Une commission d’enquête publique sur la construction n’est pas une solution

corruption
Une commission d’enquête permettrait sûrement de mettre des visages sur les fraudeurs, mais est-ce que ça règlerait le problème? NON!

Une commission d’enquête publique donne l’immunité au gens qui y passent et les preuves montrées en commission d’enquête ne peuvent pas être utilisées par les policiers. Donc à moins que les policiers aient déjà ces preuves en main, il n’y aura pas d’accusations.

Les attentes sont tellement élevées que c’est certain que la populace ne sera pas satisfaite. Qu’est-ce qu’ils vont dire après la commission? Que c’était arrangé voyons! Que les gros poisson s’en sont tirés!

La corruption, la collusion, l’intimidation, les dépassement de coûts et le financement des partis par des firmes de génie conseils vont continuer d’exister même avec une commission d’enquête publique. Si vous faites une commission d’enquête sur la prostitution, ça ne va pas l’empêcher.

La plupart des gens crient haut et forts que la commission d’enquête publique est la solution miracle, mais qu’ont-il à proposer comme solution réelle au problème?

Changer Charest pour Marois n’y changera rien, le problème existe depuis plus de 50 ans.

Avez-vous des idées de solutions concrètes et utilisables?

Dans le cas de la collusion, c’est à dire des entreprises qui s’arrangent entre eux pour se distribuer les contrats, donc éliminant l’effet de concurrence et faisant augmenter les coûts. C’est très difficile à prouver en cour car il s’agit d’entente verbales entre les entrepreneurs. Que peut-on faire pour limiter cette pratique?

Dans le cas de la corruption de fonctionnaires, qui donnent de l’information privilégiée à certains entrepreneurs, ce qui leur permet d’avoir un avantage lors de soumission, ou des fonctionnaires qui regardent ailleurs lors de la vérification de la conformité d’un chantier. Que peut-on faire pour les attraper?

Dans le cas des syndicats qui font de l’intimidation, et même demandent de l’argent aux travailleurs qui ne sont pas dans le « bon » syndicats, pour avoir le « droit » de travailler sur un chantier. Comment démontrer ça?

Dans le cas de syndicats qui bloquent des chantiers et font du chantage à l’employeur pour qu’il engage plus de travailleurs syndiqués que nécessaire. Comment empêcher ça?

Dans le cas de syndicats qui étirent volontairement la durée d’un chantier, pour faire plus d’heures. Comment un employeur peut-il prouver ça?

Dans le cas d’entreprises qui donnent de l’argent aux partis (avec des prêtes-noms) et qui reçoivent des contrats ensuite. Comment faire la preuve qu’un lien existe entre les deux? Comment éviter le financement occulte des partis? J’ai déjà discuté du financement public comme solution dans un billet précédent (ici), mais ça apporte d’autres problèmes…

Dans le cas des dépassement de coûts, qui sont devenus la norme plutôt que l’exception. Comment faire pour éviter que les contribuables paient pour ça?

Comment faire pour prouver que la mafia à la mainmise sur les chantiers et qu’elle fait augmenter les coûts en exigeant une prime de « protection », sinon ils vont nuire au chantier, casser des jambes ou couler quelqu’un dans le ciment….

Comment empêcher que les syndicats placent des employés incompétents et laissent de côté les plus performants, parce qu’ils « vont trop vite et font mal paraitre les autres », ou alors qu’ils ne sont pas dans le « bon » syndicat.
Le gouvernement veut passer une loi en ce sens. Si la loi passe, ça serait déjà une chose de réglée.

Il y a des pistes de solutions:

-Limiter l’apport de l’état dans les grands projets. Laisser plus de place au privé. Plus le plat de bonbons est garni, plus il y a des piques-assiettes autour et si personne ne regarde, ils y vont à deux mains. Les dépassements de coûts ne seraient plus aux frais du contribuable. C’est en partie ce que les PPP devaient faire, mais les syndicats s’y sont opposés vigoureusement (on se doute pourquoi).

-Instaurer des escouades policières spécialisées. C’est déjà le cas avec UPAC et UAC, mais c’est difficile d’infiltrer ces organisations ou de faire la preuve, alors ça prend du temps. Il faut que les gens soient patients, mais présentement la foule en colère ne veut pas attendre.

-Instaurer un système de délation anonyme, où des gens pourraient appeler et laisser des informations de façon anonyme. Quand tu fais face à la mafia et aux syndicats, tu ne veux pas que ton nom soit connu.

-Ouvrir les livres des syndicats, et instaurer le vote secret. Les syndicats reçoivent 830 millions par an en cotisation. Personne ne sait vraiment ce qu’ils font de cet argent. Combien va en pots de vins ou en paiement pour des casseurs. Et le vote secret permet d’éviter l’intimidation. Quand il y a un vote de grève à main levée, même si tu es contre, tu hésites quand les gros bras te regardent. Alors souvent les gens ne vont pas à la réunion, et le vote passe à l’unanimité. Il y a un projet de loi au fédéral qui forcera les syndicats à ouvrir leur livres. ( http://www.ledevoir.com/politique/canada/332867/les-syndicats-devront-ouvrir-leurs-livres )

Et vous qu’avez-vous à proposer comme solution? Au lieu de chialer ou de m’insulter parce que je ne suis pas pour un gaspillage inutile de fonds publics que serait la commission d’enquête publique, dites-nous ce que vous voyez comme solution au problème.

Un commentaire pour Une commission d’enquête publique sur la construction n’est pas une solution

  1. (silence)
    Rien à dire, rien à proposer? Donc vous clâmez haut et fort qu’une commission d’enquête est nécessaire pour montrer les visages des fraudeurs (qui n’iront pas en prison), mais personne n’a de solution?

    Donc une fois la commission terminé, ça va continuer comme avant?

    (Tout plein de désaccord et de votes contre, mais personne qui ose se prononcer ou suggérer des solutions)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :