Gaz de schiste: Nathalie Normandeau a raison


On a récemment accusé Nathalie Normandeau d’avoir dit que les opposants utilisaient la démagogie.

« Écoutez, une vache émet plus de CO2 dans l’atmosphère qu’un puits. Je veux dire, c’est factuellement prouvé. Est-ce qu’on peut arrêter de faire ce genre de démagogie »

« Il y a des groupes environnementaux au Québec, avance-t-elle, qui sont contre tout développement dans le domaine énergétique, que ce soit les éoliennes, les minicentrales, les grands barrages. Ils sont contre tout tout tout ».

Elle a raison!

Moi je me rappelle avoir vu aux nouvelles des séances d’information, peuplées de militant écolos qui criaient des insultes à André Caillé, à tel point qu’il a du sortir escorté par des policiers. Ces gens ne veulent pas avoir d’information, ils ont déjà été briefé par les lobbies écolos. Je me souviens du gros barbu qui criait à André Caillé « mon sacrament », l’invitant à régler ça dehors…. Est-on vraiment devant des citoyens qui demandent des informations, ou alors devant des militants de groupes écolos?

Roy Dupuis, un des zartistes qui ont participé au vidéo contre les gaz de schiste, est aussi, avec d’autres artistes, contre les barrages électriques (fondation rivières). Et comme cité ici, les écolos sont aussi contres les éoliennes et l’exploitation pétrolière en Gaspésie.

Selon eux, il faut donc continuer à se chauffer au bois comme nos ancêtres, sans électricité. Et bien non!, le bois ça fait de la pollution, ils ont fait interdire les nouveaux poêles à bois à Montréal. Et même selon les groupes écolos, c’est pas encore assez!, poussant le ridicule a son extrême, ils veulent forcer les gens à remplacer les poêles à bois par des poêles à granules ou au gaz naturel

En passant,il ne faut pas dire gaz de schiste, mais bien gaz de shale. Géologiquement parlant le schiste est un Shale (mot francisé) métamorphisé, donc chauffé à haute température, il ne peut pas contenir de gaz. C’est le terme utilisé par les géologues. Mais nos médias ne veulent pas reconnaitre leur erreur. Shale (prononcé chéle), ça fait anglais et Schiste ça fait plus peur!

Mais en fin de compte, du gaz naturel, c’est du gaz naturel, qu’importe la source. Et le gaz naturel reste le moins polluant parmis toutes les énergies fossiles.

Advertisements

49 commentaires pour Gaz de schiste: Nathalie Normandeau a raison

  1. Gilles Laplante dit :

    Elle a raison et j’espère qu’elle va résister au moratoire.
    C’est évident que les opposants sont encore cette fois des imbéciles utiles qui ne se sont pas donnés la peine de s’informer.
    Je me demande ce qu’il advient du gaz contenu dans le shale quand il s’est transformé en chiste. Je suppose qu’il se fait expulser et qu’il remonte à la surface.
    Pour ce qui est de Roy Dupuis, comme la majorité des zartistes, Dupuis n’a probablement pas plus d’un secondaire. Ce n’est pas avec ça qu’on est équipé pour comprendre des notions de base en géologie. Cet individu veut nous ramener au temps des filles de Caleb. Vous vous imaginez le crottin produit à Montréal par les millions de chevaux qu’il faudrait pour remplacer les véhicules qui y circulent.

  2. Christian Rioux dit :

    @Gilles
    En effet, il remonte à la surface, ou il se fait dégrader. Le processus de métamorphisme requiers de très hautes température et de fortes pressions, donc volcanisme, ce qui n’est pas arrivé ici.

    Par contre, suite à des tremblements de terre, il est arrivé que des fuites de gaz naturel se produisent, et des gens en ont profité pour les récupérer et se chauffer avec, tel que mentionné dans le lien sur le schiste/shale

  3. L’un des problèmes c’est que ceux qui se disent en faveur ne nous informent pas mieux que les prétendus désinformateurs écolos.

    Un autre problème, plus sérieux celui-là, c’est la crédibilité même de Nathalie Normandeau et de son gouvernement. Quand on voit tout ce que ces gens-là protègent de corruption au Québec, on ne peut pas faire autrement que de faciliter nos équations. C’est peut-être douteux, c’est peut-être faux, mais c’est le résultat de tant d’années de mensonges.

    En ce qui concerne l’exploitation pétrolière en Gaspésie, le problème est simple. En fait, c’est la même chose que partout au Québec. Ça va rapporter quoi à qui? Rien à toi, rien à moi. De plus, t’as aucun droit sur ce qu’on appelle encore tes propriétés.

    Gaz de Schiste ne fait pas plus peur que gaz de Shale. Comprends pas cette allusion.

    Dernier point. Comme il a été demandé à Nathalie Normandeau, accepterais-tu qu’on vienne dans ta propre cour pour exploiter un gisement de gaz de Shale?

    Je ne suis ni pour ni contre. Je sais juste qu’on nous ment à tous les niveaux et qu’avec cette saga on a appris que nous n’avions aucun droit sur nos terres.

  4. Christian Rioux dit :

    @Marc-André
    Moi je crois qu’il y a eu tentative d’informer les gens, mais les groupes des pression sur place ne voulaient pas entendre le message, ils voulaient chahuter et faire passer leur agenda de développement zéro.

    Le gouvernement a sous-estimé ces énergumènes et a donc failli à sa tâche d’informer la population. Ils auraient du utiliser d’autres méthodes.

    Quand aux emplois, tu sauras qu’il y a plein de jeunes qui sont revenus en Gaspésie avec l’exploitation pétrolière. Pas seulement des postes pour manipuler les équipements de forage, mais des comptables, employés de bureau etc. C’est extrêmement important pour les régions, les jeunes veulent y revenir, mais il n’y a pas assez d’opportunités d’emploi.

    Schiste, c’est un mot qui à l’air compliqué, même les artistes dans le leur vidéo semblaient avoir de la difficulté à le prononcer 🙂 Le gaz de shale, c’est du gaz naturel, point final, mais apposer le mot « naturel » rends ça moins épeurant.

    Quant aux droits sur les mines, ça a toujours été le cas. S’il y avait de l’or sous ton terrain, il ne t’appartient pas. Il appartient a celui qui l’a découvert et qui le « claim » (ça coute de l’argent). Rendu là, il peut te faire une offre pour acheter ton terrain ou de donner un montant compensatoire, la plupart du temps un généreux montant, mais si tu refuses il peut t’exproprier avec compensation.

    C’est pas pour rien cette loi. Le prospecteur son travail exploratoire lui coûte de l’argent, et le claim aussi. Et toi tu lui refuses l’accès, sachant maintenant qu’il y a de l’or. quelques années plus tard, une fois le claim échu, tu le claim toi-même sans avoir investit en exploration.

  5. Paul Racicot dit :

    De l’AQLPA : «Un évent de puits à Ste-Gertrude laisse échapper 500 m3 de méthane par jour ou 2 600 tonnes par année.»

  6. Christian Rioux dit :

    @Paul
    Il faut faire attention a des chiffres présentés sans contexte.

    Un être humain à lui seul, juste en respirant, va produire 365 kg de CO2 par an. Donc la population de Bécancour (ville dont fait partie Ste-Gertrude) est de 11 134 habitants, donc 4 063 tonnes de CO2 par an juste en respirant, et c’est sans compter l’utilisation des voitures, le chauffage, à l’huile, propane ou au bois, ou même le BBQ l’été.

    Le méthane est un gaz à effet de serre plus puissant que le CO2, mais une vache à elle seule produit 23 tonnes de méthane par an avec ses gaz intestinaux. (source: http://www.science.gc.ca/default.asp?Lang=En&n=7F9A808A-1 ) Combien y a-t-il de vaches dans ce coins de pays?

    Il faut relativiser. Oui, certains puits ont des fuites, qu’on s’en occupe et qu’on pénalise les entreprises qui ne font pas assez attention, mais on est loin de la catastrophe. Sans oublier que les fuites de gaz naturel arrivent aussi de façon naturelle, pas juste lors de forage de puits.

  7. Paul Racicot dit :

    Bien d’accord avec tes dernières infos. Mais tu sais, au prix où se vend le gaz, c’est vraiment pas le temps de forer ici.

    Et, de toute manière, est-ce que le risque en vaut la chandelle? Car ce ne sont pas les fuites de surface qui m’inquiètent : elles peuvent aisément être «monitorées» grâce à quelque bidule qui pourrait être installé de manière permanente, puis colmatées. Ce sont les fuites qui résulteraient d’un mauvais coffrage du puits ou d’une fracture résultant… de la fracturation, fuites résultant en une contamination d’une nappe phréatique, utilisée par les agriculteurs ou, pire, par la municipalité.

    L’exploitant aurait-il suffisamment de fonds pour payer la note ou ferait-il tout bonnement faillite sans rien payer? Et ce, en supposant qu’il soit encore en affaires…

    À 100 km de tout être humain, on s’en foutrait peut-être un peu… Mais en pleine vallée du Saint-Laurent, c’est une toute autre histoire.

  8. Plein de gens d’affaires investissent des tonnes d’argent. Ils savent très bien que le prix de ce genre de gambling c’est justement qu’ils peuvent perdre ou gagner. Mais, dans la très grande majorité des cas, ils ne vont pas débarquer dans ta cour et te menacer d’expropriation. Soit dit en passant, pourquoi un prospecteur m’offrirait un bon montant s’il sait qu’en me niaisant il m’aura de toute manière en m’expropriant avec une petite compensation?

    Tu cites quelques cas isolés pour cette tentative d’information. Le gouvernement ne fait pas sa job. Mais pas seulement lui. On peut s’informer partout, aujourd’hui. Internet est un bon moyen, entre autres. Pourquoi aux États-Unis certaines villes interdisent l’exploitation du Gaz de Shale? Désinformation, je suppose. Ça marche toujours juste dans un sens s’t’affaire-là!

    Comment se fait-il que le seul véritable calcul qui doive se faire est celui économique? Comment se fait-il que l’affrontement entre écolos et économistes ne puissent jamais trouver un terrain d’entente qui serve d’abord l’être humain tout en trouvant les moyens de faire de l’argent? Parce que les deux parties campent sur leur position. Y a pas que les écolos qui soient fanatiques.

    En réalité, je ne saisis pas toujours très bien où veulent en venir les écolos. Beaucoup de fanatisme qui fait bien l’affaire des gens qui défendent le commerce à tout prix! Alors que du côté des gens d’affaires, on le sait toujours ce qu’ils veulent. Faire de l’argent à tout prix, peu importe les moyens. Y a juste les moyens choisis dont on ne sait pas souvent grand chose.

  9. Paul Racicot dit :

    OUPS !

    «S. Gosselin, ex-apparatchik libéral, a dit que les émanations se limitaient au moment du forage. Il a dû reconnaître que des fuites détectées en 2010 provenaient de forage de 2006. Ensuite, M. Binnion de Questerre a expliqué dans un blogue sarcastique, voire blessant pour Charles Côté et pour les inspecteurs, que ces émanations provenaient d’évents de sécurité. ON CONSTATE ENCORE QUE CE N’ÉTAIT PAS VRAI.»

    Source : http://www.facebook.com/profile.php?id=1068865164

  10. Tiens, voici qui pourrait ajouter à votre propre information. Dont cette farce sur les vaches. Comme dit l’auteur du texte:«Sauf erreur, les activités digestives des ruminants ne menacent pas la nappe phréatique»…
    http://www.vigile.net/L-humour-douteux-de-Nathalie

  11. Tym Machine dit :

    Ah cette Nathalie, notre future première ministre…

    En passant c’est elle a raison comme dans le verbe avoir raison ;)!!

  12. Pour sortir de la pauvreté, les écolos sont le plus grand obstacle que le monde doit faire face!!!

    Ils sont contre les OGM, contre les éoliennes, contre l’hydro-électricité, contre le pétrole, contre le chauffage à bois, contre le gaz naturel, contre le nucléaire, contre l’électricité, contre l’automobile, contre les fourrures et ils appuient le Nouvel Ordre mondial, de même que les politiques malthusiennes!!!

    Une belle gang de crackpots qui veulent tuer l’Humanité et qui veulent déterminer qui doit vivre et qui doit mourir!!!

    Dites, les boys, vous vous chauffez comment, vous, durant l’hiver, hein??? Avec une chandelle??? Avec un p’tit manteau cheap que vous gardez sur le dos tout le temps???

  13. Tiens, voilà justement un bel exemple de désinformation mais qui devient de l’information parce qu’évidemment le diable c’est toujours l’autre. Dire que les écolos sont contre les OGM ça veut dire quoi? T’es au courant de ce que sont les OGM toi? T’es prêt à bouffer la marde qu’on met dans nos assiettes sans nous en dire un seul mot, sans nous dire s’ils ont une longue expérience d’effets secondaires sur les animaux et les êtres humains? (Dans les années 50-60 la cigarette était un bienfait pour nous…)

    Quand on n’est pas transparent c’est qu’on cache des choses. S’il n’y a pas aucun danger et bien qu’ils s’affichent ouvertement.

    «Qui veulent tuer l’humanité»? Mises l’une à côté de l’autre, y aurait combien de morts actuellement dans les statistiques liées au pétrole, par exemple, versus les actions écolos? Et là je parle seulement des guerres causées par le contrôle des espaces pétroliers!

    L’interdiction des poêles à bois à Montréal, quelle en est donc la vraie raison? Ce serait pas les lobbies de Gaz Métropolitain et d’Hydro-Québec qui serait derrière ça? Je n’en sais rien moi-même, mais avouons que la décision a été assez rapide! Ça prend du pouvoir assez solide pour réussir ça!

    Je ne suis pas un écolos dans le sens qu’on semble vouloir le dénigrer ici (quoi que le fanatisme anti écolo ne doit digérer aucune forme d’écologie soit-elle). Je pense qu’on peut réussir à bâtir une planète saine pour tous et où personne ne crève de faim (autrement dit, où il y a moyen de se remplir les poches).

  14. @Marc André

    Les OGM ne sont pas tellement différent de ce que nos ancêtres faisaient avec des croisements, sauf qu’ici c’est plus rapide et précis. Je ne suis pas un fan des OGM, mais je ne crois pas qu’on va devenir des mutants à en manger 🙂

    La religion écolo est anti-humain, si tu n’en t’es pas encore rendu compte,
    va lire ces billets précédents:

    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=895

    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=891

    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=864

    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=844

    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=965

    Quant au nombre de personnes qui peut vivre sur cette planète, il y a déjà eu des statistiques, dont j’ignore la source, mais ça me semble crédible:

    La terre peut supporter 70 milliards de personnes, à condition qu’il vivent tous comme le plus pauvres des paysan du Bangladesh. Ou alors 700 millions de personnes avec le niveau de vie occidental.

    Nous sommes présentement tout près du 7 milliards… Alors il faut en éliminer 6,3 milliards pour être capable de tous vivre avec notre niveau de vie actuel. James J. Lee, Bill Gates, Ted Turner et plusieurs écolos pensent que c’est la solution ultime. A force de brainwasher les gens, l’ère de l’éco-terrorisme à commencé, James J. Lee n’est que le premier.

  15. Curieux comme les choses sont si simples à comprendre du côté de ta religion! Les croisements que faisaient nos «ancêtres», remontent à peine à 6 000 ans. Un pette dans l’histoire. Ils n’étaient pas systématiques. De plus, ça ne veut pas dire que tout était bon. Par exemple, même si c’est très «in», même si ça a l’air très santé de dire qu’on mange du pain de blé (exemple), je pense que cette céréale est une merde dangereuse. Rien qu’à lire tous ses effets secondaires (allergies au gluten, acidité aigüe, etc..). Chez les végétariens, je peux identifier immédiatement qui mange trop de blé!

    Pour le reste de ce que tu écris, j’ai presque envie de dire qu’il y a un peu de mauvaise foi et beaucoup de sectarisme dans tes propos. Tes exemples ne sont en rien différents de ceux que proposent souvent les extrémistes écolos! Mais, ça a le mérite de me faire comprendre que je suis tombé sur un blogue anti-écolos! Je n’aime pas l’extrémisme, peu importe qu’il soit contre ou pour les idées que je défend! Rien n’est seulement blanc, ou seulement noir. Tout est toujours en nuance, sauf dans le cerveau des extrémistes!

    Maintenant, pourquoi tu me parles du nombre d’habitants que peut contenir la terre? Je ne saisis pas vraiment où tu veux en venir. À moins que tu veuilles signifier que ce n’est pas très grave que des guerres pour le pétrole tuent plein d’êtres humains, y en aura en masse pour les remplacer? Je ne crois pas que tu sois à ce point cynique! Et, tu oses dire que ça te semble crédible, ces chiffres. Crédible? Des chiffres que tu ne peux vérifier? Alors que des tonnes de chiffres existent sur le réchauffement planétaire, par exemple, chiffres que tu dois nier, assurément, si je me fie au ton de ton blogue!

    À l’ère naissant de l’éco-terrorisme j’oppose le terrorisme économique qui, lui, dure depuis des siècles! Dans notre monde, deux éléments ont été à l’origine de la très grande majorité des guerres: les religions et l’argent (territoires, or, épices, pétrole, diamants, etc…). On retrouve dans le débat actuel, malgré les apparences, les mêmes deux éléments. Ceci dit, je répète, il y a moyen de s’entendre.

  16. @Marc-André

    Je ne suis pas un extrémiste, je suis CONTRE les extrémistes écolos, ceux qui parlent de réchauffement causé par le CO2 et de réduire la population humaine. Pas ceux qui sont pour la protection des éco-systèmes, le recyclage, ou la sur-consommation.

    Si tu prends la peine de te renseigner un peu, les « tonnes de chiffres » dont tu parles n’existent pas. En fait, il n’y a que quelques dizaines de scientifiques qui travaillent au GIEC qui sont la source de ces chiffres, et c’est sur ces chiffres que tous les écolos et médias se fient pour dire que TOUS les scientifiques appuient ces dires. Dans les faits, il y a plusieurs scientifiques qui ont du se battre pour faire enlever leur noms du rapports du GIEC suite à leur départ de cet organisme. Ils ont quitté parce que les rapports de correspondaient pas à ce qu’ils avaient produit. Mais le GIEC ne voulait pas enlever leurs noms parce qu’ils ont besoin de dire qu’il y a « plein de scientifiques » qui les appuient.
    After much effort and many fruitless discussions, I decided to concentrate on the USGCCRP and resigned from the IPCC project. My resignation was accepted, but in a first draft I found that my name was still listed. I requested its removal, but was told it would remain because « I had contributed ». It was only after strong insistence that I succeeded in having it removed.

    http://noconsensus.wordpress.com/2008/08/21/researcher-quits-ipcc-due-to-politics-trumping-science-2005-news/

    Si tu veux continuer à me critiquer, prends la peine de lire mes billets. Tu vas constater que contrairement au mouvement environnementaliste, ici je me base sur les faits et la vraie science. La religion n’est pas de mon côté, mais bien de celui des écolo-religieux, qui acceptent tout ce que les prêtres écolos disent sans rien questionner, et considèrent ceux qui ne partagent pas leur « croyance » comme des hérétiques, des « négationistes ».

    C’est le cas avec les gaz de shale, selon les écolos, ils sont les seuls à avoir la vérité, et les autres sont tous des pourris corporatifs ou des politiciens achetés. Personne ne prend la peine de regarder la science derrière ça, les techniques employées, ou la géologie qui est différente qu’en Pensylvannie.

  17. @ Saint-Pierre.

    C’est facile de chier sur les OGM, hein???

    Entre 1996 et 2005, les OGM ont entraîné des retombés économiques de 27 milliards de $, majoritairement dans des pays qui sont en voie de développement!!!

    Entre 1996 et 2005, ils ont permis de réduire l’utilisation de pesticide de 224 millions de Kg!!!

    Seulement en 2005, ils ont réduit la production de gaz a effet de serre de 9 milliards de Kg, soit l’équivalent de retirer de la circulation 4 millions de voitures!!!

    De 1996 à 2008, ils ont permis de réduire l’utilisation de pesticide/herbicide de 352 millions de kg, ce qui a permis de réduire les impacts environnementaux de 16,3%!!!

    De 1996 à 2008, ils ont augmenté le revenu des agriculteurs de 52 milliards de $, ce qui a permis de bonifier le revenu des fermiers, dans les pays qui sont en voie de développement, de 50%!!!

    En 2008, ils ont réduit la production de gaz à effet de serre de 15,6 millions de kg, soit l’équivalent de retirer de la circulation 6,9 millions de voitures!!!

    En 2008, si les OGM n’avaient pas été disponibles, il aurait fallu cultiver, en extra, 4,6 millions d’hectares de soya, 3,5 millions d’hectares de maïs et 2,2 millions d’hectares de coton, pour maintenir les niveaux de production!!!

    En 2008, si les OGM n’avaient pas été disponibles, le prix du maïs aurait augmenté de 5,8%, le prix du soya aurait augmenté de 9,6% et le prix du canola aurait augmenté de 3,8%!!!

    Moi, je ne comprends pas pourquoi la gauche et les écologistes sont contre les OGM!!!

    Si ça permet à des enfants, en Afrique, qui souffrent de carences alimentaires qu’on pourraient combler à l’aide d’OGM et que ça permet de réduire les gaz à effet de serre, qui est l’obsession carbonique des réchauffistes, je ne vois pas pourquoi la gauche et les écologistes perdent la face en s’y opposant bêtement!!!

    Personnellement, si je devais avoir le choix entre ne rien manger du tout pour, ensuite, mourir à 5 ans et manger du riz génétiquement modifié pour, ensuite, risquer un cancer à 40 ans (par exemple), je choisirais, sans conteste, la deuxième option!!!

    En combattant les OGM, ce grand espoir pour l’Humanité toute entière, aussi bien sur le plan alimentaire que sur le plan humain que sur le plan économique que sur le plan environnemental, la gauche et les écologistes refusent aux peuples des pays qui sont pauvres le droit de se nourrir, ce qui contribue à faire mourir ces peuples de malnutrition ou de dénutrition ou de n’importe quoi qui se rapproche de ça!!! C’est un génocide pur et simple!!!

    Non, je ne comprends pas pourquoi ils s’y opposent!!! La gauche et les écologistes souhaitent-ils la mort de l’Afrique???

    «Merci» à Greenpeace, à Friends of the Earth et au Organic Consumers Association!!! Grâce à vous, la prochaine famine risque d’être écologique et équitable!!!

    Les OGM sauvent de la famine!!! Si les écolos avaient été aussi crackpots, lors de la Révolution verte, je doute fortement que Norman Borlaug aurait pu sauver un aussi grand nombre de vies!!!

    Les écolos, vous me donnez envie de vomir!!!

  18. Tu vois, j’aurais envie de te donner raison. Mais, quand tu dis:«ici je me base sur les faits et la vraie science», tu viens de me perdre. La vraie science? Celle qui fabrique des pilules, par exemple, et qui les retire du marché après que trop des cobayes que nous sommes y aient laissé leur santé, parfois leur vie?

    Et si les chercheurs qui parlent de réchauffement planétaire se trompent, sur quelle base scientifique les autres peuvent-ils le dire? Parce que, en matière de réchauffement planétaire, avouons que tout le monde peut avoir raison ou tort! Donc, autant les Jacques Brassard que les Steven Guilbeault de ce monde peuvent se baser sur des dogmes fictifs. Mais, on ne sera pas là pour voir la vérité. Et on s’en cr… pas mal parce que nous vivons dans une génération au nombril très enflé qui n’en a rien à cirer de nos descendants.

    Tu dois savoir que nous sommes tous plus ou moins désinformés par ceux que nous défendons. Moi, je n’ai pas de parti pris pour ni l’un ni l’autre. Je m’en balance. Ce qui compte à mes yeux, c’est que nous puissions vivre en paix, sur nos propriétés, dans un environnement qui ne soit pas démoli par les faiseux de piastres rapides, et que nous puissions tous faire de l’argent, si tel est notre but. Mais, qui peut faire de l’argent aujourd’hui? Les grosses multinationales et la poignée de ceux qui les contrôlent.

    On peut défendre tout ce beau monde si on veut. Eux ils contrefichent de toi et moi. À un point tel que je me demande si, parfois, ça ne fait pas l’affaire de la poignée de riches qui contrôlent la planète de voir le trouble que font les écolos fanatiques. Ça leur permet de pas avoir trop de créatifs dans leurs jambes qui veulent s’enrichir eux aussi.

    Je suis désolé de t’avoir servi quelques arguments qui semblent défendre les écolos. Je ne défends personne en particulier. Je défends ce que JE CROIS être un certain bon sens. Je te souhaite quand même un bon combat. Si tu y crois!

  19. @Jean-Luc Proulx
    Je ne chie pas sur les OGM. Je chie sur les hypocrites. Quand t’es pas transparent, je le répète, c’est que t’as des choses à cacher. POINT.

    En Afrique tu dis? Au prix de quoi? Du contrôle des semences! Du contrôle de la population. Au contraire de ce que tu dis, les Monsanto de ce monde vont plutôt réduire la variété et vont ensuite menacer tous ceux qui ne jouent pas leur game. Rien ne m’impressionne dans tes chiffres. Hors contexte, c’est à dire sans l’historique qui les entoure, tous tes chiffres sont des perles. Mais, ils ne disent qu’une toute petite partie d’une vérité que tu évacues comme c’est AUSSI le cas chez les utopistes de l’artificiel et de l’économie sans règles!

    Mais, pourquoi je dis ça! Je suis convaincu que tu vas croire que tout ce que je pourrais dire là-dessus vient de ce que je suis désinformé. Seuls les gens qui pensent comme toi sont PARFAITEMENT informés. Voilà pourquoi il ne peut pas vraiment y avoir de débat. Je ne suis certain de rien et tu es certain de tout!

  20. Christian Rioux dit :

    @Marc André
    « Et si les chercheurs qui parlent de réchauffement planétaire se trompent, sur quelle base scientifique les autres peuvent-ils le dire? »

    Si tu avais lu mes billets, tu saurais la réponse. Le climat est très complexe et il y a plusieurs causes. Le soleil et ses cycles d’activité est la principale source de variation climatique, et les cycles de Milankovitch sont aussi très importants. Contrairement aux prédiction écolos, celles faites avec ces sources correspond à la réalité des varaitions climatiques depuis 1000 ans pour les cycles solaires, et des derniers 500000 ans pour les cycles de Milankovitch. Je ne vais pas tout répéter ici, alors va lire les billets, je suis sûr que tu va trouver ça intéressant.

    Quand aux gaz de shale/schistes, j’appuie le développement parce que j’ai vu ici les retombées de l’exploitation pétrolière. Ca a ramené des jeunes en Gaspésie, avec des emplois payants. Et je ne crois plus du tout aux arguments des groupes écolo-religieux qui voient l’apocalypse à chaque coin de rue. Ici aussi il y a eu des opposants contre le pétrole, il y en a même eux contre les éoliennes, ils disaient annonçaient que ça allait faire fuir les touristes, que ça faisait du bruit et que ça tuait les oiseaux!

    Alors oui Nathalie a raison, il y a eu beaucoup de propos démagogiques véhiculé par les groupes écolos.

    Quand au OGM, je ne suis pas aussi tranché que JLP, je ne trippe pas la dessus, mais je ne crois pas que ça soit dangereux. Il n’y a pas une compagnie qui a intérêt à produire des produits alimentaires qui seraient dangereux.

  21. @Marc André
    Quand je parle de VRAIE science, c’est de ça que je parle:

  22. @ Saint-Pierre.

    Non, c’est faux, il m’est déjà arrivé d’être d’accord avec des gens dont je suis, normalement, en parfait désaccord sur, à peu près, tous les sujets!!! Je ne suis pas un extrémiste!!! Peu importe de quel côté ça vient, si une idée me paraît bonne, je vais l’appuyer!!!

    Transparence??? Je t’ai donné les chiffres en toute transparence, mais, si tu veux tout savoir, mes chiffres proviennent de AgBioForum, The Journal of Agrobiotechnology Management & Economics!!! C’est, quand même, pas un grange, ça!!!

    Le lien est disponible, ici: http://www.antagoniste.net/2010/05/05/lingredient-secret/

    En passant, tu sonnes beaucoup plus comme un anti-capitaliste que comme un écologiste!!!

    @ Christian.

    Si les OGM sont la clé pour éliminer la famine qui ravage l’Afrique, je crois qu’il faut être assez idiot, pour ne pas les développer, afin de nourrir les pays qui sont pauvres et augmenter, ainsi, leur espérance de vie, tout en faisant ça dans le respect de l’environnement, car les OGM respectent l’environnement!!!

    C’est une avancée scientifique considérable!!!

    Nous avons besoin de plus de Norman Borlaug et non pas plus de José Bové!!!

  23. – Je rêve d’être riche. Ta découverte d’anti-capitaliste me fait rire.

    – Le contrôle des semences par un ou deux groupes ça n’a rien de bon pour l’humanité.

    – Les OGM respectent l’environnement? Mais pas les gens. L’Afrique est à la merci de Monsanto.

    – Quand je parle de transparence, je parle de Monsanto, entre autres. Comme je ne suis pas certain, non plus, de la transparence de Green Peace. Je ne parle pas de toi JLP.

    – Aucune compagnie ne produirait des produits alimentaires dangereux? La planète en est remplie! Tous les produits qui font en sorte que plus de la moitié des nord-américains sont devenus des GROS, qui vont coûter un bras à la société, sont dangereux. Tu manges un gâteau Vachon, y a même plus un millimètre de bouffe naturelle là-dedans… Dans les années 60, on parlait de 1 cancer pour 5 personnes. On approche aujourd’hui les 4 pour 5. Ça vient certainement pas des nuages! Sans parler de la hausse vertigineuse des maladies dégénératives.

    – La science est actuellement remise en question dans ces processus protocolaires à l’intérieur même de ces murs. La revue Science et Vie rapporte chaque mois de nombreuses «certitudes» scientifiques, basées sur des faits, que d’autres faits viennent démolir.

    – L’intégrisme écologique est le miroir de l’intégrisme économique. S’il y avait eu un peu plus d’intégrisme écolo, il y a 50 ans, ils auraient peut-être fait cesser la surpêche des intégristes économiques dans notre fleuve (il y a encore 20 ans, je lançais la ligne à l’eau attrapais de la morue. Impossible maintenant) Parce que, au nom des jobs(c’est toujours la carotte utilisée), au nom de la sacro-sainte économie, on a vidé le fleuve. Les quelques pêcheurs qui restent encore (je vis à Cap-Chat) s’arrachent la vie. Même chose en agriculture, même chose en foresterie… Quand les compagnies, qui ont tout vidé, partent vers d’autres cieux, c’est drôle que l’argument «jobs» n’existe plus. On s’en fout alors de mettre 1000, 2000, 10000 personnes à pied!

    – Gaspé connaît un certain essor actuellement. Si Haldimand et les autres puits environnants sont rentables, ça va aider pour un moment. Mais, c’est toujours du provisoire. Gagnonville (Fire Lake) a été fermé dès qu’on a tout vidé ce qu’il y avait là! Tant mieux si c’est rentable un temps. Murdochville est un autre exemple. Mais, on fait quoi après?

    – Le problème avec ce que vous dites n’est pas nécessairement ce que vous dites. C’est le refus d’admettre que tout n’est pas aussi blanc que vous semblez le dire. Résultat, au lieu de faire avancer les choses, peut-être même vers ce que vous croyez, vous provoquez encore plus les gens qui détestent votre discours. Impossible d’avancer dans un tel contexte. C’est le combat entre deux groupes qui croient laver plus blanc que l’autre.

  24. Christian Rioux dit :

    Toute ville basée uniquement sur une ressource minière est voué a l’abandon une fois la ressource épuisée. Murdochville aurait du fermer, mais les gouvernements ont accepter de tenter de la faire vivre artificiellement à nos frais. Je crois que ce fut une erreur.

    Il en va de même pour les gaz de shale. Une fois la ressource épuisée, dans environ 20 ans, les puits seront condamné et les entreprises iront ailleurs. La différence c’est qu’il n’y a pas une ville qui dépend du gaz de shale pour exister. Une fois les puits fracturés, ils produisent pendant 5 à 20 ans, puis ils les scellent.

  25. Gilles Laplante dit :

    Curieux quand même. Les québécois sont la seule société au monde qui découvre une richesse naturelle sur son territoire et qui considère ça comme une catastrophe. Avec une telle attitude, on ne mérite pas un pays.

  26. @Marc-André
    « La revue Science et Vie rapporte chaque mois de nombreuses «certitudes» scientifiques, basées sur des faits, que d’autres faits viennent démolir.  »

    Justement c’est ça la science. La science se contre-vérifie constamment. Alors dire qu’il y a un consensus et qu’on doit la fermer et arrêter de questionner le dogme, ce n’est plus de la science, c’est de la religion.

    Par exemple, saviez-vous que même la théorie du Big Bang est questionnée? En effet, s’il n’y avait que le Big Bang, l’expansion des galaxie ralentirait, mais en fait elle accélère. Et certains scientifiques auraient découvert des objets qui pourraient dater de plus de 13 milliards d’années, donc d’avant le Big Bang.

    Autre exemple, il n’y a pas si longtemps, la science pensait que l’homme descendait du néanderthal, on sait maintenant qu’il s’agissait d’une autre espèce qui avait évolué en parallèle, et qu’il y a eu plusieurs espèce d’hominidés, et que seulement une (la nôtre) a survécu.

    La VRAIE science se remet en question et est à la recherche de la vérité.

    La religion dit détenir la vérité et tente de réduire au silence les hérétiques.

    Selon vous, de quel côté sont les écolos?

  27. Il y a des tonnes de cas où la science s’est comportée comme les religions. Chaque nouvelle découverte vient souvent secouer les colonnes du Temple scientifique. J’avance, sans trop craindre de me tromper, qu’il existe peu de cas où les humains n’agissent pas un moment donné comme les propriétaires de vérité absolue. On retrouve ce phénomène dans tous les domaines que touche l’Homme.

    En ce qui concerne vos exemples scientifiques, je les connais bien depuis longtemps. Comme je sais aussi que la théorie quantique chambarde les idées scientifiques actuelles. Un bon nombre des «prêtres ordonnées» de la religion scientifique actuelle refuse cette théorie au point de ne même pas vouloir participer à des expériences importantes.

    Autre cas: on s’est aperçu (scientifiquement) que chaque être humain avait une perception personnelle de la réalité. Ce qui fait en sorte que 10 témoins d’un même acte, même sous hypnose, vont raconter des choses différentes dont certaines sont de pures interprétations et inventions de l’environnement dont ils témoignent. Autrement dit, on va finir par mettre en doute la pertinence d’appeler des témoins à la cour. Probablement le jour où la science aura inventé une quelconque machine qui remplacera le jugement humain.

    Je ne crois pas plus à la science qu’à n’importe laquelle religion. Comme vous le dites, la science se remet peut-être en question. Sauf que, pendant que durent les dogmes qu’elle impose, un nombre incroyable de conneries se disent et se font et nuisent vraiment au développement de l’être humain. La science est son propre frein!

    Maintenant, il ne faudrait pas commencer à faire l’étalage de nos petites et insignifiantes connaissances juste pour prouver qu’on a raison, qu’on est fort ou supérieur à notre interlocuteur. Et comme ça commence à tourner en rond, je crois bien qu’en ce qui concerne ce sujet, ÇA DEVRAIT être mon dernier post!

    Merci de m’avoir quand même laissé l’espace pour m’exprimer. Ce n’est pas facile de confronter nos idées mais ça aide à grandir, n’est-ce pas?

  28. l'engagé dit :

    C’est farfelu de réduire ainsi les écolos à un groupe homogène et les confronter aux « vrais » scientifiques. Certains écolos et de simples citoyens ont de bonnes raisons d’invoquer des recherches scientifiques, des faits, de questionner des pratiques douteuse, et ce, pour chercher à défendre l’intérêt public, surtout quand le public, pour une fois est vraiment derrière les écolos.

    Ce qui est bon pour la Gaspésie à un moment donné peut ne pas être bon pour tout le monde. Quel problème voyiez-vous à ce que l’on débatte sérieusement de la question de l’exploitation des gaz de schiste? Comme je vous l’ai déjà écrit, l’attaché politique de Normandeau m’a menti et a cherché a gagné de temps en me contactant personnellement. Il en était rendu à questionner ma confiance, compte tenu de l’iniquité et de l’archaïsme de la loi des mine, n’est-ce pas plutôt aux politiciens de montrer dignes de confiance?

    Je ne comprends pas que vous cautionniez l’actuelle loi des mines Monsieur Rioux par votre soutient à Normandeau. Pourquoi ne pas accepter un véritable débat public, transparent sur la question?

  29. Gilles Laplante dit :

    @ l’engagé
    Vous avez raison de dire que la loi des mines doit être revue de façon à respecter le droit de propriété.
    Le problème est que les écolos détournent le problème en faisant peur aux gens avec les prétendus dangers de l’exploitation des gaz de shale. S’ils demandaient une refonte de la loi en arguant qu’actuellement elle brime la propriété privée, je les appuierais mais je pense qu’ils s’en tapent et qu’ils ne cherche qu’à ralentir le développement du Québec.

  30. Aimé Laliberté dit :

    @ Gilles Laplante,

    Je vois une contradiction dans vote commentaire, et je ne suis pas un écolo à gogo, ni un réchauffiste.

    Vous dites que les écolos ne cherche qu’à ralentir le développement du Québec, mais vous dites également que vous leur donneriez votre appui s’ils arguaient que la loi actuelle brime la propriété privée.

    Mettons que le droit de propriété existe, comme vous le concevez. Si les entreprises exploitantes de ressources devaient effectivement respecter les droits de propriété, il y aurait beaucoup moins d’entreprises qui pourraient exploiter ‘nos’ ressources, car elles devraient tenir compte des impacts négatifs ou des dommages causés aux propriétés avoisinantes et à leurs habitants et, surtout, ceux-ci auraient des recours ou des moyens efficaces pour empĉher que leur propriété ou leur qualité de vie soit dégradée par des entreprises de ressources ou autres.

    Mais qui est propriétaire des ressources?

    S’agit-il vraiment de ‘développement’ économique lorsqu’on donne des permis à des intérêts privés, souvent étrangers, de venir exploiter les ressources du Québec, sous prétexte que de ‘jobs’ seraont créées?

    Qu’est-ce qui empêche une entreprise du Québec, dont les associés seraient des travailleurs Québécois ordinaires, d’exploiter eux-mêmes les ressources?

    Le slogan de Jean Lesage, père de la Révolution tranquille’, n’était-il pas ‘Maître chez nous’?

    Vous sentez-vous maîtres chez vous?

    L’histoire des gaz de schiste, des turbines éoliennes, du port méthanier, et tous les autres cas de dégradation de l’environnement par des entreprises sans scrupules, de même que les taxes que vous payez annuellement pour avoir le ‘privilège’ d’être propriétaires d’une maison montrent que, finalement, le droit de propriété au Québec ne vaut pas cher.

    Le loup est dans la bergerie, depuis un bon bout de temps.

  31. Christian Rioux dit :

    @Aime aliberté
    Et si c’est pas les « méchantes entreprises » qui créent les emplois, qui le fera? le gouvernement? Soyons tous fonctionnaires, ça va aller bien mieux!

  32. Aimé Laliberté dit :

    C Rioux,

    Ce n’est pas ce que je disais. La réponse à ma question est probablement que l’accès réduit au crédit et aux marchés financiers, combiné à la règlementation de l’état et aux droits exigibles pour exploiter les ressources, font en sorte que les Québécois ordinaires ne peuvent créer leurs propres entreprise d’exploitation de ressources.

    Donc, le Québécois ordinaire est condamné à aller travailler dans la mine, pour quelques miettes, au lieu de profiter de la richesse de  »son » pays.

    Elle est belle l’illusion!

  33. @Aimé
    Je ne suis pas d’accord. Exploiter une mine demande des capitaux tellement imposants que ça prend une multinationale avec les reins solides pour débuter l’exploitation. Une mine coûte des millions à ouvrir et prend des années avant de devenir rentable. Et c’est sans compter l’exploration, qui coûte très cher sans rapporter grand chose.

    Quant aux « pauvres » travailleurs exploités par le « méchant » capitalisme, au contraire, c’est bien payé. Vous en parlerez aux ex-travailleurs de Murdochville, et en plus la compagnie avait fait tout plein de choses avec la ville pour rendre les travailleurs heureux: centre de ski, golf, curling etc.. Sans compter que les taxes qu’elle payait à la ville étaient la principale source de revenu. Depuis que les « méchants exploiteurs » sont partis, la ville autrefois prospère est pauvre et survit à peine.

  34. Aimé Laliberté dit :

    C Rioux,

    Vous devriez peut-être suivre un petit cours de business et de finance. Vous comprendriez mieux comment se font les affaires. Si je comprends bien votre réponse, qui confirme ce que je disais sur la disponibilité du financement capital, les Québécois sont condamnés à attendre que des entreprises étrangères ou autres viennent engager des frais d’exploration, qui seraont en grande partie remboursés par Québec et Ottawa, mais ces mêmes Québécois ne seraient pas capables de faire tout ça eux-être mêmes, en conservant les profits et en préservant l’environnement, si Québec et/ou Ottawa leur prêtait le capital de départ et un fonds de roulement.

    Voyons donc M. Rioux…

  35. Gilles Laplante dit :

    @ Aimé Laliberté

    Vous voyez bien des contradictions où vous voulez. Je n’ai jamais dit que j’appuierais le mouvement écolo dans son ensemble mais uniquement pour renforcer la propriété privée, i.e. limiter le droit d’expropriation.
    Pour moi le propriétaire des ressources est le propriétaire du terrain. Si une compagnie veut se l’approprier, elle devra s’entendre avec le propriétaire légitime ou s’en passer.

    « Vous sentez-vous maîtres chez vous? »
    Sur les 700 et quelques mètres carrés qui m’appartiennent, oui. Cependant, je n’aurais aucun problèmes à les vendre à une compagnie qui voudrait m’offrir un juste prix pour en exploiter le sous-sol. Pour les problèmes de pollutions, ça ne changerait pas grand chose à la situation actuelle.

    Actuellement, une compagnie, Junex, tente d’exploiter les gaz de shale au Québec sans quémander des fonds ni à Québec ni à Ottawa et que font les écolos? Ils travaillent à la mettre en faillite avec toutes leurs magouilles. Junex est une compagnie dans laquelle je me proposais d’investir mais vue la situation actuelle, j’ai opté pour une compagnie albertaine.

  36. Aimé Laliberté dit :

    Selon ce que j’ai vu de la situation au É-U, l’exploitation du gaz de schiste semble représenter un véritable danger pour la nappe phréatique.

    Personnellement, je suis bien content de voir qu’il y abeaucoup d’opposition à ce genre d’entreprises dont les techniques d’exploration ne sont pas prouvées sécuritaires pour l’environnement, en partuiculier la nappe phréatique.

    Au surplus, on a en masse d’énergie comme c’est là, qu’on arrête donc de faire comme si on n’avait pas déjà d’autres sources importantes d’énergie.

    Pour moi, le gaz de schiste c’est une nouvelle façon de polluer l’eau et de tuer le monde à petit feu, mais c’est juste une opinion.

  37. l'engagé dit :

    Junex? Sans demander de fond? Mais on lui a déjà donné la lune!

    « La future passe du gaz de schiste

    Pendant ce temps Pétrolia, Gestem et Junex signent le 28 juillet 2005 une lettre d’intention qui permettra à Gastem de conclure des partenariats d’affermage sur des projets d’exploration d’hydrocarbures de St-Simon, près de St-Hyacinthe, et de Gaspé en Gaspésie. De plus, Junex et Pétrolia prendront une participation dans le capital-actions de Gastem en plus de proposer la nomination d’un membre chacun au conseil d’administration de la compagnie.

    Et ce n’est pas de la collusion ? Ce n’est pas de la préparation ? Improvisation que certains disaient…. Ben voyons !

    Finalement, en 2007, après le départ de Caillé d’Hydro-Québec, le gouvernement du Québec démantèle les secteurs gaz et pétrole de la société d’État, dissout la Société québécoise d’initiatives pétrolières et cède GRATUITEMENT tous les droits d’exploration d’HQ sur le territoire québécois à :

    1. Pétrolia, dont le siège social se situe à Rimouski est la propriété de monsieur Saeed Yousef un résidant de Dubai des Émirats-Arabes-Unis. Le principale actionnaire apparaissant au dossier est Pilatus Energy AG, qui a son siège social en Suisse et a un seul actionnaire : Saeed Yousef. Les autres membres du conseil d’administration proviennent de Calgary et du Luxembourg. Quelques francophones québécois y font de l’occupation de siège

    2. Gastem et 3. Junex, ont vite cédé des parts majoritaires de ces droits à des firmes étrangères comme Forest Oil (USA), Pilatus (Suisse) et Corridor Ressources.

    En avril 2008 Monsieur Caillé est nommé conseiller stratégie senior chez Junex et siège au conseil d’administration de la compagnie. Il devient président de l’Association pétrolière et gazière du Québec lors de sa fondation en avril 2009.

    Et il se lance à la place du gouvernement du Québec dans une campagne de sensibilisation des Québécois et Québécoises aux avantages de développer le gaz de schiste au Québec. Après trois réunions et la défaite du plan de communication de la firme National, le voilà au repos forcé. Est-ce le médecin qui a signé la prescription ou l’association des gazières ?

    Pour chapeauter le tout, notre gouvernement tout dévoué à l’économie du Québec a offert aux gazières lors du budget 2010 congé de redevances pour cinq ans.

    Et pour mieux nous délester de notre richesse première vers ces compagnies étrangères venues exploiter nos ressources à leur guise, il s’apprête à modifier sa réglementation par le projet de loi 79 sur les mines.

    Mais qui donc tire les ficelles politiques pour que ces gens d’affaires du Québec qui siègent en tant que prête-noms dans des entreprises étrangères, puissent s’enrichir à même nos ressources naturelles, à nos dépens, à la barbe de notre ignorance et de notre inaction ?

    Il n’y a aucune improvisation dans la démarche des ministres libéraux. Comment les arrêter ? Quelles seraient les actions possibles ?

    Court-circuiter ces sangsues de ressources naturelles à bon marché par la nationalisation des opérations, la suppression du concept de « free mining » (système de claim) qui date de 1880 et toujours en vigueur dans notre loi minière et que Mme Nathalie Normandeau s’entête à conserver à tout prix… au nom de quel principe économique ? Saurait-elle seulement le dire ?»

  38. l'engagé dit :

    Le texte précédant était un copier-coller pour répondre à Gilles Laplante.

    la source est ici :

    http://ladouceur.monblogue.branchez-vous.com/2010/11/25

  39. Christian Rioux dit :

    @Aime
    Le Québec importe beaucoup de gaz naturel. Alors au lieu de l’importer, on pourrait utiliser le nôtre et s’enrichir collectivement (emploi locaux, impôts, redevances) au lieu d’envoyer notre argent ailleurs.

    Des puits de gaz de schale, il en existe partout dans le monde, et à la majorité des endroits, il n’y a aucun problème, et les techniques se sont améliorées avec le temps. C’est dommage ce qui est arrivé en Pensylvanie, mais ça n’arrivera probablement jamais ici, la géologie est différente et en plus le gouvernement étant au courant des problèmes potentiels, il peut inclure des clauses dans la loi pour rendre responsable les compagnie en cas de contamination

  40. Christian Rioux dit :

    @L’engagé
    Il n’y a pas de »prête-nom ». Ce sont des sociétés à actions, tu peux en acheter si tu veux, et si tu as assez de cash, tu peux devenir actionnaire majoritaire.

  41. Gilles Laplante dit :

    @Aimé

    On est d’accord sur une chose: il faut changer la loi. Pour le reste, tout le bla-bla nationaliste que vous m’avez copier-coller ne sert qu’à démontrer que les opposants sont menés par des individus qui voient des complots partout et qui sont à la limite du racisme. Qu’un propriétaire de compagnie demeure à Dubai, on s’en tape. Ce qui est important, c’est que ces ressources soient exploitées car une ressource qu’on exploite pas ne vaut rien. Si l’Angleterre n’avait pas exploité ses mines de charbon à la bonne époque, elle n’en tirerait rien aujourd’hui.
    Le seul intérêt que je vois à votre position est que le gouvernement aura moins d’argent à gaspiller.

  42. Michel Guay dit :

    Ne nous fions pas aux anglos

    L’Ontario a un déficit, per capita, 4 fois et demi plus élevé que le Québec, l’Alberta 4 fois aussi et les USA, rien de moins que 12 fois !
    Le Gouvernement du Québec a une dette nette inférieure à un tiers du PIB du Québec, à des années-lumière du 5e rang que Bachand a inventé de toute pièce pour faire peur au monde.
    Si le Québec était un État américain, il serait aujourd’hui au 17e rang du PIB, 3000 piasses devant la Florida. La Florida, qui fait tant saliver nos Elvis, où 14% de la population mange grâce aux Food Stamps de l’Uncle Sam
    Si le Québec était un État américain, il aurait le 9e plus bas taux de chômage. La ville de Québec a le plus bas taux du continent ! Et El Centro, en Californie, le plus élevé.
    Si le Québec était un État américain, il aurait le plus haut salaire minimum. Et le 5e plus haut en Amérique du Nord sur 64 États
    42% des Québécois ne paient pas d’impot, mais 43% des Ontariens itou !!!
    Le Québec a l’une des plus hautes espérances de vie du continent, 3 ans de plus qu’aux Zétats, 7 ans de plus qu’au Mississipi.
    Loin de vivre sur la péréquation de l’Alberta, le Québec s’est fait saigner de 66 milliards entre 2000 et 2007
    Loin de se vider, la population ne cesse de croître ; 81,000 cette année ! Plus d’Albertains sont venus s’établir au Québec en 2010 que de Québécois sont allés en Alberta.

  43. Aimé Laliberté dit :

    Gilles Laplante,

    Je comprends ce que vous dites, mais toutes les assurances que vous formulez ont été formulées dans tous les dossiers impliquant les sociétés d’énergie.

    En Alberta, ils ont pollué leur plus grande rivière avec l’exploitation des sables bitumineux.

    Je lisais hier dans The Gazette que l’eau du du fleuve St-Laurent est dopée au Prozac et autres produits pharamceutiques et cosmétiques. L’eau des gens de Shannon a aussi été contaminée et combien d’autres exemples dont on pourrait parler.

    Le fait qu’on importe du gaz d’ailleurs est non pertinent à mon avis, si on court le moindre risque de polluer la nappe phréatique, parce que cela affecterait tout le monde qu puise son eau dans le même bassin sousterrain, et les régions rurales dépendent de la qualité de leurs puits et de l’approvisionnement en eau. On ne peut continuer de traiter l’eau potable come une denrée non essentielle, alors que c’est un des éléments le plus important. Avant le gaz, on se chauffait au bois, et du bois, on en a en masse.

    Au but du compte, je ne crois pas les assurances des sociétés qui exploitent des ressources ou l’énergie, qu’elles soient du moyen-orient ou ailleurs.

    Le nombre de catastrophes écologiques causées par les sociétés d’nergie justifient amplement de ne pas leur faire confiance.

    Tsé veux dire, come on…

  44. LesMotsLesChoses dit :

    CRioux a dit :
    « Quand aux emplois, tu sauras qu’il y a plein de jeunes qui sont revenus en Gaspésie avec l’exploitation pétrolière. Pas seulement des postes pour manipuler les équipements de forage, mais des comptables, employés de bureau etc. C’est extrêmement important pour les régions, les jeunes veulent y revenir, mais il n’y a pas assez d’opportunités d’emploi. »

    Il n’y a pas de chiffres qui valident cette affirmation. Selon les dires des entreprises (Pétrolia, Junex et Gestem), aucune personne est en poste dans la région, quelques personnes de la région ont été embauchées lors des travaux et sont occasionnellement employées lors de travaux dans d’autres régions du Québec. Lors des forages, les travailleurs viennent surtout de l’Alberta.

    Peut-être qu’une fois en opération, les puits vont demander plus de travailleurs… Mais je doute que ce soit le cas. Quelques emplois de manœuvre tout au plus pour l’opération du puits.

  45. Christian Rioux dit :

    @Lesmots

    Pour le forage peut-être, mais il y a des gens qui sont engagés que ce soit simplement les employés de bureau, à Rimouski. C’est des emplois aussi. C’est mieux que rien, et ce n’est que la phase exploration.

  46. l'engagé dit :

    Luc Monty, un sous-ministre au ministère des Finances, dans une présentation au BABE a estimé que si l’industrie forait 250 puits par ans à partir de 2016, cela représenterait 7625 emplois.

    Un rapport de la firme Secor, commandé par l’industrie, parle de 5 131 emplois si on construit 150 puits par an et jusqu’à 18 660 puits si l’on tient le scénario de 600 puits par ans.

    C’est dont vraiment pour pas grand chose que l’on nuit aux citoyens avec l’obsolète loi des mines et que l’on financera par une fiscalité avantageuse cette industrie avec tous les risques que cela comporte.

    N’oublions pas que la région visée par les «Shales» est déjà bien pourvue en terme d’emplois que des gens ayant déjà un emploi vont migrer ce secteur. Il ne s’agit donc pas d’une création d’emploi net. Par exemple, cela prend «33 emplois» pout forer un puits, 0,19 pour l’exploiter une fois foré et 285 pour s’occuper de 1500 puits en exploitation. Comparons avec les désavantages pour la population, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

    D’où viennent ces chiffres? D’une revue écolo? NON
    JOBBOOM, vol12, no 1 page 12-15

  47. Christian Rioux dit :

    @L’engagé
    Entre 5000 et 7000 emplois c’est rien? C’est énorme! Donc beaucoup d’emplois, avec redevances minières et impôts pour l’état (qui est dans le rouge). Et un meilleur prix pour les consommateurs de gaz naturel (dont je suis), puisque présentement on l’importe à fort prix.

    Quel désavantages? La psychose annoncée par les écolos comme quoi tous les puits artésiens allaient être contaminés n’est pas arrivé malgré les centaines de puits forés. Les fuites (sans danger) sont au niveau du coffrage, et non sous la nappe phréatique.

    Et votre constat de création zéro d’emplois « net » n’est pas correct, parce si quelqu’un quitte un emploi pour aller travailler dans cette industrie, son emploi actuel devra être comblé. Donc opportunité de retour de jeunes en région.

  48. l'engagé dit :

    5000 à 7000 emplois doivent être relativisés en fonction des couts directs et indirects. Dans le cas des gaz de shale, il peut s’agir de la perte de valeur des propriétés jouxtant les puits, des risques, de l’usure des infrastructures collective que causera tout le brouhaha, des volumes d’eau utilisés, les boues de forages à traiter. Enfin, le cout du don d’un «claim» pour ainsi dire gratuit est aussi à revoir dans l’équation.

    J’ai peut-être oublié de vous dire que toujours d’après la revue, «en fait, ce sont les mêmes 5131 personnes engagées en 2016 qui pourraient garder leur emploi jusqu’en 2025». C’est soudain beaucoup moins intéressant, quand on comprend que cette création s’étalerait sur 10 ans surtout que par après pour exploiter les puits forés, on n’a pas besoin de grand monde.

    Vous parlez du retour des jeunes en région, mais «les principaux terrains de jeux du gaz de shale dont la Montérégie et le Centre-du-Québec où les taux de chaumage sont bas». Vous parlez des migration d’emplois, mais une fois les puits construits «c’est seulement 285 travailleurs suite à la construction de 1500 puits» qui conserveraient leur boulot, ensuite, même si la paie est bonne, c’est un travail précaire et où il faut beaucoup voyager, en effet, l’industrie se concentre là où les redevances sont avantageuses, mais les travaux peuvent cesser si le prix du gaz chute. C’est loin d’être la meilleure filière pour «ramener» les jeunes en régions.

    Enfin, parlant du rouge, la consommation de gaz au États-Unis étant soulagée par l’exploitation des gaz de shale, ce sont nos exportation d’hydroélectricité qui se font désormais à perte.

    Pour prendre une décision éclairée, il faudrait évaluer correctement et d’une manière consensuelle les couts directs et indirects pour développer cette industrie (et le cout démocratique d’obéir encore et encore à la désuète loi des mines, il faudrait aussi l’évaluer) et évaluer les bénéfices (en emplois, en redevance et en impôts) de manière à voir si le jeu en vaut vraiment la chandelle.

    Pour l’instant, l’industrie à largement exagéré les bénéfices pour la société tout en minimisant les risques, bouleverser la Montérégie pour 150 millions de redevances, ça ne me semble pas un bien bon deal. Si le risque environnemental était nul ça serait autre chose, mais Propublica que vous avez consulté vous permet de voir qu’il y a effectivement des problèmes. Et comme vous le constatez avec JOBBOOM qui reprend simplement les chiffres que SECOR a produit pour l’industrie, on voit bien que Caillé a menti quand il a promis que « la production de gaz naturel au Québec créera 15 000 emplois par année pendant la durée de vie du gisement, qui serait de 50 à 100 ans, assure-t-il en entrevue. Le Québec profitera des impôts de ces travailleurs et des nouvelles activités que générera l’industrie gazière.» (La Presse du 29 aout)

    Il oublie de dire qu’il s’agit d’emplois années/personnes (c’est à dire des emplois qui sont recréés chaque année , ce sont les mêmes 15 000 qui vont travailler… et qui seront ensuite remplacées, il ne s’agit pas de 15 000 nouveaux emplois qui s’ajoutent chaque année, mais d’emplois qui se renouvellent.

    Le Québec a besoin de main-d’oeuvre qualifiée, voyez plutôt,
    Comparez avec 7500 postes à pourvoir dans lesTIC
    10 000 emplois en assurances et services financiers
    5000 dans les mines
    4000 dans l’alimentation
    6000 infirmières
    14 000 en constructions

    et j’en passe, mais le plus intéressant, c’est cette nouvelle : «L’environnement est l’un des secteurs d’emplois les plus prometteurs présentement. Le nombre d’emplois a progressé de 27,5 % dans ce domaine entre 2007 et 2010 malgré la récession qui a frappé l’économie canadienne. »

    En investissant l’équivalent du cadeau que l’on ferait au gazière en les laissant exploiter le gaz de schiste dans la recherche et le développement, surtout en environnement et en recherche énergétique, on pourrait certainement augmenter tout autant notre productivité et qui sait, découvrit une meilleure façon d’exploiter le gaz de schale que par fractionnement hydraulique.

  49. l'engagé dit :

    chaumage…

    euh chômage!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :