Privatisation de Radio-Canada

Radio-Canada n’a plus rien d’une télévision d’état. Elle fonctionne selon un modèle d’affaire qui a tout du privé. C’est devenu un ramassis d’émissions de piètre qualité, soumise aux cotes d’écoutes. Par moment, on croirait écouter TVA . Sans compter les reprises de vieilles émissions des années 80 hors des heures de grande écoute.

Anciennement le rempart de la qualité du français, ça se dégrade continuellement, pour se rapprocher du « petit peuple ».

En plus, au niveau de l’information, il y a un biais évident gauchiste, syndicaliste et même « réchauffiste ». On nous répète les mêmes idioties (Tuerie de Tucson) et on nous cache certaines nouvelles (Climategate), question de faire du sensationnalisme pour augmenter les cotes d’écoutes. Rien à faire de la vérité ou du contenu d’intérêt public.

Anciennement, il n’y avait pas de publicité à Radio-Canada, comme d’autres télévisions d’état (ex: BBC). Maintenant, c’est devenu une entreprise dont le but est de faire de l’argent, en compétition avec les autres chaines privées.

Il n’y a que deux choix possibles:

1- Privatiser Radio-Canada

OU

2- Y retirer la publicité et les émissions populistes pour les remplacer par du contenu éducatif, informatif et culturel. C’est le rôle d’une télévision d’état, et non pas de faire de l’argent. Laissez la télé-réalité et autres âneries pour la télé privée.

Y a-t-il un seul argument en faveur du statu-quo?

Pour les zartisses, il ne serait pas question de privatisation, c’est une vache à lait pour les artistes sans talent.

Pour les gauchistes, ça serait impensable de laisser aller Radio-Canada à des méchants profiteurs capitalistes, qui ne feront plus leur propagande socialiste.

C’est certain qu’il y aurait quelques impacts négatifs, comme par exemple le contenu Canadien-Anglais diminuerait, puisqu’il serait plus facile d’acheter et rediffuser du contenu étranger.

Guy A. Lepage, lors de son passage à l’émission C’est juste de la télé, au sujet des gens qui suggéraient de privatiser Radio-Canada, Guy A. s’exprime librement: « Quand j’entends des gens étroits d’esprit qui disent « On devrait privatiser ou fermer Radio-Canada », j’ai envie de leur dire « T’es un crétin, t’es un imbécile, t’as pas de culture, t’as pas de vision. Tu n’es pas intelligent. »

Comme je le dis souvent: l’insulte et l’argument de celui qui n’en a plus.

Publicités

8 Responses to Privatisation de Radio-Canada

  1. Je ne nie pas que le débat sur son contenu doit se faire. D’ailleurs, je considère que la grille de CBC est beaucoup plus « publique » que son pendant francophone.

    Ceci dit, savez-vous comment la BBC est financée? Par une redevance sur les téléviseurs, près de 150 livres par an… et non-paiement peut mener à l’emprisonnement.

    Pas certain que ça passerait au Canada!

  2. zarmagh dit :

    Au point de vue de l’information, il est certain que le parti-pris gauchiste de RC est très évident. Je dirai même « gênant ». Il semble oublier qu’il y a Internet et que la comparaison n’est pas en leur faveur. Un très grand coup de balai dans le service des nouvelles serait un bon début. Je supprimerai la totalité des émissions matinales débiles. Qui regarde la télé le matin ? Ce qui permettrait d’augmenter le budget des émissions en soirée. Bon, il est vrai qu’il y aurait une opposition syndicale farouche…

  3. @Berlinois
    J’ignorais ce fait pour la BBC, mais je doute que ça pourra continuer longtemps ainsi avec la diffusion sur internet et les appareils mobiles.

    Si les changements n’arrivent pas, la privatisation sera la seule issue. Les contribuables n’accepteront pas de continuer à payer pour une télé qui est la même que les autres chaines généralistes. On n’est plus à l’époque ou Radio-Canada était la seule chaine disponible par les « oreilles de lapin ».

    Maintenant on paye pour le câble (ou satellite), on paye par nos impôts, et indirectement par la publicité. Même avec tout cet argent, ça n’a pas empêché Radio-Canada de fermer beaucoup de stations régionales, parce que pas assez « payantes ».

  4. La « tv license » est la norme en Europe, bien qu’abolie dans certains pays. Et ce qu’on constate, avec le web et les mobiles, c’est que les gouvernements ont tendance à l’étendre aux nouvelles technologies.

    Comme dit le dépliant allemand « Tous les appareils qui peuvent servir à recevoir des signaux radio et télé sont visés ».

    Ceci dit, comme vous et moi, de nombreuses personnes en Europe jugent que ce n’est plus approprié dans un environnement médiatique diversifié comme aujourd’hui.

  5. Radio-Canada appartient à tou(te)s les Canadien(ne)s!!! Ce sont eux qui paient, avec l’argent de leurs taxes et avec l’argent de leurs impôts, pour avoir ce service-là, et ce, qu’ils le veuillent ou non!!! Ça devrait être la même chose, pour les extraits des publicités conservatrices et, d’ailleurs, la société d’État devrait être un exemple, pour l’accès à l’information, alors que c’est tout le contraire qui a cours, actuellement!!!

    Dire que Radio-Canada chiale contre Stephen Harper, là-dessus!!! Elle n’a aucune leçon à lui donner, car, depuis 2006, elle est soumise à la Loi sur l’accès à l’information et c’est grâce à l’enquête de Patrick Bourgeois que l’on sait, maintenant, que Radio-Canada couche dans le même lit que Power Corporation, par l’intermédiaire d’une entente secrète de convergence, pour partager les ondes publiques!!!

    http://lequebecdedemain.blogspot.com/2009/08/le-gouvernement-desmardais-1er-partie.html

  6. @JLP
    Patrick Bourgeois n’a aucune espèce de crédibilité, c’est un simple d’esprit motivé par la haine de tout ce qui peut représenter de près ou de loin le Canada.

    Et dire que Radio-Canada, un monstre gauchiste, syndicaliste et réchauffiste est ligué avec Power corp., c’est risible.

  7. zarmagh dit :

    J’oubliai, la qualité du français y est en chute libre. RC devrait être un exemple ! Hélas…

  8. Napolénette dit :

    Une petite gang qui ne cesse de s’inviter entre eux à tous les programmes pour mieux piger dans la caisse. Les zarrtistes en plus de récolter de bons cachets, ils ont de la publicité gratuite autant à la radio qu’à la télé pour les lancements d’un livre ou cd.
    Qui dans les payeurs de taxes bénéficient de retraite à vie, de gros salaires et d’avantages sociaux sans pareil?…
    Par example: la Frula reçoit une pension du gouvernement, des cachets pour sa participation au Club des Ex, C’est Juste de la Télé, etc… En tout, elle touche un salaire d’environ $300,000 par année.
    Nous payons Guy A. Lepage plus de 1 million $ entre Tout le Monde en Parle, Un Gars, Une fille etc… La liste est longue.
    Nous payons le gros prix, la plupart du temps pour des programmes niaiseux qui n’ont même pas la cote d’écoute. Tout ces gens là se font du fun entre eux à nos dépends. Réveillez-vous payeurs de taxes!

%d blogueurs aiment cette page :