même E=MC2 est remis en question régulièrement. Un consensus, ce n’est pas de la science, sinon on croirait encore que la terre est le centre de l’univers. Il faut constamment chercher et non pas dire qu’on a trouvé quand il y a encore plein de doutes et d’autres hypothèses qui semblent plus proches de la réalité. Pour le moment, la science montre que le CO2 n’a pas ou peu d’impact sur le climat, que d’autres facteurs seraient bien plus importants, comme les cycles solaires. Mais des centaines de milliards de dollars vont à « combattre » le CO2, au lieu d’aller dans la recherche pour trouver les causes exactes des variations climatiques. Juste le fait que ces variations ont toujours eu lieu, même avant l’apparition de l’humain devrait déjà allumer une lumière non?

        J’espère juste que tu vas réussir à sortir de la secte quand le cycle solaire 25 sera faible et qu’il fera froid, ou alors tu vas dire que le refroidissement est causé par le réchauffement et le CO2. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

      • André Caloux dit :

        Je t’ai demandé quelque chose de très simple, Christian. Me donner les sources de tes graphiques et les sources de ce que tu avances.

        Toi qui sembles tant t’intéresser à la science, tu devrais savoir que c’est un principe fondamental en sciences, de toujours donner ses sources et de toujours justifier ce qu’on avance.

      • Maxim Bernard dit :

        On prend un paquet d’études médiocres et on regarde si il y a un point quelque part dans la reconstruction où la température a été plus élevée que la température “actuelle”. Par exemple, une étude sud-africaine (A preliminary 3000-year regional temperature reconstruction for South Africa) qui montre une reconstruction où la température la plus élevée est en 1500 (!). On y compare la température obtenue autour de 800 à 1100 avec la moyenne des températures entre 1961 à 1990. Dans une autre (May-June mean maximum temperature change during 1360-2005 as reconstructed by tree rings of Sabina Tibetica in Zaduo, Qinghai Province), on identifie une période chaude (1438-1455). Euuhh quoi ? Ce n’est même pas dans l’optimum médiéval !

        Même si ce n’est pas dans l’optimum médiéval, ça prouve que la température a beaucoup varié durant le dernier millénaire. En fait, ça prouve que dans les 1000 dernières années, il a déjà fait plus chaud qu’aujourd’hui dans 92% des cas (22 données sur 24 d’après cette carte).

        Actuellement, le taux de CO2 augmente à un rythme «alarmant» (selon les réchauffistes), mais alors que des endroits dans le monde se réchauffent, d’autres refroidissent. Difficile de parler d’un réchauffement global. On n’a qu’à penser au froid glacial en Europe cette hiver ou encore, à la neige tombée en Californie il y a quelques années.

      • André Caloux dit :

        Maxim,

        Premièrement, il y a beaucoup de n’importe quoi dans ces études qui disent qu’il faisait plus chaud dans l’optimum médiéval. Des exemples que j’ai pris au hasard:

        Sicre2008, en Islande : les données s’arrêtent en 1950

        Wilson1979 : les données s’arrêtent en 1979.

        Oppo2009, Océan Indien : Ils ne prennent même pas le bon graphique. Ils prennent celui qui couvre 2000 ans mais celui-ci s’arrête en 1997. Il y a un autre graphique qui couvre la période plus récente et qui montre qu’il fait plus chaud aujourd’hui.

        Martinez-Cortizas1999 : Ils comparent à la moyenne de température de 1960-1990.

        Aussi, ils ont choisi ces études; il y en plein d’autres qui disent le contraire.

        Je pourrais continuer mais pour finir, oui, l’optimum médiéval a existé dans certains endroits, il y faisait relativement chaud mais non, il ne faisait pas plus chaud qu’aujourd’hui globalement.

  11. Gilles Laplante dit :

    On dirait qu’Alain Vézina est venu servir de faire-valoir. Il nous sert tous les arguments falacieux des réchauffistes pour se les faire déconstruire.
    Quant à son ami, il semblerait que, pour lui, les seuls gens avec lesquels on peut discuter sont uniquement des gens de bonne FOI, lire ici les croyants, qui avancent de bons arguments, les siens.

    • Il y en a comme ça de temps de temps qui viennent, ils pensent être les seuls détenteurs de la vérité, souvent sympathisants extrême-gauche. C’est habituellement assez facile parce qu’à force de leur montrer des faits scientifiques qui contredisent le dogme, ils finissent par manquer d’arguments, se retournent vers les insultes ou alors retournent sur des blogs ou ils ne seront pas contredits.

      Certains se sentent investis d’une mission de pourfendre les hérétiques, qui ont forcément tort. Pour eux, si tu n’es pas d’accord avec le dogme du RCA, c’est que tu es certainement attardé mental, créationniste ou alors payé par les pétrolières. Et comme je ne suis pas attardé ou créationniste, faut croire que les pétrolières ont oublié mon adresse pour m’envoyer un chèque. 🙂

      J’espère juste à réussir à ouvrir les yeux de quelques-uns d’entre eux. Une fois qu’une personne se rend compte qu’elle a été manipulée et utilisée, elle devient le pire ennemi de ceux qui ont profité d’elle. Comme moi et beaucoup de ceux qui s’opposent à cette religion verte, Vincent Courtillot, ou alors celui-ci:
      http://thegwpf.org/best-of-blogs/4867-germanys-top-environmentalist-turns-climate-sceptic.html

      • André Caloux dit :

        Laissez donc Alain Vézina tranquille, vous me semblez pas mal plus de mauvaise foi que lui.

      • crioux dit :

        On n’a pas a « laisser tranquille ». les gens viennent ici pour débattre d’idées dans le respect mutuel. S’ils ne sont pas contents ils peuvent s’en aller quand ils veulent.

        Je suis certain que même Alain doit apprécier débattre de son point de vue. Quand on débat avec des gens qui ont la même idée, c’est pas intéressant et ennuyeux..

  12. L'engagé dit :

    Parlant de manipulation, puisque j’ai admis ne pas avoir la compétence pour la question du gaz de schiste

    quelqu’un peu m’expliquer l’affaire du Heartland institute?

    http://voir.ca/normand-baillargeon/2012/02/21/vous-reprendrez-bien-un-peu-de-propagande/

    en échange, je donne de l’information sur le Bernay’s dont parle Baillargeon…

    • L'engagé dit :

      euh, je voulais dire réchauffement climatique…

    • Le Heartland Institue est un think tank qui finance des scientifiques qui n’auraient pas de financement autrement, donc quelques sceptiques aussi.

      Peter Gleick a utilisé une fausse identité pour accéder à des documents, et ensuite les a rendu publics, mais en y ajoutant un faux document, qui semblait incriminant pour le Heartland institute.

      Il s’agit donc de fraude et de manipulation de l’information. Rien de nouveau dans le camp des réchauffistes 🙂 Et comme dans le cas du Climategate (1 et 2), ça montre les réchauffistes sur un mauvais jour, nos média biaisés n’en parlent donc pas.

      Il ne s’agit donc pas de manipuler avec les statistiques, mais bien manipuler en utilisant les média pour propager un mensonge dans le but de nuire à un adversaire idéologique..

      Le site suivant contient plus de renseignements sur le sujet:
      http://www.rechauffementmediatique.org

      • L'engagé dit :

        Le Heartland Institute pourrait également être considérer comme un pare-feux, est-ce que je me trompe?

        Ce n’est pas la première fois que le Heartland remet en question un consensus, par exemple celui de la fumée secondaire.

        Les liens entre Philip Morris me semblent plus qu’inquiétant
        http://legacy.library.ucsf.edu/tid/fao60d00/pdf?search=%22heartland%20institute%22

        Le Heartland, si on se fie à l’exemple de la cigarette, n’est donc pas qu’un think tant qui finance des études, mais un groupe de pression qui assure l’organisation de relations publiques et de publications, pour favoriser ses donateurs.

        Lesquels sont bien plus des entreprises privées que ne le prétendait l’institut.

        Sachant que Heartland travaillait pour Morris, en dépit de l’intérêt public, qu’est-ce qui garanti que ce qui provient de l’institut, cette fois pour les changements climatiques, serait objectif et pour l’intérêt public?

      • Ce n’est pas le Heartland qui remet en question un supposé consensus, c’est beaucoup de monde, dont beaucoup de scientifiques.

        Le consensus sur le réchauffement causé par le CO2 n’existe pas et n’a jamais existé. C’est un truc pour faire fermer la gueule à ceux qui n’appuient pas le dogme.

        De plus en plus, la science démontre les failles dans la théorie. Et de plus en plus de scandales montrent que c’est la politique, et non pas la science qui guide l’agenda réchauffiste.

        Ce n’est qu’une question de temps avant que ça s’écroule. Leurs efforts pour maintenir en vie artificiellement le mythe ne peut pas durer et l’épisode des faux documents du Heartland montre à quel point la panique s’empare de certain d’entre eux.

  13. crioux dit :

    Je suis tombé sur ça sur le site de Yves. Un exemple flagrant de manipulation des statistiques pour faire dire absolument n’importe quoi:
    http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2012/03/22/bonnet-dane-le-co2-et-lobesite/#more-6721

%d blogueurs aiment cette page :