Fuite du plan Legault: Déception

Le plan Legault qui a coulé récemment est une amère déception.

Non seulement il ne se positionne pas clairement centre-droite, mais il se positionne à la Gauche « efficace ». On a déjà deux partis centre-gauche (PLQ et PQ) et un parti d’extrême gauche (Québec Solitaire), on en a pas besoin d’un autre. L’ADQ est déjà centre-droite, mais ils ont fait bien trop d’erreurs et joué à la girouette en penchant tantôt à droite, tantôt à gauche, au gré des tendances et des sondages.

Ce que nous avons besoin c’est d’un leader qui pourra tenir tête aux grands syndicats, prendre des décisions difficiles pour faire les coupures nécessaires pour nous sortir du trou dans le quel 40 ans de gouvernements à tendance socialiste nous ont enfoncé. Nous n’avons pas besoin d’une autre lavette qui va être une marionnette des syndicats et se fier aux sondages pour gouverner. Pas besoin de quelqu’un qui essaye de ne pas trop faire de vagues. Au contraire, on a besoin de quelqu’un qui va donner un grand coup de barre. Le Québec a des décisions difficiles à prendre même si ça déplait à une partie de la population, devenue dépendante de l’état-providence.

Si dans une famille, le père perd son travail, il faudra que la famille coupe dans les dépenses moins importantes. On ne peut pas vivre à crédit ad vitam eternam. C’est la même chose pour la gestion de l’état.

Il faut couper dans la bureaucratie, dans les programmes sociaux coûteux et universels, pour les remplacer par des programmes qui couvrent seulement les plus pauvres. Par exemple, pourquoi subventionner les garderies pour tous le monde, au lieu de subventionner seulement les moins bien nantis? Pourquoi faire payer tout le monde pour la procréation assistée?

On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et Legault l’a manqué.

Publicités

7 Responses to Fuite du plan Legault: Déception

  1. Gilles Laplante dit :

    Legault n’est pas intéressé à former un nouveau parti. Son objectif est de faire assez peur aux péquistes pour qu’ils lui proposent de remplacer Pauline.

  2. l'engagé dit :

    Sur le dossier économique, aérez votre discours avec le champion économique hétérodoxe sud-coréen qui enseigne à Cambridge, Ha-Joon Chang « 23 things they don’t tell you about capitalism » http://www.guardian.co.uk/books/2010/aug/29/ha-joon-chang-23-things

    Vous verrez que votre interprétation des coupes que doit faire l’état «au bord du trou» ne cadrent pas avec votre métaphore du père de famille qui perd son emploi.

    L’état peut intervenir en économie, mais pas n’importe comment, et certainement pas comme avec la création des 4 barrages sur la Romaine. Ou en nous faisant croire que l’exploitation des Gaz de schiste sera une manne pour tout le monde.

    Vous avez raison de remettre en question certaines décisions et exiger une saine gestion des finances publiques, mais il faudrait aussi arrêter de soumettre nos institutions publiques à des impératifs de performance du privé et à les administrer par des conseils qui ne connaissent rien aux domaines et qui en définitive cautionne toutes les dérives des dirigeants, en dépit des avertissements des travailleurs et des usager.

    Par exemple, ce sont les étudiants qui les premiers ont tiré l’alarme sur la dérive de l’Ilot voyageur, et ce même projet a été initié pour chercher à contrer le sous-financement des universités, le recteur de l’époque y voyait une façon de renflouer les coffres de l’université, les dettes immobilières étant d’ordinaires épongées par Québec.

    Un financement décent de l’Uquam aurait évité ce mélodrame.

    D’ailleurs, vous qui êtes «pour la science» et contre les complots, qu’avez-vous à dire à propos de la campagne de peur qui a précédé le dépôt du budget et dans lequel on avançait que le Québec serait le 5e pays le plus endetté?

    Avez-vous fait preuve de rigueur? Avez-vous lu les études de l’IRIS ou de Louis Gill pour vous faire une tête?

    Avant un virage à droite, c’est de transparence, de d’avantage de démocratie et de reddition de comptes et d’imputabilité dont nous avons besoin. Avant de préconiser un gros virage, nous devons avoir un portrait objectif de la situation, malheureusement, avec Gesca et Quebecor, ne comptez pas sur les médias commerciaux pour vous aider à faire un tel portrait.

    Au moment où votre père de famille serait au chômage, vous couperiez les études de l’ado où son allocation pour qu’il s’achète ses livres scolaires?
    Comptez simplement le nombre d’entreprise québécoise qui se sont faites achetées et qui ensuite ont arrêté de privilégier des fournisseurs locaux et vous verrez que le marasme que vous condamnez n’est pas seulement imputable à vos syndicats, au contraire. D’ailleurs, le fond FTQ et CSN n’hésitent pas à investir considérablement dans le capital de risque…

  3. PiLuc dit :

    Mon impression est que François Legault tente, à travers son initiative, de créer un consensus autour de quelques idées que tous peuvent accepter sans égard à leurs convictions idéologiques. C’est un bon calcul: ce n’est pas en lançant un brûlot et en allant contre l’opinion de la majorité que l’on peut susciter débats et changements. Adopter un ton serein, suggérer des idées raisonnables et originales sans trop chercher à brusquer, voilà l’attitude qui convient à un homme d’État.

  4. Au Royaume-Uni, David Cameron coupe partout, et solidement, pour rétablir l’équilibre budgétaire et pour dompter la dette du pays!!!

    Il triple les frais de scolarité, il condamne, avec véhémence, la violence gauchiste, il fait rentrer le privé dans le système de santé, après l’avoir décentralisé et débureaucratisé, notamment en abolissant l’équivalent de nos agences de santé et l’équivalent de nos CSSS, il plaide pour la libéralisation de l’économie européenne, il appelle à la privatisation de la quasi-totalité des services publics et il entend jeter le multiculturalisme, pour mieux combattre l’islamisme!!!

    Ça, c’est de la vraie droite et c’est la droite qu’il nous faut, au Québec, pas la gauche efficace de François Legault!!!

    http://lequebecdedemain.blogspot.com/2011/02/deuxieme-multiplillet-du-mois-de.html

  5. l'engagé dit :

    Pour Jean-Luc Proulx

    % des gens vivant sous le seuil de pauvreté en France : 12%
    % des gens vivant sous le seuil de pauvreté en Allemagne 15%
    % des gens vivant sous le seuil de pauvreté au Au Royaume Unis 19%

    à votre avis, les coupes drastiques et les hausses de frais de scolarité vont monter ou descendre ce taux?

  6. Christian Rioux dit :

    @Lengagé
    Ca dépend ce que tu entends par seuil de pauvreté.

    Et en plus, ce taux va effectivement descendre si les actions ont pour effet de rendre la société plus riche. Les « pauvres » dans les pays riches sont plus riches que la majorité des gens dans les pays pauvres. Ca ne veut pas dire non plus qu’il n’y a pas de filet social minimum pour les plus pauvres.

    « faire disparaitre la pauvreté » est une utopie gauchiste. Il y aura toujours des pauvres, par définition étant ceux qui ont moins de richesse. La seule façon de faire disparaitre les pauvres c’est de faire disparaitre les riches, donc tous égaux dans la pauvreté. Ça s’appelle le Communisme.

    l’Utopie socialiste de « distribution de la richesse » , par opposition à « création de la richesse », cesse de fonctionner une fois que la richesse a été distribuée et qu’il n’y en a plus..

%d blogueurs aiment cette page :