Overdose du Rose, 2e partie

pink (Custom)
Hier soir, j’ai exceptionnellement écouté Tout le monde en parle. Il y a un certain temps que je n’écoute plus la messe gauchiste du plateau, mais cette fois, il allait y avoir Eric Duhaime et Jean-François Lisée. Ce fut un bon débat gauche/droite.

Mais il y a aussi eu une femme qui est venu parler d’un documentaire qu’elle a fait sur le « Pinkwashing », c’est à dire l’utilisation du ruban rose à des fins de marketing. C’est exactement comme le « Greenwashing » où l’on fait passer une compagnie comme sensible à l’environnement, ou un produit comme écologique, vert, « éco-énergétique » etc, alors que ce n’est qu’un truc de marketing pour améliorer son image ou mieux vendre le produit, souvent plus cher.

J’avais écrit un billet à ce sujet en 2009, ( ICI ) alors que je trouvais exagéré ces rubans roses partout et j’en était arrivé à la conclusion que c’était juste un truc de marketing, qui cible automatiquement 50% de la population, soit toutes les femmes, ce qui est très élevé. Contrairement aux autres maladies et autres causes, toutes les femmes se sentent concernées.

Elle a dévoilé que certaines compagnies vendaient des produits roses, avec le ruban rose clairement affiché, inscrivant même que la compagnie « soutient » la recherche pour le cancer du sein, mais que c’est un soutien moral seulement, la compagnie ne donnait pas un sou à la recherche.

Sur le site Think before you pink , les auteurs ont identifié les cinq questions critiques à se poser avant de faire un achat « rose » :

-Quel pourcentage du prix d’achat sont-ils reversés à l’action contre le cancer du sein ? Le montant est-il clairement cité sur l’emballage ?
-Quel est le montant maximum qui sera reversé ? (l’entreprise s’engage à verser une somme maximale et, quand elle est atteinte, plus rien n’est reversé) -Comment les fonds sont-ils récoltés ? (directement via l’achat du produit ou faut-il passer par le site web…)
-À quelles organisations les fonds sont-ils reversés et quels sont les programmes soutenus ?
-Que fait l’entreprise pour s’assurer que ses produits ne contribuent pas à l’épidémie de cancers du sein ?

Ça devrait être le cas toujours non? Quand quelqu’un essaye de vous vendre un produit, il va trouver toutes sortes de trucs pour y arriver. Jouer sur la corde sensible du cancer du sein, qui peut toucher toutes les femmes, est un bon exemple, mais il n’est pas le seul. Ce genre de stratégie est utilisé par plusieurs compagnies, les environnementalistes, les religions et autres organismes. Si vous voulez vraiment faire un don à une cause en particulier, impliquez-vous personnellement, ou alors faites un chèque directement l’organisme en vérifiant si cet organisme a une bonne réputation quant à l’utilisation des fonds qu’il gère. C’est la seule façon que vous serez certain que l’argent se rend bien.

Un commentaire pour Overdose du Rose, 2e partie

  1. Gilles Laplante dit :

    Quand on utilise un argument qui n’est pas directement relié au produit pour me le vendre, je ne l’achète pas à moins qu’il soit vraiment moins dispendieux, ce qui est rarement le cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :