Filet social et endettement

Enfin on commence à sortir du l’éternel débat stérile séparatiste/fédéraliste et on commence à parler des vrais affaires. L’arrivée de Réseau Liberté-Québec et de l’éventuel parti de Legault/Facal permet de parler de droite/gauche.

Les syndicats ont cru bon de fonder « Alliance Sociale », en pensant tuer dans l’oeuf le mouvement de droite, mais en ce faisant, ils ont porté le débat sur ce qu’ils veulent éviter depuis toujours, un débat sur la nécessité de la gauche. Un débat où ils ne peuvent être que perdants.

Le filet social que défendent la gauche et les syndicats (aux lieu de défendre leurs membres) est dépassé. On ne peut plus se le permettre. Il y a beaucoup trop de gens qui sont dépendants de ce filet social. A quoi bon travailler quand on peut s’assoir sur son cul et recevoir un chèque? C’est pas grave, c’est la génération suivante qui paiera.

Justement, cette génération suivante voit venir et pour la première fois dans l’histoire du Québec, cette génération sera plus pauvre que la précédente. Les baby-boomers vont laisser une dette sans précédent à la génération « X », une dette qu’ils ne pourront pas payer parce que moins nombreux.

Par exemple, l’assurance parentale et les CPE, programmes déficitaires qui permettent aux parents de rester pendant plus longtemps à la maison, et de les faire garder ensuite par des gardiennes (oups! « éducatrices ») syndiquées, à un prix en dessous de ce qu’il en coûte réellement. Mais c’est pas grave, plus tard, ils pourront dire à leur enfants,
« Vous êtes endettés par dessus la tête, vous n’arrivez pas à joindre les deux bouts, c’est bien dommage pour vous. Quand vous étiez petits, nous on était gras dur, tout était gratis! »

Et ne venez surtout pas me dire que ces programmes sont nécessaires pour augmenter la population de bons petits québécois de souche, parce qu’ailleurs au Canada, le taux de natalité est sensiblement le même et ils n’ont pas ces généreux programmes déficitaires.

7 commentaires pour Filet social et endettement

  1. Simon Leduc dit :

    Je suis entièrement d’accord avec vous. On ne peut plus se payer les programmes sociaux. Je crois que l’on devrait abolir les suivants : les CPE, l’assurance-parentale et l’assurance-médicaments. Il faut redonner la liberté de choix aux individus.

  2. Christian Rioux dit :

    Et la liste de choses à couper est longue…

  3. Tym Machine dit :

    Tout commence d’abord par la fin du règne de Jean Charest.

    Chaque semaine qui passe semble être une année tellement la corruption a usé ce gouvernement.

  4. @Tym
    Comme si le PQ y changerait quelque chose? Les deux partis sont centre-gauche.

    Je connais bien ta haine de Charest, mais tu clâmes haut et fort qu’il est le plus corrompu de l’histoire de l’humanité, mais à part l’affaire Tomassi, que Charest a congédié sur le champ, il n’y a pas de preuves de corruption aucune. La commission Bastarache n’a rien trouvé de scandaleux, sauf pour ceux qui croient Bellemare sur parole. Le fait qu’il ne demande pas de commission d’enquête sur la construction ne signifie pas qu’il a quelque chose à cacher, mais bien qu’il sait que ça ne donnera rien (et coûterais des millions) et en plus de brasser la Mafia.

    Il n’est pas parfait, mais on a déjà vu pire.

    Seule la venue d’un parti de droite ou centre-droite pourrait mettre fin à ce régime socialiste-syndicaliste déficitaire et ramener les finances sur le droit chemin. Il faut mettre fin à tout ces programmes socialistes inutiles.

  5. zarmagh dit :

    « L’arrivée de Réseau Liberté-Québec et de l’éventuel parti de Legault/Facal permet de parler de droite/gauche »
    Il n’y a pas de parti de droite à l’horizon. Tout ce que je vois, ce sont des loups qui avancent masqué, histoire qu’ont les prennent pour des moutons. Et ça marche…

  6. Gilles Laplante dit :

    Je vous ferai remarquer que ce ne sont pas les baby-boomers qui profitent des CPE, ce sont leurs enfants.
    Quand les jeunes arrêteront de descendre dans la rue à chaque fois qu’il est question d’augmenter les frais de scolarité et ainsi augmenter la dette qu’ils vont devoir assumer, alors là je me dirai qu’ils ont compris et j’aurai de la sympatie pour eux.

  7. @Gilles
    Désolé pour la nuance, les Baby-boomer profitent beaucoup de programmes sociaux (assurance médicament etc..), mais effectivement pas des CPE. Ils contribuent à cette dette quand même et ils sont les derniers à s’enrichir avec ces généreux programmes, ceux qui suivent n’auront pas cette chance. Les « X » profitent de certains programmes, mais pas pour longtemps, puisqu’ils sont gravement déficitaires. La génération qui suit (les étudiants justement) sera celle qui va se ramasser avec cette lourde dette et n’auront plus les moyens de payer.

    Je trouvais justement très stupide de voir les étudiants français (probablement manipulés par les syndicats) tout casser dans la rue pour une hausse de la retraite de 60 a 62 ans. C’est pourtant eux qui en feraient les frais si rien n’est fait pour diminuer le déficit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :