Contre les éoliennes?

Les éoliennes, symbole par excellence du développement durable et écologique? Plus maintenant!

Déjà que certains chialeux s’opposaient aux éoliennes depuis un certain temps, en disant que ça pollue leur environnement « visuel » que ça fait fuir les touristes, ou que ça tue des oiseaux (mensonge exposé ici)
Voilà maintenant que des médecins de la région de Victoriaville, influencés par un groupe écolo, s’opposent aux éoliennes. (Source: ici et ici), prétextant que les éoliennes provoquent un « syndrôme éolien », une supposée maladie provoquée par les vibrations des éoliennes. A ce compte-là, il faudrait jeter tous les iPod aux poubelles, le niveau de décibels étant pas mal plus élevé que celui d’une éolienne.

C’est devenu la mode pour les médecins de faire de la politique écolo. Ils ont fait avorter un projet prometteur de mine d’uranium sur la Côte Nord en faisant du chantage, et un autre groupe de médecins tente de faire la même chose avec un autre projet de mine d’uranium en Gaspésie.

Ce qui est inquiétant avec ces groupes de pression écolos, (Terre Citoyenne dans ce cas-ci), qui utilisent les médecins, c’est que rien ne fait. Ils sont contre tout. Contre le pétrole, contre les centrales thermique (Suroît), contre le gaz de schiste/shale, contre le gaz naturel (moratoire sur le forage aux Iles de la Madeleine), contre les mines d’uranium, contre les barrages hydroélectriques (Fondation Rivière), et maintenant contre les éoliennes. Mais avec quoi ils pensent se chauffer l’hiver?

On ne va pas retourner à l’âge de pierre pour leur faire plaisir. Selon certains de ces groupes extrémistes, l’humain est le cancer de la planète devrait disparaitre pour « sauver la planète ». Ils pourraient déjà commencer par eux-même, ça serait un bon début.

Advertisements

6 commentaires pour Contre les éoliennes?

  1. l'engagé dit :

    Vous vous autoproclamez pour la science et contre la démagogie.
    Il faudrait être cohérent. Ou bien vous fouillez les études en question et vous prouvez avec des arguments scientifiques et méthodologiques que les sources utilisés par les médecins sont invalides ou vous saluez la précaution et l’engagement des médecins.

    Dans le cas de l’uranium à Sept-Iles , les opposants ont fait la preuve qu’il existe un risque sérieux non seulement d’un contamination des environs de Sept-Ile, mais même du bassin hydrographique du Saint-Laurent.

    Pour accepter d’exploiter le nucléaire (donc l’uranium qui y mène( au Québec, il faudrait un véritable consensus, car nous serions tous touchés en cas d’incident et il n’existe pas de possibilité d’une décontamination. Un véritable débat sera indéniablement perdu par les partisan de l’exploitation de l’uranium, car la science, que l’on aille de l’étude des risques à celle des probabilités montrera indéniablement la même vérité : les risques sont trop grands par rapport aux bénéfices.

    Je comprends que vous tenez aux emplois en région, mais il y a d’autre alternative : diantre, nous ne sommes pas l’Afrique! Pourquoi s’entêter à ce que le Québec demeure un paradis minier, nous ne sommes une République de banane! Il y a d’autres outil de développement que l’extraction polluantes et controversé des ressources naturelles.

  2. l'engagé dit :

    Tiens, pourquoi la Gaspésie ne deviendrait pas exportatrice de foyers de masse à assembler -des foyers pré-usinés- et d’autres régions pourraient traiter les résidus forestiers pour créer de nouveaux combustibles adaptés. Je parie même qu’on pourrais faire un composé avec les déchets organiques et d’autres résidus, la combustion totales dans les foyers de masse serait telle qu’il n’y aurait que de la vapeur d’eau et de du CO2 à la sortie.

    Les nouvelles constructions québécoises pourraient être équipées avec un tel système, ça ne serait pas complètement écolo, mais ça encouragerait l’emploi ici. Je ne comprends pas pourquoi on ne bâtit pas plus de maison plus pré-usinées et modulaires, lesquelles peuvent plus facilement aller chercher un haut rendement énergétique.

    Regardez celle-ci : http://www.maison-usinee.blogspot.com/
    elles ne sont vraiment pas belles, je suis certain qu’il y a moyen de construire de vrais beaux modules et de les faire voyager par cargo sur le fleuve pour des projets à Québec et MTL (et ailleurs), que la Gaspésie montre qu’elle peut construire pour moins cher et mieux les maisons de qui se construisent dans les régions métropolitaines et les Québécois vont les acheter. Pas obliger de dépendre des minières ou des forestières comme en 1850…

  3. Christian Rioux dit :

    L’uranium à l’état naturel est sans danger (Je suis géologue amateur, président d’un club de minéralogie), il faut qu’il soit enrichi pour augmenter sa radio-activité. De toute façon, il est déjà là, les gens marchent dessus sans savoir que c’en est. Si c’était pour contaminer la nappe phréatique, il y a longtemps que ça serait fait de façon naturelle. Ces médecins se sont fait manipuler par des groupes écolos, et ils se sont mêlés d’un dossier auquel ils ne connaissaient rien. Il n’y a aucune « preuve ». Pas plus qu’il n’y a de preuves du « syndrôme » éolien.

    Et pour votre projet, même si c’est intéressant, malheureusement, il n’y à rien de « complètement » écolo. Vous arriveriez avec le meilleur des systèmes et ils vont trouver le moyen d’encore chialer. Les écolos les plus extrémistes (Maltusiens) souhaitent la diminution et même la disparition de l’humanité, alors pour eux rien ne fait.

  4. l'engagé dit :

    Puisque vous êtes géologue amateur, vous n’êtes pas sans savoir que les minéraux dans leur environnement naturel ne réagissent pas de la même façon que lorsqu’on bouleverse justement le milieu dans lequel ils se trouvent.

    L’uranium n’est pas dangereux tant qu’on ne le déplace pas, qu’on ne le broie pas, qu’on ne fait pas courir d’eau sur les poussière de fragmentation, qu’on ne procède pas à une lixiviation, à une transformation en «Yellowcake» . Une mine procède à ces opérations et peut provoquer une pollution atmosphérique par du radon, par le boues, par les rejets liquides et par l’accumulation des déchets solides et des minerais pauvre, la radioactivité peut, par ruissellement et percolation, se concentrer et contaminer le sol et les cours d’eau.

    Pour trois tonne de sol dans votre jardin, vous aurez quelques kilos d’uranium, mais il ne vous viendrait pas à l’idée d’extraire l’uranium du sol de vos voisins et de la mettre en tas de trois tonnes près de votre potager et de votre puits de surface simplement parce que d’ordinaire « les gens marchent dessus sans savoir que c’en est».

    Si les concentrations normales d’uranium dans le sol ne contaminent évidemment pas, les changements physiques et chimiques que provoque une mine sur l’environnement changent ces concentrations et exposent l’environnement à une pollution très pernicieuse.

    Enfin, comme c’est une industrie qui a des implications sur notre santé, il serait raisonnable d’obtenir un consensus pour savoir si oui ou non nous voulons du nucléaire (devenir une grande province productrice implique cela). Or un débat transparent de forcerait l’industrie à communiquer tous les risques pour que nous prenions une décision éclairée. Je peux vous dire d’avance que la balance des inconvénients est telle qu’aucun québécois ne voudra d’une industrie nucléaire dans sa cour.

    Si nous refusons le nucléaire, nous devrons refuser les mines d’uranium. Comment voulez-vous développer des incitatifs pour des énergies plus vertes si vous encouragez encore des industries et des sources d’énergie polluantes?

    Pourquoi ne pas plutôt demander de diffuser ce film dans votre cégep?

    http://www.chercherlecourant.com/film/equipe/

  5. Le radon est relâché naturellement par l’uranium. La Suisse a un sous-sol riche en uranium et a donc des normes pour la ventilation des sous-sols, afin d’éviter une concentration trop élevée. C’est pas plus dangereux que ça. Il y a de l’exploitation d’uranium depuis des décennies dans l’ouest canadien et personne n’est né avec un ti-bras dans le front.

    Et l’uranium devrait pourtant être l’El Dorado écolo non? Aucune émission de CO2, le méchant gaz qui réchauffe supposément la planète?

  6. Gilles Laplante dit :

    Je ne comprend pas que la greluche qui tient la pancarte soit encore de ce monde. Il y en a qui n’ont pas de suite dans les idées…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :