Le PQ et le nucléaire


C’est un peu paradoxal qu’aujourd’hui, le PQ s’insurge contre le nucléaire et la restoration de la seule centrale nucléaire au Québec, alors que dans les années 70, René Lévesque pestait contre l’hydro-électricité et préférait le nucléaire. C’est le PQ qui a fait construire la centrale de Gentilly.

Non seulement ça couterait plus cher la fermer que la rénover, mais ce que Marois propose est d’un ridicule: remplacer une centrale nucléaire, dont le rendement est fiable et constant par de l’éolien. L’éolien est l’une des pires façons de générer de l’électricité, juste après de solaire. Ce n’est pas constant, elles ne fonctionnent que 25% du temps et en plus ça coûte très cher.

Voir à ce sujet le vidéo de Patrick Moore, ex-membre fondateur de Greenpeace, qui a quitté l’organisation.

On n’est pas au Japon ici, on n’a pas de tremblements de terre majeurs ni de tsunamis

Publicités

10 Responses to Le PQ et le nucléaire

  1. L’hydro-électricité et le nucléaire sont les deux formes d’énergie qui sont les plus fiables, les moins chères et les plus propres!!! Vouloir freiner l’un ou l’autre, c’est vraiment idiot!!!

    En passant, Christian, tu dois être aux premières loges, pour apprécier l’échec du parc éolien de Matane et celui de Cap-Chat, puisque ces vires-vent ne fonctionnent que pendant 18% du temps, selon Axor, la compagnie qui gère le parc éolien!!!

  2. l'engagé dit :

    Ailleurs dans le monde on ne veut pas des CANDU, il sont interdits.

    Où allez-vous chercher qu’il est plus cher de la fermer que de la rénover?

    Je suis pas contre votre idée, je veux juste que vous me l’expliquiez. Quant à Lévesque, il n’avait ni assisté à l’époque à Tchernobyl, ni à Tree miles, ni au cas du Japon. Quant à la position de Marois, c’est simplement une réactualisation de la politique énergétique que Bouchard/Caillé avaient torpillée. Cette idée là a maintenant 13 ans.

    Les risques sont incommensurables avec le nucléaire au point qu’une loi fédérale limite les indemnité que pourraient avoir à verser les centrales en cas de poursuite, PARCE QU’ELLE NE SONT PAS ASSURABLES.

    l’Ukraine et la Pennsylvanie ne sont pas dans une zone à risque pourtant il y a eu des incidents. Par ailleurs, si nous n’avons pas de centrale nous pourront interdire que les déchets ne transitent par notre territoire….

  3. Christian Rioux dit :

    Complément:

  4. Gilles Laplante dit :

    Curieusement, les alarmistes ne nous parlent jamais de la France, un des pays qui produit le plus d’électricité par le nucléaire de la planète. Pourtant la Fraaaaunce c’est notre idole.

  5. l'engagé dit :

    «J’aurais espéré que lors de sa déclaration de lundi dernier, Pauline Marois se serait excusée auprès de la population, du fait que son parti ait appuyé le nucléaire contre l’hydroélectricité en 1971»

    Est-ce que le PQ a gagné les élections en 73?

    «Réélection des Libéraux de Robert Bourassa à l’Assemblée nationale du Québec
    Les Libéraux de Robert Bourassa remportent l’élection générale avec 54,7 % des voix. Ils font élire 102 députés à l’Assemblée nationale contre 6 pour leurs plus proches rivaux, les Péquistes de René Lévesque .»

    En 71, l’opposition officielle était l’Union Nationale avec 17 députés.

    Comme je l’ai déjà écrit la politique énergétique du PQ date de 96 et avait établi une hiérarchie avec le nucléaire très loin dans la liste.

    Certes Caillé l’a fait déraillé à partir de 98 avec la manipulation de Bouchard. Ces deux là travaillent pour les gazières. Dans ce cas-ci, Marois ne fait que corriger une erreur vieille de 13 ans.

  6. À 21h09, heure de Québec, le 26 mars 2011, jour du Earth Hour, j’espère que le clown à l’engagé vit dans l’obscurité la plus totale, au moment où j’écris ces lignes et qu’il aime ça, sinon il est incohérent, avec ses idées!!!

    Moi, en tout cas, j’apprécie vivre dans la lumière, mon élément!!!

    http://lequebecdedemain.blogspot.com/2011/03/earth-hour-et-la-lumiere-fut-pour.html

  7. l'engagé dit :

    « Mais comme je censurais rarement, de plus en plus de gens se sont ramassés ici, (parce qu’ailleurs, leur propos sont censurés), pour y répandent leur fiel. Récemment, le flot d’insultes a augmenté radicalement, alors à partir de maintenant si vous n’utilisez pas un langage correct et respectueux, ou si vous insultez vos interlocuteurs, vous serez censuré »

    Le commentaire de JLP n’est là que pour « ploguer » son propre billet, il n’y a aucun lien entre la discussion, le sujet du billet et son commentaire, je me demande donc pourquoi il me traite de «clown» : il ne connait que très mal ma pensée et la caricature plus souvent qu’autrement. Le blogue de Christian Rioux est populaire à cause de la polémique, certes, mais c’est parce que diverses idées s’y affrontent d’une manière le plus souvent rationnelle. Si on y vient pour se livrer à des attaques gratuites, sans débat de fond, alors c’est la légitimité du blogue qui va en pâtir et au final, sa popularité.

    Pourquoi les billets de Christian Rioux génèrent parfois jusqu’à 100 commentaires alors que ceux de JLP peinent à en générer plus de deux? Pourtant, JLP est beaucoup plus actif dans la blogosphère. Posez la question, c’est y répondre.

  8. L'engagé dit :

    «poseR» pardon…

  9. L'engagé dit :

    «Combien y a-t-il eu de morts a Tchernobyl? Des milliers?! Non une cinquantaine.»

    Instruisons-nous avec Encyclopaedia Universalis,Rioux va nous dire que ce n’est pas l’objet du billet, mais comme il accompagne sa condamnation des écolos à plusieurs de ses billets et qu’il diffuse des imprécisions ou des faussetés, il faut bien corriger l’information incomplète qu’il publie…

    Le chiffre de 50 personnes ne compte que les morts « parmi les pompiers et exploitants présents dans les premiers jours, soit 600 personnes. C’est donc un taux de 8,3 %.»

    «Il faut également compter les liquidateurs, « c’est-à-dire les militaires et les travailleurs civils qui ont réalisé le sarcophage autour du réacteur accidenté, décontaminé au mieux le site et l’environnement, enfoui les déchets et examiné l’état du réacteur accidenté ; environ 600 000 personnes ont reçu un certificat de liquidateur de 1986 à 1990 »

    « Selon le rapport de l’O.M.S. de 2006, les dernières données épidémiologiques analysées ne mettent en évidence ni excès de mortalité ni excès de cancer parmi les liquidateurs les plus exposés par rapport à la population générale. Cependant, durant cette période d’observation (1990-2001), dans les groupes les plus exposés, la mortalité et le taux de cancers et leucémies croissent en fonction de la dose. En extrapolant cette observation à l’ensemble des liquidateurs, y compris aux moins exposés, la mortalité pourrait atteindre 4,6 p. 100, dont 2 p. 100 pour les cancers et 0,3 p. 100 pour les leucémies.»

    «En appliquant, à l’ensemble de ces populations (liquidateur et population habitant sur les sites très légèrement contaminés aux plus contaminés) et, un coefficient de risque par unité de dose équivalent à celui qui est dérivé des observations effectuées chez les survivants d’Hiroshima et de Nagasaki, le rapport de l’O.M.S. 2006 évalue, après extinction naturelle de ces populations dans 50 à 70 ans, un excès de mortalité par cancer de 2 200 pour les 200 000 liquidateurs les plus exposés, 160 pour les évacués, 1 600 pour les résidants des zones sous contrôle.»

    «Avec le même calcul, 5 000 cancers fatals pourraient être redoutés pour les cinq millions de personnes de la région représentant la population plus faiblement exposée. »

    «La même remarque vaut pour le risque de mortalité par cancer attribuable à l’ensemble des populations voisines touchées par le nuage de Tchernobyl. L’U.N.S.C.E.A.R., en 1988, avait évalué à 600 000 homme.sieverts la dose collective à prendre en considération ; par une simple règle de trois, on pourrait en déduire de 20 000 à 30 000 décès parmi les 760 millions d’habitants de l’Europe et de l’ex-U.R.S.S.»

    «Les conséquences les plus importantes relatives à la population générale sont dues l’irradiation de la thyroïde par l’iode 131 (131I). Ce radioélément, à demi-vie beaucoup plus courte (8 jours) que le 137Cs, a été rejeté en quantités considérables (1,8 × 1018 Bq) et a aujourd’hui complètement disparu. L’iode, par inhalation (lors du passage du nuage radioactif) et surtout par ingestion (de produits frais, et notamment le lait), se fixe dans la thyroïde à une concentration 2 000 fois supérieur à celle du sang.»

    «À partir de 1990, on a constaté une très nette augmentation de cancers de la thyroïde chez des individus âgés de moins de dix-sept ans au moment de l’accident.»

    «En 2006, le document de synthèse de l’O.M.S. a recensé le nombre de cancers de la thyroïde chez l’enfant de 1986 à 2002 en Biélorussie (registre national du cancer), Ukraine (registre national du cancer) et Russie (registre des 4 régions les plus contaminées). Ce chiffre s’élevait à 4 837 cas (cf. tableau 3). Cette augmentation des cancers de ce type (cf. figure) pour cette tranche d’âge a surpris les spécialistes car c’est une maladie rare chez l’enfant.»

    Voici la fin, surprenante d’intégrité pour un pays communiste :

    « L’accident de Tchernobyl a été le plus grave accident survenu dans l’industrie nucléaire. Ce n’est pas un hasard s’il a eu lieu en U.R.S.S., en raison notamment du cloisonnement des organisations, de la culture du secret et de l’absence d’études de sûreté. Comme l’a révélé un rapport de l’institut Kourtchatov en 1987 : « Nous sommes forcés de conclure qu’un accident du genre de celui de Tchernobyl était inévitable. » Il a perturbé profondément et durablement la vie sociale, psychologique, économique de dizaines de milliers de personnes en Ukraine, en Biélorussie et en Russie. »

    Source «Tchernobyl» dans Encyclopaedia universlis.

%d blogueurs aiment cette page :