La CSN qui se mêle de la campagne

Tout comme elle l’avait fait en 2008, la CSN vient se mêler de politique, sans consulter ses membres. C’est scandaleux. Je suis syndiqué CSN, et ce n’est pas le mandat de mon syndicat de se mêler de savoir pour qui on va voter. Les syndicats sont mal placés pour parler d’éthique et de transparence, puisqu’on ne sait pas ce qu’ils font avec les 800 millions (non imposable) qu’ils reçoivent chaque année en cotisations, ils ne sont pas tenu de le divulguer.

La CSN travaille pour le bien de la CSN et ses membres, soit environ 200 000 membres, et non pas pour les canadiens et les québécois. Ils veulent garder leurs acquis, et non pas faire le ménage dont le Québec et le Canada ont grandement besoin. Une idéologie de droite pourrait faire un tel ménage, même si Harper n’en a aucunement indiqué l’intention.

Selon elle: « Les dégâts faits par le gouvernement conservateur, même minoritaire, sont considérables. Imaginez l’élection d’un gouvernement majoritaire. »
Justement c’est exactement la campagne de peur du Bloc, tout est dans l’imagination. Quels dégats? Les menaces imaginaires sont plus effrayantes que les menaces réelles ou visibles.

«Le but des pratiques politiques est de maintenir la populace dans l’inquiétude (et donc demandant la sécurité), sous la menace infinie de croque-mitaines, pour la plupart imaginaires. »
H.L. Mencken

Est-ce que cet appui sera comptabilisé comme étant de la publicité pour le Bloc? 🙂

Publicités

37 Responses to La CSN qui se mêle de la campagne

  1. L'engagé dit :

    La dérive des F-35 ne vous suffit pas? 29 milliards! Le gouvernement conteste les chiffres du vérificateurs, on lui demande de fournir ses propres évaluations et il ne le fait pas. Qu’au moins il réponde aux journaliste, mais non, il les fuit. Il va jusqu’à s’immiscer pour interrompre la diffusion d’information réclamée par le biais de la loi sur l’accès à l’information. Il contrôle les réponses des fonctionnaires, même les scientifiques qui travaillent pour lui doivent restreindre ce qu’ils diffusent au public. C’est complètement Orwellien.

    Pensez aux recensement, vous qui aimez la science, le directeur statisticien en chef a démissionné parce qu’il lui fallait montrer qu’un questionnaire non obligatoire n’aurait pas la même valeur.

    On sait que les Conservateurs sont très près des évangélistes et tiennent à leur idéologie, c’est cela qui dicte leur politique, pas la raison. Et c’est cette certitude qui est dangereuse : il faut pouvoir évaluer le gouvernement, mais comment le faire si ce dernier pose un goulot d’étranglement sur l’information qu’il diffuse?

    La démocratie c’est la transparence. Vous m’obstiniez pour le G-20, pourtant, un comité parlementaire démontre au contraire qu’il y a effectivement eu de l’abus :

    « Le Comité permanent de la sécurité publique et nationale brosse un portrait accablant de l’organisation des deux sommets des leaders des pays industrialisés, à Huntsville et à Toronto. Non seulement la facture a gonflé à 930 millions de dollars, mais 1105 personnes ont été arrêtées et détenues, souvent de façon arbitraire, en marge de la rencontre des leaders des pays industrialisés. Il s’agit «de la plus grande arrestation de masse en temps de paix dans l’histoire du Canada», déplore le rapport.

    Le comité recommande la tenue d’une enquête publique indépendante afin de faire la pleine lumière sur les violations massives des libertés civiles commises par les policiers.

    Le gouvernement devrait présenter des excuses «officielles et inconditionnelles» aux milliers de citoyens emprisonnés injustement, recommande par ailleurs le comité, présidé par le député conservateur Kevin Sorenson.»

    Évidement, les membres conservateurs ont remis un rapport dissident. Voyez-vous où je veux en venir, ce n’est pas ce qu’ils font, c’est comment ils le font. On leur demande des comptes et ils vocifèrent en déchirant leurs chemise. Il est arrivé la même chose avec Colvin et l’affaire des détenus afghans, le gouvernement a protégé l’armé et à attaquer l’intégrité d’un diplomate pourtant irréprochable. Il a préféré salir la réputation d’un loyal fonctionnaire qui avait décidé d’honorer sa conscience plutôt que de reconnaitre son erreur.

    C’est la même chose avec la «loi et l’ordre», on dissimule les couts. On n’obtient des comptes uniquement quand le gouvernement est au pied du mur, ce n’est pas normal.

  2. G20, formulaires de recensement obligatoires, F35, religion, c’est quoi le lien avec la CSN? C’est le genre de dérive que je veux éviter, alors même si ça me démange, je ne répondrai pas.

    Est-ce que la CSN outrepasse son mandat en prenant position, sans même consulter ses membres?

  3. Gilles Laplante dit :

    Selon moi, oui ça devrait être contabilisé comme une dépense électorale mais on peut toujours rêver pour que ce le soit. C’est ironique de se faire parler de démocratie par des organisations qui le sont si peu comme les syndicats.

  4. Eric Potvin dit :

    1 – Les syndicats n’ont pas du tout a se mêler de la politique.
    2 – Un des rôle d’un gouvernement fédérale est de protéger son pays et ça passe par le contrôle de son espace aérien, et avec quoi on va le protéger ? On pourrait demander au indiens de nous protéger avec leur arc et leur flèches, ( c’est vrai ils en ont plus ). Les F35 sont nécessaire pour le pays, c’est leur rôle.

  5. Reynald Du Berger dit :

    … « puisqu’on ne sait pas ce qu’ils font avec les 800 millions (non imposable) qu’ils reçoivent chaque année en cotisations, ils ne sont pas tenu de le divulguer.  »

    moi je sais ce qu’ils font avec: ils espionnent les blogues de droite afin d’adresser des mises en demeure du genre de celle qu’ils m’ont signifiée par huissier en février dernier (J’étais à ce moment en Nouvelle Zélande) . Leurs membres sont-ils d’accord?

  6. L’engagé, le communiste, va, sûrement, voter pour le Parti communiste du Canada, le 2 mai prochain!!! 😛

  7. L'engagé dit :

    @ Christian Rioux,

    Je ne comprends pourquoi vous parlez de dérive. Voici le raisonnement qui permet d’amalgamer des sujets que vous considérez comme hors propos, ne vous en faites pas c’est court :

    Des syndicats sont des acteurs sociaux et politiques dans une démocratie. Le gouvernement conservateur est un gouvernement qui a limité les débats sociaux, qui n’a pas agi avec transparence, qui peine à faire circuler l’information et à la délivrer correctement et qui méprise la participation citoyenne et l’intérêt public.

    Si un gouvernement agit de manière arbitraire, autoritaire et qu’il bafoue les institutions démocratiques, il est normal qu’il rencontre les syndicats pour s’opposer à lui. En effet, les syndicats ne peuvent fonctionner dans une situation de «dérive» pour reprendre votre terme. Si la peur qu’inspire Harper est méritée, alors la condamnation de ses stratégie est légitime

    Vous êtes intelligent, j’assume que si j’écris ceci, vous allez me demander des preuves. Car votre billet n’est vrai que si et seulement si la peur qu’inspire Harper n’est pas méritée. Si elle est méritée, alors la CSN a raison d’intervenir. Je vous ai montré, par des exemples concrets, que la proposition selon laquelle le gouvernement Harper est dangereux est vraie. Si c’est le cas, le lien entre la pertinence de condamner le gouvernement et la légitimité pour les syndicats de le faire est implicite. Discuter des «dérives» du gouvernement dans des commentaires suivant votre billet sous-tend forcément le raisonnement que je viens d’exposer.

    Vous ne voulez pas en discuter parce que pour donner raison à l’une ou à l’autre réponse dans la question « le gouvernement Harper est-il dangereux pour le démocratie?», il faut examiner les faits. Et dans ce cas-ci, les faits donnent raison à Charbonneau. La prise de position des centrales contre Harper, à plus forte raison de la CSN, est tout à fait normale.

  8. Christian Rioux dit :

    @Lengagé
    Je crois que la peur de Harper est déraisonnable. Non mais écoutez la lignes ouvertes, lisez les blogs, on parle de « Dictateur »! Ces gens n’ont aucune idée de ce qu’est une dictature. Harper n’est pas un danger pour la démocratie, il est celui qui est le mieux placé pour faire le ménage et nous sortir de cette situation que la gauche socialiste nous a placé. Etre contre le modèle socialiste qui nous a collectivement mis dans le trou ne veut pas dire être anti-démocratique.

    Harper n’est pas parfait, ni personne d’ailleurs, mais pour le moment en attendant un meilleur chef libéral, il est probablement le moins pire des deux. Faut pas se faire d’illusion, le seul choix possible est Harper ou Ignatieff. Depuis un certain temps en politique, on vote pas pour le meilleur, mais pour le moins pire. Voter pour le Bloc c’est comme laisser au reste du Canada décider a notre place.

    La CSN s’embarque dans le débat simplement parce que les syndicats sont à gauche et que ce gouvernement est à droite. La CSN ne veut pas défendre les intérêts des canadiens, mais seulement ses propres intérêts. Si Carbonneau était conséquente, elle dirait de voter libéral, puisque c’est le seul à pouvoir remplacer Harper, au lieu de ça, elle calque le discours du Bloc « bloquer la route à Harper », « empêcher une majorité ». Ce qui est ridicule c’est que le Bloc va dire que c’est grâce a lui si Harper n’a pas de majorité, alors que ce ne sera pas le cas. Ca sera plutôt « grâce » au Bloc que Harper est encore au pouvoir.

    Mais de toute façon, je suis contre le fait qu’un syndicat, aux noms de ses membres et sans les consulter (dont je suis) puisse dire aux gens quoi voter.

  9. L'engagé dit :

    1. En ce moment celui qui nous a mis dans le trou est Harper et non une quelconque cabale socialiste. Au lieu de d’écouter les lignes ouvertes ou les blogues populistes, informez-vous correctement et vous apprendrez qu’Harper a hérité d’un surplus de 13 milliards lorsqu’il est arrivé au pouvoir et qu’il l’a littéralement fait fondre : l’an prochain, la dette avoisinera les 586 milliards de dollars. Donc Harper a creusé la dette de 100 milliards, avez-vous une petite idée des frais que cela représente annuellement pour le service de la dette comme augmentation? Ça représente environ entre 4 et 6 milliards PAR ANNÉE!

    2. Harper est un danger pour la démocratie, du moins dans la manière de la pratiquer au Canada, vous ne pouvez pas nier qu’il a étendu son emprise sur des institution comme «Droits et démocratie», qu’il limite la valeur du travail d’institutions émérites comme Statistiques Canada, qu’il contrôle l’information d’une manière compulsive, qu’il refuse d’affronter la presse et surtout, que son gouvernement refuse de fournir les documents qui permettrait d’évaluer les effets de ses politiques. Ses relations avec la Tribune de la presse à Ottawa sont pourries et il s’est même immiscer dans les relation entre les fonctionnaires et le public, ces dernier devant désormais se rapporter à leur supérieur pour répondre aux questions. À l’ère de la Société de l’information et des communications, il est important que l’information circule.

    -À titre d’exemple, comment se fait-il que l’opposition ne puisse obtenir les donnée des conservateurs qui prétendent dans leurs réponses que leurs estimations, eu égard au F-35 sont juste? Normalement, dans le jeu parlementaire, ces données sont accessibles. En refusant de les donner, les Conservateurs dirigent en autocrates et font un procès d’intention à chaque fois.

    Cette somme de dérives, dont chacune constitue une entorse à la démocratie et à nos traditions parlementaires permet de conclure qu’Harper et les conservateurs dirigent en autocrates et (et c’est le coeur de mon propos) MÉPRISE LE DÉBAT RATIONNEL ET LE CONSENSUS. Ils dirigent en fonction d’une idéologie dont les on transforme les principes en absolu.

    Ce climat politique ne permet donc pas de prendre des décisions rationnelles, or la discussion rationnelle entre les acteurs sociaux est un impondérable en démocratie. Si vous n’en êtes pas convaincu, je vous propose de lire sur le concept « d’espace public» du philosophe Habermas.

  10. Au Cégep François-Xavier-Garneau, à Québec, les profs de philo ont invité, hier, tous les étudiants du Cégep à assister à une conférence qui leur recommandait de voter contre Harper, le 2 mai prochain!!! Il y avait des bloquistes, parmi les invités de cette conférence-là, puisque le Bloc faisait partie des organisateurs, et les étudiants qui s’y présentaient vont avoir 1% de plus, au troisième cours de philosophie, à la fin de la session!!!

    http://www.radioego.com/ego/listen/7434

    Bien sûr, l’engagé, le communiste, appuie cette forme de lavage de cerveau!!!

  11. Et que dire de la couverture électorale biaisée de Radio-Canada, hein???

    http://www.radioego.com/ego/listen/7419

    Ça, ça donne le goût de voter conservateur et en maudit, à part de ça!!!

  12. Christian Rioux dit :

    En effet, personne ne devrait utiliser une position de pouvoir pour dire au gens comment voter. Encore moins des étudiants influencables. Le prof devrait être rencontré par la direction et recevoir une note à son dossier. C’est encore plus inacceptable que la sortie de la CSN. C’est déjà arrivé au cégep ou je travaille, certains étudiants (dont un que je connais) ont eu un malaise, mais personne n’a osé porter plainte, de peur de se faire harceler par le prof ou d’autres étudiants.

  13. L'engagé dit :

    S’agirait-il ici de désinformation?

    La conférence n’a-t-elle pas été planifiée AVANT les élections? Il me semble que Christian Nadeau est professeur de philosophie à l’Université de Montréal et qu’il réclame d’ailleurs dans son essai «Contre Harper» le recours à la raison pour montrer précisément les torts du courant conservateur actuel en montrant justement par quelle technique le conservatisme moral s’est développé.

    En ce sens c’est tout à fait le genre de conférence normale à laquelle doivent être conviés des étudiants du cours de philo «Éthique et politique» : un prof de philo universitaire propose un livre accessible dans lequel il actualise et montre la nécessité de la philo. Les profs du collégial profitent de l’occasion pour enfin montrer la pertinence de leur discipline.

    Qui est biaisé, Radio-égo, qui traite l’ouvrage de pamphlet alors qu’il s’agit de philo ou l’initiative des profs de philo? La conférence est ouverte a tous, mais peut-être s’agit-il d’une activité «obligatoire» dans le cours de philo, or les profs ne peuvent plus faire d’activités obligatoires (c’est une des conséquences de la réforme) alors la seule carotte est le point boni, lequel semble justement un incitatif si mince et rien d’inéquitable, puisque qu’ils appliquent la même politique que les profs de littérature qui ont le même type d’incitatif pour des pièces de théâtre.

    Il n’y a pas de «Contre Duceppe» parce qu’à ma connaissance, il n’y pas de livre en philo qui aurait été écrit contre Duceppe et qui montrerait que ce dernier est un danger pour nos institutions. S’il y en avait eu un et que ce dernier avait été écrit par un prof de philo, les profs de philo auraient été tout à fait libres d’inviter l’auteur pour une conférence. Maintenant s’il n’y a pas d’expert en philo qui se penche sur la question, non plus que de prof pour inviter l’expert fantôme, il n’y aura pas de conférence «contre Duceppe».

    Sauf que Radio-égo a tort d’en faire l’objet d’une crise : il ne s’agit pas d’une activité partisane, sur laquelle se seraient greffés les profs de philo, mais une activité pédagogique, qui traite de politique, et qui tombe alors au moment des élections.

    Si les conservateurs s’intéressaient plus aux sciences et à la philo, on n’aurait pas besoin de dénoncer leurs dérives, leur éthique les préserverait des travers que nous dénonçons justement.

    Il ne s’agit pas d’un candidat bloquiste qui serait venu cassé du sucre sur le dos des autres candidats dans un contexte où le Cégep n’offrirait pas de réparti.

    Alors oui JLP, je suis d’accord avec cette activité, mais pas pour les raisons que vous imaginez et l’activité pour laquelle je suis d’accord n’est pas celle que vous et votre radio populiste avez décrite.

  14. L'engagé dit :

    «répartie»

  15. Gilles Laplante dit :

    Parlant Duceppe, ce dernier demande que le fédéral impose un moratoire sur l’exploitation de Old Harry parce que le Québec en a imposé un. Vous vous imaginez la réaction de Duceppe si le fédéral imposait un moratoire au Québec parce que Terreneuve en aurait imposé un sur son territoire? Qc qui ferait une crise de nerf?

  16. @ l’engagé.

    Harper est tellement un danger pour nos institutions que, sous sa gouverne, l’indice de démocratie du Canada a augmenté: http://lequebecdedemain.blogspot.com/2011/03/sur-les-lignes-de-depart-electorales-le.html

  17. Ce n’est pas tout!!!

    Sous Harper, l’indice de corruption du Canada a augmenté, selon Transparency International: http://lequebecdedemain.blogspot.com/2011/03/la-transparence-conservatrice.html

  18. L'engagé dit :

    @ Jean-Luc Proulx

    Financer les baisses d’impôts des entreprises en recourant à une déficit, lequel augmente une dette que devra éponger la classe moyenne, c’est faire de l’évasion fiscale sur le dos des contribuables. Vous avez beau dire que le gouvernement s’attaque au déficit, c’est lui qui aura aggravé la dette de 100 milliards, alors que ce gouvernement est arrivé avec surplus de 13 milliards. Quand on demande des comptes aux conservateurs pour comprendre les effets des baisses d’impôt ils déchirent leur chemise en vociférant que l’on détourne le gouvernement et l’attention des Canadiens, l’économie. On nous sert la même ritournelle avec les F-35 ou le renforcement de «la loi et l’ordre».

    Pourquoi? Parce que ce la conduite de ce gouvernement est dictée par des absolus, ses membres étant persuadés d’être dans une croisade pour changer la structure du Canada. Ce zèle et interdit toute contestation et le fait d’être persuadé de faire le bien permet de bafouer les principes de transparences auxquels prétendaient souscrire les conservateurs.

    Ils ont ensuite le culot, avec ce cynisme, de prétendre que les électeurs ne se préoccupent pas de ce genre d’enjeu éthique. Qu’ils aient tactiquement raison ne les excuse pas de bafouer à ce point nos principes démocratiques.

    En somme, pour arriver à sa «fin morale», tous les moyens sont bons, c’est à cela que ses opposants le jugent : si sa clientèle diversifiée voyait toutes les conséquences pour tous les Canadiens de son clientélisme, elle aurait une meilleure idée du personnage et saurait qu’on ne peut faire confiance à quelqu’un qui prend des moyens aussi machiavéliques pour imposer son «bien».

    Ne le trouvez-vous pas entêté pour les F-35? Ne peut-on pas avoir un véritable débat public pour circonscrire ce qu’est le meilleur chasseur pour le Canada? Ne peut-on pas convenir des missions auxquelles l’armée de l’air doit participer et ensuite définir le type d’avion? Ne peut-on pas définir d’abord un budget?

    Ce genre d’exercice démocratique ne plairait pas à Harper… Les Canadiens remettraient en question ses choix s’ils étaient correctement informés sur la question. Voilà pourquoi il fonctionne de manière autoritaire et qu’il restreint la transparence et qu’il limite l’accès à l’information.

  19. Christian Rioux dit :

    Pour ce qui est des avions de chasse, on fait partie de l’OTAN, on a des obligations à respecter. Envoyer nos militaires dans des vieux avions désuets nous rend ridicule en plus de risquer leur vie. Les vieux avions sont plus facile à abattre.

  20. jean-Pierre dit :

    « Je suis syndiqué CSN, et ce n’est pas le mandat de mon syndicat de se mêler de savoir pour qui on va voter.»
    Et c’est quoi le mandat de votre syndicat ? parce que c’est en assemblée générale que ça se discute les choses, pas sur un blogue. Avez-vous pris la peine de soulever le point en AG ?

  21. Christian Rioux dit :

    Ces choses-là ne se discutent pas localement. Ca se décide unilatéralement « en haut ». Les syndicats québécois ressemblent plus à des dictatures qu’à des démocraties.

    Voici une manifestation « pour la paix » auquel la CSN ainsi que tout le grattin de gauche du Québec avait participé.

  22. L'engagé dit :

    Votre commentaire sur les obligations à respecter à propos des F-35 montre que vous n’avez aucune idée du dossier et des problèmes de ces avions. Vous allez me répondre que c’est un billet sur l’ingérence d’un syndicat, mais c’est un exemple typique des dérives que l’on reproche à Harper et contre laquelle il faut s’insurger. C’est un cas d’école de l’intérêt public bafoué, et quand ça arrive, il est normal que les syndicats se manifestent.

    Harper profite de l’ignorance, du cynisme et du désintérêt des électeurs pour mener une politique idéologique et partisane. VOUS PRENEZ POUR ACQUIS QUE LA DÉCISION DU GOUVERNEMENT EST LA MEILLEURE, POURQUOI?.

    Le gouvernement a prétendu que c’était le meilleur avion et que son plan était le meilleur et que cela allait seulement nous couter un montant «X». La vie démocratique, c’est faire la démonstration de ce raisonnement dans l’espace public, ce que refuse de faire le gouvernement. Harper veut engager 29 milliards, dont peut-être 15 milliards sont de trop pour ces avions. C’est donc 15 milliards potentiel qui n’iront ni dans l’éducation ni dans la santé, ce qui touche soit les services pour la population ou alors le salaire des fonctionnaires et le maintien des institutions.

    Dans ce contexte, l’entrée en scène de la CSN ou de d’autres centrales est tout à fait justifiée. Des dépenses énormes vont être engagées, il doit y avoir un débat public, ça ne doit pas seulement être résolu par des idées comme «Envoyer nos militaires dans des vieux avions désuets nous rend ridicule en plus de risquer leur vie. Les vieux avions sont plus facile à abattre.»

    Pour votre gouverne : http://www.theatlantic.com/national/archive/2011/03/the-f-35-a-weapon-that-costs-more-than-australia/72454/

  23. L'engagé dit :

    Enfin, pour répondre à votre commentaire de 8h26, voici un propos exclusivement sur la CSN, je l’ai mis entre guillemet parce qu’il n’était pas publié autrement :

    « Les syndicats ont été des défenseurs et des promoteurs de la démocratie. Ils le sont d’ailleurs dans de nombreux pays. Je vous rappelle que l’ancien président de la CSN a été emprisonné durant la Crise d’octobre, et ce n’était pas la première fois. Il est donc normal, dans la circonstance, qu’elle prenne position contre le parti qui menace à son avis la démocratie, la vie syndicale ( nous pourrons revenir sur le Tea party et les frères Koch, dont s’inspire Harper, à un autre moment) et les travailleurs de la classe moyenne. Cette proposition s’inscrit résolument dans les principes de la CSN. Par ailleurs, les syndicats affiliés sont libres, rien n’interdit dans une assemblée générale que vous vous dissociez où que vous blâmiez la centrale. Toutefois, vous devrez faire passer cette proposition par un processus démocratique. Si vous vous abstenez de le faire, vous ne pouvez blâmer la centrale. Vous pourriez vous désaffilier, mais vos collègues membres vont-ils vous suivre?»

    «Voilà l’énoncé auquel adhère votre syndicat :

     » La CSN croit que seul un régime démocratique peut permettre le véritable épanouissement des hommes et des femmes dans toutes leurs dimensions :
    sociale, économique, politique et culturelle.

    Dans notre démocratie, l’État doit impérativement assumer ses responsabilités relativement à la mise en place des mesures garantissant la solidarité sociale et le meilleur partage possible de la richesse produite. L’État doit agir par des lois, par des accords et des traités, par la fiscalité, en soutenant par tous les
    moyens nécessaires les réseaux publics de santé, d’éducation et de services sociaux, et en prenant les mesures capables d’assurer une sécurité du revenu à l’ensemble des citoyennes et citoyens »»

    «Vous avez le droit d’être en désaccord et vous avez la possibilité de changer cela à l’interne. Je dirais même que c’est vous qui avez accepter le poste qui lui vous reliait à la CSN. Vous pouvez aussi être en désaccord avec ça, mais c’est à vous de vous organiser politiquement pour changer les lois.

    Peut-être voudriez-vous être au Wisconsin. Maintenant votre syndicat vous protège aussi, je ne sais pas si vous bénéficiez d’une priorité, mais si Harper rendait caduque les négociations collectives, l’État serait libre de mettre en place des mesures qui réduiraient votre salaires et vos avantages (bien qu’il s’agisse du fédéral et que vous soyez un employé provincial, si Harper coupait par exemple les transferts aux provinces en éducation, tous les Cégep «passeraient au cash»). Dans l’intérêt de ses membres, il est donc normal que la CSN recommande de bloquer Harper, mais bloquer Harper, ça veut dire voter pour le candidat le plus susceptible d’empêcher un conservateur de rentrer, simplement.

    Donc ça peut être le bloc, les libéraux ou le NPD selon les comtés et comme la CSN croit en la démocratie, elle n’a pas de mal à envisager une coalition. Un gouvernement libéral bien épaulé par le NPD, qui le tasse un peu à gauche, et par le Bloc qui empêche trop d’intervention, mais qui s’assure que les transferts vers les provinces restent élevés, c’est peut-être très bon pour les travailleurs syndiqués et les familles. C’est mieux en tout cas que de dilapider l’argent en sécurité et en armement et en s’endettant pour ce faire parce que l’État a donné des cadeaux en réduction d’impôt aux entreprises; réduction que doit alors éponger la classe moyenne parce que c’est par le recours à un déficit qu’Harper finance ses mesures.

    Armement ou éducation?»

  24. Christian Rioux dit :

    Comme le débat des F35 n’est pas le sujet du billet, je ne dirai que ceci. L’article que vous utilisez comme référence ne mets pas en cause la capacité de ces avions, juste le fait que les U.S. en achètent trop, beaucoup trop. Ce qui n’est pas le cas du Canada.

    Pour le reste, les syndicats ne sont pas les défenseurs de la démocratie, ce n’est pas leur rôle. Ils sont payés pour être les représentants des travailleurs auprès de l’employeur. Parce que quand on parle de démocratie, les syndicats sont loin d’être les meilleurs représentants: vote à main levée au lieu de vote secret, intimidation, prise de position politique sans consultation des membres…. Les syndicats ne sont pas non plus les représentants de l’état, comme vous tentez de dire.

    Quand on regarde l’histoire de syndicalisation des dépanneurs couche tard, on pourrait plus comparer les syndicats avec la Mafia. Les dépanneurs font de l’argent, et les syndicats veulent leur « cut ».

  25. L'engagé dit :

    J’ai un grand respect pour vous et je crois l’avoir écrit à plusieurs reprises, le fait que vous vous investissiez dans votre blog pour vos idées est véritablement important, vous donnez littéralement corps à une version numérique de l’espace public, vous êtes fondamentalement un humaniste et un démocrate.

    Toutefois, je dois également vous faire une critique : vous compartimentez votre pensée et vous réfléchissez es phénomènes sociaux et politiques d’une telle façon que vous vous empêchez de voir les liens, liens souvent essentiels pour se faire un portrait global plus exhaustif d’une situation donnée. Vous analysez alors un aspect secondaire, accessoire ou accidentel d’une situation politique et vous en faites une règle générale.

    Par rapport à votre billet, c’est vrai que l’on s’en crisse des F-35, mais qu’est-ce que cela révèle sur votre pensée? Le cas particulier semble hors sujet, mais c’est un exemple concret, probant et clair de la critique suivante : HARPER NE PREND PAS DES DÉCISIONS RATIONNELLES, IL NE SOUMET PAS LES PRISES DE DÉCISIONS IMPORTANTES AUX CONTRAINTES D’UN DÉBAT SOCIAL ET SURTOUT, IL REFUSE QUE DE RENDRE DES COMPTES D’UNE MANIÈRE TRANSPARENTE À LA SOCIÉTÉ CIVILE.

    Pour cette raison, il doit être combattu par tous les acteurs importants un tant soit peu politisés de la société civile, car il limite le droit à la dissidence et surtout RÉDUIT L’ACCÈS À L’ESPACE PUBLIC de la population et de ses représentants.

    Ne vous en déplaise, l’histoire des syndicats est liée à l’évolution de la démocratie en Occident. Si vous le désirez, nous pouvons en débattre sur ce billet, mais il va falloir que vous cessiez transformer et de réduire les arguments d’autrui en caricature.

    Ainsi alors que l’article de « The Atlantic » que je vous ai proposé montre que dans la saga des F-35, il y a des problèmes au coeur même du programme, vous vous contentez de dire que « L’article que vous utilisez comme référence ne mets pas en cause la capacité de ces avions, juste le fait que les U.S. en achètent trop, beaucoup trop. Ce qui n’est pas le cas du Canada.»

    Je donne à vos lecteurs un fragment important de l’article sur l’explosion des couts :

    « The F-35 is the most expensive defense program in history, and reveals massive cost overruns, a lack of clear strategic thought, and a culture in Washington that encourages incredible waste.

    Money is pouring into the F-35 vortex. In 2010, Pentagon officials found that the cost of each plane had soared by over 50 percent above the original projections. The program has fallen years behind schedule, causing billions of dollars of additional expense, and won’t be ready until 2016. An internal Pentagon report concluded that: « affordability is no longer embraced as a core pillar. »»

    Et voici pour les considérations tactiques :

    « The F-35 is meant to be the future of U.S. tactical airpower, but the program harks back to the Cold War, when we faced an aggressive great power rival.

    Meanwhile, new challenges and threats have emerged. We should be focusing our military spending on the types of campaigns that we’re actually likely to face: complex asymmetric wars against weaker opponents, where manpower and intelligence are critical.»

    Je pense que tout lecteur qui lit l’anglais verra qu’il y a une différence entre les conclusions que vous tirez et le problème plus substantiel : le projet est un gouffre financier en tant que tel et tant qu’il en a la possibilité, le gouvernement canadien ne devrait pas s’engager dans un tel programme, lequel ne correspond d’ailleurs ni à nos besoins ni au contexte géopolitique actuel.

    Vos lecteurs conviendront que votre commentaire est candide : « on fait partie de l’OTAN, on a des obligations à respecter. Envoyer nos militaires dans des vieux avions désuets nous rend ridicules en plus de risquer leur vie. Les vieux avions sont plus faciles à abattre.»

    Ça ne fait pas le poids face à une recherche plus sérieuse, laquelle fait référence à un article de fond américain qui cite une source du pentagone.

    Vos lecteurs qui en doutaient apprendront par notre échange que le programme des F-35 est foireux. Harper le maintient en se servant de son pouvoir d’une manière arbitraire, sans se soucier de la nécessité d’une investigation vigoureuse pour baser sa décision sur une analyse rationnelle en faisant participer la société civile.

    Un gouvernement qui s’entête de cette façon est un danger pour la démocratie et nos finances. Les divers acteurs sociaux agissent donc d’une façon tout à fait légitime et responsable en intervenant pour avertir la population.

    Comme je l’ai écrit, votre opposition à la position de la centrale montre plutôt que vous ignorez son histoire et la fonction des syndicats dans la société et dans l’évolution des droits des travailleurs. Votre ajout sur la syndicalisation des dépanneurs montre d’ailleurs que vous refaites la même erreur de raisonnement : vous partez d’un cas particulier de manière à justifier une fausse analogie.

    Cela vous évite d’avoir à faire une recherche ou une analyse pour soutenir votre point de vue sur le rôle des syndicats, pourtant, cette approche «cliente» du rôle des syndicats que vous leur attribuez devrait être rigoureusement argumentée.

    Maintenant vous ne pouvez dire à vos lecteurs qu’ils sont hos propos parce qu’ils font cette analyse à votre place.

  26. Christian Rioux dit :

    @Lengagé
    Je crois que ces histoires d’avions ou hélicoptère (si vous êtes assez vieux pour vous rappeler les contrat d’hélicoptères des conservateurs de Mulroney annulé par Chrétien) ce ne sont que de la petite politique partisane.

    Si vous êtes tellement opposé à Harper, êtes vous prêts à voter pour la seule alternative possible: les libéraux?

    Mais je ne répondrai plus puisque c’est hors sujet. Si je fais un billet sur les F3-5, on en reparlera.

  27. @ l’engagé.

    Je te dis que, sous Harper, le Canada est plus démocratique et qu’il est moins corrompu et, toi, tu me parles des baisses d’impôts aux sociétés et des F-35!!! Bravo!!!

    Selon un sondage Léger Marketing-Le Devoir, 61% des Québécois sont contre les baisses d’impôts des entreprises!!! Le chef libéral Michael Ignatieff a beau faire du millage là-dessus, pour pouvoir faire des promesses dans des champs de compétences provinciales, tels les garderies, les aidants naturels et l’éducation, mais il n’empêche que, comme le dit si bien l’économiste Claude Picher, il évacue, ainsi, plusieurs choses!!!

    Si l’on se fie aux déclarations du chef libéral Michael Ignatieff, nous dit Claude Picher, le gouvernement Harper risque de ne pas survivre, au dépôt de son prochain budget, le mois prochain!!! Monsieur Ignatieff semble être bien décidé à faire tomber le gouvernement, sur la question de l’impôt des sociétés!!!

    Rappelons, brièvement, ce dont il s’agit!!! Lorsque les conservateurs ont été élus, en 2006, le taux de l’impôt fédéral sur le revenu des entreprises était de 19%!!! Ce taux n’a pas bougé, pendant trois ans!!! Dans son budget de février 2009, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a annoncé que ce dit taux sera abaissé à 18%, à partir du 1er janvier 2010!!! L’année suivante, dans son budget de mars 2010, il annonce deux autres baisses, soit à 16,5%, pour le 1er janvier 2011, puis à 15%, un an plus tard!!!

    Sur papier, chaque point de pourcentage représente un manque à gagner de, environ, 1 milliard de $, pour le gouvernement!!! Mais, il y a un point qui est important : nous parlons, ici, du taux général de l’impôt, soit celui qui s’applique à toutes les sociétés!!! Il n’est, donc, aucunement, question de faire un cadeau aux «grandes» entreprises, comme le veut une opinion qui est, largement, véhiculée, notamment par les néo-démocrates!!! Monsieur Ignatieff promet, si il est élu, aux prochaines élections fédérales, d’annuler ces baisses d’impôts!!!

    Au premier coup d’oeil, c’est, évidemment, un cheval de bataille qui a des chances d’être populaire!!! Il ne se trouvera pas grand monde, pour s’apitoyer sur le sort des entreprises!!! Pourtant, quand on y regarde, de plus près, la promesse libérale est incohérente, elle est irresponsable et elle est vide de sens!!!

    Elle est, d’abord, incohérente, parce qu’elle va, exactement, dans le sens qui est contraire des politiques fiscales qui avaient été appliquées, par les libéraux, quand ils étaient au pouvoir!!! Paul Martin, le ministre des Finances de l’époque, était, fermement, convaincu que les baisses d’impôts des sociétés comportaient plus d’avantages que d’inconvénients!!!

    À partir de 2000, dès que sa marge de manoeuvre le lui a permis, monsieur Martin a annoncé pas moins de cinq baisses successives de l’impôt des sociétés, qui est passé, ainsi, de 28% à 19%, en six ans!!! La promesse de monsieur Ignatieff représente, donc, pour les libéraux, une volte-face qui est difficile à comprendre!!!

    Ensuite, le taux d’imposition n’est qu’un facteur, parmi tant d’autres, qui influencent les recettes budgétaires qui proviennent des sociétés!!! On vient de le voir : le taux est passé de 19% à 18%, le 1er janvier 2010!!! Or, pendant les huit premiers mois de l’exercice qui est en cours, c’est-à-dire de avril 2010 à novembre 2010, soit les derniers chiffres qui sont disponibles, l’impôt des sociétés a rapporté 14,4 milliards de $, à Ottawa, comparativement à 12,7 milliards de $, pour la période qui correspond à 2009, soit une hausse de 13%!!!

    Si les revenus augmentent, en même temps que la taxe baisse, c’est parce que la conjoncture économique s’améliore, que l’emploi augmente, puisqu’il s’est créé 327 000 emplois, au Canada, depuis un an, que les consommateurs reprennent confiance, que les ventes des entreprises augmentent, etc.!!! Or, il se trouve, justement, que les impôts qui sont élevés nuisent à la création d’emplois!!! Depuis 2000, l’année où le taux d’imposition des sociétés était presque deux fois plus élevé que maintenant, l’économie canadienne a créé 2,5 millions d’emplois!!!

    Certes, on ne peut pas attribuer tous ces nouveaux emplois aux allègements fiscaux qui ont été consentis aux entreprises, mais il est certain qu’elles y ont tenu une part qui est importante!!! Ainsi, le gouvernement récupère, facilement, le manque à gagner qui résulte des baisses de l’impôt des sociétés!!! C’est en ce sens que Paul Martin, dans le temps, y voyait plus d’avantages que d’inconvénients!!! Revenir en arrière, dans ce dossier, comme le suggère Michael Ignatieff, relève de l’irresponsabilité!!!

    Enfin, sa promesse est vide de sens, parce qu’elle ne tient pas compte d’une réalité qui est toute simple : dans notre régime fiscal, seules les personnes physiques, comme vous et comme moi, paient de l’impôt!!!

    Certes, les entreprises, qui sont des personnes morales, paient, aussi, de l’impôt, mais elles le refilent, inévitablement, à des personnes physiques!!!

    Admettons un instant que monsieur Ignatieff soit élu et qu’il remplisse sa promesse : immédiatement, la facture fiscale des entreprises va augmenter!!! Vous êtes un chef d’entreprise : que faites-vous??? Vous pouvez considérer cette hausse d’impôts comme étant une nouvelle dépense et, ainsi, ajuster vos prix en conséquence!!! En ce cas, ce sont les consommateurs, c’est-à-dire vos clients, qui paieront les impôts!!!

    Vous pouvez, aussi, réduire vos dépenses, soit en comprimant les salaires, soit en réduisant l’embauche, soit en restreignant vos approvisionnements!!! En ces cas, ce sont les travailleurs, vos employés et les employés de vos fournisseurs, qui écoperont!!! Vous pouvez, aussi, ne rien faire de tout cela et, ainsi, faire assumer la facture, par l’entreprise!!! En ce cas, ce sont les actionnaires qui paieront les impôts!!!

    Voilà pourquoi les administrations publiques, pas seulement le fédéral, mais, aussi, les provinces, vont dans le même sens!!! Dans leurs derniers budgets, l’Ontario, la Colombie-Britannique, le Manitoba et le Nouveau-Brunswick ont tous annoncé des baisses de l’impôt des sociétés!!! Dans ce contexte-là, le nouveau cheval de bataille de Michael Ignatieff apparaît être, singulièrement, saugrenu!!!

    http://lequebecdedemain.blogspot.com/2011/02/premier-multiplillet-du-mois-de-fevrier.html

    En passant, pour équilibrer le budget du Canada, dans les années 1990, Paul Martin n’a pas augmenté les impôts des plus riches et encore moins les impôts des corporations!!! Ce qu’il a fait, pour y arriver, c’est qu’il a réduit la taille de l’État!!! Voilà comment le Canada a pu dompter sa dette, pour éviter le pire des scénarios, dans les années 1990!!!

  28. Pour les F-35, maintenant!!!

    En s’attaquant au contrat d’acquisition des 65 F-35 qu’il souhaite annuler, si jamais il est élu, aux prochaines élections fédérales, le chef du PLC, Michael Ignatieff, fait d’une pierre, deux coups!!! Malheureusement pour lui, ça ne lui fera pas gagner un seul vote, au Québec!!!

    En effet, non seulement s’attaque-t-il au Québec, il s’attaque, également, à sa métropole, puisqu’il s’y trouve 98% de l’industrie aérospatiale québécoise!!! Au fait, ce contrat-là représente 40 000 emplois et des retombées économiques de 12,4 milliards de $, comme le souligne Aéro-Montréal, dans ce communiqué de presse!!!

    http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/January2011/21/c4498.html

    Ça me fait, étrangement, penser à Jean Chrétien qui, une fois qu’il ait prit le pouvoir, en 1993, a annulé, par pure partisanerie politique, l’achat des hélicoptères que Brian Mulroney avait effectué, avant de quitter le pouvoir!!! Finalement, l’annulation de ce contrat nous avait coûté plus cher que si on l’avait maintenu comme tel!!!

    Je crois que ce sera la même chose, avec les F-35, si Ignatieff est élu et si il respecte sa promesse!!!

    P.S.: La Défense nationale est une compétence fédérale, contrairement à l’éducation, au service de garde, à la santé et à la culture!!! J’espère que le PLC et que le NPD prennent des notes!!!

  29. @ Chrisitian.

    «Si je fais un billet sur les F3-5, on en reparlera.»

    Je crois que l’engagé ne demanderait pas mieux!!! 😉

  30. Pendant ce temps-là, sur le blogue de l’immonde papitibi, on compare Harper à Hitler: http://papitibi.wordpress.com/2011/04/04/harper-une-campagne-de-lache/#comment-3679

    C’est, absolument, abject!!! Si papitibi était vraiment un démocrate, il condamnerait un tel dérapage (celui du plouc à radams)!!!

    Un clown m’a déjà servi la comparaison Harper-Hitler, sur mon ancien blogue, aux élections fédérales de 2008, à cause des coupures dans les subventions aux zartisss!!! Ça n’a pas prit de temps, pour que son commentaire se retrouve dans la poubelle!!!

  31. Papitibi dit :

    @Proulx
    « Finalement, l’annulation de ce contrat nous avait coûté plus cher que si on l’avait maintenu comme tel!!! »

    Tu pourrais avoir raison SI – et seulement SI – il y avait un contrat. Mais il n’y en a pas…

    Et tant que le constructeur ne pourra pas confirmer un prix… Israël a passé une commande ferme: 137M chacun. On est loin des 75M de Harper.

    = = = =

    « Reconnu pour sa main-d’œuvre compétente, le secteur aérospatial québécois emploie plus de 40 000 personnes et génère aujourd’hui un chiffre d’affaires de 12,4 milliards de dollars soit environ 60 % de la production canadienne totale. Avec 98 % de l’activité aérospatiale québécoise concentrée dans le Montréal métropolitain, la région figure parmi les plus grands centres aérospatiaux du monde avec Seattle et Toulouse. » – le site de AeroMontréal (ton lien)

    Ouin, pis. Tant qu’il n’y a pas de contrat, on sait pas combien d’emplois pourraient être créés ou maintenus à Mtl région avec cet achat.

    Et pour patrouiller la côte arctique du Canada, avec son court rayon d’action, le F-35 serait une aberration. Tous les experts militaires savent ça. Mais si c’est pour aller aider Israël, là, c’est une autre histoire!

    Avant de dépenser 30 milliards, faudrait commencer par identifier le ou les besoins, et vérifier si CET appareil peut les remplir.

    Or les besoins allégués, c’est l’Arctique.

    Je suis peut-être immonde à tes yeux, le p’tit, mais au moins, j’ai appris à réfléchir, MOI.

  32. L'engagé dit :

    L’objet du billet est le suivant : l’intervention d’un syndicat dans la campagne.
    Vous vous dites contre, mais vous ne donnez pas d’argument, vous donnez votre avis, mais pas le raisonnement, pas d’exemple contemporain ou passé, pas d’analyse ou de comparaison.

    Vous prétendez par contre qu’il faut qu’il y ait «un ménage dont le Québec et le Canada ont grandement besoin. Une idéologie de droite pourrait faire un tel ménage»

    Vous insistez sur le fait que nos gouvernements soient dans le trou, mais vous vous opposez à un examen d’une mesure de 29 milliards? Vous appelez ça de la «politique partisane» que de réclamez cet examen.

    Ensuite, vous vous opposez à la campagne de peur en utilisant une citation : «Le but des pratiques politiques est de maintenir la populace dans l’inquiétude (et donc demandant la sécurité), sous la menace infinie de croque-mitaines, pour la plupart imaginaires.» Mais je vous pose la question, n’est-ce pas les croque-mitaines qui sont évoqués pour justifier cette dépense de 29 milliards.

    Si vous préférez, on peut parler des baisses d’impôts pour les corporations, les conservateurs n’ont pas offert les documents, les preuves qui permettraient de comprendre les effets économiques de leurs baisses. Pourtant, des sources crédibles (du genre de celle que veulent éliminer les Conservateurs) montre que ces baisses sont néfastes :

    «Dans son édition du 6 avril, le Globe and Mail révèle en manchette les résultats d’une étude de Statistique Canada qui démontre que les investissements des entreprises dans la machinerie et les équipements pour augmenter la productivité ont diminué en même temps que les gouvernements réduisaient l’impôt sur les corporations.

    Le taux d’impôt était de 42% en l’an 2000 et, par suite des baisses successives, il est aujourd’hui de 28%. Le Parti conservateur de Stephen Harper veut l’abaisser à 25%.

    Pendant la même période, la part de l’investissement en machinerie et en équipements de l’ensemble de la production économique est passée de 7,7% en 2000, à 6,8% en 2005 et à 5,5% en 2010.

    Selon Statistique Canada, depuis la récession de 2008, un montant de 83 milliards de dollars résultant des baisses d’impôt a ainsi été thésaurisé par les grandes entreprises canadiennes ou versé aux actionnaires.

    Le Globe and Mail rappelle qu’entre 1960 et 1990, les entreprises réinvestissaient pratiquement chaque sous dans leur entreprise pour en améliorer la productivité.»

    (Ces citations proviennent d’un article de Dubuc, L’ autjournal, qui commente les statistiques en se servant d’abord du Globe) L’article du Globe est disponible ici : http://www.vigile.net/Corporate-tax-cuts-don-t-spur

    Je rappelle que ce pour quoi militent les syndicats, c’est justement de réinvestir les revenus dans les entreprises pour en améliorer la productivité au lieu de verser simplement le dividende aux actionnaires. Le paiement de gros dividendes fait plaisir aux actionnaires et permets aux actions de s’apprécier, tout comme des coupures pour rentabiliser, mais cela n’aide pas les entreprises à rester performantes et compétitives.

    Nous serions déjà dans les champions du G-7 en matière de taux d’impôt, pourquoi faudrait-il diminuer? au mépris de notre santé économique?

    La position de la CSN est donc cohérente.

  33. Papitibi dit :

    @Christian Rioux

    Je sais que nous sommes, vous et moi, à des années-lumières l’un de l’autre, sur le spectre idéologique. À cet égard, JLP vous ressemble davantage. Mais à la différence de ce dernier, vous me semblez capable d’apprécier la valeur d’un argument, et capable de distinguer l’irréfutable du mal-fondé.

    Je sais aussi que les 22 ans qu’il aura vécus n’ont pas suffi à lui enseigner les bonnes manières. Mais à cet égard, il est plus fa quoi bon essayer de débloquer un trou de cul constipé?

    Dans un premier temps, ce gros mollusque débarque ici et me qualifie d' »immonde« , alors que, sauf erreur, je suis totalement étranger à votre blogue. Dans un deuxième temps, il me fait reproche de l’avoir banni de mon blogue alors qu’il ne m’y adressait que des commentaires respectueux.

    Cherchez l’erreur.

    Vous devriez éviter d’ouvrir vos pages à des interventions porteuses d’attaques ad hominem, aussi puériles et peu à propos que celles de Proulx. Vous en êtes légalement responsable. J’ai d’ailleurs moi-même déposé quelques billets sur le sujet de la modération.
    http://papitibi.wordpress.com/tag/moderation/

    Certains (les deniers) se veulent plus humoristiques; d’autres – les premiers – sont essentiellement didactiques.

    Warren Peace, LL.L, LL.M, plaideur retraité

  34. Gilles Laplante dit :

    Christian, ça commence à sentir la fosse septique sur ton blogue. Mes condoléances….

  35. Papitibi dit :

    Oups: un oubli. Je reprends, en incluant cette fois le lien:

    Pour votre édification et celle de notre hôte, que j’ai toujours perçu comme respectueux et responsable (au sens noble du terme).

    http://papitibi.wordpress.com/2010/08/08/la-moderation-du-blogue-citoyen-les-sources-de-l%E2%80%99obligation-troisieme-d%E2%80%99une-serie/

  36. Christian Rioux dit :

    Je m’absente pendant quelques temps pour passer du temps avec ma blonde et voila que les gens s’invectivent à qui mieux mieux. Ca va faire les enfants! Un peu de respect mutuel ça ne fait pas de tort. Vous devez être capable d’argumenter sans recourir aux insultes. Il y a des limites à la liberté d’expression.

    Je ferme les commentaires sur ce billet et je fait un peu de ménage pour enlever l’odeur.

%d blogueurs aiment cette page :