Panique chez les indépendantistes

C’est ça le vote ethnique?

Publicités

20 Responses to Panique chez les indépendantistes

  1. P.A. Beaulieu dit :

    Un fédéraliste dirait une énormité à moitié moins grosse et on crierait au scandale dans le camp souverainiste!

  2. Gilles Laplante dit :

    L’argument des désespérés…

  3. lemoutongris dit :

    Doit-on vraiment s’en surprendre? Les séparatistes, comme les gauchistes, jouissent d’une protection indues dans les médias. Mais si le commentaire était venu d’un Conservateur…

  4. Caligula dit :

    Je ne vois pas le mal. Un peuple uni est un peuple fort. Les fédéralistes divisent, donc nous affaiblissent.

  5. lemoutongris dit :

    « Je ne vois pas le mal. Un peuple uni est un peuple fort. »

    En dénigrant ceux qui ne votent pas séparatiste, le PQ/BQ se tire une fois de plus dans le pied. Depuis Parizeau, leur projet dépend UNIQUEMENT d’un antagonisme envers le Canada et non d’une alternative valable comme du temps de Lévesque.

    Plutôt que d’essayer de prendre la place qui nous revient dans le Canada, on traine encore un vieux boulet. Le NON a gagné; REVENEZ_EN!!

  6. Luga dit :

    Y’as pas mal plus important ,inquiétant et sérieux dans le moment , que ce petit tweet de Drainville

    Un mépris inquiétant de M. Harper pour les institutions démocratiques http://goo.gl/6SPDP

  7. zarmagh dit :

    En résumé, un mouton doit voter mouton…aveuglément !

  8. antitribu dit :

    Un peuple uni est un peuple de moutons.
    NON MERCI à la pensée unique!
    Vive les différentes opinions et surtout la liberté de les faire valoir.

  9. Gilles Laplante dit :

    On aura un peuple fort quand il sera uni contre le gaspillage des gauchistes.

  10. Caligula dit :

    Les Américains ne sont pas un peuple de moutons, pourtant ils sont unis. Il n’y aura jamais autant d’animosité entre un démocrate et un républicain qu’entre un souverainiste et un fédéraliste.

    Ça me fait rire de voir que y en a encore qui croient que le Canada est une alternative valable pour les francophones. Les Anglais ont fait du Canada un État-nation à leur image. Faut être naïf en maudit pour croire qu’ils vont accepter de changer cette image.

    Depuis l’annexion du Haut et du Bas canada, toutes les actions politiques des Anglais se résument à ceci : éliminer le fait français en Amérique. Au même titre que les Américains qui prônaient le communisme en pleine guerre froide, les francophones qui travaillent en ce sens avec les anglophones méritent pleinement l’étiquette de traitre.

  11. lemoutongris dit :

    « les francophones qui travaillent en ce sens avec les anglophones méritent pleinement l’étiquette de traitre. »

    et c’est ainsi que tu espères ralier les gens à ta cause? C’est très mal parti…

    « Les Américains ne sont pas un peuple de moutons, pourtant ils sont unis. »

    Il a fallu une guerre civile et un siècle de morosité pour les États du Sud pour garder cette union. L’exemple n’est pas le meilleur

  12. Christian Rioux dit :

    @Caligula
    Tu es un bon exemple de panique chez les séparatiste! Essayer de « brasser la merde » et de démoniser les anglais.

    Si tu cherches absolument des traitres, regarde du côté de la France. Durant cette partie de Risk que jouaient les grands empires colonisateurs, ils ont abandonné la Nouvelle-France, mais se sont alliés au américains quand ils ont voulu s’affranchir de l’Angleterre. C’était plus payant que quelques arpents de neige.

    Mais partout ailleurs, les territoires qui sont passés d’un empire à l’autre, en sont revenus. Les floridiens n’haissent pas les anglais, pourtant les premières colonies en Floride ont été espagnoles, puis françaises. Cessez de vivre dans le passé.

  13. L'engagé dit :

    J’accepterai l’argument stipulant qu’il faut cesser de «vivre dans le passé» quand ceux qui le brandissent auront fait la démonstration qu’il connaissent leur histoire.

    Que l’on commence par faire la démonstration que l’historien Maurice Séguin s’est planté dans son interprétation de l’histoire des deux nationalismes au Canada, que l’on montre que Graham Fraser parle au travers de son chapeau quand il critique le fédéral, que l’on démontre que Laurendeau s’est mis le doigt dans l’oeil, par contre si vous ne connaissez même pas les personnages que j’ai nommés, alors il se peut que vous ne compreniez pas l’influence qu’ont les structures politiques sur le devenir économique et culturel des peuples.

    Si vous ne comprenez pas ces structures et les effets du remplacement politique d’un peuple minoritaire par un peuple majoritaire, comment voulez-vous être crédibles.

    Si vous confondez un territoire, par exemple la Floride, avec le destin des peuples qui l’ont habité, comment voulez-vous que l’on accepte votre suggestion de ne « pas vivre dans le passé ».

    N’est-ce pas le signe que vous refusez de tirer des leçons de l’histoire?

  14. Christian Rioux dit :

    Et Larose qui mets le BQ dans l’embarras.

    http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/federales2011/archives/2011/04/20110427-124139.html

    Avec des amis comme ça, pas besoin d’ennemis. Le Bloc et les séparatistes montrent enfin leur vrai visage, et il ne plait pas au québécois.

    C’est vraiment la panique!

  15. lemoutongris dit :

    « N’est-ce pas le signe que vous refusez de tirer des leçons de l’histoire? »

    Oui, justement. N’importe quel forme de nationalisme est destructeur. Qu’on cesse de se complexer et de se voir comme un peuple opprimé. Une bonne partie de cette oppression est auto-induite (Église, entre autres)

  16. L'engagé dit :

    N’importe quel forme de nationalisme est destructeur?

    Vraiment? Votre propos revient à dire que la Norvège aurait du rester sous la tutelle de la Suède? Que les Tchèques et des Slovaques n’auraient pas dû se séparer, que d’ailleurs ils étaient mieux sous la tutelle de l’empire austro-hongrois, avec la Croatie, la Slovénie, la Bosnie et la Bosnie?

    Si on se refuse à soi-même une certaine dose de nationalisme, alors c’est le nationalisme d’autrui qui nous est imposé, ce qui signifie que lorsqu’un pays est composé de plusieurs nations, le gouvernement dudit pays servira d’abord les intérêts de la nations majoritaire; la nation minoritaire est alors remplacée dans son agir politique par la nation majoritaire, elle perd donc des occasions de ses développer, d’acquérir de l’expérience, de prendre des risques, de développer des initiatives. Elle perd des occasions d’agir.

    Certes, des individus de la nation minoritaire peuvent s’épanouir, mais l’agir collectif des peuples minoritaires est fortement diminué dans les fédérations où le peuple majoritaire occupe les centres de décision. Je vous demande donc pourquoi ce qui est bon pour la nation canadienne comme par exemple gérer la politique étrangère, siéger à l’OMC, l’ONU exercer tous les pouvoirs exclusivement fédéraux, serait par un revers de fortune néfaste pour la nation québécoise?

    Même Harper l’a dit à l’occasion de la formation du Reform Party, il est partisan d’un état central fort, et ce, au nom de l’union nationale. Compte tenu que les Québécois forment une nation différente, plus de pouvoir pour la nation majoritaire à Ottawa signifie plus de remplacement dans des domaine où la nation québécoise ne pourra développer sa propre initiative.

    « Qu’on cesse de se complexer et de se voir comme un peuple opprimé», une telle affirmation n’est-elle pas candide? Si la structure politique en est une ou la nation minoritaire est politiquement sous tutelle, alors forcément il y a des impacts économiques et culturels. Le politique, le culturel et l’économique sont intriqués, affaiblissez l’un et vous affaiblissez l’autre.

    Quel complexe y a-t-il a constater d’une manière lucide et réaliste l’assujettissement de la nation minoritaire par la nation majoritaire? Vouloir agir par soi-même, n’est-ce pas louable? Pourtant c’est du nationalisme.

    Il y a 192 pays représentés à l’ONU, êtes-vous en train de me dire que ces 192 pays ont torts d’être souverains?

  17. Christian Rioux dit :

    @L’engagé:

    Ca me démange de répondre à vos inepties, mais pour la cohérence de ce blog, je vous demande de rester sur le sujet.

    Qu’avez-vous à dire au sujet de la panique du Bloc face à la remontée du NPD, de la radicalisation du discours pour essayer de sauver les quelques votes de séparatistes purs et durs, de la sortie ridicule de Larose?

  18. Caligula dit :

    lemoutongris

    Je ne tiens vraiment pas à rallier les traitres à ma cause, qu’ils sèchent.

  19. L'engagé dit :

    Premièrement il faudrait que vous fassiez preuve de cohérence vous-même :

    Premièrement vous amalgamez bloquistes et indépendantistes et le seul usage que vous fait du terme «séparatistes» mériterait à tout le moins une justification sémantique de votre part, mais c’est le genre d’exercice dans lequel non seulement vous vous leurrez, mais dans lequel vous montrez que votre compréhension de l’histoire et de la politique est fondée sur des jugements arbitraires et des idées reçues. J’invite vos lecteurs à lire votre billet «Confusion sur les étiquettes» pour qu’ils s’en rendent compte eux-mêmes.

    Deuxièmement, je saisi simplement la balle au bond en remettant en question la prétention selon laquelle c’est vivre dans le passé que de chérir l’indépendance ou adopter une grille d’analyse historique qui soit nationaliste.

    Troisièmement, pourquoi quelqu’un qui écrit que «c’est vivre dans le passé» serait dans le sujet et que quelqu’un qui le réfuterait serait hors sujet? Où est la cohérence dans ce «deux poids, deux mesures»?

    Quatrièmement, j’ai à dire que la montée (et non la remontée, comme vous l’écrivez) du NPD est une belle illustration du « Bandwagon effect», théorisé par Karine Prémont et que cet «effet d’entrainement» a été savamment utilisé par Gesca et Radio-Canada pour contrôler l’établissement des priorités politiques dans cette campagne. C’est sans doute la preuve que sans doute 5 à 15% des électeurs vont suivre une tendance s’il y en a une dans la société et que les médias la popularisent en usant de ce qu’on appelle «l’effet structurant», cette mobilité est sans doute le signe de la grande influence des médias et du peu d’éducation politique conjuguée à peu de littératie médiatique et mon commentaire, vous l’aurez compris, insiste sur le fait que la popularité ou non d’une idée a moins à voir avec sa pertinence qu’avec la performance des acteurs politiques. Ainsi, je vous encourage tant que vous le voulez à critiquer la performance des acteurs indépendantistes dans l’arène, mais si vous vous attaquez à l’indépendance comme telle, ayez le courage de le faire avec rigueur. Vous préférez faire une insinuation mesquine (commentaire de Drainville/vote ethnique) mais vous n’osez pas la défendre en qualifiant simplement mon propos d’ineptie.

    Ne confirmez-vous pas ainsi la propre légèreté de vos préférences politiques en préférant l’insulte à un débat intellectuel? Et vous vous cachez derrière une prétendue cohérence? Dans le dernier débat sérieux sur l’environnement que nous avons eu, vous m’avez balancé un texte d’une centaine de pages en guise de référence, mais ma propre analyse dudit texte a pu démontrer que soit vous n’aviez pas lu votre propre document, soit vous n’aviez pas les connaissances pour l’évaluer et vous rendre compte qu’il s’agissait d’un document sans aucune rigueur. Vous n’avez pas non plus relevé le défi de soumettre le texte à des profs de philo ou de science de votre Cégep pour vérifier votre propre interprétation.

    En conclusion vous maniez l’argument de la cohérence ou du hors sujet pour éviter des débats qui révèleraient votre méconnaissance de la politique, de l’histoire ou des sciences sociales. Vous proposer des interprétations de la politique à coups de slogans et de caricatures, comment voulez-vous dans ce cas que quoi que ce soit de mature, de riche qui soit capable de réconcilier des phénomènes complexes et contradictoires émerge de votre blog?

    Cinquièmement, comment pouvez-vous m’inviter à commenter quelque chose de complexe quand vous venez de qualifier « d’inepties », des commentaires qui sont fondées sur la diffusion d’une synthèse des idées de Graham Fraser, de l’historien Séguin et d’André Laurendeau? Ces derniers vous permettraient justement de relativiser ce que vous qualifiez de «radical». Mais un tel échange est-il possible si vous n’enragez pas un minimum de réflexion et le recours à des sources externes?

  20. lemoutongris dit :

    « Je ne tiens vraiment pas à rallier les traitres à ma cause, qu’ils sèchent. »

    Pourtant, il sont à peine 35% à vouloir la séparation à tout prix…

    « Le politique, le culturel et l’économique sont intriqués, affaiblissez l’un et vous affaiblissez l’autre. »

    Le culturel n’est pas du ressort de l’État. Pour ce qui est de l’économie : le projet séparatiste est avant tout socialiste. Je choisis le moindre des maux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :