Pertinence du Bloc

à L’origine, le Bloc Québécois ne devait exister que pour UN SEUL MANDAT:
“Le succès du Bloc sera mesuré à la brièveté de son existence”. — Lucien Bouchard, 15 juin 1991 à Tracy lors du congrès de fondation du Bloc. Il avait même dit qu’aucun député du Bloc ne toucherait de pension.

Alors on peut donc conclure plus de 20 ans après que le Bloc est un échec lamentable!

Le Bloc est un parasite du système. Il profite des subventions par votes, donc il reçoit des millions à chaque élection, mais ses dépenses sont limitées au territoire du Québec. Le Bloc reçoit environ le même pourcentage de votes que le NPD, même moins. Mais le NPD a beaucoup plus de dépenses et présente des candidats partout au Canada. Pourtant, ils reçoivent à peu près le même montant.

Si au début, le Bloc était composé de membre de toutes idéologies en réaction à la crise constitutionnelle, le Bloc d’aujourd’hui est composé de séparatistes d’extrême gauche.

Le Bloc n’est plus qu’un ramassis de chialeux, qui peuvent promettre n’importe quoi, même peinturer la lune en bleu! Ils savent qu’ils n’auront jamais à tenir aucune promesse, parce qu’ils ne seront jamais au pouvoir.

Le Bloc est aussi une façon pour les ex-péquistes de venir chercher facilement une 2e pension au fédéral. Ils sont nombreux à l’avoir fait, et c’est pas difficile. Surtout en ayant la même base militante qui te connaissent, et sachant que tu n’auras jamais à faire autre chose que de chialer de temps en temps contre le Canada. Job facile, avec pension à vie après deux mandats.

Aussi, quand les vrais partis voient que élection après élection, les québécois donnent beaucoup de sièges au Bloc, alors ils mettent leurs efforts ailleurs, délaissant le Québec. Nous n’avons donc pas ou peu de ministres provenant du Québec, et les promesses électorales et les projets se réalisent ailleurs et au détriment du Québec. Finalement, n’est-ce pas ce que veux le Bloc? Affaiblir le Québec pour ensuite mettre la faute sur le Méchant Canada? Est-ce vraiment à notre avantage?

Votez Conservateur, Libéral ou NPD, mais votez pour un parti qui a une chance, si minime soit-elle, d’être au pouvoir.

Le plus ridicule, c’est que comme après chaque élection, le Bloc va célébrer sa « victoire », alors qu’ils ne seront pas au pouvoir et n’auront obtenu que 8% des votes, moins que le NPD.

3 commentaires pour Pertinence du Bloc

  1. L'engagé dit :

    1. Qu’est-ce que des séparatistes d’extrême gauche?

    2. Vous écrivez vous-même implicitement, dans le quatrième paragraphe, que le Bloc a autant d’argent et plus de députés que le NPD, donc c’est notre système électoral qui est problématique. Quel est donc le problème dans ce cas? Le régime politique, le type de scrutin ou un parti qui cherche simplement établir un rapport de force en se servant justement de l’archaïsme de notre système afin d’augmenter le nombre de député qu’il peut élire? Le Bloc est e symptôme de la dysfonction du Canada, pas la cause.

    3. Un Québécois peut très bien voter bloc pour empêcher un conservateur d’être élu et favoriser par là stratégiquement les libéraux. Faites vos math, tant qu’il n’y a pas de scrutin proportionnel, un vote pour le bloc n’enlève pas un député essentiel aux libéraux, c’est plutôt le contraire : dans les comtés conservateurs où Bloquistes et Conservateurs se livrent une chaude bataille, des sympathisants du NPD ou des Libéraux pourraient voter Bloc pour diminuer ainsi le nombre sièges à la disposition des conservateurs et par là diminuer également l’écart entre les conservateurs les libéraux.

    4. Vous faites des doléances comme si chaque vote était égal, mais à chaque élection la majorité des Canadiens perd ses élections c’est à dire qu’il y a plus de gens qui ont voté dans chaque comté CONTRE le candidat élu que POUR. Ainsi, si on n’était dans un scrutin proportionnel et que vous ne vouliez pas que les conservateurs soient élus, alors il est vrai que tous les votes pour le Bloc soustrairaient le nombre de voix disponibles pour élire des libéraux et forcément la présence du bloc favoriserait les Conservateurs qui pourraient élire 15 députés de plus et non 11 comme c’est le cas dans les projection (20% de 75 sièges = 15) et la majorité des conservateurs serait alors acquise. Mais c’est sans compter que si nous étions dans un tel système, il y aurait également beaucoup de députés élus des tiers partis et rien n’empêcherait encore le reste des députés du Bloc de continuer à faire des alliances ponctuelles avec les autres au gré des circonstances, alors il y a de fortes chances qu’un tel système empêche les deux grands partis d’être majoritaires. Rien n’empêcherait non plus la constitution de nouveaux partis régionaux, après tout, c’est ce qu’était le «Reform»… Un Wildrose Alliance, un West coast party pourraient rejoindre le Bloc dans des projets de réformes.

    5. Avec un peu de chance, nous aurons peut-être encore des Conservateurs minoritaires et nous sommes peut-être à la veille d’une crise politique intéressante si cela arrive.

  2. 1. Les séparatistes sont de toutes sorte d’idéologie, il y en a de droite et il y en a de gauche. c’est une des raison pourquoi l’indépendance n’aura pas lieu, ils ne s’entendent pas sur ce que serait un Québec séparé. Le Bloc est très à gauche, et très proche des syndicats.

    2. Le Bloc profite du système. Ce système n’est pas parfait, mais je crois qu’une proportionnelle pure n’est pas la solution non plus, puisque ça produit plus de gouvernement minoritaire et favorise les petits partis extrémistes.

    3. Mathématiquement parlant, tant que le Bloc est là, c’est comme si le Québec en entier s’abstenait et laissait le reste du Canada décider qui va gouverner le pays. Nous perdons notre pouvoir. Si quelqu’un n’aime pas les conservateurs, voter Bloc n’y changera rien, puisque la seule alternative possible est les libéraux. Donc voter pour les Bloc maintient les conservateurs au pouvoir. C’est ce que veux Gilles Duceppe, c’est plus facile de démoniser les conservateurs de l’ouest et leur pétrole qu’un gouvernement libéral. Note: Le Reform avait des candidats dans toutes les provinces, le Bloc n’en a qu’au Québec. Le terme parti régional est plus approprié pour le Bloc.

    J’ai déjà parlé amplement du mode de scrutin dans un autre billet, je ne vais pas tout recopier ici. Personnellement, je crois que ce mode à des avantages, mais aussi autant d’inconvénients. Le système parfait, ça n’existe pas.

    Reste que le Bloc aurait du faire Harakiri après le référendum, comme prévu. Lucien Bouchard et d’autres ont quitté comme ils l’avaient promis. D’autres sont restés parce qu’ils y ont vu une opportunité de faire du cash facile.

  3. zarmagh dit :

    Le premier Ministre Harper a un début de solution je crois. Il propose de supprimer les subventions fédérales aux partis politiques…Il lui suffirait, en plus, d’obliger tout parti politique sur la scène fédérale a présenter des candidats dans au moins 50% des provinces. Et hop, exit le Bloc…Hélas, le parti conservateur est minoritaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :