Société de moumounes

Nous sommes en train de former une société de moumounes, une société de gens qui sont incapable de faire face à la réalité, aux obstacles de la vie, une société de gens qui sont incapable de se gérer eux même et qui vivent au dépends des autres.

Dans nos écoles, on ne « coule » plus personne, il n’y a plus de gagnants et de perdants dans les sports, il n’y a même plus de pointage, tout le monde reçoit une médaille de participation. Tout ça au nom de « l’estime de soi » des enfants. Face à l’intimidation, on prône la discussion, ou on suspend l’agresseur quelques jours, avec les résutlats qu’on connait. Les enseignants sont maintenant presqu’exclusimevement des femmes, puisque les hommes sont ostracisé comme étant tous des potentiels agresseurs. Alors les jeunes n’ont qu’un seul modèle féminin, pas de modèles masculins et ils y aprennent la coopération, pas la compétition. Tout le monde est beau, fin, asexué et égal, l’idéal gauchiste quoi.

Mais la vraie vie, c’est pas ça. Dans la vie, il y a des échecs, des défis à surmonter et des erreurs dont il faut apprendre. Et on peut aussi apprendre que si on est pas bon dans un domaine ou dans les sports, qu’il y a d’autres ouvertures à explorer. Est-ce vraiment aider les enfants que d’en faire des enfants-roi ou tout est beau et facile et que rien ne les contredits ou les mets au défi?

Une fois sur le marché du travail, comment vont-il réagir face à l’échec, face à la compétition. Supposons que le premier emploi est en emploi en vente, comment il réagit quand le client lui dit : « Non »?
40% des jeunes enseignants quittent le métier en moins de 5 ans. Ils n’ont pas appris à persévérer devant les difficultés ou comment réagir devant les problèmes, alors ils quittent.

Ils ne sont pas habitués à l’échec, ils sont incapables de faire face aux défis. Alors ça va nous faire une société de moumounes qui sont incapables de se responsabiliser, vont vivre au crochet de la société et vont se tourner vers le gouvernement au moindre problème, au lieu de se retrousser les manches et faire face au problème.

Et pourtant la gauche québécoise s’insurge contre les écoles privées, parce que certaines d’entre-elles, qui justement ne forment pas des moumounes, sont trop difficile d’accès pour les plus démunis. Si ton enfant est réellement brillant et que tu veux l’envoyer dans une école privée pour ceux qui ont un quotien supérieur, c’est à toi de faire les sacrifices nécessaires pour l’y envoyer. C’est pas à la société de payer pour ça. On n’a pas à niveler par le bas non plus pour satisfaire l’idéal gauchiste de « tous pareils, tous égaux » en voulant empêcher ceux qui veulent mieux pour leur enfants ou se dépasser de le faire.

Mais depuis le temps que notre système d’éducation est comme ça, c’est déjà commencé. Au Québec, on a des programmes sociaux très généreux qu’on ne pourrait pas se payer si ce n’était de la péréquation de 8 milliards pas an. On offre des généreux programmes de congés parentaux, de garderies subventionnées et procréation assistée gratuite. On est parmis les plus endettés, les plus syndicalisés et on est l’endroit ou les entreprises sont les plus subventionnées, et on se classe parmis les derniers pour ce qui est de l’économie.

De nos jours, le plan de carrière de certains jeunes c’est le B.S. ou la CSST. Et pour les fonctionnaires, c’est la retraite le plus tôt possible. Quand une entreprise ferme, les gens braillent pour que le gouvernement les aide et étire leur chômage. On dirait que les gens qui rêvent de foncer, se relever les manches, fonder une entreprise et qui voient grands sont très rares. Ils sont où les Joseph-Armand Bombardier, Guy Laliberté et Pierre Péladeau?


Est-ce que la nouvelle génération serait en train de se réveiller? Malheureusement non…

Il faut modifier en profondeur la façon dont on forme la jeunesse, sinon on va se ramasser avec une société de citoyens insécures, dépendants et incapable de s’occuper d’eux-même, donc de moumounes.

D’un autre côté, une certaine élite aime bien ça un petit peuple dépendant et insécure, ça leur donne plus de pouvoir et de contrôle….

Publicités

8 Responses to Société de moumounes

  1. lemoutongris dit :

    « une certaine élite aime bien ça un petit peuple dépendant et insécure, ça leur donne plus de pouvoir et de contrôle »

    exactement. et chacun sait que la peur mène au Côté obscur… du socialisme

  2. zarmagh dit :

    Avec la paix et l’harmonie sociale comme seules valeurs, comme seul projet de société, comme seul horizon, le Québecois idéal des derniers jours ne pourrait logiquement être rien d’autre qu’un agneau bucolique insignifiant, incapable de porter un jugement moral sur quoi que ce soit, incapable d’affirmer quoi que ce soit, incapable d’être quoi que ce soit. Une pure ouverture à l’Autre. Un pur néant . (Jean-Jacques Tremblay)

  3. P.A. Beaulieu dit :

    Bonjour à tous,

    De dire que 40% des jeunes enseignants quittent en moins de cinq ans « parce qu’ils n’ont pas appris à persévérer devant les difficultés ou comment réagir devant les problèmes, alors ils quittent », n’est-ce pas un peu réducteur Christian?

    De dire que les générations montantes sont moins endurantes que les autres c’est vrai, mais pense aussi au fait que les jeunes actuels sont beaucoup plus difficiles à gérer que les générations du passé à cause d’une multitude d’autres facteurs…

    Un point que je trouve inquiétant également, c’est la féminisation accrue du corps enseignant et du manque de présence masculine dans les écoles.

    P.A. Beaulieu

    • Sauf que les statistiques sont là. 40% des jeunes enseignants quittent en moins de 5 ans.

      • P.A. Beaulieu dit :

        Je ne conteste pas en lien avec le 40% qui lâche Christian, mais le point où tu mentionnes qu’ils quittent parce qu’ils n’ont pas appris à persévérer.

        Crois-moi après 10 ans comme prof au secondaire que persévérer, aussi tough que tu peux être, c’est dur, quand t’as pas l’appui des parents, des jeunes qui se foutent de toi et une direction absente, et ici je ne parle pas que de mon cas.

      • crioux dit :

        C’est une question d’interprétation. Je ne suis pas prof, mais j’ai déjà enseigné à quelques occasions et je côtoie des enseignants. Pourquoi est-ce plus difficle? Parce que les parents mettent la faute sur le prof si son enfant est pas bon. C’est toujours la faute des autres, jamais de leur enfant. Et les enfants apprennent ainsi qu’ils ont toujours raison.
        Ca rend tout ça un peu plus difficile, et les jeunes enseignants qui ont été ces enfants-roi ont encore plus de difficultés que ceux de notre génération ou de celle d’avant.

  4. zarmagh dit :

    Il n’y a plus d’autorité dans les écoles. Au lieu d’étudier, les jeunes pensent à autre chose, et ils le font !
    http://www.pvr-zone.ca/ados_porno.htm

  5. Déficience du système d’éducation, et enfants uniques. Le problème n’est pas seulement ici :

    http://fr.radio86.com/les-medias-et-la-chine/quand-les-petits-empereurs-deviennent-grands

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :